Version classiqueVersion mobile

L’expérience de l’autre

 | 
Nicolas Machiavel
, 
Francesco Vettori
, 
Francesco Guicciardini

III. La légation de Guicciardini en Espagne

Annexe

Notule pour qui se rend en ambassade en France Machiavel (?)

Texte intégral

  • 1 Littéralement : « ceci doit aussi être donné au terme de l’instruction. »

1À la porte de Bologne, in Dei nomine, faire enregistrer son départ par un notaire immatriculé et en porter foi à la première Chancellerie publique : quod etiam dari solet in ultimo instructionis1.

  • 2 Les Sedici Riformatori dello Stato di libertà forment la principale magistrature de Bologne. Défini (...)
  • 3 Aux Seize.
  • 4 Littéralement : « de par votre mandat »

2Envoyer un postillon un peu en avant pour retenir l’auberge. Quand vous serez descendu de cheval, si vous voulez partir le jour suivant, vous enverrez aussitôt votre chancelier, accompagné de deux serviteurs, au palais des Seize2, pour faire savoir votre venue à sa Magnificence le Gonfalonier et pour leur3 demander, puisque, in mandatis4, vous aurez la mission de rencontrer ce magnifique gouvernement et de parler avec lui, de convenir de l’heure qui sied le mieux à Leurs Seigneuries, etc.

  • 5 Littéralement : « auprès de ceux qui en ignorent la raison ».

3Et quand bien même vous ne désireriez pas partir le jour suivant, il est bon de faire cela tout de suite et d’être informé de l’heure habituelle, qui sera le matin suivant. Vous pouvez ensuite, etiam après avoir été congédié, rester jusqu’au jour suivant si vous le souhaitez. Car, si vous ne respectiez pas l’habitude d’obtenir une audience le matin qui suit votre arrivée, cela pourrait susciter l’étonnement apud ignaros rationis5.

4Une fois que l’horaire aura été décidé par ledit gouvernement, il faudra être prêt au matin de très bonne heure et attendre dans votre chambre ceux que ledit gouvernement aura choisis pour venir vous chercher et ce, sans donner la moindre impression d’appeler ou d’attendre quelqu’un.

5Il faut prévenir vos serviteurs qu’aucun d’eux ne pénètre au sein de la magistrature des Seize (c’est-à-dire dans la salle d’audience), à l’exception de votre chancelier. Je dis cela parce que, par le passé, il s’est trouvé quelqu’un qui a voulu faire montre de la présomption d’y entrer, au grand dam de la réputation de l’ambassadeur. Je dis tout cela pour les serviteurs, mais si vous aviez avec vous un jeune ou deux de quelque condition, il ne serait pas inconvenant de les y introduire.

6Dans la susdite salle d’audience, le chancelier s’arrêtera de lui-même au niveau d’une balustrade qui s’y trouve : c’est là que se tiendront également les chanceliers du gouvernement.

7Dès que l’ambassadeur se sera assis, que le chancelier, avec la révérence d’usage, aille vers lui, baise la lettre de créance et la mette entre les mains de l’ambassadeur, puis qu’il s’en retourne en arrière.

8Que l’ambassadeur, après avoir remis la lettre au préposé et après que celle-ci aura été lue par le chancelier du gouvernement, expose, au nom de Dieu, son ambassade.

  • 6 Giovanni Bentivoglio.

9Pour revenir en arrière, une fois que, le soir de votre arrivée, vous aurez eu connaissance de l’heure de l’audience auprès du Gonfalonier, comme on l’a dit, que le chancelier aille immédiatement, même s’il fait nuit, en se faisant accompagner par un guide, chez le magnifique messire Giovanni6 et l’informe de votre arrivée, et lui dise combien vous désirez et avez in mandatis de prendre bouche avec Sa Seigneurie : pour ce faire, qu’il vous dise s’il préfère parler immédiatement après l’audience générale des Seize, en aparté avec Son Excellence, et quelle est selon lui la meilleure manière de faire ; et comment il est allé, de votre part, demander auprès du magnifique gouvernement quelle heure convenait pour l’audience, et ce qui lui a été répondu.

10Le Seigneur, sans le moindre doute, répondra qu’il parlera avec vous dans son palais, où il s’isolera : seul le chancelier y pénétrera avec vous ; qu’il baise la lettre ut supra et qu’il vous la donne. Le Seigneur demandera quand vous partirez, à la seule fin de voir quand il pourra venir vous rendre visite ; et je crois fermement qu’il viendra ensuite vous rendre visite. Allez à sa rencontre en haut des marches et raccompagnez-le de la sorte.

11Lorsque vous serez revenu de l’audience et que vous aurez libéré ceux qui vous auront accompagné, en les remerciant brevibus, etc., viendra aussitôt la foule des :

  • 7 Littéralement : « à part égale ».
  • 8 Monnaie d’argent valant un demi jule.
  • 9 Annibale, fils de Giovanni Bentivoglio. Il est ensuite question d’Alessandro, son frère.
  • 10 On désigne ainsi usuellement la gabelle, monnaie d’argent de Bologne.

Trompettes, fifres et massiers du gouvernement

En tout point selon nos usages, aequis portionibus7, donnez-leur 30 gros8 par l’intermédiaire de votre intendant, après les avoir invités à boire, statim seront-ils arrivés, sans les faire jouer, ni venir auprès de vous.

Trompette, fifres ou tambours du magnifique messire Giovanni

aequis portionibus, 20 gros.

Trompettes de messire Annibale9

4 carlins10

Trompettes du Podestat

2 carlins. Si placet de renvoyer ceux du Podestat les mains vides, vous pouvez les donner à ceux du magnifique seigneur Alessandro.

12Depuis Bologne, vous écrirez absolument, de la main de Zanchini ou de quelque autre Florentin des nôtres, à savoir Gismondo Naldi ou un autre.

  • 11 Charles d’Amboise.
  • 12 Le Broletto désignait traditionnellement en Lombardie la place où se tenaient, sous le régime commu (...)

13Je ne suis, à ce point, pas capable de rendre compte de Milan. Mais je crois qu’on ne peut se tromper si, un jour avant, l’on envoie le postillon auprès de Manetto Portinari, afin qu’il informe le seigneur grand-maître11 de votre venue, et qu’il vous informe en retour solum si, au moment de votre arrivée, il vous faudra respecter une procédure plus qu’une autre : je pense que ce ne sera pas le cas. Ainsi, qu’il prépare votre halte, soit qu’il s’agisse du logis désigné par la Cour, soit d’une auberge. Afin d’aller plus loin dans les précautions, pour le cas où Manetto serait absent, je l’enverrais etiam auprès de Salvestro di Dino Guardi, un marchand florentin, de sorte que le postillon sera aussitôt renseigné sur l’endroit où il se trouve, soit au Broletto12, soit chez quelque orfèvre.

14Sur la France ou sur la Cour, dans la mesure où s’y trouvent des guides bienveillants, sages et experts, point n’est besoin de faire une notule, d’autant que les habitudes varient beaucoup : je dirai toutefois les quelques petites choses qui me sembleront utiles pour guider mes honorables confrères, etc.

15Sur la manière de demander audience et sur les cérémonies, on vous en dira assez le moment venu.

16Aux premiers portiers, un ducat.

17Au deuxièmes, deux ducats.

18Aux troisièmes, qui sont intimes, trois ducats.

19Aux fourriers, quatre ducats.

20Aux trompettes, ne donnez rien, mais faites-les inviter à venir boire chez vous.

21Au maître contrôleur, qui est celui qui distribue le courrier, vous donnerez quelque chose, une fois que vous y serez resté quelque temps, comme vous l’indiquera le noble Ugolino.

  • 13 Georges d’Amboise.

22Aux portiers de Rouen13, qui communiter sont deux, il ne sera pas mauvais de donner un ducat à chacun.

  • 14 Les Nasi sont une famille de marchands florentins, représentée à Lyon par plusieurs de ses membres, (...)

23Une fois arrivé à Lyon, si vous y retournez avec eux, faites donner en tout trois ducats aux serviteurs et à la servante des Nasi14.

  • 15 En français dans le texte.

24Lorsque vous entrez dans un logis15, venez-en à un accord clair avec votre hôte, afin de ne pas ensuite devoir discutailler avec lui. Je vous dis cela des logis assignés par les fourriers au passage de la Cour.

25Communiter, pour ce que vous avez à faire là-bas, faites faire en amont des accords clairs.

  • 16 Littéralement : « je parle d’expérience ».

26Que vos serviteurs prennent soin, partout où vous logerez, de vos affaires. Qu’ils protègent vos vêtements et vos bottes des rats, c’est-à-dire qu’ils suspendent vos bottes en hauteur : car, bien qu’il s’agisse là d’une chose mineure et ridicule, expertus loquor16. Que votre suite soit prévenue de ne pas créer de problèmes et de se comporter sans arrogance. Dans le cas où cela se produirait, sévissez sans exception aucune.

27Au sujet du chemin, quand vous passerez Asti, surtout dans toute la Savoie et la Maurienne, lorsque vous trouverez du bon pain, c’est-à-dire du pain qui ne s’émiette pas, faites-en prendre un peu de votre table. Car on en trouve du très beau qui, en raison de ce défaut, n’est pas mangeable, et qui est très désagréable pour un homme fatigué et délicat.

28Au matin, au moment de quitter l’auberge, n’hésitez pas à donner un pourboire à la chambrière et au valet d’écurie, pour ne pas entendre de propos déplaisants.

  • 17 Monnaie d’argent valant un quart d’écu d’or.
  • 18 L’ambrogino est une monnaie milanaise, d’or ou d’argent selon les périodes.
  • 19 Le marcello est une monnaie d’argent vénitienne à l’effigie du doge Niccolò Marcello (1473-1474), d (...)
  • 20 Il s’agit de l’écu d’or dit « du soleil », monnaie française de 22 carats.

29De Bologne jusqu’au Milanais dans son ensemble, on a avantage à dépenser des quarts17 de Milan, des ambrogini18 et de semblables monnaies ducales de poids, ainsi que des carlins de poids et des marcelli19. Il en va de même à Asti. Depuis Asti jusqu’au Pont-de-Beauvoisin, la monnaie de Savoie. Il est avantageux d’apporter en France des ducats, soit du Roi, soit du soleil20, car on perd beaucoup sur le ducat. Gardez-vous, à Asti ou dans le Milanais, d’accepter des pièces de Saluces.

Notes

1 Littéralement : « ceci doit aussi être donné au terme de l’instruction. »

2 Les Sedici Riformatori dello Stato di libertà forment la principale magistrature de Bologne. Définie par les statuts de 1376, cette magistrature se compose de quatre représentants pour chacun des quatre quartiers de la ville.

3 Aux Seize.

4 Littéralement : « de par votre mandat »

5 Littéralement : « auprès de ceux qui en ignorent la raison ».

6 Giovanni Bentivoglio.

7 Littéralement : « à part égale ».

8 Monnaie d’argent valant un demi jule.

9 Annibale, fils de Giovanni Bentivoglio. Il est ensuite question d’Alessandro, son frère.

10 On désigne ainsi usuellement la gabelle, monnaie d’argent de Bologne.

11 Charles d’Amboise.

12 Le Broletto désignait traditionnellement en Lombardie la place où se tenaient, sous le régime communal, les assemblées populaires. Par synecdoque, ce terme en vint à désigner le palais où se réunissaient les instances de gouvernement, sis sur cette place.

13 Georges d’Amboise.

14 Les Nasi sont une famille de marchands florentins, représentée à Lyon par plusieurs de ses membres, dont les prénommés Guglielmo et Raffaello. Sur l’importante communauté florentine de Lyon, voir Sergio Bertelli, « Machiavelli e la politica estera fiorentina », op. cit., p. 40-42.

15 En français dans le texte.

16 Littéralement : « je parle d’expérience ».

17 Monnaie d’argent valant un quart d’écu d’or.

18 L’ambrogino est une monnaie milanaise, d’or ou d’argent selon les périodes.

19 Le marcello est une monnaie d’argent vénitienne à l’effigie du doge Niccolò Marcello (1473-1474), d’une valeur de dix sous.

20 Il s’agit de l’écu d’or dit « du soleil », monnaie française de 22 carats.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search