Version classiqueVersion mobile

Tito Vespasiano Strozzi 1423-1505

Avant propos

Texte intégral

À mes parents Pignori Amoris À Jean-Louis Amans et coniux ` Corcula mea Sine uobis non queo.

Fig. 1 Baldassarre d’Este (1432-1504), Portrait de Tito Strozzi, Collection Cini, Venise

© 2016. Photo Scala, Florence.

  • 1 Pour Corrado Bologna (1998) p. 17, le rapprochement des Satires de l’Arioste avec le Sermonum liber(...)
  • 2 Cf. Corrado Bologna (1998) p. 17, qui présente l’Arioste comme le poète auquel on reconnaît l’intro (...)

1 Ce livre rassemble l’œuvre satirique de Tito Strozzi. Il fournit la première édition du Sermonum liber de Tito Vespasiano Strozzi. L’auteur attire l’attention du lecteur sur l’importance de ce texte dans l’histoire de la poésie européenne, latine et vernaculaire, de la Renaissance. En effet, s’il s’agit d’un recueil fondamental pour la compréhension de T. Strozzi de par sa dimension autobiographique, autoréflexive et testamentaire – puisqu’il est sans doute sa dernière œuvre composée –, il joue également un rôle capital dans la réception et l’adaptation du modèle de la satire-épître horatienne1. Il apparaît en effet comme un cas original dans l’illustration du genre en néo-latin et a très certainement inspiré les Satires italiennes de l’Arioste tenues pour le canon générique du Sermo à partir du début du Cinquecento et pour tout le siècle en Italie, mais aussi dans l’ensemble de l’Europe2.

  • 3 Cf. A. Tissoni Benvenuti (1976 : 313) : « l’unico esempio, mi pare, di fortuna della satira orazian (...)
  • 4 « In Ponerolycon. Ein unveröffentlichtes Lateinisches Schmähgedicht des Tito Vespasiano Strozza (14 (...)

2Or, si cette qualité d’unicum et de précurseur du livret satirique strozzien est signalée par des travaux de néo-latinistes, d’italianistes ou de francisants et que son contenu a parfois été décrit et analysé rapidement dans cette perspective3, il n’a pas encore fait l’objet d’une édition scientifique moderne assortie d’une traduction en quelque langue que ce soit et d’une introduction qui en fasse l’étude un tant soit peu circonstanciée. C’est à ce manque que l’auteur s’est efforcé de remédier en donnant par surcroît, le poème d’invective In Ponerolycon, Contre le Méchant Loup, précédé de sa lettre d’envoi à Ercole d’Este, qui, lui, à la différence du Sermonum liber, avait déjà été publié en 1890 par Reinhard Albrecht4, mais sans traduction. Néanmoins, il est apparu nécessaire à l’auteur de la présente édition de permettre à son lecteur de confronter les deux écrits « satiriques » de Tito Strozzi, afin qu’il se rende compte par lui-même des transformations historiques et politiques intervenues entre 1475 et le début des années 1500 qui ont conduit T. Strozzi, à côté de sa propre évolution en tant qu’homme et en tant que poète, à adopter une stratégie d’autodéfense poétique divergente. Il a semblé en outre que, pour rendre accessible également ce texte au plus large public, il fallait accompagner l’invective d’une première traduction française et d’une introduction qui, tout en s’inspirant du travail antérieur d’Albrecht, essaie d’aller un peu plus loin dans la présentation des enjeux poétiques et politiques du texte.

3Toutefois, ni pour l’In Ponerolycon, ni pour le Sermonum liber, l’auteur de la présente édition n’a la prétention d’avoir tout élucidé, tant s’en faut, notamment en ce qui concerne les allusions précises à l’actualité et à la gazette du temps, ainsi qu’à la prosopographie des personnages réels convoqués ; il laisse ce soin aux historiens de l’ambiance ferraraise. Pour sa part, et modestement, il a conçu ce travail, pionnier du moins en ce qui concerne les Sermones, comme une première ébauche éditoriale destinée à servir principalement l’étude du genre poétique de la satire et, au-delà, à susciter de nouvelles éditions plus complètes ou en d’autres langues, ainsi que tout type de commentaires.

Notes

1 Pour Corrado Bologna (1998) p. 17, le rapprochement des Satires de l’Arioste avec le Sermonum liber de T. Strozzi est l’exemple de « l’osmose jamais interrompue dans la culture humaniste entre l’expérience latine contemporaine et celle en vulgaire ».

2 Cf. Corrado Bologna (1998) p. 17, qui présente l’Arioste comme le poète auquel on reconnaît l’introduction d’un genre nouveau, dont les Satires et les Épîtres d’Horace sont le modèle classique, mais qui contient aussi « di elementi autobiografici che pongono le basi per un’assimilazione più controllata dello spirito classico e per un accostamento più personalizzato alla satira in quanto genere » (Vincent Cuccaro, 1981, p. 69, cité par C. Corrado, 1998, p. 17, n. 8).

3 Cf. A. Tissoni Benvenuti (1976 : 313) : « l’unico esempio, mi pare, di fortuna della satira oraziana presso un poeta umanista è offerto dai Sermones di Tito Vespasiano Strozzi, pubblicati nell’edizione aldina del 1513, che sono anche per altri aspetti molto vicini alle satire dell’Ariosto ». A. Tissoni Benvenuti suit les indications de V. Cian (1945 : II, 27-28). Sur la satire néo-latine, cf. Ijsewijn (2010) p. 41-55, dont p. 51-55, panorama des satires latines à partir de Mussato ; et Giancarlo Abbamonte, qui dans son chapitre sur « La satira latina nella letteratura umanistica » (2015 : 101-117), consacre six pages (p. 111-116) au Sermonum liber de T. V. Strozzi sous la rubrique intitulée « La riscoperta del “tono medio” oraziano : T. Strozzi e G. A. Augurelli ». Il cite 9 extraits du Sermonum liber qu’il traduit en italien et commente à l’appui de sa démonstration (Serm. 1, 1-11 ; 1, 157-160 ; 2, 17-26 ; 3, 10-18 ; 3, 76-81 ; 4, 19-29 ; 4, 97-105 ; 4, 120-124 ; 4, 210-217) et établit un rapprochement entre les Sermones de T. Strozzi et ceux de Giovanni Aurelio Augurelli (Rimini, c. 1456-1524) publiés en 1505, à Venise, par Alde Manuce. Piero Floriani (1988 : 73-76) donne une brève analyse du contenu du recueil strozzien en indiquant rapidement ses aspects horatiens et ses points communs avec les Satires de l’Arioste qu’il a inspirées, mais qu’il juge esthétiquement supérieures. Enfin, Jean-Louis Charlet qui traitait la satire tardive et humaniste au Seminario di Alta Cultura di Genga-Sassoferrato, en juin-juillet 2013, a consacré une séance d’une heure à l’œuvre satirique de T. Strozzi, au cours de laquelle il a commenté deux extraits représentatifs des différences de tons et de thèmes du Sermonum liber : Serm. 1, 43-103 et 4, 1-18.

4 « In Ponerolycon. Ein unveröffentlichtes Lateinisches Schmähgedicht des Tito Vespasiano Strozza (1475) », Commentationes Fleckeisenianae, Binde R. 105, Leipzig, 1890, p. 273-294, texte latin de la lettre d’envoi à Ercole d’Este, à partir du Cod. Dresd. f° 106v-107v, p. 278-279 ; texte latin de l’invective, à partir du Cod. Dresd. f° 108r-116v et du Cod. Estensis XVI. H. H. 26, en parchemin, in 8°, xve s., sous le titre : T. V. Strozza. Ponerolycos ad Herculem Estensem : carmen hexametrum (f° 292r et suivants), p. 280-291.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Baldassarre d’Este (1432-1504), Portrait de Tito Strozzi, Collection Cini, Venise
Crédits © 2016. Photo Scala, Florence.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search