Version classiqueVersion mobile

L’expérience de l’autre

 | 
Nicolas Machiavel
, 
Francesco Vettori
, 
Francesco Guicciardini

Note du traducteur

Texte intégral

1Ce volume réunit et fait dialoguer des textes de Machiavel, Vettori et Guicciardini qui, jusqu’à présent, ont toujours été présentés séparément.

2Nous avons fait le choix d’une traduction fidèle à ces écrits qui, du fait de leurs conditions de production et de leur destination, n’ont pas tous subi le même travail de polissage et de réécriture de la part de leurs auteurs. Ainsi, si les textes de Machiavel et la Relation d’Espagne de Guicciardini ont été rédigés dans un contexte officiel et ont fait l’objet d’un soin particulier dans leur mise en forme, le Journal de mon voyage en Espagne de ce dernier est une succession de notes, souvent répétitives et peu retravaillées, probablement destinées à un usage personnel ou à une diffusion restreinte. Le cas du Voyage en Allemagne de Vettori est encore différent, puisque les passages liés au voyage en lui-même apparaissent moins soignés que les différents inserts, narratifs ou justificatifs, qui ambitionnent une qualité stylistique supérieure.

  • 1 Sa traduction, publiée in Machiavel, Le Prince et les premiers écrits politiques (Paris, Garnier, 1 (...)

3Les textes de Machiavel consacrés à ses légations françaises et allemande ont, par le passé, tous été traduits par Christian Bec1. Nous avons choisi d’en proposer ici une traduction nouvelle, plus fidèle au texte sur le plan syntaxique, mais aussi lexical. Il nous est en effet apparu essentiel de ne pas polir outre mesure une langue qui, tout comme la pensée politique de son auteur, se forge au fil de ses missions.

4Le Voyage en Allemagne a été traduit en 1914 par Louis Passy et inséré dans le second tome de sa biographie de Francesco Vettori. Là encore, nous en proposons une traduction nouvelle, en vertu du principe général énoncé ci-dessus et du fait d’une langue qui, dans la traduction de Passy, apparaît désormais désuète au lecteur contemporain.

5Les deux textes de Francesco Guicciardini consacrés à sa légation espagnole sont inédits en français.

6Malgré l’inconfort de lecture que de tels principes de traduction ne manquent pas d’engendrer, nous avons choisi de respecter fidèlement les spécificités linguistiques de ces textes. Ainsi avons-nous conservé les latinismes, qui montrent notamment l’influence de la langue de Chancellerie sur le style de Machiavel, et n’avons-nous pas gommé les répétitions, ruptures syntaxiques et irrégularités morphologiques présentes en grand nombre dans le Voyage en Allemagne de Vettori et dans le Journal de mon voyage en Espagne de Guicciardini.

  • 2 Cette comparaison se révèle d’autant plus pertinente que nous partageons pleinement les choix de tr (...)

7Un tel choix permet non seulement de montrer ce qui sépare ou, au contraire, rapproche Machiavel, Vettori et Guicciardini sur le plan linguistique, à ce stade spécifique de leur évolution individuelle, mais également de donner au lecteur la possibilité d’établir une comparaison diachronique, à l’intérieur de leurs corpus respectifs, avec leurs écrits postérieurs2. Ceci permet en outre de révéler plus distinctement la manière dont les contextes linguistiques liés à leur activité professionnelle et à leur insertion socio-politique (écriture de chancellerie, comptes rendus des pratiche, libri di famiglia…) pèsent sur leur pratique scripturale de jeunesse.

8Les noms liés à la toponymie ont été modernisés, afin que le lecteur puisse suivre plus aisément les trajets empruntés par Vettori et Guicciardini. Parce qu’ils n’existent plus ou ont été retranscrits phoniquement par les auteurs, quelques lieux-dits ou villages n’ont pu être identifiés. Lorsque cela a été possible, nous avons alors indiqué en note l’hypothèse d’identification la plus vraisemblable.

9Les citations insérées dans ce volume, qu’elles soient issues d’autres sources textuelles ou bien d’analyses critiques, ont été traduites par nos soins, à l’exception des passages tirés du Prince de Machiavel, ainsi que des Avertissements politiques et de l’Histoire d’Italie de Guicciardini, pour lesquelles nous avons retranscrit les traductions de Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini.

10Les éditions de référence à partir desquelles ont été établis les textes réunis dans ce volume sont les suivantes :

Machiavel

11Niccolò Machiavelli, Dell’arte della guerra. Scritti politici minori, a cura di Denis Fachard, Jean-Jacques Marchand e Giorgio Masi, Rome, Salerno Editrice, 2001 :

  • De natura gallorum ;
  • Portrait des choses de France ;
  • Rapport sur les choses de l’Allemagne rédigé en ce jour du 17 juin 1508 ;
  • Discours sur les choses de l’Allemagne et sur l’Empereur ;
  • Portrait des choses d’Allemagne.

12Niccolò Machiavelli, Istorie fiorentine e altre opere storiche e politiche, a cura di Alessandro Montevecchi, Turin, UTET, 2007 :

13– Notule pour qui se rend en ambassade en France.

Francesco Vettori

14Francesco Vettori, Viaggio in Alamagna, in Francesco Vettori, Scritti storici e politici, a cura di Enrico Niccolini, Bari, Laterza, 1972.

Francesco Guicciardini

15Francesco Guicciardini, Diario del viaggio in Spagna, a cura di Bruno Maier e Mario Spinella, Pordenone, Edizioni Studio Tesi, 1993.

16Francesco Guicciardini, Relazione di Spagna, in Opere, a cura di Vittorio de Caprariis, Letteratura italiana. Storia e testi, vol. 30, Milan-Naples, Riccardo Ricciardi Editore, 1953.

Notes

1 Sa traduction, publiée in Machiavel, Le Prince et les premiers écrits politiques (Paris, Garnier, 1987), a été reprise par la suite in Machiavel, Œuvres (Paris, Robert Laffont, 1996).

2 Cette comparaison se révèle d’autant plus pertinente que nous partageons pleinement les choix de traduction adoptés par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini pour leurs diverses traductions de Machiavel et de Guicciardini, dont nous nous sommes ici inspirés.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search