Version classiqueVersion mobile

Le culte de la baleine

 | 
Nguyen Quoc-Thanh

Conclusion

Texte intégral

1L’étude d’un culte maritime ne peut être que pluridisciplinaire compte tenu de la complexité du sujet. La richesse de cet héritage maritime représenté par le culte de la baleine réside principalement dans ses composants : une réalité quotidienne difficile qui nécessite la mise en place d’un élément surnaturel pour pallier à un métier périlleux et à des contraintes spatiales importantes, une croyance héritée du passé qui cimente la communauté des pêcheurs et une mémoire collective qui leur donne un sentiment d’appartenance. Chaque échouage de baleine représente aujourd’hui un point d’ancrage qui soude davantage la communauté des pêcheurs et ajoute une pièce supplémentaire à la mémoire collective, cette mémoire que les pêcheurs perpétuent et réactualisent en l’adaptant aux différents changements de la société vietnamienne. Les commémorations participent à renforcer cette mémoire en étoffant l’histoire de la communauté. En plus d’être le représentant de la mémoire collective, le culte de la baleine constitue également une croyance qui exerce un rôle social à travers le temple, le point nodal de la vie du village de pêche.

  • 1 Nous empruntons cette définition du mythe social de Gérard Bouchard. Voir sa conférence à l’univers (...)

2Si la sacralité inhérente au culte de la baleine ne peut souffrir d’aucune critique possible auprès des fidèles et relève du domaine de l’émotion, c’est davantage le processus de mystification qui nous a intéressés car il peut être appliqué à d’autres cultes existant au Vietnam. Véritable cadre structurel de la communauté des pêcheurs traditionnels, le culte de la baleine n’est pas seulement une forme de religion pour ses fidèles, c’est également un mythe social avec des relations fondamentales qui le définissent : une relation symbolique à un espace et un territoire définis, une relation sociale qui prescrit un rang, un statut à chacun des membres, une relation de soi à l’autre qui met en place une dynamique d’inclusion et d’exclusion au sein de la communauté des fidèles, une relation au passé qui renvoie à la mémoire, à un souvenir commun et enfin un rapport à l’avenir1. Mais les cérémonies du culte de la baleine contribuent aussi à alimenter, rendre concrètes les relations entre le monde réel et le monde spirituel, jeter un pont entre les pêcheurs et leur génie.

3Le vent de modernité qui a soufflé sur le Vietnam ces dix dernières années a changé profondément la société vietnamienne et introduit des notions qui n’existaient pas quelques années en arrière. Les facteurs naturels défavorables qui avaient, des siècles durant, découragé les Vietnamiens à s’engager en mer de chine sont en partie maîtrisés aujourd’hui. La violence et l’imprévisibilité des éléments une fois surmontées, ces derniers se sont enfin autorisés à s’approprier leur territoire maritime. Les cultes maritimes et en particulier le culte de la baleine permettent une sociabilité croissante de la population vietnamienne vis-à-vis de la communauté des pêcheurs.

4La pêcherie traditionnelle est aujourd’hui un secteur en difficulté et socialement déprécié. Le métier de marin est rendu encore plus difficile avec le tourisme maritime et la plaisance qui occupent le « territoire professionnel » des pêcheurs. Ces derniers sont cependant fiers d’exercer une profession qui exige du courage et d’avoir pour génie un animal pacifique dont les bienfaits sont également demandés par les terriens. De nouveaux fidèles, séduits par les croyances maritimes, amorcent un mouvement de retour à ce qu’ils considèrent comme étant les racines de la culture vietnamienne traditionnelle. Ils participent à redessiner le territoire religieux par leur pèlerinage. Leur présence au sein des villages de pêche durant les commémorations d’échouages de baleine est la preuve de leur attachement au patrimoine maritime. Leur participation aux fêtes maritimes ont permis de redynamiser les régions côtières et remettre à l’honneur les joutes maritimes, les courses de pirogues, de paniers jadis délaissés par manque de moyens. Le phénomène de maritimisation qui est apparu récemment a également gagné le Vietnam. Le pôle d’attraction vient à présent de la côte avec, non seulement des ressources halieutiques voire énergétiques, mais également avec une culture riche, un ancrage patrimonial important qui remodèlent le rapport à la mer et, par la même occasion, à la religiosité.

5Le tableau idyllique des « retrouvailles » des Vietnamiens citadins avec la mer de Chine souffre malgré tout de quelques points négatifs. Si les commémorations des échouages de baleines sont de véritables portes ouvertes sur le monde des pêcheurs traditionnels et leur culture, les fêtes qui s’ensuivent sont parfois des divertissements « touristifiés », dénaturés pour plaire aux excursionnistes, comme cela est le cas à Gò Công aujourd’hui.

  • 2 Voir http://vietnamtourism.gov.vn/english/index.php/items/4763
  • 3 Voir https://www.facebook.com/pages/Vietnam-Maritime-Archeology-Project/ 308532315956425

6Mais la richesse du patrimoine maritime vietnamien ne réside pas uniquement dans le culte de la baleine. De nombreux génies maritimes et de cérémonies demeurent dans leur majorité méconnus du grand public alors qu’ils ne cèdent en rien à la diversité et à la richesse des génies et cérémonies des villages agraires. Chaque région apporte ses spécificités, caractéristiques, enrichissant encore plus le panthéon des génies. Les cérémonies varient et introduisent des comportements différents d’une province à l’autre. À cela s’ajoute encore la multitude de traditions maritimes observées dans les îles. Ce patrimoine qui reflète les influences multiculturelles de la communauté des pêcheurs vietnamiens mérite amplement d’être inventorié car il représente aujourd’hui un patrimoine intangible en danger de disparition. En mai 2012, le gouvernement vietnamien a organisé une première exposition sur l’héritage culturel maritime, mettant l’accent sur l’importance des échanges entre les ports vietnamiens et le reste du monde ainsi que la contribution du patrimoine maritime à la culture nationale vietnamienne2. Des projets archéologiques maritimes ne manquent pas et récemment, en juillet 2015, des fouilles sous-marines au large de Hội An et autour de l’île Cù Lao Chàm ont confirmé un passé maritime riche grâce à la découverte des trésors archéologiques importants3. Additionnés aux actions du gouvernement vietnamien pour la préservation des espèces sous-marines contre les dégradations accélérées de l’écosystème océanique, tous ces projets ont permis d’accroître les mouvements de sauvegarde de ce qui est dans ou sous l’eau. Cependant, les projets se font attendre lorsqu’il s’agit de protéger le patrimoine culturel des pêcheurs, les premiers protecteurs naturels de cet environnement, comme nous le disions dans notre introduction. Alors que les budgets consacrés au développement de l’hinterland augmentent chaque année, les villages de pêche sont toujours les grands oubliés des programmes de modernisation.

7En devenant un espace de conflit géopolitique, la mer a permis aux pêcheurs d’attirer l’attention sur eux bien que les disputes pour la souveraineté territoriale génèrent des enjeux qu’ils ne maîtrisent pas. Durant l’été 2015, les médias ont fait leurs gros titres sur les sabordages ou captures de pêcheurs vietnamiens par la marine chinoise. Accusés de pêcherie illégale alors qu’ils exerçaient dans un espace dans lequel ils ont toujours opéré depuis des décennies, ils ont suscité la sympathie dans l’opinion vietnamienne. Des campagnes de soutien ont été mises en place avec des levées de fonds qui ont permis de mettre la lumière sur cette communauté longtemps délaissée. Paradoxalement, ces faits dramatiques ont également accru la solidarité entre les villages de pêche et leur rappeler à tous l’entraide qui existe entre gens de mer. Ils ont par ailleurs participé à redéfinir le rôle et la place de la communauté des pêcheurs au sein de la société vietnamienne.

8Une question d’ordre sociologique reste à résoudre car au-delà des histoires qui alimentent le mythe de la baleine sauveuse d’hommes, un point important demeure pour lequel nous n’avons pas de réponse faute de données suffisantes : le choix des pêcheurs vietnamiens d’utiliser cet animal comme génie tutélaire dans un pays où le panthéon des génies est particulièrement important. Bien que la baleine soit considérée comme un animal pacifique dans toutes les civilisations, le choix particulier de l’élever au rang de divinité est révélateur du besoin des pêcheurs de se placer sous une protection surnaturelle pour affronter les dangers qui, s’ils ne sont nullement surnaturels, sont parfois redoutable à la pêcherie traditionnelle. Le refuge que leur offre ce culte n’a pas d’équivalent. Parmi les divinités marines fêtées dans les communautés de pêcheurs à travers le monde, le choix vietnamien de la baleine, animal réel et existant suggère non seulement une relation particulière avec la nature environnante mais souligne également le côté périlleux de leur profession. Pour braver quotidiennement le danger, ces hommes ont fait appel à l’animal le plus puissant du monde aquatique pour les protéger. Parallèlement au culte de la baleine existe toute une multitude d’autres cultes voués aux divinités marines dont un inventaire et une analyse plus approfondie nous semblent pertinents à envisager.

9Nous terminerons cette étude par le rappel d’une tradition encore d’usage aujourd’hui dans les villages de pêche : avant la grande commémoration de l’échouage de baleine les responsables des temples de la baleine dressent toujours un autel adressé aux marins morts en mer à gauche de celui de la baleine. C’est sur ces malheureux que l’on appelle en premier la bénédiction du seigneur Baleine. Le génie baleine veille donc sur les pêcheurs du temps de leur vivant mais également sur leurs âmes dans l’au-delà. Une assiette contenant du sel est placée sur l’autel, afin que ces âmes reviennent chercher un souvenir de la mer dans laquelle ils ont vécu et péri. Et tout cela sous l’œil bienveillant de la baleine.

Notes

1 Nous empruntons cette définition du mythe social de Gérard Bouchard. Voir sa conférence à l’université Saint Paul les 6 et 7 juin 2012.

2 Voir http://vietnamtourism.gov.vn/english/index.php/items/4763

3 Voir https://www.facebook.com/pages/Vietnam-Maritime-Archeology-Project/ 308532315956425

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search