Version classiqueVersion mobile

Le culte de la baleine

 | 
Nguyen Quoc-Thanh

Le culte de la baleine face aux enjeux de la société vietnamienne contemporaine

Texte intégral

  • 1 Le General Statistics Office estime que 10 % de la population vietnamienne vit directement des reve (...)
  • 2 Guy Moréchand, « Caractères économiques et sociaux d’une région de pêche maritime du Centre-Vietnam (...)

1L’essor économique de ces dix dernières années a permis à la société vietnamienne d’accéder au tourisme, chose jusque là difficilement envisageable pour un vietnamien moyen. La découverte du littoral est devenue une attraction plébiscitée par bon nombre d’entreprises qui y organisent des stages de cohésion pour leur personnel, ou des séjours vacances pour les cadres supérieurs et leurs familles. Cette redécouverte du littoral a participé à introduire la mer de Chine dans l’inconscient collectif. Mais ce nouvel espace ludique cache des réalités plus sombres. En effet, bien que les villages de pêche occupent une grande partie du littoral1, les pêcheurs sont toujours déconsidérés par l’ensemble de la population2. Il nous semble dès lors pertinent de nous poser la question d’importance du culte de la baleine aujourd’hui. Comment peut-on expliquer que ce culte existe toujours ? Qu’apporte-t-il à la société vietnamienne ? Que peut-on dire de l’évolution de la société vietnamienne à travers le prisme de ce culte maritime ?

2Si nous ne pouvons affirmer que les pêcheurs constituent une caste isolée, il nous faut néanmoins reconnaître qu’ils demeurent en marge de la société vietnamienne. La singularité religieuse de leur culture figure parmi les différentes raisons qui ont conduit à cette différenciation entre leur communauté et le reste du pays.

L’identiflcation sociale des pêcheurs à travers leurs pratiques religieuses

3Yvan Breton l’avait très justement souligné dans son article sur les sociétés de pêcheurs :

  • 3 Yvan Breton, « L’anthropologie sociale et les sociétés de pêcheurs. Réflexions sur la naissance d’u (...)

La mise sur pied de l’anthropologie maritime sur la scène nord-américaine au cours des dix dernières années est un bon exemple des difficultés que rencontre l’anthropologue dans la définition de sa pratique et de son objet d’étude […] L’ensemble des travaux de l’anthropologie maritime reflète d’abord les préoccupations traditionnelles de l’anthropologie sociale [car] dès le début de l’anthropologie sociale […] les pêcheurs se sont vus conférés un statut secondaire par rapport aux chasseurs – cueilleurs et aux agriculteurs3 .

  • 4 Raymond Firth, Malay Fishermen : Their Peasant Economy, Hamden, Archon Brooks, 2e edition, 1966, 39 (...)

4Ce qui est valable pour les pêcheurs nord-américains est malheureusement valable également pour les pêcheurs vietnamiens. En effet, ce n’est pas le manque de diversité des aspects sociaux de la pêche traditionnelle qui cloisonne le champ des recherches sur la communauté des pêcheurs, mais bien le peu de considération des Vietnamiens pour leurs pêcheurs. Peu d’études réalisées sur les villages de pêche accordent une place prépondérante aux cultes et à l’importance de la structure cultuelle dans la sociologie de cette communauté. L’accent est systématiquement mis sur la dimension économique ou sur les techniques de pêche, contribuant à empêcher les chercheurs de concevoir la culture maritime comme un champ disciplinaire à part entière. L’identification sociale des pêcheurs serait sans doute plus pertinente analysée sous l’angle du procès de travail comme le proposait Raymond Firth4. L’étude réalisée par Firth sur les pêcheurs Malais est donc applicable aux pêcheurs vietnamiens. Sur l’analyse de Firth se dégage un point principal : La production des pêcheurs vietnamiens présente un aspect quotidien, ce qui les différencie des agriculteurs dont la production est annuelle. À la lumière de cette différence, toute étude anthropologique portée sur une communauté rurale ne peut être appliquée à celle des pêcheurs. C’est le procès de travail tel qu’a exposé Firth qui modifie le rapport de cette communauté avec sa propre identification sociale.

  • 5 L’adoption de la résolution 10/2011/QH13 du plan de développement économique pour 2011-2015 au cour (...)

5Pour autant, la communauté des pêcheurs n’est pas isolée ou repliée sur elle-même. Toutefois, ses échanges avec le reste du pays demeurent limités aux seuls aspects économiques. Si le rayonnement de sa culture, notamment à travers le culte de la baleine, a pris de l’importance ces dernières années, une fois le festival dédié au génie Baleine passé les villages de pêche retrouvent à nouveau leur statut de « communauté délaissée5 ». En plus du procès de travail qui distingue la communauté des pêcheurs des autres communautés, nous avons distingué trois critères qui ont construit l’identification sociale des pêcheurs :

  • les pêcheurs s’identifient socialement en s’appuyant sur leur profession ;
  • la solidarité qui règne dans leur profession est réputée et connue de tous ;
  • ils s’identifient socialement sur la base d’une pratique religieuse commune.
  • 6 Jean Rieucau, « Société et identification territoriale. Permanence des lieux, territorialités relig (...)

6La pratique religieuse vient de ce que Jean Rieucau qualifie de « territorialité religieuse6 » : la communauté des pêcheurs se définit par rapport à une géographie qui est, à la fois leur lieu de vie mais aussi leur moyen de subsistance et cette géographie est génératrice d’une croyance. Aliette Geistdoerfer l’a clairement explicité :

  • 7 Aliette Geistdoerfer, « De l’origine des marins. La genèse mythique d’une spécialisation technique  (...)

Les relations entre mer terre ne peuvent pas être établies au hasard, elles sont structurées selon les règles spécifiques que des êtres à la double vie doivent respecter s’ils tiennent à continuer leurs allers et retours entre ces deux mondes. Les mythes précisent les modalités de ces échanges7.

7Les règles régissant la communauté des pêcheurs sont dictées par leur culte qui est entièrement lié à la mer et, surtout, entièrement basé sur le mythe de la baleine sauveuse d’hommes. Cette singularité propre à la communauté des pêcheurs les distingue et participe à construire leur représentation sociale : C’est avec leur culte qu’ils se définissent et acquièrent leur identité. Leurs pratiques religieuses interviennent à tous les niveaux, dans toutes les sphères de leur vie sociale.

  • 8 Dans les plateaux d’offrandes on trouve aussi bien des viandes que des fruits, des bonbons et du pa (...)
  • 9 C’est avec l’argent offert par les fidèles du temple que le responsable du temple engage les troupe (...)
  • 10 Ces transactions sont interdites mais il arrive parfois que les villages qui possèdent beaucoup d’o (...)

8L’économie participe également à renforcer le culte. En effet, chaque fidèle du culte verse environ 10 % de ses revenus annuels au temple. Pour ceux qui ne peuvent satisfaire cette exigence morale, des dons en nature sont également appréciés8. Les pêcheurs les plus modestes peuvent se soustraire à ces offrandes en venant servir le temple au moment des festivités. Ainsi, bien que les cuisines soient le domaine des femmes, il arrive que l’on y trouve quelques hommes qui participent au nettoyage et à la cuisson des mets destinés au génie Baleine et aux convives du temple durant les jours de cérémonie. Un tableau, à l’entrée du temple, permet aux visiteurs de connaître les noms des plus gros donateurs, la date des donations ainsi que les sommes offertes. Cependant, tout cela ne constitue que la partie visible des finances du culte : seul le responsable du temple connaît le montant exact de la caisse commune9. À cette somme s’ajoute également les transactions des ossements de baleine10. Pendant des décennies, c’est en s’appuyant sur les estimations de l’argent généré par le culte de la baleine que le gouvernement vietnamien impose les villages de pêche.

L’identiflcation sociale de la communauté par le lieu saint

  • 11 Sur le littoral, nous n’avons pas encore trouvé, malgré nos recherches, de temple de la baleine con (...)

9Contrairement à un village agricole dont la construction dépend principalement de la géomancie, la construction des villages de pêche dépend de l’accès à la mer. Le temple de la baleine, principale bâtisse du village, ne dépend pas non plus de la géomancie : quelle que soit sa position au sein du village il doit être tourné vers le Sud ou vers le Sud-Est, c’est-à-dire vers la mer même s’il est situé bien à l’intérieur des terres11.

10Le dialogue entre les pêcheurs et leur génie se fait à travers une géographie sacrée constituée par la mer et le temple de la baleine. Mais c’est précisément au cœur du temple que se manifeste l’appartenance des pêcheurs à la communauté des fidèles du culte. En effet, si n’importe quel passant peut venir rendre hommage au génie avant et après la cérémonie marquant la commémoration de l’échouage de la baleine, seuls les fidèles du culte ont le droit de se trouver dans le bâtiment principal, au cœur du Chính Điện durant l’office. Ils se tiennent alignés en rangées, formant une armée autour de leur génie. C’est à cet endroit qu’ils expriment pleinement leur identité, à travers leur dévotion.

  • 12 Précisons que le temple de la baleine n’est pas un lieu de pèlerinage car ce n’est pas au temple qu (...)
  • 13 À noter que Jean Rieucau a fait une analyse de l’opposition entre les gens de terre et gens de mer (...)

11Le rapport que les pêcheurs entretiennent avec le lieu sacré est révélateur de leur piété et le temple est un prolongement de la mer dans la terre. Le lieu est donc un élément de territorialisation du sacré12. Cette extension n’est pourtant qu’une sorte de suppléance pour ceux qui ne vont ou ne vivent qu’en mer car ce n’est pas au sein de cet espace terrestre que le génie se manifeste. C’est en mer que la baleine apporte son aide aux pêcheurs. Elle ne viendrait à terre que pour se reposer et être parmi les hommes. En organisant les cérémonies à terre et non en mer les pêcheurs lui rendent hommage, mais l’intention est double car ils visent également à partager avec les autres villageois leur croyance. Ce partage renforce les liens entre ceux qui travaillent en mer et ceux restés à terre. Le lieu saint sert d’espace d’échange et de consolidation des liens entre les pêcheurs et leurs familles. Les cérémonies, au-delà du respect porté au génie Baleine, représentent un moment où les pêcheurs se mélangent avec ceux restés à terre et partagent avec eux leur relation à la mer13.

12Nous avons vu dans le chapitre précédent que le cœur du temple de la baleine se situe là où se trouve l’autel des génies et précisément là où se trouve l’autel du génie Baleine. Dans chacun des temples il y a de plus un abri couvert au sein du Chính Điện dont la fonction est d’accueillir tous les visiteurs, aussi bien les fidèles du culte que les autres villageois et que les touristes de passage. Si l’autel du génie Baleine marque le cœur du temple, c’est bien la terrasse du Chính Điện qui désigne le cœur du village car c’est là que se réunissent tous les villageois, qu’ils soient fidèles ou non du culte de la baleine. Cet emplacement a été prévu spécifiquement pour que les villageois puissent se rassembler et a donc un rôle social et fédérateur. À la fin des cérémonies, toutes les personnes présentes au temple, fidèles et autres, se retrouvent sur cet espace d’échange. Bien que cette terrasse couverte est un endroit festif (c’est là que sont données les représentations de Hát Bội, le théâtre chanté) c’est aussi un lieu saint : le génie Baleine est censé prendre sa place parmi la foule pour assister aux pièces de Hát Bội données en son honneur.

  • 14 Photo prise par l’auteur au temple de la baleine du village Tam Thạnh sur l’île de Phú Quý.

Photo 17. Représentation de théâtre chanté sur la terrasse du Chính Điện14

13Cependant, il nous faut comprendre que cet espace d’échange sacré des pêcheurs n’est pas un lieu spirituellement puissant. Ce n’est pas à cet endroit que l’on vient demander quelque chose au génie ni l’endroit où les pouvoirs du génie se manifestent. Même si durant la cérémonie les pêcheurs en appellent à la bénédiction et à la protection du génie Baleine, le temple n’est pas un sanctuaire mais une extension de la mer et un lieu d’échange. Cependant, pour que le processus se poursuive sereinement il faut une continuité dans le culte et la transmission est à la base de cette continuité.

L’importance de la retransmission dans le culte de la baleine

14L’évolution de la société vietnamienne a participé à vider les villages de pêche au profit des villes. De plus en plus de jeunes se détournent de la pêche traditionnelle. En quittant leurs villages, ils interrompent la chaîne de transmission culturelle maritime. Peu de jeunes savent encore lire ou écrire le Nôm et beaucoup ne connaissent pas les différentes étapes des cérémonies du culte de la baleine, sans parler des autres cultes maritimes. Le fossé qui sépare les générations se creuse et révèle aujourd’hui de véritables fractures au sein d’une communauté que l’on pensait soudée. Or l’identité religieuse des pêcheurs passe par la célébration de leur génie et donc par la maîtrise des rites cultuels et la retransmission de ce savoir.

  • 15 Johann Herder, Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité, Paris, F.-G. Levrault, 1827-18 (...)

15Dans les sociétés traditionnelles, les traditions, quelles qu’elles soient, survivent grâce à la transmission, c’est-à-dire à l’imitation des rites, au mimétisme15. C’est donc un acte volontaire qui implique l’initiative et la participation de la communauté. La transmission se fait horizontalement avec l’incorporation de nouveaux membres à la communauté préexistante, et verticalement des aînés vers les plus jeunes. Avec la désertion des métiers de la pêche traditionnelle, la première étape pose déjà un problème de taille. En effet, rappelons-nous que seuls les pêcheurs traditionnels peuvent faire partie de la communauté des fidèles du culte de la baleine. Les autres, qu’ils viennent de la pêche industrielle ou qu’ils soient de simples visiteurs, bien qu’ils se rendent au temple au moment des cérémonies et fassent des offrandes au génie Baleine, ne peuvent en aucun cas porter l’habit des fidèles du culte et encore moins officier durant les cérémonies. La seconde étape, celle de la transmission du culte aux jeunes avec la responsabilité pour eux de continuer le culte, n’est pas non plus assurée car l’évolution de la société vietnamienne a entraîné de nombreux départs de jeunes des villages de pêche vers les grandes villes.

16En plus de ces étapes se pose un autre problème : celui de l’usure face à une croyance exigeante. Nous sommes ici face à un choix épineux. Les pêcheurs estiment que la protection du génie Baleine est due à la stricte observance des rites du culte. Cependant, la complexité de ces rites est l’une des causes de la rupture dans la transmission. De plus, l’âge des officiants aux cérémonies pose également problème puisqu’il est de tradition que les maîtres de cérémonies aient plus de cinquante ans. La désertion de la pêche traditionnelle ne permet plus de renouvellement des officiants et nombre de villages ont recours aujourd’hui à des célébrations où les mêmes officiants circulent d’un village à l’autre. Après la circulation des prières maritimes et des chants des pêcheurs, c’est la circulation des officiants des cérémonies qui révèle le danger de disparition de la culture maritime.

17La crise de transmission engendre des conséquences qu’il n’est pas possible de mesurer dans l’immédiat. Nous ne pouvons que spéculer sur l’impact à long terme de cette interruption dans la chaîne de transmission. La mémoire collective étant le fondement de la société des pêcheurs, c’est le principe même de la cohésion sociale qui est remise en cause ici. La structure fondamentale de la hiérarchie qui règle le fonctionnement des villages de pêche est ébranlée par le vieillissement et par l’abandon de certains de ses membres car le renouvellement générationnel n’est plus assuré.

18Si l’on considère que le culte de la baleine ayant généré une pratique religieuse est un capital culturel et que ceux qui observent ce culte constituent une grande famille, alors la transmission du capital culturel, le bien immatériel, repose sur un support constitué à la fois de mythes et de légendes et d’évènements historiques qui ont marqué le groupe. Si ce socle venait à se briser, c’est le lien intercommunautaire qui se fragiliserait et qui se romprait ensuite. Des conflits pourraient même naître de l’absence de ce lien. S’il n’est pas toujours possible de rendre la transmission du culte sereine, son interruption peut engendrer la perte de l’identité religieuse, des références collectives et donc d’endommager leur identité propre et leur rapport au monde.

19Cette crise dans la transmission pose en réalité d’autres problèmes sous-jacents, ceux de la permanence de la croyance et de l’intégration de la communauté des pêcheurs au sein de la population vietnamienne.

Les facteurs exogènes menaçant le culte

20Les facteurs endogènes pouvant conduire à la disparition du culte sont peu nombreux et résident nécessairement dans l’interruption de la retransmission, comme nous l’avons vu précédemment. Les facteurs exogènes sont, par opposition, beaucoup plus nombreux et mettent à mal l’existence même du village, le noyau communautaire, qui doit faire face à des menaces de toutes sortes. Parmi eux les plus menaçants pour la communauté des pêcheurs sont :

L’expansion des zones touristiques

  • 16 D’après les chiffres de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD), (...)

21Il y a ici deux sortes de tourisme, celui occupant le territoire spatial occupé originalement par les pêcheurs (le littoral, les plages, les ports) et le tourisme visitant les temples et les festivals dédiés au génie Baleine. La première catégorie de touristes, qu’ils soient étrangers ou vietnamiens, se contente d’occuper des hôtels le long des plages. C’est l’augmentation de la demande qui a accéléré le processus d’occupation du littoral par l’infrastructure hôtelière16. Ce tourisme gourmand en superficies n’est pas intéressé par ce qu’il se passe au sein des villages de pêche, à l’inverse de la seconde catégorie, celle des touristes visitant les temples et fréquentant les festivals maritimes. Dans cette catégorie, il nous faut distinguer ceux qui suivent simplement les circuits proposés par les agences de voyage et les autres, les Việt-Kiều, anciens vietnamiens ayant quitté le pays dans les années 1980-1990 pour s’installer à l’étranger. Parmi eux figurent d’anciens pêcheurs et parfois d’anciens officiants du culte de la baleine. Ils reviennent au village le temps du festival et sont souvent de généreux donateurs pour les cérémonies, mais c’est davantage par nostalgie qu’ils reviennent et non plus au nom de la croyance. À long terme, l’une comme l’autre de ces deux catégories de tourisme conduisent à la perte de toute spiritualité du culte.

L’expansion immobilière

22Les lois sur l’urbanisme ne protègent pas les villages de pêche face aux ambitions des promoteurs immobiliers. L’exemple de la baie de Nha Trang illustre parfaitement le recul des villages de pêche au profit des chaînes hôtelières internationales. Plus au sud, la ville de Phan Thiết subit la même chose depuis quelques années. Pour des raisons géographiques, professionnelles et humaines qui leur sont propres, les pêcheurs ne peuvent quitter leur milieu. Ils sont donc directement menacés par les constructions hôtelières. Leur survie passe donc par la maîtrise du territoire pour la sauvegarde de leur culture et donc de leur identité.

L’appauvrissement de l’écosystème océanique

23La surexploitation des ressources halieutiques de la mer de Chine par les compagnies de pêche industrielle rend difficile la survie de la pêche traditionnelle. Les pêcheurs doivent aller de plus en plus au large pour espérer remplir leurs filets. L’économie de la pêche industrielle présentée un temps comme une solution au développement du pays a connu une expansion mal maîtrisée, presque « sauvage », au détriment de la pêche traditionnelle et du patrimoine culturel maritime.

Les bouleversements sociologiques

24Jadis l’on était marin de père en fils. Le bateau se recevait en héritage et l’on apprenait le métier sur le tas avec la pédagogie spontanée, en navigant auprès de ses aînés. Si le cabotage n’exige pas de diplôme particulier au Vietnam pour les petits bateaux traditionnels, les perspectives d’évolution professionnelle sur de telles embarcations sont nulles. Les jeunes sont aujourd’hui poussés vers les écoles navales pour apprendre les métiers de la mer, ôtant ainsi à cette profession toute sa dimension traditionnelle.

Les conflits de souveraineté territoriale

25Dernière menace en date pour les pêcheurs. Placés sous le feu des projecteurs, ils incarnent malgré-eux, avec leur héritage culturel, la pérennité de l’occupation des Vietnamiens en mer de Chine et principalement des archipels Spratley et Paracels que le Vietnam se dispute avec plusieurs de ses voisins.

26De plus, les agents aggravants tels que l’instabilité économique, les dangers encourus en comparaison aux bénéfices espérés concourent à rendre le métier de la pêche traditionnelle inattractif pour la plupart des jeunes qui désertent les villages pour la ville. Conjugués aux changements opérés au sein de la société vietnamienne entièrement tournée vers la modernité, c’est tout le mode de vie traditionnel des pêcheurs qui est remis en question et avec lui la culture maritime. Alors que certains citadins viennent chercher le souffle de l’authenticité de la culture vietnamienne dans les cérémonies maritimes, les jeunes des villages de pêche commencent à se détourner de leurs villages. Le métier de la pêche traditionnelle ne leur offre pas de perspective d’avenir suffisamment séduisante. La mer n’est plus aujourd’hui un espace de réalisation. Les contraintes financières, professionnelles et familiales sont telles que beaucoup abandonnent ou se tournent vers la pêche industrielle. Il ne s’agit plus seulement aujourd’hui de lutter contre la mer et les éléments ; la lutte concerne également la société dans laquelle vit la communauté des pêcheurs, c’est une lutte inégale contre la modernité. La cohésion sociale commence à s’effriter et avec elle se pose la question de l’identité sociale des pêcheurs.

La survie d’un modèle de société par le remaniement social et le contrôle territorial

27Le culte est issu d’un syncrétisme religieux. Cependant, dans sa forme actuelle il représente une culture maritime riche dotée d’un juste équilibre entre les différents apports. Si cet équilibre venait à s’interrompre, c’est toute l’identité sociale des pêcheurs qui s’en trouverait bouleversée. Quelle résistance opposent les pêcheurs face à la disparition programmée de leur culture ? La solution résiderait-elle dans la réappropriation de l’héritage culturel dans une construction nouvelle ?

28La relation que les Vietnamiens entretiennent avec la mer a évolué, comme nous l’avons vu au cours de cette étude. Cependant, le corpus de connaissances maritimes vietnamiennes reste limité et le nombre encore trop restreint d’études consacrées la communauté des pêcheurs vietnamiens ne permet pas d’élaborer de solides scenarii sur leur devenir. Il serait également intéressant de savoir comment ces hommes perçoivent leur avenir, ce qui nous donnerait les clés pour envisager des solutions et faire face aux difficultés qu’ils rencontrent dans leur métier.

29Les points de contact entre les pêcheurs et le reste du pays, en dehors des échanges économiques, restent très limités sauf pour le festival de la baleine. Paradoxalement, c’est en s’appuyant sur le culte de la baleine que les pêcheurs pourront entrevoir des perspectives pour la sauvegarde de leur mode de vie. Plusieurs solutions sont envisageables :

Mobilisation collective et individuelle

  • 17 Selon les chiffres du Vietnam Trade Promotion Agency, les exportations de produits de la mer représ (...)

30L’obligation de rentabilité est la principale responsable du déclin de la pêche traditionnelle17. La difficulté de moderniser la flotte constitue une difficulté majeure pour les pêcheurs dans la course à la rentabilité. Cependant, n’oublions pas que 29 provinces sur les 61 qui composent le Vietnam vivent en bordure de la mer de Chine, ce qui représente un pouvoir politique potentiellement important. L’entente entre les différentes corporations représentant les métiers de la mer est indispensable et seule une mobilisation de tous ces secteurs apporterait un résultat positif. La mise en valeur du festival de la baleine et l’exploitation de l’attrait exercé par la culture traditionnelle sur un tourisme en mal de spiritualité sont autant de moyens mis à la disposition des pêcheurs.

Le contrôle territorial

31Les conflits territoriaux qui opposent le Vietnam à ses voisins pour la souveraineté des archipels Spratleys et Paracels ont attiré l’attention sur la communauté des pêcheurs, les premiers exploitants de cette zone. Placés dans l’œil des médias, les pêcheurs disposent à présent de moyens pour se faire entendre. Plus que jamais les pêcheurs représentent les sentinelles de la mer. La protection de leur milieu de vie, terrestre et maritime, est devenue depuis quelques années un enjeu national. En propageant leur culture maritime, ils assurent une attention constante sur leur communauté.

Rapprocher le travail en mer de celui de la terre

32L’univers des pêcheurs est collectif et y règnent des valeurs humaines que les pêcheurs peuvent promouvoir afin de rendre leur métier plus attractif. En impliquant ceux restés à terre et en faisant la démonstration des similitudes et de l’inter-dépendance des deux communautés, ceux en mer et ceux restés à terre, les pêcheurs agiront sur la gestion collective des ressources halieutiques tout en promouvant la pêche artisanale et leur mode de vie tourné vers les croyances traditionnelles.

33Le syncrétisme qui détermine le culte de la baleine rencontrerait-il ici ses limites ? Verra-t-on un jour prochain ce culte réduit à l’état d’attraction touristique et de simple folklore tout le long des régions côtières ? Absents en termes de représentativité, les pêcheurs sont pourtant gardiens d’une part importante de la culture nationale vietnamienne. Le culte de la baleine, ossature principale de l’organisation sociale de leur communauté, est actuellement menacé par différents facteurs exogènes. Il semblerait que la sauvegarde de ce patrimoine culturel passe aujourd’hui par un remaniement structurel et non plus conjoncturel de la société des pêcheurs.

  • 18 Voir Émile Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, op. cit.

34Le culte de la baleine reprend, au sein des villages de pêche du Vietnam, une partie de l’animisme tel que l’avait défini Émile Durkheim, à savoir la transformation du culte des esprits en culte de la nature18. La baleine est ainsi revêtue d’un esprit saint, bienveillant et protecteur. Étant une création de Boddhisattva, le mammifère marin est assimilé à d’autres génies terrestres, même s’il évolue dans le monde aquatique.

35La survie du culte de la baleine est actuellement mise à mal malgré l’engouement récent qui a poussé les citadins vers les villages de pêche. La communauté des pêcheurs vietnamiens est aujourd’hui au cœur d’un conflit territorial qui la dépasse. Dès le début du XXIe siècle, le centre économique a basculé vers l’Asie et notamment vers la mer de Chine, en partie grâce au rôle joué par les ports asiatiques et au fret maritime qui s’y déverse. Ce nouveau centrage n’est pas un détail : parmi les 10 premiers ports mondiaux 8 sont situés en Asie et baignent dans la mer de Chine, Orientale ou Méridionale, rendant encore plus légitime ce déplacement mondial vers cette partie du monde. Face à un enjeu économique aussi colossal, le sort des pêcheurs est bien dérisoire. Pris à partie entre différentes nations qui se disputent les archipels de la mer de Chine méridionale, les pêcheurs sont tantôt mis en avant pour prouver l’existence d’une culture maritime et donc l’occupation, la propriété de facto des archipels disputés, tantôt sacrifiés sur l’autel des objectifs écconomiques irrationnels. Leur position sera-t-elle meilleure avec la territorisation de la mer que le gouvernement vietnamien met actuellement en place ? Car la situation dans laquelle les pêcheurs se trouvent exposés est des plus ambigue : nous ne sommes, en mer de Chine méridionale, ni en situation de guerre ni en situation de paix. Devenus presque « gênants » sur un territoire sur lequel ils évoluent pourtant depuis des siècles, ces hommes sont parfois reniés dans leur rôle de premier protecteur de la mer. Pourtant, à la lumière des richesses qui composent leur modèle de société, leur culture est fragile et mérite d’être préservée.

Notes

1 Le General Statistics Office estime que 10 % de la population vietnamienne vit directement des revenus de la mer.

2 Guy Moréchand, « Caractères économiques et sociaux d’une région de pêche maritime du Centre-Vietnam (Nha-trang) », BEFEO, t. 47, n° 1, 1955, p. 291-352, p. 313 : « Le pêcheur vietnamien occupe dans la société vietnamienne une position inférieure. Il est possible que cette attitude générale à son égard provienne de ce que, appartenant à une nation essentiellement agricole, il est considéré comme un non-possédant (la possession de la terre étant le véritable critère). Encore aujourd’hui, on remarque facilement cette nuance d’infériorité. Par exemple, les anciennes familles de pêcheurs de Xuân-huân, dont plusieurs arment encore pour la pêche, ne veulent pas être confondues avec les pêcheurs véritables des villages de la côte, et se défendent d’appartenir à leur catégorie sociale ». Il est regrettable de constater que cette conclusion que Guy Moréchand a faite en 1955 est valable aujourd’hui encore. La modernisation de la société vietnamienne a entraîné une évolution des mentalités. L’aspect financier représente aujourd’hui la première préoccupation des Vietnamiens et l’instabilité des revenus des pêcheurs a fait des métiers de la pêche un secteur déconsidéré socialement.

3 Yvan Breton, « L’anthropologie sociale et les sociétés de pêcheurs. Réflexions sur la naissance d’un sous-champ disciplinaire », Anthropologie et Sociétés, vol. 5 n° 1, 1981, p. 7 -27,

4 Raymond Firth, Malay Fishermen : Their Peasant Economy, Hamden, Archon Brooks, 2e edition, 1966, 398 p.

5 L’adoption de la résolution 10/2011/QH13 du plan de développement économique pour 2011-2015 au cours de la 13e Assemblée Nationale du 8 novembre 2011 n’a pas tenu compte de la population vivant le long du littoral ni même de son économie. Une note insiste cependant sur l’obligation pour ces communautés et celles vivant dans les îles de respecter la loi, ce qui nous laisse raisonnablement supposer à des problèmes antérieurs.

6 Jean Rieucau, « Société et identification territoriale. Permanence des lieux, territorialités religieuses et festives sur le littoral au golfe du Lion », Annales de Géographie, t. 107, no604, 1998, p. 610-636.

7 Aliette Geistdoerfer, « De l’origine des marins. La genèse mythique d’une spécialisation technique », Techniques & Culture, 2004 / 1, no43-44.

8 Dans les plateaux d’offrandes on trouve aussi bien des viandes que des fruits, des bonbons et du papier votif. Les pêcheurs offrent ce qu’ils ont et dans les temples modestes on trouve également dans les plateaux d’offrandes des paquets de cigarette.

9 C’est avec l’argent offert par les fidèles du temple que le responsable du temple engage les troupes de Hát Bội pour divertir le génie Baleine et les visiteurs du temple. Il faut compter en moyenne 1 million de Đồng (environ 40 euros) pour une heure de représentation. Les pièces de théâtre chanté durent généralement deux heures mais la durée totale dépend des offrandes : le temple avance une somme fixe et les villageois offrent au fur et à mesure l’argent qu’ils récoltent au fil des heures pour faire durer le spectacle. Une troupe a dû assurer ainsi plus de quarante-huit heures de représentation étalées sur trois jours au temple de Vạn Thủy Tú, à Phan Thiết. Ce marathon de théâtre n’est pas rare, les pêcheurs étant très friands de Hát Bội. Les villages de pêche sont parmi les derniers endroits où l’on encore ce genre de spectacle au Vietnam.

10 Ces transactions sont interdites mais il arrive parfois que les villages qui possèdent beaucoup d’ossements de baleine en cèdent quelques-uns aux villages qui n’en possèdent moyennant une somme supposée être symbolique pas afin de leur porter chance. Les os de baleine sont réputés soigner diverses maladies et l’on peut, en cas de maladie sérieuse, en faire la demande au temple.

11 Sur le littoral, nous n’avons pas encore trouvé, malgré nos recherches, de temple de la baleine construit directement face à la mer. Généralement ces lieux saints sont à l’intérieur des terres, protégés par les habitations. Dans les petites îles où l’espace est plus limité les choses sont différentes. Sur l’île de Trí Nguyên, au large de Nha Trang, le temple de la baleine fait face à la mer, derrière le port. Dans les grandes îles, à Lý Sơn ou à Phú Quý le temple de la baleine est loin à l’intérieur des terres.

12 Précisons que le temple de la baleine n’est pas un lieu de pèlerinage car ce n’est pas au temple que la baleine s’est échouée. Pour autant, l’endroit où s’est échoué le mammifère n’est pas un endroit saint, même si les pêcheurs s’y rendent chaque année pour commémorer l’échouage. Il n’y a pas non plus d’autel fixe pour rappeler l’événement aux visiteurs.

13 À noter que Jean Rieucau a fait une analyse de l’opposition entre les gens de terre et gens de mer dans « Océan et continent, deux espaces vécus en mutation chez les gens de mer », Annales de Géographie, 98e année, n° 549, septembre - octobre 1989, p. 516-537. Ses conclusions s’appliquent tout à fait à notre étude.

14 Photo prise par l’auteur au temple de la baleine du village Tam Thạnh sur l’île de Phú Quý.

15 Johann Herder, Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité, Paris, F.-G. Levrault, 1827-1828, 537 p., chap. 3, p. 89 : « L’intelligence pratique de l’espèce humaine s’est partout développée à l’occasion des besoins de la vie ; mais partout elle a été le fruit du génie des peuples, le résultat de la tradition et des coutumes. »

16 D’après les chiffres de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD), le Vietnam est passé de 5,05 millions de touristes en 2010 à 7,5 millions de touristes en 2014. Le secteur du tourisme est en constante augmentation depuis ces dix dernières années et les chiffres ne semblent pas vouloir décroître.

17 Selon les chiffres du Vietnam Trade Promotion Agency, les exportations de produits de la mer représentaient 6,13 milliards de dollars en 2013, environ 30-35 % du PIB du pays. Le gouvernement vise à atteindre les 11 milliards de dollars avant 2030 et pour cela, un plan de restructuration totale des villages de pêche a été mis en place. Ce plan prévoit la restructuration de 70 % des villages avant 2020. Les pêcheurs ont donc une marge de manœuvre très faible. Cependant, 40 % de l’alimentation vietnamienne est constituée de produits de la mer. En prenant compte de ces chiffres et forte de sa présence le long du littoral, la communauté des pêcheurs possède un levier non négligeable qui exige néanmoins une mobilisation collective et individuelle.

18 Voir Émile Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, op. cit.

Table des illustrations

Légende Photo 17. Représentation de théâtre chanté sur la terrasse du Chính Điện14
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search