Version classiqueVersion mobile

L’expérience de l’autre

 | 
Nicolas Machiavel
, 
Francesco Vettori
, 
Francesco Guicciardini

I. Les légations de Machiavel en France

Présentation

Texte intégral

  • 1 Sur l’expérience française de Machiavel, voir Raffaele Ruggiero, Machiavelli e la crisi dell’analog (...)

1Machiavel accomplit quatre légations en France durant sa carrière à la seconde Chancellerie florentine, initiée en juin 14981. La première, qui se déroule de juillet à décembre 1500 en compagnie de Francesco della Casa, intervient peu de temps après son recrutement. Machiavel effectue par la suite trois autres légations, de janvier à mars 1504, de juin à septembre 1510, puis en septembre 1511.

  • 2 Corrado Vivanti revient sur l’importance des années de Chancellerie dans la formation de Machiavel (...)
  • 3 Voir Jean-Marc Rivière, « Les vecteurs de l’autorité politique dans la mutation institutionnelle fl (...)

2L’expérience française de Machiavel présente ainsi plusieurs caractéristiques intéressantes. La première tient à la jeunesse de ce dernier lorsqu’il rejoint pour la première fois la Cour de France. Malgré les deux brèves missions qu’il a menées l’année précédente, à Piombino auprès de Iacopo d’Appiano, puis à Imola auprès de Caterina Sforza Riario, le tout nouveau secrétaire présente un déficit de praxis politique qu’il compense par la volonté d’investiguer ce monde nouveau au moyen d’un regard qui, comme on le lit dans sa correspondance diplomatique, gagne progressivement en acuité comme en amplitude. Cette relation particulière avec la France, en second lieu, est récurrente. Elle s’étend non seulement sur toute sa carrière au sein de la seconde Chancellerie2, mais aussi sur une période cruciale pour le régime républicain : l’intense réflexion institutionnelle des années 1499-1502 aboutit en effet à l’instauration du Gonfaloniérat à vie3 et au régime sodérinien, que l’expérience française de Machiavel couvre dans sa quasi-intégralité.

  • 4 Infra, p. 63-64.

3La relation qu’entretient Machiavel avec la France dessine donc l’histoire d’une triple évolution : celle, d’abord, du secrétaire lui-même qui, au fil de ses multiples missions hors les murs, acquiert des points de comparaison et fait évoluer sa manière d’observer son environnement. Celle, ensuite, des conditions concrètes autour desquelles se nouent, au gré des « conditions des temps », les rapports entre Florence et la France. Celle, enfin, au sein des instances collectives où la politique florentine se trouve élaborée, décidée et mise en œuvre, du jugement sur la nécessité de conserver ou non un lien privilégié avec cet allié traditionnel, dans un contexte mouvant et peu intelligible. À la différence de la légation de Machiavel auprès de l’empereur Maximilien, qui prend son sens en regard de ce que le secrétaire a pu observer ailleurs4, l’expérience française fonctionne donc davantage selon une logique interne diachronique que selon un processus d’extension spatiale du regard.

  • 5 Un troisième texte, la Notule pour qui rend en ambassade en France, a parfois été attribué à Machia (...)

4Ces quatre légations débouchent sur la rédaction de deux textes5, tout à fait différents par leur nature et par le traitement de leur objet d’étude, qui illustrent non seulement l’intérêt constant de Machiavel pour les « choses de France », mais aussi la manière dont se structure sa pensée au fur à mesure de son contact avec celles-ci.

  • 6 Voir Jean-Jacques Marchand, entrée « Natura Gallorum, De », in Gennaro Sasso et Giorgio Inglese (éd (...)
  • 7 Voir Raffaele Ruggiero, Machiavelli e la crisi dell’analogia, op. cit., p. 72.
  • 8 Ainsi, par exemple, Machiavel et Francesco della Casa, à bout de ressources, vont-ils jusqu’à menac (...)

5Fruit de la première légation, le De natura gallorum se présente comme une série de notations à caractère aphoristique, justifiées ou explicitées, pour certaines, par des exemples historiques. Après en avoir rédigé le noyau à la fin de 1500 ou durant les premières semaines de 1501, Machiavel amende et réorganise son écrit entre l’été 1501 et le printemps 15036. La franche hostilité qu’on y perçoit à l’égard des Français gagne en éléments de compréhension lorsqu’on la met en relation avec la correspondance diplomatique du jeune secrétaire7 : à lire celle-ci, en effet, on comprend combien cette expérience a pu se révéler douloureuse pour Machiavel. Pris en tenaille entre, d’une part, un souverain et une Cour hostiles et, de l’autre, l’absence de ligne directrice claire de la politique diplomatique florentine, il souffre en outre de conditions matérielles peu en accord avec une longue permanence hors les murs8.

  • 9 Jean-Jacques Marchand, entrée « Natura Gallorum, De », op. cit., p. 224.

6 Dans l’entrée consacrée au De natura gallorum dans l’Enciclopedia machiavelliana, Jean-Jacques Marchand a classé cet ensemble d’aphorismes en deux groupes distincts, selon leur thématique dominante. Un premier ensemble englobe ceux qui rendent compte de la manière dont se comportent les Français dans leurs relations avec les autres États. Machiavel y met l’accent sur leur cupidité, sur leur politique à courte vue et sur l’antéposition de la force sur la justice comme principe directeur de leurs actions. Appartiennent au second groupe les aphorismes consacrés aux caractéristiques générales des Français : Machiavel met en avant leurs défauts, en premier lieu desquels viennent la légèreté et l’inconstance, un caractère altier et l’hostilité à l’égard de la culture classique. Si l’effacement de toute connotation chronologique et spatiale lui permet de donner à ses notations une valeur générique, on est toutefois encore loin, tant dans l’approche méthodologique que dans la finesse analytique, du processus de modélisation mis en œuvre plus tard dans ses textes post res perditas. Il n’en demeure pas moins, comme l’a fait remarquer Jean-Jacques Marchand, que le fait que, plusieurs années après les avoir rédigées, Machiavel soit revenu sur ses notations pour ajouter des exemples historiques et en modifier l’ordre montre combien ce texte interroge déjà, très précocement, le « dilemme entre théorisation et vérification de la “vérité effective” qui caractérise toute son œuvre politique9 ».

  • 10 Corrado Vivanti, Nota ai testi, in Niccolò Machiavelli, Ritratti e rapporti diplomatici, op. cit., (...)
  • 11 Raffaele Ruggiero a ainsi montré comment le chapitre III du Prince a été influencé par les Louenges (...)
  • 12 Sur le plan chronologique, le Portrait a été rédigé entre le Discours sur les choses d’Allemagne et (...)

7Plus riche et nuancé se révèle être le Portrait des choses de France, rédigé en octobre 1510 à l’issue de la troisième légation française de Machiavel. Celui-ci y a toutefois apporté quelques retouches postérieures, y incluant notamment des allusions à la bataille de Ravenne10 et à la mort de Jean de Ganay, le 24 mai 1512. Il y délivre une analyse documentée et précise de la structure du royaume de France, ainsi que des rapports entre le souverain et les pouvoirs intermédiaires. Selon lui, la puissance française tient avant tout à ce que la Couronne s’est montrée capable de dépasser le particularisme féodal pour asseoir avec vigueur son autorité sur les forces centrifuges susceptibles d’affaiblir l’unité territoriale et institutionnelle du Royaume. Comme l’a signalé Raffaele Ruggiero, le jugement favorable de Machiavel sur la France est influencé par l’intense production livresque qui, durant les années 1510-1511, tend à construire le mythe des deux grands protagonistes de la vie européenne (Jules II et Louis XII) des deux côtés des Alpes, et par la propagande filo-française qui en découle11. Notre volume montre cependant que ses conclusions doivent également beaucoup aux enseignements qu’il a tirés de sa légation allemande de 150812.

  • 13 Agnès Bayrou, « La dynamique des corps politiques », in Giulio De Ligio (éd.), Le problème Machiave (...)

8 La comparaison que tire Machiavel des structures institutionnelle et économique des deux États l’amène en effet à un jugement différencié sur l’action respective des deux souverains. À la différence de l’Empire, rongé par le manque d’autorité de Maximilien sur ses vassaux, la France de Louis XII a en effet atteint un stade assez avancé de son évolution vers un État centralisé pour ne pas souffrir des éventuels errements de son souverain : dès lors, la « dynamique des corps politiques », pour reprendre le titre d’un article d’Agnès Bayrou13, joue en sa faveur, là où, en Allemagne, elle crée au contraire une digue contre laquelle se brisent les velléités italiennes de Maximilien. C’est donc bien par contraste avec un Empire structurellement défaillant que se construit la description de la puissance française telle qu’on la lit dans le Portrait des choses de France.

  • 14 Sur la situation diplomatique florentine, et en particulier sur ses liens avec la situation intérie (...)

9En sus de son influence sur la structuration de sa pensée, la fréquentation assidue par Machiavel de la Cour de Louis XII se révèle en outre intéressante en ce qu’elle illustre l’une des constantes majeures de la réflexion diplomatique florentine sous la première République : la volonté de préserver à tout prix l’alliance traditionnelle avec la France, même lorsque celle-ci fait courir à Florence le risque de heurter les susceptibilités impériale et espagnole. Le fondement de cette stratégie tient avant tout aux difficultés financières auxquelles se heurte le régime républicain depuis sa création. La politique étrangère florentine est en effet soumise à l’idée que, puisque la cité n’a pas les moyens financiers de reconquérir seule les territoires perdus (Pise, notamment) et d’imposer son influence sur la scène péninsulaire, elle doit trouver un allié de poids, capable de la protéger de toute agression, que celle-ci provienne d’un État voisin ou qu’elle tire son origine hors d’Italie14. En conséquence, comme l’a souligné Felix Gilbert, les discussions sur la politique étrangère

  • 15 Felix Gilbert, « Idées, problèmes et institutions politiques à Florence à la fin du xve siècle », i (...)

étaient marquées par le sentiment profond de la faiblesse de Florence. Les Florentins tiraient orgueil de la supériorité culturelle de l’Italie sur tous les autres pays du monde chrétien et de celle de leur cité en particulier, qui était « le cœur de l’Italie ». Mais l’importance centrale de Florence dans la vie italienne ne faisait qu’accroître les dangers […]. Le fondement concret de ces sentiments de faiblesse était la situation économique de Florence. Sa prospérité, son existence presque, dépendaient du commerce et, en cas de guerre, le commerce pouvait s’arrêter. Ces considérations rendaient presque impossible pour les Florentins le choix entre la France et l’État pontifical. L’essentiel du commerce des marchands florentins se faisait avec la France, et l’abandon de l’alliance française aurait signifié la fin des entreprises économiques les plus florissantes de Florence15.

  • 16 Sur le débat autour de la posture diplomatique à adopter et sur les différents arguments utilisés p (...)

10 Pour la majorité des citoyens, il ne fait aucun doute, dans un premier temps du moins, que seule la France dispose d’une puissance militaire et d’un poids diplomatique suffisants pour jouer efficacement ce rôle protecteur16. Si les modalités de cette alliance sont discutées, notamment face aux exigences financières croissantes de Louis XII, cette conviction ne fait l’objet d’aucune remise en question véritable avant le tournant du siècle.

  • 17 Intéressant, par exemple, est l’usage que fait Parenti de cette expression en juillet 1499 au sujet (...)

11La stratégie florentine prend cependant une inflexion nouvelle au fur et à mesure que les ambitions de l’Empire et de l’Espagne sur la Péninsule gagnent en réalité. Comment, dès lors, perpétuer l’alliance avec la France sans s’attirer l’inimitié de ces nouveaux impétrants dans le jeu géopolitique péninsulaire, dont on peine à mesurer la puissance militaire réelle ? Face à la difficulté de faire émerger une vision prospective fondée sur autre chose que des conjectures, il apparaît nécessaire, par défaut, de rechercher une forme de neutralité prudente. Celle-ci se traduit par une politique attentiste, qui se fonde sur le principe suivant : seul le temps dévoile les ressorts les mieux dissimulés d’une situation complexe. S’il est illusoire de vouloir réduire à néant le danger, retarder le moment de la décision (et, donc, de l’action) permet au moins d’espérer pouvoir repousser les périls jusqu’à ce que la situation apparaisse plus lisible. Cette conception dilatoire de la temporalité politique se cristallise dans l’expression « jouir du bénéfice du temps17 », qui devient topique après 1505, notamment dans les comptes rendus des pratiche. Ainsi peut-on expliquer la récurrence des légations de Machiavel en France : tout en maintenant un contact potentiellement utile avec un souverain qui demeure dangereux, celui-ci se voit chargé d’estimer la puissance française en regard de ce qu’il a vu par le passé lors de ses précédentes légations, mais aussi de ce qu’il a pu observer des forces de l’Empire durant sa mission auprès de Maximilien, et d’en rapporter au Gonfalonier et aux Dix en attendant que la situation se décante.

12Ballottée au gré d’un jeu diplomatique dont elle n’est pas maîtresse, Florence en est donc réduite à jouer sur le temps pour éviter de devoir s’engager avec l’une ou l’autre des parties en présence. À force de ne vouloir mécontenter personne, elle en vient, fort logiquement, à mécontenter tout le monde. Cet attentisme diplomatique, conjugué à l’incapacité de résoudre la crise financière, est bien l’une des causes majeures du désastre politique et militaire de 1512, comme l’indique Francesco Guicciardini dans son Avertissement LXVIII :

  • 18 Francesco Guicciardini, Avertissements politiques, op. cit., p. 70. Machiavel commente l’indécision (...)

La neutralité dans les guerres des autres est bonne pour qui est puissant au point de ne pas avoir à craindre celui qui l’emportera, car il reste hors de la tourmente et peut espérer quelque gain du désarroi d’autrui ; hormis ce cas, elle est inconsidérée et dommageable, car on est alors la proie du vainqueur et du vaincu. Et la pire de toutes est celle qui n’est pas le produit du jugement mais de l’indécision, c’est-à-dire quand, ne te décidant pas à être neutre ou non, tu te gouvernes de façon à ne satisfaire pas même celui qui, pour l’heure, se contenterait que tu l’assures de ta neutralité […] : et ce furent justement les conditions en [15]1218.

13Si la série de légations françaises de Machiavel doit être comprise et analysée dans un tel cadre de pensée, sa désignation pour des missions aussi cruciales et complexes, notamment en 1500, ne manque toutefois pas d’interroger. On ne peut en effet comprendre le choix d’envoyer en France un individu dont le déficit d’expérience est aussi patent sans revenir sur l’enjeu majeur que revêt la pratique diplomatique au sein de la première République florentine.

  • 19 Voir le Répertoire prosopographique annexé à Jean-Marc Rivière, L’espace politique républicain à Fl (...)
  • 20 Riccardo Fubini, « L’uscita dal sistema politico della Firenze quattrocentesca dall’istituzione del (...)

14Depuis 1494, en effet, l’une des principales clés de lecture de l’évolution du régime républicain réside dans la capacité de l’oligarchie, malgré sa faiblesse numérique au sein du Consiglio maggiore, de mettre en avant un ensemble de qualités, collectives et individuelles, qui rendent ses membres indispensables lorsqu’il s’agit de déterminer les principales orientations diplomatiques de la cité. Là où la distribution des charges intérieures fait l’objet d’une ouverture relative aux catégories médianes, celle des fonctions hors les murs demeure ainsi l’apanage strict de l’oligarchie, en raison notamment d’un ensemble de contingences matérielles : sont nécessaires en effet, pour mener à bien de telles missions, un vaste réseau de relations, un prestige certain, d’importants moyens économiques et, bien sûr, la possibilité de quitter la cité pour une longue période sans voir péricliter son activité professionnelle. Entre décembre 1494 et septembre 1512, les fonctions d’ambassade se trouvent de ce fait réparties entre un faible nombre de titulaires, issus de seulement trente-quatre familles, qui toutes appartiennent à la haute oligarchie19. L’exercice des charges hors les murs devient ainsi, selon les mots de Riccardo Fubini, « le lieu dans lequel les “hommes principaux” exerçaient leur influence de gouvernement20 ». Une étude plus circonstanciée montre toutefois que, si l’appartenance à l’oligarchie représente la condition nécessaire pour être affecté à une légation d’importance, les ambassadeurs sont choisis, en dernier ressort, en vertu de leur compétence personnelle supposée, et donc selon des critères de détermination individuelle qui se trouvent condensés dans le terme « reputazione », synthèse de prestige social atavique et de renommée individuelle acquise par l’expérience de la chose publique.

  • 21 Guicciardini explique ainsi la décision d’envoyer à Arezzo, en 1502, Guglielmo de’ Pazzi, « homme l (...)

15 Or, très vite, les membres de l’oligarchie qui refusent l’évolution populaire du nouveau régime comprennent que cette position monopolistique leur offre un instrument idéal pour marquer leur opposition politique. Le refus de partir en ambassade ou bien le choix de ne pas payer ses dettes à l’Etat pour se retrouver inéligible à toute fonction officielle deviennent ainsi des instruments dont n’hésitent pas à jouer les opposants à une ouverture politique. La conséquence de cette stratégie de blocage est double : ce sont, d’une part, toujours les mêmes individus qui sont envoyés hors les murs, et on en arrive par ailleurs, faute de meilleurs candidats, à désigner pour certaines missions des citoyens qui n’ont pas les qualités requises21.

  • 22 Voir Giorgio Cadoni (éd.), Provvisioni concernenti l’ordinamento della Repubblica fiorentina, Rome, (...)
  • 23 Piero Parenti, Storia Fiorentina, II, op. cit., p. 176.

16Dans un tel contexte, la nécessité de former les jeunes citoyens à la pratique de la diplomatie apparaît comme un enjeu crucial, susceptible, à terme, de fluidifier le jeu politique. Cette volonté n’est pas nouvelle : elle s’était déjà traduite, en vertu du texte législatif du 30 avril 1498, par la création de la charge de « giovane ambasciatore »22, dont Piero Parenti souligne qu’elle « donna de l’espoir aux jeunes vertueux, et fut approuvé par l’universalité du peuple, bien qu’il ne plût guère aux Primati »23. Ce texte introduisait l’élection, au sein du conseil des Quatre-Vingts, d’un jeune, âgé de 24 à 40 ans, chargé d’accompagner chaque ambassadeur ou commissaire mandaté par la cité, afin que les

  • 24 Giorgio Cadoni (éd.), Provvisioni…, op. cit., p. 77. Il est également fait référence à cette charge (...)

jeunes citoyens soient incités à la vertu et aux bons usages, dans l’espoir que, de la sorte, ils soient facilement désignés aux honneurs et dignités de votre cité, et afin qu’ils acquièrent quelque prudence en matière du gouvernement de la république par l’expérience des choses, surtout par celles qu’on traite hors de la cité par l’intermédiaire de vos ambassadeurs et commissaires généraux au camp24.

  • 25 Ibidem, p. 75.
  • 26 Sur les quatre citoyens envoyés à ce titre hors les murs dont nous avons trouvé trace, seul Niccolò (...)

17Le but de ce processus de formation des jeunes citoyens à la diplomatie, souligne Giorgio Cadoni, était de « faire face à la nécessité de constituer une classe de jeunes aspirants à la carrière politique qui fussent non seulement compétents et expérimentés, mais également d’une loyauté constitutionnelle éprouvée »25. Bien que quelques jeunes citoyens26 aient profité de cette loi pour s’aguerrir, ce projet se clôt toutefois sur un échec patent, que Bartolomeo Cerretani synthétise ainsi :

  • 27 Bartolomeo Cerretani, Storia fiorentina, a cura di Giuliana Berti, Istituto Nazionale di Studi sul (...)

La loi qui prévoyait qu’on envoyât en légation les jeunes fut faite afin d’instruire, d’éduquer et de renouveler des hommes dans la république, pour pouvoir les utiliser en cas de besoin. Mais très vite on en oublia le but, car on la mit en œuvre avec tant d’ambition qu’en quelques mois elle périclita27.

18Après la désignation de Piero Soderini comme Gonfalonier à vie, l’urgence de la stabilisation institutionnelle cède la place à un processus de pérennisation du régime, qui autorise enfin une ébauche de prospective à moyen terme. Or, le personnel politique actif durant la dernière décennie du régime souffre d’un profond manque de compétence, car il est en majorité composé d’individus qui ont eu très peu de responsabilités sous le régime médicéen et qui ne jouissent pas, en raison de leur appartenance aux catégories médianes, de l’expérience collective que s’est auto-transmise l’oligarchie, génération après génération. La survie du régime passe donc par la création d’un groupe dirigeant efficace, formé à la pratique politique par une expérience personnelle et précoce des charges et des responsabilités, dont Machiavel, de par sa proximité personnelle avec Soderini, devient le représentant paradigmatique.

  • 28 Francesco Guicciardini, Storie fiorentine…, op. cit., p. 411.
  • 29 Ibidem, p. 413.

19L’arrivée massive au sein des offices principaux de la cité, à partir de 1507, d’un grand nombre de jeunes citoyens issus, pour beaucoup, des catégories médianes témoigne de ce qu’une nouvelle génération commence à investir le champ politique intérieur à la fin de la première décennie du siècle. Selon Guicciardini, on doit cette intrusion massive à la volonté de Soderini, convaincu que, « s’il mettait le gouvernement des affaires d’importance entre les mains des hommes de bien, comme ceux-ci étaient sages et jouissaient d’une grande autorité, ils en disposeraient à leur guise et ne suivraient pas son avis28 ». Soderini s’entoure alors de « quelques hommes d’autorité et de quelques jeunes dont la réputation était grandissante, qui s’étaient donnés à lui corps et âme29 ». Le recours à des individus plus jeunes et issus en grand nombre des catégories médianes – et par voie de conséquence le rejet du personnel précédent, plus âgé et presque uniquement composé de membres de l’oligarchie – est perçu comme un geste fort d’antagonisme par les Ottimati. Dans un contexte de blocage institutionnel, la valorisation de l’expérience individuelle, au moins autant que l’appartenance à un groupe socio-politique, qualifie donc désormais le citoyen comme acteur de la vie de la cité. C’est dans cette perspective qu’il faut lire les envois récurrents de Machiavel en France à partir de 1500, puis de Vettori, accompagné du même Machiavel, en Allemagne en 1507. La participation aux missions diplomatiques apparaît désormais comme une étape fondamentale dans le processus de formation politique, du moins pour les citoyens les plus prometteurs.

  • 30 On compte ainsi en 1507, au sein des conseils restreints, soixante-quatre citoyens âgés de plus de (...)
  • 31 Infra, p. 179-180.

20Durant les dernières années du régime sodérinien, cependant, ce phénomène de rajeunissement du personnel politique prend des proportions beaucoup plus limitées. La jeune génération peine à pénétrer les conseils restreints, qui sont dominés par des hommes d’âge mûr, principalement issus de l’oligarchie – des hommes qui, au moment de l’instauration de l’ordonnancement institutionnel de décembre 1494, avaient déjà entre quarante et cinquante ans30. Dans un contexte géopolitique de plus en plus tendu et incertain, l’expérimentation politicienne de Soderini cède donc le pas à un cadre de pensée plus traditionnel, où la jeunesse n’est plus un élément qualifiant – ou, du moins, l’élément qualifiant dominant. En d’autres termes, plus la conjoncture se révèle complexe à analyser, et plus se vérifie une tendance à compenser cette perte de repères externes à la cité par une crispation autour de nœuds de pensée traditionnels, qui servent de balises auxquelles, dans une réalité mouvante, il convient de se rattacher collectivement. C’est dans un tel contexte qu’intervient la désignation de Guicciardini pour sa mission espagnole31, qu’il faut donc lire tout à fait différemment des envois de Machiavel et de Vettori en France et en Allemagne.

Notes

1 Sur l’expérience française de Machiavel, voir Raffaele Ruggiero, Machiavelli e la crisi dell’analogia, Bologne, Il Mulino, 2015, p. 72-102.

2 Corrado Vivanti revient sur l’importance des années de Chancellerie dans la formation de Machiavel in « L’apprentissage de l’art politique », in Alessandro Fontana, Jean-Louis Fournel, Xavier Tabet et Jean-Claude Zancarini (éd.), Langues et écritures de la république et de la guerre. Études sur Machiavel, Gênes, Name edizioni, 2004, p. 403-415. Sur le fonctionnement de la Chancellerie et son rôle, notamment dans la politique diplomatique florentine, voir Andrea Guidi, Un segretario militante. Politica, diplomazia e armi nel Cancelliere Machiavelli, Bologne, Il Mulino, 2009, p. 37-107.

3 Voir Jean-Marc Rivière, « Les vecteurs de l’autorité politique dans la mutation institutionnelle florentine (1494-1502) », Cahiers d’Études Romanes, no 30, Les mots du politique, 2015, p. 59-71.

4 Infra, p. 63-64.

5 Un troisième texte, la Notule pour qui rend en ambassade en France, a parfois été attribué à Machiavel et rattaché à ses légations en France. Alessandro Montevecchi l’a ainsi inséré dans son édition des Istorie fiorentine e altre opere storiche e politiche, tout comme l’a fait Christian Bec dans les diverses éditions de sa traduction des écrits machiavéliens. Il a toutefois été rejeté, en raison de sa nature et de ses particularités stylistiques, par Jean-Jacques Marchand et par Corrado Vivanti, et ne figure pas dans le volume consacré aux Scritti politici minori de l’Edizione nazionale delle opere de Machiavel. Nous avons choisi pour notre part, dans la mesure où s’agit d’un texte qui présente d’indéniables qualités documentaires quant aux usages diplomatiques en vigueur, de le placer en Annexe, en faisant suivre le nom de Machiavel d’un point interrogation.
Il convient par ailleurs de relier indirectement à la première légation en France le Discursus de pace inter imperatorem et regem, texte fragmentaire rédigé au début du mois d’avril 1501, qui répond à une sollicitation spécifique : interrogé sur la solidité et la pérennité de la trêve établie entre Louis XII et l’empereur Maximilien, Machiavel y retranscrit les arguments développés par un interlocuteur inconnu (peut-être, selon Sergio Bertelli, Florimond Robertet), rencontré à la Cour de France.

6 Voir Jean-Jacques Marchand, entrée « Natura Gallorum, De », in Gennaro Sasso et Giorgio Inglese (éd.), Machiavelli. Enciclopedia Machiavelliana, op. cit., II, p. 223.

7 Voir Raffaele Ruggiero, Machiavelli e la crisi dell’analogia, op. cit., p. 72.

8 Ainsi, par exemple, Machiavel et Francesco della Casa, à bout de ressources, vont-ils jusqu’à menacer la Signoria, dans leur lettre du 3 septembre 1500, de rentrer toutes affaires cessantes à Florence si on ne leur fait pas parvenir de quoi subvenir à leurs besoins, in Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, vol. 1, op. cit., p. 132.

9 Jean-Jacques Marchand, entrée « Natura Gallorum, De », op. cit., p. 224.

10 Corrado Vivanti, Nota ai testi, in Niccolò Machiavelli, Ritratti e rapporti diplomatici, op. cit., p. 54. Sur la datation de ce texte, voir l’entrée correspondante, rédigée par Marina Marietti, in Gennaro Sasso et Giorgio Inglese (éd.), Machiavelli. Enciclopedia Machiavelliana, op. cit., II, p. 439.

11 Raffaele Ruggiero a ainsi montré comment le chapitre III du Prince a été influencé par les Louenges de Louys XII de Claude de Seyssel, sans exclure que Machiavel en ait déjà eu connaissance en 1511, in Raffaele Ruggiero, Machiavelli e la crisi dell’analogia, op. cit., p. 79 et 82.

12 Sur le plan chronologique, le Portrait a été rédigé entre le Discours sur les choses d’Allemagne et sur l’Empereur et le Portrait des choses d’Allemagne. Voir infra, p. 64.

13 Agnès Bayrou, « La dynamique des corps politiques », in Giulio De Ligio (éd.), Le problème Machiavel. Science de l’homme, conscience de l’Europe, Actes du colloque (Paris, 4 et 5 octobre 2013), Paris, Cahiers de l’Hôtel de Galliffet, 2014, p. 65-81.

14 Sur la situation diplomatique florentine, et en particulier sur ses liens avec la situation intérieure de la cité, voir Sergio Bertelli, « Machiavelli e la politica estera fiorentina », in Myron P. Gilmore (éd.), Studies on Machiavelli, Florence, Sansoni, 1972, p. 31-72.

15 Felix Gilbert, « Idées, problèmes et institutions politiques à Florence à la fin du xve siècle », in Machiavel et Guichardin. Politique et histoire à Florence au xvie siècle, Paris, Seuil, 1996, p. 34.

16 Sur le débat autour de la posture diplomatique à adopter et sur les différents arguments utilisés par les partisans et adversaires de l’alliance avec la France, voir Piero Parenti, Storia Fiorentina, II (1496-1502), a cura di Andrea Matucci, Florence, Olschki, 2005, p. 276-279.

17 Intéressant, par exemple, est l’usage que fait Parenti de cette expression en juillet 1499 au sujet des relations diplomatiques avec la France, ibidem, p. 279.

18 Francesco Guicciardini, Avertissements politiques, op. cit., p. 70. Machiavel commente l’indécision diplomatique du régime républicain dans sa lettre à Vettori du 20 décembre 1514, in Niccolò Machiavelli, Lettere a Francesco Vettori e a Francesco Guicciardini, op. cit., p. 273. Vettori analyse lui aussi cet aveuglement persistant face à l’imminence de la catastrophe dans son Sommario della Istoria d’Italia, op. cit., p. 141. Il y a donc, chez les trois hommes, une prise de conscience concomitante née de l’analyse circonstanciée des événements.

19 Voir le Répertoire prosopographique annexé à Jean-Marc Rivière, L’espace politique républicain à Florence de 1494 à 1527 : réforme des institutions et constitution d’une élite de gouvernement, thèse de Doctorat sous la direction de Jean-Louis Fournel, Université Paris 8, 2005.

20 Riccardo Fubini, « L’uscita dal sistema politico della Firenze quattrocentesca dall’istituzione del consiglio maggiore alla nomina del gonfaloniere perpetuo », in I ceti dirigenti in Firenze dal gonfalonierato di giustizia a vita all’avvento del ducato, Comitato di studi sulla storia dei ceti dirigenti in Toscana, Atti del VII convegno, Firenze, 19-20 settembre 1997, Lecce, Conte, 1999, p. 35-36.

21 Guicciardini explique ainsi la décision d’envoyer à Arezzo, en 1502, Guglielmo de’ Pazzi, « homme léger et d’une piètre maîtrise, et universellement considéré comme tel dans la cité » par le fait que, « quand il était élu, il acceptait pour sa part de partir et s’empressait de le faire », in Francesco Guicciardini, Storie fiorentine dal 1378 al 1509, a cura di Alessandro Montevecchi, Milan, Rizzoli, 1998, p. 356-357.

22 Voir Giorgio Cadoni (éd.), Provvisioni concernenti l’ordinamento della Repubblica fiorentina, Rome, Nella sede dell’Istituto, 2000, p. 77-78. Sans doute ce texte vient-il sanctionner un usage existant de manière informelle par le passé : lors de la pratica du 26 avril 1498, Lorenzo Morelli demandait en effet qu’on envoyât en France « trois ambassadeurs, car tel était l’usage : un homme d’Église, un autre apte à demeurer là-bas et un jeune honorable », in Denis Fachard (éd.), Consulte e pratiche della Repubblica fiorentina (1498-1505), vol. 1, Genève, Droz, 1993, p. 83.

23 Piero Parenti, Storia Fiorentina, II, op. cit., p. 176.

24 Giorgio Cadoni (éd.), Provvisioni…, op. cit., p. 77. Il est également fait référence à cette charge dans le texte législatif du 23 septembre 1501 qui modifie la règle d’élection des commissaires, ibidem, p. 186-191.

25 Ibidem, p. 75.

26 Sur les quatre citoyens envoyés à ce titre hors les murs dont nous avons trouvé trace, seul Niccolò Capponi, envoyé comme « sottoimbasciatore » à Venise en 1499, effectue par la suite une carrière politique notable. Les trois autres citoyens cités comme « sottoimbasciatori » (Piero Ardinghelli, Alessandro Acciaiuoli et Francesco Pandolfini) occupent, à la suite de leur mission, des charges moindres.

27 Bartolomeo Cerretani, Storia fiorentina, a cura di Giuliana Berti, Istituto Nazionale di Studi sul Rinascimento, Florence, Olschki, 1994, p. 260. On ne trouve d’ailleurs plus trace dans les textes contemporains d’un diplomate envoyé hors les murs en tant que « giovane ambasciatore » après 1499.

28 Francesco Guicciardini, Storie fiorentine…, op. cit., p. 411.

29 Ibidem, p. 413.

30 On compte ainsi en 1507, au sein des conseils restreints, soixante-quatre citoyens âgés de plus de cinquante ans sur cent-huit élus, dont vingt-six ont dépassé les soixante ans. Voir Jean-Marc Rivière, Répertoire prosopographique…, op. cit.

31 Infra, p. 179-180.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search