Version classiqueVersion mobile

L’expérience de l’autre

 | 
Nicolas Machiavel
, 
Francesco Vettori
, 
Francesco Guicciardini

L’épreuve de la nouveauté1

Regards croisés sur la France, l’Allemagne et l’Espagne

Texte intégral

  • 1 Nous nous permettons de reprendre ici à notre compte l’heureux titre de la Présentation du no 6 (20 (...)
  • 2 Présentation de Paolò Carta et Romain Descendre au numéro « Géographie et politique au début de l’â (...)

1Dans leur présentation au numéro « Géographie et politique au début de l’âge moderne » de la revue Laboratoire italien, Paolo Carta et Romain Descendre ont souligné la concomitance entre la nouvelle conception du monde née des grandes découvertes et les mutations en cours dans le champ politique. Ainsi ont-ils formulé l’hypothèse selon laquelle « géographie et politique, tant au niveau pratique que théorique, atteignent parallèlement, à l’orée du xvie siècle, ce seuil périlleux au-delà duquel rien n’est plus comme avant2 ».

  • 3 Bien que le Voyage en Allemagne de Francesco Vettori ait été rédigé quelques années après le retour (...)

2Cette intuition se trouve confirmée, nous semble-t-il, par les textes rassemblés dans ce volume. Qu’il s’agisse de récits de voyage (Journal de mon voyage en Espagne de Guicciardini et Voyage en Allemagne de Vettori), de notations à caractère aphoristique (De natura gallorum de Machiavel) ou bien de relations diplomatiques (Portrait des choses de France, Rapport sur les choses de l’Allemagne et sur l’Empereur, Discours sur les choses de l’Allemagne, Portrait des choses d’Allemagne de Machiavel, Relation d’Espagne de Guicciardini), ceux-ci témoignent, en ultime analyse, d’un profond changement de perspective. Au-delà de leur hétérogénéité, ces écrits présentent la particularité d’avoir tous été rédigés par des individus jeunes et peu expérimentés3 à l’occasion de missions diplomatiques qui leur donnent l’opportunité de s’aventurer pour la première fois hors de la péninsule italienne, à un stade précoce du développement de leur pensée politique. Confrontés à un environnement nouveau qu’il leur faut comprendre et analyser, à défaut de pouvoir le maîtriser, nos trois voyageurs ouvrent grand leurs yeux et, même si l’objet et l’étendue de leur curiosité diffèrent, leur démarche relève d’une même volonté de voir personnellement le monde, condition préliminaire et indispensable à la compréhension de celui-ci.

3Sans doute faut-il distinguer, dans cette curiosité partagée, le témoignage d’une inclination naturelle commune. Mais il convient également d’y voir le signe d’une nécessité, car la relation qui lie ces voyageurs à l’univers étrange (au double sens étymologique et littéral) qui les entoure ressortit souvent de l’affrontement : contre la nature, d’abord, qui leur oppose des montagnes à gravir et des fleuves à franchir ; contre les populations locales, ensuite, dont les mœurs diffèrent parfois grandement des usages florentins ; contre des cours, enfin, qui accueillent les ambassadeurs avec le respect dû à leur fonction, mais aussi avec la prévention et le mensonge engendrés par les principes mêmes de l’échange diplomatique. Pas plus Machiavel que Vettori ou Guicciardini, cependant, n’ont été préparés à cette étrangeté.

  • 4 Voir Cécile Terreaux-Scotto, Les âges de la vie dans la pensée politique florentine, Genève, Droz, (...)

4Florence présente en effet la particularité d’être une ville de paradigmes, dans laquelle on contemple traditionnellement les objets et les événements extérieurs à la cité selon des critères d’analyse intrinsèques. Ainsi les jeunes générations sont-elles formées à la vie publique grâce à des instruments d’éducation collectifs qui, pour l’essentiel, sont issus de l’expérience des aïeux : tant les libri di famiglia4 que les chroniques citadines offrent des points de référence, sortes d’exempla pédagogiques qu’il faut prendre en considération avant toute prise de décision. Ce mode de pensée analogique dicte leurs lignes directrices aux comportements individuels comme aux grandes orientations politiques de la cité. Le monde extérieur y est donc observé à travers un prisme local avec, en contrepoint, l’idée selon laquelle le passé sert à juger le présent et à pronostiquer l’avenir, selon le double présupposé de la cyclicité historique et de l’enchaînement logique des événements.

  • 5 Jean-Louis Fournel a clairement mis en évidence la nouvelle logique politique qui se trouve induite (...)

5Au moment où éclatent les guerres d’Italie, ce schéma d’analyse perd toute pertinence : non seulement les exemples du passé se révèlent soudain incapables d’expliciter des mutations brutales et peu intelligibles, mais aucune forme de causalité simple ne parvient à donner du sens à l’enchevêtrement factuel auquel est soumise la Péninsule depuis l’intrusion de Charles VIII5. Comme l’ont fort justement noté Marie Gaille-Nikodimov, Pierre Girard et Olivier Remaud,

  • 6 Marie Gaille-Nikodimov, Pierre Girard et Olivier Remaud, Présentation à Laboratoire italien, no 6, (...)

sans doute l’un des moments-phares de l’épreuve de la nouveauté pour la pensée politique italienne est-il celui du tournant du xvie siècle. Les guerres d’Italie, qui fragilisent les institutions civiles, obligent les acteurs et les penseurs politiques, les philosophes et les historiens, à observer leur présent afin de déterminer si les instruments du gouvernement des hommes et les catégories de pensée dont ils disposent sont adaptés à la situation. L’épreuve de la nouveauté s’avère alors indissolublement pratique et théorique6.

  • 7 Infra, p. 152.
  • 8 Comme l’a relevé Jean-Louis Fournel, « l’histoire doit se faire histoire pour le présent et donc hi (...)

6Francesco Vettori résume parfaitement ce nouvel état d’esprit lorsqu’il indique, en exergue du Cinquième livre du Voyage en Allemagne, qu’« il ne peut être parfaitement avisé, celui qui n’a pas connu beaucoup d’hommes et vu de nombreuses villes7 ». Le travail méthodologique qu’il entreprend en compagnie de Machiavel et de Guicciardini, à l’occasion de leurs missions d’ambassade respectives, consiste en réalité à surmonter le brouillage engendré par ce substrat mixte de connaissances héritées des anciens et de paradigmes locaux désormais inutiles, car inadaptés aux nouvelles « conditions des temps » présents8. Ce qui relie leurs diverses expériences hodéporiques, c’est donc l’idée qu’il faut associer, à cette connaissance collective et indirecte d’un monde centré sur l’histoire florentine, l’expérience individuelle et directe d’un espace européen désormais ouvert.

  • 9 Rappelons ici les mots de Machiavel qui, dans son Memoriale a Raffaello Girolami, indique que l’hon (...)

7Associer, et non substituer : telle est la difficulté9 immédiate de cette synthèse, mais aussi la base de ses réussites futures. Jean-Claude Zancarini a montré, dans un passage que nous transcrivons ici intégralement pour mieux en suivre le cheminement logique, le lien entre ce bouleversement méthodologique et les œuvres majeures de Machiavel et de Guicciardini, auxquelles on peut ici adjoindre le trop négligé Sommario della Istoria d’Italia de Vettori :

  • 10 Jean-Claude Zancarini, « Machiavel et Guicciardini : guerre et politique au prisme des guerres d’It (...)

L’expérience tend à devenir une méthode nécessaire, et revendiquée ouvertement comme telle, d’approche de la réalité. On connaît la formule de Machiavel qui invite, dans le chapitre 15 du Prince, à « suivre la vérité effective de la chose », andare drieto alla verità effettuale della cosa ; Guicciardini indique pour sa part, dans le Dialogo del Reggimento di Firenze, qu’il faut considérer « la vraie nature des choses », la natura delle cose in verità et il invite à « la considération ou à l’examen des choses », la considerazione o discorso delle cose, car les hommes se laissent souvent à ce point tromper par les noms qu’ils ne connaissent pas des choses. Cette démarche pragmatique ne signifie pas pour autant qu’ils abandonnent les connaissances qui viennent de la tradition et de leur formation. Le lien nécessaire entre l’expérience du présent et la lecture des Anciens est affirmé à plusieurs reprises par Machiavel. La formulation la plus célèbre de ces deux piliers de la connaissance est celle de la lettre de dédicace du Prince : « la cognizione delle actioni delli uomini grandi, imparata da me con una lunga experienza delle cose moderne et una continua lectione delle antiche10 ».

8Pour Machiavel, Vettori et Guicciardini, faire « l’expérience de l’autre », c’est donc se placer au point de jonction entre une mémoire du passé cristallisée, un présent dépourvu d’accroches logiques aisément préhensibles et un avenir difficile à lire. C’est, de surcroît, inventer l’outillage mental nécessaire à la compréhension de cet environnement nouveau.

  • 11 Bien que de tels rapports aient été rendus obligatoires par des décrets promulgués en 1125 et 1178, (...)
  • 12 Or, note Alessandro Fontana à propos des relations diplomatiques vénitiennes, l’ambassadeur, dans d (...)
  • 13 Ainsi, malgré son indéniable efficacité rhétorique, jugeons-nous trop rapide la formule d’Alessandr (...)

9L’outil premier de ce processus de pénétration du monde, on l’a dit, est le regard. Or, regarder porte ses fruits seulement si l’on sait voir, c’est-à-dire si l’on se montre capable de déterminer quoi observer, d’où observer cet objet et comment l’observer. C’est cela, surtout, qui sépare les textes rassemblés dans ce volume des relations d’ambassades vénitiennes telles qu’elles se systématisent à la fin du xve siècle11 : il est avant tout question, ici, d’un point de vue sur le monde, depuis lequel on détermine ce qui mérite d’être vu, non pas de manière absolue ou exhaustive12, mais en fonction d’une finalité particulière. Il y est question, en somme, d’une prise de distance induite par une focalisation spécifique et consciente. On comprend dès lors que, loin d’être antinomiques, le regard que porte Machiavel sur les rapports entre un territoire, des institutions et un peuple, celui qu’étend Vettori sur les traces laissées par l’histoire, tout au long de son trajet vers Constance, et celui que pose Guicciardini sur la relation entre un territoire, saisi dans ses spécificités géographiques et topographiques, et la société qui s’y crée, sont complémentaires13. C’est bien parce qu’ils s’entrecroisent, se nourrissent et se répondent l’un l’autre – parce qu’ils se constituent en réseau –, que leur juxtaposition fait sens et que les écrits qui en découlent trouvent leur place, côte à côte, dans ce volume.

  • 14 Voir Jean-Marc Rivière, « L’émergence de l’individualité comme modalisateur du discours politique c (...)
  • 15 Infra, p. 33-35.
  • 16 Niccolò Machiavelli, Lettere a Francesco Vettori e a Francesco Guicciardini, a cura di Giorgio Ingl (...)

10En matérialisant, par leur propre cheminement, cette nécessité de se former grâce à une expérience directe du monde, Machiavel, Vettori et Guicciardini incarnent un modèle politique nouveau, davantage basé sur l’exacerbation des qualités individuelles que sur l’appartenance collective à un groupe social14 : parce qu’elle relève davantage de l’apprentissage que de l’héritage, la pratique individuelle fonde désormais la compétence politique15. En d’autres termes, si gouverner devient un métier, alors il faut que ceux qui s’adonnent à cette activité y soient formés plutôt que destinés. Un tel transfert rend moins malaisée la compréhension du maelström de forces concurrentes qui s’abattent sur l’Italie, mais elle n’en est pas, pour autant, une garantie absolue d’explicitation. Car, comme l’observe Vettori en conclusion de sa lettre à Machiavel du 16 mai 1514, « ces rois et ces princes sont des hommes comme vous et moi, et je sais que, nous, nous faisons beaucoup de choses au hasard, y compris dans des matières qui nous importent grandement, et on peut ainsi penser qu’ils agissent eux aussi de la sorte16 ».

  • 17 Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, a cura di Sergio Bertelli, vol. 2, Milan, Feltrinelli (...)
  • 18 Niccolò Machiavelli, Memoriale a Raffaello Girolami, op. cit., p. 122.

11Il y a donc, dans les affaires italiennes et, plus généralement, dans celles de l’Europe continentale, une part incompressible d’éléments indépendants de toute concaténation logique. Dès lors, comme le note Vettori dans sa lettre aux Dix du 8 février 1508, les émissaires hors les murs se trouvent confrontés à une équation apparemment insoluble : leur mission consiste à déterminer une ligne directrice pour la politique de la cité sur la base de conjectures qui, « dans un événement sujet au doute, doivent avoir valeur de certitudes17 ». Il y a là un paradoxe fondamental, mais aussi un passionnant défi intellectuel, que souligne Machiavel dans son Memoriale a Raffaello Girolami : « Les ambassades, écrit-il en effet, sont, dans une cité, l’une de ces choses qui font honneur à un citoyen, et on ne peut pas dire apte aux affaires de l’État celui qui n’est pas apte à assumer cette charge18. »

  • 19 « Écrire l’histoire qui est en train de se passer », ont fait observer Jean-Louis Fournel et Jean-C (...)

12Ce sont les traces d’une volonté partagée de se montrer à la hauteur d’un tel défi que nous trouvons dans ce volume. À bien y regarder, Machiavel, Vettori et Guicciardini répondent, chacun à leur manière, à une seule et même question : quel cadre formel donner à l’information brute pour transformer celle-ci en un instrument d’analyse à vocation prédictive, pour soi19 certes, mais aussi pour ceux qui, depuis la cité, doivent penser et mettre en œuvre l’action politique ? Les solutions qu’ils adoptent divergent dans leur nature ; c’est cependant moins, nous semble-t-il, la question du genre qui importe ici que celle de la langue. Ainsi partageons-nous l’analyse de Marie Gaille-Nikodimov, Pierre Girard et Olivier Remaud, lorsqu’ils écrivent que

  • 20 Marie Gaille-Nikodimov, Pierre Girard et Olivier Remaud, Présentation à Laboratoire italien, no 6, (...)

la description de la nouveauté est une opération tout aussi complexe que son appréhension. La signification de ce qui est perçu comme nouveau ne réside pas a priori dans la langue ordinaire et disponible. Celui qui en fait l’expérience se voit souvent contraint d’inventer une autre langue, de forger des catégories analytiques, de créer des institutions et d’imaginer des modes de l’action afin de décrypter la situation et de caractériser l’urgence du moment. La description du nouveau est prise dans le langage que l’on choisit d’employer et le système de valeurs qui lui est propre20.

  • 21 Leur correspondance privée, notamment celle qu’échange Guicciardini depuis l’Espagne avec son père (...)
  • 22 Ajoutons que l’exercice de la correspondance diplomatique relève par ailleurs, avant tout, de la né (...)

13La mise en résonance des différents textes réunis dans ce volume amène plusieurs remarques à ce propos. En premier lieu, on observe une homogénéité sémantique et syntaxique dans les écrits de même nature : ainsi les parties strictement liées au récit de voyage chez Vettori sont-elles très proches sur le plan linguistique (y compris dans l’usage répétitif de formulations peu travaillées) du Journal de mon voyage en Espagne de Guicciardini, tout comme la Relation d’Espagne de ce dernier l’est du Portrait des choses de France machiavélien. Il est par ailleurs frappant d’observer combien la langue employée par Machiavel, Vettori et Guicciardini diffère de celle dont ils usent dans leur correspondance diplomatique21, dont le genre impose un plus grand niveau de formalisme22. Il est intéressant, surtout, de comparer cette dernière aux textes qui ressortissent de la catégorie générique des relations d’ambassade (Portrait des choses de France, Rapport sur les choses de l’Allemagne et sur l’Empereur, Discours sur les choses de l’Allemagne, Portrait des choses d’Allemagne de Machiavel, Relation d’Espagne de Guicciardini), dont la rédaction est, sinon concomitante, du moins rapprochée sur le plan chronologique. Car, si le discours porte dans les deux cas sur le même objet, les modalités de sa mise en œuvre divergent notablement. Dans la correspondance diplomatique, le discours procède en effet par juxtaposition d’éléments informatifs, selon une logique paratactique et cumulative. Le sens s’y dégage grâce à un phénomène de décantation à long terme, la responsabilité de l’interprétation des faits étant abandonnée aux destinataires des missives, à savoir les Dix ou les membres de la Signoria. Dans les relations d’ambassade de Machiavel et de Guicciardini, le discours progresse au contraire selon un processus de resserrements progressifs autour de l’objet investigué, et c’est l’auteur qui assume la responsabilité finale de l’analyse. Là, donc, où la correspondance officielle est l’expression d’une perception, les relations d’ambassade sont le produit d’une synthèse : elles engagent l’entendement, sur la base de l’observation des phénomènes et des objets étudiés.

  • 23 Alessandro Fontana, « L’échange diplomatique… », op. cit., p. 26. Voir par ailleurs, du même auteur (...)
  • 24 Carla Frova, « Le traité De fluminibus de Bartolo da Sassoferrato (1355) », Médiévales, no 36, 1999 (...)
  • 25 Romain Descendre, « L’arpenteur et le peintre. Métaphore, géographie et invention chez Machiavel », (...)
  • 26 Ibidem, p. 65.
  • 27 Cristina Ion, « Vivre et écrire la politique chez Machiavel : le paradigme du ritratto », Archives (...)

14Dans ses articles fondateurs consacrés à la pratique diplomatique après 1494, Alessandro Fontana a fait observer le lien intime existant entre la relation d’ambassade, telle qu’elle est notamment produite par les émissaires vénitiens, et l’image. Cette production, a-t-il noté, s’apparente à la cartographie car, « comme une carte, elle rend visible l’espace de cette politique par une description des données23 ». Le lien entre la description écrite d’un territoire et sa saisie figurative est toutefois plus ancien : en 1355, Bartolo da Sassoferrato insère ainsi dans son traité De fluminibus des images du Tibre qui, comme l’a relevé Carla Frova, « sont en quelque sorte la matérialisation sur la carte, sous forme de lignes et de couleurs, de la volonté de rétablir l’ordre dans les relations entre les hommes, continuellement troublés par le comportement changeant du fleuve24 ». Ainsi que l’a signalé Romain Descendre, Machiavel lui-même accorde dans son œuvre postérieure une place notable aux comparaisons et métaphores d’ordre spatial ou géographique25. Fondée sur une connaissance précise du territoire, « cette métaphorique géographique et picturale », indique Descendre, « permet à Machiavel de mettre en valeur les compétences très précises qui doivent servir à l’analyse et à l’action politique26 ». Sans doute, dans le cas des textes qui nous intéressent ici, peut-on aller plus loin encore dans l’analyse du rapport entre image et pratique diplomatique. Un indice majeur nous est donné par Machiavel lorsque, entre 1510 et 1512, il abandonne les dénominations « rapport » (rapporto) et « discours » (discorso), employées dans ses écrits germaniques, au profit du terme « portrait » (ritratto), qu’il utilise à deux reprises à propos des affaires de France et d’Allemagne. Comme l’a souligné Cristina Ion, ce choix est hautement signifiant : « le ritratto, a-t-elle écrit, représente le paradigme de l’approche machiavélienne de l’expérience. Il témoigne de la mise au point politique du regard sur l’histoire27 ».

  • 28 Ainsi ces dernières, malgré une forme et des conditions de production différentes, ont-elles un lie (...)
  • 29 Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini, tornato ambasciatore dall’imperatore Massimiliano (...)
  • 30 Infra, p. 184-185.

15Par ailleurs, si l’on compare la démarche entreprise par Machiavel dans ses deux Portraits à celle que mène Guicciardini dans sa Relation d’Espagne, rédigée – et cela n’est pas casuel – durant la même période, on note de fortes similitudes dans la mise en œuvre comme dans la finalité du discours. De fait, le texte que Guicciardini consacre à l’Espagne s’apparente davantage aux « portraits » machiavéliens qu’aux « relations » diplomatiques vénitiennes28. Il n’est qu’à le comparer à l’archétype du genre, la Relazione consacrée par l’ambassadeur vénitien Vincenzo Querini à sa brève légation auprès de l’empereur Maximilien29, pour le constater. Ce choix lexical s’explique sans doute par le fait que Guicciardini a ainsi voulu insérer son écrit dans un genre qui, désormais, semble indissociable de la pratique diplomatique elle-même. Dans un contexte pénible, au sein duquel il lui faut en permanence justifier son rôle et sa présence à la cour de Ferdinand30, une telle dénomination lui permet de donner davantage de lustre à son rapport final et, par ricochet, de consistance à sa mission elle-même.

16Revenons, à ce point, sur le terme « ritratto » tel qu’il est ici employé par Machiavel. Comme on l’a dit plus haut, ce terme est l’expression d’un choix sémantique fort, puisqu’il vient remplacer des dénominations plus convenues et qu’il est utilisé par Machiavel à deux reprises sur un arc chronologique très bref. Ce constat ouvre sur deux nouvelles questions. Pourquoi, d’abord, Machiavel est-il sorti du champ sémantique propre à la diplomatie pour adopter un terme qui ressortit du lexique des arts figuratifs ? Pourquoi, ensuite, ce bouleversement lexical intervient-il précisément au tournant entre la première et la deuxième décennie du siècle ?

  • 31 Ainsi a-t-il souligné que « l’art de peindre une historia est bien, en définitive, une historiograp (...)
  • 32 Leon Battista Alberti, De Pictura (1435) / De la Peinture, traduction de Jean-Louis Schefer, Paris, (...)
  • 33 Norbert Schneider, « Aequalitas. Contribution à l’art du portrait chez Jan van Eyck », in Dominic O (...)

17Pour répondre à notre première interrogation, il y a déjà longtemps que Daniel Arasse a eu l’intuition (malheureusement non approfondie) qu’un lien chronologique et conceptuel fort existait entre l’avènement de la pensée historiographique et l’évolution de la peinture italienne durant la seconde moitié du xve siècle31. Lorsqu’ils parcourent la France, l’Allemagne ou l’Espagne, et qu’ils posent leur regard sur ce qui les entoure, Machiavel et Guicciardini sont à la recherche de signes, dans l’exacte acception que donne à ce terme Leon Battista Alberti dans son De Pictura (I 2) : « J’appelle signe ici tout ce qui est situé sur une surface de manière à pouvoir être perçu par l’œil32 ». Une fois convenablement reliés grâce au travail de l’entendement, ces signes dessinent une image. Les textes que nous analysons ici font ainsi œuvre de re-praesentatio, « une restitution de la présence conçue de telle manière que dans l’imago les signes naturels se trouvent restitués en corrélation, pour ainsi dire un par un », selon les mots de Norbert Schneider33. Machiavel et Guicciardini travaillent donc bien ici à « ritrarre », c’est-à-dire, littéralement, à tracer un trait, à relier entre elles les données brutes tirées de l’observation pour représenter un ensemble cohérent, organisé sous forme de système. La synthèse dont leurs écrits sont la concrétisation matérielle s’appuie donc sur deux phases distinctes : d’abord, par l’entremise du regard, celle de la captation d’une identité (collective, dans le cas d’une nation ; individuelle, mais intimement liée à la première, dans le cas d’un souverain), puis, au moyen du verbe et de l’entendement, celle de sa retranscription et de sa mise en forme systémique. L’équivalent littéral du verbe ritrarre dans la langue française, « pourtraire », présente une étymologie identique, comme le signale Dominic Olariu :

  • 34 Dominic Olariu, La genèse de la représentation ressemblante de l’homme. Reconsidérations du portrai (...)

pourtraire se réfère, dès son apparition au xiie siècle dans la langue française, à la ressemblance, à une mimesis aussi détaillée que possible. Le mot souligne la surface matérielle d’un corps et sa reproduction dans une représentation. Il faut même aller plus loin : la pourtraiture ne fait pas seulement référence à l’imitation méticuleuse ; cette dernière devient la signification la plus commune de la pourtraiture aux xiiie et xive siècles. C’est à juste titre, par conséquent, que les recherches insistent sur la ressemblance des portraitures34.

  • 35 Un argument supplémentaire en faveur de cette correspondance nous est fourni par l’usage récurrent (...)

18Ceci nous amène à une double conclusion : ce que font Machiavel et Guicciardini dans leurs relations d’ambassade relève bien du ritratto, au sens figuratif du terme, et la traduction de ce terme par son équivalent littéral français « portrait » se justifie donc pleinement35.

19Cette intégration des catégories des arts figuratifs dans le champ diplomatique et, plus largement, dans le champ politique repose sur l’idée, explicitée par Hans Belting, selon laquelle l’image procède fondamentalement d’une investigation anthropologique du monde. Ainsi, écrit-il,

  • 36 Hans Belting, Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard, 2004, p. 18. Ceci nous est confi (...)

une « image » est plus que le produit d’une perception. Elle apparaît comme le résultat d’une symbolisation personnelle ou collective. Tout ce qui passe sous nos yeux, qu’il s’agisse de la vision physique ou du regard intérieur, se lève donc élucidé ou transformé en images. Aussi la notion d’image, si l’on veut bien la prendre au sérieux, ne saurait-elle être en définitive qu’une notion anthropologique36.

  • 37 Hans Belting, Miroir du monde. L’invention du tableau dans les Pays-Bas, Paris, Hazan, 2014, p. 44- (...)
  • 38 Hans Belting, « Le portrait médiéval et le portrait autonome. Une question », in Dominic Olariu (éd (...)
  • 39 Dominic Olariu, La genèse de la représentation…, op. cit., p. 37.

20Poussant plus avant son raisonnement, Belting a montré dans ses études sur l’avènement du portrait individuel dans l’art occidental comment le « simple spectacle de l’être humain » devient, durant les dernières décennies du xve siècle, le ferment d’une nouvelle vision du monde37, dans laquelle les auteurs ont désormais le droit d’observer et de dépeindre les hommes sur la base de la vérité descriptive. La mutation fondamentale, nous dit toujours Belting, concerne le passage de la description picturale des corps sociaux, dotée d’une fonction emblématique et symbolique, à celle des corps matériels, basée sur la ressemblance physionomique38. Le portrait en vient alors à assumer une puissance documentaire inédite. Cette translation, initiée aux Pays-Bas durant la seconde moitié xve siècle, atteint le reste de l’Europe à l’extrême fin du siècle. Ainsi, comme l’a indiqué Dominic Olariu, « les termes portrait, « ritratto » et « conterfey » ne désignent des images artistiques d’un être humain qu’à partir du tournant des xve et xvie siècles39 ». Les années 1510-1512, durant lesquelles Machiavel emploie dans ses écrits de légation le terme « ritratto », correspondent donc au moment où celui-ci, dans sa nouvelle acception figurative, atteint en Italie sa phase de maturité. Voilà résolue notre seconde interrogation : il y a concomitance entre l’usage du terme ritratto dans les écrits machiavéliens et le plein développement du portrait individuel dans les arts figuratifs péninsulaires.

  • 40 Hans Belting, Miroir du monde…, op. cit., p. 62-69.
  • 41 Ibidem, p. 68.
  • 42 Hans Belting, Faces. Une histoire du visage, Paris, Gallimard, 2017, p. 164.

21De surcroît, comme l’a montré Belting dans son étude du Timothée de Jan Van Eyck et, notamment, de l’inscription « Léal souvenir » inscrite sur son parapet, la nouvelle conception du portrait repose sur un rapport d’étroite contiguïté entre l’image et la langue40, par lequel le portrait garantit la conformité – dans une acception large, qui s’étend jusqu’au domaine juridique – de ce qui est représenté par rapport à ce qui est. C’est le regard, « motif cardinal de la nouvelle peinture41 », qui fonde cette garantie de « loyale » ressemblance, plaçant le portrait en position d’interface entre le sujet représenté et le spectateur42. Cette dernière idée est intéressante car, que font Machiavel et Guicciardini dans leurs relations d’ambassade, sinon faire office d’interfaces entre une réalité complexe et les instances de gouvernement, destinataires de ces synthèses textuelles ? Dans ce contexte, le choix du terme « ritratto » dépasse la simple question de la figurabilité du monde qui est donné à voir à l’émissaire : il garantit la ressemblance entre la réalité que perçoit ce dernier et la représentation qu’il en donne, tout comme le portrait individuel garantit celle du modèle avec sa représentation picturale.

  • 43 Là encore, la similitude avec les arts figuratifs est frappante. Ainsi Belting a-t-il noté que « le (...)
  • 44 Alessandro Fontana, « L’échange diplomatique… », op. cit., p .24.

22Par le choix de ce terme, Machiavel valorise donc la qualité du recueil des signes que son regard a saisis et que son entendement a synthétisés, en même temps qu’il la met en jeu. En d’autres termes, il pose comme enjeu principal de son travail la performativité de l’image qu’il dessine dans ses rapports, donnant par là-même une dignité nouvelle à la fonction d’ambassade. Le message devient, dès lors, limpide : désormais, l’ambassadeur ne peut plus se contenter de rendre compte d’une réalité changeante et peu intelligible. Il lui incombe de la mettre en perspective et de lui donner consistance43. Ce transfert trouve ses fondements mêmes dans la crise de la représentation engendrée par les guerres d’Italie : tout comme le passage du portrait médiéval au portrait moderne sanctionne la crise de la société féodale et l’avènement du monde bourgeois, le passage, dans le contexte diplomatique, d’une vision généalogique de l’autre à une vision synthétique moderne naît de l’inadéquation entre le monde, tel qu’il est désormais, et les instruments dont on dispose pour l’étudier. Or, comme l’a noté Alessandro Fontana, « la compréhension politico-diplomatique du monde est désormais la dernière forme de résistance et de défense des petits Etats italiens, qui ont perdu tout crédit à l’étranger, contre les deux grandes monarchies européennes44 ». Chacun à leur manière, Machiavel, Guicciardini et, à un degré moindre, Vettori font œuvre de résistance face au délitement des outils traditionnels d’investigation du monde, inventant les modalités d’une représentation susceptible de rendre compte efficacement de la nouvelle réalité qui se présente à eux.

Notes

1 Nous nous permettons de reprendre ici à notre compte l’heureux titre de la Présentation du no 6 (2006) de Laboratoire italien.

2 Présentation de Paolò Carta et Romain Descendre au numéro « Géographie et politique au début de l’âge moderne », Laboratoire italien, no 8, 2008, p. 5.

3 Bien que le Voyage en Allemagne de Francesco Vettori ait été rédigé quelques années après le retour de son auteur à Florence, son idéation, comme nous le verrons par la suite, est concomitante à la mission dont sa rédaction tire prétexte. Voir infra, p. 57-58.

4 Voir Cécile Terreaux-Scotto, Les âges de la vie dans la pensée politique florentine, Genève, Droz, 2015, p. 270-272.

5 Jean-Louis Fournel a clairement mis en évidence la nouvelle logique politique qui se trouve induite par ce phénomène : celle-ci, a-t-il écrit, « se déploie à travers l’examen de la conciliation possible entre intérêts individuels et nécessités collectives, mais aussi dans l’étude du balancement entre perspective florentine et perspectives “italienne” ou européenne et, surtout, par le biais du rôle décisif de la guerre comme facteur d’éclatement des formes traditionnelles de rationalité », in Jean-Louis Fournel, « Du jugement de soi au tribunal de l’Histoire : l’analyse immédiate de la défaite par Francesco Guicciardini », in Danielle Boillet et Corinne Lucas (éd.), L’actualité et sa mise en écriture dans l’Italie des xve-xviie siècles, Actes du Colloque International (Paris, 21-22 octobre 2001) organisé par le Centre interuniversitaire de recherche sur la Renaissance italienne, Paris, Université Paris-3 Sorbonne-Nouvelle, 2005, p. 88.

6 Marie Gaille-Nikodimov, Pierre Girard et Olivier Remaud, Présentation à Laboratoire italien, no 6, 2006, p. 10.

7 Infra, p. 152.

8 Comme l’a relevé Jean-Louis Fournel, « l’histoire doit se faire histoire pour le présent et donc histoire du présent, histoire radicalement contemporaine qui doit dire et agir ici et maintenant », in Jean-Louis Fournel, « Guichardin et la “démunicipalisation” de l’historiographie », in Attilio Bartoli Langeli et Gérald Chaix (éd.), La mémoire et la cité. Modèles antiques et réalisations renaissantes, Pérouse, Edizioni scientifiche italiane, 1997, p. 111. Sur l’influence qu’a cette « condition des temps » sur la pensée de Machiavel et de Guicciardini, voir Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, La politique de l’expérience. Savonarole, Guicciardini et le républicanisme florentin, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2002, p. 5-6.

9 Rappelons ici les mots de Machiavel qui, dans son Memoriale a Raffaello Girolami, indique que l’honneur dont jouit un ambassadeur est « d’autant plus grand que seront grandes les difficultés », in Niccolò Machiavelli, Ritratti e rapporti diplomatici, introduzione di Corrado Vivanti, Rome, Editori Riuniti, 2000, p. 122.

10 Jean-Claude Zancarini, « Machiavel et Guicciardini : guerre et politique au prisme des guerres d’Italie », Laboratoire italien, no 10, 2010, p. 10.

11 Bien que de tels rapports aient été rendus obligatoires par des décrets promulgués en 1125 et 1178, la plus ancienne relation diplomatique vénitienne qui nous soit parvenue est celle qu’a rédigée en 1492 Zaccaria Contarini sur la France. Ceci semble indiquer que leur usage devient récurrent seulement à la fin du siècle. Voir Alessandro Fontana, « L’échange diplomatique (les relations des ambassadeurs Vénitiens en France pendant la Renaissance) », in José Guidi et Marie-Françoise Piéjus (éd.), La circulation des hommes et des œuvres entre la France et l’Italie à l’époque de la Renaissance, Actes du Colloque International (Paris, 21-23-24 octobre 1990) organisé par le Centre interuniversitaire de recherche sur la Renaissance italienne, Paris, Université Paris-3 Sorbonne-Nouvelle, 1992, p. 22.

12 Or, note Alessandro Fontana à propos des relations diplomatiques vénitiennes, l’ambassadeur, dans de tels textes, « se limite, dans un discours volontairement neutre et nécessairement impartial, à produire une information (le mot est déjà largement utilisé à l’époque) étayée sur une série de savoirs et de connaissances destinées, d’une part, à la magistrature des Dix et au Sénat, pour la prise éventuelle de décisions, dans l’immédiat, et, d’autre part, à l’alimentation de ce dépôt de la mémoire que constitue, dans la longue durée, l’archive de l’État », ibidem, p. 23.

13 Ainsi, malgré son indéniable efficacité rhétorique, jugeons-nous trop rapide la formule d’Alessandro Fontana, selon lequel « Florence a ainsi donné une raison aux États », quand « Venise les a dotés d’un regard », ibidem, p. 24. Nous pensons au contraire que, dans ce cas précis, il n’est de raison sans un regard, tel que nous l’avons défini plus haut.

14 Voir Jean-Marc Rivière, « L’émergence de l’individualité comme modalisateur du discours politique chez les popolani florentins », Cahiers d’Études Romanes, no 35 (2/2017), Le peuple. Théories, discours et représentations, p. 121-134.

15 Infra, p. 33-35.

16 Niccolò Machiavelli, Lettere a Francesco Vettori e a Francesco Guicciardini, a cura di Giorgio Inglese, Milan, Rizzoli, 1996, p. 242.

17 Niccolò Machiavelli, Legazioni e commissarie, a cura di Sergio Bertelli, vol. 2, Milan, Feltrinelli, 1964, p. 1100. Intéressante est l’analyse du verbe congetturare, notamment dans les relations des ambassadeurs vénitiens, in Romain Descendre, « Analyse géopolitique et diplomatie au xvie siècle. La qualification de l’ennemi dans les relazioni des ambassadeurs vénitiens », Astérion, no 5, 2007, p. 255-256.

18 Niccolò Machiavelli, Memoriale a Raffaello Girolami, op. cit., p. 122.

19 « Écrire l’histoire qui est en train de se passer », ont fait observer Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, « est d’abord une nécessité intime, personnelle, du citoyen, constitutive de son appartenance au corps politique et à la communauté de ceux qui peuvent avoir accès aux charges politiques », in Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, La politique de l’expérience. Savonarole, Guicciardini et le républicanisme florentin, Alexandrie, Edizioni dell’Orso, 2002, p. 10.

20 Marie Gaille-Nikodimov, Pierre Girard et Olivier Remaud, Présentation à Laboratoire italien, no 6, op. cit., p. 9.

21 Leur correspondance privée, notamment celle qu’échange Guicciardini depuis l’Espagne avec son père et ses frères, représente une modalité discursive intermédiaire, puisque la volonté de synthèse qu’on y lit demeure inaboutie, faute d’un recul historique suffisant.

22 Ajoutons que l’exercice de la correspondance diplomatique relève par ailleurs, avant tout, de la nécessité : même quand il y a peu à dire, l’émissaire doit écrire, ne serait-ce que pour rappeler son existence. C’est ce qu’indique Machiavel dans sa lettre à Luigi Guicciardini du 29 novembre 1509 : « Je suis ici comme sur une île au sec, tout comme vous, car, ici, on ne sait rien de rien ; et toutefois, pour paraître vivant, je vais rédigeant de longs discours que j’adresse aux Dix ». En écho à ces propos (et non sans une ironique amertume), Biagio Buonaccorsi lui écrit, le 29 août 1510 : « Tes lettres ont fait bailler tout le monde ici. On pense et on repense, et puis on ne fait rien », in Niccolò Machiavelli, Lettere, a cura di Franco Gaeta, Milan, Feltrinelli, 1961, p. 202 et 216.

23 Alessandro Fontana, « L’échange diplomatique… », op. cit., p. 26. Voir par ailleurs, du même auteur, « Les ambassadeurs après 1494 : la diplomatie et la politique nouvelles », in Adelin Charles Fiorato (éd.), Italie 1494, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1994, p. 168.

24 Carla Frova, « Le traité De fluminibus de Bartolo da Sassoferrato (1355) », Médiévales, no 36, 1999, p. 89.

25 Romain Descendre, « L’arpenteur et le peintre. Métaphore, géographie et invention chez Machiavel », Laboratoire italien, no 8, 2008, p. 63-98.

26 Ibidem, p. 65.

27 Cristina Ion, « Vivre et écrire la politique chez Machiavel : le paradigme du ritratto », Archives de Philosophie, 2005/3, t. 68, p. 529. Bien que nous partagions pour l’essentiel son analyse, nous sommes en désaccord avec Cristina Ion lorsqu’elle refuse que les ritratti machiavéliens puissent être considérés comme des « portraits ». Nous pensons au contraire, comme nous le montrerons par la suite, qu’ils sont pleinement et absolument des portraits, au sens figuratif du terme.

28 Ainsi ces dernières, malgré une forme et des conditions de production différentes, ont-elles un lien plus étroit, si l’on considère leur finalité et les modalités de leur usage, avec la correspondance diplomatique de Machiavel et de Guicciardini qu’avec leurs relations d’ambassade. Sur le genre de la relation diplomatique telle que la pratiquent les Vénitiens, voir Romain Descendre, « Analyse géopolitique et diplomatie… », op. cit., p. 243-248.

29 Vincenzo Querini, Relazione di Vincenzo Quirini, tornato ambasciatore dall’imperatore Massimiliano nel decembre 1507, in Eugenio Alberi (éd.), Le relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, serie I, vol. VI, Florence, Società editrice fiorentina, 1862, p. 5-58.

30 Infra, p. 184-185.

31 Ainsi a-t-il souligné que « l’art de peindre une historia est bien, en définitive, une historiographie, l’art en peinture d’une graphie (concise) de l’histoire », in Daniel Arasse, « La peinture de la Renaissance italienne et les perspectives du moi », in Image et signification, Paris, La Documentation Française, 1983, p. 235.

32 Leon Battista Alberti, De Pictura (1435) / De la Peinture, traduction de Jean-Louis Schefer, Paris, Éditions Macula, 2014, p. 91.

33 Norbert Schneider, « Aequalitas. Contribution à l’art du portrait chez Jan van Eyck », in Dominic Olariu (éd.), Le portrait individuel. Réflexions autour d’une forme de représentation xiiie-xve siècles, Berne, Peter Lang, 2009, p. 198.

34 Dominic Olariu, La genèse de la représentation ressemblante de l’homme. Reconsidérations du portrait à partir du xiiie siècle, Berne, Peter Lang, 2014, p. 27.

35 Un argument supplémentaire en faveur de cette correspondance nous est fourni par l’usage récurrent qui est fait de ce terme en France, durant la seconde moitié du xvie siècle, pour désigner des vues de villes, telles que celles que réunit en 1564 l’éditeur lyonnais Jean d’Ogerolles dans le recueil intitulé Plantz, pourtraitz et descriptions de plusieurs villes et forteresses. Ainsi naît le genre du « vif pourtrait » ou « vray pourtraict », dont Monique Pelletier indique qu’« il saisit tous les détails de l’objet qu’il reproduit “trait pour trait” et, en assemblant ses éléments constitutifs, il révèle la personnalité du modèle », in Monique Pelletier, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au Siècle des lumières, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2002, p. 21.

36 Hans Belting, Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard, 2004, p. 18. Ceci nous est confirmé par Jean-Claude Schmitt, qui note : « Ainsi la question du portrait ne peut-elle se poser isolément et directement, mais seulement à travers une constellation de questions qui toutes importent à l’anthropologie médiévale : celles de la mémoire, de la mort, de l’identité. Peindre un portrait, c’est établir une relation de sujet à sujet », in Jean-Claude Schmitt, « La mort, les morts et le portrait », in Dominic Olariu (éd.), Le portrait individuel…, op. cit., p. 31.

37 Hans Belting, Miroir du monde. L’invention du tableau dans les Pays-Bas, Paris, Hazan, 2014, p. 44- 53.

38 Hans Belting, « Le portrait médiéval et le portrait autonome. Une question », in Dominic Olariu (éd.), Le portrait individuel…, op. cit., p. 127-128. Il y a, entre les notations aphoristiques du De natura gallorum et le Portrait des choses de France, un transfert équivalent, du générique au ressemblant.

39 Dominic Olariu, La genèse de la représentation…, op. cit., p. 37.

40 Hans Belting, Miroir du monde…, op. cit., p. 62-69.

41 Ibidem, p. 68.

42 Hans Belting, Faces. Une histoire du visage, Paris, Gallimard, 2017, p. 164.

43 Là encore, la similitude avec les arts figuratifs est frappante. Ainsi Belting a-t-il noté que « le portrait et l’image perspective ne dépendent pas l’un de l’autre, mais ils ont été inventés en même temps. Tous deux confèrent à l’homme une présence symbolique dans l’image : il apparaît dans le portrait avec son visage et dans l’image en perspective avec son regard sur le monde. La perspective et l’art du portrait sont tous deux des formes symboliques », in Hans Belting, Florence et Bagdad, Paris, Gallimard, 2012, p. 32-33.

44 Alessandro Fontana, « L’échange diplomatique… », op. cit., p .24.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search