Version classiqueVersion mobile

La rivalité d’honneur ou la fabrique de l’altérité

 | 
Mohammed Bakhouch

Traduction

Cinquième joute

Texte intégral

Poème d’al-Aḫṭal (p. 127-130)

Mètre : al-wāfir

11- Ô toi qui me blâmes, lorsque frappent les grands malheurs, quels magnifiques guerriers sont mes contribules !

  • 1  Voir supra la note relative à ce groupe tribal dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 52). Voi (...)

22- Les Rabī‘a1, quand se croisent les lances ! Je ne profère point de mensonge en les louant.

33- Mais je vois des gens glorieux, et d’autres qui ont l’âme basse.

44- Nous surpassons les gens, parce que celui des nôtres qui accorde sa protection, protège [réellement] et l’on peut demander protection à chacun de nous,

55- [parce que] [depuis] les temps anciens, nous nourrissons les hôtes, lorsqu’en temps de disette, le fumet des viandes rôties fait sortir la vierge [de chez elle],

  • 2  Voir supra la troisième joute, poème (d’al-Aḫṭal, v. 44).

66- [Et parce que] lors du combat nous frappons les chefs des tribus : Nizār2 doit bien le savoir !

77- Nous défendons nos enfants lors des guerres et nous savons que la lâcheté est une ignominie.

88- [Nous le faisons] en frappant de nos lances des coups à nuls autres pareils, qui font jaillir des étincelles et provoquent des blessures aussi larges que les bouches de grandes outres.

  • 3  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

99- J’ai assouvi ma vengeance des nobles de Qays3, et cela, sans que les leurs réclament vengeance ou cherchent à obtenir le prix du sang.

1010- Ils nous firent goûter à leurs lances et ils goûtèrent aux nôtres ; et regarde ce que nous sommes devenus et ce qu’ils sont devenus.

  • 4  Voir supra la quatrième joute, poème (d’al-Aḫṭal, v. 26). Le commentaire qui suit immédiatement le (...)
  • 5  Les deux fils de Duḫḫān sont Ġanī et Bāhila, deux fractions de Qays ‘Aylān considérées comme étant (...)

1111- Les Hawāzin4 se réfugient auprès des deux fils de Duḫḫān5, ô Hawāzin, c’est bien cela l’impuissance !

  • 6  Il s’agit de Ḥātim b. al-Nu‘mān al-Bāhilī, un chef des Bāhila. Voir Naqāʼiḍ, note « a », p. 130.
  • 7  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

1212- Ḥātim6 fut proclamé chef [des Qays], parce que lorsqu’on allume les feux aucun ne s’allume chez eux7.

  • 8  Pour ce personnage, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 31).

1313- Par la vie de ton père, les nouvelles circulent, seule la fuite t’a sauvé [de la mort] ô Zufar8.

1414- Tu fuis, sans te retourner vers nous, sur un coursier rapide qui se laisse mener facilement alors que les joues sont en sueur.

1515- Tu le dirigeas vers ta gauche, de loin, il galopait tellement vite, il était près de voler.

1616- Or ça, par ton père ! Si tu en avais donné la possibilité à mes contribules, les vautours seraient restés sur tes bras [à se repaître de toi].

1717- Essuie les rigueurs de leurs guerres, tu auras à faire face à des lances qui ne seront ni vendues ni prêtées,

  • 9  Buǧayr b. al-Ḥāriṯ b. ‘Ubād fut tué par Muhalhil b. Rabī‘a al-Taġlibī, lors de Yawm Wāridāt, un «  (...)

1818- Dans les mains d’un groupe d’hommes qui tuèrent Buǧayr9 ; une fois déclarée, leur guerre brûle d’un feu violent.

Poème de Ǧarīr (p. 131-133)

Mètre : al-wāfir

191- Te souviens-tu d’eux ? N’est-ce pas le souvenir que tu quêtes ? Ton cœur est ravi par [les femmes qui voyagent dans] les litières ?

  • 10  Dans Mu‘ǧam al-buldān, Tūḍiḥ désigne un des villages de Qarqarā dans al-Yamāma, l’autre lieu désig (...)
  • 11  Yāqūt indique que Nāẓira est une montagne au-dessus d’al-Šaqīq, un point d’eau qui appartenait aux (...)

202- Les demeures [désertées] à Tūḍiḥ10 ou à Nāẓira11 t’ont fait pleurer, alors que tes cheveux sont blancs.

213- [Leurs vestiges] sont tantôt visibles, tantôt ils disparaissent, au gré des vents chauds et des pluies qui s’orientent vers eux.

224- Ô demeure de la tribu, tu n’es plus comme nous t’avions connue, tu étais une [vraie] demeure, lorsque ceux que j’aime séjournaient en toi.

  • 12  Kunya [teknonyme] de la bien-aimée du poète.

235- En quoi la tranquillité te profitera-t-elle, alors que, quoique [toute] proche, Umm ‘Amr12 ne te rendra pas visite et on [ne peut] la visiter ?

246- [Oui], le repos ne peut t’être utile, lorsque tu entends les gémissements de la mère d’un chamelon.

  • 13  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.
  • 14  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42). Voir également les annexes 2 et 5.

257- Avec les Yarbū‘13 j’affronte l’ennemi des Tamīm14, lorsque le péril est grand.

  • 15  Al-Ḥaṣabāt sont les Banū Ḥaṣaba b. Aznam b. ‘Ubayd b. Ṯa‘laba b. Yarbū‘, le groupe de Ǧarīr.
  • 16  Pour dire qu’ils défendent les troupeaux de leurs contribules.

268- Les cavaliers des Ḥaṣabāt15 ne font-ils pas partie de Yarbū‘, lorsque le troupeau qu’on laisse paître librement est visible grâce à la poussière [qu’il provoque]16 ?

  • 17  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

279- [Les Qays17] sont vos frères, ô Tamīm, qui les défend ? Alors que la mère de la guerre mobilise les soutiens et met en fuite,

  • 18  Le mot ḏimār désigne ce que l’on doit protéger et défendre, droit, honneur, famille.
  • 19  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 37).

2810- J’affronte les dangers pour défendre l’honneur18 de Qays et de Ḫindif19 ; qu’il est précieux l’honneur qui est à défendre !

2911- Ceux qui [les] combattent sauront que les Qays sont des héros, qu’ils sont très nombreux.

  • 20  Voir la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).

3012- Al-Farazdaq20 a rejoint les Chrétiens pour les soutenir, [mais] ce n’est pas lui qui les fera vaincre.

3113- Il se prosterne devant la croix, avec les Chrétiens ; mais [Dieu] a fait gagner notre flèche et nous avons obtenu le meilleur.

  • 21  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42).
  • 22  Ṣa‘ṣa‘a, le grand-père d’al-Farazdaq avait un esclave qui était forgeron. Au courant de cela, Ǧarī (...)

3214- Ô Tamīm21, est-ce qu’un forgeron22, sur la barbe duquel volent les étincelles, [peut] déshonorer Qays ?

  • 23  Le poète fait allusion ici à l’assassinat d’al-Zubayr. Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarī (...)
  • 24  Voir Naqāʼiḍ, p. 133, note « b » ; et ici la note explicative dans la traduction de la deuxième jo (...)

3315- Ô Farazdaq, si les Qays avaient accordé leur protection aux Banū l-‘Awwām23, elle n’aurait pas été un objet de honte24.

3416- Des cavaliers sans peur les auraient protégés, si la poussière [soulevée] par le tumulte s’était prolongée.

3517- Ils seraient revenus à la charge sur des chevaux de race, bons coureurs et sur des nobles coursiers minces.

  • 25  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).

3618- Vous avez trahi al-Zubayr25, vous n’avez pas été fidèles [à votre engagement] ; [vous n’êtes que] des bœufs de charrue qui mugissent la nuit.

  • 26  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 65).

3719- Les Qurayš26 n’approuvent pas votre protection ; après al-Zubayr, ils ne seront plus trompés.

Notes

1  Voir supra la note relative à ce groupe tribal dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 52). Voir également les annexes 1 et 3.

2  Voir supra la troisième joute, poème (d’al-Aḫṭal, v. 44).

3  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

4  Voir supra la quatrième joute, poème (d’al-Aḫṭal, v. 26). Le commentaire qui suit immédiatement le vers indique que Hawāzin est la tribu la plus noble de Qays ‘Aylān [ašraf Qays]. Voir Naqāʼiḍ, p. 129.

5  Les deux fils de Duḫḫān sont Ġanī et Bāhila, deux fractions de Qays ‘Aylān considérées comme étant les plus méprisables parmi les tribus arabes. Voir Naqāʼiḍ, p. 129.
Ġanī est une tribu exiguë. J. W. Fück signale qu’ils étaient les alliés subalternes des Banū ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a. Il ajoute qu’ils participèrent aux « […] guerres qui résultèrent de la bataille de Mardj Rāhiṭ (64/684) entre les Ḳays et les Yéménites, puis les Taghlib, les Ghanī combattirent les Taghlib aux côtés des Banū ‘Āmir, des Bāhila et des Sulaym (Ibn al-Athīr, IV, 256, 259 sqq.) ». Voir J.W. Fück, « Ghanī b. A‘ṣur », EI2, ELeyde, .J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 1028.
Pour Bāhila voir supra la note relative à la montagne Yaḏbul dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 17).

6  Il s’agit de Ḥātim b. al-Nu‘mān al-Bāhilī, un chef des Bāhila. Voir Naqāʼiḍ, note « a », p. 130.

7  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

8  Pour ce personnage, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 31).

9  Buǧayr b. al-Ḥāriṯ b. ‘Ubād fut tué par Muhalhil b. Rabī‘a al-Taġlibī, lors de Yawm Wāridāt, un « épisode » dans la guerre d’al-Basūs entre le Bakr et les Taġlib. Voir Naqāʼiḍ, note « g », p. 130 et Ši‘r al-Aḫṭal, (éd. Qabāwa), p. 323.
Une version sensiblement différente figure dans Ayyām al-Arab fī l-ǧāhiliyya. En effet, dans cet ouvrage, Buǧayr est le neveu d’al-Ḥāriṯ b. ‘Abbād b. Ḍubay‘a b. Ṯa‘laba, qui l’envoya à Muhalhil, pour lui demander de mettre fin à la guerre entre les deux tribus sœurs. Mais ce denier tua Buǧayr, ce qui entraîna la poursuite du conflit entre les Bakr et les Taġlib. Voir Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 115-135.

10  Dans Mu‘ǧam al-buldān, Tūḍiḥ désigne un des villages de Qarqarā dans al-Yamāma, l’autre lieu désigné par ce mot, étant une dune de sable blanc parmi des dunes rouges dans al-Dahnāʼ près d’al-Yamāma. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 59.

11  Yāqūt indique que Nāẓira est une montagne au-dessus d’al-Šaqīq, un point d’eau qui appartenait aux Banū Usayd b. ‘Amr b. Tamīm. Il ajoute plus loin que d’autres pensent que Nāẓira et Šarǧ sont des points d’eau dans le territoire de ‘Abs. Pour Nāẓira voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 252 ; et pour al-Šaqīq, voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 356.

12  Kunya [teknonyme] de la bien-aimée du poète.

13  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

14  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42). Voir également les annexes 2 et 5.

15  Al-Ḥaṣabāt sont les Banū Ḥaṣaba b. Aznam b. ‘Ubayd b. Ṯa‘laba b. Yarbū‘, le groupe de Ǧarīr.

16  Pour dire qu’ils défendent les troupeaux de leurs contribules.

17  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

18  Le mot ḏimār désigne ce que l’on doit protéger et défendre, droit, honneur, famille.

19  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 37).

20  Voir la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).

21  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42).

22  Ṣa‘ṣa‘a, le grand-père d’al-Farazdaq avait un esclave qui était forgeron. Au courant de cela, Ǧarīr, dans la majorité de ses satires va prétendre qu’al-Farazdaq appartenait à une famille de forgerons.

23  Le poète fait allusion ici à l’assassinat d’al-Zubayr. Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).

24  Voir Naqāʼiḍ, p. 133, note « b » ; et ici la note explicative dans la traduction de la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).

25  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).

26  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 65).

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search