Version classiqueVersion mobile

La rivalité d’honneur ou la fabrique de l’altérité

 | 
Mohammed Bakhouch

Traduction

Quatrième joute

Texte intégral

Poème d’al-Aḫṭal (p. 114-119)

Mètre : al-kāmil

  • 1  Aucune indication n’est donnée pour ce toponyme ni dans les Naqāʼiḍ, ni dans le dīwān. Dans les di (...)

11- Salue à Ruwayṯatān1 les femmes dans leurs litières ; lorsqu’elles s’étaient mises en route de grand matin, elles avaient levé les rideaux.

22- Je les avais comparées, alors que leur marche s’était accélérée, à des palmiers de la Mecque dont on avait pris soin, alignés au cordeau.

33- Lorsqu’elles furent au milieu des mirages, on aurait dit les voiles de bateaux voguant en mer.

44- Elles furent proches un moment, puis une nouvelle destination les éloigna, et elles quittèrent les cours des demeures au matin.

55- J’avais pleuré au moment de leur départ et mes yeux firent abondamment couler des larmes comme des perles.

66- Je sellai une chamelle robuste, apte au voyage, énorme et maigre, ses flancs étaient ployés.

  • 2 Al-Sābirī : tissu fin. Cet adjectif de relation se rapporte à Sābūr (Šāpūr-Ḫurra) qui est un distri (...)

77- Elle agitait la queue, alors que les mirages brillaient dans le désert, comme une toile fine de Sābūr2, étendue, déployée.

  • 3  Voir la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16) et l’annexe 2.

88- Lorsqu’elle doit défendre son honneur, Kulayb3 traîne à la compétition un âne couvert de morsures, un perdant, devancé [par les autres].

99- Lorsqu’il se lançait dans un défi, on savait qu’il était cassé par l’âge, affaibli ; [comme on savait] qu’il bronchait lorsque les chevaux rivalisaient à la course.

  • 4  Voir supra la note relative à ce nom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 24).

1010- Ǧarīr4 court tout seul, il se peut que celui qui court vite, [mais] seul, soit content de lui !

1111- Courir dans les lieux déserts l’avait anéanti ; c’est un sot, il se berce d’illusion depuis bien longtemps.

  • 5  Voir la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).
  • 6  Litt. « […] pour atteindre un but à des centaines de portées de flèches. »

1212- Lorsqu’il rivalisa à la course avec al-Farazdaq5, il n’était pas vif et n’avait pas la constance pour atteindre un but lointain6.

  • 7  ‘Udusu b. Zayd aïeul d’al-Farazdaq tout comme Ṣa‘ṣa‘a qui est devenu célèbre pour avoir sauvé des (...)

1313- ‘Udus b. Zayd rivalisa aux lances avec lui, et la fille destinée à être enterrée vive, sauvée par Ṣa‘ṣa‘a, accourut apportant la bonne nouvelle7.

1414- Des gens qui, courant vers les grandeurs, avaient devancé ton père ; et tu es [désormais] épuisé, distancé !

  • 8  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16). Voir éga (...)

1515- Tu prétends que les Banū Kulayb8 sont des seigneurs ; quel clan détestable !

1616- Tu es, par ta tribu, le plus méchant des vivants, et le plus ignoble des morts enterrés.

1717- J’ai vu [comment vous vous comportez], quand, par un jour de malheur, une guerre éclate.

  • 9  Voir supra la note relative au nom de ce groupe dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56). Vo (...)

1818- Vous cherchez refuge auprès du clan des Muǧāši‘9 et ils vous protégent alors de coups qui ne sont pas légers.

  • 10  Voir supra la note relative à cette branche de Tamīm dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. (...)
  • 11  Jeu de hasard [jeu de flèches] ; voir supra la note relative à ce jeu dans la deuxième joute (poèm (...)

1919- Sans les cavaliers de Dārim10, on vous partagerait, comme les joueurs de maysir11 se partagent les parts de viande des chamelles tuées.

  • 12  Voir supra le nom de ce groupe de tribus dans la troisième joute, (poème de Ǧarīr, v. 16).

2020- Il n’y avait pas dans Muḏar12, lorsqu’elle entrait en guerre, plus vils cavaliers ni plus coupables défenseurs

2121- Que ceux que tu avais appelés à ton secours, après que tu fus abandonné sifflant fortement du nez.

  • 13  Voir supra le nom de ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 36). Le poète fait (...)
  • 14  Manṣūr b. ‘Ikrima b. Ḫaṣafa b. Ḳays ‘Aylān est le père de Sulaym éponyme de l’une des branches de (...)

2222- Ils abandonnèrent ‘Umayr13 alors que les lances étaient pointées [vers lui] ; il appelait Manṣūr14 au moment où le combat faisait rage.

  • 15  Il n’y a aucun commentaire au sujet de ce personnage dans Naqāʼiḍ. Dans le dīwān, édition Qabāwa, (...)

2323- Il rencontra Ṭarīf15 qui n’était pas un poltron [chargeait] comme un lion, brisait les cous des hommes !

  • 16  Ḏuʼāba désigne le toupet, la touffe de cheveux sur le sommet du crâne.

2424- Il brandissait un sabre tranchant au-dessus de sa tête16, un sabre depuis fort longtemps éprouvé !

  • 17  Pour ce personnage, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 31).

2525- Zufar17 eut la vie sauve en fuyant sur une jument au poil fins et ras, qui pouvait courir encore ; or Zufar fuyait souvent les combats.

  • 18  À propos de Hawāzin, nous lisons dans l’E.I. : « Hawāzin, importante tribu ou groupe de tribus de (...)

2626- Il fuit en laissant derrière lui des femmes de Hawāzin18, pareilles à des antilopes, des vierges vertueuses, belles aux yeux noirs.

2727- Elles criaient : « Où sont les hommes d’honneur ? Où sont-ils ? Qui défend notre vertu ? » ; mais elles ne trouvèrent point de jaloux [de leur honneur].

  • 19  Voir supra la note relative au surnom de Ǧarīr [Ibn al-Marāġa] dans la deuxième joute (poème d’al- (...)

2828- De plus, les sabots de nos chevaux avaient piétiné le mari avili de la ribaude [al-Marāġa]19, qui [allait] périr.

  • 20  Voir supra la note relative à ce chef taġlibite dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30).

2929- Les jours où al-Huḏayl20 te fit visite au matin, avec [des chevaux] amaigris et secs, au poil fin et ras qui, lancés au galop, étaient comme des oiseaux de proie.

  • 21  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16).

3030- Il s’empara des femmes des Banū Kulayb21 grâce aux lances et à des chevaux de race qui apportèrent la bonne nouvelle.

Poème de Ǧarīr (p. 109-114)

Mètre : al-kāmil

311- Les voisins s’en furent, ils se séparèrent de toi de grand matin ; tu pensais que la séparation te serait facile.

322- Ils mirent fin à la passion, alors ce à quoi ils aspiraient accapara ta pensée entièrement.

333- Ô amis, la nuit est sur le point de tomber, alors faites prendre la route [à vos montures]. Ce soir visiteur et visité sont à nuls autres pareils.

344- Des [chamelles] maigres furent sellées dans un désert, elles s’égarèrent dans d’autres où il n’y avait nul chemin tracé.

355- Chacune d’elles était rapide à la marche aux moments des chaleurs les plus intenses, l’immensité des déserts redoublait leur audace et leur endurance aux fatigues.

366- De gaieté elles battaient d’une [queue] noire l’étoffe [qui couvre la partie postérieure de leurs corps], à la manière d’une autruche qui secoue ses plumes fines mouillées par la pluie.

  • 22  Prénom de la bien-aimée du poète.

377- Je saluai ton apparition lorsqu’elle surgit ; Hind22 ne rendait pas visite aux demeures éloignées.

388- Elle survint la nuit auprès de chamelles amaigries, la marche nocturne leur avait [tellement] nui, que flancs et poitrails avaient fondu.

  • 23  L’explication donnée juste après le vers indique que le mot « al-ġawānī » est le pluriel de ġāniya(...)

399- Les belles23 avaient touché mon cœur, au point qu’il en était devenu sourd.

4010- Elles dirent : « pourquoi tant de déraison, alors que ta tête devient chenue ? ».

4111- Elles désavouèrent ton manque de jugement, après l’avoir connu, [mais] il se peut qu’elles succombent encore à tes propos.

  • 24  Dans le dīwān nous lisons hazaztu. Voir Dīwān Ǧarīr, op. cit., p. 223, v. 12.

4212- Blanches, élevées dans l’opulence, elles menaient une vie tranquille et aisée, semblable au bord d’une étoffe de soie unie24.

4313- Des parures de corail ornaient leurs tresses et des perles embellissaient leurs joues et leurs cous.

  • 25  Voir la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).

4414- Volant au secours d’al-Farazdaq25, al-Uḫayṭil hurle ; ils s’emparèrent alors tous deux d’une corde solidement tressée.

4515- Au moment où les lances le piquèrent, on trouva al-Uḫayṭil affaibli par l’âge ; et lorsque les chevaux partirent, il n’arrêta pas de broncher.

4616- Chaque fois que des Arabes m’amenaient un excellent coursier, [pour rivaliser avec moi], je l’éreintais de fatigue.

4717- Le défi à la course révéla un [homme] instruit par l’expérience ; sur les lieux du combat, on lui annonçait la bonne nouvelle.

  • 26  Pour « hazaztu » (variante du dīwān) au lieu de « huziztu ».

4818- Lorsque j’agite26 [mon sabre], je tranche là où je porte le coup et je poursuis mon chemin, mon sabre n’est ni rouillé ni émoussé.

  • 27  Voir supra le nom de ce groupe de tribus dans la troisième joute, (poème de Ǧarīr, v. 16).

4919- Oui, certes, lorsque Muḏar27 est bienveillante envers moi, tu te trouves face à des sommets difficiles d’accès.

5020- Leurs mers montent ; tu ne peux traverser une mer qui se prolonge par d’autres, indéfiniment.

5121- Ceux qui imposent la capitation aux Chrétiens, incarnent la voie droite et sont une lumière pour celui qui suit le Livre.

5222- Nous nous proclamons maîtres dans la vie [ici-bas], notre vie durant ; et celui [des nôtres] qui se fait enterrer est le maître des tombes !

  • 28  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10). Voir éga (...)

5323- Dieu nous a favorisés et a jeté les Taġlib28 dans le malheur et l’abaissement ; tu ne peux changer ce qu’Il a décidé.

  • 29  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 37).

5424- Lorsqu’al-Uḫayṭil affronte Ḫindif29, il ne trouve que mépris et dédain.

5525- Malgré les Taġlib, les Ḫindif envoient dans chaque localité un prince pour vous gouverner.

  • 30  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

5626- Et lorsque l’appel émane de Qays30, ils mettent les mors à des [chevaux] mâles, non étrillés, renfrognés et durs comme le bois des lances.

  • 31  Nom d’une montagne dans le territoire des Bāhila, voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. III (...)

5727- J’ai vu la troupe de chevaux nombreux et dispersés, on aurait dit des oiseaux qui se hâtaient vers des nids dans le mont Šamām31.

5828- Le soir approcha, alors qu’ils avaient réalisé les vœux qu’ils avaient formulés à l’égard des Taġlib.

5929- Si je te foule violemment du pied, ô Uḫayṭil, les fractures de tes os ne pourront être réduites.

  • 32  Voir supra la note relative à saint Sergius dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 32).

6030- Est-ce avec la croix et saint Sergius32 que tu te garantis contre une armée aux escadrons nombreux [dont les armes et les armures brillent] ?

  • 33  Il ressort de la lecture des notes « c » et « f » des Naqāʼiḍ (p. 125-126) et de la notice « Yawm (...)
  • 34  Littéralement : « comme un chameau qui a des poils sur les yeux et dans les oreilles et entendant (...)

6131- Tu livras Aḥmar et Ibn Umm Muḥarriq33, tu étais ce jour-là effarouché, tu te sauvais volontiers34.

  • 35  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v.10).
  • 36  Ce lieu est difficile à situer avec précision. Dans la note « f » des Naqāʼiḍ (p. 125), il est sim (...)

6232- Le jour où ils rencontrèrent nos chevaux, les Taġlib35 étaient comme des outardes mâles de Ḏū Ḫusum36 qui avaient rencontré des oiseaux de proie.

6333- Ils tournèrent leurs dos aux fers et aux bois des lances ; épaules et dos étaient détestables !

  • 37  Šu‘ayṯ b. Mulayl était le chef des Taġlib lors de la journée de Mākisīn, il fut tué au cours de ce (...)
  • 38  « Al-Ašyabayn [Al-Ašyabān] » : dans le dīwān de Ǧarīr : « al-Ša‘ṯamayn ». Voici le vers tel qu’on (...)

6434- Ils abandonnèrent Šu‘ayṯ des Banū Mulayl37 gisant, ainsi qu’al-Ašyabayn et ils livrèrent Šu‘rūr38.

  • 39  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 21).
  • 40  Le mot شقْشقَة : (pl.) شَقَاشق désigne le voile du palais chez le chameau. Par métaphore, ce viscè (...)

6535- À al-Raḥūb39, lorsqu’elle est étourdie par le vin, la mère d’al-Uḫayṭil s’accroche à la peau40 du périnée [d’un porc] en mugissant.

6636- C’est une truie qui fut fécondée par un [porc] gris cendré, qui vit dans les ordures, et ils engendrèrent un porc !

6737- Al-Uḫayṭil est né alors que sa mère était avinée, quelle détestable ivrogne !

6838- On aurait dit que les sauterelles avaient craché sur la surface de son cou, sa peau n’était ni fraîche, ni belle.

  • 41  Vêtement, voir supra.

6939- Que Dieu maudisse les petites femmes de Taġlib, les rideaux [de leurs litières] sont faits de pièces de ‘abāʼ41.

  • 42  Idem.

7040- Des femmes laides, noires et contrefaites, leurs robes de dessus sont doublées de fourrure qui sert de trame à la ‘abāya42.

7141- Depuis leur naissance leurs dents n’ont point connu le cure-dent ; et elles n’ont jamais été pures.

7242- Nous croyons à ce que nous vous disons, et ce que tu dis, ô Uḫayṭil, est faux.

Notes

1  Aucune indication n’est donnée pour ce toponyme ni dans les Naqāʼiḍ, ni dans le dīwān. Dans les dictionnaires que nous avons consultés, ce mot n’existe pas au duel. Au singulier, il désigne plusieurs localités ou points d’eau ; l’un d’eux se trouve dans le territoire des Banū ‘Iǧl (un groupe bakrite) sur les routes allant d’al-Kūfa et d’al-Baṣra à La Mecque. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 105 ; et W. Montgomery Watt, « ‘Idjl », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome III, 1971, p. 1048.

2 Al-Sābirī : tissu fin. Cet adjectif de relation se rapporte à Sābūr (Šāpūr-Ḫurra) qui est un district [kūra] dans la province de Fārs. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 167-168 ; et L. Lockhart, « Fārs », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 830-832.

3  Voir la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16) et l’annexe 2.

4  Voir supra la note relative à ce nom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 24).

5  Voir la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).

6  Litt. « […] pour atteindre un but à des centaines de portées de flèches. »

7  ‘Udusu b. Zayd aïeul d’al-Farazdaq tout comme Ṣa‘ṣa‘a qui est devenu célèbre pour avoir sauvé des filles qui, selon la coutume qui se pratiquait dans certaines tribus à l’époque antéislamique, allaient être enterrées vives par leurs parents. Voir le commentaire qui suit immédiatement le vers dans Naqāʼiḍ, p. 116.

8  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16). Voir également l’annexe 2.

9  Voir supra la note relative au nom de ce groupe dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56). Voir également l’annexe 5.

10  Voir supra la note relative à cette branche de Tamīm dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 43). Voir également l’annexe 5.

11  Jeu de hasard [jeu de flèches] ; voir supra la note relative à ce jeu dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 34).

12  Voir supra le nom de ce groupe de tribus dans la troisième joute, (poème de Ǧarīr, v. 16).

13  Voir supra le nom de ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 36). Le poète fait allusion ici à Yawm al-Ḥaššāk, bataille au cours de laquelle ‘Umayr b. al-Ḥubāb fut tué.

14  Manṣūr b. ‘Ikrima b. Ḫaṣafa b. Ḳays ‘Aylān est le père de Sulaym éponyme de l’une des branches de Qays ‘Aylān.

15  Il n’y a aucun commentaire au sujet de ce personnage dans Naqāʼiḍ. Dans le dīwān, édition Qabāwa, il est indiqué qu’il s’agit d’un cavalier taġlibite [fāris min Banī Taġlib] ; ce qui tombe sous le sens. Voir Ši‘r al-Aḫṭal, éd. Qabāwa, p. 533, note 9.

16  Ḏuʼāba désigne le toupet, la touffe de cheveux sur le sommet du crâne.

17  Pour ce personnage, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 31).

18  À propos de Hawāzin, nous lisons dans l’E.I. : « Hawāzin, importante tribu ou groupe de tribus de l’Arabie du Nord. La généalogie serait la suivante : Hawāzin b. Manṣūr b. ‘Ikrima b. Khaṣafa b. Ḳays b. ‘Aylān [voir Ḳays ‘Aylān, ‘Adnān, al-‘Arab (Djazīrat), VI]. A proprement parler, les Hawāzin comprennent les tribus de ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a [q.v.] et de Thaḳīf [q.v.], mais l’appellation est parfois limitée, plus correctement, au ‘Udjz Hawāzin « l’arrière des Hawāzin », comprenant les Djusham b. Mu‘āwiya b. Bakr, les Naṣr b. Mu‘āwiya b. Bakr et les Sa‘d b. Bakr [q.v.]. », W. Montgomery Watt, « Hawāzin », EI2, op. cit., p. 294-295.

19  Voir supra la note relative au surnom de Ǧarīr [Ibn al-Marāġa] dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 47).

20  Voir supra la note relative à ce chef taġlibite dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30).

21  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16).

22  Prénom de la bien-aimée du poète.

23  L’explication donnée juste après le vers indique que le mot « al-ġawānī » est le pluriel de ġāniya et qu’il désigne les femmes mariées, Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Aḫṭal, p. 121. Voir supra la note relative au mot ġawānī dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 3).

24  Dans le dīwān nous lisons hazaztu. Voir Dīwān Ǧarīr, op. cit., p. 223, v. 12.

25  Voir la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).

26  Pour « hazaztu » (variante du dīwān) au lieu de « huziztu ».

27  Voir supra le nom de ce groupe de tribus dans la troisième joute, (poème de Ǧarīr, v. 16).

28  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10). Voir également l’annexe 1.

29  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 37).

30  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

31  Nom d’une montagne dans le territoire des Bāhila, voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 361. Pour les Bāhila, voir supra la note relative à la montagne Yaḏbul dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 17).

32  Voir supra la note relative à saint Sergius dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 32).

33  Il ressort de la lecture des notes « c » et « f » des Naqāʼiḍ (p. 125-126) et de la notice « Yawm Mākisīn » (p. 230-231) qu’Aḥmar et Ibn Umm Muḥarriq étaient deux dignitaires de Taġlib [min wuǧūh Banī Taġlib] qui furent tués lors de l’attaque de ‘Umayr b. al-Ḥubāb contre les contribules d’al-Aḫṭal à Mākisīn. Cette bataille porte le nom de Yawm Mākisīn, elle est appelée également Yawm al-Ḫābūr. Mākisīn est un village situé, entre le Ǧabal ‘Abd al-‘Azīz et Qarqīsiyā, sur le Ḫābūr, un affluent de l’Euphrate. Pour la situation géographique voir Réd., « Khābūr », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome IV, 1978, p. 930-931.

34  Littéralement : « comme un chameau qui a des poils sur les yeux et dans les oreilles et entendant le bruit que le vent fait faire à ceux-ci, prend peur et s’enfuit ».

35  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v.10).

36  Ce lieu est difficile à situer avec précision. Dans la note « f » des Naqāʼiḍ (p. 125), il est simplement indiqué que c’est un endroit dans le désert [mawḏi‘ bi-l-bādiya]. Yāqūt signale que ce toponyme figure dans la poésie d’al-Nābiġa ; puis il cite quatre vers de Labīd, dans le dernier, le poète mentionne Ḏū Ḫusum. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 258.

37  Šu‘ayṯ b. Mulayl était le chef des Taġlib lors de la journée de Mākisīn, il fut tué au cours de cette bataille. Voir Naqāʼiḍ, note « f » (p. 125-126) et la notice consacrée à Yawm Mākisīn (p. 230-231) et voir la note précédente. Dans la neuvième joute (poème de Ǧarīr), le commentaire qui suit le vers 29 (p. 195), indique que Šu‘ayṯ fut tué lors de la journée d’al-Ṯarṯār. Šu‘ayṯ b. Mulayl est cité par Lecker dans la liste des chefs militaires de Taġlib dans la guerre qui l’opposait aux Qays « […] ; dans la catégorie de ceux qui commandaient (riʼāsa) la totalité des tribus ou des groupes de tribus, les personnages suivants furent mentionnés pour leur participation à la guerre Taghlib-Ḳays : Ḥanẓala [b. Ḳays] b. Hawbar, Shu‘ayth b. Mulayl et Marrār b. ‘Alkama al-Zuhayrī (Muḥabbar, 255-6). », M. Lecker, « Taghlib », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome X, 2002, p. 98 [p. 97-100].

38  « Al-Ašyabayn [Al-Ašyabān] » : dans le dīwān de Ǧarīr : « al-Ša‘ṯamayn ». Voici le vers tel qu’on peut le lire dans le dīwān : « tarakū Šu‘ayṯa Banī Mulayla muslaman ** wa-l-Ša‘ṯamayni wa-aslamū Šu‘rūrā ». Voir Dīwān Ǧarīr, Le Caire, Dār al-Ma‘ārif, 1986, p. 231.
Dans la note « f » (p. 125-126) Ṣālḥānī estime qu’il faut lire « al-Āsiyayni » et il cite le manuscrit du dīwān de Ǧarīr dans lequel on peut lire que parmi les personnes tués à Mākisīn figurent deux hommes de Banū al-Ṭabīb qu’on appelait al-Āsiyān, l’un d’eux était Aḥmar [wa-qatalū ayḏan Yawma Mākisīn « raǧulayni min banī al-Ṭabīb yuqālu lahumā al-Āsiyāni aḥaduhumā Aḥmar »]. Le nom de ce dernier personnage figure dans le vers 31.
Dans la même note, Ṣālḥānī, toujours d’après le manuscrit du dīwān de Ǧarīr, indique que Šu‘rūr était un dignitaire des Taġlib [Ammā Šu‘rūr fa-huwa « Šu‘rūr b. Aws wa-kāna min wuǧūh Banī Taġlib »].

39  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 21).

40  Le mot شقْشقَة : (pl.) شَقَاشق désigne le voile du palais chez le chameau. Par métaphore, ce viscère ِِ ِ désigne ici la peau du périnée.

41  Vêtement, voir supra.

42  Idem.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search