Version classiqueVersion mobile

La plume et la route

 | 
Nathalie Vanfasse

Introduction

Texte intégral

  • 1 Voir John Drew, « Voyages extraordinaires : Dickens’s “Travelling Essays” and The Uncommercial Trav (...)

1Bien que connu principalement pour ses romans, Dickens publia au cours de sa vie trois récits de voyage ainsi qu’un volume d’articles viatiques qui, tous, amènent à le reconsidérer sous un autre visage, moins connu que celui de romancier, celui d’écrivain-voyageur. En 1842, il relata dans American Notes son premier voyage aux États-Unis de janvier à juin, en compagnie de son épouse. Au cours de ce séjour, il parcourut le continent américain, mais sans descendre dans le Sud esclavagiste au-delà de Richmond, et il passa un mois au Canada. En 1846, il raconta dans un deuxième livre, intitulé Pictures from Italy, le séjour qu’il effectua en 1844-1845 dans ce pays, cette fois avec sa famille entière et sous la direction d’un guide français. Le petit groupe traversa la France pour se rendre en Italie, s’installa quelque temps à Gênes, puis se rendit dans le Nord de l’Italie, à Modène, à Bologne, à Ferrare, à Padoue, à Venise, à Vérone, à Mantoue, à Crémone et à Milan. Il visita ensuite Rome, Naples et Pompéi, ainsi que Florence. En 1857, Dickens écrivit avec son ami Wilkie Collins le récit d’une expédition qu’ils firent ensemble dans le nord de l’Angleterre jusqu’à la ville de Doncaster en passant par les villes de Carlisle, Hesket, Wigton, Allonby, ainsi que par une localité mystérieuse du Lancaster et par Leeds. En 1860 enfin, Dickens publia The Uncommercial Traveller, un ouvrage réunissant des articles consacrés à des promenades solitaires dans Londres, et à quelques excursions en dehors de la capitale. Le thème du voyage réunit les quatre ouvrages. Les trois premiers offrent chacun un voyage complet, tandis que le quatrième propose une série de voyages plus courts, dont chacun forme un tout1. L’originalité du présent ouvrage est d’offrir une exploration de ces quatre livres, sous l’égide de Dickens voyageur, ce qui permet de découvrir l’unité, la cohérence et la richesse de son écriture de voyage, mais aussi d’offrir des perspectives inédites sur ce qu’est un récit de voyage et sur les finalités qu’il poursuit.

  • 2 M. Butor, « Le voyage et l’écriture », Romantisme, no 4, 1972, p. 8.

2Nous commencerons par examiner les notions même d’espace et de temporalité dans l’écriture de voyage de Dickens, ainsi que la poétique du déplacement qu’elles impliquent. Dans les quatre écrits de voyage, l’espace traversé devient en effet, pour reprendre les termes de Michel Butor, comme une page sur laquelle le voyageur laisse son empreinte, et le déplacement peut être comparé à une forme de parole ou d’écriture qui s’exprime dans l’espace par des itinéraires spécifiques2. Le parcours du voyageur devient une sorte de discours, qui laisse sa marque sur les lieux traversés. L’itinéraire dickensien nous fait lire ces lieux autrement, en insistant d’une part sur leur temporalité, et en nous invitant, d’autre part, à relire l’espace par le biais de projections cartographiques différentes. En choisissant de mettre l’accent moins sur la dimension spatiale et plus attendue de ses déplacements que sur leur dimension temporelle, Dickens propose une compréhension nouvelle des espaces géographiques visités, en les dotant d’une véritable épaisseur historique. Dans ses quatre comptes rendus de voyage, Dickens explore le temps à partir de l’espace. La temporalité est ainsi dotée de matérialité et devient visible et tangible. Par ailleurs, en reconsidérant les centres géographiques, culturels et sociaux de son époque à partir de leurs marges, ou bien en centrant ses récits sur la périphérie, Dickens jette un éclairage inattendu sur des espaces a priori bien connus. Il bouleverse les perspectives habituelles, pour offrir au lecteur de nouveaux repères géographiques et donner un sens nouveau aux lieux explorés.

  • 3 Voir N. Jaëck et X. Amelot, « Dickens’s Pioneering Rhetoric of Landscape ».
  • 4 Sur ce type d’approche, voir A. Frémont, Normandie sensible.
  • 5 A. Frémont, Normandie sensible, p. 10. Voir aussi J. M. Besse « Le Paysage, espace sensible, espace (...)
  • 6 Sur la géographie subjective voir Y.-F. Tuan, Topophilia.

3Pour comprendre les enjeux spatiaux de l’écriture de voyage de Dickens, la géographie culturelle, la géographie sensible, la géographie subjective, ainsi que les outils conceptuels de la géophilosophie s’avèrent très utiles. Dickens offre en effet avant tout une vision sociale et humaine des espaces traversés et, à cet égard, son approche participe en quelque sorte d’une géographie culturelle. Ce qui intéresse avant tout Dickens dans ses voyages et son écriture viatique, ce sont les hommes dans leurs relations avec l’espace plus que le pittoresque des lieux3. Les endroits décrits dans les textes de voyage de Dickens sont des lieux vécus, marqués par un imaginaire géographique à la fois individuel et collectif. Ces lieux ne sont pas de pures représentations intellectuelles, mais des endroits perçus à travers les sens, les affects et les émotions. Les quatre écrits viatiques de Dickens explorent des rapports affectifs à l’espace, et ils représentent le monde environnant à travers les émotions des voyageurs. Le milieu physique est perçu subjectivement. Il fait l’objet de réactions d’enthousiasme, de surprise, mais aussi de dégoût et d’horreur4. Pour reprendre une formule d’Armand Frémont, les espaces dépeints par Dickens sont « pétri[s] d’humanité, de souffrance et de bonheur ». Ce sont aussi des espaces sensibles, « avec leurs odeurs, leurs couleurs, leurs beautés et leurs misères5 ». La géographie des lieux devient subjective et correspond à la perception idiosyncratique qu’ont les voyageurs du monde qui les entoure6.

  • 7 Une approche qui rejoint quelque peu celle du géographe Armand Frémont, qui dans son ouvrage, Portr (...)
  • 8 Voir G. Deleuze et F. Guattari L’Anti-Œdipe et Mille Plateaux pour des détails sur cette analyse gé (...)
  • 9 Voir sur ces questions S. Daniels et D. Cosgrove, The Iconography of Landscape.

4Mais cette géographie est aussi celle des hommes rencontrés, de leur vie, de leurs activités, de leur passé, de leurs passions et de leurs contradictions – une géographie fondamentalement humaine que les voyageurs des quatre écrits de voyage de Dickens représentent à la fois de manière factuelle et à travers une vision plus personnelle7. Les représentations, très britanniques, qu’ont ces voyageurs des endroits visités se trouvent, dans les quatre textes, déterritorialisées puis reterritorialisées, ce qui donne lieu à de fascinants phénomènes de transformations culturelles8. Les lieux sont également représentés symboliquement ou de manière picturale, ce qui conduit à des images qui participent de leur construction même9. Pour comprendre un endroit, il faut en effet en saisir toutes les dimensions symboliques, à travers les représentations verbales et visuelles qui en sont faites, et les récits de voyage de Dickens contribuent à ces représentations. Dickens interprète les paysages qu’il traverse. Il cherche à percevoir et à comprendre l’esprit des lieux. Il dote ces lieux d’un sens qui vient s’articuler à des significations sociales, politiques et culturelles déjà contenues dans les représentations de ces endroits et dans leur configuration même. L’écriture de voyage de Dickens met en scène des « espaces vécus » dont l’écrivain cherche à saisir le sens.

  • 10 Voir P. Adey, Mobility et J. Urry, Mobilities. Voir aussi J. Grossman, Charles Dickens’s Networks.
  • 11 M. Griselin, S. Nageleisen et S. Ormaux, « Entre le paysage-existence et le paysage expérience, le (...)
  • 12 G. Deleuze, L’image-mouvement.

5Dickens ne se contente pas d’observer une géographie des lieux statique, il analyse le déplacement même des voyageurs et la géographie de ces déplacements, si bien que les recherches sur la mobilité, qui étudient depuis les années 1990 le déplacement en tant que tel et dans sa spécificité, apportent aussi à son écriture de voyage un éclairage nouveau10. L’accent est mis sur des trajectoires, des itinéraires, plutôt que sur la destination de ces trajets, et les lieux sont perçus par un voyageur en mouvement. Le paysage traversé devient un « paysage-itinérance11 », influencé par le déplacement et par le mode de transport adopté. L’œil du voyageur qui se déplace, enregistre ce qu’il voit en passant, et les spectacles se traduisent dans le texte viatique par des « images-mouvement12 ».

  • 13 M. Butor, « Le Voyage et l’écriture », p. 13.

6À l’intérieur du cadre spatio-temporel ainsi délimité par American Notes, Pictures from Italy, The Lazy Tour et The Uncommercial Traveller, nous montrerons qu’une traversée des genres littéraires, à l’œuvre dans les quatre textes, permet de mieux comprendre les figures du voyageur et leur perception de l’espace. Dickens met en texte l’espace parcouru ou imaginé, et pour ce faire, il se sert de toute la palette des genres littéraires qu’il connaît13. Ces genres sont d’autant plus étroitement liés à la construction de soi et du monde qu’ils reflètent les multiples facettes de la personnalité de Dickens à la fois écrivain-voyageur, conteur, romancier, philosophe par moments, journaliste-enquêteur, écrivain épistolaire, et dramaturge à ses heures.

  • 14 B. Westphal, La Géocritique : réel, fiction, espace, p. 249.
  • 15 Id., La Géocritique mode d’emploi, p. 37.
  • 16 Id., La Géocritique : réel, fiction, espace, p. 272.
  • 17 P. Antoine, Préface, in P. Antoine et M.-C. Gomez-Géraud, dir., Roman et récit de voyage, p. 6.

7 Une perspective géocritique, s’appuyant sur tous les genres littéraires convoqués, mais aussi sur le réseau de livres déjà écrits par d’autres auteurs que Dickens, et appartenant, eux aussi, à des genres très variés, permet de reconstituer le vaste cheminement intertextuel qui mène à la représentation de l’espace et du voyageur dans les quatre comptes rendus de voyage14. La « densité littéraire » de l’espace ainsi décrit ou plutôt construit par chacun de ces textes peut donc être mesurée, tout comme « le système de références croisées et d’interactions15 » dont ces textes de voyage se nourrissent pour représenter les lieux traversés par le voyageur, lieux dont ils enrichissent à leur tour la représentation, au point même d’oblitérer parfois les lieux réels ou de les refaçonner16. En jouant avec différents genres littéraires et en se plaçant dans un large réseau discursif informé par d’autres écrivains, Dickens mit en scène, dans ses quatre écrits de voyage, différentes relations entre le Moi du voyageur et les lieux visités, construisant ces deux entités par le langage. Il revisita la relation entre le langage et le monde, à travers l’exploration des possibilités de représentation offertes par divers énoncés référentiels et fictionnels, renvoyant à d’autres auteurs et appartenant à différents genres. Cela lui permit aussi de révéler autant de facettes de sa propre personnalité17.

  • 18 M.-È. Thérenty, « Pour une poétique du support », p. 110.

8Outre leur traversée des genres, la manière dont les quatre récits s’appuient sur différents médias écrits, visuels ou sonores, éphémères ou permanents, pour enregistrer et représenter le voyage et offrir en quelque sorte de véritables parcours multimédias s’avère être une dernière spécificité, jusqu’ici peu abordée, de ces quatre textes. La forme matérielle sous laquelle se présente un récit de voyage n’est en effet pas anodine et participe de ce que Marie-Ève Thérenty qualifie de « poétique du support s’appuyant sur l’histoire culturelle du livre et des médias18 ». Les quatre comptes rendus de voyage peuvent être lus selon une perspective intermédiale, montrant comment les impressions et les souvenirs sont retranscrits sur différents supports médiatiques plus ou moins conventionnels, comme des articles de journaux, des images, ou des billets de banque, lesquels influent de manière significative sur l’interprétation de ces textes.

9Il n’existe jusqu’à présent aucune monographie consacrée à l’écriture de voyage de Charles Dickens. Pourtant cette écriture mérite d’être découverte car elle a pour particularité de combiner non seulement des caractéristiques propres à toute écriture viatique, mais aussi des traces d’écriture plus romanesque et théâtrale, ainsi qu’une dimension journalistique – Dickens étant également un journaliste accompli. C’est cette traversée des genres, alliée à l’utilisation d’une multitude de supports médiatiques, ainsi qu’à une approche originale du temps et de l’espace qui rend ces écrits de voyage si singuliers et si passionnants, et qui en justifie une étude approfondie.

Notes

1 Voir John Drew, « Voyages extraordinaires : Dickens’s “Travelling Essays” and The Uncommercial Traveller » (part one), p. 76-96. John Drew est l’auteur de deux articles remarquables principalement centrés sur The Uncommercial Traveller (1996a et b). Le premier rassemble American Notes, Pictures from Italy et The Uncommercial Traveller autour des thèmes du voyage et du récit de voyage, et le deuxième étudie les motifs et problématiques du voyage présents dans les essais composant The Uncommercial Traveller.

2 M. Butor, « Le voyage et l’écriture », Romantisme, no 4, 1972, p. 8.

3 Voir N. Jaëck et X. Amelot, « Dickens’s Pioneering Rhetoric of Landscape ».

4 Sur ce type d’approche, voir A. Frémont, Normandie sensible.

5 A. Frémont, Normandie sensible, p. 10. Voir aussi J. M. Besse « Le Paysage, espace sensible, espace public ».

6 Sur la géographie subjective voir Y.-F. Tuan, Topophilia.

7 Une approche qui rejoint quelque peu celle du géographe Armand Frémont, qui dans son ouvrage, Portrait de la France, mêle des données matérielles et une perception plus impressionniste sur le pays.

8 Voir G. Deleuze et F. Guattari L’Anti-Œdipe et Mille Plateaux pour des détails sur cette analyse géophilosophique.

9 Voir sur ces questions S. Daniels et D. Cosgrove, The Iconography of Landscape.

10 Voir P. Adey, Mobility et J. Urry, Mobilities. Voir aussi J. Grossman, Charles Dickens’s Networks.

11 M. Griselin, S. Nageleisen et S. Ormaux, « Entre le paysage-existence et le paysage expérience, le paysage itinérance ».

12 G. Deleuze, L’image-mouvement.

13 M. Butor, « Le Voyage et l’écriture », p. 13.

14 B. Westphal, La Géocritique : réel, fiction, espace, p. 249.

15 Id., La Géocritique mode d’emploi, p. 37.

16 Id., La Géocritique : réel, fiction, espace, p. 272.

17 P. Antoine, Préface, in P. Antoine et M.-C. Gomez-Géraud, dir., Roman et récit de voyage, p. 6.

18 M.-È. Thérenty, « Pour une poétique du support », p. 110.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search