Version classiqueVersion mobile

Patrimoines gioniens

 | 
Michel Bertrand
, 
André Not
, 
Annick Jauer

Matériaux géographiques de la fiction

L’indigène et l’exogène

Subversion d’un leurre régionaliste dans l’œuvre de Jean Giono

Christian Morzewski

Texte intégral

  • 1 Voir Revue Giono, n° 1, Association des Amis de Jean Giono, 2007, p. 145.

1On a longtemps pu croire à la candeur ou à la naïveté éditoriale de Giono : provincial, autodidacte, peu introduit dans les cénacles et réseaux de sociabilité littéraire (tous forcément parisiens à son époque), il ne pouvait connaître les « règles de l’art » (pour paraphraser Bourdieu) ni s’inscrire dans le « champ littéraire » de ces « années tournantes », comme on désigne parfois cette décennie 1920-1930 pour évoquer le « changement d’orient1 » (mais cette fois, c’est une expression de Giono) dans les lettres françaises. L’épisode de la signature simultanée, en novembre 1930, d’un contrat de « double exclusivité » avec Gallimard et Grasset en apportait, semble-t-il, la preuve la plus flagrante – pour ne rien dire ici, beaucoup plus grave, concernant plus tard certaines de ses publications pendant la Seconde Guerre mondiale (on pense à Deux Cavaliers de l’orage, bien sûr, publié en feuilleton dans La Gerbe de décembre 1942 à mars 1943) : naïveté, maladresse, inexpérience, ignorance, inconscience de sa part, toutes ces explications (et ces excuses) ont été avancées pour tenter de comprendre ce que l’on considérait avec le recul comme des erreurs, voire des fautes. Par ailleurs, l’anti-théoricisme de Giono (et même son anti-intellectualisme souvent revendiqué), son refus de s’inscrire dans toute école, coterie ou courant littéraire, tous ces éléments pouvaient renforcer cette image d’un Giono se tenant délibérément en dehors de l’establishment littéraire, un Giono « paysan du Danube » tout autant que de la Durance, image qu’il a pu lui-même cultiver un temps.

  • 2 Les Lettres à la NRF 1928-1970 viennent d’être éditées par Jacques Mény chez Gallimard (2015). On y (...)
  • 3 Voir en particulier les travaux de Jean-Yves Laurichesse sur la « bibliothèque stendhalienne » de G (...)

2Or, c’est cette interprétation qui était naïve, comme le prouvent maintenant sans équivoque les carnets de travail de Giono, mais aussi sa correspondance avec ses éditeurs2. À défaut d’avoir eu connaissance de cette correspondance en son temps, le contenu de la bibliothèque de Giono conservée dans sa maison du Paraïs à Manosque aurait toutefois pu alerter sur le degré d’information aussi expert qu’actualisé de Giono sur la littérature qui s’écrivait à son époque, et contrairement là aussi à ce qu’il a maintes fois proclamé de son désintérêt pour ses contemporains. De fait, quand Giono prétend modestement ne pas connaître tel ou tel écrivain, il y a souvent fort à parier qu’il l’a pourtant lu, voire qu’il le connaît bien. Quant à la critique littéraire, qu’il affectait d’ignorer complètement et dont il disait se méfier comme de la peste et du choléra réunis (les fameuses « puces dans la crinière du lion »), on a pu montrer3 à quel point l’auteur du Hussard sur le toit était parfaitement au courant des études critiques les plus spécialisées, qu’il possédait dans sa bibliothèque et avait souvent annotées. Et même au tout début de la carrière littéraire de Giono, on peut penser que Lucien Jacques, précieux intercesseur entre tous parmi ses autres amis et correspondants, avait pu l’introduire et le familiariser un tant soit peu avec le monde des lettres (écrivains contemporains, mais aussi éditeurs et critiques) : là encore, leur correspondance l’atteste. Et très vite, élève particulièrement doué en la matière, Giono a ensuite pu se passer de tout initiateur ou mentor, qu’il s’agisse de son style (et il le fait parfois nettement sentir à ses interlocuteurs) ou de la gestion de sa carrière littéraire. Enfin, et même si cette considération peut paraître iconoclaste, on peut penser que celui qui avait travaillé plus de quinze ans dans la banque – même si celle-ci n’était pas vraiment une banque d’affaires au sens moderne du mot, mais là non plus ne succombons pas au mythe de Giono « petit employé de banque » : il a fini sa carrière au Comptoir National d’Escompte de Paris (ancêtre de BNP Paribas) en qualité de fondé de pouvoir et de sous-directeur de l’agence de Manosque –, n’était pas resté complètement ignorant sinon indifférent au rôle de l’argent, du moins à l’importance des forces et des acteurs économiques et financiers, comme on les appelle aujourd’hui, y compris dans leurs relations avec les productions artistiques.

3On peut donc présumer que, dès ses premières œuvres, Giono se soit très consciemment soucié des courants porteurs de la littérature, avec le projet de s’y inscrire pour faire reconnaître son talent – quoi de plus normal pour un écrivain, et de plus légitime compte tenu, en l’occurrence, du génie de celui-ci, qui en avait une conscience très sûre, et parfois immodeste. À plusieurs reprises dans sa carrière littéraire, on est donc fondé à penser que Giono a pu consciemment inscrire ses productions littéraires dans ce qu’il estimait être un courant possible de succès, en se positionnant clairement au cœur ou à la marge de telle ou telle tendance ou mouvement dont il avait pu pressentir la « portance », pour emprunter cette image à l’aéronautique.

  • 4 Lettre de Henri Pourrat à Paul Claudel en date du 19 mai 1929 ; citée par Danièle Henky, « “Reparti (...)
  • 5 Ce prospectus se trouve reproduit dans la belle étude de Danièle Henky citée supra, p. 55-58.

4C’est le cas, à ses débuts, du courant rustique-paysan (souvent confondu avec le régionalisme littéraire), avec lequel, avant de s’en démarquer et de le rejeter avec véhémence, Giono a clairement « flirté » – par sensibilité personnelle et sincère, semble-t-il, autant que par opportunisme, Gide lui-même ayant semblé l’encourager dans cette veine. En recherche ardente de reconnaissance, Giono va ainsi participer à l’aventure de « L’Almanach des Champs » et de la collection « Champs » dirigée par Henri Pourrat aux éditions « Horizons de France ». Certes, comme le montrent bien ses échanges avec le « Maître d’Ambert » qui le sollicite avec insistance à partir de 1929 et lui rendra même visite à Manosque en décembre 1930 (c’est un signe : l’aîné se déplace pour rencontrer le cadet, alors que tous les autres écrivains font le « pèlerinage d’Ambert »), la conception que se font les deux écrivains de la « ligne verte » et du « nouveau régionalisme » littéraire ne sont pas les mêmes. La beauté de la terre, la poésie de la campagne, telles que Pourrat entendait les célébrer, ne sont pas celles que Giono met en œuvre dans ses « romans paysans ». Lorsque Pourrat demande par exemple à Claudel, pour la même collection « Champs », de faire « un livre qui servirait magnifiquement la terre de France et l’âme humaine4 », Giono ne peut bien évidemment souscrire à une telle orientation. Il pouvait en revanche partager tout à fait certaines des idées de Pourrat sur les menaces pesant sur la société rurale traditionnelle – la fin du monde paysan et celle des terroirs, ils l’avaient tous deux pressentie bien avant les historiens –, la perte de contact de l’homme avec le monde naturel aussi. « Si l’homme ne garde pas le contact avec le monde des champs, il risque de se déshumaniser », proclamait le prospectus-programme de cette collection, censée rassembler « des œuvres lentement mûries au soleil » (cette dernière expression avait pu faire tiquer Giono…) « et tirant leur sève du fond richement concret de la vie populaire et terrienne5 ». On sait l’usage très différent que tous deux firent ultérieurement de ce « fond populaire et terrien », qu’il s’agisse de leurs romans ou de ces contes et chansons que l’un et l’autre diront avoir collectés. Et Pourrat reprochera ensuite gentiment à Giono l’invraisemblance (sinon la fausseté) de ses paysans, en particulier ceux de Que ma joie demeure :

  • 6 Henri Pourrat, « La Maison magique du monde », dans Le Blé de Noël, Marseille, éd. du Sagittaire, 1 (...)

En terroir terrien, l’idée ne viendrait pas aux gens de respecter celui qui sèmerait des narcisses dans son pré, ou qui ferait un tas de froment sur son aire pour les oiseaux des buissons6.

  • 7 Jean Giono / Henri Pourrat, Correspondance (1929-1940) éditée par Jacques Mény ; hors série de la R (...)

5La correspondance de Giono avec Henri Pourrat7 montre bien ces divergences progressives, et le malentendu sur lequel s’était engagée leur collaboration – mais Giono n’en acceptera pas moins d’autoriser Pourrat à reprendre le titre de sa nouvelle « Champs », publiée en 1928 dans La NRF, pour baptiser la nouvelle collection « régionaliste » de Pourrat aux éditions des « Horizons de France » en 1929.

6 Après la « trilogie de Pan », le succès confirmé des grands romans de Giono, qui connurent presque aussitôt une vogue populaire exceptionnelle, fit passer sur les lettres françaises, encombrées de cérébralité et de psychologie des passions, ce que nombre de critiques appellent un « grand souffle d’air frais » : les études de réception menées par Michel Gramain le montrent parfaitement. Un roman comme Que ma joie demeure, qui connut à partir de 1935 des rééditions populaires à très gros tirages dans les collections du « Livre moderne illustré » chez Ferenczi ou du « Livre de demain » chez Fayard, relevait clairement de ce que la sociologie littéraire appelle aujourd’hui le « champ de grande production littéraire » pour désigner les œuvres destinées au « marché ».

7À partir de 1939, la « traversée du désert » subie par Giono, autant que sa crainte de se répéter et de « faire et refaire du Giono », ajoutées à ses découvertes de lecteur-éponge (les « grands Russes » et surtout les Américains contemporains) lui ont sans doute fait pressentir la nécessité d’un renouvellement radical – ce que nombre de ses contemporains écrivains, aujourd’hui complètement passés aux oubliettes, n’avaient pas saisi, et ce que le lectorat « première manière » de Giono ne comprendra pas non plus. Mieux que des romans existentialistes, mieux que des « Nouveaux Romans » (on sait ce que Giono pensait de ces deux sortes d’ouvrages…), l’auteur d’Un roi sans divertissement saura très vite s’adapter au nouvel « horizon d’attente » des générations de lecteurs des années 50, 60 et 70 – et même l’anticiper. En même temps et avec le génie très personnel qui le caractérise, et c’est là la marque d’un véritable artiste, d’un véritable créateur, Giono saura à chaque fois apporter quelque chose de profondément nouveau et de différent au champ dans lequel il paraît se glisser. La démonstration serait facile, par rapport au Nouveau Roman, avec Les Âmes fortes ou Le Moulin de Pologne : à chaque fois, Giono s’affranchit, dépasse ou subvertit les codes pour mieux en montrer les limites, les contradictions, l’insoutenabilité. C’est ce que l’on aimerait montrer maintenant dans le cas du courant régionaliste, « première tentation » de Giono.

  • 8 Nous renvoyons sous cette forme aux volumes des Œuvres romanesques complètes de Giono publiées dans (...)

8Si l’on considère tout d’abord Colline, le premier roman publié de Giono semble présenter d’évidence le scénario et la distribution d’un « drame de la terre » intégralement indigène. On ne sait pas avec certitude d’où est originaire le vieux Janet, installé certes aux Bastides Blanches depuis cinquante ans, mais au trouble passé d’errant et de bagarreur : « il était monté après avoir fait toutes les fermes de la plaine ; on ne l’y voulait plus : il se battait avec tous les valets. Trois fois la semaine il fallait courir aux gendarmes et à l’esparadrap » (I, 1318). Mais Janet n’en est pas moins considéré comme le héros fondateur du village, ses talents de sourcier (et aussi de sorcier) ayant permis d’y trouver l’eau – avant de retourner contre sa communauté, au moment de son agonie, ses pouvoirs maléfiques. À l’exception de Gagou, « arrivé aux Bastides il y a trois ans » (I, 129) et surgi lui aussi on ne sait trop d’où (mais son extranéité est autre, en ce qui le concerne), l’intrigue mettra donc aux prises, entre eux et avec la terre qu’ils habitent, des paysans tous originaires et « indigènes » de ce pays.

  • 9 Discours e dicho de F. Mistral, Avignon, Librairie Roumanille, 1906, p. 40.
  • 10 Henri Pourrat, Le Blé de Noël, op. cit., p. 40.

9Le roman suivant, Un de Baumugnes va faire intervenir un actant exogène, mais dans la problématique du plus pur roman régionaliste (ou même, plus largement, paysan). Ce schéma présente invariablement ce qui vient de la ville comme négatif, menaçant, voire dangereux pour la communauté paysanne. Conformément à une autre opposition forte du roman rustique, paysan ou régionaliste, ce schéma oppose en effet irréductiblement ville et campagne, modernité et tradition, corruption et pureté, dans un clivage souvent à la source du drame. La campagne et ses habitants, lieu et êtres présumés d’une pureté morale originaire, vont ainsi se trouver corrompus par le contact avec la ville, ou par l’irruption de l’étranger (homme ou femme) venu de ce « grand pourrissoir des villes », selon la forte expression de Frédéric Mistral9. Et Pourrat peut encore affirmer dans le même ouvrage Le Blé de Noël en 1942 : « Ce sont les champs qui font vivre les races ; les villes les tuent. Seul parce qu’il tient à la terre, le paysan maintient la vie10 ».

  • 11 Dans Les Images d’un jour de pluie, la lecture dominicale de prédilection de la mère de l’enfant es (...)

10Mais déjà dans Colline les habitants des Bastides le disaient : « Ce qui vient de la ville est mauvais : le vent de la pluie et le facteur » (I, 130). Dans Un de Baumugnes, ce personnage venu d’ailleurs, ce n’est pas Albin, « enfant du pays », mais « le Louis », un « fin crevé » comme il est désigné éloquemment, originaire de « la Marsiale » (I, 227) – entendons Marseille, capitale du vice, Babylone de la dépravation. Embauché comme journalier pour les moissons dans une ferme du Haut Pays, ce citadin au passé de délinquant manipule le blé avec, tatoué dans la paume de sa main, le mot « Merde. Il tripotait le blé avec ça ! » (I, 223). C’est ce personnage faisandé qui va séduire Angèle, l’enlever, la corrompre et la jeter sur le trottoir, elle, la pure « amande de la Douloire », provoquant la honte et le déshonneur de toute la famille. Il reviendra à Albin l’immaculé, l’enfant du Haut Pays de Baumugnes, de rédimer la fille perdue et, avec elle, de fonder la plus traditionnelle et la plus vertueuse des familles paysannes : « vierge et flétrie, mais sauvée par l’amour », aurait pu conclure Pauline, la mère de Jean le Bleu, en paraphrasant le titre de ces feuilletons populaires et autres vaudevilles qu’elle affectionnait11. Ce scénario par trop « fleur bleue » explique sans doute la sévérité de jugement rétrospectif que Giono portera sur Un de Baumugnes, en dehors même de son adaptation cinématographique par Pagnol.

11La corruption morale de la jeune et pure campagnarde par un séduisant et pervers étranger, pas forcément citadin, est une constante du roman populaire, et pas seulement paysan ni régionaliste. On le retrouvera encore chez Giono, sous une tonalité plus tragique, dans Jean le Bleu, avec l’épisode de Djouan qui a séduit la femme d’un paysan des Hautes Terres, et bien sûr dans « Champs », la nouvelle de Solitude de la pitié qui a donné son titre à la collection régionaliste déjà évoquée d’Henri Pourrat aux « Horizons de France ». Dans cette nouvelle, qui compose un autre « drame de la terre », c’est encore un étranger, un terrassier piémontais prénommé lui aussi Djouanin, qui va ravir la femme et même la fille d’un paysan, lequel préfèrera quant à lui s’enfuir, et sans doute se laisser mourir de chagrin, abandonnant sa terre à la sauvagine qui ne tardera pas à la reconquérir.

12Dans le roman Nêne d’Ernest Pérochon, parangon de roman régionaliste, Prix Goncourt 1920, l’héroïne éponyme, Madeleine dite Nêne, brave fille de ferme au cœur trop tendre, se trouve pareillement supplantée dans le cœur de son maître, le fermier Cormier qui lui a pourtant promis le mariage, par une couturière venue de la ville, une frivole créature prénommée Violette. Nêne finit par se noyer de chagrin et de dépit dans la mare de la ferme. Rien de bon, décidément, ne peut venir de la ville, qu’il s’agisse de la mode (et de la modernité), de l’argent, ou du savoir.

  • 12 Émile Zola, La Terre [1887], IIe partie, chap. 1 ; rééd. « Pocket », 1994, p. 107.

13Dans la même inspiration et la même thématique, il ne viendrait pourtant à l’esprit de personne de considérer La Terre (1887) de Zola comme un roman régionaliste, mais tous les ingrédients de celui-ci s’y retrouvent déjà à l’identique : dans la petite communauté paysanne très fermée de Rognes, au plein cœur de la Beauce, Jean Macquart (un ancien soldat, originaire de Plassans alias Aix-en-Provence), s’est retiré pour tenter d’y oublier les horreurs des campagnes d’Italie auxquelles il a participé. Mais malgré tous ses efforts pour devenir un véritable « homme de la terre », il ne parviendra jamais à faire souche ni à être réellement intégré. Son mariage avec Lise, la cadette des Fouan, une famille d’authentiques paysans, et son amour pour la terre (« il paraissait né pour les champs », note pourtant Zola12), n’aboutiront qu’au malheur et à la désolation. Souvent lu comme une satire de l’avidité cruelle et de l’arriération indécrottable des paysans, le roman de Zola est surtout la démonstration ethnographique de l’imperméabilité et de l’ostracisme du monde rural de l’époque à l’égard de tout ce qui lui est inconnu, nouveau, étranger, exogène. Autre personnage à en faire la douloureuse expérience dans le roman de Zola, un hobereau éclairé qui tente d’introduire des méthodes nouvelles et rationnelles de culture, M. Hourdequin, verra sa propriété incendiée et finira misérablement lui aussi, ayant tout perdu. Jean Macquart est finalement rejeté comme un corps étranger par son épouse elle-même (avant que celle-ci, enceinte, ne soit horriblement assassinée par sa propre sœur qui veut garder l’héritage indivis). Les biens, l’argent, les terres surtout doivent rester aux indigènes, et l’exogamie apparaît dès lors comme une faute inexpiable.

14L’intrigue de ces romans – les deux premiers de la « trilogie de Pan » et ceux de Zola et Pérochon – nous permet de mesurer, par rapport à eux, l’infléchissement que Giono va faire subir à cette question à partir de Regain, où l’étranger, l’exogène, l’exogame, le migrant va cesser de constituer une menace pour l’« indigène » (menace de corruption, de destruction), mais au contraire va participer à sa restauration, à sa revie, à son regain précisément.

15 Le troisième volet du « cycle de Pan » semble pourtant sacrifier largement à la problématique et aux principaux topoï régionalistes : méfiance à l’égard de l’étranger – homme et pays, dont les frontières peuvent commencer au village voisin –, misonéisme farouche (rien ne vaut les façons de faire ancestrales et locales, comme celles de Gaubert forgeant à mains nues le soc de charrue qui permettra le regain d’Aubignane), et crainte haineuse à l’égard de toute prétention intellectuelle ou scientifique. Un parangon du roman régionaliste du « retour à la terre », La première année de Lucien Gachon, autre « roman paysan » publié en 1943 dans la collection « Campagne » dirigée par Henri Pourrat aux éditions du Sagittaire à Marseille, concentre comme à l’envi et de façon presque caricaturale tous ces motifs : un jeune couple originaire de la campagne auvergnate, mais qui a succombé aux sirènes de l’exode rural, revient après quelques années au pays et « à la terre », fuyant la misère qu’ils connaissent à la ville dans ces « années amères » 1940-42. Leur oncle, fils de paysan et devenu un professeur prestigieux à Clermont, avait rêvé pour eux d’une promotion sociale comparable à la sienne :

  • 13 Lucien Gachon, La première année, Marseille, éd du Sagittaire, 1943, p. 13.

[…] son neveu qu’il eût voulu professeur, mais qui avait échoué deux fois au bachot, qu’il avait placé ensuite en apprentissage dans un garage, qui, sans la guerre, eût fait un bon mécanicien d’automobiles ; sa nièce, petite couturière épousée par amour, mais sans guère de travail non plus depuis deux ans13.

  • 14 Ibid., p. 19.

16Mais la crise liée à la guerre et à l’Occupation lui fait remettre en question ses idéaux, y compris pour ses élèves : « l’affreux abandon des campagnes, la baisse tragique de la vitalité et de la force françaises14 » le font ainsi s’interroger douloureusement :

  • 15 Ibid., p. 18.

Si, savamment instruits dans l’agrément des lettres et des arts, ses élèves, cependant, s’en sont trouvés amoindris dans leur énergie vitale ? […] Conclusion de ces débats intérieurs : désormais, trop de bacheliers, pas assez de paysans15.

17Il lègue donc à Jeantou et Adrienne, ses neveux, sa ferme de la Fougère, où ils vont réapprendre péniblement les gestes et le métier de paysan, Jeantou se débarrassant peu à peu du vernis de culture dont il s’était barbouillé quand il était « collégien de la ville », et oubliant ses humanités avortées :

  • 16 Ibid., p. 82-83.

Alors que la semaine dernière, on était encore quasi tel qu’un poète en vacances, curieux comme à faucher on se sent changé. Cet apprentissage, cette adresse à ménager ses forces : une autre sorte de poésie se lève du plaisir de faucher plutôt que de l’herbe coupée. Ah ! oui, les poètes disent les papillons, la rosée, la senteur grisante de l’herbe, le bucolique tableau que fait une troupe de faucheurs au grand soleil, dans la prairie. Que ne sont-ils là, une heure seulement, à faucher : ils verraient16

18On voit toute l’idéologie qui, en plein régime vichyssois, sous-tend ce « retour à la terre » (les « mauvais maîtres », la « terre qui ne ment pas »…), dont des échos se repèrent aussi dans l’œuvre de Giono, y compris dans ce Triomphe de la vie contemporain du roman de Gachon. On y retrouverait la critique de la modernité, de la technique, de la ville, de l’argent, d’une certaine forme d’instruction, en parallèle avec l’éloge de la paysannerie et de l’artisanat, la défense des « vraies richesses » et des « grandeurs libres » – même si, répétons-le, l’apologie de la vie au contact de la nature se trouve orientée tout différemment chez Giono.

19Pour en revenir à Regain et à l’infléchissement qu’y fait subir l’écrivain à cette dialectique de l’indigène et de l’exogène, on notera toutefois que le chapitre 3 de la deuxième partie (l’épisode de la foire de Banon) s’ouvre sur un bouleversement symbolique de l’ordre traditionnel de la communauté paysanne : la fameuse patache arrive désormais ponctuellement à dix heures au lieu du midi traditionnel de l’incipit du roman. Et tout ce chapitre va insister sur les méfaits des changements introduits au pays, en particulier le fiasco des tentatives d’implantation des techniques modernes et étrangères en matière de culture, et sur la catastrophe provoquée dans les récoltes par l’utilisation de ce fameux « blé d’Inde » dans les villages alentour : « à Reillanne, à Forcalquier, à Manosque. On a voulu faire de ce blé d’Inde » (I, 401), variété visiblement inadaptée aux conditions climatiques locales, et n’ayant pas résisté au « gros orage » qui a raviné les champs cet été-là. Au contraire, le blé de Panturle, issu de la variété la plus autochtone (c’est son voisin L’Amoureux qui le lui a fourni gracieusement), qu’il a semé et cultivé selon les méthodes traditionnelles, fauché, vanné et battu à la main, a donné une récolte qui fait l’admiration de tous à la foire de Banon. Belle leçon de préférence et de supériorité autochtones à l’encontre de ceux qui vont « chercher des choses de l’autre côté de la terre », comme dit l’un des personnages, et provoquent ainsi des catastrophes qu’on dirait aujourd’hui « écologiques ». Le vieux père Valigrane incrimine le goût de la nouveauté et de la « mode » auquel ont succombé certains paysans, et aussi les méfaits des méthodes dites scientifiques pour cultiver la terre :

[…] c’est à cause de la mode.
Ça, quand ça se mêle des gens, ça fait pas mal d’imbéciles, mais quand ça se mêle des plantes et des choses de la plante… (I, 401-402)

20Et de convoquer le savoureux exemple, façon Bouvard et Pécuchet, de ce « professeur » (Giono ne les porte décidément pas dans son cœur), « payé par le gouvernement » de surcroît, prétendant s’y connaître « sur les choses de la terre », qui a réussi l’exploit de réduire un domaine fertile à l’état de désert, à force d’expérimentations forcenées :

Il avait loué une petite ferme. Elle était proprette, ordonnée, bien en ligne et régulière de belle verdure grasse. De la vigne, des mûriers, un petit pré, des cerisiers… tu vois. Bon. Mon professeur il s’y met. Ah, pour ça, il s’y met. Il tombait la veste, il tombait le gilet, il retroussait les manches et en avant. Au bout d’un an ça a été un désert. Un désert, je te dis. Il leur avait pris un dégoût, à tous ces arbres… ça faisait peine. Plus de cerises, plus de vignes, plus de pré. Tout ça, ça vomissait la vie. Et un peu de ci, et une pincée de ça, et cette branche doit aller de là… il mettait les raisins dans des petits sacs de papier ; oui c’est comme ça. Maintenant, si tu voulais la reprendre sa ferme, on te la donnerait que tu ne la voudrais pas : c’est tout mort. Tu le vois cet homme, le médecin des racines, avec son gros livre à la main ? Ça s’apprend pas dans les livres, ça. (I, 402).

  • 17 Pour le Renaudot, Armand Lunel en fut le premier lauréat en 1926 avec Nicolo Peccavi, Marcel Aymé e (...)

21Que cette préférence de l’« indigène » sur l’« exogène », prêtée par Giono à de nombreux personnages de paysans et d’artisans, ait pu correspondre à ses propres convictions personnelles de pourfendeur du progrès technique, du savoir « académique » et de la modernité sous toutes ses formes aliénantes, ne fait guère de doute à l’époque où il rédige ses premiers grands romans. Que cela ait pu correspondre aussi à la posture « régionaliste » bien dans la « ligne verte » chère à Henri Pourrat est assuré aussi, Giono ayant sans doute compris le bénéfice éditorial qu’il pouvait retirer à « surfer » ainsi sur une vogue qui pouvait lui valoir, après un Pérochon, un Guillaumin voire un Marcel Aymé, un possible Prix Goncourt ou Renaudot, régulièrement attribué dans ces années 1920-1930 à de tels récits17. Ce qui est plus troublant est la façon dont l’auteur de la « Trilogie de Pan » semble épouser, et simultanément contester, dès ces premiers romans, les idées et valeurs mêmes du roman régionaliste en ce qui concerne le personnel romanesque, et parfois même l’intrigue et le dénouement de ses récits.

22 Regain offre sans doute le meilleur exemple, s’agissant en particulier des personnages féminins, de cette subversion du leurre indigène. On se souvient de l’état de déshérence et de désertification du hameau d’Aubignane dans le roman. Une première tentative auxiliatrice exogène semble avoir échoué, le puisatier piémontais venu creuser le puits nécessaire à l’alimentation en eau du village ayant été enseveli par la terre qu’il forçait. Ce personnage venu de l’étranger pour tenter de redonner l’eau et la vie à Aubignane, et comme repoussé par la terre du fait de son statut d’étranger, c’est le mari de la Mamèche, la vieille Piémontaise à allure de sorcière, l’une des dernières habitantes restées accrochées au hameau. Cette « migrante » a payé le prix fort pour son « intégration » à Aubignane : après son mari, broyé par le puits « comme une noix qu’on écrase entre les dents » (I, 327), c’est son petit que la terre a tué lui aussi. Il s’est empoisonné accidentellement en mâchant de la ciguë. Refusant que ce double sacrifice reste inutile, alors que les derniers habitants du hameau l’abandonnent l’un après l’autre, c’est elle qui va se mettre en quête d’une femme pour Panturle, et rabattre jusqu’entre ses bras Arsule, celle grâce à qui toute la vie repartira à Aubignane. Le regain d’Aubignane, c’est donc d’abord à une étrangère qu’on le doit. Et même à deux étrangères, là où les autochtones ont déserté le pays.

23Car cette Arsule mérite aussi qu’on rappelle son origine et son rôle : de son nom de scène « Mlle Irène des grands théâtres de Paris et de l’Univers » (I, 349), cette pauvre fille, chanteuse de cabaret tombée sous la coupe d’un médiocre Zampano, fait misérablement la strada avec lui. C’est à la suite du spectacle calamiteux qu’ils donnent à Sault qu’une bagarre générale éclate, et que « Mlle Irène » est abandonnée à son triste sort par « l’illustre Tony ». Fille déchue qu’aucun Albin n’est venu rédimer, elle sera même victime d’un viol collectif de la part d’ouvriers agricoles – scénario exactement inverse, on le voit, de celui d’Angèle, fille de la campagne abusée par les citadins. Devenue « Arsule » (« c’est un nom qui est d’ici », précise le narrateur, parce que « Irène, c’est un nom de la ville », I, 351), elle est ensuite passée sous l’emprise de Gédémus le rémouleur, qui lui fait subir un autre esclavage : « Elle lui fait la soupe. Et tout. » (I, 351).

24C’est pourtant à cette fille perdue, venue d’ailleurs, l’étrangère par excellence, que le hameau devra son salut, après sa rencontre et son union avec Panturle, l’« homme du cru » dans tous les sens de l’expression. C’est elle, l’étrangère de la ville, qui réapprendra à Panturle l’autochtone redevenu à demi sauvage, les gestes et pratiques de la civilisation : refaire du feu pour cuire les aliments, dormir dans des draps, se vêtir décemment, cultiver la terre et faire du pain – en somme, passer du stade paléolithique de chasseur-cueilleur à celui néolithique de cultivateur-éleveur. L’histoire individuelle de Panturle et d’Arsule épouse et reproduit en quelque sorte celle de l’humanité, l’ontogénèse se résolvant ici dans la phylogénèse. Arsule fera d’ailleurs passer Panturle de la nature à la culture, comme le manifestent clairement la comparaison du colosse à un « arbre » au début du roman, et celle de la « colonne » dans l’épilogue, Panturle « solidement enfoncé dans la terre [qu’il est en train de labourer] comme une colonne » (I, 429). C’est donc bien grâce à l’union de cette étrangère qui porte l’art dans son prénom, et de cet indigène qui porte la nature sauvage du dieu Pan dans le sien, qu’Aubignane pourra renaître, avec la promesse d’un bébé à venir et de nouveaux habitants qui vont repeupler le hameau.

25On voit bien ici l’inversion axiologique qu’a connue la figure de l’étranger dans les drames paysans de Giono : objet de méfiance, d’aversion, de rejet, d’ostracisme dans ses premiers romans, conformément à la tradition régionaliste la plus étroite, l’étranger devient progressivement dans les œuvres ultérieures de Giono celui qui va endosser le rôle de bienfaiteur, de sauveteur, voire de sauveur pour la communauté paysanne indigène. Le Chant du monde, sur fond de western, porte encore des traces de la rivalité clanique entre ceux d’ici et ceux d’ailleurs (le pays Rébeillard est assez emblématique de cette communauté absolument fermée aux étrangers que sont par les hommes du fleuve et de la forêt, tous un peu nomades, comme Antonio, Matelot et le Besson). Mais en 1935, Que ma joie demeure va exalter ce rôle de l’étranger sauveteur-sauveur avec Bobi, venu tout droit d’Orion-fleur-de-carotte, et l’année suivante encore avec Saint-Jean dans Batailles dans la montagne, sorti tout droit quant à lui du Piémont et de la Bible, semble-t-il. Mais l’entreprise de rescousse des indigènes ne va pas de soi pour ces étrangers : sur le plateau Grémone frappé par la lèpre morale comme dans les hameaux de Villard engloutis sous les eaux, la résistance indigène s’organise elle aussi, et plusieurs personnages apporteraient sans doute des nuances à notre lecture : le fermier de Fra-Josépine, sorte de physiocrate communiste, Boromé-le-Riche – mais il n’est pas sûr que l’un et l’autre soient réellement des « indigènes ».

26 Bobi a pu ramener un temps la joie, et Saint-Jean libérer les eaux, mais la portée et l’issue même de leur mission de rescousse et de sauvetage apparaissent incertaines, voire ambiguës. C’est aussi le cas de Langlois (qui a fait les guerres coloniales et arrive de Biribi, ne l’oublions pas) dans Un roi sans divertissement, ou d’Angelo dans Le Hussard sur le toit, dont on ne sait pas trop s’il combat ou apporte le choléra, compte tenu de la valeur hautement symbolique de celui-ci pour les « indigènes ». Et il faudrait s’arrêter plus longuement sur le devenir de cette figure de l’étranger dans les dernières chroniques de Giono, avec l’exemple de Tringlot dans L’Iris de Suse et cette étonnante descendante d’Arsule qu’est l’Absente (qu’on a voulu marier à un rémouleur, elle aussi), ou celui, emblématique, de Charles-Frédéric Brun dans Le Déserteur, fuyard absolu venu de nulle part, paria irréductible, refusant toute intégration dans ces villages de montagne qu’il traverse, et apportant pourtant à ces paysans, avec les peintures naïves qu’il leur offre, la révélation et l’éblouissement de la beauté et de l’art. Quel plus beau message imaginer pour la mission de l’étranger parmi les indigènes ?

  • 18 Danièle Henky, op. cit., p. 48.

27La critique gionienne avait déjà repéré et commenté l’importance des personnages d’errants dans l’œuvre de Giono. Leur mise en perspective dans cette dialectique de l’indigène et de l’exogène pourra contribuer à donner une portée autre et plus profonde encore à ce type de personnages et à cette œuvre, une dimension qu’on peut dire anthropologique, écologique et philosophique, montrant bien que Giono ne s’est jamais laissé réduire ni enfermer, dans sa fable, par une orientation aussi étroitement bornée (et une esthétique aussi limitée) que celle du roman « régionaliste » voire du roman « paysan ». Un artiste aussi authentique ne pouvait qu’en bousculer les codes, en transgresser les valeurs, en dépasser les esthétiques, après avoir donné l’impression de les adopter quelque temps, par naïveté, méprise, ou opportunisme. « Chaque itinéraire d’écrivain », écrit Danièle Henky à propos des écrivains régionalistes qui participèrent au projet d’Henri Pourrat dans la collection « Champs », « apparaît comme le résultat d’ajustements complexes, en une période donnée, entre un écrivain, son image sociale et la réception de son œuvre18 ». Dans le cas de Giono, on voit le génie qui a présidé à cette adaptation et, au-delà, la générosité de son propos à l’égard de l’étranger, lui le fils et petit-fils de métèques piémontais. C’est sans doute à cela, entre autres, que l’on distingue le grand écrivain, dont Colline, Un de Baumugnes ou surtout Regain valaient bien mieux, heureusement, qu’un Prix Goncourt ou Renaudot « régionaliste » de ces années 1920-1930.

Notes

1 Voir Revue Giono, n° 1, Association des Amis de Jean Giono, 2007, p. 145.

2 Les Lettres à la NRF 1928-1970 viennent d’être éditées par Jacques Mény chez Gallimard (2015). On y trouvera, dans la présentation introductive assurée par Jacques Mény, ainsi que dans la correspondance de Giono avec Gaston Gallimard et Louis-Daniel Hirsch (et en particulier la lettre conjointe des deux éditeurs Gaston Gallimard et Bernard Grasset, p. 42-43) un dossier très complet pour éclairer cette affaire du « double contrat ».

3 Voir en particulier les travaux de Jean-Yves Laurichesse sur la « bibliothèque stendhalienne » de Giono.

4 Lettre de Henri Pourrat à Paul Claudel en date du 19 mai 1929 ; citée par Danièle Henky, « “Repartir des choses vertes”. Henri Pourrat : directeur de la collection “Champs” », dans Nouveaux Cahiers Henri Pourrat, Société des Amis d’Henri Pourrat, n° 1, 2015, p. 69.

5 Ce prospectus se trouve reproduit dans la belle étude de Danièle Henky citée supra, p. 55-58.

6 Henri Pourrat, « La Maison magique du monde », dans Le Blé de Noël, Marseille, éd. du Sagittaire, 1942 ; rééd. Sang de la terre, 1986, p. 66.

7 Jean Giono / Henri Pourrat, Correspondance (1929-1940) éditée par Jacques Mény ; hors série de la Revue Giono, Association des Amis de Jean Giono / Société des Amis d’Henri Pourrat, 2009.

8 Nous renvoyons sous cette forme aux volumes des Œuvres romanesques complètes de Giono publiées dans l’édition de la Pléiade (chiffres romains pour le tome, chiffres arabes pour la page).

9 Discours e dicho de F. Mistral, Avignon, Librairie Roumanille, 1906, p. 40.

10 Henri Pourrat, Le Blé de Noël, op. cit., p. 40.

11 Dans Les Images d’un jour de pluie, la lecture dominicale de prédilection de la mère de l’enfant est Les Deux orphelines (Jean Giono, Récits et essais, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1989, p. 874) ; dans Sur un galet de la mer s’y ajoute Vierge et mère (id., p. 863). C’est dans Colline que Giono invente, semble-t-il, le titre Vierge et flétrie dont il prête la lecture à Ulalie, la fille de Jaume (I, 183).

12 Émile Zola, La Terre [1887], IIe partie, chap. 1 ; rééd. « Pocket », 1994, p. 107.

13 Lucien Gachon, La première année, Marseille, éd du Sagittaire, 1943, p. 13.

14 Ibid., p. 19.

15 Ibid., p. 18.

16 Ibid., p. 82-83.

17 Pour le Renaudot, Armand Lunel en fut le premier lauréat en 1926 avec Nicolo Peccavi, Marcel Aymé en 1929 avec La Table-aux-crevés, Charles Braibant en 1933 avec Le Roi dort, Jean Rogissart avec Mercale en 1937… et Henri Bosco avec Le Mas Théotime en 1945. Pour le Goncourt, les sympathies du jury sont allées dès avant 1914 aux romans « régionalistes » : Émile Moselly avec Terres lorraines en 1907, Alphonse de Châteaubriant avec Monsieur des Lourdines en 1911, André Savignon avec Les Filles de la pluie en 1912…

18 Danièle Henky, op. cit., p. 48.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search