Version classiqueVersion mobile

La rivalité d’honneur ou la fabrique de l’altérité

 | 
Mohammed Bakhouch

Traduction

Première joute

Texte intégral

Poème d’al-Aḫṭal (p. 48-63)

Mètre : al-ṭawīl

  • 1 Le mot Āl signifie famille, Āl Raḍwā : la famille de Raḍwā, la bien-aimée du poète-locuteur.
  • 2 Selon Yāqūt, en plus de la ville de Wāsiṭ fondée par le gouverneur umayyade al-Ḥaǧǧāǧ [m. 714] et s (...)
  • 3 Nous n’avons aucune indication concernant ce toponyme, ni dans les Naqāʼiḍ ni dans le dīwān. Dans l (...)
  • 4 Nom de deux cours d’eau dans al-Ǧazīra. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 240.

11- Effacées sont les traces de la famille de Raḍwā1 à Wāsiṭ2, à Nabtal3, comme au confluent d’al-Ḥurrān4 ; alors patience !

  • 5 La notice de Mu‘ǧam al-buldān consacrée à ce nom renvoie à plusieurs wādī-s [vallées] et montagnes (...)

22- La colline d’al-Sakrān5 est déserte, les silhouettes des membres de la famille en sont absentes, on n’y trouve que des acacias et de la rue.

  • 6 Ṭufayl Ibn Ḫallās et ‘Azhal sont deux contribules d’al-Aḫṭal. Il est indiqué dans le dīwān (éd. Qab (...)

33- Mon cœur se ranimerait, n’étaient des litières avec lesquelles m’avaient devancé Tufayl Ibn Hallās et̒Azhal6.

44- Le matin où elles repartirent au loin, j’étais comme livré à la mort ou comme un homme dans l’erreur et que l’on avait blâmé.

55- Terrassé par un vin aux effets durables, les commensaux relevaient sa tête pour le ranimer, alors qu’étaient inertes os et articulations.

  • 7 Nufaddīh : ses compagnons s’adressent à lui pour essayer de le maintenir dans un état de conscience (...)

66- Tantôt nous tentions de le sortir de sa torpeur en lui parlant7, tantôt nous le traînions ; il n’était conscient que grâce à son dernier souffle.

77- Lorsque [ses compagnons] soulevaient un de ses membres, il bougeait à peine ; et à cause de ce qu’il avait bu, un autre de ses membres était sans vie.

88- Je bus ; et pour me libérer de mon serment, une caravane, qui s’était approvisionnée de vin en Palestine, avait croisé mon chemin.

99- Transportant d’énormes outres en peau de chèvre, remplies à ras bord, qu’on soulevait et équilibrait.

1010- Je dis : « Servez-moi le vin du matin, vous n’avez pas de père ! » ; et ils ne déchargèrent [leur cargaison] que pour ce faire.

1111- Ils firent agenouiller les chameaux et déchargèrent des outres aux pattes roidies [tellement elles étaient remplies], on aurait dit des hommes noirs nus.

  • 8 Village près du lac Tibériade, célèbre pour son vin à l’époque d’al-Aḫṭal.

1212- Ils apportèrent un vin de Baysān8 qui, après que l’échanson l’eut servi pour la seconde fois, était plus délicieux et plus doux.

1313- Je leur dis : « Tuez-le en le coupant [à l’eau], car il est bien plus généreux lorsqu’il est coupé ! ».

1414- La vigne [qui a produit ce vin] avait poussé et dans son giron avait grandi avec elle le fils d’une esclave, qui bêchait continuellement.

1515- Lorsqu’il craignait qu’elle fût touchée par des étoiles porteuses de sécheresse, il conduisait [vers elle] un ruisseau qui serpentait en murmurant.

1616- Un début d’ivresse ne tarda point à s’emparer de nous tant on nous servait et resservait.

1717- Les mains faisaient circuler [le vin] de la droite vers la gauche et de la gauche vers la droite ; et on levait [sa coupe] et on la posait en disant : « Que Dieu nous prête vie ! ».

1818- On arrêtait de nous le servir par moments ; nous en séparait alors l’écoute d’un chanteur ou des morceaux de viande grillée.

1919- [Le vin] cheminait dans les os comme cheminent les fourmis dans un monticule sablonneux qui se répand.

2020- Le bon vivant le trouvait délicieux, le buveur appréciait sa bonne qualité ; il me procura une grande gaîté et me fit trembler.

2121- Ô toi qui me blâmes, si tu ne mets pas fin à tes reproches, je te laisserai choir et m’adonnerai tout entier à ce que je faisais.

2222- Je te quitterai de belle manière ; et reviendraient, de nouveau, pour nous, les nuits difficiles à vivre.

2323- Et lorsque ma tendre passion d’amoureux se fut dissipée, il me parut bon de penser à mes affaires…

  • 9 Prénom d’une femme.
  • 10 Dans Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt al-Ḥamawī signale l’étymologie de ce nom et indique que le mot Ṣirr(...)

2424- À celle de la famille de Ẓamyāʼ9 qui hantait mon esprit, et dont me séparait une porte fermée à Ṣirrīn10.

2525- [Je traversai] un désert [où le voyageur peut périr], stérile ; les autruches, dans ses régions les plus extrêmes, étaient comme des chameaux qui erraient à leur gré.

2626- Les mirages brillants y étaient comme des hommes qui tantôt se dénudaient, tantôt remettaient leurs habits.

2727- Un désert dans lequel les voyageurs ne faisaient pas halte et où, à cause de la peur, l’œil du guide ne pouvait être distrait.

2828- Un espace [mortel], lointain et vaste, où il n’y avait ni repères pour s’orienter ni aiguade.

  • 11 Pour le ḥirbāʼ, voir M. Bakhouch, Poétique de l’éloge, le panégyrique dans la poésie d’al-Aḫṭal, Le (...)

2929- Je [le] traversai quand le caméléon se fut dressé [face au soleil], tel un orant tourné vers le Yémen ou un prisonnier enchaîné11.

  • 12 Ḫālid b. ‘Abd Allāh b. Asīd était wālī (gouverneur) d’al-Baṣra pour le calife ‘Abd al-Malik b. Marw (...)

3030- Vers Ibn Asīd Ḫālid12 nous amenèrent rapidement des chamelles véloces qui marchèrent seules dans un désert changeant, qui égarait et faisait périr.

3131- Lorsqu’il se trouvait sur une éminence, le renard âgé d’un an y était pareil à un cheval couvert d’une housse.

3232- Terrains de jeu de démons ; leur poussière, lorsqu’elle était poussée par les vents, était comme tamisée.

3333- Tu y voyais un prématuré, chétif comme un poulet, battre contre les parties postérieures des cuisses de la chamelle solide comme un roc, dont les joues étaient saillantes.

3434- [Un loup] frère du désert, couleur de rate, dont l’épuisement dû à la fatigue et à la faim était visible, déchirait la membrane qui couvrait son front.

3535- Elle avait tant marché et elle fut tant de fois bâtée et débâtée que ses bosses avaient fondu.

3636- Nous lui avions imposé la traversée de déserts lointains, dont les repères étaient éloignés les uns des autres et où le caméléon [à cause de l’intense chaleur] s’agitait.

3737- Elle avait tant maigri que ses yeux étaient comme les restes d’eau dans un récipient en cuir ou comme un puits tari.

  • 13 Pluriel de ‘aysāʼ, chamelles dont la robe blanche est mêlée d’une nuance de fauve.

3838- Les yeux des ‘īs13 étaient enfoncés dans les orbites et les anses de leurs fardeaux se touchaient, les chemins difficiles et les efforts les avaient amaigries.

3939- Les rescapées se portèrent à la hauteur des chamelles de race, qui après avoir marché nuit et jour, étaient gaies et tremblaient d’ardeur.

4040- Elles tombèrent dans le désert comme tombent les oiseaux, elles n’avaient rien mangé et se distrayaient de leur faim en ruminant.

4141- Dans leur relais il n’y avait qu’une urine altérée et des excréments secs comme du poivre.

4242- Des chamelles amaigries, véloces, porteuses de requêtes graves qu’elles conduisaient vers celui dont les bienfaits sont excellents.

  • 14 Voir supra la note relative à ce personnage au vers 30.

4343- Vers Ḫālid14 [nous avions marché] jusqu’à ce que nous eussions fait agenouiller nos montures en un lieu éternel ; quel homme généreux ! Quelle source d’espoir !

4444- Ô Ḫālid ta demeure est accueillante pour celui qui y descend ; et tes mains sont une pluie bienfaisante envoyée aux nécessiteux.

4545- C’est lui le chef fortuné, on attend de lui de raffermir la meule [d’un pouvoir] qui était jadis instable.

4646- Ton bois est d’une solidité à toute épreuve et tes mains s’obstinent à donner lorsqu’on te demande.

4747- Ô toi qui cherches à égaler Ḫālid, abstiens-toi et renonce à certaines de tes prétentions.

4848- Es-tu capable, si Ḫālid t’en donne le loisir, d’en être l’égal et de supporter ce qu’il supporte ?

4949- Il t’est impossible d’y parvenir ou d’atteindre ce en quoi Ḫālid et les siens te dépassent : le lustre d’antan et la gloire récente.

  • 15 Umayya b. ‘Abd Šams est l’ancêtre des Umayyades, dynastie qui régna de 661 à 750 de l’ère chrétienn (...)
  • 16 Abū l-‘Āṣī (al-‘Īṣ ou Abū l-‘Īṣ ou al-‘Āṣ (ī) ou ‘Uwayṣ) est le nom d’un fils d’Umayya b. ‘Abd Šams (...)
  • 17 Dans Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Aḫṭal (p. 59), le commentaire qui suit immédiatement le vers indique dans u (...)

5050- Umayya15 et al-‘Āṣī16 [avaient réalisé de grandes choses] et si Ḫālid appelle [à accomplir des exploits] Hišām et Nawfal17 répondent à son appel.

5151- Ceux-là sont la source même du bien ; et contre la peur, on peut trouver salut et refuge auprès d’eux.

5252- Que Dieu arrose, d’un nuage dont les orifices versent une pluie abondante toute la nuit, une terre dont Ḫālid est le meilleur habitant.

5353- Lorsque le vent lui fait face ou lorsqu’il souffle avec violence, il se met en colère ; vaste, ses parties basses s’agitent.

5454- Et quand le vent le secoue, il traîne ses queues comme s’avancent de lourdes chamelles qui viennent de mettre bas et qui allaitent leurs petits.

5555- Il reste au même endroit versant une pluie continuelle ; les éclairs sont dans ses différentes parties comme des lanternes ou comme les flancs blancs et noirs de chevaux qui fuient effrayés.

  • 18 Al-Yamāma à l’époque de notre poète était une région du Naǧd.

5656- Et lorsqu’il se dirige vers al-Yamāma18, le Sud l’appelle, alors il y revient dans un mouvement lourd et lent.

  • 19 La notice consacrée à ce toponyme dans Mu‘ǧam al-buldān indique que La‘la‘ est le nom : 1. d’une mo (...)
  • 20 Le commentaire des Naqāʼiḍ (page 61, note « b »), une citation de Mu‘ǧam al-buldān, indique qu’al-Q (...)

5757- Il arrose La‘la‘19 et al-Qurnatān20 et il ne manque pas de quitter La‘la‘ en portant ses fardeaux.

  • 21 Territoire appartenant aux Banū Yarbū‘. Voir le commentaire qui suit immédiatement le vers.

5858- Il quitte les collines d’al-Ḥazn21 alors qu’elles émergent comme des chameaux amaigris, enfermés dans des enclos afin d’y être nourris.

  • 22 Aucune information n’est donnée sur ce toponyme, ni dans les Naqāʼiḍ, ni dans le dīwān (éd. Ṣālḥānī (...)
  • 23 À propos du singulier de ce mot, Heidi Toelle indique que « Rawḍa reçoit des définitions diverses d (...)

5959- Il arrive à al-Ma‘rasāniyyāt22 et à Rawḍ al-Qaṭā23 ses petits, telles des chamelles qui viennent de mettre bas, le lait très abondant et qui grognent tendrement [en reniflant leurs chamelons].

  • 24 Branche de la dynastie umayyade dont les souverains se succédèrent au pouvoir de 684 à 750. Le prem (...)

6060- Demande aux Banū Marwān24 ce qu’il en est d’une protection et comment un faible lien peut encore nous unir.

  • 25 Il s’agit de Muṣ‘ab b. al-Zubayr [m. 691 J.-C.] frère de ‘Abd Allāh b. al-Zubayr [m. 692 J.-C.]. Mu (...)

6161- Après l’assaut d’un brigand ; alors que Muṣ‘ab25 fut tué, sa tête aux cheveux hirsutes et poudreux n’était ni épouillée ni lavée.

6262- Il y avait dans le pacte [sacré] de protection [tant de garanties] que si vous aviez appelé les chèvres de montage [réfugiées dans] les sommets escarpés ; elles seraient descendues [pour] venir à vous.

  • 26 Al-Ǧaḥḥāf b. Ḥakīm al-Ḏakwānī, chef des Sulaym, une fraction de Qays ‘Aylān [voir la note suivante] (...)

6363- Al-Ǧaḥḥāf26 t’avait-il consulté et lui avais-tu [alors] ordonné de tuer tes protégés au sein de leurs demeures ?

  • 27 Al-Bišr est le nom d’un territoire qui correspond à l’actuel Ǧabal Bišrī. Il s’étend de la région d (...)

6464- Al-Ǧaḥḥāf vient de lancer sur al-Bišr27 une attaque, nous nous en plaignons à Dieu et nous comptons sur Lui.

  • 28 Tribu mecquoise à laquelle appartenait le Prophète. Voir W. Montgomery Watt, « Ḳuraysh », EI2, Leid (...)

6565- Si les Qurayš28, avec leur pouvoir, ne changent pas cet état de choses, nous les désavouerons et les quitterons.

6666- Nous livrerons à des gens un combat qu’ils détesteront, et nous vivrons dignes ou alors nous serons tués.

6767- Et si vous exigiez d’eux le prix du sang, sachez qu’aucun prix, si fort soit-il, ne peut valoir le sang des nôtres.

6868- Et si vous nous proposez la justice, nous ne nous y opposerons pas, bien au contraire, c’est justice que nous demandons.

6969- Et il se peut que nous allions aux confins du pays, là où la peur s’est installée, et qu’on demande notre protection contre le malheur et contre une journée fameuse,

70mémorable.

Poème de Ǧarīr (p. 64-69)

Mètre : al-ṭawīl

711- Es-tu sérieux [lorsque tu dis que] le cœur malade [d’amour] ne peut s’apaiser, alors que sont chenus menton et favoris ?

  • 29 Selon le commentaire des Naqāʼiḍ (p. 64, note « b », Ḏū l-Ġaḍā est une vallée dans le Naǧd.

722- Ah ! Si seulement ceux qui quittèrent Ḏū l-Ġaḍā29 étaient restés et si les autres avaient levé les tentes !

733- Un jour les belles promettent sans tenir ; et un autre elles se métamorphosent en démons malfaisants.

744- Ô vallée dont les habitants se sont éloignés et où ne demeurent plus que pigeon et prinia gracile.

  • 30 Dans Mu‘ǧam al-buldān, al-Maǧāza est le nom : 1. d’une vallée et d’un village dans al-Yamāma ; 2. c (...)

755- Que celui qui observe Orion ou dont la nuit est longue [sache que] ma nuit à al-Maǧāza30 est plus longue encore.

  • 31 Surnom d’al-Aḫṭal qui signifie : 1. « petit âne qui ne grandit pas » [on dit que sa mère l’appelait (...)

766-Dawbal31 pleure ; fasse Dieu que ses larmes ne cessent de couler, c’est d’avilissement que Dawbal pleure !

  • 32 Selon le commentaire qui suit immédiatement le vers (voir Naqāʼiḍ, p. 67), le mot fals qui figure d (...)

777- Tu eus peur, fils de la chrétienne32, lorsqu’en t’atteignant la guerre te déchiqueta de ses dents et t’écrasa de son poitrail.

  • 33 Voir supra les vers 63 et 64 de la naqīḍa d’al-Aḫṭal.

788- Le jour où tu excitais al-Ǧaḥḥāf33 [contre ta tribu], tu cherchais, en agissant de la sorte, à retarder [son attaque] ; or elle est survenue plus rapidement [que tu ne l’espérais].

  • 34 Pour dire « les armes de ses soldats ».

799- Une armée si nombreuse qu’on aurait dit que la nuit s’était dirigée vers vous ; ses étoiles34 étaient comme des lampes aux mèches tressées.

8010- Alors que le soleil s’était à peine levé, ils apparurent en escadrons, conduits par un brave auréolé.

  • 35 Voir supra la note relative à ces deux personnages au vers 3 de la naqīḍa d’al-Aḫṭal.

8111- Al-Ǧaḥḥāf tua les époux des femmes que conduisaient Ibn Ḫalās et ‘Azhal35.

  • 36 Tribu ennemie de Taġlib, Qays ‘Aylān, écrit W. Montgomery Watt, est « […] l’une des deux subdivisio (...)

8212- À cause de la guerre des Qays36 vos femmes avaient expulsé leurs fœtus, les unes avaient été éventrées et les autres avaient accouché avant terme.

8313- [Parmi vos femmes] la captive attendait d’être excécutée ; on voyait à ses pieds l’enfant extrait de son ventre fendu ; une autre, mère d’une fille, se lamentait.

  • 37 Abū Mālik est la kunya d’al-Aḫṭal [teknonyme qui signifie « père de Mālik »].
  • 38 Le poète fait allusion ici au fait que son adversaire ait commencé son poème avec un prologue amour (...)

8414- La mère qui avait perdu son enfant et dont le compagnon était blessé te dit : « Père de Mālik37, trêve de galanterie38 ! ».

8515- Tu excitas [la haine] contre les gens que tu abandonnas aux lances qui s’abreuvaient de leur sang encore et encore…

8616- L’étendard de la mort tournait autour d’eux, alors que résonnaient les mors de chevaux aux toupets poudreux, en bataille.

8717- Le sang des morts ne cessait de couler près du Tigre, au point que son eau en fut toute teintée.

8818- Si au bord du fleuve, ils simulaient la fuite, pour revenir à la charge, les Qays étaient en rangs derrière eux, et s’ils cherchaient à atteindre le gué, ils s’embourbaient.

  • 39 Voir supra le poème d’al-Aḫṭal, v. 65.

8919- Si tu ne t’attaches pas à la protection des Qurayš39 [alors] ne compte pas sur les épées des Qays [pour vous épargner].

9020- Nous sommes meilleurs que vous ici-bas, et ce malgré toi ; et le jour du jugement dernier, nous aurons plus de mérite que vous.

  • 40 Yāqūt situe al-Raḥūb dans al-Ǧazīra et précise qu’il s’agit d’un cours d’eau dans le territoire des (...)

9121- Le jour d’al-Raḥūb40 nos épées avaient fendu des épaules qui n’avaient point porté de baudriers.

  • 41 Voir supra la note relative à cette branche de la dynastie umayyade dans la première joute (poème d (...)

9222- Les Banū Marwān41 vous protègent de nos épées, et qui est plus illustre et a plus grand mérite que les Banū Marwān ?

Notes

1 Le mot Āl signifie famille, Āl Raḍwā : la famille de Raḍwā, la bien-aimée du poète-locuteur.

2 Selon Yāqūt, en plus de la ville de Wāsiṭ fondée par le gouverneur umayyade al-Ḥaǧǧāǧ [m. 714] et située entre al-Baṣra et al-Kūfa, pas loin d’une dizaine d’autres localités portent ce nom. Celle dont il est question dans ce vers se trouve dans al-Ǧazīra [pour cette région, voir infra]. Yāqūt cite ce vers d’al-Aḫṭal et le premier vers de son poème dans la deuxième joute. Plus loin, l’auteur précise qu’il pense que la Wāsiṭ évoquée par al-Aḫṭal est un village sur le Ḫābūr près de Qarqīsiyā, car, ajoute-t-il, al-Ǧazīra est le territoire de Taġlib ; et il cite le deuxième hémistiche du premier vers de cette naqīḍa. Voir Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 347-353.

3 Nous n’avons aucune indication concernant ce toponyme, ni dans les Naqāʼiḍ ni dans le dīwān. Dans la notice de Mu‘ǧam al-buldān, Nabtal est le nom d’une montagne dans le territoire de Ṭayyiʼ ; et celui d’une localité dans la Syrie. Voir Yāqūt al-Ḥamawī, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 257.

4 Nom de deux cours d’eau dans al-Ǧazīra. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 240.

5 La notice de Mu‘ǧam al-buldān consacrée à ce nom renvoie à plusieurs wādī-s [vallées] et montagnes dans des endroits différents, parmi eux, Yāqūt mentionne un wādī et une montagne dans al-Ǧazīra. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 230.

6 Ṭufayl Ibn Ḫallās et ‘Azhal sont deux contribules d’al-Aḫṭal. Il est indiqué dans le dīwān (éd. Qabāwa, p. 20, note 4) que ce sont deux cousins du poète ou deux prêtres.

7 Nufaddīh : ses compagnons s’adressent à lui pour essayer de le maintenir dans un état de conscience en disant : « ǧu‘ilnā fidāka ! » [Puissions-nous te servir de rançon !]. Voir le commentaire qui suit le vers.

8 Village près du lac Tibériade, célèbre pour son vin à l’époque d’al-Aḫṭal.

9 Prénom d’une femme.

10 Dans Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt al-Ḥamawī signale l’étymologie de ce nom et indique que le mot Ṣirr désigne le froid intense « šiddat al-bard », puis il ajoute qu’il s’agit d’une localité de Syrie « wa-huwa balad bi-l-Šām », et cite les vers 23-24 d’al-Aḫṭal. Voir Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., 1995, vol. III, p. 405.

11 Pour le ḥirbāʼ, voir M. Bakhouch, Poétique de l’éloge, le panégyrique dans la poésie d’al-Aḫṭal, Le Caire, IFAO, 2015, p. 130-131.

12 Ḫālid b. ‘Abd Allāh b. Asīd était wālī (gouverneur) d’al-Baṣra pour le calife ‘Abd al-Malik b. Marwān [m. 705 J.-C.], jusqu’en 73/692-93, année où il fut démis de ses fonctions et remplacé par le frère du calife, Bišr b. Marwān [m. 74/693-94 J.-C.], car sa lutte contre les différents groupes Kharijites fut jugée inefficace. Il était considéré comme l’un des hommes les plus généreux de son époque.

13 Pluriel de ‘aysāʼ, chamelles dont la robe blanche est mêlée d’une nuance de fauve.

14 Voir supra la note relative à ce personnage au vers 30.

15 Umayya b. ‘Abd Šams est l’ancêtre des Umayyades, dynastie qui régna de 661 à 750 de l’ère chrétienne. Sur les quatorze califes de cette dynastie, trois appartenaient à la branche sufyanide et onze à la branche marwānide, dont l’un des plus éminents représentants est le calife ‘Abd al-Malik b. Marwān [m. 705]. Voir G. Levi Della Vida, -[C. E. Bosworth, ], « Umayya b. ‘Abd Shams », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome X, 2002, p. 904-905 ; et G.R. Hawting, « Umayyades », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome X, 2002, p. 906-914.

16 Abū l-‘Āṣī (al-‘Īṣ ou Abū l-‘Īṣ ou al-‘Āṣ (ī) ou ‘Uwayṣ) est le nom d’un fils d’Umayya b. ‘Abd Šams b. ‘Abd Manāf b. Quṣayy. Le pluriel du nom de ce personnage, al-A‘yāṣ, désigne un groupe du clan mecquois d’Umayya b. ‘Abd Šams. C. E Bosworth écrit au sujet des A‘yāṣ : « Ce groupe formait une branche du clan parallèle à celle de Ḥarb b. Umayya dont descendent Abū Sufyān, Mu‘āwiya et les Sufyānides. Parmi les fils d’al-‘Āṣ, etc., on compte ‘Affān, père du calife ‘Uthmān ; al-Ḥakam, père du calife Marwān Ier et ancêtre des Marwānides ; Sa‘īd [q.v.], gouverneur de Kūfa sous ‘Uthmān et de Médine sous Mu‘āwiya b. Abī Sufyān ; et al-Mughīra, dont le fils, Mu‘āwiya, mutila l’oncle du Prophète, Ḥamza b. ‘Abd al-Muṭṭalib, et fut le grand-père de ‘Abd al-Malik b. Marwān par sa fille ‘Ā’isha. », C. E. Bosworth, « A‘yāṣ », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., supplément (livraison 1-2), 2007, p. 103 [p. 102-103].

17 Dans Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Aḫṭal (p. 59), le commentaire qui suit immédiatement le vers indique dans un premier temps que Hišām est le fils de d’al-Muġīra al-Maḫzūmī* et que Nawfal est le fils de ‘Abd Manāf**. Puis le commentateur cite Abū al-Munḏir qui affirme que Hišām et Nawfal n’avaient aucun lien de parenté avec le dédicataire de ce panégyrique ; le premier étant une allusion à la générosité et le second au don.
Une autre possibilité s’offre au lecteur : le poète mentionne ces deux prénoms simplement pour indiquer que l’appel de Umayya et d’al-‘Āṣī ne sera pas vain et qu’il y aura toujours un Umayyade pour y répondre.
* Al-Muġīra est le fils de ‘Abd Allāh b. ‘Umar b. Maḫzūm, ancêtre du clan qurayšite des Banū Maḫzūm. À la fin du vie siècle, Hišām b. al-Muġīra était le Sayyid [le chef] des Qurayš. Voir M. Hinds, « Mak̲ẖzūm », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VI, 1991, p. 135-139.
** ‘Abd Manāf est l’un des quatre fils de Quṣayy b. Kilāb b. Murra b. Ka‘b b. Luʼayy b. Ġālib b. Fihr/Qurayš. Voir Tawfiq Fahd, « Manāf », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VI, 1991, p. 333 ; et G. Levi Della Vida, « Ḳuṣayy », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome V, 1986, p. 523-524.

18 Al-Yamāma à l’époque de notre poète était une région du Naǧd.

19 La notice consacrée à ce toponyme dans Mu‘ǧam al-buldān indique que La‘la‘ est le nom : 1. d’une montagne où il y eut une bataille ; 2. d’un point d’eau dans le désert ; et 3. d’un poste relais [manzil] entre al-Baṣra et al-Kūfa. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 18-19.

20 Le commentaire des Naqāʼiḍ (page 61, note « b »), une citation de Mu‘ǧam al-buldān, indique qu’al-Qurnatān (duel de Qurna) se trouve entre al-Baṣra et al-Yamāma dans le territoire des Tamīm, près de l’une des extrémités de la chaîne montagneuse d’al-‘Āriḍ d’al-Yamāma. Dans sa notice Yāqūt ajoute qu’al-Qurnatān fut le théâtre d’une bataille entre les Ġaṭafān et Banū ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a [deux groupes qaysites, voir infra]. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. IV, p. 331.

21 Territoire appartenant aux Banū Yarbū‘. Voir le commentaire qui suit immédiatement le vers.

22 Aucune information n’est donnée sur ce toponyme, ni dans les Naqāʼiḍ, ni dans le dīwān (éd. Ṣālḥānī). Dans l’édition de Qabāwa (p. 31), le commentaire qui suit immédiatement le vers indique que c’est une contrée dans al-Ǧazīra. Yāqūt signale tout simplement que ce mot est mentionné dans la poésie d’al-Aḫṭal et cite le vers 59 de cette naqīḍa. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 154.

23 À propos du singulier de ce mot, Heidi Toelle indique que « Rawḍa reçoit des définitions diverses d’où il ressort qu’il s’agit d’un terrain plat ou bas (qā‘) à végétation abondante, en raison de l’eau qui s’y accumule : lā takūn rawḍa illā bi-māʼ ma‘ahā aw ilā ǧanbihā « il n’y a de rawḍa que lorsqu’il y a – dedans ou à proximité – de l’eau » ; en même temps la rawḍa est dépourvue d’arbres : lā yuqāl fī mawḍi‘ al-šaǧar rawḍa « on n’appelle pas rawḍa un endroit où il y a des arbres ». Autrement dit, il semble bien s’agir d’une sorte de jardin naturel. », Heidi Toelle, Le Coran revisité, le feu, l’eau, l’air et la terre, Damas, Institut français de Damas, 1999, p. 26.
D’autre part, Yāqūt recense, dans la notice qu’il lui consacre, cent trente-six toponymes composés avec le mot rawḍa. Il signale à propos de Rawḍat al-Qaṭā que c’est l’une des plus célèbres parmi les riyāḍ des Arabes et l’une des plus fréquemment évoquées dans leurs poésies ; et il précise qu’elle se situe dans les environs de Kutla et Ǧadūd. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 83-93, notamment la page 93 pour Rawḍat al-Qaṭā. La notice sur Kutla ne fournit aucune indication précise au lecteur ; voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. IV, p. 436. Celle consacrée à Ǧadūd nous apprend que ce nom désigne un lieu [mawḍi‘] dans le territoire de Banū Tamīm et que c’est là que se trouve le point d’eau que l’on appelle al-Kulāb, où se déroulèrent deux célèbres batailles. La première d’entre elles, appelée Yawm Ǧadūd, fut remportée par les Taġlib sur Bakr b. Wāʼil. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 114.

24 Branche de la dynastie umayyade dont les souverains se succédèrent au pouvoir de 684 à 750. Le premier des califes marwānides est Marwān b. al-Ḥakam b. Abī l-‘Āṣ, il régna plusieurs mois en 64-5/684-5 ; et le dernier est Marwān b. Muḥammad b. al-Ḥakam. Voir supra les notes relatives à Umayya et al-‘Āṣī (vers 50).

25 Il s’agit de Muṣ‘ab b. al-Zubayr [m. 691 J.-C.] frère de ‘Abd Allāh b. al-Zubayr [m. 692 J.-C.]. Muṣ‘ab avait tué al-Nābī b. Ziyād b. Ẓabyān. Le frère de celui-ci, ‘Ubayd Allāh b. Ziyād b. Ẓabyān, tua Muṣ‘ab lors de la bataille de Dayr al-Ǧāṯalīq, lui coupa la tête et l’amena à ‘Abd al-Malik b. Marwān. Voir le commentaire qui suit immédiatement le vers, (Naqāʼiḍ, p. 62).

26 Al-Ǧaḥḥāf b. Ḥakīm al-Ḏakwānī, chef des Sulaym, une fraction de Qays ‘Aylān [voir la note suivante]. C’est lui qui avait organisé et dirigé l’attaque de ses contribules contre Taġlib, la tribu d’al-Aḫṭal, à al-Bišr.

27 Al-Bišr est le nom d’un territoire qui correspond à l’actuel Ǧabal Bišrī. Il s’étend de la région de Palmyre à l’Euphrate, selon Yāqūt, cité par C.E. Bosworth. C’est à al-Bišr qu’eut lieu en 73/692-3, le yawm [la journée] du même nom. Ce jour-là, le chef sulamite al-Ǧaḥḥāf b. Ḥakīm, excédé par les satires d’al-Aḫṭal, attaqua les Taġlib à la tête d’une armée de 1 000 hommes, qui massacrèrent les contribules du poète. Son propre fils fut tué par les assaillants et lui-même n’eut la vie sauve que parce qu’on l’avait pris pour un esclave. Après ce massacre al-Ǧaḥḥāf s’enfuit en territoire byzantin et à son retour, il paya la somme de 100 000 dirhems aux Taġlib comme prix du sang.
Le conflit qui opposa les deux tribus est lié aux pâturages. Cherchant à étendre les leurs dans al-Ǧazīra, les Sulaym convoitaient ceux des Taġlib. Leurs incursions et empiétements furent à l’origine de batailles que les poètes des deux camps relatent dans leurs qaṣīda-s.
Ce yawm est appelé également Yawm Muḫāšin et Yawm al-Raḥūb.
Sur ce yawm, voir H. Lammens, « Le chantre des Omiades, notes biographiques et littéraires sur le poète arabe Aḫṭal », Journal asiatique, op. cit., p. 391 ; et C.E. Bosworth, « al-Bishr », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 1278.

28 Tribu mecquoise à laquelle appartenait le Prophète. Voir W. Montgomery Watt, « Ḳuraysh », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome V, 1986, p. 436-438.

29 Selon le commentaire des Naqāʼiḍ (p. 64, note « b », Ḏū l-Ġaḍā est une vallée dans le Naǧd.

30 Dans Mu‘ǧam al-buldān, al-Maǧāza est le nom : 1. d’une vallée et d’un village dans al-Yamāma ; 2. celui d’une localité entre Ḏāt al-‘Ušayra* et al-Sumayna** sur la route d’al-Baṣra ; 3. ce sont les premières dunes de sable d’al-Dahnāʼ***. Yāqūt cite ensuite les vers 4 à 6 de cette naqīḍa de Ǧarīr. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 56. Voir également M. Lecker, « al-Ridda », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome XII, Supplément, (livraison 9-10), 2007, p. 712-715.
* Ḏāt al-‘Ušayra est un poste relais sur la route qui mène d’al-Baṣra en direction d’al-Nibāǧ, et se situe à dix journées de marche d’al-Baṣra. Pour Ḏāt al-‘Ušayra, voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. IV, p. 126 ; et pour al-Nibāǧ, voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 255.
** al-Sumayna est le premier poste relais sur la route d’al-Nibāǧ vers al-Baṣra. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 258-259.
*** Al-Dahnāʼ est « un arc long et étroit de nafūd ou désert de dunes, d’une largeur variant de 10 à 75 km, suivant une courbe orientée vers l’Est sur une longueur totale de plus de 1000 km. ; il relie le Grand Nafūd du Nord-ouest à al-Rub‘ al-Khālī [q.v.] du Sud. », C.D. Matthews, « al-Dahnāʼ », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 93 [p. 93-95].

31 Surnom d’al-Aḫṭal qui signifie : 1. « petit âne qui ne grandit pas » [on dit que sa mère l’appelait ainsi] ; 2. cochon.

32 Selon le commentaire qui suit immédiatement le vers (voir Naqāʼiḍ, p. 67), le mot fals qui figure dans l’expression « ḏāt al-fals », désigne le sceau-cachet en plomb avec lequel on marquait le cou des non-musulmans protégés [ahl al-ḏimma].
Dans la note « f » (voir Naqāʼiḍ, p. 66), Ṣālḥānī fournit deux autres explications de « ḏāt al-fals ». Selon la première cette expression signifirait que la mère d’al-Aḫṭal vendait son corps pour un fals. Ce mot aurait alors le sens d’une pièce de monnaie de peu de valeur, d’une obole.
La seconde explication avancée retient une autre leçon qui remplace « fals » par « qals ». Ce dernier mot désigne une grosse corde en fibre de palmier et serait une allusion à la ceinture que devaient porter les non-musulmans (le zunnār).

33 Voir supra les vers 63 et 64 de la naqīḍa d’al-Aḫṭal.

34 Pour dire « les armes de ses soldats ».

35 Voir supra la note relative à ces deux personnages au vers 3 de la naqīḍa d’al-Aḫṭal.

36 Tribu ennemie de Taġlib, Qays ‘Aylān, écrit W. Montgomery Watt, est « […] l’une des deux subdivisions de Muḍar, lesquels, avec les Rabī‘a, sont considérés comme constituant les descendants de ‘Adnān dits Arabes du Nord [voir al-‘Arab, Djazīrat —, I, 561 b] ; l’autre subdivision de Muḍar était Khindif ou al-Yās. On dit parfois que ‘Aylān est le père de Ḳays, mais il est plus vraisemblable que le nom double signifie Ḳays (propriétaire de) ‘Aylān (c’est-à-dire un cheval, un chien ou un esclave). Voici un tableau généalogique abrégé :
Image 10000201000002E1000001993CB61502870AE235.png

Les Ḳays ‘Aylān ne semblent pas avoir constitué une unité avant l’Islam et, dans les récits des ‘‘jours des Arabesˮ, seules des tribus qui en font partie sont individuellement nommées. À l’époque umayyade, cependant, les généalogies fictives devinrent un moyen commode de réunir des groupes de clans de manière à former quelque chose de semblable à un parti politique. Ce processus commença lorsque de petits contingents issus de différentes tribus furent cantonnés ensemble dans les villes de l’empire (pour Baṣra, voir Ch. Pellat, Le milieu baṣrien, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient Adrien-Maisonneuve, 1953, 23, etc.), (W. Watt Montgomery, « Ḳays ‘Aylān », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome IV, 1978, p. 866-867).

37 Abū Mālik est la kunya d’al-Aḫṭal [teknonyme qui signifie « père de Mālik »].

38 Le poète fait allusion ici au fait que son adversaire ait commencé son poème avec un prologue amoureux.

39 Voir supra le poème d’al-Aḫṭal, v. 65.

40 Yāqūt situe al-Raḥūb dans al-Ǧazīra et précise qu’il s’agit d’un cours d’eau dans le territoire des Banū Ǧušam b. Bakr, le clan d’al-Aḫṭal. Il ajoute que c’est à cet endroit que le Sulamite al-Ǧaḥḥāf attaqua les Taġlib et tua un grand nombre de Taġlibites. Cette défaite de la tribu d’al-Aḫṭal, porte le nom de Yawm al-Raḥūb et aussi Yawm Muḫāšin et Yawm al-Bišr. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 37.

41 Voir supra la note relative à cette branche de la dynastie umayyade dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 60).

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search