Version classiqueVersion mobile

La rivalité d’honneur ou la fabrique de l’altérité

 | 
Mohammed Bakhouch

Traduction

Deuxième joute

Texte intégral

Poème d’al-Aḫṭal (p. 70-83)

Mètre : al-kāmil

  • 1  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 1). Signalo (...)
  • 2  C’est le prénom de la bien-aimée du poète.

11- Tes yeux t’avaient-ils menti ou bien avais-tu [réellement] vu à Wāsiṭ1, dans l’obscurité de la fin de la nuit, l’apparition d’al-Rabāb2 ?

  • 3  Aucune indication n’est donnée dans les Naqāʼiḍ pour ce mot. En revanche, la note 2 de la page 84  (...)

22- Après avoir rompu les liens d’amitié et d’amour, là-bas, sur une terre de boue, de pierres et de sable ; elle t’apparut à al-Abāliḫ3.

33- Je fus saisi d’admiration [lorsque], telle une fée, elle apparut ; [certes, pour te séduire] les belles te montrent leurs plus beaux atours !

44- Pécheresses, elles tendent les grands rets de l’amour pour capturer les égarés.

55- Si tu mets dans la balance leurs enfantillages et leur sagesse c’est du côté des premiers qu’elle penchera.

66- Leurs ruses, lorsque nous en sommes l’objet, et leurs charmes, sont inégalés.

77- Elles couvrent d’insultes celui qu’elles aiment et tiennent des propos aimables à celui qu’elles détestent.

88- Tant que tu es présent, elles tiennent leurs engagements envers toi ; et si, par ennui, tu t’en détournes, eh bien elles en font autant !

99- Si elles te promettent une faveur, elles manquent à leur parole, différant sans cesse l’accomplissement de leurs promesses.

1010- Qu’elles en viennent à t’appeler « mon oncle », et auprès d’elles ta cause est plus que jamais perdue.

1111- [Mais] si elles te donnent du « petit frère », c’est qu’amour et union sont à ta portée.

  • 4  C’est la kunya de la bien-aimée du poète (teknonyme signifiant ici « mère de Muḥallim »).

1212- Est-ce la rupture Umm Muḥallim4 ? Ou est-ce de la coquetterie ? [Si c’est le cas] cela n’a que trop duré.

1313- Tu sais [bien] que lorsque les chamelles pleines de dix mois, reviennent le soir en marchant d’un pas tremblant comme des autruchons et sont renversées par le vent du nord

1414- Qui jette sur les arbres à épines des flocons de sa neige, en grande quantité [au point de les couvrir entièrement] ;

1515- [Tu sais] qu’avant les familles, nous servons à notre hôte la chair d’animaux jeunes, bien portants et fraîchement abattus ; et que nous tuons les héros !

  • 5  C’est le clan auquel appartient Ǧarīr. Les Banū Kulayb b. Yarbū‘ est une branche de la tribu muḍar (...)
  • 6  Le commentaire qui suit le vers, qui est censé être celui d’Abū Tammām, ne donne pas avec certitud (...)

1616- Ô fils de Kulayb5 ; mes deux oncles6 sont ceux qui tuèrent les rois et brisèrent les fers [des prisonniers] !

  • 7  Il s’agit de Salama b. Ḫālid b. Burrat al-Qunfuḏ. Il a été surnommé al-Saffāḥ (qui verse, qui répa (...)
  • 8  M. Lecker écrit au sujet de yawm al-Kulāb appelé également Kulāb Rabī‘a, qui eut lieu après 530 ap (...)

1717- Leur frère, al-Saffāḥ7, assoiffa ses chevaux et il ne les fit boire qu’une fois arrivé au puits d’al-Kulāb8 !

  • 9  Al-Kulāb : le commentaire qui suit le vers 17 indique que ce nom désigne un puits des Tamīm [wal-K (...)

1818- Des confins d’al-Kulāb9, ils sortirent vers vous, rapides tels des lions qui se précipitent vers une eau rare qui suinte d’un rocher.

1919- Grands, de forte constitution, dociles, on aurait dit qu’ils étaient remplis d’orgueil.

2020- Des juments bondissantes, blessées par les armes à l’encolure, on aurait dit qu’une teinture rouge coulait sur leurs poitrails.

2121- Elles étaient efflanquées et courbées par les voyages nocturnes et les charges aux combats.

2222- Leurs corps blancs de sueur séchée étaient comme couverts de housses blanches. 23- On ne les rencontre guère qu’amaigries, prêtes à affronter leur destin.

  • 10  Le mot Ribāb désigne six tribus confédérées qui sont : Ḍabba, ‘Adī, Taym, ‘Ukl, Ṯawr et Banū ‘Abd (...)

2324- Elles décimèrent les tiens, ô Ǧarīr, et d’autres encore ; et massacrèrent sur leurs lieux de séjour des groupes d’al-Ribāb10.

  • 11  Nous suivons ici le commentaire du dīwān (dans les deux éditions celle de Ṣālḥānī et celle de Qabā (...)

2425- De leurs poitrails elles écrasèrent tant et si bien les rois stupéfaits11, que leurs sabots avaient des semelles de sang.

  • 12  Les Riyāḥ sont une fraction des Yarbū‘, un groupe de Tamīm. Voir G. Levi Della Vida, « Yarbū‘ », E (...)
  • 13  Voir supra la note relative à al-Ribāb (v. 24 de ce même poème).

2526- Elles lancèrent des regards hostiles aux Riyāḥ12, après avoir couvert les Ḍabba13 de l’ombre des sabres.

  • 14  D’après le commentaire qui suit ce vers, Šaqīq est un homme de la tribu de Ḍabba. Al-Huḏayl aurait (...)
  • 15  Selon le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 77) Naḍra était l’épouse de Šaqīq. Leur fi (...)

2627- Elles firent irruption dans la demeure de Šaqīq14 et virent un grain de beauté sur la joue de Naḍra15.

  • 16  C’est le nom d’une fraction de Banū Yarbū‘ (groupe tribal tamīmite). Pour Yarbū‘, voir infra la no (...)

2728- À pied, vêtus de leurs manteaux, les Banū Ġudāna16 couraient sous leurs ventres.

  • 17  Nous ne savons rien sur ce toponyme. Yāqūt signale simplement qu’il s’agit d’un nom de lieu qui fi (...)
  • 18  Uṯāl : ce toponyme désigne de nombreux endroits. Le lieu le plus probable auquel fait référence al (...)

2829- Elles les portaient comme les chiennes portent leurs chiots, jusqu’à ce qu’elles fussent arrivées à ‘Urā‘ir17 et Uṯāl18.

  • 19  Al-Huḏayl b. Hubayra des Ṯa‘laba b. Bakr (ou plutôt des Ḥurfa b. Tha‘laba) était un chef des Taġli (...)
  • 20  Nom d’un point d’eau parmi ceux que l’on trouve dans le désert : « min miyāh al-bādiya » ; il appa (...)

2930- Al-Huḍayl19 avait progressé vers vous, vous attaqua à Irāb20, et y distribua le butin.

  • 21  Ce surnom désigne des groupes appartenant à la tribu de Taġlib. Dans l’article « Taghlib » de l’EI(...)

3031- À la tête d’une cavelerie nombreuse ; il fit appel aux Arāqim21, leurs guerriers n’étaient ni désarmés ni de piètres cavaliers.

3132- À force de galoper, les chevaux avaient des têtes amaigries, comme s’ils étaient atteints de phtisie.

  • 22  Les Ġawāḍir sont les Banū Ġāḍira b. Mālik b. Ṯa‘laba b. Dūdān, un sous-groupe de la tribu Asad, qu (...)

3233- À chaque jeune fille des Ġawāḍir22, ils mirent une chaînette de chevilles.

  • 23  Les Fazāra sont une fraction des Ḏubyān, un sous-groupe de Ġaṭafān, une confédération de tribus de (...)
  • 24  Nom de l’une des trois ou quatre flèches qui ne sont ni gagnantes ni perdantes dans le jeu du mays (...)
  • 25  Jeu de hasard [jeu de flèches] qui sera interdit par l’islam. Kazimirski précise que ce jeu consis (...)

3334- Ils fondirent sur Fazāra23 et revinrent à la charge, on aurait dit le tirage récurrent de la flèche manīḥ24 dans le jeu du maysir25 ; et là-bas, ils voltigèrent sans cesse autour d’eux.

  • 26  Maš‘ar et miš‘ar (pl.) mašā‘ir désigne les lieux « où l’on acquitte des cérémonies religieuses ou (...)
  • 27  Ṯaqīf est un groupe qui fait partie de Hawāzin, l’une des composantes de la grande tribu muḍarite, (...)
  • 28 Hilāl est un groupe de ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a, grande confédération de tribus qui, comme Ṯaqīf, fait part (...)

3435- Et ils se jetèrent sur tous les lieux sacrés26 et tuèrent les Ṯaqīf27 et les Hilāl28 qui s’y trouvaient.

  • 29  Selon le commentaire qui suit le vers, il s’agit ici de ‘Umayr b. al-Ḥubāb b. Ǧa‘da al-Sulamī, l’u (...)

3536- Ils firent boire un verre amer à leurs ennemis et mirent définitivement fin à la grandeur de Banū l-Ḥubāb29.

  • 30  Selon le commentaire qui suit le vers (p. 80), Kāhil et al-Muhazzam étaient de Banū ‘Āmir et furen (...)

3637- Ils se jetèrent sur le cadavre de Kāhil, le dénudèrent et laissèrent Ibn al-Muhazzam [définitivement] inerte30.

3738- Ils tuèrent ceux qui portaient les armes et les autres, et laissèrent les défaits à ta charge.

  • 31  Al-Ǧaḥḥāf b. Ḥakīm al-Ḏakwānī, chef des Sulaym, une fraction de Qays ‘Aylān. Voir supra les notes (...)
  • 32  Nom d’une localité dans al-Ǧazīra [voir infra] où eut lieu la « journée » du même nom qui opposa l (...)

3839- Al-Ǧaḥḥāf31 pleura à cause de leur attaque à al-Šar‘abiyya32, lorsqu’il vit les enfants.

  • 33  Localité située entre la Mecque et ‘Arafa. C’est dans cette cité que les pèlerins, dans le pèlerin (...)

3940- Ils foulèrent les lieux de sacrifice à Minā33 et lancèrent sur les montagnes un grand nombre de chevaux.

4041- Ô Ǧarīr, tu te démènes vainement, et tu exposes les turpitudes de ta mère aux ignorants.

  • 34  Qabāwa, dans Ši‘r al-Aḫṭal, p. 91, note 3, signale qu’al-Ǧāḥiẓ, dans Faḫr al-Sūdān ‘alā l-bīḍān, f (...)
  • 35  Les Dārim est un groupe qui fait partie des Tamīm. Ils sont les descendants de Mālik b. Ḥanẓala b. (...)
  • 36  Ḥāǧib b. Zurāra b. ‘Udus b. Zayd b. ‘Abd Allāh b. Dārim b. Mālik b. Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt (...)
  • 37  Arrière-arrière-grand-père d’al-Farazdaq. Le nom complet d’al-Farazdaq est : Hammām b. Ġālib b. Ṣa (...)

4142- Bêle [pour appeler] tes moutons ô Ǧarīr, tu t’es fait des idées dans ta solitude34. 43- Tu espérais être comme Dārim35, ou être l’égal de Ḥāǧib36 et ‘Iqāl37.

4244- Si tu mettais ton père dans leur balance, son plateau bondirait vers toi, ton père ne faisant pas le poids.

4345- La puissance et le grand nombre sont pour Dārim, leur frère trouve les fardeaux légers.

4446- Ceux qui t’interdisent l’eau, jusqu’à ce qu’ils en boivent le meilleur et qu’ils la partagent à grands seaux remplis.

  • 38  Régis Blachère écrit au sujet de ce surnom : « Dans leurs épigrammes, ses rivaux lui donnent les s (...)

4547- Alors que le fils de la traînée38 retient ses ânes, ils sont éloignés comme s’ils étaient des chameaux étrangers, ils ne goûtent point à l’eau.

  • 39  Les deux branches de Wāʼil sont les Bakr et les Taġlib. Wāʼil est le descendant de Ǧadīla b. Asad (...)

4648- Lorsque les deux branches de Wāʼil39 s’élèvent vers la gloire ; et que par torrents, de tous les côtés, l’eau du fleuve te submerge et t’emporte ;

4749- Tu seras le fétu de paille, dans la grande masse d’eau, d’un [fleuve] trouble et tumultueux, que le torrent vomit et qui dérivera dans un égarement sans fin.

48Poème de Ǧarīr (p. 83-97)

49Mètre : al-kāmil

  • 40  Selon Yāqūt, Rāma est le nom d’un poste relais dans le territoire des Tamīm, sur la route menant d (...)

501- Salue le matin à Rāma les vestiges40 ; lieux altérés, par leurs habitants abandonnés.

512- [Se succèdant] jour et nuit, les intempéries y laissèrent voies et espaces pour les vents.

523- Après [le départ] de tous tes habitants tu devins un lieu désert, alors que tu étais une demeure très fréquentée.

534- On ne trouve plus de demeure semblable à ce que tu étais jadis ; alors, que Dieu t’arrose de la pluie de la constellation Arcturus par seaux remplis.

545- Je fus étonné par les demeures et leurs habitants ; et par le temps qui change constamment les choses.

556- Et je vis comment, après les courses rapides, la monture de la jeunesse, désormais âgée, ne trouva plus goût au voyage.

  • 41  Yāqūt, indique que le mot burqa désigne un sol avec des pierres de couleurs diverses ; voir Yāqūt, (...)
  • 42  ‘Āqil : toponyme qui désigne divers endroits. Yāqūt cite Ibn Ḥabīb qui le situe dans le territoire (...)

567- Oui ! Le jour de Burqat41 ‘Āqil42, les litières avaient agité un homme qui souffrait et avaient aggravé son mal.

578- Le cœur fut ému à leur évocation, alors que s’inclinant vers leur coucher les étoiles conduisaient la nuit à son terme.

  • 43  ‘Āqilayn [‘Āqilān] est le duel de ‘Āqil utilisé ici pour des raisons prosodiques. Yāqūt cite le ve (...)
  • 44  Am‘az : ce terme désigne le sol dont les cailloux sont de couleur blanche.
  • 45  Il s’agit en fait du toponyme Rāma mis au duel ; voir Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., (...)

589- Les litières [cheminèrent] en laissant Burqat ‘Āqilān43 à droite et le sol caillouteux44 de Rāmatān45 à gauche.

5910- Lorsqu’elles se vantaient de leur origine, elles ne la rapportaient pas à Taġlib. Dieu les a pourvues du brillant de l’opulence et de beauté.

6011- Lorsque les ombres du jour s’étaient raccourcies, et que lasses et fourbues, les montures avaient manqué de vigueur ;

6112- Des hommes, cheveux en désordre et poudreux, amaigris, aux tuniques usées, comme se pavanant, leur faisaient accélérer la marche.

6213- Elles donnèrent jour à des avortons de six mois, et l’on remplaça leurs semelles usées par d’autres.

  • 46  Umm Ḥazra est la kunya de Ḫālida, l’épouse de Ǧarīr [teknonyme qui signifie « mère de Ḥazra »].

6314- L’apparition d’Umm Ḥazra46 survint au plus fort de la nuit ; ah ! que j’avais chéri son apparition lorsqu’elle survint !

  • 47  Waǧra n’est pas située d’une manière précise dans Mu‘ǧam al-buldān. Yāqūt rapporte les propos d’au (...)

6415- Reviens ! Je ne les accompagnerai pas demain sur le terrain inégal et raboteux de Waǧra47, là où elles seront conduites promptement.

  • 48  Le mot Dāra signifie ici colline sablonneuse arrondie ou plateau entre les montagnes. Le mot Dāra (...)

6516- Oh ! Si j’avais su le jour de Dārat Ṣulṣul48 : voulait-elle rompre ou bien faisait-elle sa coquette ?

  • 49  ‘Amāyatayn [‘Amāyatān] : pour des raisons prosodiques, le poète utilise ce nom au duel. Voir le co (...)
  • 50  C’est le nom d’une montagne située dans le Naǧd. Abū Ziyād al-Kilābī, cité par Yāqūt, indique que (...)

6617- Si les bouquetins aux pieds tachés de blanc de ‘Amāyatān49 et Yaḏbul50 avaient entendu tes paroles, ils seraient descendus de leurs montagnes.

  • 51  Tribu à laquelle appartient à al-Aḫṭal, voir supra la note relative à ce nom de tribu dans ce poèm (...)

6718- Je suis un châtiment et une punition pour les injustes, je ne préserverai point les Taġlib51 !

6819- Que Dieu maudisse les Taġlib, je n’ai que mépris pour leur honneur et leurs menaces.

6920- Que Dieu maudisse les Taġlib, chaque fois que les pèlerins tendent les mains pour prier et chaque fois qu’ils s’écrient « Dieu est grand ! ».

  • 52  L’écho des versets 97 et 98 de la deuxième sourate du Coran « al-Baqara » résonne dans ce vers. Vo (...)

7021- Ils adorent la croix et ne croient ni en Muḥammad, ni en Gabriel, ni en Mikaël52.

7122- J’ai appris que les hommes de Taġlib forniquent entre eux et que leurs femmes considèrent licite ce qui ne l’est pas.

7223- Ils couchent avec leurs filles lorsqu’ils sont étourdis par le vin et sont accoutumés à chercher protection et à mendier.

  • 53  Ce vers, indique le commentaire, avait suscité la colère des esclaves noirs [lammā qāla Ǧarīr hāḏā (...)

7324- Ne cherche pas une parenté d’oncle chez les Taġlib, les Zanǧ (les Noirs) sont des oncles maternels plus nobles53 !

  • 54  Les trois expressions rendent compte de la réaction de l’avare lorsqu’on lui demande l’hospitalité (...)

7425- Lorsqu’on lui demande l’hospitalité, le taġlibite fait entendre une quinte de toux, se gratte le derrière et cite des proverbes54.

  • 55  Il s’agit du territoire occupé par les Taġlib. Un territoire où eurent lieu les batailles entre ce (...)

7526- As-tu oublié ta journée à al-Ǧazīra55 ? Ses conséquences furent un tourment pour toi.

  • 56  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

7627- Les protecteurs de Qays56 t’attaquèrent avec des chevaux non étrillés, renfrognés, qui portaient des héros.

  • 57  Ce vers n’est pas sans rappeler le verset 4 de la sourate 63 : al-Munāfiqūn [Les Hypocrites] :
    4 Lo (...)

7728- Depuis, tu vois en toute chose des chevaux et des combattants à pied qui vous attaquent57.

7829- Allons ! Demande aux ordures [que charrie] le Tigre ce qu’il en est de vous, alors que les hyènes déchiquettent les articulations.

  • 58  La maḥāla est un appareil qui permet de puiser l’eau d’un puits, Kraemer, l’auteur de la première (...)

7930- Al-Uḫayṭil avait abandonné sa mère, on aurait dit le sol foulé par une chamelle qui fait tourner la maḥāla58.

  • 59  Zufar b. al-Ḥāriṯ al-Kilābī Abū l-Huḏayl : poète et chef qaysite, il est considéré comme le meille (...)

8031- Le Chef Zufar Abū l-Huḏayl59 vous extermina, fit captives les femmes et s’empara des biens.

  • 60  Saint Sergius. Commandant dans l’armée romaine, Sergius fut dénoncé comme chrétien, torturé et déc (...)

8132- Al-Uḫayṭil dit, lorsqu’il vit nos étendards : « Ô saint Sergius60, nous ne voulons pas combattre ! ».

8233- Al-Uḫayṭil, par sottise, espérait ce que ni lui ni son père ne pouvaient obtenir.

  • 61  Littéralement « notre colline, notre montagne ».

8334- Tu décochas contre notre grandeur61 une flèche à la coche cassée et dont le fer était tombé ; tu cherchais à lutter avec nous ? Tu trouvas alors avec qui lutter !

8435- Dégage le chemin ! Tu as vu que nos chefs, coléreux et impétueux, expulsent leurs pairs.

  • 62  Tribu du Nord de l’Arabie, les Ḫuzayma ont pour ancêtres Mudrika b. al-Yās [Ilyās ou Alyās] b. Muḍ (...)
  • 63  Le mot šaqāšiq (au singulier šiqšiqa) désigne le voile du palais chez le chameau, viscère de coule (...)

8536- Outre moi, tu trouvas, chez Huzayma62 puissance, paroles retentissantes63 et fières ; ils te surpassaient !

  • 64  Branche muḍarite, les Ḫindif sont les descendants d’al-Yās b. Muḍar et de son épouse Laylā bint Ḥu (...)

8637- Si les puissants de Ḫindif64 rivalisaient [de solidité] avec une montagne massive, celle-ci aurait disparu.

  • 65  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).
  • 66  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 37).

8738- Si l’on énumère les œuvres de Qays65 et Ḫindif66, [on constate] qu’elles sont meilleures et plus nobles que celles de ton père.

  • 67  Ǧarīr rappelle ici avec l’emploi du verbe ḥarramūk le statut de ḏimmī (protégé) de son adversaire. (...)

8839- Si [les Qays et les Ḫindif] t’accordent leur protection67, l’ennemi ne peut te toucher, sinon, il ne fera de toi qu’une bouchée.

  • 68  Voir supra la note relative à cette expression dans la deuxième joute, (poème d’al-Aḫṭal, v. 35).
  • 69  Le Salvadora persica, arbuste de la famille des salvadoracées. Il donne des petits fruits rouges e (...)
  • 70  Selon le commentaire qui suit immédiatement le vers, le poète fait allusion ici à ‘Arafa. Nous lis (...)

8940- Est-ce que vous possédez un seul des lieux sacrés68 [que nous possédons] ou bien est-ce que vous séjournez à l’ombre des arāk69 [à ‘Arafa]70 ?

  • 71  Il s’agit ici de la puissance et de la grandeur de la tribu.

9041- Nos demeures sont plus nobles que les vôtres, et dans le ciel, nos montagnes sont plus hautes que les vôtres71.

  • 72  M. Lecker écrit dans l’article qu’il consacre à cette tribu dans l’E.I. : « Tamīm b. Murr (ou Tamī (...)

9142- Reconnais-le, ô Uḫayṭil, ma Tamīm72 est parfaite ; lorsque je parlai et qu’à son tour il parla, al-Uḫayṭil tomba dans l’avilissement.

9243- Lors du combat, il n’y en avait pas un parmi mes cavaliers qui ne tenait ferme sur son cheval, lorsqu’ils accouraient, aucun ne se mettait derrière les combattants pour prendre la fuite facilement.

  • 73  Ǧarīr évoque dans le premier hémistiche de ce vers Yawm Zarūd. En effet, Ḥazīma b. Ṭāriq al-Taġlib (...)
  • 74  Il s’agit d’al-Huḏayl b. Hubayra al-Taġlibī [voir supra le poème d’al-Aḫṭal, v. 30]. Ǧarīr rappell (...)

9344- De vive force nous fîmes captif Ḥazīma73, vous le saviez ; et al-Huḏayl74 passa l’hiver les fers aux pieds.

  • 75  Ḥusayna est la fille de Ǧābir b. Buǧayr al-‘Iǧlī. Elle fut enlevée au cours de l’expédition dépréd (...)

9445- Sur le sol couvert de sable fin, Ḥusayna75 vit mes cavaliers faire captives les femmes et partager le butin.

  • 76  Les Banū Ḥanīfa sont une fraction de la tribu de Bakr b. Wāʼil.
  • 77  Al-Arāka : palmeraie dans la Yamāma habitée par les Banū ‘Iǧl (un sous-groupe de Bakr b. Wāʼil). V (...)
  • 78  Il s’agit de Uṯāl b. Maslama b.‘Ubayd al-Ḥanafī. Selon le commentaire qui suit immédiatement le ve (...)

9546- Ils fondirent promptement sur Ḥanīfa76, le jour d’al-Arāka77 et furent violents envers Uṯāl78.

  • 79  Les Yarbū‘ [la gerboise] sont une fraction des Tamīm à laquelle appartient le poète Ǧarīr. G. Levi (...)
  • 80  Safār est un puits de Banū Māzin b. Mālik b. ‘Amr b. Tamīm, avant Ḏū Qār, entre al-Baṣra et Médine (...)
  • 81  Dans la notice qu’il consacre à Safār (voir note précédente), Yāqūt indique qu’une bataille opposa (...)

9647- Tu rencontras les Yarbū‘79 et alors ils laissèrent à Safār80 des morts parmi les vôtres, qui ne supportaient pas de disparaître81.

9748- Le jour où les trépieds avaient vos têtes comme pierres de foyer, pour leurs marmites lorsqu’elles chauffaient.

  • 82  Pour al-Muhazzam et Ibn al-Ḥubāb, voir les notes relatives aux vers 36 et 37 d’al-Aḫṭal. Le commen (...)

9849- As-tu oublié les morts qu’al-Muhazzam et Ibn al-Ḥubāb firent parmi vous, ceux qu’ils firent fuir et ceux qu’ils humilièrent82.

9950- Ils arrivèrent dans ton pays, sur des chevaux excellents et rapides, on aurait dit des aigles qui, par une journée brumeuse, secouaient la rosée [de leurs ailes].

  • 83  Tribu à laquelle appartient à al-Aḫṭal, voir supra dans la deuxième joute le poème de Ǧarīr, v. 10
  • 84  Voir supra la note relative à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30).

10051- Ils arrivèrent chez les femmes des Taġlib83 au matin et les menèrent en captivité et al-Huḏayl84 vit les détachements de cavalerie [qui les ravirent].

  • 85  Groupe tribal de l’ancienne Arabie du Nord. Les Rabī‘a ont pour ancêtres Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān (...)

10152- Ils décimèrent les tiens, ô Uḫayṭil, après qu’ils eurent laissé les Rabī‘a85 disséminés dans le pays.

10253- Nous sommes ainsi, c’est pour cela que nous préparons les chevaux, nous leur faisons boire du lait, et nous les couvrons de housses.

  • 86  Tribu à laquelle appartient al-Aḫṭal, voir supra dans la deuxième joute le poème de Ǧarīr, v. 10.

10354- Si Taġlib86 rassemblait tous ses hommes rassis, elle ne pèserait pas lourd, le jour où l’on rivaliserait de supériorité.

10455- Ils sont patients envers leurs ennemis et impulsifs envers l’ami.

  • 87  Muǧāši‘ sous-groupe des Dārim, branche des Tamīm, auquel appartient al-Farazdaq.
  • 88  Il s’agit de la sœur d’al-Farazdaq. Voir les Naqāʼiḍ, p. 97, note « a ».
    Parmi les éléments de dés (...)
  • 89  Ǧarīr accuse les contribules d’al-Farazdaq, les Muǧāši‘ d’avoir trahi et tué al-Zubayr b. al-‘Awwā (...)

10556- Trouves-tu à redire à notre sujet, mis à part la trahison de Muǧāši‘87 ; le déshonneur dû à Ǧi‘ṯin88 et [le meurtre d’] al-Zubayr89 ?

  • 90  Les Banū al-Fadawkas est le sous groupe de Taġlib auquel appartient al-Aḫṭal.
  • 91  ‘Iqāl est l’un des aïeux d’al-Farazdaq qui est le fils de Ġālib b. Ṣa‘ṣa‘a b. Nāǧiya b. ‘Iqāl b. M (...)

10657- Contre les fils d’al-Fadawkas90 les poèmes ont été composés avec maîtrise et ils ont coupé le nez à ‘Iqāl91.

10758- Sans la capitation, les troupeaux innombrables et les Taġlib auraient été distribués en butin entre les musulmans.

Notes

1  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 1). Signalons que le commentaire qui suit immédiatement le vers (Naqāʼiḍ, p. 70) indique qu’il s’agit de la ville fondée par le gouverneur umayyade al-Ḥaǧǧāǧ. Il est contredit par le commentaire de la note « a », (Naqāʼiḍ, p. 70).

2  C’est le prénom de la bien-aimée du poète.

3  Aucune indication n’est donnée dans les Naqāʼiḍ pour ce mot. En revanche, la note 2 de la page 84 du dīwān nous apprend qu’il s’agit du fleuve Balīḫ. L’auteur de la note ajoute : « le poète a utilisé le pluriel parce qu’il a tenu compte des affluents » :
]والبالخ : جمع بليخ. وهو اسم نهر. جمعه باعتبار أجزائه[. L’auteur de Mu‘jam al-buldān confirme qu’il s’agit du pluriel de Balīḫ et indique que ce dernier mot désigne un fleuve à al-Raqqa, qui arrose les terres alentour « yasqī qurā wa-mazāri‘ wa-basātīn ». Yāqūt cite ensuite un autre vers d’al-Aḫṭal dans lequel figure le mot « al-Abāliḫ ». Voir Mu‘jam al-buldān, op. cit., vol. I, p. 61-62.

4  C’est la kunya de la bien-aimée du poète (teknonyme signifiant ici « mère de Muḥallim »).

5  C’est le clan auquel appartient Ǧarīr. Les Banū Kulayb b. Yarbū‘ est une branche de la tribu muḍarite des Tamīm. Ils avaient pour territoire la partie orientale de l’Arabie centrale et septentrionale. Voir A. Schaade, -[H. Gätje], « Djarīr », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 492. Pour Yarbū‘, voir infra la note qui lui est relative dans cette joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

6  Le commentaire qui suit le vers, qui est censé être celui d’Abū Tammām, ne donne pas avec certitude l’identité des deux oncles dont parle le poète dans ce vers. Le commentateur indique qu’il s’agirait de ‘Uṣ (u) m b. al-Nu‘mān Abū Ḥanaš qui a tué Šuraḥbīl b. al-Ḥāriṯ b. ‘Amr et de ‘Amr b. Kulṯūm b. Mālik b. ‘Attāb b. Sa‘d b. Zuhayr b. Ǧušam qui a tué ‘Amr b. Hind ; avant d’ajouter qu’on avance que les oncles du poète seraient Kulayb et al-Muhalhil.
Les protagonistes dans ce commentaire sont :
Šuraḥbīl, le fils du roi al-Ḥāriṯ b. ‘Amr b. Ḥuǧr Ākil al-Murār al-Kindī [m. 526 ap. J.-C.]. Šuraḥbīl fut tué lors du combat qui l’opposait à son frère Salama à al-Kulāb, c’est la bataille de Yawm al-Kulāb al-awwal [la première bataille d’al-Kulāb] qui eut lieu après 530 ap. J.-C. [Voir infra].
‘Uṣ (u) m b. al-Nu‘mān Abū Ḥanaš était le cousin du poète ‘Amr b. Kulṯūm. Ce dernier, qui est l’auteur d’une Mu‘allaqa, fut chef de sa tribu, les Ǧušam, une fraction des Taġlib. Il assassina le roi d’al-Ḥῑra, ‘Amr b. Hind, vers 568 J.-C. [Lire R. Blachère, « ‘Amr b. Kulthūm », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 465.]
Kulayb b. Rabī‘a b. al-Ḥāriṯ b. Murra b. Zuhayr b. Ǧušam était l’un des plus célèbres chefs des Taġlib, lors de la période antéislamique.
« Kulayb, écrit M. Lecker, dans l’article « Taghlib » l’EI2 [voir infra] était un djarrār, c’est à dire celui qui commande 1 000 hommes et l’on dit la même chose de son père Rabī‘a. »
G. Levi Della Vida écrit dans son article de l’EI2 « Kulayb b. Rabī‘a » : « le meurtre [de Kulayb] par son beau-frère Djassās b. Murra al-Shaybānī fut la cause de la longue et sanglante guerre entre les deux tribus sœurs, Taghlib et Bakr [..], connue sous le nom de « guerre de Basūs » [..] ». Il ajoute que ce sayyid « aurait été proclamé « roi » […] après l’éclatante victoire remportée à Khazāzā sur les tribus yéménites réunies et aurait exercé son autorité non seulement sur les Banū Taghlib, mais aussi sur les Banū Shaybān, la plus importante fraction des Banū Bakr ». Le savant italien précise au sujet de la guerre d’al-Basūs que c’est « parce que la chamelle Sarāb, appartenant à la femme tamīmite al-Basūs ou à un sien client de la tribu des Banū Djarm, viola la réserve de Kulayb, que celui-ci la tua (ou tua son petit et blessa la mère), et cet acte de violence provoqua son meurtre par Djassās, dont la mère était sœur d’al-Basūs. », G. Levi Della Vida, « Kulayb b. Rabī‘a », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome V, 1986, p. 363.
La bataille qui a suivi la mort de Kulayb, va entraîner la migration des Taġlib de leur lieu d’habitation initial. M. Lecker écrit à ce sujet dans l’article « Taghlib », de l’EI2 : « Jusqu’à la guerre de Basūs […] qui les vit affronter leur tribu sœur, Bakr b. Wā’il, les Taghlib vécurent dans le Nadjd […]. À la suite de leur défaite lors de la bataille nommée Yawm Taḥlāḳ al-Limam (« le jour de la coupe des cheveux descendant sous le lobe de l’oreille », également appelée Yawm al-Taḥāluḳ), et qui eut lieu après la mort de Kulayb b. Rabī‘a […], les Taghlib se dispersèrent (fa-tafarraḳū ; Yāḳūt, s.v. Ḳiḍa) et s’installèrent le long de l’Euphrate inférieur avec leurs « oncles paternels », les Namir b. Ḳāsiṭ et les Ghufayla b. Ḳāsiṭ, […] ils migrèrent au-delà du fleuve jusqu’à al-Djazīra […]. », M. Lecker, « Taghlib », EI2, op. cit., p. 98 [p. 97-100].
De toutes les sources que nous avons consultées, l’article « al-‘Arab » dans l’EI2 est le seul à situer la mort de Kulayb dans un autre contexte historique, celui du refus de Rabī‘a de reconnaître l’autorité du roi ‘Amr b. Ḥuǧr. Voir A. Grohmann, « al-‘Arab », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 542 [p. 540-543].
Al-Muhalhil : Imruʼ al-Ḳays ‘Adī b. Rabī‘a al-Taghlabī dit al-Muhalhil est un chef de la tribu des Taġlib et poète antéislamique. Il est le frère de Kulayb et serait l’oncle maternel d’Imruʼ al-Qays et le grand-père maternel de ‘Amr b. Kulṯūm, (le père de Laylā, la mère de ‘Amr). Il serait à l’origine du cadre de la qaṣīda classique et aurait composé des thrènes sur la mort de son frère Kulayb à la guerre d’al-Basūs [voir infra]. Ajoutons pour finir que ce personnage est désigné par le mot al-Zīr, « le visiteur des femmes », E. Mittwoch, « Ayyām al-‘Arab », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 817 [p. 816-817] ; Ibn Qutayba, quant à lui, affirme qu’al-Muhalhil était efféminé [ « Wa-kāna fīhi ḫunṯ », Ibn Qutayba, al-Ši‘r wa-l-šu‘arāʼ, op. cit, p. 186].

7  Il s’agit de Salama b. Ḫālid b. Burrat al-Qunfuḏ. Il a été surnommé al-Saffāḥ (qui verse, qui répand abondamment et à flots), parce qu’il aurait crevé les outres d’eau de ses soldats pour les inciter à prendre possession du puits de leurs adversaires (al-Kulāb qui appartenait aux Tamīm). Voir Šir al-Aḫṭal, éd. Qabāwa, op. cit., p. 86.

8  M. Lecker écrit au sujet de yawm al-Kulāb appelé également Kulāb Rabī‘a, qui eut lieu après 530 ap. J.-C. : « Durant plusieurs décennies, au cours de la seconde moitié du ve siècle et la première moitié du vie, le destin des Taghlib fut lié à l’ascension de Kinda [q.v.] dans le Nord et le Centre de l’Arabie. Après une défaite majeure des Taghlibī durant la guerre les opposant aux Bakr et suite à la retraite de leur chef, Muhalhil, plusieurs tribus, dont les Taghlib et les Bakr, acceptèrent de se soumettre au roi al-Ḥārith b. ‘Amr b. Ḥudjr Ākil al-Murār al-Kindī. Il s’en suivit un court interrègne de Kinda [q.v.] à al-Ḥīra dans les années vingt du vie siècle [voir Sāsānides, vol. IX, 80a]. Après la mort du roi, deux de ses fils, Shuraḥbīl et Salama, se battirent à al-Kulāb […]. Les deux tribus sœurs retournèrent à leurs querelles ; les Bakr combattirent au côté de Shuraḥbīl tandis que les Taghlib et les Namir soutinrent Salama. La cavalerie de ce dernier était dirigée par le combattant Taghlibī al-Saffāḥ (Salama b. Khālid) (Abū ‘Ubayda, al-Dībādj, éd. al-Djarbū‘ et al-‘Uthaymīn, le Caire 1411/1991, 100). Shuraḥbīl fut tué par le cousin de ‘Amr b. Kulthūm, Abū Ḥanash ‘Uṣ (u) m b. al-Nu‘mān. La guerre entre les Taghlib et les Bakr prit fin [voir Bakr b. Wāʼil] vers le milieu du vie siècle avec la signature d’un traité de paix sur le marché de Dhū l-Madjāz près de la Mekke. », M. Lecker, « Taghlib », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome X, 2002, p. 97 [p. 97-100].
Pour Yawm al-Kulāb, lire également la notice qui suit le vers dans les Naqāʼiḍ, p. 73-75 et celle qui lui est consacrée dans Šir al-Aḫṭal, édition Qabāwa, op. cit., p. 93-100.
Sur ce même Yawm voir Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, op. cit., p. 43-47.

9  Al-Kulāb : le commentaire qui suit le vers 17 indique que ce nom désigne un puits des Tamīm [wal-Kulāb māʼ li-Banī Tamīm (p. 73)]. M. Lecker identifie Wādī al-Kulāb comme étant l’actuel Wādī l-Ša‘rāʼqui se situe dans le Naǧd. Voir M. Lecker, « Taghlib », EI2, tome X, op. cit., p. 97.
Grohmann indique, quant à lui qu’il s’agit d’un puits entre al-Kūfa et al-Baṣra. Voir A. Grohmann, « al-‘Arab », EI2, tome I, op. cit. p. 543 [p. 540-543.]

10  Le mot Ribāb désigne six tribus confédérées qui sont : Ḍabba, ‘Adī, Taym, ‘Ukl, Ṯawr et Banū ‘Abd Manāt b. Udd. Voir le commentaire du vers 24, dans Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Aḫṭal, p. 76. Par ailleurs W. Caskel écrit dans son article sur Ḍabba : « Ḍabba b. Udd b. Ṭābiḵẖa b. al-Yās (Ḵẖindif) b. Muḍar b. Nizār b. Ma‘add, héros éponyme de la tribu arabe bien connue du même nom. Avec leurs « neveux », ‘Ukl b. ‘Awf, Taym, ‘Adī et Thawr b. ‘Abd Manāt b. Udd, les Ḍabba formaient une confédération qui portait le nom d’al-Ribāb. Les Ribāb étaient alliés aux Sa‘d b. Zayd Manāt, la fraction la plus importante des Tamīm. Cette alliance ne fut jamais rompue par les autres confédérés. Ceux-ci, il est vrai, étaient des groupements modestes, tandis que les Ḍabba, grâce à leur puissance, furent parfois capables d’avoir une politique indépendante ». W. Caskel, « Ḍabba », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 72-78.

11  Nous suivons ici le commentaire du dīwān (dans les deux éditions celle de Ṣālḥānī et celle de Qabāwa, respectivement, note 4, p. 46 et note 8, p. 87) qui glose « ḥāʼirat al-mulūk » par « man taḥayyara minhum », littéralement « ceux parmi eux qui étaient stupéfaits ». Qabāwa ajoute, page 88, une variante graphique intéressante, il écrit : « wa-yurwā : (ǧāʼira) », ce qui donnerait, les rois injustes, tyrans, oppresseurs. Mais il n’indique malheureusement pas sa source.

12  Les Riyāḥ sont une fraction des Yarbū‘, un groupe de Tamīm. Voir G. Levi Della Vida, « Yarbū‘ », EI2,
Leiden, E.J. Brill, tome XI, 2005, p. 308-309.
Pour Yarbū‘, voir infra la note qui lui est relative dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47).
Voir également l’annexe 2.

13  Voir supra la note relative à al-Ribāb (v. 24 de ce même poème).

14  D’après le commentaire qui suit ce vers, Šaqīq est un homme de la tribu de Ḍabba. Al-Huḏayl aurait attaqué les Ḍabba b. Udd et aurait enlevé Manḍūra Bint Šaqīq [la fille de Šaqīq]. Voir Naqāʼiḍ, p. 77.

15  Selon le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 77) Naḍra était l’épouse de Šaqīq. Leur fille, qui se prénommait Manḍūra, fut faite captive par al-Huḏayl. Cependant, nous lisons dans l’édition Ṣālḥānī du dīwān (voir note 1, p. 47) que Naḍra était la fille de Šaqīq et qu’elle s’appelait Manṣūra « wa-Naḍra bnatuhu wa-smuhā Manṣūra » ; la note « f » signale l’existence de la variante Manḍūra dans la Ḥamāsa. Dans le dīwān (édition de Qabāwa, p. 88), Naḍra et Manḍūra désigneraient la même personne qui serait l’épouse ou la fille de Šaqīq. D’autre part, dans le dīwān (édition Ṣālḥānī, v. 26, p. 47 ; et celle de Qabāwa, v. 25, p. 88) c’est sur la jambe que Naḍra avait le grain de beauté : « wa-laqad raʼayna bi-sāqi Naḍrata ḫālā ». Bien entendu, dans cette variante l’outrage au ‘irḍ est plus grave encore.

16  C’est le nom d’une fraction de Banū Yarbū‘ (groupe tribal tamīmite). Pour Yarbū‘, voir infra la note qui lui est relative dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

17  Nous ne savons rien sur ce toponyme. Yāqūt signale simplement qu’il s’agit d’un nom de lieu qui figure dans la poésie d’al-Aḫṭal [ « wa-‘Urā‘ir : ism mawḍi‘ fī ši‘r al-Aḫṭal, … », Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. IV, p. 93].

18  Uṯāl : ce toponyme désigne de nombreux endroits. Le lieu le plus probable auquel fait référence al-Aḫṭal est une source qui appartenait à des Tamimites et à Banū ‘Āʼiḏa b. Mālik [wa-hiya ‘ayn māʼ li-qawm min Banī Tamīm wa-li-Banī ‘Āʼiḏa b. Mālik] ; voir Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. I, p. 89-90.

19  Al-Huḏayl b. Hubayra des Ṯa‘laba b. Bakr (ou plutôt des Ḥurfa b. Tha‘laba) était un chef des Taġlib à l’époque antéislamique. C’était un ǧarrār [voir supra]. Il fut surnommé al-Huḏayl al-akbar afin de le distinguer d’un homonyme taġlibite, al-Huḏayl b. ‘Imrān qui vécut au début de l’islam et qui fut surnommé al-Huḏayl al-aṣġar. Voir M. Lecker, « Taghlib », EI2, op. cit., p. 99 [p. 97-100].
Dans la note qui suit le vers 30 et qui court p. 77-78, le commentateur indique que lors de cette attaque contre les Banī Yarbū‘, al-Huḏayl, dont la kunya [teknonyme] est Abū Ḥassān [père de Ḥassān], avait fait prisonnier al-Haṭafā, le grand-père de Ǧarīr, qui se nommait Ḥuḏayfa b. Badr b. Salama b. ‘Awf b. Kulayb b. Yarbū‘. Al-Huḏayl fit don de son prisonnier au fils de la sœur de ce dernier, ‘Amr b. ‘Uqfān b. Suwayd b. Usāma b. al-‘Anbar b. Yarbū‘.
Pour Yarbū‘, voir infra la note qui lui relative dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

20  Nom d’un point d’eau parmi ceux que l’on trouve dans le désert : « min miyāh al-bādiya » ; il appartenait aux Banū Riyāḥ b. Yarbū‘. C’est aussi le nom d’une bataille [Yawm Irāb]. Al-Huḏayl b. Hubayra al-Taġlibī attaqua lors de cette journée les Banū Riyāḥ b. Yarbū‘, fit captives leurs femmes et prit leurs chameaux. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. I, p. 133-134 ; et la note « g » dans les Naqāʼiḍ…, p. 78-79.
Pour Yarbū‘, voir infra la note qui lui relative dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

21  Ce surnom désigne des groupes appartenant à la tribu de Taġlib. Dans l’article « Taghlib » de l’EI2, M. Lecker précise que « De Taghlib descendent trois fils, Ghanm, al-Aws et ‘Imrān. Mais la littérature généalogique, se limitant à l’essentiel, traite presque exclusivement des descendants de Ghanm b. Taghlib. Les six fils de Bakr b. Ḥubayb b. ‘Amr b. Ghanm formèrent un groupe appelé al-Arāḳim [(pl.) d’al-Arḳam, un certain serpent tacheté]. Tous les six furent des éponymes de tribus (ḳabāʼil), la plus importante en nombre et la plus prestigieuse étant celle des Djusham. Deux des tribus Arāḳim, les Djusham et les Malik furent dénommées al-rawḳāni (« les deux cornes » ou « les deux groupes nombreux et puissants »). Les autres fils de Bakr furent ‘Amr, Tha‘laba, al-Ḥārith et Mu‘āwiya. Les Arāḳim constituèrent le groupe le plus puissant au sein des Taghlib : dans les ouvrages généalogiques, presque toutes les informations concernant les Taghlib en font état. », M. Lecker, « Taghlib », EI2, op. cit., p. 98 [p. 97-100]. Voir également l’annexe 4.

22  Les Ġawāḍir sont les Banū Ġāḍira b. Mālik b. Ṯa‘laba b. Dūdān, un sous-groupe de la tribu Asad, qui furent attaqués par al-Huḏayl.

23  Les Fazāra sont une fraction des Ḏubyān, un sous-groupe de Ġaṭafān, une confédération de tribus de l’Arabie du Nord qui appartient aux Qays ‘Aylān.

24  Nom de l’une des trois ou quatre flèches qui ne sont ni gagnantes ni perdantes dans le jeu du maysir.

25  Jeu de hasard [jeu de flèches] qui sera interdit par l’islam. Kazimirski précise que ce jeu consistait « […], chez les Arabes païens, à tirer au hasard les flèches أزلم d’un sac, afin que le sort décide à qui échera telle ou telle partie du chameau égorgé. », voir A. de B. Kazimirski, Dictionnaire arabe/ français, op. cit., vol. I, p. 1007.
Le nombre des flèches était de dix, sept d’entre elles étaient gagnantes ; elles comportaient un nombre d’encoches allant de 1 à 7, correspondant au nombre de parts de l’animal égorgé. Les trois autres, appelées aġfāl, ne comportaient pas d’encoche. Pour une définition détaillée et sur le rôle et l’importance de ce jeu dans la société tribale avant l’islam, voir Heidi Toelle, Les suspendues (Al-Muallaqât), Paris, Flammarion, 2009, p. 32-34. Voir également le dīwān d’al-Aḫṭal (édition Ṣālḥānī), note 4, p. 48-49.

26  Maš‘ar et miš‘ar (pl.) mašā‘ir désigne les lieux « où l’on acquitte des cérémonies religieuses ou l’on immole des victimes ». Le pluriel mašā‘ir désigne également les cérémonies lors du pèlerinage de la Mecque. Voir A. de B. Kazimirski, Dictionnaire arabe/français, op. cit., vol. II, p. 1239.
Dans sa définition de ce terme T. Fahd. note : « Al-Mash‘ar al-Ḥarām (Ḳurʼān, II, 198), c’est le parcours sacré entre ‘Arafa et Minā et entre al-Ṣafā et al-Marwa. — c) Les lieux où étaient accomplis ces rites sont appelés également mashā‘ir. Le mash‘ār désigne tout endroit où quelque chose fait connaître ou sentir au passant la présence du sacré, de la divinité. Il s’agissait de symboles divins faits d’animaux, d’arbres, de collines, de pierres dressées. », T. Fahd, « Shi‘ār », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome IX, 1996, p. 438 [p. 438-439].

27  Ṯaqīf est un groupe qui fait partie de Hawāzin, l’une des composantes de la grande tribu muḍarite, les Qays ‘Aylān. Voir W. Montgomery Watt, « Hawāzin », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome III, 1971, p. 294-295 ; et Ayyām al-Arab fī l-ǧāhiliyya, op. cit., p. 320-321.

28 Hilāl est un groupe de ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a, grande confédération de tribus qui, comme Ṯaqīf, fait partie des Hawāzin (voir la note précédente). Voir H.R. Idris, « Hilāl », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome III, 1971, p. 398-399 ; et Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, op. cit., p. 320-321.

29  Selon le commentaire qui suit le vers, il s’agit ici de ‘Umayr b. al-Ḥubāb b. Ǧa‘da al-Sulamī, l’un des chefs de Sulaym, une fraction des Qays ‘Aylān, qui fut tué par les Taġlib lors de Yawm al-Ḥaššāk, l’une des nombreuses « journées » du conflit entre les Taġlib et les Qays.

30  Selon le commentaire qui suit le vers (p. 80), Kāhil et al-Muhazzam étaient de Banū ‘Āmir et furent tués lors de la guerre entre Qays et Taġlib, sans plus d’explication. En revanche, pour al-Muhazzam, la note « c » (p. 80) nous apprend qu’il s’agit de ‘Ammār b. al-Muhazzam al-Sulamī et que ce personnage fut tué lors de Yawm al-Šar‘abiyya.
D’autre part, signalons que dans la note 7, p. 89 du dīwān (édition Qabāwa), le mot muḏāl est glosé par « yurīdu annahu qutila wa-lam yaṯʼarū bi-hi » [(le poète) fait allusion au fait [qu’al-Muhazzam] fut tué sans que ses contribules le vengeassent].

31  Al-Ǧaḥḥāf b. Ḥakīm al-Ḏakwānī, chef des Sulaym, une fraction de Qays ‘Aylān. Voir supra les notes relatives à al-Bišr et à ce personnage dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 63-64).

32  Nom d’une localité dans al-Ǧazīra [voir infra] où eut lieu la « journée » du même nom qui opposa les Taġlib aux Sulaym. Yāqūt, qui cite ce vers d’al-Aḫṭal, ne donne pas plus d’information. Voir Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 335.

33  Localité située entre la Mecque et ‘Arafa. C’est dans cette cité que les pèlerins, dans le pèlerinage antéislamique, comme dans le pèlerinage islamique, célèbrent, entre autres rites, celui de l’immolation des victimes le jour du sacrifice [yawm al-aḍḥā]. Voir A.J. Wensinck [J. Jomier], B. Lewis, « Hadjdj », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome III, 1971, p. 33-40 ; et F. Buhl, « Minā », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VII, 1993, p. 65-66.

34  Qabāwa, dans Ši‘r al-Aḫṭal, p. 91, note 3, signale qu’al-Ǧāḥiẓ, dans Faḫr al-Sūdān ‘alā l-bīḍān, fait état de l’accusation de zoophilie portée contre les Banū Yarbū‘ par leurs ennemis. Pour Yarbū‘, voir infra la note qui lui est relative dans cette joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

35  Les Dārim est un groupe qui fait partie des Tamīm. Ils sont les descendants de Mālik b. Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm. Al-Farazdaq [m. 728] appartenait à un sous groupe de Dārim, les Muǧāši‘. Ǧarīr, quant à lui, était issu de Kulayb, un sous-groupe des Yarbū‘ b. Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm. Voir M. Lecker, « Tamīm b. Murr », EI2, op. cit., p. 185-189. Voir les annexes 2 et 5.

36  Ḥāǧib b. Zurāra b. ‘Udus b. Zayd b. ‘Abd Allāh b. Dārim b. Mālik b. Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm, Abū ‘Ikriša [m. v. 620 J.-C.], était un chef dārimite important à l’époque antéislamique. M. J. Kister écrit dans l’article qu’il lui consacre dans l’Encyclopédie de l’Islam : « La première bataille à laquelle Ḥādjib prit part fut celle de Djabala [q.v.]. Il fut capturé et obtint sa libération en payant la rançon excessivement élevée de 1100 chameaux. Il commanda les troupes tamīmites dans les batailles d’al-Nisār et al-Djifār et fut battu.
Ḥādjib continua la tradition des relations amicales entre al-Ḥīra et les Dārim et s’efforça d’acquérir pour ces derniers le privilège de la ridāfa, qui avait été conféré par les souverains d’al-Ḥīra à une autre branche des Tamīm, les Yarbū‘. Ceux-ci refusèrent de céder la ridāfa aux Dārim, marchèrent contre les forces d’al-Ḥīra envoyées contre eux, et les battirent à Ṭik̲ẖfa.
Ḥādjib se rendit célèbre par une visite qu’il fit à la cour de Perse. Il demanda au souverain persan de permettre à ses gens de faire paître leurs troupeaux en territoire persan parce qu’ils souffraient d’une grande disette d’eau due à la malédiction du Prophète sur Muḍar. Ḥādjib laissa son arc en gage, promettant que ses gens ne harcèleraient pas les sujets du souverain persan. Quand le Prophète leva son anathème, Ḥādjib était déjà mort. », voir l’article de M.J. Kister, « Ḥādjib b. Zurāra », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome III, 1971, p. 51 ; et l’article de M. Lecker, « Tamīm b. Murr », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome X, 2002, p. 185-189.

37  Arrière-arrière-grand-père d’al-Farazdaq. Le nom complet d’al-Farazdaq est : Hammām b. Ġālib b. Ṣa‘ṣa‘a b. Nāǧiya b. ‘Iqāl b. Muḥammad b. Sufyān b. Muǧāši‘ b. Dārim b. Mālik b. Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm.

38  Régis Blachère écrit au sujet de ce surnom : « Dans leurs épigrammes, ses rivaux lui donnent les sobriquets d’Ibn al-ʼatân « fils de la bourrique » et d’Ibn al-Marâġa « fils de la Ribaude » ; […]. », Histoire de la littérature arabe, des origines à la fin du xve siècle de J.-C., Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, Adrien-Maisonneuve, 1966, vol. III, p. 484, note 2.
A. C. Barbier de Meynard note, quant à lui : « ابن المَراغة ». C’est le sobriquet injurieux que Farazdak jette à la face de son rival Djerîr. Meraghih [sic] se dit littéralement de l’ânesse qui recherche l’approche de l’étalon. », A. C. Barbier de Meynard, « Surnoms et sobriquets dans la littérature arabe », extrait du Journal asiatique, mars-avril, mai-juin, juillet-août et sept.-oct. 1907, Paris, Imprimerie nationale, MDCCCCVII, p. 17.
Enfin, l’auteur de l’article « Ibn » de l’E.I. écrit au sujet de ce type de surnom : « Il arrive que certains personnages soient désignés par un appellatif composé de Ibn et d’un nom de femme ; on pourrait y voir un vestige du matriarcat, mais à l’époque islamique, ces désignations ont un caractère péjoratif et sont destinées soit à humilier le personnage ainsi désigné, soit à bien marquer que son père est inconnu (Ibn al-Marāgha pour Djarīr [q.v.], Ibn Sumayya pour Ziyād [q.v.], etc.). Le même principe du « pater incertus, mater certa » exige l’emploi, dans les invocations magiques, du nom de la mère et non du père (cf. S. Reich, Quatre coupes magiques, dans BEO, VII-VIII, 165-6). En revanche, le nom d’Ibn ‘Āʼisha par ex. réfère à ‘Āʼisha bint Ṭalḥa [q.v.] et n’est nullement péjoratif. », Réd., « Ibn », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A.,, tome III, 1971, p. 691-692.

39  Les deux branches de Wāʼil sont les Bakr et les Taġlib. Wāʼil est le descendant de Ǧadīla b. Asad b. Rabī‘a b. Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān. Voir H. Kindermann, « Rabī‘a et Muḍar », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome VIII, 1993, p. 365-367. Voir également l’annexe 1.

40  Selon Yāqūt, Rāma est le nom d’un poste relais dans le territoire des Tamīm, sur la route menant d’al-Baṣra à la Mecque. Douze journées de marche séparent Rāma de la cité irakienne. Dans la même notice, Yāqūt indique que ce nom serait celui d’une colline ou d’une montagne dans le territoire de Dārim, le groupe tamīmite, et cite les quatre premiers vers de la naqīḍa de Ǧarīr en plaçant le vers 4 de la version des Naqāʼiḍ avant le vers 3. Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 18.

41  Yāqūt, indique que le mot burqa désigne un sol avec des pierres de couleurs diverses ; voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. I, p. 390. Burqat al-Rawḥān est un lieu où pousse le Haloxylon scoparium Pomel [al-rimṯ] dans al-Yamāma. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. I, p. 395.

42  ‘Āqil : toponyme qui désigne divers endroits. Yāqūt cite Ibn Ḥabīb qui le situe dans le territoire des Banī Yarbū‘, dans son commentaire d’un vers de ‘Umayra b. Ṭāriq al-Yarbū‘ī. Voir Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. IV, p. 68-69.
Pour Yarbū‘, voir infra la note relative à ce mot dans ce poème (v. 47) et l’annexe 2.

43  ‘Āqilayn [‘Āqilān] est le duel de ‘Āqil utilisé ici pour des raisons prosodiques. Yāqūt cite le vers 9 de la naqīḍa de Ǧarīr (avec une variante : yaǧ‘alna madfa‘a ‘Āqilayni au lieu de fa-ǧa‘alna burqata ‘Āqilayni) et indique que c’est de ‘Āqil que parle le poète : « wa-‘Āqilayni ayḍan arāda bi-hi ‘Āqil. », faisant allusion avec ayḍan à l’emploi du duel Rāmatayn dans le même vers. Voir Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 16.

44  Am‘az : ce terme désigne le sol dont les cailloux sont de couleur blanche.

45  Il s’agit en fait du toponyme Rāma mis au duel ; voir Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 16. Le poète utilise le duel Rāmatayn pour des raisons prosodiques.

46  Umm Ḥazra est la kunya de Ḫālida, l’épouse de Ǧarīr [teknonyme qui signifie « mère de Ḥazra »].

47  Waǧra n’est pas située d’une manière précise dans Mu‘ǧam al-buldān. Yāqūt rapporte les propos d’auteurs qui situent cette localité entre la Mecque et al-Baṣra avec des différences concernant les distances ; et il cite al-Sukkarī qui mentionne le vers 15 de Ǧarīr (avec une variante : ḥayīti lastu au lieu de : fīʼī fa-lastu) et qui indique que Waǧra est une localité dans le territoire des Sulaym ; voir Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 362-363.

48  Le mot Dāra signifie ici colline sablonneuse arrondie ou plateau entre les montagnes. Le mot Dāra composé avec d’autres noms, forme plus d’une soixantaine de toponymes dans Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 425-431. D’après Yāqūt, Dārat Ṣulṣul est une localité dans le territoire des ‘Amr b. Kilāb [sous-groupe des Hawāzin b. Manṣūr b. ‘Ikrima b. Ḫaṣafa b. Ḳays b. ‘Aylān] dans le Naǧd ; voir Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 428 et vol. III, p. 421.

49  ‘Amāyatayn [‘Amāyatān] : pour des raisons prosodiques, le poète utilise ce nom au duel. Voir le commentaire qui suit le vers et la note « a » dans Naqāʼiḍ…, p. 87 et Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 16.
Dans la notice « ‘Amāya » de Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt cite al-Sukkarī, qui écrit dans son commentaire d’un vers de Ǧarīr dans lequel ce nom figure au singulier : « ‘Amāya ǧabal ma‘rūf bi-l-Baḥrayn » [‘Amāya est le nom d’une montagne connue à al-Bahrein]. Dans la même notice al-Sukkarī donne la même indication dans son propos sur al-Qattāl al-Kilābī. En revanche, Abū Ziyād al-Kilābī situe ‘Amāya dans le Naǧd « ‘Amāya ǧabal bi-Naǧd » ; voir Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. IV, p. 152.

50  C’est le nom d’une montagne située dans le Naǧd. Abū Ziyād al-Kilābī, cité par Yāqūt, indique que cette montagne était dans le territoire des Bāhila. Voir Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 432.
Dans l’article qui leur est consacré dans l’E.I., Caskel écrit : « Bāhila tribu sédentaire et semi-sédentaire de l’Arabie ancienne. Le centre de son territoire, […], s’étendait des deux côtés de la route directe de Riyāḍ à la Mekke, décrite par Philby dans The Heart of Arabia, II. […], ils avaient, en fait, des rapports avec les Ghanī en tant que voisins. Malheureusement, la période où fut donné le sobriquet Ibnā Duk̲ẖān à ces deux tribus n’est pas certaine. Les Bāhila étaient en partie sous la protection des Kilāb et en partie sous celle de la branche Ka‘b des ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a. Un seul de leurs guerriers est connu, al-Muntashir, car A‘shā Bāhila (no 4) en fit l’élégie. […].
Les Bāhila (et Ghanī) jouèrent un rôle important dans la guerre de revanche entreprise par les Ḳays contre les Kalb après la bataille de Mardj Rāhiṭ (référ. dans Wellhausen, Das Arabische Reich und sein Sturz, 126). », W. Caskel, « Bāhila », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 948-949.

51  Tribu à laquelle appartient à al-Aḫṭal, voir supra la note relative à ce nom de tribu dans ce poème (v. 10).

52  L’écho des versets 97 et 98 de la deuxième sourate du Coran « al-Baqara » résonne dans ce vers. Voici ces deux versets :
«97 Dis :
« Qui est l’ennemi de Gabriel ? »…
C’est lui qui a fait descendre sur ton cœur
avec la permission de Dieu
le Livre qui confirme ce qui était avant lui :
Direction et bonne nouvelle pour les croyants –
 98 « Celui qui est ennemi de Dieu,
de ses anges, de ses prophètes,
de Gabriel et de Mikaël ».
Dieu est l’ennemi des incrédules – ».
Le Coran, Introduction, traduction et notes par D. Masson, op. cit., p. 19.

53  Ce vers, indique le commentaire, avait suscité la colère des esclaves noirs [lammā qāla Ǧarīr hāḏā l-bayt ġaḍiba l-‘abīd mina l-zanǧ], l’un d’eux, un client des Banū Nāǧiya, Sanīḥ b. Rabāḥ, répondit à Ǧarīr [voir Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Aḫṭal, p. 88].

54  Les trois expressions rendent compte de la réaction de l’avare lorsqu’on lui demande l’hospitalité.
* Tanaḥnaḥa :
Nous lisons dans l’entrée « NḤḤ » de Lisān al-Arab, op. cit., vol. II, p. 612-613 :
 » ]..[ وقد نَحَّيَنِحُّنَحِيحاًونَحْنَحَإِذا رَدَّالسائلَردّاًقبيحاً. وشَحِيحٌنَحِيحٌإِتباع كأَنه إِذا سُئِلَاعْتَلَّكراهةًللعطاءِ فَرَدَّدَنَفَسَه لذلك. والتَّنَحْنُح والنَّحْنَحة : كالنَّحِيح وهو أَشدّمن السُّعال. الَزهري عن الليث : النَّحْنَحَة التَّنَحْنُح وهو أَسهل من السُّعال وهي عِلَّة ]..[ « .
Naḥḥa yaniḥḥu naḥīḥan wa-naḥnaḥa : rabrouer un mendiant.
Le mot naḥīḥ se joint à šaḥīḥ pour dire de quelqu’un qu’il est avare. Dans l’expression formée par les deux mots, naḥīḥ est en quelque sorte la manifestation physique de l’avarice. C’est comme si le šaḥīḥ [l’avare], par aversion pour la générosité, pour le fait de donner, devient malade et va souffler continuellement [raddada nafasahu li-ḏālika].
L’auteur ajoute que le tanaḥnuḥ et la naḥnaḥa sont comme le naḥīḥ qui est plus intense que le fait de tousser [ašaddu mina l-su‘āl]. Il ajoute que selon al-Azharī, d’après al-Layṯ, la naḥnaḥa et le tanaḥnuḥ sont plus faibles que la toux et sont le mal de l’avare.
* Ḥakka stahu (il se gratte le derrière) : ce geste est sensé rendre la tergiversation, la recherche des faux-fuyants.
* Tamaṯṯala l-amṯāla : citer des proverbes ; pour dire qu’au lieu de nourrir l’hôte à son arrivée, l’avare se lance dans des discours infinis.

55  Il s’agit du territoire occupé par les Taġlib. Un territoire où eurent lieu les batailles entre cette tribu et les Qays ‘Aylan.
L’auteur de l’article « al-Ǧazīra » de l’E.I. écrit au sujet de cette région : « al-Djazīra, Djazīrat Aḳūr ou Iḳlīm Aḳūr (sur Aḳūr ou Athūr, voir Yāḳūt, I, 119, 340, II, 72) est la dénomination employée par les géographes arabes pour désigner la partie septentrionale du territoire situé entre le Tigre et l’Euphrate. Mais on compte aussi dans la Djazīra des régions et villes qui dépassent au Nord le cours supérieur du Tigre (Mayyāfāriḳīn, Arzan, Si‘irt) et, à l’Est, son cours moyen (Bā‘aynāthā, le Khābūr al-Ḥasaniyya, les deux Zāb). De même, à l’Ouest, on considère comme faisant partie de la Djazīra une bande de terrain s’étendant sur la rive droite de l’Euphrate, le district de la Route de l’Euphrate ». Lire le descriptif détaillé de cette région dans l’article de M. Canard, « al-Djazīra », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 536-537. Voir également H. Lammens, « Le chantre des Omiades », Journal asiatique, op. cit., p. 96-97 ; et le passage de l’article « Taġlib » de M. Lecker (E.I.) cité dans la note relative aux « deux oncles », deuxième joute, poème d’al-Aḫṭal, v. 16.
La lecture des vers 27 à 32 permet de dire que Ǧarīr fait allusion ici à Yawm al-Kuḥayl. Au cours de cette bataille les Qays vengèrent la mort de ‘Umayr b. al-Ḥubāb, voir Naqāʼiḍ…, p. 226.

56  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

57  Ce vers n’est pas sans rappeler le verset 4 de la sourate 63 : al-Munāfiqūn [Les Hypocrites] :
4 Lorsque tu les vois, leurs personnes te plaisent ;
s’ils parlent, tu écoutes ce qu’ils disent ;
ils sont semblables à des poutres solides.
Ils pensent que tout cri est dirigé contre eux.
Ils sont vos ennemis.
Méfie-toi d’eux !
Que Dieu les tue !
Ils sont stupides !
Le Coran, Introduction, traduction et notes par D. Masson, op. cit., p. 696.

58  La maḥāla est un appareil qui permet de puiser l’eau d’un puits, Kraemer, l’auteur de la première partie de l’article « Biʼr » dans l’EI2 [I - Arabie ancienne], en fait la description suivante : « Pour faciliter l’épuisant travail de traction des seaux si grands, un système plus au moins primitif de tirage (‘alaḳ) est installé d’ordinaire au-dessus de fam al-biʼr ; ce système, qui, tout comme les seaux et les cordes, doit être transporté par les caravanes (autrement il serait volé), se compose principalement soit d’une simple traverse (na‘āma), soit, dans un état plus évolué, d’un axe (miḥwar) de bois enfoncé dans un cylindre évidé (maḥāla, bakra, également ḳāma) sur lequel la corde glisse dans une rainure (maḥazz, ḳabb). Le tout repose sur deux supports de glaise et de pierre ou de bois (ḳarnān, zurnūḳān, di‘āmatān, ‘amūdān), […]. » Voir l’article de J. Kraemer, G. Rentz et J. Despois, « Biʼr », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., 1960, tome I, p. 1267 [p. 1266-1269].

59  Zufar b. al-Ḥāriṯ al-Kilābī Abū l-Huḏayl : poète et chef qaysite, il est considéré comme le meilleur cavalier de l’islam [voir Réd., « Fāris », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 818-819.
Après la défaite de Qays à la bataille de Marǧ Rāhit en 65/684 [voir infra], Zufar b. al-Ḥāriṯ al-Kilābī fuit à Qarqīsiyā [Circesium] où il trouva refuge et qu’il gouverna, avant d’être contraint à la reddition par le calife ‘Abd al-Malik. Voir M. Streck, « Ḳarḳīsiyā », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome IV, 1978, p. 681.

60  Saint Sergius. Commandant dans l’armée romaine, Sergius fut dénoncé comme chrétien, torturé et décapité en 303, à al-Ruṣāfa, ville du désert syrien. Dans « Un poète royal à la cour de Damas » (p. 239), H. Lammens note à propos de ce saint « Son tombeau dans la ville de Roṣāfa, appelée de son nom Sergiopolis, était un centre de pèlerinage où l’on affluait de la Péninsule. » Lammens écrit également au sujet de l’attachement des Taġlib, qui étaient majoritairement chrétiens, à ce saint : « La ville de Roṣāfa se trouvant dans la partie syrienne du territoire de Taġlibites, S. Sergius était devenu le patron spécial de la tribu. Comme le leur reproche Ǧarīr (Divan, I, 135, 8), le pèlerinage à son tombeau remplaçait chez eux la visite de la Ka‘ba. Ils marchaient au combat, précédés de sa bannière. Quoique l’usage des noms de saints chrétiens et de personnages bibliques soit comparativement rare chez les anciens Arabes, les Taġlibites faisaient une exception en faveur de S. Sergius et imposaient volontiers son nom à leurs enfants. Aḫṭal devait donc être dévoué au culte de ce saint national, dévouement dont son Divan et celui de son rival Ǧarīr ont perpétué la trace. », H. Lammens, « Un poète royal à la cour de Damas », in Études sur le siècle des Omayyades, Beyrouth, Imprimerie catholique, 1930, p. 240.

61  Littéralement « notre colline, notre montagne ».

62  Tribu du Nord de l’Arabie, les Ḫuzayma ont pour ancêtres Mudrika b. al-Yās [Ilyās ou Alyās] b. Muḍar b. Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān.

63  Le mot šaqāšiq (au singulier šiqšiqa) désigne le voile du palais chez le chameau, viscère de couleur bleuâtre (ou rougeâtre) qu’il fait sortir de sa bouche en poussant des cris rauques lorsqu’il est en rut, pour impressionner les autres mâles.

64  Branche muḍarite, les Ḫindif sont les descendants d’al-Yās b. Muḍar et de son épouse Laylā bint Ḥulwān surnommée Ḫindif, à laquelle ils doivent leur nom. H. Kindermann, « Rabī‘a et Muḍar », EI2, op. cit., p. 365-367.
D’autre part, le mot arkān [pluriel de rukn] signifie le côté le plus solide d’une chose, la colonne, un grand personnage.

65  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

66  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 37).

67  Ǧarīr rappelle ici avec l’emploi du verbe ḥarramūk le statut de ḏimmī (protégé) de son adversaire. Selon l’auteur du Lisān, (op. cit., vol. XII, p. 125) : on dit qu’une personne bénéficie d’une protection [lahu ḥurma] pour dire qu’elle est sous notre protection [taḥarrama bi-nā] en tant que compagnon, d’un ayant droit ou d’un client
 » تقول : فلن له حُرْمَةٌأَي تَحَرَّمَبنا بصحبةٍأَو بحق وذِمَّةِ « .

68  Voir supra la note relative à cette expression dans la deuxième joute, (poème d’al-Aḫṭal, v. 35).

69  Le Salvadora persica, arbuste de la famille des salvadoracées. Il donne des petits fruits rouges et sa racine appelée siwāk est utilisée pour l’hygiène dentaire. Il est appelé également arbre brosse à dent.

70  Selon le commentaire qui suit immédiatement le vers, le poète fait allusion ici à ‘Arafa. Nous lisons dans l’article de l’E.I. consacré à ce lieu : « ‘Arafa ou ‘Arafāt, plaine à environ 21 km. à l’Est de la Mekke, sur la route d’al-Ṭāʼif, limitée au Nord par une crête portant le même nom. La plaine est le lieu où se déroulent les cérémonies centrales du pèlerinage annuel à la Mekke ; celles-ci sont centrées sur une colline conique de granit située dans l’angle Nord-est, de moins de 60 m. de haut et détachée de la chaîne principale ; cette colline est également appelée ‘Arafa, mais plus communément Djabal al-Raḥma (colline de la Miséricorde). », A.J. Wensinck, -[H.A.R. Gibb], « ‘Arafa », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 623 [p. 623-624].

71  Il s’agit ici de la puissance et de la grandeur de la tribu.

72  M. Lecker écrit dans l’article qu’il consacre à cette tribu dans l’E.I. : « Tamīm b. Murr (ou Tamīm bt. Murr, lorsqu’il s’agit de la tribu ou ḳabīla), est une très grande tribu « du Nord » qui vécut dans le Centre et l’Est de l’Arabie avant l’Islam et à ses débuts. Son nasab est : Tamīm b. Murr b. Udd b. Ṭābik̲h̲a b. Ilyās b. Muḍar b. Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān. », M. Lecker, « Tamīm b. Murr », EI2, op. cit., 2002, p. 185 [p. 185-189]. Voir également les annexes 2 et 5.

73  Ǧarīr évoque dans le premier hémistiche de ce vers Yawm Zarūd. En effet, Ḥazīma b. Ṭāriq al-Taġlibī avait attaqué les Banū Yarbū‘ à Zarūd, une localité située dans le Naǧd, sur la route entre al-Kūfa et la Mecque, avait pris des chameaux leur appartenant. Les contribules de Ǧarīr le poursuivirent et le firent prisonnier. Voir le commentaire qui suit immédiatement le vers et la note « b » dans Naqāʼiḍ…, p. 93 ; voir également Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 139 et Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 147-149.
Pour Yarbū‘, voir la note qui lui est relative dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

74  Il s’agit d’al-Huḏayl b. Hubayra al-Taġlibī [voir supra le poème d’al-Aḫṭal, v. 30]. Ǧarīr rappelle à son adversaire que le champion des Taġlib avait été fait prisonnier par Yazīd b. Ḥuḏayfa, un guerrier des Banū Murra, un sous-groupe de Tamīm ; et ce lors de Yawm Ḏī Bahdā* (appelé également Yawm al-Ḥarīm**). Les Taġlib connurent une défaite cuisante à cette bataille ; voir Naqāʼiḍ…, p. 227-228.
* Ḏū Bahdā est un village situé dans al-Yamāma [dans la région du Naǧd]. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. I, p. 514.
** Al-Ḥarīm est une localité dans le territoire des Taġlib proche de Ḏū Bahdā. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 252.

75  Ḥusayna est la fille de Ǧābir b. Buǧayr al-‘Iǧlī. Elle fut enlevée au cours de l’expédition déprédatoire menée par les Banū ‘Abd Manāt b. Udd b. Ṭābiḫa contre ‘Iǧl et Ḥanīfa lors de Yawm al-‘Adāb appelé également Yawm al-Ṣi‘āb.

76  Les Banū Ḥanīfa sont une fraction de la tribu de Bakr b. Wāʼil.

77  Al-Arāka : palmeraie dans la Yamāma habitée par les Banū ‘Iǧl (un sous-groupe de Bakr b. Wāʼil). Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. I, p. 135.
C’est dans cette localité qu’eut lieu Yawm al-‘Adāb ou Yawm al-Ṣi‘āb. Sur ce Yawm, voir Naqāʼiḍ…, p. 228.

78  Il s’agit de Uṯāl b. Maslama b.‘Ubayd al-Ḥanafī. Selon le commentaire qui suit immédiatement le vers, il fut tué par les Qušayr b. Ka‘b b. Rabī‘a b. ‘Āmir b. Sa‘ṣa‘a.

79  Les Yarbū‘ [la gerboise] sont une fraction des Tamīm à laquelle appartient le poète Ǧarīr. G. Levi Della Vida écrit à leur sujet : « Comparés aux autres groupes descendant de Ḥanẓala, réunis sous le nom d’al-Barādjim, les Yarbū‘ paraissent isolés, sans doute parce qu’ils étaient suffisamment puissants pour fonctionner en dehors d’une alliance fédérale. En fait, même des sous-groupes de Yarbū‘, Riyāḥ, Kulayb, Salīṭ, Tha‘laba, Ghudāna, jouissaient d’une certaine autonomie. Ils étaient divisés en deux sections selon des critères mal connus : al-Aḥmāl (Tha‘laba, ‘Amr, Subayra et al-Ḥārith), et al-Uḳad (Kulayb, Ghudāna et al-‘Anbar). Leur territoire était très étendu, pratiquement tout celui de Tamīm, du Yamāma jusque près de l’Euphrate ; leur centre était la vallée d’al-Hazn, d’une incroyable fertilité (voir Yāḳūt, Mu‘djam, II, 261, III, 870 ; une de leurs oasis était désignée comme Firdaws al-Iyād) […]. », Vida, G. Levi Della, « Yarbū‘ », op. cit., p. 308 [p. 308-309]. Voir également l’annexe 2.

80  Safār est un puits de Banū Māzin b. Mālik b. ‘Amr b. Tamīm, avant Ḏū Qār, entre al-Baṣra et Médine. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 223.

81  Dans la notice qu’il consacre à Safār (voir note précédente), Yāqūt indique qu’une bataille opposant les Bakr b. Wāʼil aux Tamīm y eut lieu. La note « a » de la page 95 des Naqāʼiḍ nous apprend qu’al-Huḏayl al-Taġlibī fut tué au puits de Safār suite à l’attaque qu’il avait menée contre les Banū Māzin. Le commentaire qui suit immédiatement le vers précise qu’il s’agit d’al-Huḏayl al-aṣġar (le surnom est noté bal-aṣġar).

82  Pour al-Muhazzam et Ibn al-Ḥubāb, voir les notes relatives aux vers 36 et 37 d’al-Aḫṭal. Le commentaire qui suit le vers à la page 95 indique que le poète fait allusion ici l’expédition déprédatoire que mena al-Ǧaḥḥāf contre les Taġlib à al-Bišr ; voir la première joute, poème d’al-Aḫṭal, v. 64.

83  Tribu à laquelle appartient à al-Aḫṭal, voir supra dans la deuxième joute le poème de Ǧarīr, v. 10.

84  Voir supra la note relative à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30).

85  Groupe tribal de l’ancienne Arabie du Nord. Les Rabī‘a ont pour ancêtres Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān. Taġlib, l’ancêtre éponyme de la tribu d’al-Aḫṭal est le descendant de Wāʼil b. Ḳāsiṭ b. Hind b. Afṣā b. Du‘mī b. Djadīla b. Asad b. Rabī‘a b. Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān. Voir Kindermann H., art. « Rabī‘a et Muḍar », EI2, op. cit., p. 365-367 ; M. Lecker, art. « Taghlib », EI2, op. cit., p. 97-100 et l’annexe 1.

86  Tribu à laquelle appartient al-Aḫṭal, voir supra dans la deuxième joute le poème de Ǧarīr, v. 10.

87  Muǧāši‘ sous-groupe des Dārim, branche des Tamīm, auquel appartient al-Farazdaq.

88  Il s’agit de la sœur d’al-Farazdaq. Voir les Naqāʼiḍ, p. 97, note « a ».
Parmi les éléments de déshonneur que Ǧarīr utilise dans ses invectives contre al-Farazdaq, il y a l’histoire de l’enlèvement de Ǧi‘ṯin par ‘Imrān b. Murra al-Minqarī. Ce dernier aurait fait prisonnière la sœur d’al-Farazdaq lors de Yawm al-Sīdān et aurait abusé d’elle. Comme dans la note « a » (p. 98) dans Naqāʼiḍ, les auteurs qui rapportent ce ḫabar considèrent que l’accusation de Ǧarīr était fallacieuse et ajoutent que le poète lui-même reconnaissait que c’était un mensonge et demandait pardon à Dieu de ce qu’il avait dit à propos de Ǧi‘ṯin qui était une femme vertueuse. Voir Ibn Manẓūr, Lisān al-‘Arab, entrée kyn, op. cit., vol. XIII, p. 371 ; ‘Abd al-Qādir b. ‘Umar al-Baġdādī, Hizānat al-adab wa-lubb lubāb lisān al-‘Arab, Le Caire, Maktabat al-Hānǧī, 1986, vol. III, p. 95-101. Voir également dans Šarḥ adab al-kātib de Mawhūb al-Ǧawālīqī, al-Kuweit, Maṭbū‘āt ǧāmi‘at al-Kuweit, 1995, p. 182-183, une version différente qui affirme que ‘Imrān b. Murra al-Minqarī aurait agi par vengeance ; et que ce personnage, qui était réputé pour la vitesse de sa course, avait juste arraché les vêtements de Ǧi‘ṯin et n’avait pas pu l’enlever.

89  Ǧarīr accuse les contribules d’al-Farazdaq, les Muǧāši‘ d’avoir trahi et tué al-Zubayr b. al-‘Awwām [m. 656]. Le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 97) indique qu’al-Zubayr fut tué par Ibn Ǧurmūz et la tribu d’al-Farazdaq n’était pour rien dans ce meurtre [wa-lam yakun li-Muǧāši‘ fī qatlihi ḏanb]. Par contre, on lit dans la note « b » (p. 133) [dans laquelle Ṣālḥānī cite le dīwān de Ǧarīr (édition d’Égypte)] que Ǧarīr blâme al-Farazdaq parce que son contribule al-Na‘ir b. al-Zammām al-Muǧāši‘ī avait trahi al-Zubayr b. al-‘Awwām qui fut tué alors qu’il était sous sa protection [yu‘ayyiruh bi-iḫfār al-Na‘ir b. al-Zammām al-Muǧāši‘ī al-Zubayr b. al-‘Awwām wa-qad istǧārahu fa-qutila fī ǧiwārih]. L’assassinat d’al-Zubayr est lié à la bataille du chameau. Il fut tué à Wādī l-Sibā‘, une localité proche d’al-Baṣra, sur la route de la Mecque. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 343.
Signalons ici que, dans le chapitre intitulé “des vers qui ont pour auteurs des poètes dont la verve n’obéit pas la raison” [al-abyāt al-latī zādat qarīḥatu qāʼilīhā ‘alā ‘uqūlihim] de son ‘Iyār al-ši‘r, Ibn Ṭabāṭabā attribue ce vers à al-Farazdaq, le cite et dit dans son commentaire que le poète dit des choses qu’il aurait mieux valu taire [fa-aqarra bi-ašyāʼ law sakata ‘anhā kāna astar], voir Ibn Ṭabāṭabā, ‘Iyār al-ši‘r, Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, 1982, p. 97.
Voir également ce qu’il écrit sur les vers d’al-Aḫṭal dans les pages 96-97.

90  Les Banū al-Fadawkas est le sous groupe de Taġlib auquel appartient al-Aḫṭal.

91  ‘Iqāl est l’un des aïeux d’al-Farazdaq qui est le fils de Ġālib b. Ṣa‘ṣa‘a b. Nāǧiya b. ‘Iqāl b. Muḥammad b. Sufyān b. Muǧāši‘ b. Dārim b. Mālik b. Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search