Version classiqueVersion mobile

La rivalité d’honneur ou la fabrique de l’altérité

 | 
Mohammed Bakhouch

Traduction

Troisième joute

Texte intégral

Poème d’al-Aḫṭal (p. 97-109)

Mètre : al-ṭawīl

  • 1  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

11- Ô clan des ‘Aylān1 vous nous blâmez tous, or à quel ennemi n’avons-nous pas fait passer la nuit à nous blâmer ?

  • 2  Litt. : « nous tranchons les attaches du désordre ».

22- Toutes ces tribus savent que nous sommes courageux, et que nous extirpons le mal par la racine2.

  • 3  Marǧ Rāhiṭ : plaine proche de Damas célèbre pour avoir été le cadre d’un épisode important de lutt (...)

33- À cause de vos errements, les deux journées de Rāhiṭ3 furent une affaire grave et sonnèrent le glas de nombreux peuples.

  • 4  Muḥārib est le nom d’une fraction de Qays ‘Aylān. Qabāwa dans Ši‘r al-Aḫṭal [p. 44, note 5] signal (...)
  • 5  Banū l-‘Aǧlān est une fraction du groupe tribal qaysite ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a.

44- Vous faites rivaliser de gloire les détenteurs du droit avec les deux descendants de Muḥārib4 et le clan des Banū l-‘Aǧlān5, quelles troupes de cavaliers !

  • 6  L’expression bi-l-sūdi astāhā signifie litt. « ceux qui ont les culs noirs ».
  • 7  Le commentaire qui suit immédiatement le vers indique qu’il s’agit de Muslim b. Qays, le neveu de (...)

55- [Vous luttiez contre eux] avec les vils cavaliers6 de Muslim7, le matin où celui qui rendait l’âme repoussait la mort avec tristesse.

  • 8  Voir supra la note relative à ce nom dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 50).

66- Lorsque Damas mugit [de colère], les seigneurs d’Abū l-‘Āṣī8, [qui] portaient [des armes (noires)] semblables aux chamelles galeuses enduites de goudron ;

  • 9  Les Umayyades sont les descendants de Umayya b.‘Abd Šams. Leur dynastie régna de 661 à 750 de J.-C (...)
  • 10  M. Lecker écrit dans son article de l’E.I. sur ce groupe : « Sulaym, tribu arabe, branche de la fé (...)
  • 11  Ce nom désigne la région Nord-ouest de la péninsule Arabique. C’est au Ḥiǧāz que se trouvent les d (...)

77- Conduisirent des vagues d’Umayyades9, qui n’avaient hérité ni des demeures de Sulaym10 dans al-Ḥiǧāz11, ni dans les collines.

88- Ce sont des rois, des gouverneurs et des hommes énergiques, lorsqu’on fomente des troubles contre eux, ils sont toujours prêts à les affronter.

  • 12  Ce mois, qui est le premier de l’année du calendrier lunaire hégirien est celui durant lequel eut (...)
  • 13  Notons que dans ce vers le poète emploie le mot mulk (royauté) pour parler du pouvoir umayyade.
    Ai (...)

99- Ils sortirent au début du mois de muḥarram12 et devinrent les maîtres d’un pouvoir13, qui n’était ni récent, ni usurpé.

1010- Avec des lances au bois dur, qui étaient telles des étoiles filantes, aux mains d’hommes qui s’exposaient à la mort, recevant des coups de sabre redoublés.

  • 14  Le poète s’adresse au calife umayyade ‘Abd al-Malik.

1111- Je n’ai point vu de pouvoir semblable à celui que j’ai vu t’échoir, sans [le moindre] coup de lance et sans heurts14.

1212- Par ma vie ! Je voyageai de nuit sans faiblir, sur une chamelle aux joues creuses, efflanquée,

  • 15  Voir la note relative à ce mot dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 38).
  • 16  Qiyam est le pluriel de qāma ; ce terme désigne un cylindre évidé [appelé aussi maḥāla], dans lequ (...)

1313- Semblable au mâle ; les ‘īs15 n’allaient pas aussi vite qu’elle, lorsqu’elles s’éloignaient en emportant leurs cavaliers, pareilles aux poteaux inégaux sur la bouche d’un puits16.

  • 17  Littéralement : le fourrage.

1414- Elle rivalisa à la course avec des chamelles amaigries aux yeux enfoncés dans la tête, lancées vers les bienfaits17 d’un roi qui n’était ni pauvre, ni avare.

  • 18  Désert de sable entre les localités de Fayd et al-Qurayyāt [au Nord de l’actuelle Arabie Saoudite] (...)
  • 19  Dans le dīwān, édition Qabāwa, le mot ḥuqb est glosé par ‘aṭšā [assoiffées] (voir Ši‘r al-Aḫṭal, p (...)

1515- C’était comme si les selles des cavaliers, lorsqu’elles prenaient la route le soir, étaient portées par des gangas de ‘Āliǧ18 ayant une bande blanche de plumes sur le ventre19

  • 20  Dans Muǧam al-buldān, Abāġ (ou Ubāġ) désigne une source dans le territoire des Iyād b. Nizār. Ubā (...)

1616- Qui se dépêchaient vers l’un des points d’eau d’Abāġ20, amaigries par les intenses chaleurs de midi, de journées embrasées, blanches de chaleur.

  • 21  Le mot ṣarīma signifie « monticule de sable ». Dans le corps du texte, on peut lire au sujet de ce (...)

1717- Lorsqu’elles portaient l’eau d’al-Ṣarāʼim21, elles volaient vite pour abreuver des oisillons couverts de duvet, dans une terre inhabitée, où il n’y avait aucun signe pour s’orienter,

  • 22  Ou salsola imbricata.
  • 23  S’agit-il de la plante appelée orge queue-de-rat (hordeum murinum) ?

1818- Des jumeaux ressemblants, dans une terre sans vent, où la chaleur était intense ; ils se réfugiaient [à l’ombre] de la soude imbriquée22 et de ‘irb23.

1919- Lorsque le chamelier cria pour les stimuler, elles devancèrent [les autres chamelles], leurs babines étaient loin de la racine de leur queue.

2020- Combien de voyages nocturnes, combien de campagnes et de vastes déserts traversés ! Pour venir à toi ô Commandeur des croyants.

  • 24  « Al-Ṣaḳāliba » : ce mot est le pluriel Ṣaqlabī ou Ṣiqlabī (de Ṣiqlāb dans A. de B. Kazimirski, Di (...)

2121- Efflanquées, elles s’écartaient des gens, comme si elles voyaient en eux des troupes de Slaves [aux cheveux] roux24.

  • 25  Localité entre Alep et Tadmur (Palmyre). Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 393 (...)
  • 26  Il est difficile d’affirmer ici qu’il s’agit des Numayr b. ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a, car d’autres tribus p (...)
  • 27  Selon les auteurs de l’article « Kalb b. Wabara », les Banū Kalb étaient « le groupe le plus puiss (...)

2222- Elles affrontèrent l’intérieur d’al-Ṣaḥṣaḥān25, alors qu’apparurent les tentes de nomades de Numayr26 et de Kalb27.

  • 28  Le mot « ‘Uqāb » désigne l’aigle, le grand étendard ou le gros rocher à flanc de montagne ou au pi (...)
  • 29  Voir la note relative à ce mot dans la première joute, poème d’al-Aḫṭal, v. 38.
  • 30  « ‘Aḏrāʼ » est le premier village de la Ġūṭa* de Damas qu’apperçoit le voyageur en sortant du défi (...)
  • 31  Les Banū l-Šaǧb est une fraction des Kalb. Voir le commentaire qui suit immédiatement le vers dans (...)

2323- Elles contournèrent par la droite Naǧd al-‘Uqāb28 et les ‘īs29 qui nous portaient, bifurquèrent à gauche, évitant ‘Aḏrāʼ30, là où habitent les Banū Šaǧb31.

2424- Elles nous éloignaient de tout. Lassés de saluer et de décliner nos lignages, nous étions comme des muets.

  • 32  C’est l’Étoile de la Chèvre ou Petite Chèvre, l’étoile la plus lumineuse de la constellation du Co (...)
  • 33  C’est une étoile rouge, la plus brillante de la constellation du Bouvier.
  • 34  Spica Virginis, l’étoile la plus brillante de la constellation de la Vierge.
  • 35  C’est la principale étoile de la constellation du Scorpion.

2525- Lorsque l’étoile Capella32 s’était levée et que les Pléiades avaient fait pénétrer leurs tresses entre l’Arcturus33, l’Épi de la Vierge34 et Antarès35

  • 36  Il s’agit ‘Abd al-Malik b. Marwān, le cinquième calife umayyade, qui régna de 65 à 86/685 à 705.

2626- Je les avais sellées pour venir chez toi, Commandeur des croyants36, mettant mon espoir dans le bon augure et la vaste demeure.

  • 37  Le contexte, un raḥīl vers le dédicataire du panégyrique, nous amène à traduire muʼmin (participe (...)

2727- Vers un protecteur37 dont le visage lumineux dissipe les agitations dues aux soucis et à la tristesse qui assaillent [l’esprit].

2828- Il est la destination de ceux qui sont dans le besoin ; ils sollicitent les dons en captifs et en butin d’un [homme] généreux.

2929- Tu vois la longue cotte de mailles en fer tombant sur le [corps d’un homme] qui affronte guerre et catastrophes.

3030- Frère de la guerre, [telle une chamelle pleine qui lève sa queue et mord] il se porte vers elle, lorsqu’elle est déclarée, que l’ennemi soit humble ou aguerri.

3131- C’est un chef [un imām] qui conduit sa cavalerie [à la guerre], au point que les colliers s’agitent aux cous des chevaux qui marchent avec zèle et dont les os des hanches sont apparents.

  • 38  Autre traduction possible : « choyés, préparés à la guerre ou aux tournois », selon l’explication (...)

3232- Choyés, préparés à la guerre ou à être conduits à côté des chameaux38, ils ont le regard fixe.

  • 39  Šaṭṭā désigne une petite localité en Égypte, proche de Dimyāṭ (Damiette), [Basse-Égypte], célèbre (...)

3333- Amaigris, ils ont l’habitude des événements graves. Ils sont couverts de housses faites à Šaṭṭā39 et font du bon butin.

3434- Si on leur impose la traversée de vastes déserts, le corbeau ne cesse de s’affairer sur l’un d’eux au dos brisé et cambré ou sur un poulain qui vient de naître.

3535- Les sabots usés et endoloris, ils évitent les endroits durs et pierreux de la route ; ils foulent le sol comme [l’aurait fait] un animal qui claudique.

3636- Chaque année tu fais une expédition contre les Byzantins, les traces des sabots [de ta cavalerie] et les chemins qu’elle a tracés, vont loin [dans leur territoire].

  • 40  Le mot siḫāl (pl. de saḫla) désigne en fait le petit de brebis ou de chèvre, ou encore le petit le (...)
  • 41  Notre traduction prend en compte le commentaire qui suit immédiatement le vers ; voir Naqāʼiḍ, p.  (...)

3737- Les juments expulsent [prématurément] les poulains40 aux confins du pays et déchirent les membranes qui les couvrent, comme si elles déchiraient des vêtements en étoffe rouge41.

  • 42  Nom d’un étalon célèbre.

3838- [Des juments] filles de Ġurāb42 ont mis bas avant terme. Et, à cause des longues [courses] dans les déserts et à force d’avoir trop tiré sur leurs rênes, elles sont efflanquées.

  • 43  Il s’agit des défilés par lesquels les armées arabes pénétraient dans le territoire byzantin.

3939- Elles ont deux jours, un jour de halte et un autre où elles se plaignent des petits cailloux [et] de la crainte que leur inspirent les défilés43.

4040- Elles marchent toute la nuit ; une nuit dont l’obscurité se fend sur un [homme] enflammé, qui poursuit les ennemis, sans se lasser, ni éprouver de la peur.

  • 44  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 65).
  • 45  Voir supra la note relative à ce nom dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 50).

4141- Qurayš44 fut bienveillante avec [l’un de ses enfants] le fils d’Abū l-‘Āṣī45, il est de sa souche ; or être de la souche d’une tribu n’est pas comme en être étranger.

4242- Dieu a institué le califat parmi eux, pour un [homme] dont l’honneur est intact, ses tables ne sont ni vides ni dégarnies.

4343- Dieu t’a jugé digne [du califat], malgré les ennemis et les menteurs qui se détournent de la vérité.

  • 46  Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān est l’ancêtre commun de la majorité des tribus arabes du Nord. Dans l’E. (...)
  • 47  Kilāb et Ka‘b sont deux fractions de Rabī‘a b.‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a.

4444- Si la guerre entre les deux tribus issues de Nizār46 a pris fin, cela nous convient, car nous avons vaincu Kilāb et Ka‘b47 ;

  • 48  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).
  • 49  Fleuve d’al-Ǧazīra dont les sources se trouvent à Ǧabal Sinǧār, à l’Ouest de Mawṣil [Mossoul]. Voi (...)

4545- Ainsi que la racaille, parmi les clans obscurs des Qays48, ils étaient au coude d’al-Ṯarṯār49 comme du bois en tas.

  • 50  Ce pronom renvoie aux cavaliers de l’armée de ‘Abd al-Malik auxquels le poète, par personnificatio (...)
  • 51  Forme apocopée de Ḥāriṯ.
  • 52  Al-Ḥāriṯ b. Ẓālim al-Murrī est l’un des futtāk (brave, hardi, téméraire) de l’antéislam. Il fut tu (...)

4646- Ils50 donnèrent la mort à al-Ḥāri51 b. Ẓālim52, d’un coup pénétrant dans le haut de l’abdomen.

  • 53  Voir supra la note relative à cette tribu mentionnée dans le vers 7 de ce poème.
  • 54  ‘Āmir b. Ṣa‘ṣ‘a, grande confédération de tribus qui fait partie des Qays ‘Aylān, voir la note rela (...)
  • 55  L’expression « راغية السقب » fait allusion à la chamelle du prophète Ṣāliḥ qui pleurait son petit. (...)

4747- Je jure que sur les bords d’al-Ṯarṯār, les Sulaym53 et les ‘Āmir54 furent frappés du même châtiment qui frappa les Ṯamūd55.

  • 56  Banū al-Ṣam‘āʼ [les fils d’al-Ṣam‘āʼ] : al-Ṣam‘āʼ était la mère de ‘Umayr b. al-Ḥubāb (et ses frèr (...)

4848- Les défaits parmi Banū al-Šam‘āʼ56 continuaient à se réfugier auprès de femmes aux bras et aux pieds crasseux.

  • 57  Voir la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16) et l’annexe 2.

4949- Dieu a couvert d’ignominie une troupe nombreuse de Kulayb57, ils étaient comme des chevreaux des montagnes rocailleuses qui se réfugiaient dans un enclos.

  • 58  Le mot kurā‘ (pl.) akāri‘ désigne, entre autres, l’extrémité de toute chose. Ici la patte d’un ani (...)
  • 59  Sous-entendu : ils ne somt pas nombreux.

5050- Ils sont la lie des hommes58, leur halte n’est pas vaste59 ; et ils ne défendent pas leurs troupeaux, ni les protègent.

5151- Séjourner chez eux ne console pas les hôtes, lorsque les sommets des acacias sont semblables à des juments blanches.

  • 60  Les Banū l-Kalb désigne les ici les Kulayb, le groupe de Ǧarīr.
  • 61  Dārim est le groupe tamīmite auquel appartient le poète al-Farazdaq

5252- Banū l-Kalb [fils de chien]60, si les fils de Dārim61 ne vous défendaient pas lors des moments difficiles et lors des disettes ;

  • 62  D’après la note qui suit immédiatement le vers (p. 108-109), un pacte existait entre les groupes t (...)

5353- Vous vous garantiriez de Mālik62 en acquittant un impôt, comme l’acquitte l’homme vil contraint et forcé.

  • 63  Voir supra la note relative au nom du poète dans ce même poème (v. 24).

5454- Celle qui a mis Ǧarīr63 au monde en poussant un gémissement a des yeux perfides et des penchants coupables.

5555- Ils disent ô Ǧarīr protège nos arrières [en donnant la chasse aux ennemis], [mais] Ǧarīr n’est ni un défenseur, ni un homme endurci.

Poème de Ğarīr (p. 109-114)

Mètre : al-ṭawīl

  • 64  Localité dans le territoire des Banū Tamīm. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 42 (...)

561- Ô ami, mes compagnons ne m’attendraient-ils pas aujourd’hui, [le temps] de saluer les traces de la tribu à Dārat al-Ǧaʼb64 ?

  • 65  Dans Mu‘ǧam al-buldān, Mulayḥa désignerait une montagne dans le pays des Ṭayyiʼ ou une localité da (...)
  • 66  Selon Yāqūt le toponyme « Naqb », sans l’article, désigne un village des Banū ‘Adī b. Ḥanīfa. Voir (...)

572- Que leur en coûterait-il d’arrêter leurs montures sur les traces effacées d’un campement entre les terrains sablonneux d’al-Mulayḥa65 et al-Naqb66.

  • 67  Voir la première joute, poème d’al-Aḫṭal, v. 38.
  • 68  Pour le mot burqa, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 7). Nous n’avons aucune inform (...)

583- J’ai pensé à toi, alors que les ‘īs67, étaient à Burqat Aǧmād68 comme le bois dont on fait des arcs.

594- Si tu m’empêches de guérir, [sache que] je vois des chemins qui mènent à une eau pure celui qui a soif,

  • 69  Ou alors qui a tourné son cou vers sa queue. ‘Āqid : signifie que l’animal a la tête tournée vers (...)
  • 70  Rahbā [رَهْبَا] désigne une ḫarbāʼ [un champ où pousse des arbres] dans al-Ṣammān dans le territoi (...)

605- Telle la mère d’un faon bien dupe, qui va voir [un mâle] au cou rond comme un bracelet69, sur le sol dur et élevé de Rahbā70.

  • 71  Ce toponyme désigne deux endroits : 1. une localité qui se trouve dans le Naǧd, dans le territoire (...)

616- Si je quitte al-Aḥaṣṣ71 et son eau ; on me fera boire des eaux saumâtres qui n’étancheront point la soif de mon cœur.

627- Nous régalons nos hôtes, lorsque l’hospitalité est digne d’éloge, et qu’il ne reste plus ni moelle ni os,

638- Lorsque le soir l’horizon ouest embrasé et désolé est comme la membrane qui couvre le fœtus d’une jument alezane.

649- Nous reconnaissons le droit des hôtes, et nos cavaliers ne cessent de défendre les troupeaux [dans les pâturages] les plus éloignés,

6510- Sur des chevaux de race choyés, qui sont une forteresse pour l’auteur d’un crime, un poison pour les ennemis et qui délivrent des soucis.

  • 72  Nom d’une localité sur la route entre Baṣra et la Mecque, voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., (...)
  • 73  Bisṭām b. Qays, le sayyid des Banū Šaybān, une fraction de Bakr, fut mis en fuite par les Banū Yar (...)

6611- Lors de la journée de Ṭiḫfa72 nous combattîmes les rois ; et nos chevaux le soir de la [mort] de Bisṭām73 allaient au devant de grands périls.

6712- Ils foulèrent souvent de leurs sabots les fronts de puissants abattus, et amassèrent butin sur butin.

6813- Je n’ai point blâmé les miens pour ce qu’ils ont bâti et ils ne m’ont point fait de reproches sur ma façon de les défendre.

6914- J’honore une gloire antique, elle ne cesse de s’élever grâce à ce qui est grand et difficile.

7015- Lorsque [de sa pointe] le lourd marteau frappe le corps de notre rocher, il rebondit sur les flancs protubérants, inégaux.

  • 74  Tribu à laquelle appartient al-Aḫṭal, voir supra dans la deuxième joute le poème de Ǧarīr, v. 10. (...)
  • 75  Nom d’un groupe tribal important de l’ancienne Arabie du Nord. Muḍar a pour ancêtres Nizār b. Ma‘a (...)
  • 76  Aucune information n’est donnée sur les Banū l-Ḥarb, ni dans les Naqāʼiḍ ni dans le dīwān. La noti (...)

7116- Tu [comptes] peut-être te vanter [toi aussi], porc des Taġlib74, quand, parmi les Muḍar75, les Banū Ḥarb76 rivalisent de gloire.

  • 77  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).
  • 78  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute, poème de Ǧarīr, v. 37.

7217- Si, parmi eux, les Qays77 et les Ḫindif78 déclarent la guerre, tu ne seras pas d’accord [pour en subir] les afflictions.

  • 79  Voir la note relative à ce toponyme dans cette même joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 3).

7318- Si tu avais eu [assez] de force pour semer le désordre lors des journées de Rāhiṭ79, tu l’aurais fait, mais tu en étais bien incapable.

7419- Nous possédons à votre détriment, les plaines du pays, les plateaux et les collines élevées.

7520- Tu sauras que la croix est bien inutile, lorsque les escadrons de Qays s’en viennent au grand matin, comme des [chamelles] galeuses enduites de goudron.

  • 80  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 39).
  • 81  Défilé par lequel on pénètre dans le territoire byzantin. Voir Naqāʼiḍ, p. 113, note « g ».

7621- N’as-tu pas vu [que] les Qays, les Qays ‘Aylān avaient exterminé des porcs, entre al-Šar‘abiyya80 et les défilés81.

  • 82  Dans le dīwānْْبِحَبْلَي « bi-ḥablay ». Voir Dīwān Ǧarīr, Beyrouth, Dār Beyrouth, 1986, p. 54, v. (...)

7722- Les Qays avaient expédié leurs chevaux rétifs contre toi, ils détruisirent les citernes dans lesquelles tu recueillais l’eau !82

  • 83  Il s’agit d’al-Huḏayl b. Zufar b. al-Ḥāriṯ al-Kilābī. À la mort de son père, il fit allégeance aux (...)

7823- Des cavaliers comme al-Huḏayl83, leurs lances portent le sang de l’ennemi, une couche sur l’autre.

  • 84  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10).
  • 85  Dans le recueil des Naqāʼiḍ (p. 113) : « bi-ḥablī ḏī mu‘āsaratin ṣa‘bi », il nous semble qu’il fau (...)

7924- Tu fus dans l’embarras, porc des Taġlib84, après que tu te fus agrippé aux deux cordes85 [d’une monture] difficile et rétive.

8025- Tu racontes à celui que tu rencontres que tu ne butes contre aucun obstacle, alors que tu affrontes malheur sur malheur.

  • 86  Al-Farazdaq, ce surnom qui signifie la « la Miche » est celui du poète Hammām b. Ġālib, Abū Firās. (...)

8126- Tu entrepris de soutenir al-Farazdaq86, or tu ne fus ni victorieux, ni glorieux.

8227- Tu te brûlas au feu dont il s’était brûlé, il t’y précipita et se défendit en t’utilisant dans ma guerre contre lui.

8328- Lorsque je lutte contre quelqu’un en tirant sur les cordes qui nous attachent l’un à l’autre par le cou, je tire [si fort] que les grands muscles de son cou se relâchent.

  • 87  Il s’agit de l’épouse de Nāǧiya le bisaïeul d’al-Farazdaq (Hammām b. Ġālib b. Ša‘ṣa‘a b. Nāǧiya b. (...)

8429-Qufayra87 est un soutien pour les Chrétiens et leur religion ; et les nobles vainqueurs sont mes alliés.

Notes

1  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

2  Litt. : « nous tranchons les attaches du désordre ».

3  Marǧ Rāhiṭ : plaine proche de Damas célèbre pour avoir été le cadre d’un épisode important de lutte pour le pouvoir qui opposa Marwān b. al-Ḥakam et ‘Abd Allāh b. al-Zubayr, à la mort du calife Mu‘āwiya II b. Yazīd [m. 684].
Suite au décès du successeur de Yazīd Ier, Marwān b. al-Ḥakam, qui bénéficiait du soutien des Kalbites, fut proclamé calife à al-Djābiya. Soutenu par les Qaysites, ‘Abd Allāh b. al-Zubayr fut quant à lui déclaré calife à la Mecque.
Le chef des Qays ‘Aylān, al-Ḍaḥḥāk b. Qays al-Fihrī, nommé gouverneur de Damas par ‘Abd Allāh b. al-Zubayr pris la tête des forces qaysites. ‘Abbād b. Ziyād, chef de l’armée marwanide alla à sa rencontre. La bataille décisive eut lieu à Marǧ Rāhiṭ le 18 août 684. Les troupes qaysites furent vaincues et la tête de leur chef, al-Ḍaḥḥāk fut tranchée et présentée à Marwān b. al-Ḥakam.
Voir N. Elisséeff, « Mardj Rāhiṭ », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VI, 1991, p. 529 [p. 529-530].

4  Muḥārib est le nom d’une fraction de Qays ‘Aylān. Qabāwa dans Ši‘r al-Aḫṭal [p. 44, note 5] signale que Muḥārib avait deux fils : Ǧasr et Ḫalaf et que ce clan était le plus vil parmi les clans qaysites.

5  Banū l-‘Aǧlān est une fraction du groupe tribal qaysite ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a.

6  L’expression bi-l-sūdi astāhā signifie litt. « ceux qui ont les culs noirs ».

7  Le commentaire qui suit immédiatement le vers indique qu’il s’agit de Muslim b. Qays, le neveu de Zufar b. al-Ḥāriṯ, le chef qaysite. Dans la note « d » il s’agirait de Muslim b. ‘Amr al-Bāhilī qui combattait les Marwānides aux côtés de Muṣ‘ab b. al-Zubayr. Voir les Naqāʼiḍ, p. 98.

8  Voir supra la note relative à ce nom dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 50).

9  Les Umayyades sont les descendants de Umayya b.‘Abd Šams. Leur dynastie régna de 661 à 750 de J.-C. ; voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 50).

10  M. Lecker écrit dans son article de l’E.I. sur ce groupe : « Sulaym, tribu arabe, branche de la fédération « nord-arabe » de Ḳays ‘Aylān [q.v.] dont la généalogie remonterait à Sulaym b. Manṣūr b. ‘Ikrima b. Khaṣafa b. Ḳays ‘Aylān. Le territoire de la tribu était situé dans al-Ḥidjāz [q.v.] ». Il ajoute plus loin : « Les Sulaym soutinrent ‘Abd-Allāh b. al-Zubayr [q.v.] et l’on rapporte que 600 d’entre eux furent tués au cours de la bataille de Mardj Rāhiṭ (64/684 [q.v.]). En 73/692-3, sous al-Djaḥḥāf b. Ḥakīm al-Dhakwānī, les Sulaym combattirent contre les Taghlib [q.v.] à al-Bishr [q.v.] dans la Syrie orientale. », M. Lecker, « Sulaym », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome IX, 1996, p. 852-853.

11  Ce nom désigne la région Nord-ouest de la péninsule Arabique. C’est au Ḥiǧāz que se trouvent les deux villes saintes de l’islam : la Mecque et Médine.

12  Ce mois, qui est le premier de l’année du calendrier lunaire hégirien est celui durant lequel eut lieu la bataille de Mardj Rāhiṭ en 64/684. Rappelons ici que durant ce mois, comme durant trois autres (ḏū l-qiʻda, ḏū l-ḥiǧǧa et raǧab), la guerre était prohibée.

13  Notons que dans ce vers le poète emploie le mot mulk (royauté) pour parler du pouvoir umayyade.
Ailleurs, il les désigne par le terme mulūk (rois). Sur cette titulature voir M. Bakhouch, Poétique de l’éloge, le panégyrique dans la poésie d’al-Aḫṭal, op. cit., p. 47, note 15.

14  Le poète s’adresse au calife umayyade ‘Abd al-Malik.

15  Voir la note relative à ce mot dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 38).

16  Qiyam est le pluriel de qāma ; ce terme désigne un cylindre évidé [appelé aussi maḥāla], dans lequel un axe est enfoncé. Pour puiser l’eau d’un puits on installe la qāma et son miḥwar [axe] sur deux supports en bois ou en dur. Voir supra la note relative à la maḥāla dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 0).

17  Littéralement : le fourrage.

18  Désert de sable entre les localités de Fayd et al-Qurayyāt [au Nord de l’actuelle Arabie Saoudite], territoitre des Banū Buḥtur, un sous-groupe de Ṭayyiʼ. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. IV, p. 69, 70 (pour ‘Āliǧ) ; p. 282-283 (pour Fayd) ; et p. 335 (pour al-Qurayyāt).
C. E. Bosworth écrit dans l’E.I. à propos de la première de ces deux localités : « L’importance de Fayd sous l’Islam vient de sa situation à peu près à mi-chemin sur la route du pèlerinage de Kūfa à La Mekke et Médine qui reçut par la suite le nom de Darb Zubayda [q.v., au Suppl.]. », C. E. Bosworth, « Fayd », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., supplément (livraison 5-6), 1982, p. 304 [p. 304-305].

19  Dans le dīwān, édition Qabāwa, le mot ḥuqb est glosé par ‘aṭšā [assoiffées] (voir Ši‘r al-Aḫṭal, p. 39, note 1).

20  Dans Muǧam al-buldān, Abāġ (ou Ubāġ) désigne une source dans le territoire des Iyād b. Nizār. Ubāġ, un homme géant « raǧul mina l-amāliqa », se serait fixé près de cette source et on lui aurait donné son nom. Une autre version soutient que ce nom ne désignait pas une source, mais une vallée derrière al-Anbār, le long du cours de l’Euphrate en direction de la Syrie « ‘alā ṭarīq al-Furāt ilā l-Šām ». Yāqūt signale dans sa notice qu’une bataille eut lieu à cet endroit, à l’époque antéislamique, entre les Ġassanides et les Laḫmides. Le roi al-Munḏir b. al-Munḏir b. Imriʼ al-Qays al-Laḫmī fut tué au cours de cette bataille. Voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. I, p. 61. Voir également C.E. Bosworth, « Ubāgh, », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome X, 2002, p. 820.

21  Le mot ṣarīma signifie « monticule de sable ». Dans le corps du texte, on peut lire au sujet de ce mot : « wa-l-Ṣarāʼim māʼ al-nizz hāhunā wa-fī mawḍi‘ āḫar al-ṣarīma mina l-raml al-muǧtami‘ ». Le mot nizz désigne l’eau qui sourd du sol.
Dans Muǧam al-buldān, le mot al-Ṣarāʼim est attesté comme le nom d’un lieu où une bataille opposa les Tamīm aux ‘Abs ; voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 400.

22  Ou salsola imbricata.

23  S’agit-il de la plante appelée orge queue-de-rat (hordeum murinum) ?

24  « Al-Ṣaḳāliba » : ce mot est le pluriel Ṣaqlabī ou Ṣiqlabī (de Ṣiqlāb dans A. de B. Kazimirski, Dictionnaire arabe/français, op. cit., vol. I, p. 1354) ; il désigne les Slaves et d’autres peuples d’Europe du Nord.
P.B. Golden signale dans l’article « al-Ṣaḳāliba » de l’E.I. que le vers d’al-Aḫṭal constitue la première référence à ce peuple dans les textes arabes. Voir P.B. Golden, C.E. Bosworth, P. Guichard et M. Meouak, « al-Ṣaḳāliba », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome VIII, 1993, p. 903 [p. 902-911].

25  Localité entre Alep et Tadmur (Palmyre). Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 393 et Naqāʼiḍ…, p. 102, note « a », où la même indication est donnée et où il est précisé que c’est un endroit où il fait très froid.

26  Il est difficile d’affirmer ici qu’il s’agit des Numayr b. ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a, car d’autres tribus portent le même nom. G. Levi Della Vida écrit dans l’article de l’E.I. qu’il consacre aux Numayr : « Leur nom, comme celui de Namr/Anmār porté par d’autres groupes ethniques (on connaît d’ailleurs, dans la liste des tribus arabes, plusieurs autres clans portant le même nom de Numayr : chez les Asad, les Tamīm, les Dju‘fī, les Hamdān, etc.), […]. », G. Levi Della Vida, « Numayr », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome VIII, 1993, p. 122 [p. 122-123].

27  Selon les auteurs de l’article « Kalb b. Wabara », les Banū Kalb étaient « le groupe le plus puissant des Ḳuḍā‘a ». Ils précisent que « D’après le système généalogique des Arabes (Ibn al-Kalbī, Djamharat al-nasab, etc.), les Kalb étaient d’origine yéménite, mais, pour des raisons politiques, ils prétendaient parfois appartenir aux Arabes du Nord et même à Ḳuraysh ». Ils indiquent qu’à l’époque antéislamique le plus grand chef de cette tribu, Zuhayr b. Ǧanab fut envoyé par un vice-roi yéménite pour « soumettre les Bakr et les Taghlib ». Voir J. W. Fück, A. A. Dixon, Réd., « Kalb b. Wabara », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome IV, 1978, p. 513-514 [p. 513-516].

28  Le mot « ‘Uqāb » désigne l’aigle, le grand étendard ou le gros rocher à flanc de montagne ou au pied d’une montagne. « Naǧd al-‘Uqāb » : lieu qui porte le nom de l’étendard de Ḫālid b. al-Walīd [chef des armées arabes au début des conquêtes (m. 642)]. L’étendard en question appartenait au Prophète. « Naǧd al-‘Uqāb », appelé « Ṯaniyyat al-‘Uqāb » par al-Ḫawārizmī qui indique que c’est un défilé près de Damas, que prennent les caravanes venant de l’Est et se dirigeant à l’Ouest vers cette ville. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. IV, p. 132. Voir également la note « b » des Naqāʼiḍ, p. 102.

29  Voir la note relative à ce mot dans la première joute, poème d’al-Aḫṭal, v. 38.

30  « ‘Aḏrāʼ » est le premier village de la Ġūṭa* de Damas qu’apperçoit le voyageur en sortant du défilé d’al-‘Uqāb. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. IV, p. 91. Voir également la note « b » des Naqāʼiḍ, p. 102. * Voir infra la note relative à ce mot dans la septième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 66).

31  Les Banū l-Šaǧb est une fraction des Kalb. Voir le commentaire qui suit immédiatement le vers dans Naqāʼiḍ, p. 102. Voir également Lisān al-‘Arab, entrée « šǧb », Ibn Manẓūr y indique : « wa-Banū l-Šaǧb qabīla min Kalb » ; et il cite ce vers d’al-Aḫṭal. Voir Ibn Manẓūr, Lisān al-‘Arab, op. cit., vol. I, p. 483-484.

32  C’est l’Étoile de la Chèvre ou Petite Chèvre, l’étoile la plus lumineuse de la constellation du Cocher.

33  C’est une étoile rouge, la plus brillante de la constellation du Bouvier.

34  Spica Virginis, l’étoile la plus brillante de la constellation de la Vierge.

35  C’est la principale étoile de la constellation du Scorpion.

36  Il s’agit ‘Abd al-Malik b. Marwān, le cinquième calife umayyade, qui régna de 65 à 86/685 à 705.

37  Le contexte, un raḥīl vers le dédicataire du panégyrique, nous amène à traduire muʼmin (participe actif de la forme IV) par protecteur au lieu de le traduire par croyant.

38  Autre traduction possible : « choyés, préparés à la guerre ou aux tournois », selon l’explication donnée dans le dīwān [édition Ṣālḥānī, p. 20, note c].

39  Šaṭṭā désigne une petite localité en Égypte, proche de Dimyāṭ (Damiette), [Basse-Égypte], célèbre pour la qualité de ses tissus. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 342-343.

40  Le mot siḫāl (pl. de saḫla) désigne en fait le petit de brebis ou de chèvre, ou encore le petit levreau qui ne suit plus sa mère, voir A. de B. Kazimirski, Dictionnaire arabe/français, op. cit., vol. I, p. 1066.

41  Notre traduction prend en compte le commentaire qui suit immédiatement le vers ; voir Naqāʼiḍ, p. 105.

42  Nom d’un étalon célèbre.

43  Il s’agit des défilés par lesquels les armées arabes pénétraient dans le territoire byzantin.

44  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 65).

45  Voir supra la note relative à ce nom dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 50).

46  Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān est l’ancêtre commun de la majorité des tribus arabes du Nord. Dans l’E.I., G. Levi Della Vida écrit au sujet de l’apparition de ce personnage dans la poésie : « le nom de Nizār n’apparaît que tardivement dans la poésie arabe, tandis que celui de Ma‘add (que l’on rencontre déjà chez les écrivains byzantins Procope et Nonnose) y est attesté de bonne heure, […] ». Il indique que ce n’est qu’« après la bataille de Mardj Rāhiṭ (65/684 [q.v.]), gagnée par les Kalb sur les Ḳays, que l’on commence à rencontrer le nom de Nizār avec une fréquence toujours croissante : c’est surtout dans la poésie politique qu’il est employé : Djarīr, al-Farazdaḳ, al-Aḵẖṭal, al-Ḳuṭāmī, Zufar b. al-Ḥārith s’en servent pour désigner l’origine commune des tribus du Nord, en y opposant les termes « Yaman » ou « Ḳaḥṭān ». L’expression Ibnā Nizārin « les deux fils de Nizār », devient courante : elle désigna comme faisant partie de la même unité ethnique les Muḍar (Kays ‘Aylān) et les Rabī‘a, qui étaient auparavant considérés comme étrangers les uns aux autres. […] ». Enfin, il conclut son article en affirmant que « Nizār n’est qu’une construction fictive, une étiquette étalée pour servir des intérêts politiques. », G. Levi Della Vida, « Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome VIII, 1993, p. 84-85.

47  Kilāb et Ka‘b sont deux fractions de Rabī‘a b.‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a.

48  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

49  Fleuve d’al-Ǧazīra dont les sources se trouvent à Ǧabal Sinǧār, à l’Ouest de Mawṣil [Mossoul]. Voir C. P. Haase, « Sindjār », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome IX, 1996, p. 667 [p. 667-668].

50  Ce pronom renvoie aux cavaliers de l’armée de ‘Abd al-Malik auxquels le poète, par personnification, a substitué les juments. Le pronom hunna dans ce vers se rapporte aux juments, (voir les vers 38-39 où il est question de banāt Ġurāb [les filles de Ġurāb] et les vers précédents).

51  Forme apocopée de Ḥāriṯ.

52  Al-Ḥāriṯ b. Ẓālim al-Murrī est l’un des futtāk (brave, hardi, téméraire) de l’antéislam. Il fut tué par Ibn Ḫims al-Taġlibī. Voir le commentaire qui suit immédiatement le vers 46 dans Naqāʼiḍ, p. 107. Voir E. Landau-Tasseron, « Murra », EI2, Leiden-New York, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VII, 1993, p. 628 [p. 628-630] ; et voir également Bellamy, J. A., « Dāḥis wa-l-Ghabrāʼ », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., supplément (livraison 3-4), 1981, p. 178-180.

53  Voir supra la note relative à cette tribu mentionnée dans le vers 7 de ce poème.

54  ‘Āmir b. Ṣa‘ṣ‘a, grande confédération de tribus qui fait partie des Qays ‘Aylān, voir la note relative aux Qays dans le poème de Ǧarīr de la deuxième joute, vers 27.

55  L’expression « راغية السقب » fait allusion à la chamelle du prophète Ṣāliḥ qui pleurait son petit. Contrevenant à l’ordre divin, les Ṯamūd tuèrent la chamelle que Ṣāliḥ fit sortir d’un rocher. Sur cette histoire, voir A. Rippin, « Ṣāliḥ », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome VIII, 1993, p. 1018-1019.

56  Banū al-Ṣam‘āʼ [les fils d’al-Ṣam‘āʼ] : al-Ṣam‘āʼ était la mère de ‘Umayr b. al-Ḥubāb (et ses frères), elle était noire de peau. Voir le commentaire qui suit immédiatement le vers, p. 107.

57  Voir la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16) et l’annexe 2.

58  Le mot kurā‘ (pl.) akāri‘ désigne, entre autres, l’extrémité de toute chose. Ici la patte d’un animal.

59  Sous-entendu : ils ne somt pas nombreux.

60  Les Banū l-Kalb désigne les ici les Kulayb, le groupe de Ǧarīr.

61  Dārim est le groupe tamīmite auquel appartient le poète al-Farazdaq

62  D’après la note qui suit immédiatement le vers (p. 108-109), un pacte existait entre les groupes tamīmites Banū Yarbū‘ et les Banū Nahšal b. Dārim, selon lequel les Nahšal devaient soutenir les Yarbū‘ contre tout ennemi, à l’exclusion de Banū Mālik b. Ḥanẓala. En échange de quoi, les Yarbū‘ devaient venir en aide aux Nahšal contre tous leurs ennemis. Le poète fait allusion à ce pacte et dit que sans la protection des Dārim, ils auraient payé l’impôt aux Banū Mālik b. Ḥanẓala.
Signalons que Banū Yarbū‘ et les Banū Mālik descendent tous les deux de Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm.

63  Voir supra la note relative au nom du poète dans ce même poème (v. 24).

64  Localité dans le territoire des Banū Tamīm. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 425-426. Voir également la note « e » de la page 109 dans Naqāʼiḍ…

65  Dans Mu‘ǧam al-buldān, Mulayḥa désignerait une montagne dans le pays des Ṭayyiʼ ou une localité dans le territoire des Tamīm. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 298. Voir également la note « a » de la page 110 dans Naqāʼiḍ…

66  Selon Yāqūt le toponyme « Naqb », sans l’article, désigne un village des Banū ‘Adī b. Ḥanīfa. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 196-197.

67  Voir la première joute, poème d’al-Aḫṭal, v. 38.

68  Pour le mot burqa, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 7). Nous n’avons aucune information sur Burqat Aǧmād, ni dans les Naqāʼiḍ ni dans le dīwān ni dans Mu‘ǧam al-buldān. Dans ce dernier (voir p. 631) nous avons une variante « bi-Burqati Aḥǧārin », au lieu de « bi-Burqati Aǧmādin », sans aucune autre précision. Yāqūt mentionne Burqat Aḥǧār mais sans la situer géographiquement ; et il cite le vers de Ǧarīr, sans le nommer. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. I, p. 390.
Al-Bakrī indique dans Mu‘ǧam mā sta‘ǧam qu’Aǧmād est le nom d’une contrée dans les environs d’al-Baṣra ; voir al-Bakrī, Mu‘ǧam mā sta‘ǧam min asmāʼ al-buldān wa-l-mawāḍi‘, Beyrouth, ‘Ālam al-kitāb, s. d., vol. I, p. 114.
Signalons enfin que nous retrouvons le mot « aǧmād » dans le vers 5, comme nom commun (pluriel de ǧumd et ǧumud) et premier terme d’une annexion avec le toponyme Rahbā, voir infra.

69  Ou alors qui a tourné son cou vers sa queue. ‘Āqid : signifie que l’animal a la tête tournée vers sa queue en position de repos sur le sol ou qui dort ou bien une gazelle en alerte qui a la tête dressée parce qu’elle a peur pour son petit. Voir Ibn Manẓūr, Lisān al-‘Arab, op. cit., vol. III, p. 296-300.

70  Rahbā [رَهْبَا] désigne une ḫarbāʼ [un champ où pousse des arbres] dans al-Ṣammān dans le territoire des Banū Tamīm. Voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 107. Pour ḫarbāʼ, voir supra la note relative au mot naqīa dans la sixième joute (poème de de Ǧarīr, v. 8).
La notice de Muǧam al-buldān consacrée à ce toponyme indique 1. que dans les temps anciens al-Ṣammān appartenait aux Banū Ḥanẓala ; al-Ḥazn aux Banū Yarbū‘ et que les deux groupes avaient en partage al-Dahnāʼ [un territoire limitrophe d’al-Ṣammān]. 2. al-Ṣammān est le nom d’une montagne rouge d’une altitude modeste dans le pays des Tamīm. 3. Qu’il est proche des terres sablonneuse de ‘Āliǧ [ramlĀliǧ] et que neuf journées de marche le séparent d’al-Baṣra. 4. al-Ṣammān est une contrée dans le territoire des Tamīm [balad min bilād Banī Tamīm]. 5. al-Ṣammān est une contrée qui appartient aux Banū Asad. Voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 423.

71  Ce toponyme désigne deux endroits : 1. une localité qui se trouve dans le Naǧd, dans le territoire des Rabī‘a ; 2. une contrée en Syrie, dont le chef lieu, Ḫunāṣira est à une soixantaine de kilomètres au sud-est d’Alep. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. I, p. 112-115 ; Kindermann H., « Rabī‘a et Muḍar », EI2, op. cit., p. 365-367 (voir supra) ; et Réd., « Khunāṣira », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome V, 1986, p. 54. Signalons ici que Yāqūt cite trois autres vers de Ǧarīr, dans lesquels il est fait deux fois mention d’al-Aḥaṣṣ.

72  Nom d’une localité sur la route entre Baṣra et la Mecque, voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. IV, p. 23-24. C’est également le nom d’une « journée » qui y eut lieu, à l’époque antéislamique, et qui a vu la victoire du clan de Ǧarīr sur le roi laḫmide d’al-Ḥīra.
Dans Mu‘ǧam al-buldān [op. cit., vol. IV, p. 23-24], dans Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya [p. 79-82] ; et dans Naqāʼiḍ, le roi en question est al-Munḏir b. Māʼ al-Samāʼ. Nous lisons, en effet, dans la note « b » de la page 112 des Naqāʼiḍ : « YawmṬiḫfa wa-yuqālu lahu ayḍan Yawm Ḫazāz* wa-Yawm al-Ruḫayḫ wa-yawm Ḏāt kahf wa-fīhi ntaṣara Banū Yarbū‘ ‘alā l-Munḏir b. Māʼ al-Samāʼ malik al-Ḥīra wa-usira Qābūs b. al-Munḏir wa-Ḥassān aḫū l-Munḏir ».
Par contre, dans l’E.I. le roi d’al-Ḥīra qui affronta les Yarbū‘ à Ṭiḫfa est al-Nu‘mān b. al-Munḏir. Voir I. Shahîd, « al-Nu‘mān [III] b. al-Mundhir », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome VIII, 1993, p. 121-122. Voir les détails de ce Yawm dans l’ouvrage de Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm et ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 79-82, où il est également indiqué qu’à cette journée, les Banū Yarbū‘ avaient défait al-Munḏir b. Māʼ al-Samāʼ ; voir la note relative au nom de la journée, p. 79.
* Yawm Ḫazāz est le nom d’une autre journée, voir supra et voir Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 90-91.

73  Bisṭām b. Qays, le sayyid des Banū Šaybān, une fraction de Bakr, fut mis en fuite par les Banū Yarbū‘, lors de Yawm al-Iyād appelé aussi Yawm al-‘Uẓālā, à l’époque antéislamique. Voir Naqāʼiḍ, p. 112, note « b » et Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 154-158. Voir également M.J. Kister, « Bisṭām b. Ḳays », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 1285 [p. 1285-1286].
Dans Naqāʼiḍ (note « b », p. 112), il est indiqué que le poète fait allusion à Yawm al-‘Uẓālā, appelé aussi Yawm al-Iyād ou Yawm al-Ufāqa ou Yawm A‘šāš ou Yawm Mulayḥa. Nous pensons qu’il est difficile d’affirmer cela, car les batailles entre les contribules de Bisṭām et les Banū Yarbū‘ et/ou les Tamīm furent nombreuses ; voir l’article de l’E.I. sur Bisṭām.

74  Tribu à laquelle appartient al-Aḫṭal, voir supra dans la deuxième joute le poème de Ǧarīr, v. 10. Voir également l’annexe 1.

75  Nom d’un groupe tribal important de l’ancienne Arabie du Nord. Muḍar a pour ancêtres Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān. Voir sa descendance dans l’arbre généalogique qui figure dans la note relative à Qays ‘Aylān (première joute, poème de Ǧarīr, v. 12) ; voir également l’article de H. Kindermann, « Rabī‘a et Muḍar », EI2, op. cit., p. 365-367.

76  Aucune information n’est donnée sur les Banū l-Ḥarb, ni dans les Naqāʼiḍ ni dans le dīwān. La notice d’al-A‘lām ne permet pas non plus d’en savoir plus sur ce groupe. On y apprend que l’ancêtre des Banū Ḥarb (Ḥarb) vécut à l’époque antéislamique et était yéménite. Une première source indique que ses descendants s’étaient installés dans le Hiǧāz. Une deuxième estime que les Banū Ḥarb d’al-Hiǧāz étaient des Arabes du Nord et qu’ils constituaient une fraction (min buṭūn) de Banū Hilāl b. ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a. Selon une troisième source, le nom Banū Ḥarb désigne trois tribus au Hiǧāz, au Yémen et au Ṣa‘īd. Enfin, al-Ziriklī considère que les Ḥarb du Hiǧāz sont un « mélange » [ḫalīṭ] de plusieurs tribus et que certaines d’entre elles, avaient pour ancêtre Ḥarb b. ‘Illa. Voir al-Ziriklī, al-A‘lām, qāmūs li-ašhari l-riǧāli wa-l-nisāʼi mina l-‘Arab wa-l-musta‘ribīn wa-l-mustašriqīn, Beyrouth, Dār al-‘ilm li-l-malāyīn, 1990, vol. II, p. 173.

77  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

78  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute, poème de Ǧarīr, v. 37.

79  Voir la note relative à ce toponyme dans cette même joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 3).

80  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 39).

81  Défilé par lequel on pénètre dans le territoire byzantin. Voir Naqāʼiḍ, p. 113, note « g ».

82  Dans le dīwānْْبِحَبْلَي « bi-ḥablay ». Voir Dīwān Ǧarīr, Beyrouth, Dār Beyrouth, 1986, p. 54, v. 7.

83  Il s’agit d’al-Huḏayl b. Zufar b. al-Ḥāriṯ al-Kilābī. À la mort de son père, il fit allégeance aux Marwānides et fut aux côtés de Maslama b. ‘Abd al-Malik, lorsque celui-ci partit à al-Baṣra pour mettre fin à la rebellion de Yazīd b. al-Muhallab. Il serait mort après 720 de J.C. Voir al-Ziriklī, al-A‘lām, op. cit., p. 79-80. Voir également P. Crone, « Muhallabides », EI2, Leiden-New York, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VII, 1993, p. 361-363.

84  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10).

85  Dans le recueil des Naqāʼiḍ (p. 113) : « bi-ḥablī ḏī mu‘āsaratin ṣa‘bi », il nous semble qu’il faut lire « bi-ḥablay ». Cette lecture est attestée dans le dīwān. Voir Dīwān Ǧarīr, Beyrouth, Dār Beyrouth, 1986, p. 54, v. 7.

86  Al-Farazdaq, ce surnom qui signifie la « la Miche » est celui du poète Hammām b. Ġālib, Abū Firās. Il appartenait aux Muǧāši‘, un sous-groupe des Dārim, une branche de Tamīm. Une guerre verbale de plus de quarante ans va l’opposer à Ǧarīr. Il est mort en 728 de J.C. Selon R. Blachère, le dīwān d’al-Farazdaq « dans l’édition Ṣāwī, compte 7630 vers environ, ce qui est la masse la plus considérable qu’on connaisse dans toute la poésie arabe [sic]. », R. Blachère, « al-Farazdaḳ », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 807-808. Voir également l’annexe 5.

87  Il s’agit de l’épouse de Nāǧiya le bisaïeul d’al-Farazdaq (Hammām b. Ġālib b. Ša‘ṣa‘a b. Nāǧiya b. ‘Iqāl b. Muḥammad al-Muǧāši‘ī). Voir Naqāʼiḍ, p. 114, note « e ».

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search