Version classiqueVersion mobile

La plume et la route

 | 
Nathalie Vanfasse

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Voir Yi-Fu Thuan, Topophilia.

1Cette exploration faite sous l’égide de Dickens voyageur révèle l’unité et la cohérence mais aussi la richesse et la complexité de l’écriture de voyage de Dickens. American Notes, Pictures from Italy, The Lazy Tour et The Uncommercial Traveller livrent au lecteur une véritable poétique du déplacement qui s’articule autour de perspectives spatio-temporelles inattendues. L’étude détaillée de cette concordance des temps permet de relire autrement les quatre textes viatiques. La perception qu’a Dickens des États-Unis dans American Notes prend la forme d’un itinéraire engagé, d’abord favorable, puis hostile à un pays qui semblait pourtant représenter un autre avenir possible et un modèle alternatif pour l’Europe et l’Angleterre. Le parcours de Dickens se traduit d’abord par une écriture utopique qui s’inverse au cours du voyage, pour se transformer en rejet radical de l’Amérique, en forme de satire et de dystopie. En d’autres termes, et pour reprendre la terminologie du géographe Yi-Fu Thuan, Dickens dans American notes passe d’une topophilie à une topophobie de l’Amérique1. Pictures from Italy donne lieu, contrairement à American Notes, à une exploration du passé qui inspire à Dickens un mélange de fascination et d’horreur, exprimé par une écriture centrée sur le grotesque. Les parcours américains et italiens de Dickens se ressemblent en ce que dans ces deux récits, Dickens n’arrive pas à se départir complètement de ses préjugés pour appréhender ces deux pays dans toute leur spécificité. Les défauts qu’il constate dans le système américain lui paraissent des tares insurmontables, et il ne parvient pas à voir dans ce pays une histoire et une démocratie nouvelles et en devenir. D’aucuns diront toutefois que Dickens peut, malgré tout, être considéré, sur certains points, comme extrêmement perspicace, puisqu’il semblait avoir déjà compris que le culte de l’argent, les questions de race, et la violence liée aux armes gangrenaient la démocratie américaine. En Italie et en France, Dickens parvient difficilement à discerner des signes de renouveau dans des pays qu’il considère comme passablement retardés, et auxquels il attribue une violence latente et impossible à éradiquer. Sa lecture de ces deux pays deviendra plus lucide et plus éclairée par la suite, comme le montrent les essais du Uncommercial Traveller, qui semblent en quelque sorte venir compléter les silences de Pictures from Italy.

2Le temps présent est au centre du Lazy Tour of Two Idle Apprentices et du Uncommercial Traveller. L’Angleterre victorienne constitue la toile de fond de ces deux récits, mais dans ces deux textes, le présent employé est très ambivalent. Le Lazy Tour élabore une temporalité ambiguë relevant à la fois du présent et de la fiction. Le lecteur suit deux voyageurs dans une excursion vers le nord de l’Angleterre qui le plonge à la fois dans la modernité des chemins de fer, dans l’univers des tableaux de William Hogarth, et dans l’imaginaire des contes fantastiques. Le recueil du Uncommercial Traveller est, lui aussi, à la fois centré sur la puissance politique et commerciale de l’Empire britannique et sur sa capitale, Londres. Mais ce présent est doté d’une épaisseur quasi archéologique semblable à celle déjà observée par Dickens dans Pictures from Italy. Ici cependant, et à la différence de Pictures from Italy, les strates temporelles permettent à Dickens moins de dénigrer et de critiquer ce qu’il voit que d’étudier l’Angleterre victorienne dans toute sa complexité et son ambivalence. Par le biais d’une subtile concordance des temps, Dickens renouvelle, dans ses quatre récits viatiques, la perception des espaces géographiques visités, mais il revisite aussi ces lieux en reconsidérant leurs centres névralgiques à partir de leurs marges. Il bouleverse, ce faisant, l’ordre spatial établi et nous amène à relire autrement les lieux visités.

3L’Amérique est ainsi redécouverte dans American Notes à partir de l’Angleterre et du Canada. L’Angleterre tend toutefois dans un premier temps à brouiller la perception qu’a Dickens des États-Unis, car il s’obstine à lire l’Amérique à partir de grilles de compréhension britanniques. Le Canada, en revanche, lui réserve d’agréables surprises, alors qu’il ne s’attendait pas, a priori, à y trouver grand-chose d’intéressant. Ce pays s’avère en fait incarner les idéaux que recherchait Dickens en arrivant aux États-Unis, mais sans la plupart des défauts constatés en Amérique. Le Canada offre en quelque sorte à Dickens une Angleterre de substitution, localisée dans le Nouveau Monde, et à partir de laquelle il peut réévaluer, cette fois plus objectivement, les États-Unis. Cette dernière évaluation n’est ni utopiste ni satirique : elle regarde avec lucidité et sans concession ni excès d’enthousiasme quels idéaux peuvent bel et bien être réalisés dans le Nouveau Monde.

4L’Italie est elle aussi découverte d’une autre manière, à partir de ses marges, en l’occurrence à partir de la France et de la Suisse. Ces zones périphériques contribuent à éclairer le cœur du voyage, à savoir l’Italie, d’autant plus qu’elles resurgiront plus tard dans plusieurs chroniques du Uncommercial Traveller, lesquelles viennent pour ainsi dire compléter les informations esquissées dans Pictures from Italy. Elles donnent des indications sur la manière dont Dickens se représente les lieux traversés et sur les préjugés dont il a du mal à se départir.

5Le Lazy Tour et The Uncommercial Traveller revisitent eux aussi la thématique du centre et de la périphérie, en explorant Londres et ses marges. Les deux voyageurs du Lazy Tour se déplacent de Londres vers le nord de l’Angleterre, et le récit démontre que d’autres centres d’intérêt existent en dehors de la capitale. Ce texte viatique permet aussi à Charles Dickens et à Wilkie Collins de s’essayer à un genre considéré parfois comme mineur par rapport au genre romanesque dans lequel ils excellaient. The Uncommercial Traveller donne à voir des endroits délaissés par la modernité de l’Angleterre victorienne, une perspective à la fois quelque peu nostalgique et discrètement subversive, en ce qu’elle résiste à l’effacement de ces lieux, en les faisant revivre par l’écriture. Les flâneries du Voyageur non commercial se traduisent souvent dans les essais par des digressions, une forme de décélération qui reflète aussi les méandres des pensées du voyageur. Flânerie physique et digressions mentales offrent deux formes de résistance à la vitesse naissante du monde moderne.

6Au sein du cadre spatio-temporel délimité par chacun des quatre textes viatiques, la palette de genres littéraires que maîtrise Dickens lui permet d’établir une médiation d’autant plus complexe et subtile entre les voyageurs et le monde. Mais il ne s’appuie pas seulement sur ses propres ressources littéraires, il se sert aussi de tout un réseau discursif, plus large, informé par d’autres écrivains. Ce réseau donne aux espaces dépeints dans ses propres écrits une densité littéraire encore plus grande. Ces stratégies lui permettent de répondre à des interrogations essentielles sur l’écriture de voyage. Ces questions portent, d’une part, sur la manière dont des voyages, réels ou imaginaires, peuvent être mis en mots, mais aussi sur la capacité de l’écriture de voyage à redire le monde en se servant de la fiction. Dickens s’interroge aussi sur l’identité de l’écrivain-voyageur qui se constitue comme sujet en se déplaçant et en écrivant, mais qui se trouve aussi, par moments, déstabilisé par les voyages.

7 American Notes révèle des tensions intéressantes entre Dickens romancier et Dickens journaliste voire sociologue. Cette dialectique lui permet de dépasser le simple reportage, entendu au sens journalistique le plus strict, pour offrir ce que l’on pourrait qualifier de documentaire créatif sur les États-Unis. Par cette stratégie, il s’efforce de sonder les tréfonds de l’âme des voyageurs traversant l’Atlantique, ou encore l’état d’esprit de prisonniers soumis à un régime d’incarcération particulièrement inhumain. La fiction permet à Dickens de dépasser certaines apories de l’écriture journalistique en produisant une sorte de fiction-réalité et en donnant un visage à des idées abstraites. Par ailleurs, une comparaison entre la correspondance de Dickens et son récit de voyage permet de mesurer combien Dickens construit dans American Notes une figure du voyageur qui lui ressemble mais porte aussi un masque. Cette figure paradoxale révèle en fait des traits de personnalités profonds et cachés de l’écrivain-voyageur. American Notes dialogue avec d’autres représentations visuelles et textuelles des États-Unis, et Dickens insère sa propre vision dans ces représentations collectives. L’Amérique qu’il dépeint prend ainsi une véritable épaisseur culturelle.

8Dans Pictures from Italy, Dickens adopte la posture plus détendue d’un voyageur anonyme et en villégiature. Le récit suit l’humeur vagabonde de ce promeneur au gré de ses pérégrinations. Le récit contient, comme American Notes, des traces de la forme journalistique, mais Dickens en fait ici un usage très différent. Il propose à ses lecteurs un parfum d’évasion et une invitation au voyage. Son périple en Italie donne lieu à une multitude de créations littéraires, qui participent d’une réflexion subtile sur l’articulation entre référentialité et fiction, une problématique qui sous-tend tout récit de voyage. Pictures from Italy présente au lecteur un monde transfiguré par la fiction. L’animation des paysages et leur représentation insolite donnent, dans bien des cas, aux objets décrits une qualité visionnaire, comme si Dickens était parvenu à saisir leur essence. Mais ces descriptions défamiliarisantes révèlent aussi par moments une déstabilisation du voyageur lui-même. Géographie humaine et physique se combinent avec la fiction pour enrichir la réalité topographique. Pictures from Italy souligne et décline à sa manière les liens complexes dessinés par tout récit de voyage entre espace littéraire et géographique.

9Le Lazy Tour et The Uncommercial Traveller reprennent l’articulation entre espace littéraire et parcours géographique, en métamorphosant le voyage en écriture dans le cas du Lazy Tour, ou en transformant la flânerie en digression dans The Uncommercial Traveller. Le Lazy Tour propose au lecteur le récit de voyage romancé de deux écrivains, Charles Dickens et Wilkie Collins, en voyageurs désœuvrés. Les épisodes de ce texte viatique jouent avec les conventions du récit de voyage ou basculent dans la fiction pure. Le texte sert de prétexte à Dickens et à Collins pour se livrer à des expérimentations génériques et rivaliser de savoir-faire, comme pour s’affirmer à travers leurs styles respectifs, à défaut d’apparaître à visage découvert. Pour ce qui est de l’expérimentation générique, dans The Uncommercial Traveller, le voyageur pratique une forme de déplacement où la destination n’est plus nécessairement l’élément le plus important. Cette pratique a pour avantage de réinsuffler de l’aventure dans des expéditions a priori banales en inventant des trajectoires inédites qui leur redonnent de l’intérêt et de la nouveauté. L’expérimentation générique se traduit aussi dans The Uncommercial Traveller par le recours au récit de voyage, qui permet de contourner les impasses d’un discours journalistique trop abstrait. Le Voyageur non commercial adopte la posture d’un enquêteur social, mais ses propos sont également émaillés d’échappées imaginaires qui servent, paradoxalement, à mieux qualifier la réalité du monde qui l’entoure. Les vagabondages de l’esprit du voyageur accompagnent ici son vagabondage physique. Dickens explore ainsi, dans ses textes viatiques, différents genres correspondant à différentes facettes de sa personnalité. Il expérimente aussi avec une multitude de supports, créant ainsi une véritable poétique intermédiale, qui ne se limite pas au choix d’un support médiatique par ouvrage. Pour obtenir l’effet le plus frappant, Dickens combine, dans chaque écrit de voyage, différents supports à la fois visuels, sonores et écrits.

10Dans American Notes, il exploite toutes les possibilités offertes par des supports en forme de billets (notes). Son récit renvoie à première vue à l’idée de notes prises au fil du voyage et livrées directement ou retranscrites, ce qui correspond à une conception tout à fait courante de l’écriture de voyage. Le texte s’apparente aussi, dans une certaine mesure, à des billets d’humeur, entendus au sens journalistique. Ceci est d’autant plus vrai que Dickens lui-même adopte, par moments, une posture de journaliste-enquêteur dans ce récit. Toutefois, l’interprétation la plus complexe et la plus fructueuse du mot « notes » dans American Notes est celle de billets de banque. Il s’avère en effet que Dickens produit avec succès, par l’écriture, une série de billets de banque destinés à compenser les imperfections du système monétaire américain. Le texte fonctionne en quelque sorte comme un système monétaire à lui tout seul.

11 Pictures from Italy fait appel à une série, tout aussi riche et complexe, de supports médiatiques. Le récit se présenta initialement comme des lettres de voyage écrites sur la route mais publiées dans un journal, le Daily News. Des traces de cette forme épistolaire subsistent dans le volume Pictures from Italy mais, dans ce nouveau support, le récit de voyage prend la forme d’une succession d’images, qui renvoient moins à des tableaux de maître qu’à des photographies, des scènes de genre, des croquis et des caricatures. Par ces images, Dickens revisite et redéfinit la catégorie esthétique du pittoresque. Il travaille aussi les effets impressionnistes et le flou. En fait, le récit tout entier fonctionne comme un diorama, un divertissement visuel très apprécié durant la période victorienne et fondé sur des images grand format et en mouvement. L’image en mouvement se retrouve dans le Lazy Tour of Two Apprentices, sous une autre forme encore.

12Le Lazy Tour s’appuie sur deux supports médiatiques : celui du journal Household Words dans lequel la série parut en 1857, mais aussi l’image sous la forme de peintures, de caricatures, et de panoramas mouvants. Le Lazy Tour ne parut jamais sous forme d’ouvrage du vivant de Charles Dickens et de Wilkie Collins. Il ne fut donc pas écrit pour être lu ainsi. Il est par conséquent indispensable de le lire dans son cotexte journalistique, pour mieux saisir la manière dont les lecteurs victoriens en firent l’expérience. La série de gravures de Hogarth, Industry and Idleness, sert par ailleurs de matrice principale à ce récit de voyage, mais une autre référence intermédiale permet de mieux comprendre le fonctionnement de ce texte : il s’agit du voyage du docteur Syntaxe à la recherche du pittoresque de Thomas Rowlandson et William Combe, texte publié en 1812. De plus, le déroulement de certaines scènes ressemble à s’y méprendre à celui de panoramas mouvants.

13Quant au Uncommercial Traveller, il parut initialement sous forme d’essais dans le journal All the Year Round, avant de paraître dans plusieurs recueils. L’étude des séries successives du Uncommercial Traveller dans leur cotexte journalistique entre 1860 et 1869 livre une première lecture possible du texte. Cette lecture, déjà très riche parce qu’elle met en relation des textes avec d’autres articles du journal et s’étend sur une dizaine d’années, se complique encore davantage du fait que The Uncommercial Traveller parut aussi sous la forme de recueils. Or aucun de ces recueils n’est identique aux autres, car ils ne réunissent pas exactement les mêmes textes, ce qui produit des expériences de lecture très différentes.

14En fin de compte, le rapprochement des quatre ouvrages American Notes, Pictures from Italy, The Lazy Tour of Two Idle Apprentices et The Uncommercial Traveller livre des perspectives inédites sur l’écriture de voyage de Dickens. L’intégration d’une dimension temporelle dans les différents déplacements permet une compréhension nouvelle de l’espace géographique visité, tandis que l’examen d’activités ou de lieux situés à la périphérie jette sur l’action principale un éclairage inhabituel. L’étude de l’articulation, encore peu examinée, entre les figures du voyageur et la traversée des genres opérée par chacun de ces textes permet, quant à elle, la saisie d’un personnage d’écrivain-voyageur plus complexe et plus riche. Enfin la manière dont les quatre récits se servent d’une multitude de médias pour livrer leur contenu, montre que Dickens élabora, dans son écriture viatique, une véritable poétique du support.

Notes

1 Voir Yi-Fu Thuan, Topophilia.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search