Version classiqueVersion mobile

La plume et la route

 | 
Nathalie Vanfasse

Figures du voyageur. Perception de l’espace et traversée des genres

Figures du voyageur

Perception de l’espace et traversée des genres

Texte intégral

  • 1 P. Antoine, « Voyages de la lenteur », in Phipppe Antoine, dir., Voyages contemporains 1, p. 4. Voi (...)
  • 2 Expression de Marie-Christine Gomez-Géraud, voir « Conclusion », in P. Antoine et M-C. Gomez-Géraud (...)
  • 3 La notion « d’inventaire subjectif du monde » est tirée de P. Antoine, « Un personnage de récit de (...)
  • 4 M. Butor, « Le Voyage et l’écriture », p. 13.

1Comme le dit si bien Philippe Antoine, « tout voyage, on le sait, se fait aussi au pays du moi […] et il est bien rare que le déplacement ne soit pas associé à une découverte et à une mise en scène de soi1 ». Analyser les figures du voyageur-narrateur dans les quatre textes viatiques de Dickens est donc une étape essentielle à la compréhension de son écriture de voyage. Et puisque tout récit de voyage révèle « le monde saisi à travers une conscience […], redessiné, régénéré par un regard2 », ce regard ne peut être étudié indépendamment de « l’inventaire subjectif du monde3 » qu’il propose. Dickens, comme tout écrivain-voyageur, met l’espace en texte et, pour ce faire, il se sert des différents genres littéraires qu’il connaît et pratique4. Ces genres font d’autant plus partie de la construction du voyageur et du monde dans American Notes, Pictures from Italy, The Lazy Tour of Two Idle Apprentices et The Uncommercial Traveller qu’ils reflètent les multiples facettes de la personnalité de Dickens, à la fois écrivain-voyageur, conteur, romancier, philosophe à ses heures, journaliste, écrivain épistolaire et dramaturge. Les portraits du voyageur et ses perceptions de l’espace dans ses quatre textes de voyage sont donc étroitement liés à une traversée des genres, et c’est précisément cette articulation que nous nous proposons d’explorer ici.

  • 5 Sur le Moi et le Monde dans les récits de voyage du xixe siècle voir C. Blanton, Travel Writing : t (...)

2Dans American Notes et Pictures from Italy, l’écriture de voyage se nourrit de journalisme et de fiction, tandis que dans The Uncommercial Traveller, c’est le journalisme qui s’inspire de l’écriture de voyage et de la fiction. Quant au Lazy Tour, il subvertit les conventions du récit de voyage et explore le genre viatique dans ses liens avec la fiction. American Notes et Pictures from Italy sont des récits de voyage qui puisent dans les compétences journalistiques de Dickens, tandis que The Uncommercial Traveller est une série d’articles regroupés sous un titre qui les rattache à la littérature de voyage. Le Lazy Tour se présente, lui, sous la forme d’un récit de voyage romancé, dans lequel Charles Dickens et Wilkie Collins se mettent en scène non sous leurs noms d’auteurs, mais en adoptant les noms de deux personnages imaginaires issus d’une série de tableaux de Hogarth. L’enjeu de cette partie est de comprendre comment Dickens articule les genres qu’il expérimente, pour représenter ses voyageurs-narrateurs et les pays ou les endroits visités. Dans chaque ouvrage, le voyageur mis en scène se sert en effet d’une palette de discours pour opérer une médiation entre un voyage réel, ou supposé réel, et un parcours psychologique et symbolique. Il s’en sert aussi pour se confronter à l’altérité, et pour mieux se comprendre lui-même5.

  • 6 B. Westphal, La Géocritique : réel, fiction, espace, chap. 5 « Lisibilité », p. 249.
  • 7 Id., La Géocritique mode d’emploi, p. 37.
  • 8 Id., La Géocritique : réel, fiction, espace, chap. 5 « Lisibilité », p. 272.

3En jouant avec différents genres littéraires et en se plaçant dans un réseau plus large, informé par d’autres écrivains, Dickens mit ainsi en scène, dans ses quatre écrits de voyage, différentes relations entre le Moi du voyageur et le monde, construisant ainsi ces deux entités par le langage. Il ne s’agit pas ici d’examiner simplement l’intertextualité d’American Notes, de Pictures from Italy, du Lazy Tour et de The Uncommercial Traveller, mais de voir comment celle-ci s’inscrit dans la construction de représentations collectives de l’Amérique, du continent européen, de Londres et de ses environs, mais aussi du voyage et des voyageurs. Une perspective géocritique permet de reconstituer le cheminement discursif plus large qui mène à la représentation de l’espace et du voyageur dans les quatre comptes rendus de voyage6. La densité littéraire de l’espace ainsi décrit, ou plutôt construit par les quatre textes, peut ainsi être mesurée, tout comme « le système de références croisées et d’interactions7 » dont ces écrits de voyage se nourrissent pour représenter les lieux traversés par le voyageur, lieux dont ils alimentent et enrichissent à leur tour la représentation8.

  • 9 Voir I. Borm, « Defining Travel : On the Travel Book, Travel Writing and Terminology », p. 19-25.
  • 10 Philippe Antoine, Préface, in P. Antoine et M-C. Gomez-Géraud, dir., Roman et récit de voyage, p. 6
  • 11 C. Montalbetti, « Les Séductions de la fiction : enjeux épistémologiques », p. 100-101.
  • 12 B. Westphal, La Géocritique mode d’emploi, p. 9-40.
  • 13 Id., La Géocritique : réel, fiction, espace, chap. 5 « lisibilité », p. 241-275.
  • 14 D. Urbain, « Le cogito du voyageur », p. 24.
  • 15 Voir J. Duncan et D. Gregory, Writes of Passage : Reading Travel Writing, p. 5.
  • 16 B. Musgrove, « Travel and Unsettlement : Freud on Vacation », p. 31, 40.

4Cette question des genres dans leur relation au Moi et au monde est liée à une interrogation sur la façon dont un voyage réel ou imaginaire peut être mis en mots, ce qui implique des problèmes de référentialité et de vraisemblance. L’écriture de voyage, dont les fondements sont, a priori, très référentiels, s’interroge en effet sans cesse sur sa capacité à fournir des informations sur le réel9. À cet égard, il est possible de dire que Dickens explore à travers différents genres littéraires, qu’il combine de façon innovante et personnelle, différentes manières de représenter ses voyageurs-narrateurs et leurs voyages. Il revisite la relation entre le langage et le monde en se servant des possibilités offertes par divers énoncés référentiels et fictionnels10. Il tente en particulier de répondre à une question formulée de manière théorique et épistémologique par Christine Montalbetti, celle de savoir si la propension de l’écriture de voyage à redire le monde dans les termes mêmes de la fiction fragilise la capacité référentielle du discours11. Dickens prend ici position sur les rapports du langage et du monde et sur ce que différents genres littéraires peuvent dire du monde. Nous allons donc nous pencher sur le rôle joué par ces filtres linguistiques dans les liens entre l’écriture, les figures du voyageur et l’espace traversé. Nous examinerons comment cet espace est transformé en un texte nourri de différents genres littéraires, qui révèlent certaines de ses dimensions intrinsèques et qui, avant tout, l’introduisent dans un réseau intertextuel lui conférant une véritable épaisseur littéraire12. Cette épaisseur traduit la relation vécue qu’entretient le voyageur avec les espaces qu’il traverse et représente ensuite dans ses comptes rendus de voyage13. Le voyageur se constitue en effet comme sujet en écrivant, se conformant ainsi au principe, énoncé par Didier Urbain, de « je me promène donc je suis14 », ou plutôt de « je relate mes promenades donc je suis ». Il élabore ses propres stratégies de représentation, en négociant avec les représentations culturelles qui sont les siennes, mais aussi avec d’autres textes et discours représentant les espaces qu’il traverse15. En même temps, comme le souligne Brian Musgrove, le passage d’un territoire à un autre et le franchissement de frontières impliquent, par moments, moins une construction qu’une déstabilisation de l’identité du sujet en mouvement. Le voyageur se trouve divisé entre deux mondes, et son Moi est remis en question par ses hésitations et ses incertitudes, exprimées, elles aussi, par un discours issu de sources textuelles composites16. L’étude de cette mise en mots des figures du voyageur et des lieux qu’il visite, et la traversée des genres qu’implique cette construction permettent donc de mesurer toute leur complexité.

Notes

1 P. Antoine, « Voyages de la lenteur », in Phipppe Antoine, dir., Voyages contemporains 1, p. 4. Voir aussi sur le Moi du voyageur S. Venayre, « Les figures du voyageur dans L’itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand ».

2 Expression de Marie-Christine Gomez-Géraud, voir « Conclusion », in P. Antoine et M-C. Gomez-Géraud, dir., Roman et récit de voyage, p. 249.

3 La notion « d’inventaire subjectif du monde » est tirée de P. Antoine, « Un personnage de récit de voyage : l’écrivain », p. 147.

4 M. Butor, « Le Voyage et l’écriture », p. 13.

5 Sur le Moi et le Monde dans les récits de voyage du xixe siècle voir C. Blanton, Travel Writing : the Self and the World, p. 3, 4, 9, 11, 15.

6 B. Westphal, La Géocritique : réel, fiction, espace, chap. 5 « Lisibilité », p. 249.

7 Id., La Géocritique mode d’emploi, p. 37.

8 Id., La Géocritique : réel, fiction, espace, chap. 5 « Lisibilité », p. 272.

9 Voir I. Borm, « Defining Travel : On the Travel Book, Travel Writing and Terminology », p. 19-25.

10 Philippe Antoine, Préface, in P. Antoine et M-C. Gomez-Géraud, dir., Roman et récit de voyage, p. 6.

11 C. Montalbetti, « Les Séductions de la fiction : enjeux épistémologiques », p. 100-101.

12 B. Westphal, La Géocritique mode d’emploi, p. 9-40.

13 Id., La Géocritique : réel, fiction, espace, chap. 5 « lisibilité », p. 241-275.

14 D. Urbain, « Le cogito du voyageur », p. 24.

15 Voir J. Duncan et D. Gregory, Writes of Passage : Reading Travel Writing, p. 5.

16 B. Musgrove, « Travel and Unsettlement : Freud on Vacation », p. 31, 40.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search