Version classiqueVersion mobile

La poésie, vecteur de l’information au temps de la Guerre d’Espagne. 1808-1814

 | 
Elisabel Larriba
, 
Agustín Coletes Blanco

Avant-propos

Elisabel Larriba et Agustín Coletes Blanco

Texte intégral

Le Poète a toujours raison
Qui voit plus loin que l’horizon
Et l’avenir est son royaume

1chantait le regretté Jean Ferrat. Mais il peut aussi porter son regard sur le passé et, mêlant sa voix au son des trompettes de la renommée, entonner le « arma virumque cano » de Virgile pour chanter la geste de quelque héros dont, sans lui, on risquerait d’oublier la gloire. En fait, comme l’affirmait Victor Hugo dans la préface des Orientales : « tout est sujet ; tout relève de l’art ; tout a droit de cité en poésie ». Même, voire surtout, ce qui est le moins poétique au monde : ce qui fournit la matière des colonnes de journaux : l’information.

2Une telle affirmation constitue, de nos jours, plus qu’un paradoxe : une stupidité. Car qui songerait à mettre en vers la moindre de ces nouvelles dont nous abreuvent la presse écrite, la radio et la télévision ? Et pourtant, c’est par la complainte (le romance de ciegos, en Espagne) que l’on a longtemps appris, dans nos campagnes, les beaux assassinats qui faisaient pleurer Margot, comme, en France, celui du procureur Fualdès à Rodez, en 1817, ou, en Espagne, le crime de Níjar, qui inspira à Federico García Lorca son drame Noces de sang. C’est par des couplets ou autres épigrammes chuchotées à l’oreille ou passées sous le manteau que l’on fit connaître aux bons peuples de France et d’Espagne les infortunes conjugales de leurs souverains, Louis XVI et Charles IV. Ces nouvelles extra-officielles de la cour étaient peut-être fausses. Mais leur effet fut dévastateur et si, selon le mot de Chamfort, l’Ancien Régime fut un absolutisme tempéré par des chansons, celles-ci contribuèrent grandement à sa ruine.

3On a beaucoup de peine à imaginer l’importance de la poésie à la fin du xviiie – début du xixe siècles. Aujourd’hui, aucun quotidien, aucun magazine d’opinion ne se risquerait, de peur de perdre ses lecteurs, à publier ne serait-ce qu’un quatrain dans ses pages. Mais il en allait bien autrement à l’époque. Ainsi, en mai 1793, alors que l’Espagne venait d’entrer en guerre contre la République française, un lecteur assidu du Correo Literario de Murcia n’hésita pas à prendre la plume pour signifier aux rédacteurs de cette publication que, s’il prenait la peine de s’y abonner et figurait donc au nombre de ceux qui en assuraient « la subsistance », c’était uniquement en raison des poèmes que l’on pouvait y trouver. Et, celui qui, par ailleurs, signa sa lettre en utilisant un pseudonyme rendant compte de son amour pour la poésie (« Le Souscripteur aux Vers du Périodique ») ne manqua pas de souligner qu’il n’était pas le seul dans ce cas.

4Tout, absolument tout, était susceptible sinon de se transformer en poésie (comme le voulait Hugo), du moins d’être mis en vers, puisqu’il se trouva même quelque plume pour transcrire sous forme de romances les sermons du plus célèbre des missionnaires de l’époque, le P. Diego de Cádiz.

5Soucieux de ne pas laisser se vautrer dans l’ornière avec n’importe qui la catin qu’était (selon lui) l’opinion publique, Napoléon mobilisa les poètes qui se couvrirent ainsi, pour la plupart, d’or et de ridicule en chantant outrageusement ses louanges. Pour lui, qu’elle fût communiquée en prose ou en vers, toute information devait servir à l’exaltation du régime et ses ordres furent scrupuleusement exécutés. Ses adversaires ne demeurèrent pas en reste et, mêlant eux aussi information et propagande, firent de la poésie une arme pacifique, mais efficace.

6La poésie en tant qu’arme contre Napoléon pendant la Guerre d’Espagne (1808-1814) étant l’objet d’étude, outre-Pyrénées, d’un programme national de recherche du ministère de la Science et de l’Innovation et, en France, l’information dans l’Europe méridionale des Lumières au temps présent celui d’un groupe de recherche de l’UMR TELEMME, il était naturel que ces deux équipes qui travaillaient sur des sujets connexes pussent collaborer sur la partie commune de leur travail : la poésie en tant qu’information pendant ce conflit, que l’on appela très tôt en Espagne Guerre d’Indépendance ou, en Catalogne, Guerre contre les Français (Guerra del Francés) et que les Anglais ainsi que leurs alliés portugais qualifiaient de Guerre péninsulaire (Peninsular War et Guerra Peninsular). De ce rapprochement, qui nous fut suggéré par le professeur Gérard Dufour, est né le présent ouvrage. La « poésie d’information » au temps de la Guerre d’Espagne (1808-1814) y est appréhendée sous le double regard des historiens et des littéraires et sur un espace géographique qui ne se limite pas à la simple Espagne. Ainsi, la poésie en langue espagnole ou, pour être plus précis, les recueils de poésie patriotique, les plus prisés par les spécialistes de cette tranche essentielle de l’histoire de l’Espagne, ne sont pas ceux vers lesquels nous avons choisi de nous tourner. En fait, seule une étude porte sur la poésie d’information publiée dans la langue de Cervantès. Il s’agit de celle de la co-signataire de cet avant-propos (Des trompettes de la renommée difficiles à emboucher : information et désinformation par la poésie chez les afrancesados), qui est consacrée aux vers nés de la plume des partisans de l’Empereur : les afrancesados ou joséphins, ceux que Fray Manuel Martínez qualifiait avec rage en 1814 de « célèbres traîtres » (« famosos traidores ») à la nation et que l’historiographie, suivant ses brisées, a pendant bien longtemps stigmatisés.

7Nous éloignant des sentiers battus, nous avons pris le parti de faire la part belle à la poésie d’information anti-napoléonnienne produite hors d’Espagne. Celle écrite par des Français, souvent (mais pas toujours) des partisans des Bourbons, émigrés ou pas à Londres. Parmi eux, des hommes comme le très impertinent Jean-Gabriel Peltier ou le chanoine Humblet auxquels s’est intéressé tout particulièrement Gérard Dufour dans le chapitre : La poésie, source d’information clandestine sous le premier Empire. Nous avons également voulu exhumer les traces du conflit dans la poésie produite sur les terres de Goethe, très rarement explorées par les spécialistes. Tel est l’objet du chapitre signé par Ingrid Cáceres Würsig et Remedios Solano Rodríguez : La poésie sur la Guerre d’Indépendance espagnole dans le monde germanique comme instrument de propagande. Enfin, nous ne pouvions omettre la production poétique des nations qui, aux côtés des patriotes, combattirent les « Napoléons », Joseph Ier et son impérial frère : le Royaume Uni et le Portugal. Comme le souligne Alicia Laspra Rodríguez, en ouverture du chapitre Presse, politique et poésie anglaise de la Guerre d’Indépendance (1808-1814), « s’il faut trouver un exemple parfait de la poésie comme vecteur d’information, c’est sans doute la poésie anglaise sur la Guerre d’Indépendance espagnole publiée tout au long du conflit dans la presse britannique à l’époque », ce que l’auteur ne manque pas de démontrer. Et c’est également dans la presse que les vers destinés à éclairer les Portugais sur la tragédie qui affectait alors la Péninsule et l’action des « héroïques Espagnols » trouvèrent un vecteur de diffusion privilégié comme en atteste le chapitre signé par Gabriela Gândara Terenas : Évocations poétiques de l’Espagne dans la presse et autres imprimés portugais pendant la Guerre d’Indépendance (1808-1814).

8Autant de contributions qui nous montrent que la portée de la poésie, comme vecteur de diffusion de l’information, ne saurait être ignorée et que c’est là une source que les historiens auraient tort de négliger.

9Enfin, nous ne saurions clore cet avant-propos sans adresser nos remerciements aux professeurs Lola Bermúdez, de l’Université de Cadix, et Alicia Laspra Rodríguez, de l’Université d’Oviedo, qui ont traduit, respectivement, les chapitres rédigés par Ingrid Cáceres Würsig et Remedios Solano Rodríguez et par Gabriela Gândara Terenas, ainsi qu’au professeur Gérard Dufour, qui a revu et corrigé l’ensemble des textes et pris la peine de confectionner l’index onomastique des personnages historiques.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search