Version classiqueVersion mobile

Au pays des vendeurs de vent

 | 
Alessandra Orlandini Carcreff

Préface

François Moureau

Texte intégral

1Ce livre est d’abord né d’une passion. Comment Alessandra Orlandini Carcreff, originaire de l’une des villes les plus raffinées d’Italie, Bologne la savante et l’universitaire, a-t-elle pu se prendre d’une inclination aussi prégnante pour ce qui semblait lui être le plus étranger ? À moins que ce contraste n’ait été ce qui l’a, au premier chef, séduite, lors de ses propres séjours en Scandinavie et en Finlande. Comme chez les voyageurs anciens qu’elle étudie dans ce livre, c’est l’absolue étrangeté des êtres rencontrés et des paysages parcourus qui fut son mentor originel pour cette immersion. Au Nord de l’Europe, près du cercle arctique, vivaient – et parfois vivent encore – des populations qui paraissaient allogènes à ce continent, et dans un environnement qui, lui-même, parlait d’un autre monde, ce que les anciens appelait avec Virgile « ultima Thule », que les cartographes du Moyen Âge peuplaient de monstres et que le roman d’aventure du xixe siècle avait créé comme l’un des lieux de l’errance sans espoir dont les maelströms inspirèrent Jules Verne et Edgar Allan Poe. Ainsi que le remarque l’auteur, ces régions passaient depuis l’Antiquité pour l’illustration parfaite de la théorie des climats théorisée, bien avant Montesquieu, par Aristote et par Vitruve, ce dernier jugeant les habitants du Septentrion comme définitivement sauvages, voire en dehors même de l’humanité. Les voyages au « Nord », selon la terminologie du temps, tels qu’ils se pratiquèrent à l’époque moderne, du xvie au xixe siècle, concernaient non seulement la Russie, mais aussi la Finlande au xviiie siècle comme porte d’entrée dans l’Empire rénové des tsars et Saint-Pétersbourg. Le pays des Sames, vulgairement nommé alors celui des Lapons, fut le plus souvent une étape sur la route de la Scandinavie vers la Russie. L’auteur en a étudié l’histoire depuis l’aube de la Renaissance jusqu’à la fin du xixe siècle dans diverses littératures européennes des voyages.

2Contrairement à d’autres contrées au climat plus clément et aux pérégrinations mieux organisées, le nord de l’Europe semblait, en effet, échapper largement au « grand tour » – ce tourisme avant le tourisme –, qui fut la manière ancienne de voyager la plus propice aux relations viatiques. On n’allait pas dans des régions qui semblaient nier l’image d’une Europe tempérée et à la civilisation « perfectionnée » dans le dessein de se confronter à l’histoire et aux monuments d’un passé et d’un présent qui confortaient le sentiment d’appartenir à un univers cohérent. La littérature médiévale sur ces territoires du Septentrion va, pour longtemps, créer l’image d’une population à demi sauvage, presque infrahumaine, dont la christianisation ne pouvait éradiquer le chamanisme – émanation du Malin, cela de soi. Mais la plupart de ceux qui écrivent sur les Sames ne les connaissent que par ouï-dire et par les récits de quelques marchands. Olaus Magnus sera le premier, au milieu du xvie siècle, à faire entrer véritablement ces peuples et leur culture dans un récit relativement bien informé par les propres inspections que fit cet évêque catholique dans la Suède réformée qu’il souhaitait faire revenir à la « vraie foi ». Parue à Rome en 1555, son histoire des « peuples septentrionaux » est une véritable encyclopédie qui nourrira nombre de voyageurs des siècles suivants. Les mœurs, les rites, les traditions guerrières, les ressources minières, la faune y sont longuement développés en même temps que les « mirabilia », vestiges idéologiques de la période médiévale dont témoigne encore la « Carta » qu’il établit de ces régions. Publiée dans la langue « européenne » de l’époque – le latin –, l’Historia eut sa traduction française six ans plus tard. Son influence directe ou compilée de sources intermédiaires se mesura jusqu’au xixe siècle dans l’imaginaire des voyageurs.

3Le propos du livre est de déconstruire en quelque sorte cette image d’après les récits qui en traitent. L’enquête menée pour la documentation de l’ouvrage concerne des récits de voyageurs italiens, français, anglais et « nordiques », soit 121 récits, dont 33 italiens, 61 français, 19 anglais et 6 « nordiques ». Ces divers textes allant de l’article de revue au livre en forme n’ont pas, évidemment, la même valeur pour l’analyse. C’est une constatation habituelle dans l’étude des textes viatiques. Le développement des voyages au xixe siècle, en particulier, grâce au progrès technique – routes, voies ferrées et bateaux à vapeur –, la naissance de l’écrivain-voyageur professionnel, du journaliste ancêtre du « reporter » de la grande presse et celle des journaux spécialisés comme Le Tour du monde de chez Hachette produisirent une littérature de consommation que d’aucuns qualifient de « littérature industrielle » et dont l’originalité n’est pas à la mesure de la fabrication à la chaîne. Le premier guide Baedeker français de la Suède et de la Norvège date seulement de 1866 et il ne fut réédité qu’en 1892 : il laissait largement sa place à une littérature « géographique » de complément. Fort heureusement, il y eut, au milieu de ces productions au relent de guide touristique, une vraie littérature dont le livre d’Alessandra Orlandini Carcreff rend témoignage. Le copieux « Répertoire des voyageurs » placé à la fin de l’ouvrage offre un ensemble de « relateurs » assez souvent oubliés, mais qui méritent souvent par la qualité de leurs textes plus qu’un salut évasif. Chacun y trouvera tous les détails souhaitables sur leurs itinéraires et la production littéraire plus ou moins abondante de ces équipées entre boue lapone, mondanités scandinaves et enquêtes de terrain. Le livre leur donne une nouvelle chance d’échapper aux rayons les plus obscurs des bibliothèques et ils méritent cette attention, sinon cette résurrection.

4L’auteur définit cinq types de voyages aux terres boréales qui vont des variantes nordiques du « grand tour » aristocratique et mondain dans le « Nord » qui n’est la plupart du temps qu’une étape vers la Russie, comme nous l’avons dit, jusqu’aux récits nourris de littérature comme celui de Léonie d’Aunet, en passant par le voyage scientifique dont l’archétype est la fameuse expédition des académiciens français des sciences menée, en 1737, par Maupertuis et narrée par lui et par l’abbé Outhier, en passant encore par les voyages anthropologiques et les inévitables voyages touristiques dont la veine publicitaire n’est pas totalement absente. Tout cela forme un ensemble composite que le livre contrôle en structurant son étude autour de trois chapitres, précédées d’un panorama de la Scandinavie au sens large, telle qu’elle était conçue depuis l’Antiquité par les populations du Sud qui voyaient dans ces lieux un espace de « nulle part » au bord du précipice océanique et du Tartare.

5Le premier chapitre de l’ouvrage, à la suite de ce préambule nécessaire, traite de la « découverte » d’un sous-continent presque aussi mystérieux que celui des Caraïbes pour les « découvreurs » de l’Amérique. Les premiers voyageurs sont des marchands attirés par le Nord, des Italiens naturellement comme Pietro Querini dans les années trente du xve siècle, puis viendront les voyageurs professionnels que sont les diplomates et les scientifiques, avant qu’au tournant du xixe siècle apparaissent divers écrivains-voyageurs qui vont dorénavant occuper le terrain. Le second chapitre traite des différentes catégories de relations suscitées par des voyages dont les itinéraires sont, d’ailleurs, extrêmement variés, même si la plupart suivent les routes les plus aisées le long des côtes ou traversent la Scandinavie en profitant d’un été, boueux certes, mais qui permet d’échapper au long hiver et à ses nuits permanentes qui glacent, dans tous les sens du terme, ces Européens habitués à d’autres climats. Mais la Laponie fascine par son étrangeté singulière confortée par les grands classiques de la littérature viatique que sont les œuvres d’Olaus Magnus et de Johannes Scheffer, qu’ils ont pratiquées, peut-être trop ! Ils y rencontrent, en Europe même, des populations qui semblent le reflet de ces peuples « premiers » qu’au-delà de l’Atlantique l’Amérique offrit aux « découvreurs » ; cela engendre des réflexions sur des mœurs et des pratiques qu’un christianisme tardif a pourtant tenté de régler et de mettre aux normes de la « civilisation » : mythologie, chamanisme, hospitalité lapone, etc. Avec d’autres, Jean-François Regnard, le Molière d’après Molière, retour de sa captivité à Alger, découvrit la Laponie et compila ce qu’il n’avait pas vu en copiant les autorités : son voyage publié posthume en 1731 eut quelque influence sur l’imaginaire de la Laponie dans l’Europe du Sud.

6Par un choix justifié de six voyages chronologiquement organisé et montrant l’évolution de l’imaginaire lapon à travers la littérature de voyage européenne, la troisième partie témoigne de cette attirance-répulsion pour des êtres qui n’entrent pas dans le moule de la « civilisation » commune et que la lycanthropie dont on les accuse ravale dans l’univers intermédiaire entre l’homme et l’animal, une catégorie inconnue de Linné qui, en 1732, inventoria la faune et la flore de la Laponie. Leur sens pratique – ski, sauna et économie du renne – les rendait habiles à survivre dans un environnement hostile, mais il semble qu’une barrière existait entre eux et le reste du continent européen, comme s’ils étaient une pièce rapportée venue d’un ailleurs inconnu, un peu comme les Inuits dans l’espace amérindien. Au cours des siècles, les voyageurs constatent la décadence de leurs mœurs, l’ensauvagement, comme l’on disait en Amérique, lié à la consommation de l’alcool, sans que la plupart d’entre eux attribuent, néanmoins, cette évolution à la confrontation mortelle avec une « civilisation » qui transforme les Lapons en rusés négociants d’artefacts en série proposés aux nouveaux touristes. Ces « vendeurs de vent » en négocient même aux marins assez crédules pour les croire : et cela semble fonctionner ! Un voyageur comme Maupertuis, qui mit un temps à la mode les Lapons dans les salons parisiens du règne de Louis XV en se travestissant à leur manière, se drape dans la simple posture du savant qui établit la « figure de la terre » en se préoccupant fort peu d’en examiner, au nom de la science de l’homme en marche, des habitants qui ne pratiquent en rien les codes des bonnes manières nécessaires à la vie en société. Ce voyage au Nord est une longue litanie de stations expérimentales où l’on mesure, comme La Condamine au Pérou, ce méridien qui prouve à la face du monde et de la Royal Society britannique que la terre est aplatie aux pôles : les populations apparaissent à peine dans le décor de cette mise en scène de la science en marche. La Laponie n’a pas bénéficié comme d’autres lieux « premiers » de ces monuments de la littérature que sont Chateaubriand ou Hugo qui les eussent magnifiés ; malgré son intimité avec le grand poète, Léonie d’Aunet, la femme du Spitzberg, pratique ce que le livre appelle une éloquence « asiatique » qui pastiche, d’ailleurs fort tardivement, les envolées romantiques. Quant à Germaine de Staël, son court séjour et les quelques pages qu’elle en a laissées témoigne d’une complète incompréhension pour ce monde peu « éclairé » que découvre la familière de la cour de Saint-Pétersbourg et du monde de Coppet qui ne rêve que de l’Allemagne et de l’Italie : une rencontre sans véritable écho.

7Est-ce à dire que le voyage en Laponie est l’un de ces trous noirs de la littérature viatique ? Le livre prouve le contraire par l’utile panorama prosopographique qu’il offre. Avec le géographe La Martinière en 1671 commence – et avec éclat ! – la découverte par les Français du « voyage des pays septentrionaux ». Les Italiens les avaient précédés, dont, quelques années auparavant, Francesco Negri. Dès la fin du xviie siècle, les récits des Européens du Sud remplacent largement, en s’en inspirant souvent, la bibliographie produite par le Nord scandinave. Ce regard extérieur encore nourri de fantasmes pseudo-scientifiques s’acclimate bien, paradoxalement, avec l’univers animiste des Lapons. C’est à cette époque, en effet, que la « sympathie » pour les Lapons est la plus évidente chez les voyageurs du Sud : le siècle suivant, « éclairé », sera davantage imperméable, malgré Rousseau et quelques autres, à la catégorie du « primitif », que le Pygmalion de la culture doit conduire à l’humanité. Avec le xixe siècle, la présence à son orée de Giuseppe Acerbi, auquel le livre accorde, fort justement, une place cardinale, inaugure une espèce de voyage ethnographique, dont les sources sont chez ceux que l’on appelle, en France, les Idéologues et chez leurs concurrents de la Société des Observateurs de l’Homme, qui pratiquent avec Georges Cuvier et Déodat Gratet de Dolomieu les premières études anthropologiques sérieuses. À Acerbi et aux Lapons correspondent au sud de l’Afrique les travaux d’un François Levaillant sur les Hottentots. Davantage hommes de la Révolution que des Lumières, ils prennent, l’un et l’autre, fait et cause pour des populations opprimées et méprisées. Le glissement de la littérature viatique vers la littérature touristique au fil du siècle suivant occultera ces quelques instants de grâce. Le livre d’Alessandra Orlandini Carcreff est un monument savant élevé à des peuples que le « vent » de l’histoire a oubliés ou malmenés. À travers les péripéties des voyages et leurs relations au Nord, c’est, une nouvelle fois, un miroir de notre civilisation qui nous est fourni.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search