Version classiqueVersion mobile

L’expérience de l’autre

 | 
Nicolas Machiavel
, 
Francesco Vettori
, 
Francesco Guicciardini

II. La légation de Machiavel et de Vettori en Allemagne

Présentation1

Texte intégral

  • 1 Cette présentation reprend et développe nos articles « Fiction et histoire dans le Viaggio in Alama (...)
  • 2 Maximilien Ier de Habsbourg (1459-1519).
  • 3 Francesco Vettori, Ricordo delli Magistrati, in Scritti storici e politici, op. cit., p. 7-9. Il a (...)
  • 4 Généralement choisis parmi des individus de plus faible statut social que les ambassadeurs, les man (...)
  • 5 Piero Soderini (1452-1522) était Gonfalonier de Justice à vie depuis 1502.
  • 6 Particulièrement significative est, à ce titre, l’intervention de Piero Guicciardini lors de la pra (...)

1Francesco Vettori a seulement trente-trois ans lorsque, le 27 juin 1507, il quitte Florence pour accomplir la mission d’ambassade qui lui a été assignée auprès de l’empereur Maximilien2. Sa seule expérience hors les murs se limite alors à la charge de podestat de Castiglione Aretino en 15063 : c’est donc un homme jeune et peu expérimenté qui prend la route à destination de Constance, où Maximilien a réuni une Diète destinée à lui fournir le soutien militaire et financier dont il a besoin pour mener à bien la campagne qu’il projette de conduire en Italie afin de se faire couronner à Rome. Envoyé en Allemagne avec le statut fragile de mandatario4, Vettori a pour mission d’apprécier les forces dont dispose Maximilien et d’estimer la probabilité que se réalise son dessein. L’enjeu de cette mission est triple : sur le plan financier, il s’agit de déterminer comment répondre à la requête d’une forte contribution financière que l’Empereur a adressée à Florence ; sur le plan diplomatique, il convient de mesurer l’opportunité d’infléchir l’alliance traditionnelle avec la France pour se positionner du côté impérial ; sur le plan intérieur, enfin, l’opposition oligarchique pousse à ce retournement d’alliance dans l’espoir de déstabiliser le Gonfalonier, Piero Soderini5, et d’affaiblir ainsi son régime6.

2Si la question d’un renversement d’alliance se trouve posée, c’est parce que l’influence du roi de France en Italie n’apparaît plus comme un gage de sécurité suffisant pour préserver, à long terme, l’intégrité territoriale et la libertà florentines. Les Florentins se trouvent dès lors partagés entre la nécessité de diversifier leur réseau d’alliances et le souci constant de ne pas s’attirer l’inimitié de Louis XII avant d’avoir compris dans quel sens penchait l’équilibre des forces en présence. Après l’envoi de Vettori s’ouvre d’ailleurs une intense réflexion sur l’opportunité d’envoyer à Maximilien un individu plus renommé, doté cette fois d’un statut d’ambassadeur et, donc, d’un pouvoir de négociation réel. La complexité de la situation est résumée par Giovanbattista Ridolfi lors de la pratica du 30 juillet 1507, dans laquelle il se déclare convaincu que

  • 7 Ibidem, p. 103-104.

s’il faut réfléchir à se séparer du roi de France pour se rapprocher de l’Empereur, il serait partisan de le refuser […], car la puissance du roi de France est grande et unie, davantage que celle de l’Empereur. Et, s’ils en venaient à se faire la guerre, il pensait qu’à terme les Français seraient supérieurs. Mais, puisqu’on ne discutait pas de s’aliéner la faveur de l’Empereur, mais bien de fuir son indignation s’il venait en Italie, [il croyait] qu’il fallait imaginer qu’il ne viendrait pas et, comme la cité n’avait pas les forces suffisantes pour résister, ni ne se les voyait offrir par d’autres, il jugeait qu’il fallait s’efforcer de s’employer à ce que, s’il descendait [en Italie], il ne vînt pas en ennemi […]. Et il croyait que cela n’offenserait point le roi de France car, si l’on envoyait [une ambassade] pour honorer cette Majesté [impériale] et qu’on devait s’en justifier, celui-ci ne devrait pas s’en offusquer si on lui montrait que, en cas de passage de l’Empereur et comme il n’y avait d’autre moyen de fuir son indignation, cela devrait calmer ce dernier7.

3À ce contexte général tendu s’ajoutent les circonstances difficiles de la nomination de Vettori, qui rendent malaisée sa première aventure diplomatique avant même son départ de Florence. Dans ses Storie fiorentine, Francesco Guicciardini insiste sur la victoire politique que constitue pour les Ottimati le choix de Vettori au détriment de celui de Machiavel, originellement auguré par Soderini. Ainsi décrit-il ce processus de désignation :

  • 8 Sur les liens qui unissaient Machiavel à Soderini, voir Sergio Bertelli, « Petrus Soderinus Patriae (...)
  • 9 Voir la présentation générale à ce volume, supra, p. 13.
  • 10 Francesco Guicciardini, Storie fiorentine…, op. cit., p. 443.

Machiavel fut élu grâce au Gonfalonier, qui voulait quelqu’un dont il pût se fier8. Alors qu’il se préparait à partir, beaucoup d’hommes de bien commencèrent à demander à haute voix qu’on envoyât quelqu’un d’autre, dans la mesure où se trouvaient à Florence beaucoup de jeunes gens de bien capables d’y aller, qui tireraient profit à s’exercer9. C’est pourquoi, après que l’élection a eu été retournée, Francesco di Piero Vettori fut envoyé, avec une commission générale, dans le but de comprendre et d’écrire, et non point de négocier et de conclure10.

  • 11 Sur le contexte politique de cette élection, voir Rosemary Devonshire Jones, Francesco Vettori.., o (...)
  • 12 Voir Jean-Marc Rivière, « Les vecteurs de l’autorité politique… », op. cit., p. 63-70.

4Rosemary Devonshire Jones se montre cependant plus nuancée quant à la signification politique du choix de Vettori : plutôt qu’une victoire de l’oligarchie sur Soderini, celle-ci lui semble être le résultat d’un compromis politique11, ce qui correspond en effet davantage au modus vivendi qui lie depuis 1502 les différentes factions à l’intérieur de la cité12.

  • 13 Outre le Voyage en Allemagne et sa correspondance diplomatique (en large part rédigée par Machiavel (...)
  • 14 Dans sa biographie de Vettori, Rosemary Devonshire Jones elle-même n’y voit qu’un « compte rendu an (...)

5Témoignage de cette mission d’ambassade, le Voyage en Allemagne occupe une place singulière dans le corpus restreint des écrits de Vettori13 et a longtemps été considéré comme un simple journal de voyage14, trop éloigné des premières fulgurances de l’historiographie naissante pour susciter autre chose qu’une indifférence perplexe. La comparaison semble d’autant moins flatteuse que cette mission est l’occasion pour Machiavel, qui rejoint Vettori en tant que secrétaire dans le courant du mois de janvier 1508, de tirer d’une expérience similaire des textes d’une nature et d’une portée tout autres, comme nous le verrons par la suite. Au-delà de l’apparente modestie du projet, la complexité, aussi bien formelle que thématique, du Voyage en Allemagne justifie cependant qu’on s’attarde sur les intentions de son auteur et, au-delà, sur la conception de l’histoire dont il témoigne dans cette œuvre.

  • 15 Adriana Mauriello, « Due modi di guardare l’Alemagna : Machiavelli e Vettori », Atti del Convegno C (...)

6La première question que soulève le Voyage en Allemagne concerne sa datation. Dans sa biographie de Vettori, Rosemary Devonshire Jones se voit contrainte, faute d’informations, à donner comme limites extrêmes de la rédaction du livre le retour de l’auteur à Florence, en 1508, et sa mort, en 1539. Une analyse plus fine conduit Adriana Mauriello à indiquer 1513, année où Vettori effectue sa première légation romaine, comme date probable de la rédaction du texte15. Cette hypothèse est intéressante puisque, en faisant coïncider la rédaction du Voyage en Allemagne avec le début de la correspondance entre Vettori et Machiavel, elle renforce le lien qui unit les deux hommes et, par là-même, la propension à juger les écrits de Vettori à l’aune de ceux de celui qui, à l’occasion de leur mission commune, devient son ami intime.

7Dans la perspective d’une telle comparaison, il paraît intéressant de s’interroger sur la genèse du projet qui a abouti à l’écriture du Voyage en Allemagne. L’abondance des détails, la précision des relevés topographiques et toponymiques portent à croire que l’idée même du livre est née en chemin, se traduisant par une prise de notes quotidienne et une volonté de collecter des informations en même temps que le voyageur progressait. C’est sans doute de la distance qui sépare ces deux moments – celui de l’idéation et celui de la mise en œuvre formelle – que naît la caractéristique la plus remarquable du Voyage en Allemagne, à savoir son aspect composite. Le Voyage est en effet divisé en cinq livres de longueur inégale, dans lesquels se mêlent différents niveaux narratifs, ainsi que des genres littéraires souvent considérés comme hétérogènes, voire antinomiques.

  • 16 Infra, p. 184.
  • 17 Infra, p. 65. Filippo Grazzini consacre de belles pages à ce qu’il nomme « la tension cognitive » c (...)

8À un premier niveau, le narrateur, qui s’exprime à la première personne, décrit les étapes du cheminement qui le mène jusqu’à l’Empereur. Le récit débute lorsqu’il quitte Florence, le 27 juin 1507, et il s’achève brutalement à son arrivée à Sterzing, le 6 janvier 1508, cinq jours à peine avant que Machiavel ne le rejoigne à Bolzano. Vettori retrace ainsi les pérégrinations qui, durant plus de six mois et à travers des territoires qui lui sont inconnus, le mènent jusqu’à Constance, puis lui font suivre la Cour impériale dans ses divers déplacements. Il conduit son récit comme s’il tenait un journal de bord, notant le trajet qu’il emprunte, les lieux par lesquels il passe, les individus qu’il rencontre, avec un manque d’intérêt pour la mise en forme stylistique qui n’est pas sans rappeler (à un degré moindre, cependant) celui du Journal de mon voyage en Espagne de Guicciardini16. Cette précision dans l’observation correspond d’ailleurs à la déclaration d’intention qui ouvre le premier livre du Voyage, dans laquelle Vettori annonce : « Je noterai donc tous les lieux où je suis allé, non seulement les villes et les bourgs, mais également les villages et les plus petits hameaux, ainsi que ce qui m’est arrivé, avec qui j’ai parlé et de quoi17 ».

9Le regard qu’il déclare vouloir porter sur le monde ambitionne donc rien moins que l’exhaustivité, ou tout au moins refuse l’idée que les diverses informations puissent être sélectionnées, triées et, par voie de conséquence, hiérarchisées. Sa curiosité se porte ainsi indifféremment sur tous les éléments qui composent l’univers dans lequel il se meut, qu’ils soient d’ordre naturel ou humain. Tout est scrupuleusement consigné, avec un sens affirmé du détail et de l’observation. À la description des conditions géographiques et climatiques des régions traversées succède celle des mœurs et des coutumes des populations rencontrées, ce qui permet à Vettori de mettre l’accent sur certains traits de caractère généraux des habitants de l’Allemagne. Leur sens de l’ordre (qu’il soit politique, militaire, économique ou monétaire), mais aussi leur goût pour la justice et la discipline, ou bien encore leur respect de l’hygiène et de la propreté suscitent d’abord en lui curiosité, puis admiration.

  • 18 Adriana Mauriello, « Due modi di guardare l’Alemagna… », op. cit., p. 526.

10Pour intéressant qu’il soit du point de vue informatif, on s’aperçoit cependant que ce journal de voyage n’est en réalité qu’un contenant, qui masque un second niveau narratif, bien plus riche sur le plan littéraire. Cette cornice – pour reprendre le lexique de la novellistica – s’emplit en effet, au fur et à mesure de la progression de Vettori, d’une matière disparate : nouvelles et confidences historiques, fragment de traité et acte théâtral se succèdent, dans une alternance hétérogène qui frise parfois l’hétéroclite. Comme l’écrit Adriana Mauriello, Vettori « refuse, dans son programme même, toute forme de codification et inaugure, en même temps, un nouveau type de recueil de nouvelles18 ». Dès lors, on comprend mieux pourquoi, à l’encontre de ce qu’annonce le titre de l’œuvre, le récit ne porte pas tant sur le voyage en lui-même, dont l’auteur se déleste souvent en quelques lignes, que sur les pauses dans le cours du cheminement, les haltes durant lesquelles le narrateur se restaure ou se repose.

  • 19 Sur le nombre et la typologie des nouvelles, voir Adriana Mauriello, « Novelle e “vere narrazioni” (...)

11Ce qui intéresse avant tout Vettori, ce sont en effet les à-côtés du voyage, tout ce qui vient briser le cours linéaire de son avancée. Le récit se fragmente ainsi au rythme des cinquante-quatre étapes du voyageur qui, pour la plupart, durent seulement le temps du déjeuner ou de la nuit. À chaque étape revient, de manière systématique, le même enchaînement des événements : l’émissaire florentin rencontre un autre voyageur ou bien un habitant du lieu, le plus souvent l’aubergiste chez qui il a trouvé refuge, et se met à converser avec lui. Son interlocuteur lui narre alors un fait marquant dont il a été témoin peu de temps auparavant et illustre ses propos par un récit, tantôt fictionnel, tantôt inspiré des événements historiques récents. Inhabituelle dans la tradition littéraire florentine, cette convergence de la chronique historique et de la novellistica19, de l’historia et de la fabula, nous donne à penser que c’est bien dans les modalités mêmes de la rencontre entre ces genres d’ordinaire distincts qu’il faut chercher la clé de lecture du Voyage en Allemagne.

  • 20 Voir Filippo Grazzini, « Per le strade di Alamagna… », op. cit., p. 84-85.
  • 21 Le relevé systématique des sources originelles des nouvelles, ainsi que l’étude de leur transpositi (...)

12Le choix des récits de fiction insérés dans le Voyage est en lui-même signifiant. Dans la plupart des cas, Vettori s’est en effet inspiré de textes très connus, dont il n’a guère cherché à modifier trame ou caractères, de sorte que leurs sources sont immédiatement identifiables et que leur caractère fictionnel ne fait aucun doute pour le lecteur. Boccace, bien sûr, est le réservoir le plus communément utilisé20, mais certains auteurs anciens, tels Apulée, Plaute ou Pline, ont également servi de modèles21. D’un point de vue thématique, toutes les nouvelles choisies par Vettori ont en commun une forte intensité dramatique, qui atteint souvent son paroxysme avec la mort d’un ou de plusieurs protagonistes. On retrouve cette même noirceur dans les récits tirés d’événements historiques, car ils portent tous, à des degrés divers, sur des instants tragiques vécus par ceux qui les racontent, dont l’existence a été bouleversée par les guerres, les épidémies, les décès et les innombrables malheurs qui les ont frappés.

  • 22 Le seul fait que le dénouement tragique de l’existence de Pietro Bernardino (1475-1502), dit Bernar (...)
  • 23 Infra, p. 70.

13Histoire et fiction illustrent donc toutes les deux la même réalité sombre, nourrie des souffrances et des drames des hommes et femmes que l’auteur rencontre sur sa route. Vettori use par conséquent indifféremment de l’une ou de l’autre. Il n’est pas rare, d’ailleurs, que la fiction prenne naissance et s’enracine dans la réalité historique. Lorsque Vettori parvient par exemple à Mirandola et qu’il aperçoit les traces d’un bûcher au pied du château, son hôte lui apprend que c’est justement là qu’a été brûlé deux ans plus tôt « un Florentin du nom de Pietro Bernardo22, qui propageait une religion nouvelle ». Il précise aussitôt que, si les cendres semblent encore chaudes, c’est que, la veille, a été exécutée au même endroit une femme, Simona, coupable de plusieurs assassinats. Il se lance alors dans un long récit, repris plus tard par l’Arioste dans le xxie chant du Roland Furieux. En d’autres circonstances, histoire et fiction se succèdent pour illustrer le même épisode : ainsi, lorsque Vettori parvient près de Bologne et qu’il souhaite montrer « l’impudence et [la] bestialité23 » d’Ermes, le fils de Giovanni Bentivoglio, il appuie sa démonstration sur une nouvelle narrée par l’aubergiste. Celui-ci lui raconte en effet que, fou de désir pour sa fille, Ermes a dévasté son auberge après qu’il a eu organisé la fuite de la jeune femme. Cette cruauté et cette absence de scrupules sont confirmées par le récit, mené par le narrateur du Voyage en personne, d’un autre épisode de la sombre carrière d’Ermes, celui de la mise à mort d’ennemis des Bentivoglio dans les geôles bolonaises. En indiquant la date et les circonstances précises de l’événement, Vettori ancre cette fois très fortement son récit dans la réalité historique.

14Ce qui l’intéresse avant tout, ce sont en effet les traces dramatiques qu’a laissées l’histoire là où elle est passée. Ces empreintes peuvent être matérielles (par exemple des armoiries peintes sur les ruines d’une auberge dévastée) comme implicites (si une femme tient seule une auberge, c’est parce que des mercenaires suisses ont assassiné toute sa famille). Un événement historique, de quelque portée qu’il soit, n’est donc intéressant pour Vettori que s’il a eu des conséquences directes, à l’échelle individuelle, sur l’existence de ses interlocuteurs. En ce sens, l’histoire des temps présents est perçue dans le Voyage en Allemagne seulement par ses effets et par ses répercussions sur la vie des hommes à la plus petite échelle possible, celle de l’individu, de la cellule familiale, au plus large celle de la communauté locale.

15Considérée dans sa dimension anecdotique, l’histoire rejoint ainsi la nouvelle. Même des événements de plus vaste portée, comme la mort du pape Alexandre VI, se trouvent réduits à la conséquence imprévisible d’un enchaînement de décisions individuelles malheureuses. Vettori livre ainsi de celle-ci trois versions qui, toutes, correspondent à l’idée que les bouleversements historiques et politiques sont avant tout le fait d’une volonté individuelle, plus ou moins bien maîtrisée : dans les deux premiers cas, il s’agit d’erreurs « techniques » de César Borgia et d’un cuisinier, dont les conséquences dramatiques échappent à leurs auteurs ; dans le troisième, il s’agit de la vengeance d’un courtisan qui s’estime bafoué. De la même manière, Vettori dresse un portrait truculent de Guillaume Briçonnet, cardinal de Saint-Malo : sous sa plume, ce véritable génie du mal trompe par vénalité tous ceux qu’il côtoie, tue son épouse et place sa belle-fille dans la couche du roi de France, qu’il trahit avant de l’assassiner. Au bout du compte, il en vient à porter seul la responsabilité de tous les malheurs qui, depuis 1494, secouent l’Italie.

16Selon Vettori, les grandes décisions diplomatiques ou politiques, celles qui touchent le plus grand nombre, sont donc le plus souvent les conséquences d’actions isolées, liées à des individus agissant en vertu de motifs mesquins et égoïstes. L’histoire relève par conséquent du domaine de la contingence, de l’enchevêtrement inexplicable et imprévisible des événements, bien plus que d’un enchaînement logique de causes et de conséquences. L’idée selon laquelle l’individu compte plus que le système s’accompagne en outre chez Vettori du refus de porter un jugement personnel sur ce qu’il observe : jamais, en effet, il ne montre la moindre émotion ni ne commente les événements qu’il décrit. Son champ d’intérêt se limite à l’observation directe, à l’expérience immédiate de la réalité. L’unique fois où il déroge à cette règle concerne l’épisode précédemment cité du massacre, de la part d’Ermes Bentivoglio, de ses ennemis emprisonnés, qui aboutit exceptionnellement à une maxime d’une tonalité toute machiavélienne :

  • 24 Infra, p. 71.

Tandis que messire Giovanni réfléchissait à la manière de les faire mourir, Ermes se rendit avec quelques compagnons armés là où ils étaient retenus et ils les taillèrent tous en pièces : c’est là chose contraire à toute religion et à toute humanité car, bien qu’il convienne de tuer ses ennemis quand il s’agit de sauver l’État, il faut agir, surtout lorsqu’ils ont été capturés, par voie de justice et selon les cérémoniaux et les coutumes de rigueur24.

  • 25 Voir l’ouverture du Cinquième livre, infra, p. 152.

17Chez Vettori, l’observation des microstructures vaut ainsi pour elle-même. Elle ne sert jamais à comprendre la macrostructure, et encore moins à ériger celle-ci en modèle politique, économique, culturel ou politique. Le regard n’a donc pas d’autre enjeu que lui-même, et c’est de cette gratuité dans l’observation que découle le processus d’écriture. Dès lors, on comprend mieux pourquoi l’objet de sa mission n’apparaît dans le Voyage qu’en filigrane, presque par transparence : la découverte de l’altérité est pour Vettori une source de plaisir individuel que vient gâter la conscience de sa fonction d’ambassadeur, aliénante car soumise à des contingences collectives et à des nécessités analytiques25.

  • 26 Sur les conditions de sa désignation en décembre 1507 et les contours de sa mission, voir Rosemary (...)
  • 27 Parti de Florence le 17 décembre 1507, Machiavel parvient à Bolzano le 11 janvier 1508, après un dé (...)
  • 28 Matteo Palumbo, « Natura, uomini e storia nel Diario del viaggio in Spagna di Francesco Guicciardin (...)

18Si Vettori clôt son récit au moment où le rejoint Machiavel, ce dernier, dans une posture parfaitement symétrique, néglige tout ce qui précède son arrivée à Bolzano pour se concentrer sur la mission d’étude qui lui a été assignée26. Dans cette perspective, le cheminement qui le conduit vers la Cour impériale n’a pas importance en soi et doit être mené à grand train27, afin de ne pas perdre de temps, mais aussi parce que, confronté à la longueur du voyage et à des difficultés linguistiques, il ne goûte guère cette aventure. De ce fait, comme l’écrit Matteo Palumbo, seuls comptent pour lui « le point d’arrivée, le lieu spécifique qui est l’objet spécifique de la mission, tandis que tout ce qui se trouve entre le départ et l’arrivée représente seulement une nécessité qu’il faut évacuer le plus rapidement possible28 ». Il n’est pas question, chez lui, d’un regard vagabondant et ouvert comme chez Vettori, mais d’un regard statique et strictement borné par les nécessités de sa mission.

  • 29 Voir l’entrée « Ritratto delle cose della Magna e altri scritti sulla Germania », rédigée par Raffa (...)

19Cette divergence fondamentale explique les différences qui séparent le Voyage en Allemagne des trois textes inspirés à Machiavel par sa mission, à savoir le Rapport sur les choses d’Allemagne (dont nous traduisons ici la seconde version), le Discours sur les choses d’Allemagne et sur l’Empereur et le Portrait des choses d’Allemagne, respectivement rédigés en 1508, 1509 et 151229. Là où le regard du premier embrasse l’espace en surface, procédant par juxtaposition et par accumulation d’informations, le second, au contraire, procède selon une logique sélective, s’arrêtant sur les éléments susceptibles de lui permettre de sonder en profondeur la réalité apparente des choses. L’exemple du traitement du personnage de l’Empereur illustre bien cette différence de point de vue. Machiavel s’intéresse ainsi aux traits de caractère de Maximilien qui, malgré ses « infinies vertus », permettent d’expliquer la fragilité de son autorité sur les pouvoirs intermédiaires et, de fait, son inefficience politique. De son côté, Vettori voit en lui un individu comme les autres, pas plus (voire moins) intéressé que les autres à la bonne marche de son royaume : ainsi cet Empereur fantomatique, toujours en mouvement, se consacre-t-il plus volontiers à la chasse qu’à ses obligations diplomatiques.

20 La question fondamentale que pose Machiavel dans ses trois textes consacrés à l’Allemagne est celle de la corrélation entre la puissance d’un État et son organisation politique. Selon qu’une structure étatique, incarnée par son souverain, parvient ou non à trouver le juste équilibre entre les diverses forces qui en affermissent l’unité ou qui en menacent l’intégrité, elle pourra s’affirmer dans un contexte géopolitique désormais ouvert ou bien, au contraire, elle verra ses ambitions ruinées dans leur germe. Telle est la leçon qu’il faut tirer de l’incapacité de Maximilien de rassembler l’argent et les troupes nécessaires à son entreprise italienne : pour ne pas avoir su imposer son autorité à ses vassaux et aux villes franches allemandes, il se trouve réduit à quémander leur aide et à subir leurs affronts. C’est bien parce que son poids politique est faible que Maximilien se trouve ainsi placé en situation de dépendance économique. Pour Machiavel, la clé de la fragilité impériale réside donc dans la personnalité indécise et contradictoire de Maximilien ou, pour être plus précis, dans l’articulation défaillante entre cette personnalité et les structures territoriales et politiques sur lesquelles s’exerce son autorité.

  • 30 Infra, p. 164.
  • 31 L’analyse plus fine de Guicciardini, menée dans sa Relation d’Espagne, montre cependant que ces res (...)

21Pour saisir la pleine portée de cette leçon, Machiavel détourne toutefois un instant les yeux de son objet premier pour s’intéresser à d’autres exemples, afin de faire naître une dialectique productrice de sens. Il annonce cette méthode comparative dès le Rapport des choses d’Allemagne, dans lequel il note au sujet de Maximilien : « Il pourrait de ce fait, s’il était roi d’Espagne, réunir en peu de temps et par lui-même tant de ressources que toutes ses entreprises seraient couronnées de succès30. » La phrase est une merveille d’ambiguïté et, en même temps, de perspicacité. S’il disposait des immenses ressources financières du souverain espagnol, nul doute, en effet, que Maximilien aurait les moyens de ses ambitions31. Mais, si Maximilien n’est pas Ferdinand, n’est-ce pas aussi parce qu’il n’a pas su créer les conditions mêmes de son autonomie, comme l’a fait le roi d’Aragon dans un contexte pourtant difficile ?

  • 32 Ceci n’implique nullement une déconnexion entre les écrits de Vettori et de Machiavel puisque, comm (...)

22La comparaison entre l’Allemagne et l’Espagne fait sens parce que leurs souverains respectifs ont en commun de devoir affronter, dans le cadre d’un État peu homogène, de puissantes forces centrifuges, face auxquelles, cependant, leurs réactions divergent. Là où la situation d’échec de Maximilien s’explique en grande partie par son indécision et par sa mollesse, Ferdinand, grâce à ses choix judicieux (en premier lieu desquels vient son mariage avec Isabelle la Catholique) et à sa personnalité ferme, a triomphé de difficultés structurelles et conjoncturelles tout aussi lourdes. Ainsi, plus encore qu’au Voyage en Allemagne, c’est à la Relation d’Espagne de Guicciardini qu’il convient de relier les textes machiavéliens sur l’Allemagne32. Il est d’ailleurs tout à fait intéressant, sur le plan symbolique comme métaphorique, de constater que, au moment même où Guicciardini entreprend de dessiner cette figure de souverain triomphant, celle de Maximilien finit par se dissoudre et par presque disparaître du dernier texte consacré par Machiavel à sa mission germanique, le Portrait des choses d’Allemagne.

  • 33 Jean-Jacques Marchand, Niccolò Machiavelli. I primi scritti politici (1499-1512). Nascita di un pen (...)

23Au-delà de l’exemple espagnol, c’est toutefois dans son expérience française que Machiavel trouve des éléments sur lesquels fonder sa méthode comparative. Manifeste est en effet le jeu dialogique entre les trois textes liés à sa mission en Allemagne et le Portrait des choses de France, rédigé en 1510 (soit, sur le plan chronologique, entre le Discours sur les choses d’Allemagne et sur l’Empereur et le Portrait des choses d’Allemagne), au point que Jean-Jacques Marchand a pu écrire que la description de l’Allemagne est « comme une image en négatif de la structure politique de la France33 ». Cette fois, si la comparaison se justifie, c’est parce qu’on se trouve en présence de deux modèles étatiques distincts, ou plutôt de deux phases différentes de l’évolution qui mène d’un conglomérat de puissances régionales à un État centralisé. Tandis que Maximilien se trouve confronté à des pouvoirs intermédiaires puissants, Charles VIII et Louis XII sont parvenus à canaliser les ardeurs de leurs barons et à donner ainsi à la royauté une impulsion centralisatrice décisive. Ainsi s’explique le fait que la figure de Louis XII soit si peu présente dans le Portrait des choses de France : dans un tel contexte, la personnalité du souverain n’est plus décisive, tant est grande la solidité structurelle de la monarchie française. Dans l’Empire, en revanche, où perdurent de puissantes forces désagrégatrices, le rapport entre les qualités individuelles du souverain et la structuration de l’État continue d’être prégnant.

24Il est ainsi tout à fait intéressant, sur le plan méthodologique, d’observer que Machiavel nourrit son analyse de l’entrecroisement des données issues de ses expériences française et allemande. Le développement de cette approche comparative, fondée sur l’observation directe des choses et sur la mise en système de l’information, apparaît comme une étape fondamentale dans la genèse du processus de modélisation qu’il met ensuite en œuvre dans ses écrits post res perditas.

Notes

1 Cette présentation reprend et développe nos articles « Fiction et histoire dans le Viaggio in Alamagna de Francesco Vettori », in Jean-Jacques Marchand et Jean-Claude Zancarini (éd.), Storiografia Repubblicana Fiorentina (1494-1570), Florence, Franco Cesati Editore, 2003, p. 369-380 et « Le regard du voyageur dans la formation politique du citoyen. L’exemple de Francesco Vettori », Italies, 17/18, Voyages de papier. Hommage à Brigitte Urbani, vol. 1, Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence, 2014, p. 59-75.

2 Maximilien Ier de Habsbourg (1459-1519).

3 Francesco Vettori, Ricordo delli Magistrati, in Scritti storici e politici, op. cit., p. 7-9. Il a par ailleurs fait partie des Dodici Buoniuomini et des Otto di Guardia en 1504, mais son expérience des charges publiques demeure fort limitée en regard de l’importance de la mission qui lui est assignée.

4 Généralement choisis parmi des individus de plus faible statut social que les ambassadeurs, les mandatari avaient le plus souvent d’un pouvoir de négociation limité. Leur position leur permettait cependant d’être plus libres de leurs mouvements, ce qui, dans le cas d’une mission d’évaluation comme celle de Vettori, pouvait se révéler très utile. Sur les différents titres attribués aux titulaires d’une charge diplomatique et leurs attributions respectives, voir René de Maulde la Clavière, La diplomatie au temps de Machiavel, vol. 1, op. cit., p. 294-305, ainsi que, sur le cas précis de Vettori, Rosemary Devonshire Jones, Francesco Vettori. Florentine Citizen and Medici Servant, Londres, The Athlone Press, 1972, p. 11-13.

5 Piero Soderini (1452-1522) était Gonfalonier de Justice à vie depuis 1502.

6 Particulièrement significative est, à ce titre, l’intervention de Piero Guicciardini lors de la pratica du 15 novembre 1507, dans laquelle il exprime, au nom du groupe oligarchique, cette stratégie de rupture, in Denis Fachard (éd.), Consulte e pratiche della Repubblica fiorentina (1505-1512), Genève, Droz, 1988, p. 151-152.

7 Ibidem, p. 103-104.

8 Sur les liens qui unissaient Machiavel à Soderini, voir Sergio Bertelli, « Petrus Soderinus Patriae Parens », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, XXXI, 1969, p. 113-114, et, du même, « Machiavelli and Soderini », in Renaissance Quarterly, 28, 1975, p. 10-16

9 Voir la présentation générale à ce volume, supra, p. 13.

10 Francesco Guicciardini, Storie fiorentine…, op. cit., p. 443.

11 Sur le contexte politique de cette élection, voir Rosemary Devonshire Jones, Francesco Vettori.., op. cit., p. 13-19, ainsi que, de la même, « Some observations on the relations between Francesco Vettori and Niccolò Machiavelli during the embassy to Maximilian », Italian Studies, XXIII, 1968, p. 93-113.

12 Voir Jean-Marc Rivière, « Les vecteurs de l’autorité politique… », op. cit., p. 63-70.

13 Outre le Voyage en Allemagne et sa correspondance diplomatique (en large part rédigée par Machiavel durant la légation germanique), les écrits de Vettori se réduisent à un bref Ricordo delli Magistrati, au Sommario della Istoria d’Italia (1511-1527), à la Vita di Piero Vettori l’Antico, à la Vita di Lorenzo de’ Medici duca d’Urbino et au Sacco di Roma, regroupés par Enrico Niccolini dans le recueil consacré à ses Scritti storici e politici. À cela s’ajoute sa dense correspondance privée avec Machiavel, rassemblée in Niccolò Machiavelli, Lettere a Francesco Vettori e a Francesco Guicciardini.

14 Dans sa biographie de Vettori, Rosemary Devonshire Jones elle-même n’y voit qu’un « compte rendu anecdotiques de ses distractions en Allemagne pendant son ambassade à la Cour de Maximilien », in Rosemary Devonshire Jones, Francesco Vettori..., op. cit., p. 8.

15 Adriana Mauriello, « Due modi di guardare l’Alemagna : Machiavelli e Vettori », Atti del Convegno Cultura e scrittura di Machiavelli (Firenze-Pisa, 27-30 ottobre 1997), Centro Pio Rajna, Rome-Salerne, 1998, p. 524.

16 Infra, p. 184.

17 Infra, p. 65. Filippo Grazzini consacre de belles pages à ce qu’il nomme « la tension cognitive » chez Vettori, in Filippo Grazzini, « Per le strade di Alamagna con e senza Machiavelli : viaggio, scrittura e motivazione in Francesco Vettori », in Tre occasioni machiavelliane, Viterbe, Sette Città, 2012, p. 76-77.

18 Adriana Mauriello, « Due modi di guardare l’Alemagna… », op. cit., p. 526.

19 Sur le nombre et la typologie des nouvelles, voir Adriana Mauriello, « Novelle e “vere narrazioni” nel Viaggio in Alamagna di Francesco Vettori », in Dalla Novella “spicciolata” al “Romanzo”, Naples, Liguri Editore, 2001, note 40, p. 46. On trouve une intéressante étude synthétique de la novellistica du xvie siècle in Sandra Carapezza, Novelle e novellieri. Forme della narrazione breve nel Cinquecento, Milano, Pubblicazioni della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università degli Studi di Milano, 2011.

20 Voir Filippo Grazzini, « Per le strade di Alamagna… », op. cit., p. 84-85.

21 Le relevé systématique des sources originelles des nouvelles, ainsi que l’étude de leur transposition dans le Voyage en Allemagne peuvent être trouvés in Giuseppe Giacalone, Il Viaggio in Alamagna di F. Vettori e i miti del Rinascimento, Istituto di letteratura e filologia moderna della facoltà di Magistero dell’Università di Siena, 1982.

22 Le seul fait que le dénouement tragique de l’existence de Pietro Bernardino (1475-1502), dit Bernardino dei Fanciulli, soit ramené à un simple épisode de cronaca témoigne de ce refus d’accorder plus d’importance à l’histoire qu’à la fiction.

23 Infra, p. 70.

24 Infra, p. 71.

25 Voir l’ouverture du Cinquième livre, infra, p. 152.

26 Sur les conditions de sa désignation en décembre 1507 et les contours de sa mission, voir Rosemary Devonshire Jones, Francesco Vettori…, op. cit., p. 23-25.

27 Parti de Florence le 17 décembre 1507, Machiavel parvient à Bolzano le 11 janvier 1508, après un détour par Genève et Fribourg. Celui-ci est dû, d’une part, à l’impossibilité d’emprunter la route directe à travers la Lombardie en raison de la présence des troupes française et vénitienne, mais aussi à son désir d’étudier l’organisation militaire des Suisses. Voir Roberto Ridolfi, Vita di Niccolò Machiavelli, Florence, Sansoni, 1978, p. 159-160.

28 Matteo Palumbo, « Natura, uomini e storia nel Diario del viaggio in Spagna di Francesco Guicciardini », in Mutazione delle cose e pensieri nuovi. Saggi su Francesco Guicciardini, Berne, Peter Lang, 2013, p. 19.

29 Voir l’entrée « Ritratto delle cose della Magna e altri scritti sulla Germania », rédigée par Raffaele Ruggiero, in Gennaro Sasso et Giorgio Inglese (éd.), Machiavelli. Enciclopedia Machiavelliana, op. cit., II, p. 433-437.

30 Infra, p. 164.

31 L’analyse plus fine de Guicciardini, menée dans sa Relation d’Espagne, montre cependant que ces ressources sont fortement grevées par des dépenses incompressibles, infra, p. 224.

32 Ceci n’implique nullement une déconnexion entre les écrits de Vettori et de Machiavel puisque, comme le montre Filippo Grazzini, on trouve plusieurs échos du Portrait des choses d’Allemagne dans le Voyage, in Filippo Grazzini, « Per le strade di Alamagna… », op. cit., p. 95-96.

33 Jean-Jacques Marchand, Niccolò Machiavelli. I primi scritti politici (1499-1512). Nascita di un pensiero e di uno stile, Padoue, Antenore, 1975, p. 392.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search