Version classiqueVersion mobile

La plume et la route

 | 
Nathalie Vanfasse

Préface

Michael Hollington

Texte intégral

1Nathalie Vanfasse a eu l’ingénieuse idée de réunir quatre écrits fondamentaux de Dickens sur le voyage et de porter un éclairage original sur le romancier en tant qu’écrivain-voyageur. Ce faisant, elle ne se contente pas de mettre en lumière une dimension inédite de l’œuvre immense de cet auteur. Grâce à de nouvelles approches et comparaisons critiques, son étude ouvre la voie à d’autres qui suivront ses traces. Je vais en effet montrer que le sujet abordé ici ne s’arrête pas aux limites strictement littéraires et génériques que s’est fixées l’auteure.

2Certes, les deux ouvrages portant sur les voyages de Dickens à l’étranger, American Notes et Pictures from Italy font régulièrement l’objet de publications et ont souvent été mis en relation, mais jamais avec la finesse critique et le discernement dont Nathalie Vanfasse fait preuve ici. La nouveauté de son approche réside pour l’essentiel dans l’idée de mettre ces deux écrits de voyage en résonance avec deux autres textes viatiques importants de Charles Dickens, qui traitent des pérégrinations de l’écrivain en Angleterre : il s’agit du Lazy Tour of Two Idle Apprentices, écrit conjointement avec Wilkie Collins en 1857, et du Uncommercial Traveller, une collection d’écrits journalistiques, dont beaucoup, mais pas tous, sont centrés sur la Grande-Bretagne et tout particulièrement sur Londres, ainsi que sur le Kent, la région natale de Dickens (les articles du Uncommercial Traveller furent publiés à partir de 1860 puis réunis en un seul volume).

3La cohérence de cette monographie résulte de deux stratégies : la première consiste à examiner le masque qu’adopte Dickens dans ces écrits de voyage, masque que Nathalie Vanfasse qualifie « d’écrivain-voyageur » et qui met en scène un observateur attentif, toujours en mouvement (parfois rapidement et parfois à un rythme plus détendu qui s’apparente à celui du flâneur), et livrant diverses réflexions sur les personnes, les objets, les spectacles et les institutions et autres objets que rencontre son regard. L’autre stratégie consiste à traiter l’écriture de voyage comme un genre hybride qui se situe à une distance variable entre une volonté de donner des lieux visités et des gens croisés une description supposée neutre et objective, et une propension à colorer et à animer ce qui est dépeint en utilisant une riche palette d’expressions figurées comprenant des figures telles que la métaphore, des allusions littéraires et des références à d’autres arts.

4Le mérite rare de cet ouvrage vient de l’exploration extraordinairement fine de cette tension entre ces deux tendances de l’écriture dickensienne. Cette qualité n’apparaît peut-être pas au premier abord. Mon impression initiale, en lisant les premières pages consacrées à American Notes, fut de me demander si l’approche adoptée n’était pas sur le point de confondre le « réel » et le « référentiel », comme s’il avait existé une « véritable » Amérique du milieu du dix-neuvième siècle que Dickens aurait dû mais n’avait pas réussi à percevoir du fait de ses préjudices et de ses idées préconçues. Mais cette impression se révèle vite tout à fait fausse car, si certains critiques dickensiens ayant publié sur le voyage de Dickens aux États-Unis n’ont pas su éviter cet écueil, Nathalie Vanfasse opère sur un plan autrement plus subtil. Ce qu’elle écrit sur American Notes offre un éventail très riche d’interprétations nouvelles culminant dans un riff impressionnant sur les « billets », « billets de banque », contrefaçons et autres analyses judicieuses. Cette section de la monographie portant sur la poétique du support, réunit une éblouissante gamme de compétences (sensibilité à la métaphore, précision de l’analyse visuelle des billets de banque comme des œuvres d’art, sans oublier les détails historiques et contextuels) qui montre, de manière très convaincante, que le livre de Dickens attaque le piratage et prône un copyright international tout en produisant lui-même une forme de monnaie unique à vocation mondiale.

5Les parties consacrées à Pictures from Italy culminent dans la comparaison du texte aux dioramas contemporains. Cette partie s’inspire de travaux antérieurs mais en offre une version complètement remaniée et affinée. Elle établit des liens saisissants entre les « ombres » décrites dans le texte et des médias précinématographiques comme le diorama et la lanterne magique. Nathalie Vanfasse nous montre que Dickens, dans sa prose, parvient à rendre un flux évanescent d’images d’Italie, si bien qu’on peut le décrire comme un écrivain proto-moderniste. La même dextérité se retrouve dans l’étude des deux autres écrits de voyage de Dickens, The Lazy Tour of Two Apprentices et The Uncommercial Traveller.

6Ces perspectives intergénériques, intermédiales et, par moments, interdisciplinaires, appliquées aux quatre écrits de voyage, livrent des analyses stylistiques inédites. Mais elles ne sont qu’une des pistes critiques originales ouvertes par cette monographie. Le livre évite la biographie mais il n’est pas difficile de voir que, sous une forme indirecte, ce que Nathalie Vanfasse a à dire sur le masque de Dickens comme « écrivain-voyageur » peut s’appliquer à la célèbre « fébrilité » de Dickens lui-même. Ses longues promenades, ses courses d’un train à un autre pour faire des lectures publiques, ses traversées fréquentes de la Manche pour se rendre à Condette, à Paris et ailleurs, en particulier telles qu’elles sont décrites dans sa correspondance, pourraient être abordées de la même manière, ce qui livrerait des analyses fructueuses. Et pour ce qui est des romans eux-mêmes, à partir des Pickwick Papers, ils regorgent de périples, de voyages, et de déplacements en tout genre, au point où l’on peut se demander pourquoi ils n’ont pas encore donné lieu à des analyses d’une précision et d’une clarté semblables à celles qui sont menées dans le présent ouvrage.

7Il ne nous reste donc qu’à espérer que cette monographie, comme le récit de voyage American Notes, fera l’objet d’une « large circulation », et qu’elle sera, un jour, traduite en anglais.

Auteur

Chercheur émérite, Université du Kent à Canterbury

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search