Version classiqueVersion mobile

L’expérience de l’autre

 | 
Nicolas Machiavel
, 
Francesco Vettori
, 
Francesco Guicciardini

II. La légation de Machiavel et de Vettori en Allemagne

Machiavel et l’Allemagne

Texte intégral

Rapport sur les choses de l’Allemagne rédigé en ce jour du 17 juin 1508

  • 1 La Diète s’ouvrit en réalité le 27 avril 1507.
  • 2 Voir Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 9-11 et 36-37.
  • 3 Il s’agit de Costantino Arianiti Comneno (v. 1456-1530), duc d’Acaia, que le Pape, qui craignait un (...)
  • 4 Louis XII prit Gênes, qui appartenait aux Sforza depuis 1487, en octobre 1499.
  • 5 Littéralement : « Il n’avait pas d’amis, hormis les Vénitiens ».
  • 6 Jacob von Liebenstein.
  • 7 Littéralement : « Je peux endurer les peines ; je veux aussi les honneurs ».
  • 8 Le 1er juillet.
  • 9 Querini, fut expulsé en octobre 1507 de la Cour impériale, après que Venise eut refusé l’alliance q (...)
  • 10 Littéralement : « en dernier recours, par la force ».
  • 11 Gerolamo Landriani, Général des Humiliés. Voir Francesco Vettori, Voyage en Allemagne, supra, p. 10 (...)
  • 12 Luca de Renaldis (1451-1511).
  • 13 En juin 1507, puis en janvier 1508, l’Empereur envoya plusieurs émissaires pour tenter de nouer une (...)
  • 14 C’est-à-dire les alliances entre États.
  • 15 Sigismond de Habsbourg (1427-1496) abdiqua en 1490 en faveur de Maximilien.
  • 16 Un intéressant tableau du comté du Tyrol au début du xvie siècle est dressé in Leandro Perini, « La (...)
  • 17 Vincenzo Querini parle pour sa part de 22000 hommes, extensibles à 30000, in Vincenzo Querini, Rela (...)
  • 18 Henri Ierde Brunswick-Wolfenbüttel.
  • 19 L’Empereur tint la Diète à Ulm le 26 mars 1508.
  • 20 L’Empereur fut contraint de signer une trêve de trois ans avec Venise le 7 (et non le 6 comme indiq (...)

1L’Empereur tint à Constance, en juin dernier1, la Diète2 de tous les princes d’Allemagne, afin de provisionner son passage en Italie en vue de son couronnement. Il la tint, de son propre motu et aussi parce qu’il avait été sollicité à cette fin par l’homme du Pontife3, qui lui promettait un grand soutien de la part du Pontife. L’Empereur demanda à la Diète trois mille chevaux et seize mille fantassins pour cette entreprise, et il promit d’y ajouter des siens pour atteindre les trente mille hommes. La raison pour laquelle il demandait si peu de soldats pour une telle entreprise fut la suivante : d’abord parce qu’il crut qu’ils suffiraient, étant persuadé qu’il pourrait tirer parti des Vénitiens et d’autres États d’Italie, comme on le dira plus loin. Et jamais il ne crut que les Vénitiens lui feraient défaut, car il les avait aidés peu de temps auparavant, quand ils redoutaient le roi de France après l’acquisition de Gênes4. (Car il avait, sur leur requête, envoyé environ deux mille hommes à Trente ; il avait fait courir le bruit qu’il voulait rassembler les princes et était allé en Souabe pour menacer les Suisses, dans le cas où ils ne se détacheraient pas de la France, ce qui fit que le roi Louis, juste après avoir pris Gênes, s’en retourna à Lyon). Ainsi, ayant l’impression d’avoir éloigné d’eux la guerre, l’Empereur croyait fermement qu’ils devaient lui en être reconnaissants, et il déclara à plusieurs reprises qu’en Italie « non habebat amicos praeter Venetos5 ». Les autres raisons en vertu desquelles il demanda si peu de soldats furent les suivantes : afin que l’Empire lui en promît plus promptement et observât sa parole, et afin qu’il consentît plus volontiers à mettre tous ces gens sous ses ordres et ne cherchât point à leur donner, au nom de l’Empire, des capitaines qui l’accompagnassent. Car ne manquèrent pas, au sein de la Diète, ceux (au nombre desquels on compta l’archevêque de Mayence6) qui rappelèrent qu’il serait bon de rendre l’entreprise gaillarde, de réunir au moins quarante mille hommes et de leur donner, au nom de l’Empire, quatre capitaines, etc. De ce fait, l’Empereur se mit en colère contre eux et déclara : « Ego possum ferre labores, volo etiam honores7 ». Ainsi s’accorda-t-on sur ces dix-neuf mille hommes et pour que lui fussent donnés, de surcroît, cent-vingt mille florins, tant pour subvenir aux nécessités de la campagne que pour solder cinq mille Suisses six mois durant, selon ce qui lui semblerait être le mieux. L’Empereur proposa que les troupes fussent rassemblées dans leur campement le jour de la Saint-Gall8, estimant qu’il aurait largement le temps de les rassembler et que cela convenait à leur manière de faire la guerre. Il jugea en outre que, dans cet intervalle de temps, il aurait mené à bien trois choses : la première, qu’il aurait gagné à sa cause les Vénitiens, dont il ne se défia jamais jusqu’au dernier moment, malgré le renvoi de leur ambassadeur9, comme on le sait ; la seconde, qu’il aurait retenu les Suisses ; la troisième, qu’il aurait obtenu du Pontife et d’autres seigneurs d’Italie une bonne quantité d’argent. Il s’employa donc à négocier ces choses. Arriva la Saint-Gall : les troupes commencèrent à se rassembler et, de ces trois choses, il n’en avait mené aucune à bien. Dans la mesure où il estimait ne pas pouvoir se mettre en marche et où il ne se sentait pas encore à même de diriger ces troupes, il les envoya à Trente pour les unes, ailleurs pour les autres. Mais il n’abandonnait pas les négociations, si bien qu’il se retrouva en janvier, ayant épuisé la moitié du temps accordé par la provision de l’Empire et sans avoir fait une seule chose. Se voyant ainsi réduit, il tenta, ultimum de potentia10, d’avoir avec lui les Vénitiens, auxquels il envoya le frère Bianco11 ; auxquels il envoya le père Luca12 ; auxquels il envoya le despote de Morée et ses hérauts à maintes reprises13. Et plus il leur courait après, plus ceux-ci discernaient sa faiblesse et plus l’envie les quittait, et ils ne reconnaissaient là aucune des raisons pour lesquelles se constituent les alliances entre État14, c’est-à-dire soit pour être défendu, soit par crainte d’être attaqué, soit en vue d’un profit. Ils se voyaient au contraire entrer là dans une compagnie où les dépenses et le danger étaient pour eux, mais le profit pour autrui. De ce fait, l’Empereur, confronté à des alternatives limitées, décida sans perdre davantage de temps de les assaillir, croyant d’aventure les amener à changer d’avis (et peut-être cette intention lui fut-elle suggérée par ses émissaires) ou au moins, au prétexte de cet assaut, faire en sorte que l’Empire renforçât et accrût ses aides, dans la mesure où les premières n’avaient pas suffi. Puisqu’il savait que, sans de plus grandes aides pour le soutenir, il ne pouvait faire la guerre, sauf à laisser le pays sans défense, il réunit avant l’assaut, le 8 janvier à Bolzano, un lieu sis à une journée au nord de Trente, la Diète du comté du Tyrol. (Ce comté représente toute la part que possédait son oncle15 et lui rapporte plus de trois cents mille florins sans qu’il y impose aucune redevance ; il fournit plus de seize mille hommes de guerre ; ses habitants sont très riches16). Cette Diète délibéra dix-neuf jours durant : elle décida finalement de donner mille fantassins pour son passage en Italie et, si cela ne suffisait pas, d’aller jusqu’à cinq mille pendant trois mois et, au besoin, jusqu’à dix mille pour la défense de la contrée17. Après cette conclusion, il s’en alla à Trente et, le 6 février, il lança ces deux assauts en direction de Rovereto et de Vicence, avec environ cinq mille hommes, ou moins, entre l’un et l’autre de ces lieux. Ensuite, il s’en alla aussitôt et, avec environ mille cinq cents fantassins, associés aux gens du lieu, il entra dans le Val di Cadore en direction de la région de Trévise. Il pilla une vallée et prit plusieurs forteresses. Voyant que les Vénitiens ne réagissaient pas, il abandonna ces fantassins sans raison et se retira en Souabe pour connaître les intentions de l’Empire. Les fantassins restés dans le Cadore furent tués. Aussi y envoya-t-il le duc de Brunswick18, dont on ne sut jamais rien. Il réunit la Diète en Souabe le troisième dimanche du Carême19. Puisque, l’ayant reniflée, il lui trouva mauvaise odeur, il s’en alla du côté de la Gueldre et envoya le père Luca auprès des Vénitiens pour négocier une trêve, qui fut conclue le 6 du présent mois de juin20, après qu’il eut perdu ce qu’il possédait dans le Frioul et failli perdre Trente : celle-ci fut défendue par le comté du Tyrol car, à cause de l’Empereur et des troupes de l’Empire, il s’en fallut de peu qu’on la perdît puisque, face aux plus grands périls de la guerre, elles le quittaient toutes au terme de leurs six mois d’engagement.

  • 21 Intéressant est ici l’emploi de l’expression « fare il mio capitale » qui, du lexique marchand, est (...)
  • 22 Voir Niccolò Machiavelli, Memoriale a Raffaello Girolami, op. cit., p. 123.

2Je sais que les hommes, lorsqu’ils apprennent cela et qu’ils l’ont vu, sont troublés et se perdent en de multiples conjectures : ils ne savent pas pourquoi on n’a pas vu les dix-neuf mille hommes promis par l’Empire, ni pourquoi l’Allemagne n’a pas réagi à la perte de son honneur, ni pour quelle raison l’Empereur s’est à ce point trompé. Ainsi chacun varie-t-il quant à ce qu’il faut redouter ou espérer pour l’avenir, et sur la direction vers laquelle peuvent tendre les choses. Pour ma part, puisque je me suis trouvé sur place et qu’à moult reprises j’ai entendu de nombreux hommes disserter à ce sujet, et puisque je n’ai pas eu d’autre occupation que celle-ci, je rapporterai toutes les choses dont j’ai fait mon profit21. Si ce n’est pas le cas lorsqu’elles sont prises isolément, celles-ci, une fois mêlées toutes ensemble, répondront aux interrogations énoncées plus haut. Je ne les donne pas pour vraies ni raisonnables, mais pour des choses que j’ai entendues, car il me semble que l’office d’un serviteur est de présenter à son seigneur ce qu’il entend, afin que ce dernier puisse faire son profit de ce qui s’y trouve de bon22.

  • 23 La conviction que l’Empereur se trouve, fondamentalement, en position de faiblesse est ancrée chez (...)
  • 24 Voir Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 14.

3Tous ceux que j’ai entendus en parler s’accordent à dire que, si l’Empereur bénéficiait de l’une de ces deux choses, tous ses desseins en Italie seraient à coup sûr couronnés de succès, compte-tenu de la situation de cette dernière. Ces choses sont les suivantes : qu’il modifie sa nature, ou bien que l’Allemagne l’aide réellement23. Pour commencer par la première, on dit que, compte-tenu de ses ressources, s’il savait en tirer parti, il ne serait inférieur à aucun autre potentat chrétien. On dit que ses États lui procurent six cents mille florins de revenus, sans qu’il impose la moindre redevance, et que la charge impériale lui vaut cent mille florins. Ces revenus lui appartiennent entièrement et il ne les a subordonnés à aucune dépense obligatoire car, là où les autres princes doivent dépenser pour trois choses, lui ne dépense pas un sou : ainsi n’entretient-il pas d’hommes d’armes et ne paie-t-il pas de gardes pour les forteresses ni d’officiers dans les cités, puisque les gentilshommes du pays se tiennent armés selon son bon vouloir, que ce sont les hommes du cru qui gardent les forteresses et que les cités ont des bourgmestres, qui administrent leurs affaires24.

  • 25 Charles de Habsbourg (1500-1558), futur empereur Charles Quint.
  • 26 En ouverture de son Discours sur les choses de l’Allemagne, Machiavel, partant de ce constat, about (...)

4Il pourrait de ce fait, s’il était roi d’Espagne, réunir en peu de temps et par lui-même tant de ressources que toutes ses entreprises seraient couronnées de succès. Car, avec un capital de huit ou neuf cents mille florins, l’Empire ne ferait pas si peu, et son pays ne ferait pas si peu, qu’il ne pourrait fortement s’agrandir. Ayant la possibilité, pour avoir des gens de guerre en tous lieux, de mener une guerre soudaine, il pourrait, dans la mesure où il est pourvu d’argent, mener aussitôt la guerre et trouver chacun dépourvu d’armée. Àcela s’ajoutent la réputation qu’il tire du fait que son neveu25 soit roi de Castille, duc de Bourgogne et comte de Flandre, ainsi que des liens qu’il possède avec l’Angleterre. Ces choses lui seraient d’un grand secours si elles étaient bien utilisées : tous ses desseins en Italie seraient ainsi, sans le moindre doute, couronnés de succès. Cependant, malgré tous les revenus mentionnés plus haut, il n’a jamais un sou et, pire encore, on ne sait pas où passent ceux-ci26.

  • 27 Littéralement : « par lui-même ».
  • 28 Voir la lettre de Machiavel aux Dix du 17 janvier 1508, in Niccolò Machiavelli, Legazioni e commiss (...)
  • 29 Voir le portrait de Maximilien, in Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 2 (...)
  • 30 On retrouve ce passage, sous une forme abrégée, in Machiavel, De Principatibus. Le Prince, XXIII, 7 (...)
  • 31 Il s’agit là, sans doute, d’une critique voilée de la faction oligarchique, qui voulait que gouvern (...)
  • 32 Paul von Liechtenstein (v. 1460-1513), secrétaire de Maximilien.
  • 33 La demande financière adressée par l’Empereur à Florence.
  • 34 Voir l’instruction donnée à Machiavel par les Dix, in Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, (...)
  • 35 Littéralement : « que l’Empereur ne puisse demander une autre somme d’argent ».
  • 36 Littéralement : « demander ».
  • 37 Littéralement : « en droit ».

5Quant à sa gestion des autres choses, le père Luca qui, de tous les hommes qu’il emploie, est l’un des premiers, m’a dit ces mots : « L’Empereur ne demande conseil à personne et il est conseillé par tout un chacun. Il veut tout faire seul et il ne fait rien à son gré car, bien qu’il ne dévoile jamais sponte27 ses secrets à quiconque28, dès que son projet vient à être découvert, il en est détourné par ceux qui l’entourent et est éloigné de sa volonté première29. Ces deux qualités, la libéralité et l’affabilité, qui font qu’il est loué par beaucoup de gens, sont celles qui causent sa perte30 ». Davantage que pour toute autre chose, son passage en Italie effrayait pour la raison suivante : ses besoins s’accroissaient en effet avec la victoire, car il n’était pas pensable qu’il arrêtât sa marche si vite. S’il n’avait pas changé ses manières, quand bien même les feuilles des arbres d’Italie fussent devenues des ducats, elles ne lui auraient pas suffi. Il n’y avait rien qu’on ne pût alors obtenir avec de l’argent. Aussi beaucoup jugeaient-ils sages ceux qui renâclaient à lui donner de l’argent la première fois, car ils n’avaient pas à renâcler davantage à lui en donner la seconde31. Et s’il n’avait pas eu des actions en cours à l’encontre d’un potentat, il lui aurait demandé de lui en prêter ; et, si on ne lui en avait pas prêté, l’argent dépensé jusqu’alors aurait été perdu. Je peux vous en donner une preuve tout à fait véridique : lorsque messire Paul32 formula, le 29 mars, cette demande33, c’est moi, après que Francesco avait été dépêché auprès de lui, qui allai le trouver avec le texte de votre requête34. Lorsqu’il parvint au passage qui dit : « Non possit imperator petere aliam summam pecuniarum etc.35 », il voulait qu’avant « petere36 » on inscrivît « iure37 ». Comme je lui en demandai la raison, il répondit qu’il voulait que l’Empereur puisse vous réclamer de l’argent en prêt, ce à quoi je répondis de telle sorte qu’il fut satisfait. Notez ceci : de ses fréquents désordres naissent ses fréquents besoins et, de ses fréquents besoins, ses fréquentes requêtes et, de celles-ci, les fréquentes Diètes et, de son manque de discernement, les faibles résolutions et les très faibles mises à exécution.

  • 38 Voir Bernard Wicht, L’idée de milice et le modèle suisse dans la pensée de Machiavel, Lausanne, L’Â (...)
  • 39 Dans ses Discours, Machiavel indique que « les républiques bien ordonnées doivent garder l’État ric (...)

6S’il était toutefois venu en Italie, vous n’auriez pas pu le payer au moyen de Diètes comme le fait l’Allemagne. Cette libéralité est d’autant plus mauvaise pour lui qu’il lui faut, pour faire la guerre, beaucoup plus d’argent qu’à tout autre prince : étant donné, en effet, que ses sujets sont libres et riches, ils ne sont pas mus par le besoin ni par une quelconque affection, mais ils le servent sur ordre de leur communauté et pour leur solde, de sorte que, si l’argent n’arrive pas au bout de trente jours, ils partent aussitôt et ni les prières, ni l’espoir, ni les menaces ne peuvent les retenir s’ils n’ont pas leur argent. Si je dis que les habitants de l’Allemagne sont riches, c’est que telle est la vérité. Ce qui les rend riches, c’est, pour une large part, le fait de vivre comme des pauvres, parce qu’ils ne construisent pas, ne s’habillent pas et n’ont pas de meubles chez eux38. Il leur suffit d’avoir en abondance du pain et de la viande, ainsi qu’un poêle dans lequel ils peuvent se protéger du froid. Ceux qui ne possèdent pas d’autres choses s’en passent et ne les recherchent pas39. Ils dépensent en vêtements deux florins tous les dix ans, et chacun vit, selon son rang, dans cette proportion. On ne fait pas le compte de ce qui manque, mais de ce dont a besoin ; et leurs besoins sont bien inférieurs aux nôtres. De cette habitude, il résulte qu’il ne sort jamais d’argent de leur contrée, car ils se contentent de ce que produit leur contrée. Ils jouissent ainsi de cette vie rude et libre, et ils ne veulent pas aller à la guerre, sauf à être surpayés ; et même cela serait insuffisant si leurs communautés ne leur en donnaient pas l’ordre. Voilà pourquoi l’Empereur aurait besoin de beaucoup plus d’argent que le roi d’Espagne, ou que quelqu’un d’autre dont les sujets seraient autrement faits.

7Sa bonne et affable nature fait que chacun, dans son entourage, le trompe. L’un des siens m’a dit que tout homme et toute chose ne peuvent le tromper qu’une seule fois, lorsqu’il s’en est aperçu. Mais les hommes sont si nombreux et les choses si nombreuses qu’il peut lui arriver d’être trompé tous les jours, quand bien même il s’en apercevrait toujours. Il a d’infinies vertus et, s’il corrigeait les deux qualités susmentionnées, il serait un homme en tout point parfait, car il est un parfait capitaine, il gouverne son pays avec une grande justice, il est affable lors des audiences, il est aimable et il possède bien d’autres qualités dignes d’un excellent prince : en conclusion, s’il corrigeait ces deux choses-là, tout le monde juge qu’il connaîtrait le succès en tout.

  • 40 Vettori indique pour sa part un montant de plusieurs centaines de milliers de florins – une évaluat (...)
  • 41 Sur l’analyse du lien entre le terme « ordine », employé ici, et l’organisation sociale et militair (...)
  • 42 Cette formulation est reprise telle quelle dans le chapitre X 8 du De Principatibus. Le Prince, op. (...)
  • 43 Voir la lettre de Machiavel aux Dix en date du 17 janvier 1508, in Niccolò Machiavelli, Legazioni e (...)
  • 44 Voir Niccolò Machiavelli, Discorsi…, II 19, op. cit., p. 296-298.
  • 45 Voir Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 24-25.

8De la puissance de l’Allemagne, nul ne peut douter, car elle abonde en hommes, en richesses et en armes. Pour ce qui est des richesses, il n’est pas de communauté qui n’ait pas de réserves d’argent public : chacun dit que Strasbourg possède plusieurs millions de florins40. Ceci naît du fait qu’elles n’ont pas de dépenses qui leur ôtent plus d’argent des mains que celles qu’elles font pour entretenir leurs provisions. Comme elles ont beaucoup dépensé pour celles-ci, elles dépensent peu pour les renouveler ; et elles ont en cela une organisation41 magnifique, car elles ont toujours en fonds publics de quoi manger, boire et se chauffer pendant un an, ainsi que de quoi faire travailler pendant un an leurs industries, afin de pouvoir, en cas de siège, sustenter pendant une année entière et sans perte la plèbe et ceux qui vivent de leurs bras. Elles ne dépensent pas en soldats, car elles maintiennent leurs hommes armés et entraînés42. Pour ce qui est des salaires et des autres choses, elles dépensent peu, si bien que toutes les communautés sont riches en fonds publics. Il ne leur reste plus, désormais, qu’à s’unir aux princes pour favoriser les entreprises de l’Empereur, à moins qu’elles ne décident de le faire elles-mêmes, sans les princes, car elles y suffiraient. Ceux qui en parlent disent que la cause de la désunion réside dans les nombreuses humeurs contraires que l’on trouve dans cette province ; et, pour en venir à la désunion générale, ils disent que les Suisses43 se sont attiré l’inimitié de l’Allemagne tout entière, tout comme les communautés celle des princes, et les princes celle de l’Empereur44. Il semble peut-être étrange de dire que les Suisses et les communautés sont ennemis, alors que tous tendent vers le même but, qui est de préserver leur liberté et de se garder des princes. Mais leur désunion naît de ce que les Suisses sont non seulement les ennemis des princes45, tout comme les communautés, mais également les ennemis des gentilshommes, car il n’y a, dans leur pays, ni l’une ni l’autre sorte, et ils jouissent d’une libre liberté, sans distinction aucune entre les hommes, à l’exception de ceux qui siègent dans les magistratures. Cet exemple des Suisses fait peur aux gentilshommes qui sont restés dans les communautés, et ils consacrent toute leur industrie à les maintenir désunies et peu amies de ceux-ci.

9Sont également ennemis des Suisses tous les hommes des communautés qui vivent de la guerre et sont mus par une jalousie naturelle, car ils pensent être moins bien estimés que ces derniers dans le métier des armes, si bien qu’on ne peut en rassembler dans un même campement un nombre si petit ou si grand qu’ils n’en viennent pas aux mains.

10Quant à l’inimitié des princes envers les communautés et les Suisses, il est inutile d’en parler davantage, puisque c’est chose connue, et il en va de même de celle qui oppose l’Empereur auxdits princes. Vous devez savoir que, puisque l’Empereur voue une haine particulière aux princes et qu’il ne peut à lui seul les rabaisser, il a recouru aux communautés : c’est pour cette même raison que, depuis quelque temps, il a noué des discussions avec les Suisses, avec lesquels il lui semblait récemment avoir acquis une certaine confiance. Ainsi, si l’on considère toutes ces divisions in comuni et si l’on y ajoute ensuite celles qui séparent un prince d’un autre ou une communauté d’une autre, celles-ci rendent difficile l’union dont aurait besoin l’Empereur. Ce qui a entretenu l’espoir de chacun et qui, par le passé, rendait les entreprises de l’Empereur puissantes et vouées au succès, c’était qu’on ne voyait pas, en Allemagne, un prince susceptible de s’opposer à ses desseins, comme cela s’était produit par le passé : c’était et c’est encore la vérité. Mais, là où certains se trompaient, c’est que non seulement l’Empereur peut être bloqué si une guerre ou un tumulte se déclarent contre lui en Allemagne, mais qu’il peut également être bloqué si on ne l’aide pas. Et ceux qui n’osent pas lui faire la guerre osent lui refuser leur aide. Et ceux qui n’osent pas la lui refuser ont l’audace, après lui avoir fait des promesses, de ne pas les tenir. Et ceux qui n’osent pas cela non plus osent tout de même les différer au point qu’elles n’arrivent pas à temps pour qu’il puisse en tirer parti. Et toutes ces choses le blessent et le perturbent. On sait tout cela parce que, comme on l’a dit plus haut, la Diète lui a promis dix-neuf mille hommes et que leur nombre n’a jamais atteint les cinq mille. Cela découle sans doute en partie des causes mentionnées plus haut, en partie de ce qu’il a pris l’argent à la place de soldats et qu’il a pris d’aventure cinq au lieu de dix.

  • 46 Celles-ci, au nombre de soixante (parmi lesquelles se trouvaient notamment Aix-la-Chapelle, Cologne (...)
  • 47 Le traité de Bâle (22 septembre 1499) amena la reconnaissance de la Confédération suisse et mit un (...)

11Pour en venir à une autre indication quant à la puissance de l’Allemagne et à son unité, je dis que cette puissance réside bien plus dans les communautés que dans les princes, car les princes sont de deux sortes, temporels ou spirituels. Les princes temporels sont quasiment réduits à un état de grande faiblesse, en partie à cause d’eux-mêmes, puisque chaque principat est partagé entre plusieurs princes, du fait qu’ils respectent un partage en parts égales de l’héritage, et en partie parce que l’Empereur les a tant rabaissés avec, comme on l’a dit, le soutien des communautés : ce sont ainsi des amis inutiles et des ennemis peu redoutables. Il y a également, comme on l’a dit, les princes ecclésiastiques qui, s’ils n’ont pas été annihilés par le partage des héritages, ont été réduits à peu de choses par l’ambition de leurs communautés, avec le soutien de l’Empereur. Ainsi les archevêques électeurs et autres semblables n’ont-ils aucun pouvoir sur leurs importantes communautés. Il a résulté de cela que ni eux, ni etiam leurs villes, puisqu’elles sont désunies, ne peuvent favoriser les entreprises de l’Empereur, quand bien même ils le voudraient. Mais venons-en aux communautés franches et impériales46, qui sont le nerf de cette province, où il y a de l’argent et de l’ordre. Pour maintes raisons, celles-ci sont d’avis de le soutenir avec froideur, car leur intention première est de conserver leur liberté, et non d’accroître leur pouvoir. Et elles ne se soucient guère que d’autres puissent obtenir ce qu’elles ne désirent pas pour elles-mêmes. En outre, comme elles sont nombreuses et que chacune agit de sa propre initiative, leur contribution financière, quand elles veulent bien l’apporter, est tardive et n’a pas l’utilité qu’il faudrait. En voici un exemple : il y a neuf ans, les Suisses assaillirent l’État de Maximilien et la Souabe ; le Roi s’accorda avec ces communautés pour les repousser, et celles-ci s’engagèrent à maintenir en campagne quatorze mille hommes. Mais on n’en rassembla pas même la moitié car, lorsque ceux d’une communauté arrivaient, les autres s’en allaient si bien que, désespérant de mener à bien cette entreprise, l’Empereur conclut un accord avec les Suisses et leur laissa Bâle47. S’ils ont agi de cette manière dans leurs propres entreprises, imaginez donc ce qu’ils feront dans les entreprises d’autrui ! Réunies, toutes ces choses font que leur puissance se trouve réduite et n’est guère utile à l’Empereur. Et parce que les Vénitiens, du fait du commerce qu’ils ont avec les marchands des communautés de l’Allemagne, ont compris cela mieux que quiconque en Italie, ils s’y sont mieux opposés : car, s’ils avaient craint cette puissance, ils ne se seraient pas opposés à elle. Et, quand bien même ils s’y seraient opposés, s’ils avaient cru qu’on pouvait l’unifier, jamais ils ne s’y seraient attaqués. Mais, parce qu’ils pensaient savoir que c’était impossible, ils ont été à ce point gaillards, comme on l’a vu. Toutefois, presque tous les Italiens qui se trouvent à la Cour de l’Empereur et que j’ai entendus discourir à ce propos demeurent attachés à l’espoir que l’Allemagne puisse s’unir autour de l’Empereur et que l’Empereur la prenne dans son giron et qu’on enrôle, maintenant, les capitaines et les troupes dont on discuta voici un an lors la Diète de Constance. Ils pensent que l’Empereur cédera désormais par obligation et qu’ils en feront volontiers de même pour restaurer l’honneur de l’Empire, et que la trêve ne leur causera pas d’ennui, puisqu’elle a été décidée par l’Empereur et non point par eux. Ce à quoi d’aucuns répondent ne guère croire qu’il en sera ainsi, car on voit en permanence que, dans une cité, les choses qui appartiennent au grand nombre sont négligées, et cela doit d’autant plus se produire dans une province. En outre, les communautés savent que la conquête de l’Italie se ferait au bénéfice des princes, et non au leur, car ceux-ci, contrairement à elles, peuvent venir jouir personnellement des régions italiennes. Et, là où le profit s’annonce inégal, les hommes rechignent à dépenser de manière égale. Ainsi cette question demeure-t-elle irrésolue, sans que l’on puisse déterminer ce qui va se produire. Voici ce que j’ai appris sur l’Allemagne.

  • 48 À Florence.

12Pour ce qui est du reste, au sujet de ce qui pourrait advenir quant à la paix et à la guerre entre ces princes, j’en ai entendu dire beaucoup de choses. Puisque celles-ci se fondent entièrement sur des conjectures et qu’on a ici48 une connaissance plus exacte à ce sujet et un jugement plus sûr, je les laisserai de côté. Valete.

Discours sur les choses de l’Allemagne et sur l’Empereur

  • 49 Machiavel fait ici référence au Rapport sur les choses de l’Allemagne.
  • 50 Intéressante est la comparaison avec l’aveu de Guicciardini qui, dans sa lettre aux Dix du 7 févrie (...)
  • 51 Voir Niccolò Machiavelli, Memoriale a Raffaello Girolami, op. cit., p. 123.
  • 52 Ibidem, p. 125.
  • 53 Machiavel s’adresse là aux deux ambassadeurs florentins envoyés auprès de la Cour impériale en sept (...)
  • 54 Ce terme doit être compris ici tant dans le sens de contrôle de soi que dans celui de faculté de di (...)

13Pour avoir écrit, à mon arrivée, voici un an, sur les choses de l’Empereur et de l’Allemagne49, je ne sais qu’en dire de plus. Je parlerai seulement à nouveau de la nature de l’Empereur qui, plus que tous les autres hommes qui ont vécu à notre époque ou par le passé, est homme à dilapider son argent. Cela fait qu’il est toujours dans le besoin et qu’aucune somme ne lui suffit, dans quelque position ou fortune qu’il se trouve. Il est inconstant, car il veut une chose aujourd’hui et n’en veut plus demain. Il ne prend conseil auprès de personne et croit tout le monde. Il veut les choses qu’il ne peut pas avoir et se détourne de celles qu’il peut avoir. Ce sont là les raisons pour lesquelles il prend toujours ses décisions à rebours. D’un autre côté, c’est un homme qui se plaît fort à la guerre : il rassemble et conduit une armée avec justice et ordre ; il supporte n’importe quelle fatigue plus que tout autre homme endurant ; il est courageux face aux dangers. Ainsi n’est-il, comme capitaine, inférieur à personne d’autre. Il est humain lorsqu’il accorde une audience, mais il veut la donner à son gré et ne veut pas être courtisé par les ambassadeurs, sinon lorsqu’il les envoie quérir. Il est très secret. Son corps et son esprit sont toujours en un état de perpétuelle agitation, mais il défait souvent le soir ce qu’il décide le matin. Cela rend difficiles les légations auprès de lui, car le rôle le plus important qu’ait à jouer un ambassadeur envoyé hors les murs par un prince ou par une république est de bien conjecturer50 les choses futures, pour ce qui est des négociations comme des événements51 : car ceux qui les conjecturent avec sagesse et les font bien comprendre à leurs supérieurs, ceux-là permettent à leurs supérieurs de pouvoir toujours faire avancer leurs affaires et de s’organiser en temps voulu52. Lorsqu’il est bien rempli, ce rôle honore ceux qui se trouvent hors les murs et profite à ceux qui restent à la maison, mais il agit à l’inverse lorsqu’il est mal rempli. Pour en venir à la description détaillée de celui-ci, vous53 vous trouverez en un lieu où l’on traitera de deux choses : de la guerre et des négociations. Si vous voulez remplir correctement votre office, vous devez dire quelle opinion on doit avoir de l’une et de l’autre chose. On doit mesurer la guerre à l’aune des troupes, de l’argent, du gouvernement54 et de la fortune : on peut penser que celui qui possède la plus grande quantité de ces choses triomphera. Une fois que vous aurez ainsi déterminé qui peut triompher, il est nécessaire qu’on le comprenne ici, afin que vous-même et la cité puissiez mieux délibérer. Les négociations devront être de plusieurs sortes : on en mènera une partie entre les Vénitiens et l’Empereur, une partie entre l’Empereur et le roi de France, une partie entre l’Empereur et le Pape, une partie enfin entre l’Empereur et vous-même. Vos négociations personnelles devraient vous permettre de faire facilement cette conjecture et de voir quelles intentions nourrit l’Empereur à votre égard, ce qu’il désire, dans quelle direction est tourné son esprit et ce qui peut le faire reculer ou aller de l’avant. Une fois que vous aurez découvert cela, il faudra voir s’il convient de temporiser plutôt que de conclure : c’est à vous qu’il reviendra de le décider, dans les limites imparties par vos instructions.

Portrait des choses d’Allemagne

  • 55 Machiavel insère ici un développement absent du Rapport, qui se rapproche toutefois de la descripti (...)

14De la puissance de l’Allemagne, nul ne doit douter, car elle abonde en hommes, en richesses et en armes. Pour ce qui est des richesses, il n’est pas de communauté qui n’ait pas de réserves d’argent public : chacun dit que Strasbourg possède à elle seule plusieurs millions de florins. Ceci naît du fait qu’elles n’ont pas de dépenses qui leur ôtent plus d’argent des mains que celles qu’elles font pour entretenir leurs provisions ; comme elles ont beaucoup dépensé pour celles-ci, elles dépensent peu pour les renouveler. Elles ont en cela une organisation magnifique, car elles ont toujours en fonds publics de quoi manger, boire et se chauffer pendant un an, ainsi que de quoi faire travailler leurs industries, afin de pouvoir en cas de siège sustenter, pendant une année entière et sans perte, la plèbe et ceux qui vivent de leurs bras. Elles ne dépensent pas en soldats, car elles maintiennent leurs hommes armés et entraînés. Les jours de fête, à la place des jeux, ils s’exercent, qui à l’escopette, qui à la pique, qui avec une arme et qui avec une autre, jouant entre eux les honneurs et d’autres semblables choses, dont ils jouissent ensuite entre eux55. Pour ce qui est des salaires et des autres choses, elles dépensent peu, si bien que toutes les communautés sont riches en fonds publics.

  • 56 Aux matières premières.

15La raison pour laquelle les habitants sont riches en fonds privés est la suivante : ils vivent comme des pauvres, ne construisent pas, ne s’habillent pas et n’ont pas de meubles chez eux. Il leur suffit d’avoir en abondance du pain et de la viande, ainsi qu’un poêle dans lequel ils peuvent se protéger du froid ; et ceux qui ne possèdent pas d’autres choses s’en passent et ne les recherchent pas. Ils dépensent en vêtements deux florins tous les dix ans, et chacun vit, selon son rang, dans cette proportion. On ne fait pas le compte de ce qui manque, mais de ce dont on a besoin ; et leurs besoins sont bien inférieurs aux nôtres. De ces habitudes, il résulte qu’il ne sort pas d’argent de leur contrée, car ils se contentent de ce que produit leur contrée. Toujours, l’argent n’entre et n’est apporté dans leur contrée que par ceux qui désirent les objets manufacturés qu’ils produisent, dont ils garnissent presque toute l’Italie. Le profit qu’ils en tirent est d’autant plus grand que l’argent qui tombe entre leurs mains provient, pour l’essentiel, d’objets et de produits manufacturés, tandis qu’une faible part de leurs fonds est consacré à d’autres choses56. Ils jouissent ainsi de cette vie rude et de leur liberté : c’est pour cette raison qu’ils ne veulent pas aller à la guerre s’ils ne sont pas surpayés ; et même cela serait insuffisant si leurs communautés ne leur en donnaient pas l’ordre. Ainsi un empereur a-t-il besoin de beaucoup plus d’argent qu’un autre prince : mieux les hommes vivent, en effet, et moins volontiers ils partent à la guerre hors de chez eux.

  • 57 Louis XII, qui réduisit le pouvoir des barons. Voir à ce sujet le Portrait des choses de France, su (...)
  • 58 Louis XI, qui lutta lui aussi contre les puissants seigneurs féodaux du Royaume de France.

16Il ne reste maintenant aux communautés qu’à s’unir aux princes pour favoriser les entreprises de l’Empereur, à moins qu’elles ne décident de le faire seules, car elles y suffiraient. Mais ni les unes ni les autres ne désireraient la grandeur de l’Empereur car, à chaque fois qu’il aurait des États en sa possession ou qu’il serait puissant, il materait et abaisserait les princes, et il les réduirait à une obéissance telle qu’il pourrait s’en servir à son gré, et non quand elles le souhaitent : ainsi agit aujourd’hui le roi de France57, comme le fit autrefois le roi Louis58 qui, par les armes et en en faisant tuer quelques-uns, les réduisit à l’obéissance qu’on observe encore aujourd’hui.

  • 59 L’Empereur.
  • 60 Sur la théorie des humeurs, développée par Machiavel dans le Prince (IX 2) et dans les Discorsi (I  (...)

17Il en irait de même pour les communautés, car il59 souhaiterait les soumettre de façon à pouvoir en user à sa guise et à obtenir d’elles ce qu’il leur demanderait, et non ce qu’elles souhaitent. On comprend toutefois que la désunion entre les communautés et les princes trouve sa cause dans les nombreuses humeurs contraires60 que l’on trouve dans cette province. Pour en venir à deux désunions générales, on dit que les Suisses se sont attiré l’inimitié de l’Allemagne tout entière, tout comme les princes celle de l’Empereur. Il semble peut-être étrange de dire que les Suisses et les communautés sont ennemis, alors que tous tendent vers le même but, qui est de préserver leur liberté et de se garder des princes. Mais leur désunion naît de ce que les Suisses sont non seulement les ennemis des princes, tout comme les communautés, mais qu’ils sont etiamdio les ennemis des gentilshommes : car il n’y a dans leur contrée ni l’une ni l’autre sorte, et ils jouissent, sans distinction aucune entre les hommes, à l’exception de ceux qui siègent dans les magistratures, d’une libre liberté. Cet exemple des Suisses fait peur aux gentilshommes qui sont restés dans les communautés, et lesdits gentilshommes consacrent toute leur industrie à les maintenir désunies et peu amies de ceux-ci.

18Sont également ennemis des Suisses tous les hommes des communautés qui vivent de la guerre et sont mus par une jalousie naturelle, car ils pensent être moins bien estimés que ces derniers dans le métier des armes : on ne peut, de ce fait, en rassembler dans un même campement un nombre si petit ou si grand qu’ils n’en viennent pas aux mains. Quant à l’inimitié des princes envers les communautés et les Suisses, il est inutile d’en parler davantage, puisque c’est chose connue, et il en va de même pour celle qui oppose l’Empereur auxdits princes. Vous devez savoir que, puisque l’Empereur voue une haine particulière aux princes et qu’il ne peut à lui seul les rabaisser, il a recouru aux communautés : c’est pour cette même raison que, depuis quelque temps, il a noué des discussions avec les Suisses, avec lesquels il lui semblait avoir par le passé acquis une certaine confiance. Ainsi, si l’on considère toutes ces divisions in comuni et si l’on y ajoute ensuite celles qui séparent un prince d’un autre ou une communauté d’une autre, celles-ci rendent difficile l’union de l’Empire, dont aurait besoin un empereur. Et, bien que ceux qui imaginent les entreprises de l’Allemagne gaillardes et vouées au succès pensent qu’il n’existe en Allemagne aucun prince qui puisse ou qui ose s’opposer aux desseins d’un empereur, ainsi qu’ils ont pris l’habitude de le faire depuis quelque temps, ils ne pensent toutefois pas que c’est un grand obstacle, pour un empereur, que de ne pas être secondé par les princes dans ses desseins. En effet, ceux qui n’osent pas lui faire la guerre osent lui refuser leur aide. Et ceux qui n’osent pas la lui refuser osent, après lui avoir fait des promesses, ne pas les tenir. Et ceux qui n’osent pas cela non plus osent différer leurs promesses au point qu’elles n’arrivent pas à temps pour qu’il puisse en tirer parti. Et toutes ces choses entravent et perturbent ses desseins. On sait que telle est la vérité : lorsque l’Empereur voulut pour la première fois passer en Italie contre la volonté des Vénitiens et des Français, les communautés d’Allemagne lui promirent, lors de la Diète qui s’était tenue en ce temps-là à Constance, dix-neuf mille hommes et trois mille chevaux, et elles ne parvinrent pas à en rassembler assez pour atteindre les cinq mille. Cela, parce que lorsque ceux d’une communauté arrivaient, ceux d’une autre s’en allaient, car ils avaient fait leur temps ; et quelques-unes donnaient à la place de l’argent. Dans la mesure où elles trouvaient facilement des engagements, pour cette raison ou d’autres, ces troupes ne se rassemblaient pas et l’entreprise échoua.

19La puissance de l’Allemagne réside, pour sûr, bien plus dans les communautés que dans les princes, car les princes sont de deux sortes, temporels ou spirituels. Les princes temporels sont quasiment réduits à un état de grande faiblesse, en partie à cause d’eux-mêmes (puisque chaque principat est partagé entre plusieurs princes, du fait qu’ils respectent un partage en parts égales de l’héritage) et en partie parce que l’Empereur les a rabaissés avec, comme on l’a dit, le soutien des communautés : ce sont ainsi des amis inutiles.

  • 61 Sous-entendu : à ces dernières.

20Il y a également, comme on l’a dit, les princes ecclésiastiques qui, s’ils n’ont pas été annihilés par le partage des héritages, ont été réduits à peu de chose par l’ambition de leurs communautés et par le soutien de l’Empereur61. Ainsi les archevêques électeurs et autres semblables n’ont-ils aucun pouvoir sur leurs importantes communautés. Il a résulté de cela que ni eux ni etiam leurs villes, puisqu’elles sont désunies, ne peuvent favoriser les entreprises de l’Empereur, quand bien même ils le voudraient.

21Mais venons-en aux communautés franches et impériales, qui sont le nerf de cette province, où il y a de l’argent et de l’ordre. Pour maintes raisons, celles-ci sont d’avis de le soutenir avec froideur, car leur intention première est de conserver leur liberté et non d’accroître leur pouvoir. Et elles ne se soucient guère que d’autres puissent obtenir ce qu’elles ne désirent pas pour elles-mêmes. En outre, comme elles sont nombreuses et que chacune agit de sa propre initiative, leur contribution financière, quand elles veulent bien l’apporter, est tardive et n’a pas l’utilité qu’il faudrait. En voici un exemple : il y a quelques années de cela, les Suisses assaillirent l’État de Maximilien et la Souabe. Sa Majesté s’accorda avec ces communautés pour les repousser, et celles-ci s’engagèrent à maintenir en campagne quatorze mille hommes. Mais on n’en rassembla pas même la moitié car, lorsque ceux d’une communauté arrivaient, les autres s’en allaient, de sorte que, désespérant de mener à bien cette entreprise, l’Empereur conclut un accord avec les Suisses et leur laissa Bâle. S’ils ont agi de semblable manière dans leurs propres entreprises, imaginez donc ce qu’ils feraient dans les entreprises d’autrui. Mises ensemble, toutes ces choses font que leur puissance se trouve réduite et n’est guère utile à l’Empereur. Et parce que les Vénitiens, du fait du commerce qu’ils ont avec les marchands des communautés de l’Allemagne, ont compris cela mieux que quiconque en chaque chose qu’ils ont eu à faire ou à traiter avec l’Empereur, ils ont toujours fait figure honorable : car, s’ils avaient craint cette puissance, ils auraient pris des dispositions, soit par l’argent, soit en cédant quelque ville. Et, s’ils avaient cru que cette puissance pouvait être unifiée, ils ne se seraient pas opposés à elle. Mais, connaissant cette impossibilité, ils ont été à ce point gaillards, plaçant leurs espoirs dans quelque occasion. De ce fait, puisque l’on voit que, dans une cité, les choses qui appartiennent au grand nombre sont négligées, cela doit d’autant plus se produire dans une province.

  • 62 Machiavel abandonne ici toute reprise textuelle de son Rapport, pour introduire des considérations (...)

22En outre, les communautés savent que les conquêtes qu’on ferait en Italie ou ailleurs profiteraient aux princes, et non à elles, car ceux-ci peuvent en jouir personnellement, ce que ne peut faire une communauté. Et, là où le profit s’annonce inégal, les hommes rechignent à dépenser de manière égale62. Aussi y a-t-il là une grande puissance, mais elle est telle qu’on ne peut en tirer parti. Et, si ceux qui la craignent examinaient les choses mentionnées plus haut et les effets qu’a produits cette puissance depuis de nombreuses années, ils verraient combien on peut se fonder sur elle.

  • 63 Du corps.
  • 64 Voir Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 14-15.
  • 65 Voir le Portrait des choses de France, supra, p. 42-43.

23Les hommes d’armes allemands sont très bien montés, mais ils sont lourds, et ils sont également fort bien armés dans cette partie63 qu’on a pour habitude d’armer. Il faut cependant noter que, lors d’un fait d’armes contre des Italiens ou des Français, ils n’obtiendraient pas un bon résultat : non pas en raison de la qualité des hommes, mais parce qu’ils n’emploient aucune sorte d’armure pour leurs chevaux, que leur selle est petite, fragile et dépourvue d’arçons, si bien que le moindre petit choc les jette à terre. Et il est une autre chose qui les rend plus faibles : de la ceinture jusqu’aux pieds, c’est-à-dire sur les cuisses et les jambes, ils ne portent pas d’armure64. Incapables, de ce fait, de résister au premier choc, dans lequel consiste toute l’importance des troupes et du fait d’armes65, ils ne peuvent pas non plus résister ensuite à l’arme courte, car eux-mêmes, ainsi que leurs chevaux, peuvent être blessés aux endroits où ils ne sont pas protégés, et tout homme de pied peut, avec sa pique, les tirer à bas de leurs chevaux ou étriper ces derniers sous eux. En outre, lorsque les chevaux s’agitent sous leur poids, ils tiennent mal en selle.

  • 66 Sur la valeur comparée des différentes infanteries européennes, voir le Portrait des choses de Fran (...)

24L’infanterie est très bonne, et les hommes de belle stature, à la différence des Suisses, qui sont petits et ne sont ni propres ni beaux hommes66. Cependant, à l’exception de quelques-uns, ils ne s’arment pas autrement qu’avec une pique ou une dague, afin d’être plus adroits, agiles et légers. Ils ont coutume de dire qu’ils agissent ainsi pour n’avoir pas d’autre ennemi que les artilleries, contre lesquelles ni un plastron, ni un corselet, ni un gorgerin ne les protègeraient.

  • 67 Ces critères de jugement qualitatifs sont les mêmes que ceux auxquels recourt Guicciardini dans l’a (...)
  • 68 Après s’être rebellée contre les troupes impériales qui l’occupaient depuis l’échec des Vénitiens à (...)
  • 69 Ce jugement se trouve déjà dans la lettre adressée à Francesco Guicciardini par son frère Iacopo en (...)
  • 70 Voir Machiavel, De Principatibus. Le Prince, XXVI 24, op. cit., p. 209.
  • 71 Ferdinand le Catholique franchit les Pyrénées en mai 1512 pour attaquer la Guyenne.

25Ils ne craignent pas les autres armes, car ils disent observer une telle formation qu’il n’est pas possible de pénétrer leurs rangs ni de s’approcher d’eux à moins d’une longueur de pique. Ce sont des troupes excellentes pour livrer des batailles rangées, mais ils ne valent rien pour enlever des places et bien peu pour les défendre67. D’une façon générale, lorsqu’ils ne peuvent conserver l’ordre de leur milice, ils ne valent rien. Cela, l’expérience l’a montré, après qu’ils ont dû combattre en Italie, tout particulièrement là où ils ont eu à prendre des villes, comme ce fut le cas à Padoue68 et en d’autres lieux, où ils ont obtenu un piètre résultat. À l’inverse, quand où ils se sont retrouvés en terrain ouvert, ils en ont obtenu un bon. Ainsi, lors de la bataille de Ravenne entre les Français et les Espagnols, si les Français n’avaient pas eu les lansquenets, ils auraient perdu la bataille69. Car, tandis que s’affrontaient les hommes d’armes des uns et des autres, les Espagnols avaient déjà rompu les infanteries française et gasconne et, si les Allemands ne les avaient pas secourues avec leur formation, elles auraient toutes été tuées et prises70. De même vit-on récemment, lorsque le Roi Catholique fit la guerre aux Français en Guyenne71, que les troupes espagnoles craignaient davantage une compagnie d’Allemands qu’avait le Roi Très-Chrétien plutôt que tout le reste de l’infanterie, et qu’elles fuyaient les occasions d’en venir aux mains avec eux.

Notes

1 La Diète s’ouvrit en réalité le 27 avril 1507.

2 Voir Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 9-11 et 36-37.

3 Il s’agit de Costantino Arianiti Comneno (v. 1456-1530), duc d’Acaia, que le Pape, qui craignait un accroissement de la puissance française après la rencontre entre Louis XII et Ferdinand le Catholique à Savone, avait envoyé auprès de Maximilien pour lui assurer qu’il serait reçu à Rome avec tous les honneurs dus.

4 Louis XII prit Gênes, qui appartenait aux Sforza depuis 1487, en octobre 1499.

5 Littéralement : « Il n’avait pas d’amis, hormis les Vénitiens ».

6 Jacob von Liebenstein.

7 Littéralement : « Je peux endurer les peines ; je veux aussi les honneurs ».

8 Le 1er juillet.

9 Querini, fut expulsé en octobre 1507 de la Cour impériale, après que Venise eut refusé l’alliance que lui proposait Maximilien. Voir Francesco Vettori, Voyage en Allemagne, supra, p. 101.

10 Littéralement : « en dernier recours, par la force ».

11 Gerolamo Landriani, Général des Humiliés. Voir Francesco Vettori, Voyage en Allemagne, supra, p. 107.

12 Luca de Renaldis (1451-1511).

13 En juin 1507, puis en janvier 1508, l’Empereur envoya plusieurs émissaires pour tenter de nouer une alliance avec les Vénitiens. On peut notamment citer, parmi eux, Costantino Arianiti, Georg von Neideck et Camillo de’ Monti.

14 C’est-à-dire les alliances entre États.

15 Sigismond de Habsbourg (1427-1496) abdiqua en 1490 en faveur de Maximilien.

16 Un intéressant tableau du comté du Tyrol au début du xvie siècle est dressé in Leandro Perini, « La guerra dei contadini nel Tirolo », Studi Storici, Anno 7, no 2, 1966, p. 390-392.

17 Vincenzo Querini parle pour sa part de 22000 hommes, extensibles à 30000, in Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 36-37.

18 Henri Ierde Brunswick-Wolfenbüttel.

19 L’Empereur tint la Diète à Ulm le 26 mars 1508.

20 L’Empereur fut contraint de signer une trêve de trois ans avec Venise le 7 (et non le 6 comme indiqué par Machiavel) juin 1508. Voir Ugo Dotti, La révolution Machiavel, Grenoble, Million, 2006, p. 231-232.

21 Intéressant est ici l’emploi de l’expression « fare il mio capitale » qui, du lexique marchand, est passée dans le langage courant des membres de la Chancellerie, puisqu’on la retrouve, par exemple, sous la plume de Biagio Buonaccorsi, dans la lettre qu’il adresse à Machiavel du 21 septembre 1506, in Niccolò Machiavelli, Lettere, op. cit., p. 163.

22 Voir Niccolò Machiavelli, Memoriale a Raffaello Girolami, op. cit., p. 123.

23 La conviction que l’Empereur se trouve, fondamentalement, en position de faiblesse est ancrée chez Machiavel depuis sa première légation en France, ainsi qu’on peut le constater à la lecture du Discursus de pace inter imperatorem et regem, op. cit., p. 71-72.

24 Voir Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 14.

25 Charles de Habsbourg (1500-1558), futur empereur Charles Quint.

26 En ouverture de son Discours sur les choses de l’Allemagne, Machiavel, partant de ce constat, aboutit à un jugement autrement plus sévère à l’encontre de Maximilien, coupable selon lui de dilapider ses revenus. Voir infra, p. 170.

27 Littéralement : « par lui-même ».

28 Voir la lettre de Machiavel aux Dix du 17 janvier 1508, in Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, vol. 2, op. cit., p. 1066.

29 Voir le portrait de Maximilien, in Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 26-27.

30 On retrouve ce passage, sous une forme abrégée, in Machiavel, De Principatibus. Le Prince, XXIII, 7, op. cit., p. 191.

31 Il s’agit là, sans doute, d’une critique voilée de la faction oligarchique, qui voulait que gouvernement florentin accordât rapidement un prêt à Maximilien, tandis que le Gonfalonier et ses partisans se montraient plus réticents.

32 Paul von Liechtenstein (v. 1460-1513), secrétaire de Maximilien.

33 La demande financière adressée par l’Empereur à Florence.

34 Voir l’instruction donnée à Machiavel par les Dix, in Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, vol. 2, op. cit., p. 1059-1061.

35 Littéralement : « que l’Empereur ne puisse demander une autre somme d’argent ».

36 Littéralement : « demander ».

37 Littéralement : « en droit ».

38 Voir Bernard Wicht, L’idée de milice et le modèle suisse dans la pensée de Machiavel, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1995, p. 115-116 et 118-121, ainsi que le Portrait des choses d’Allemagne, infra, p. 171.

39 Dans ses Discours, Machiavel indique que « les républiques bien ordonnées doivent garder l’État riche et leurs citoyens pauvres », in Niccolò Machiavelli, Discorsi…, I, 37, op. cit., p. 138.

40 Vettori indique pour sa part un montant de plusieurs centaines de milliers de florins – une évaluation sans doute plus réaliste, in Francesco Vettori, Voyage en Allemagne, supra, p. 101.

41 Sur l’analyse du lien entre le terme « ordine », employé ici, et l’organisation sociale et militaire chez Machiavel, voir Bernard Wicht, L’idée de milice…, op. cit., p. 110-118.

42 Cette formulation est reprise telle quelle dans le chapitre X 8 du De Principatibus. Le Prince, op. cit., p. 107. Sur l’analyse de ce passage et de ses échos dans l’œuvre successive de Machiavel, voir Raffaele Ruggiero, Machiavelli e la crisi dell’analogia, op. cit., p. 107-108.

43 Voir la lettre de Machiavel aux Dix en date du 17 janvier 1508, in Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, vol. 2, op. cit., p. 1063-1067. Sur l’intérêt de Machiavel pour les Suisses, voir Bernard Wicht, L’idée de milice…, op. cit., p. 91-98, ainsi que Luigi Zanzi, Machiavelli e gli “Svizzeri” e altre “machiavellerie” filosofiche concernenti la natura, la guerra, lo stato, la società, l’etica e la civiltà, Bellinzone, Edizioni Casagrande, 2009, p. 125-174

44 Voir Niccolò Machiavelli, Discorsi…, II 19, op. cit., p. 296-298.

45 Voir Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 24-25.

46 Celles-ci, au nombre de soixante (parmi lesquelles se trouvaient notamment Aix-la-Chapelle, Cologne, Strasbourg et Worms), ne reconnaissaient pas d’autre autorité que celle de l’Empereur et pouvaient, de droit, envoyer leurs représentants lors des Diètes impériales. Voir Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 12-14.

47 Le traité de Bâle (22 septembre 1499) amena la reconnaissance de la Confédération suisse et mit un terme à la guerre de Souabe.

48 À Florence.

49 Machiavel fait ici référence au Rapport sur les choses de l’Allemagne.

50 Intéressante est la comparaison avec l’aveu de Guicciardini qui, dans sa lettre aux Dix du 7 février 1513, reconnaît que, face au secret qui entoure les décisions de Ferdinand le Catholique, « il convient de fonder ses jugements sur des conjectures et des éléments vraisemblables ; ce en quoi il faudrait une prudence et une expérience tout autres que les miennes », in Francesco Guicciardini, Le lettere, a cura di Pierre Jodogne, vol. I (1499-1513), Rome, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1986, p. 342.

51 Voir Niccolò Machiavelli, Memoriale a Raffaello Girolami, op. cit., p. 123.

52 Ibidem, p. 125.

53 Machiavel s’adresse là aux deux ambassadeurs florentins envoyés auprès de la Cour impériale en septembre-octobre 1509, Gianvittorio Soderini et Piero Guicciardini.

54 Ce terme doit être compris ici tant dans le sens de contrôle de soi que dans celui de faculté de diriger les autres.

55 Machiavel insère ici un développement absent du Rapport, qui se rapproche toutefois de la description de cet entraînement telle qu’on peut la lire in Francesco Vettori, Voyage en Allemagne, supra, p. 111. On retrouve cette pratique ludique et sociale de l’entraînement militaire des milices locales dans la tradition suisse, comme l’indique Bernard Wicht, in L’idée de milice…, op. cit., p. 35-45 et 133-146.

56 Aux matières premières.

57 Louis XII, qui réduisit le pouvoir des barons. Voir à ce sujet le Portrait des choses de France, supra, p. 39.

58 Louis XI, qui lutta lui aussi contre les puissants seigneurs féodaux du Royaume de France.

59 L’Empereur.

60 Sur la théorie des humeurs, développée par Machiavel dans le Prince (IX 2) et dans les Discorsi (I 4), voir Jean-Claude Zancarini, « Les humeurs du corps politique : le peuple et la plèbe chez Machiavel », Laboratoire italien, no 1, 2001, p. 25.

61 Sous-entendu : à ces dernières.

62 Machiavel abandonne ici toute reprise textuelle de son Rapport, pour introduire des considérations militaires qu’il faut relier tant à son Portrait des choses de France (supra, p. 41-43) qu’à la Relation d’Espagne de Guicciardini (infra, p. 209-210).

63 Du corps.

64 Voir Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini…, op. cit., p. 14-15.

65 Voir le Portrait des choses de France, supra, p. 42-43.

66 Sur la valeur comparée des différentes infanteries européennes, voir le Portrait des choses de France, supra, p. 41.

67 Ces critères de jugement qualitatifs sont les mêmes que ceux auxquels recourt Guicciardini dans l’analyse des forces militaires espagnoles qu’il mène dans sa Relation d’Espagne, infra, p. 209.

68 Après s’être rebellée contre les troupes impériales qui l’occupaient depuis l’échec des Vénitiens à Agnadel, Padoue fut soumise à un vain siège entre la mi-août et le 2 octobre 1509.

69 Ce jugement se trouve déjà dans la lettre adressée à Francesco Guicciardini par son frère Iacopo en date des 23-30 avril, dans laquelle il lui narre en détails le déroulement de la bataille, in Francesco Guicciardini, Le lettere, op. cit., p. 100.

70 Voir Machiavel, De Principatibus. Le Prince, XXVI 24, op. cit., p. 209.

71 Ferdinand le Catholique franchit les Pyrénées en mai 1512 pour attaquer la Guyenne.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search