Version classiqueVersion mobile

L’expérience de l’autre

 | 
Nicolas Machiavel
, 
Francesco Vettori
, 
Francesco Guicciardini

III. La légation de Guicciardini en Espagne

Présentation1

Texte intégral

  • 1 Cette présentation reprend et développe notre article « La légation de Francesco Guicciardini en Es (...)

1La mission d’ambassade de Francesco Guicciardini en Espagne auprès du roi Ferdinand le Catholique, menée de janvier 1512 à novembre 1514, représente, pour lui aussi, une première confrontation, aussi précoce que frustrante, à la pratique politique. Désigné le 17 octobre 1511 avec le titre prestigieux d’ambassadeur, Guicciardini présente un profil inédit pour une telle mission, puisqu’il a alors vingt-huit ans seulement et que, pour brillant qu’il soit, il n’a encore participé à aucun conseil de gouvernement. Son expérience concrète de la vie publique, à titre individuel, est donc nulle.

  • 2 Voir Roberto Palmarocchi, « L’ambasceria di Spagna », in Studi Guicciardiniani, Florence, Macri, p. (...)
  • 3 Voir Jean-Louis Fournel, « “Non essere un’ombra” : la correspondance de Francesco Guicciardini amba (...)

2La question liminaire du choix de Guicciardini pour une telle mission a été analysée jusqu’à présent au double prisme de ses qualités individuelles et de son insertion particulière au sein de l’oligarchie : tout en étant le fils d’un homme, Piero, qui ne s’est jamais départi d’une certaine neutralité à l’égard de Piero Soderini, il est en effet le gendre d’Alamanno Salviati, opposant de taille au Gonfalonier de justice2. Qu’il ait, à titre personnel, un faible poids politique représente un avantage dans un tel compromis car, sans être une source de menace trop perceptible pour la faction populaire, il pourra être accusé à bon compte d’incompétence par Soderini, qui se défaussera ainsi sur lui de ses responsabilités en cas d’échec patent de sa mission. Dans une telle analyse, Guicciardini se trouve en même temps légitimé et fragilisé pour cette mission par son statut socio-politique. Ses hésitations, au moment d’accepter cette charge, montrent qu’il n’est pas dupe des risques encourus3. S’il se laisse toutefois convaincre, c’est parce qu’il s’agit là d’un formidable accélérateur de carrière, à un moment de sa vie où rien ne le retient dans la cité. Aucun de ces arguments n’est cependant, en soi, décisif. C’est leur effet cumulatif qui permet de présenter Guicciardini comme le moins mauvais choix possible pour une telle mission – un choix qui s’impose donc moins qu’il n’apparaît comme le fruit de contingences conjoncturelles. Il manque toutefois un élément cristallisateur susceptible de donner à ces arguments hétérogènes la force de la nécessité et de justifier un choix qui surprend en définitive moins en lui-même que par sa temporalité.

  • 4 Francesco Guicciardini, Ricordanze, in Scritti autobiografici e rari, a cura di Roberto Palmarocchi (...)
  • 5 Francesco Guicciardini, Oratio accusatoria, in Autodifesa di un politico, a cura di Ugo Dotti, Roma (...)
  • 6 Ibidem, p. 152.
  • 7 Denis Fachard (éd.), Consulte e pratiche (1505-1512), op. cit., p. 305.
  • 8 Ramón Folch de Cardona-Anglesola (1467-1522), duc de Somma.

3Dans ses Ricordanze, Guicciardini indique que sa désignation est intervenue au terme d’un débat qui a donné lieu à plusieurs votes improductifs, avant que son nom ne se dégage le 17 octobre 15114. Même s’il reçoit là, selon ses propres mots, « un plus grand honneur que n’en a jamais reçu aucun jeune de notre cité5 », il y a donc autour de sa personne une unanimité moindre qu’il ne le prétend par la suite dans son Oratio Accusatoria, où il parle d’un « consentement commun » autour de son nom6. Cette désignation difficile n’est pas sans rappeler, par ses modalités, celle de Francesco Vettori en 1507. Son profil, en effet, ne correspond guère à celui qu’a en tête Bernardo Soderini lorsque, le 17 juin 1512, au moment de choisir un ambassadeur auprès de l’Empereur, il insiste sur la nécessité de lui envoyer « un homme et un citoyen de grande réputation7 ». Intéressante est, à ce titre, la comparaison avec le profil d’Antonio Strozzi, envoyé à Rome en juillet 1512 pour négocier avec le vice-roi de Naples, Ramón de Cardona8 : né en 1455, Strozzi est alors âgé de 57 ans, et il peut arguer d’avoir été prieur en janvier-février 1494 puis, à deux reprises, membre des Gonfaloniers de Compagnie, en 1497 et 1510. Sur le plan diplomatique, il a été envoyé auprès du roi de France en 1494, puis a été nommé ambassadeur à Ferrare en 1498. On recense par ailleurs cent interventions de sa part au sein des pratiche, ce qui témoigne d’une influence politique majeure. Le contraste entre Strozzi, homme de réputation à qui l’on confie un mandat de négociation capital, et Guicciardini, jeune citoyen inexpérimenté qui part en Espagne sans mandat précis, est frappant.

  • 9 Supra, p. 32-35.

4En somme, tout comme Machiavel et Vettori lors de leur légation commune auprès de l’Empereur, Guicciardini a été choisi parce que convergent en lui d’exceptionnelles qualités personnelles et une insertion spécifique dans le tissu politico-social florentin. Ce qui est étonnant, ce n’est donc pas tant que Guicciardini ait été choisi, mais qu’il l’ait été précisément à ce moment. Car, là où la désignation de Machiavel et de Vettori souligne une tendance nette dans les années 1502-1509 à former de jeunes citoyens prometteurs à la vie publique, celle de Guicciardini apparaît à contretemps, voire contradictoire avec la volonté de faire à nouveau de la « reputazione » un critère discriminant dans l’exercice des charges publiques9.

  • 10 Sur l’inébranlable conviction de Piero Soderini que la sécurité de Florence repose sur son alliance (...)
  • 11 Sur la formation de la Sainte Ligue, voir Jean Dufournet, « Commynes, l’Italie et la ligue anti-fra (...)

5Pour lever un tel paradoxe, il faut considérer la spécificité de la mission pour laquelle Guicciardini est choisi. Le contexte géopolitique dans lequel s’insère la décision d’envoyer un ambassadeur auprès de Ferdinand est bien connu : alors que la ligne diplomatique florentine, défendue avec acharnement par Piero Soderini10, vise à préserver à tout prix l’alliance traditionnelle avec la France, cette stratégie est rendue obsolète par l’attribution définitive du royaume de Naples à l’Espagne par le Pape, en 1510, puis par la publication officielle de l’alliance entre l’Eglise, l’Espagne et la République de Venise, le 1er octobre 1511. Les liens que Florence a tissés avec l’Espagne au moyen du traité signé pour trois ans le 13 mars 1509, semblent légers face à la mise en place de la Sainte Ligue11. Les principales chroniques contemporaines, tout comme les comptes rendus des pratiche, montrent que le doute s’est instillé à Florence quant aux conséquences possibles de la stratégie d’influence espagnole en Italie et, surtout, sur le niveau de protection que lui assure son allié français.

  • 12 Voir le commentaire de Sergio Bertelli, in Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, vol. 2, op (...)
  • 13 Dans son Avertissement CXLIV, Guicciardini traduit et synthétise ainsi un proverbe castillan qui, s (...)
  • 14 Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, vol. 2, op. cit., p. 1228.

6Il est toutefois frappant de constater que, dans les faits, la stratégie diplomatique florentine continue de s’articuler autour de l’idée d’une confrontation bilatérale entre la France et la Papauté, au sein de laquelle l’Espagne et l’Empire ne joueraient qu’un rôle secondaire. Malgré sa tête de pont napolitaine, l’Espagne semble trop éloignée géographiquement pour pouvoir jouer un rôle militaire de premier plan en Italie, du moins à court terme. Cette idée est clairement exprimée dans l’instruction que donne Piero Soderini à Machiavel le 2 juin 151012, à l’occasion de la troisième légation de ce dernier en France : si le roi de France parvient à juguler les deux principales puissances qui la menacent militairement en Italie, l’Empereur et les Vénitiens13, « le Pape et l’Espagne se rangeront de son côté, car le premier n’a pas de troupes suffisantes, le second ne peut pas l’atteindre commodément14 ».

  • 15 Machiavel le comprend dès 1506, à l’occasion de sa mission auprès de Jules II. Voir à ce propos Mar (...)
  • 16 Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, vol. 2, op. cit., p. 1233-34.
  • 17 En témoignent les rapports envoyés depuis la Cour de France par Roberto Acciaiuoli, ibidem, p. 1421 (...)

7Cette conviction semble d’autant plus justifiée que les intentions réelles de Ferdinand n’apparaissent jamais au grand jour. Il faut un regard aussi perspicace que celui de Machiavel pour comprendre que les ambitions espagnoles en Italie ne s’éteindraient pas avec la mainmise définitive sur Naples15. En 1510, à l’occasion de sa mission auprès de Louis XII, il s’interroge sur la possibilité qu’il y ait un lien entre la confiance apparente du Pape et les préparatifs militaires espagnols, et il le fait clairement savoir au Conseil des Dix16. L’Espagne apparaît ainsi comme une menace potentielle, mais pas encore concrète17. L’idée prédominante est donc celle-ci : si Ferdinand n’est pas l’allié de Florence, il n’en est pas davantage l’ennemi, ce que laisse présager le soutien de l’ambassadeur espagnol à Rome en faveur de la levée de l’interdit pesant sur Florence.

  • 18 Piero Vaglienti, Storia dei suoi tempi (1492-1514), a cura di Giuliana Berti, Michele Luzzati e Ezi (...)
  • 19 Bartolomeo Cerretani, Storia fiorentina, op. cit., p. 416.

8Même lorsque l’influence du roi de France en Italie n’apparaît plus comme un gage de sécurité suffisant et qu’une diversification du réseau d’alliances semble inéluctable, le souci constant de ne pas s’attirer l’inimitié de Louis XII avant d’avoir compris dans quel sens penche l’équilibre des forces en présence empêche toute prise d’initiative diplomatique. Dès lors, la décision d’envoyer un ambassadeur en Espagne n’a pas pour but de réguler la relation de cet État avec Florence, mais de donner des gages d’ouverture indirects au Pape sans s’attirer l’ire de la France. Dans la perspective florentine, l’Espagne est ainsi un élément accessoire dans un jeu à plusieurs bandes dominé par la France et la Papauté. Jamais, par exemple, dans les textes des chroniqueurs contemporains, l’Espagne n’est considérée comme une force motrice dans le destin de l’Italie ou comme une puissance capable de peser sur celui-ci de façon déterminante. L’analyse de Piero Vaglienti, dans sa Storia dei suoi tempi, est à ce titre exemplaire : s’il ne cesse de craindre une mainmise française en Italie, qui serait pour lui la pire des possibilités, Vaglienti ne considère jamais la puissance espagnole autrement que dans la perspective d’un triomphe français18. De même, lorsque Bartolomeo Cerretani revient, dans sa Storia fiorentina, sur la débat autour de la nécessité ou non d’envoyer un ambassadeur en Espagne, la réflexion ne porte pas tant sur ce qu’une telle mission peut apporter de positif dans le cadre d’un rapport bilatéral entre Florence et l’Espagne, mais sur le risque qu’elle pourrait faire courir à la relation entre Florence et la France19.

  • 20 Bartolomeo Cerretani, Dialogo della mutatione di Firenze, a cura di Giuliana Berti, Istituto Nazion (...)
  • 21 Ibidem, p. 37.

9L’Espagne est ainsi toujours observée par ricochet, et jamais dans la réalité objective de sa puissance et de ses ambitions. Cette erreur fondamentale est par ailleurs confortée par la conviction, unanimement partagée, que Ferdinand n’entend pas intervenir dans la gouvernance florentine pour modifier le régime républicain et restaurer les Médicis. Dans son Dialogo della mutazione di Firenze, Cerretani indique ainsi que les représentants du vice-roi de Naples rassurent Antonio Strozzi quant au « désir du vice-roi, et par voie de conséquence du Roi Catholique, de ne pas altérer le gouvernement de la cité, ni d’innover en quoi que ce soit en la matière […], ce qui rassura tout le monde20 ». Cette conviction s’impose d’autant plus facilement que, selon le même Cerretani, « les Espagnols ne montraient aucune chaleur à aider les Médicis21 ».

  • 22 Sur les développements lexicaux qu’engendre cette stratégie dans le discours politique florentin, n (...)

10On comprend mieux, ainsi, pourquoi le profil de Guicciardini apparaît intéressant, notamment aux yeux de Piero Soderini. Choisir un novice dépourvu de « reputazione » est un compromis très habile : cela permet en effet de lui attribuer le titre d’ambassadeur, indispensable pour ne pas vexer Ferdinand, tout en le dévaluant dans sa fonction, dès le départ, aux yeux du roi de France. Choisir Guicciardini, en d’autres termes, c’est ne pas se refuser la possibilité d’une alliance future avec l’Espagne, tout en ne s’aliénant pas la bienveillance française. Les instances dirigeantes florentines ne font là rien d’autre que de poursuivre une stratégie de temporisation et de neutralité qui vise à attendre, avec le moins de dommages possibles à court terme, que l’horizon diplomatico-militaire se dégage à moyen terme22. Il s’agit là de recourir à des cadres de pensée traditionnels – et donc rassurants – pour compenser un manque d’intelligibilité du monde. Soderini et une majorité des membres des catégories médianes pensent fondamentalement qu’agir, c’est courir un risque. Une telle structuration de la pensée pouvait trouver une justification tant que les forces en présence en Italie jouaient chacune une partition relativement lisible. Or, si cette stratégie de temporisation a permis au régime républicain de gagner le temps nécessaire pour se structurer entre 1494 et 1505, elle apparaît en revanche obsolète à partir du moment où entre dans le jeu Ferdinand, dont la politique se révèle totalement illisible, tant est grand son goût pour le secret et pour la dissimulation.

  • 23 Sur l’analyse de ce mandat, voir Matteo Palumbo, « Natura, uomini e storia… », op. cit., p. 18-19.
  • 24 Ainsi Vettori note-t-il dans son Sommario qu’« il était inutile d’envoyer [un ambassadeur] en Espag (...)
  • 25 Voir par exemple Francesco Guicciardini, Le lettere, op. cit., p. 200.
  • 26 L’important volume de cette correspondance, compte-tenu de la difficile transmission du courrier en (...)
  • 27 Voir la lettre aux Dix du 15 juillet 1512, Le lettere, op. cit., p. 117.

11La mission de Guicciardini revêt ainsi, dès l’origine, un aspect foncièrement anecdotique. En témoigne son mandat, dans lequel on lui demande d’essayer de comprendre les intentions de Ferdinand et de gagner sa bienveillance tout en s’abstenant de lui promettre quoi que ce soit23, c’est-à-dire, en réalité, d’entretenir avec le roi d’Espagne un lien purement formel, dépourvu de toute prise d’initiative. Cette nécessité théorique de l’inaction trouve d’ailleurs des prolongements concrets en raison des conditions même dans lesquelles Guicciardini exerce sa mission à Burgos. Privé de consignes et d’informations fraîches susceptibles de guider son action24 face à un interlocuteur qui, s’il ne le fuit pas comme le faisait l’empereur Maximilien avec Vettori, lui cache ses intentions avec une habileté confondante, Guicciardini est, de fait, livré à lui-même25. Le désarroi qu’il affiche dans sa correspondance26, tant avec les membres de sa famille qu’avec le Conseil des Dix, montre qu’il souffre, au quotidien, de ce déficit d’action27. Tout ce qu’on attend de lui, c’est une présence, dont Guicciardini lui-même perçoit l’aspect fantomatique. Il est d’ailleurs significatif que son nom, à la différence de celui d’Antonio Strozzi, ne soit presque jamais cité dans les comptes rendus des pratiche consacrées à la mission espagnole : même lorsque tout s’accélère entre la bataille de Ravenne et le sac de Prato, c’est bien à Rome que se joue le destin de Florence, et jamais à Burgos ou, plus tard, à Logroño.

  • 28 On trouve cette expression dans la lettre du 13 mai 1512, adressée à ses frères Luigi et Iacopo, ib (...)

12Dire de l’expérience espagnole qu’elle est frustrante pour Guicciardini tient donc de la litote. C’est toutefois depuis Burgos, alors qu’il se trouve confronté à une expérience individuelle portée à son point paroxystique, que Guicciardini pose les bases de son système d’investigation du monde. Contraint d’élargir le strict cadre fonctionnel de sa mission pour n’être pas une « ombre » inutile28, il comprend la nécessité de porter un regard analytique sur le milieu dans lequel il évolue et saisit l’importance de mettre en avant un point de vue, susceptible de donner, en même temps, de l’intelligibilité aux événements et du sens à son (in) action.

  • 29 Paolo Guicciardini note d’ailleurs à propos du manuscrit du Journal qu’il « est entièrement autogra (...)
  • 30 Guicciardini emploie cette expression à l’occasion de la description de Maguelone, infra, p. 196.

13Les textes rédigés à l’occasion de cette mission, le Journal de mon voyage en Espagne et la Relation d’Espagne, illustrent deux facettes complémentaires de cette prise de conscience. Celle-ci se déroule en deux temps disjoints, quoique presque simultanés sur le strict plan chronologique. Dans le Journal, récit de voyage rédigé à partir des notes prises au fur et à mesure de son avancée, Guicciardini décrit, de façon répétitive et – c’est là un euphémisme tant la mise en forme apparaît négligée29 – peu portée sur la fioriture stylistique, les territoires qu’il traverse depuis son départ de Florence jusqu’à son arrivée à Logroño, où se trouve alors le Roi. Ses notations précises, parfois fastidieuses à lire, n’omettent rien de la chronologie de son périple et des lieux par lesquels il passe, qu’ils soient naturels ou colonisés par l’homme. De ce cheminement heureux, dépourvu de désagréments majeurs, Guicciardini tire deux conclusions. La première concerne l’extrême hétérogénéité des régions traversées en termes de topographie, de végétation et de formes d’habitat. La seconde est que, au-delà de cette variété, il existe une « correspondance d’effets30 » entre un territoire, l’activité économique de ses habitants et sa puissance politique locale.

  • 31 Comme l’a noté Raffaele Ruggiero, celui-ci a d’ailleurs probablement été rédigé par Machiavel, in R (...)
  • 32 Supra, p. 63.
  • 33 Sur les différences dans la perception de ce personnage chez Machiavel et chez Guicciardini, voir C (...)
  • 34 Infra, p. 214.

14Dans sa Relation d’Espagne, dont la rédaction date de 1514, Guicciardini s’efforce, en vertu de son mandat d’ambassade31, d’analyser les atouts et les faiblesses de la monarchie espagnole, afin d’en évaluer la puissance. Si ce texte se rattache aux relations des ambassadeurs vénitiens, tant par son titre que par son style sobre, mais travaillé, Guicciardini n’en oublie pas la leçon machiavélienne : tout comme le secrétaire de la seconde Chancellerie plaçait au cœur de ses écrits sur l’Allemagne la figure de l’Empereur32, Guicciardini articule sa Relation autour du double portrait d’Isabelle la Catholique33 et de Ferdinand d’Aragon. Les deux souverains y apparaissent non seulement comme le cœur symbolique et politique de l’État espagnol, mais aussi comme le seul élément structurant capable de maîtriser les forces centrifuges qui n’ont eu de cesse de menacer le Royaume depuis son unification. Ainsi, si celui-ci ne s’est pas désagrégé sous la force conjuguée de son héritage historique et de sa diversité naturelle, c’est uniquement parce que, aidés de leurs vertus et de la fortune34, ces deux souverains se sont montrés capables de réaliser une synthèse de territoires et de peuples hétérogènes, à travers une politique centralisatrice résolue et cohérente.

15Là où Maximilien s’était montré incapable de surmonter les divisions internes dans son royaume, Isabelle et Ferdinand réussissent une subtile synthèse entre autorité royale et autonomie des pouvoirs intermédiaires. En ce sens, la Relation prolonge les écrits machiavélien, mais elle est également le point d’aboutissement logique du Journal : l’hétérogénéité que Guicciardini a perçue durant son cheminement à travers des États distincts existe, de façon paradigmatique et exacerbée, à l’intérieur même du Royaume d’Espagne, et il a fallu la conjonction miraculeuse d’une reine et d’un roi d’exception pour dominer cette variété et créer les conditions nécessaires à la structuration d’un État stable et unitaire.

  • 35 Voir Matteo Palumbo, « Natura, uomini e storia… », op. cit., p. 23.

16En choisissant de centrer son analyse sur la personnalité d’Isabelle et de Ferdinand, Guicciardini pose les premières pierres d’une méthodologie nouvelle, qui met les faits bruts à l’épreuve de la subjectivité35 : en effet, l’observation et la collecte d’informations ne créent du sens que si l’on est capable de déterminer ce qu’il faut voir, c’est-à-dire de donner à son regard la juste direction. Notons toutefois (et c’est là, indubitablement, la principale limite de ces premiers textes), que le regard guichardinien se cantonne strictement à l’Espagne, considérée comme un élément organique, sans percevoir encore à sa juste mesure le rôle majeur que celle-ci s’apprête à jouer dans un jeu géopolitique désormais globalisé. Malgré sa proximité avec l’épicentre du pouvoir espagnol, Guicciardini n’a pas encore dépassé l’erreur fondamentale d’appréciation de ses concitoyens qui, jusqu’au sac de Prato, perçoivent ce royaume comme une entité autonome, détachée de l’échiquier péninsulaire. En d’autres termes, si son analyse des forces et des faiblesses espagnoles dénote une indéniable perspicacité quant au rôle structurant des deux souverains sur le plan intérieur, Guicciardini ne se révèle pas encore capable de mettre en réseau ses conclusions dans un contexte élargi, comme il le fera par la suite dans son Histoire d’Italie.

  • 36 Voir Francesco Guicciardini, Écrits politiques. Discours de Logroño, Dialogue sur la façon de régir (...)
  • 37 Voir l’introduction de Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini à La politique de l’expérience, (...)
  • 38 Jean-Louis Fournel, « Guichardin et la “démunicipalisation” de l’historiographie », op. cit., p. 10 (...)

17Guicciardini ne s’est donc pas tout à fait émancipé des cadres de pensée florentins au terme de son séjour espagnol. Paradoxalement, son regard en vient même à se détourner de son objet initial pour revenir vers son point d’origine, puisque c’est depuis l’Espagne qu’il rédige ses premiers Avertissements politiques36 et son Discours de Logroño37. Tel est l’autre effet de sa rencontre avec des territoires et des peuples différents : il est désormais capable de distinguer ce qu’une proximité trop immédiate avec Florence ne lui permettait pas de voir. Au contact de la nouveauté, son regard a ainsi gagné en acuité et en hauteur. Ce n’est pas là le moindre des apports de sa légation en Espagne. Ainsi Jean-Louis Fournel note-t-il que « les deux années passées comme ambassadeur en Espagne, de janvier 1512 à la fin de 1513, ont été sans doute plus importantes pour la maturation de la pensée politique du Florentin que pour son activité diplomatique au service de la cité38 ».

  • 39 Francesco Guicciardini, Le lettere, op. cit., p. 131.

18En définitive, ce qu’aperçoit Guicciardini depuis l’Espagne, ce sont les traces d’une faillite collective florentine, dont les fondements relèvent de profonds dysfonctionnements institutionnels, de cadres de pensée sclérosés dans le contexte inédit des guerres d’Italie, ainsi que d’un déficit flagrant de compétence politique générale. Se réfugier dans la fixité intellectuelle et actionnelle pour tenter d’endiguer les fluctuations d’une histoire en mouvement se révèle être une erreur fondamentale, qui place la cité dans une situation intenable après l’instauration de la Sainte Ligue. Florence a perdu la main sur son destin, car désormais, comme l’écrit Guicciardini dans une lettre adressée au Conseil des Dix après la bataille de Ravenne, « la nécessité peut davantage que la volonté39 ». Dans un contexte général si défavorable, sa légation en Espagne apparaît accessoire et, en tout état de cause, trop mal conçue et menée pour se révéler utile. Mais tel n’était pas le but, puisque tout semble avoir été mis en œuvre, dès l’origine, pour que Guicciardini, justement, ne pesât pas sur les événements.

Notes

1 Cette présentation reprend et développe notre article « La légation de Francesco Guicciardini en Espagne, entre expérience individuelle et processus de formation collectif », in Alice Carette, Rafael M. Girón-Pascual, Raúl González Arévalo et Cécile Terreaux-Scotto (éd.), Italie et Espagne…, op. cit., p. 169-182.

2 Voir Roberto Palmarocchi, « L’ambasceria di Spagna », in Studi Guicciardiniani, Florence, Macri, p. 60, ainsi que Emanuele Cutinelli-Rendina, « Entre diplomatie familiale et diplomatie publique. Guichardin en Espagne auprès du Roi Catholique », Cahiers de la Méditerranée, no 78, 2009, p. 232.

3 Voir Jean-Louis Fournel, « “Non essere un’ombra” : la correspondance de Francesco Guicciardini ambassadeur en Espagne (mars 1512-novembre 1513) », in Pérette Buffaria (éd.), Diplomatie et littérature. Textes offerts à Paolo Grossi, Paris, Arprint, 2011, p. 43-44, ainsi que Matteo Palumbo, « Natura, uomini e storia… », op. cit., p. 17-18.

4 Francesco Guicciardini, Ricordanze, in Scritti autobiografici e rari, a cura di Roberto Palmarocchi, Laterza, Bari, 1936, p. 69. Notons toutefois la rapidité d’ensemble du processus de désignation : la première occurrence, au sein des pratiche, de la nécessité d’envoyer un ambassadeur auprès du roi d’Espagne date du 13 octobre 1511, tandis que Guicciardini est désigné quatre jours plus tard, le 17 octobre. Voir Denis Fachard (éd.), Consulte e pratiche (1505-1512), op. cit., p. 243-244.

5 Francesco Guicciardini, Oratio accusatoria, in Autodifesa di un politico, a cura di Ugo Dotti, Roma-Bari, Laterza, 1993, p. 150.

6 Ibidem, p. 152.

7 Denis Fachard (éd.), Consulte e pratiche (1505-1512), op. cit., p. 305.

8 Ramón Folch de Cardona-Anglesola (1467-1522), duc de Somma.

9 Supra, p. 32-35.

10 Sur l’inébranlable conviction de Piero Soderini que la sécurité de Florence repose sur son alliance avec la France, voir Roslyn Pesman Cooper, Pier Soderini and the ruling class in renaissance Florence, Goldbach, Keip Verlag, 2002, p. 62-65.

11 Sur la formation de la Sainte Ligue, voir Jean Dufournet, « Commynes, l’Italie et la ligue anti-française », op. cit., p. 112-120. Voir par ailleurs, dans le même volume, le récit de la formation de la Ligue par Marin Sanudo porté en Appendice, ibidem, p. 227-240.

12 Voir le commentaire de Sergio Bertelli, in Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, vol. 2, op. cit., p. 1221-1224.

13 Dans son Avertissement CXLIV, Guicciardini traduit et synthétise ainsi un proverbe castillan qui, selon lui, permet d’expliquer les principaux retournements d’alliances contemporains : « la chaîne se rompt toujours en son maillon faible », in Francesco Guicciardini, Avertissements politiques, op. cit., p. 104.

14 Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, vol. 2, op. cit., p. 1228.

15 Machiavel le comprend dès 1506, à l’occasion de sa mission auprès de Jules II. Voir à ce propos Marina Marietti, « La figure de Ferdinand le Catholique dans l’œuvre de Machiavel : naissance et déclin d’un mythe politique », in André Rochon (éd.), Présence et influence de l’Espagne dans la culture de la Renaissance, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, 1978, p. 11-21.

16 Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, vol. 2, op. cit., p. 1233-34.

17 En témoignent les rapports envoyés depuis la Cour de France par Roberto Acciaiuoli, ibidem, p. 1421 et 1437.

18 Piero Vaglienti, Storia dei suoi tempi (1492-1514), a cura di Giuliana Berti, Michele Luzzati e Ezio Tongiorgi, Pise, Nistri-Lischi e Pacini Editori, 1982, p. 230-234.

19 Bartolomeo Cerretani, Storia fiorentina, op. cit., p. 416.

20 Bartolomeo Cerretani, Dialogo della mutatione di Firenze, a cura di Giuliana Berti, Istituto Nazionale di Studi sul Rinascimento, Florence, Olschki, 1993, p. 37.

21 Ibidem, p. 37.

22 Sur les développements lexicaux qu’engendre cette stratégie dans le discours politique florentin, notamment sur l’usage de l’expression « beneficio del tempo », nous nous permettons de renvoyer à Jean-Marc Rivière, « Rhétorique de l’action dans les Consulte e pratiche della Repubblica fiorentina », in Jean-Louis Fournel, Hélène Miesse, Paola Moreno et Jean-Claude Zancarini (éd.), Catégories et mots de la politique à la Renaissance italienne, Berne, Peter Lang, 2014, p. 161-178.

23 Sur l’analyse de ce mandat, voir Matteo Palumbo, « Natura, uomini e storia… », op. cit., p. 18-19.

24 Ainsi Vettori note-t-il dans son Sommario qu’« il était inutile d’envoyer [un ambassadeur] en Espagne auprès du roi Ferdinand, comme on envoya messire Francesco Guicciardini car, avant qu’une proposition lui fût faite et qu’il eût reçut la réponse, le jeu, nécessairement, était terminé », in Francesco Vettori, Sommario della Istoria d’Italia, op. cit., p. 140.

25 Voir par exemple Francesco Guicciardini, Le lettere, op. cit., p. 200.

26 L’important volume de cette correspondance, compte-tenu de la difficile transmission du courrier entre Florence et l’Espagne, en est, en soi, le révélateur : durant sa légation espagnole, Guicciardini écrit ainsi vingt-et-une lettres familiales et cinquante lettres officielles, dont quarante-trois aux Dix.

27 Voir la lettre aux Dix du 15 juillet 1512, Le lettere, op. cit., p. 117.

28 On trouve cette expression dans la lettre du 13 mai 1512, adressée à ses frères Luigi et Iacopo, ibidem, p. 121. Sur l’analyse de cette expression, voir Jean-Louis Fournel, « Non essere un’ombra… », op. cit., p. 47.

29 Paolo Guicciardini note d’ailleurs à propos du manuscrit du Journal qu’il « est entièrement autographe et écrit sans beaucoup de soin, sous une forme ébauchée, bien que les corrections n’y soient pas nombreuses », in Francesco Guicciardini, Diario del viaggio in Spagna, pubblicato e illustrato da Paolo Guicciardini, Florence, Le Monnier, 1932, p. 35. Ceci accrédite l’idée que sa rédaction est concomitante au voyage ou bien immédiatement postérieure.

30 Guicciardini emploie cette expression à l’occasion de la description de Maguelone, infra, p. 196.

31 Comme l’a noté Raffaele Ruggiero, celui-ci a d’ailleurs probablement été rédigé par Machiavel, in Raffaele Ruggiero, Machiavelli e la crisi dell’analogia, op. cit., p. 97.

32 Supra, p. 63.

33 Sur les différences dans la perception de ce personnage chez Machiavel et chez Guicciardini, voir Cécile Terreaux-Scotto, « Isabelle la Catholique dans la Relazione di Spagna de Guicciardini et le Prince de Machiavel », in Alice Carette, Rafael M. Girón-Pascual, Raúl González Arévalo et Cécile Terreaux-Scotto (éd.), Italie et Espagne…, op. cit., p. 355-376.

34 Infra, p. 214.

35 Voir Matteo Palumbo, « Natura, uomini e storia… », op. cit., p. 23.

36 Voir Francesco Guicciardini, Écrits politiques. Discours de Logroño, Dialogue sur la façon de régir Florence, traduction et présentation de Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, Paris, PUF, 1997, note 1, p. 13.

37 Voir l’introduction de Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini à La politique de l’expérience, op. cit., p. 17-18.

38 Jean-Louis Fournel, « Guichardin et la “démunicipalisation” de l’historiographie », op. cit., p. 104.

39 Francesco Guicciardini, Le lettere, op. cit., p. 131.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search