Version classiqueVersion mobile

Le culte de la baleine

 | 
Nguyen Quoc-Thanh

La hiérarchie sociale au sein d’une communauté de pêcheurs du sud du Vietnam

Le pouvoir par la connaissance des rites cultuels1

Texte intégral

  • 1 Nous avons choisi de centrer cette étude sur le sud du Vietnam bien qu’elle soit basée sur un échan (...)
  • 2 Source : General Department of Vietnam customs

1La communauté des pêcheurs vietnamiens s’étale sur les 3 260 km de côtes que compte le pays, c’est-à-dire sur toute sa façade est, en plus des quelques îles et îlots éparpillés dans la mer de Chine. Selon les statistiques officielles réalisées pour 2012, la production halieutique a rapporté au pays 6,1 milliards de dollars pour une production de 5,7 tonnes réparties entre 28 424 bâtiments avec une capacité totale de 5 264 000 CV. Cette production, en plus des chiffres modestes réalisés par l’industrie aquacole, constitue 40 % des ressources alimentaires nationales2, chiffre étonnant si l’on juge que seulement 4 millions sur les 88,7 millions de Vietnamiens vivent des activités de la pêche. La production halieutique globale est en augmentation constante et il n’est pas un secteur au Vietnam où la progression est plus rapide. Paradoxalement, il n’est pas une communauté plus méconnue que celle des pêcheurs.

  • 3 Voir G. E. Lenski, Power and privilege : A theory of social stratification, Chapel Hill, The Univer (...)

2Selon le sociologue Gerhard Lenski3, la hiérarchie sociale serait une notion fortement ancrée au sein de certaines communautés, spécialement si celles-ci vivent dans des situations précaires. Cela se retrouve effectivement dans de nombreux villages de pêche traditionnelle du sud du Vietnam. D’après la théorie de la dominance sociale mise en place par Lenski, toutes les sociétés sont caractérisées par l’existence d’une hiérarchie. La communauté des pêcheurs vietnamiens ne fait pas exception à cette règle. La principale différence comparée aux sociétés rurales vietnamiennes tient au pouvoir détenu par les officiants du culte principal et les offrandes rigoureusement codifiées.

  • 4 Gustave Langrand a brossé la hiérarchie sociale existant dans le village de Trường Đông (Nha Trang, (...)
  • 5 D’après les chiffres du Vietnam Official Statistics de 2012, c’est dans la communauté des pêcheurs (...)

3La structure des villages de pêche diffère de celle des villages ruraux par l’observance très stricte des cultes et le respect qui est dû, non pas à l’âge, mais à la connaissance des étapes des cérémonies4. À la base du socle social de la communauté des pêcheurs vietnamiens, cette hiérarchie ne se contente pas seulement de fixer le rôle de chacun, elle règle également leur quotidien. Situés en bas de l’échelle sociale, les pêcheurs constituent pourtant l’épine dorsale de toute une région5. Une meilleure connaissance des règles de cette hiérarchie nous permettra sans doute de cerner cette communauté trop souvent délaissée par les Vietnamiens eux-mêmes.

4La construction de l’identité sociale chez les pêcheurs vietnamiens passe par des normes et des règles sociales non écrites. Il n’y a pas, à proprement parler, de loi précisant ce qui est autorisé ou ce qui est interdit donc pas d’entité juridique officielle régissant ces normes. Cependant, la construction de leur identité sociale se détermine par des modèles de comportement propres à leur groupe. Comme pour tous les groupes sociaux, la transmission des normes permet l’homogénéité du groupe et l’intégration de ce dernier dans son milieu de vie. La transgression des normes expose son commettant à l’isolation sociale mais met également en danger le groupe. Au-delà de la simple solidarité, la particularité du métier de pêcheur nécessite une cohésion totale. Cette cohésion constitue d’ailleurs un axe d’orientation et guide les pêcheurs dans leur vie quotidienne. L’apprentissage de la cohésion, qui se fait dès le plus jeune âge, permet à chaque membre du village de pêche de connaître son statut, son rôle dans le groupe et détermine son identité de façon permanente.

  • 6 Il s’agit ici de hiérarchie sociale et non de strate sociale.
  • 7 Nous ne pouvons envisager cette étude sans nous référer à l’analyse de Max Weber sur l’ordre social (...)

5Le statut de chacun des membres du groupe n’est véritablement visible que durant les festivités dédiées au culte de la baleine. C’est à cette occasion particulière, qui ne se produit qu’une fois l’an, que s’observe la hiérarchie au sein du village6. Loin d’être immuable, cette hiérarchie a la particularité de n’être basée que sur la connaissance des étapes des cérémonies du culte7.

Un pouvoir légitimé par la connaissance des rites cultuels

  • 8 Voir article de l’auteur, « Le culte de la baleine dans le Centre Vietnam, devenir d’un héritage mu (...)

6Les cultes maritimes sont parmi les cultes les moins étudiés au Vietnam, en raison de leur complexité et de la méfiance naturelle des pêcheurs envers tout élément étranger à leur monde. Parmi les cultes qui ont réussi à traverser le temps et les frontières, le plus important pour la communauté des pêcheurs est incontestablement le culte de la baleine. Souvenons-nous que ce culte d’origine cham8 s’est enrichi au fil du temps d’influences chinoises et vietnamiennes pour devenir un culte unique, réunissant autour de lui plusieurs générations de pêcheurs.

  • 9 Op cit., p. 34-35.

7Les cérémonies du culte de la baleine sont parmi les plus riches du paysage cultuel vietnamien en raison de la diversité des influences qui l’ont construite. Chacune des étapes du culte est codifiée avec des sentences précises à réciter aux moments opportuns et seuls les plus âgés des pêcheurs sont habilités à mener les cérémonies. Le choix de ces hommes n’est pas dû au hasard : En effet, arrivés au terme d’une longue carrière en mer, ils sont à même de pouvoir remercier le génie baleine de les avoir protégés tout au long de leur existence et de leur avoir apporté pitance durant toutes ces années de bonne ou de mauvaise fortune. Il faut, de plus, avoir observé les cérémonies pendant suffisamment de temps pour maîtriser chaque étape afin de ne pas fâcher les divinités9.

  • 10 À noter qu’il existe une liste qui classe précisément les espèces de serpents de mer selon l’ordre (...)
  • 11 Voir Thái Vǎn Kiểm, « Le culte de la baleine », BSEI, op. cit., La tortue est reconnue dans le best (...)

8Derrière la baleine qui est vénérée en tant que sauveuse d’hommes s’ensuit toute une galerie d’animaux marins classés selon leur importance et à qui les pêcheurs vouent un profond respect. Leurs cultes se déroulent également selon des normes strictes. Le dauphin et la tortue sont parmi les principaux officiers de la garde rapprochée de la baleine, au même rang que l’orque. Leur culte suit généralement celui dédié à la baleine. Viennent ensuite les soldats du génie baleine que sont les serpents de mer10, les macropodes, les espadons et les crevettes. Les seiches ferment la marche de cette armée maritime11. En dehors de la baleine, du dauphin et de la tortue, si les autres venaient à tomber dans les filets des pêcheurs, leur consommation ne sera pas interdite. Mais cela n’empêche pas ceux-ci de les citer malgré tout dans les prières dédiées au seigneur baleine. Les rites étant très riches et complexes, seule une longue observation année après année peut permettre à un officiant de parvenir à célébrer convenablement toutes les cérémonies du culte. Une vie d’apprentissage n’est donc pas de trop pour parvenir à assimiler chacune des étapes. La crainte de fâcher les divinités par le non-respect des étapes du culte suffit à éloigner les jeunes pêcheurs. Malgré leur foi et leur bonne volonté, ces derniers n’auraient pas assez d’expérience pour mener à bien ce qui est assimilé à un point d’orgue dans une année de pêche.

9De manière générale, l’autorité détenue par les pêcheurs expérimentés est endogène et légitimée par deux éléments principaux :

  • la connaissance des rites du culte de la baleine

  • une longue carrière passée en mer, synonyme de bénédiction et donc de pureté

  • 12 Voir le mythe fondateur du Vietnam dans le chapitre 1, notamment la version romancée de Nguyễn Lang (...)
  • 13 Voir Georges Condominas, « Ethnologie », Viêt Nam. L’histoire, la terre, les hommes. Paris, L’Harma (...)
  • 14 La société vietnamienne n’est pas homogène comme le voudrait le gouvernement central. Voir l’articl (...)

10L’importance accordée à l’observation et à la transmission orale constitue les deux pôles principaux dans la culture des pêcheurs vietnamiens. Se considérant comme étant les héritiers du dragon fondateur de la lignée vietnamienne12, les pêcheurs entretiennent leurs cultes de façon rigoureuse, ne négligeant aucune divinité et cela quel que soit le revenu du village. Dans le cas des prières dédiées aux divinités maritimes, bien que beaucoup de villages procèdent encore à la transmission orale, la tendance actuelle penche pour une préservation par l’écrit. Sous la période des Boat-People qui a vu partir toute une génération de pêcheurs dont certains avaient emporté avec eux les prières dédiées aux divinités, beaucoup de villages se sont retrouvés dépourvus de compétence en matière de culte. La politique de cette époque a également causé de lourds dégâts sur les cultes traditionnels. L’ethnologue Georges Condominas l’avait signalé des années auparavant : « Transformant de fond en comble les structures de l’Etat, le mouvement révolutionnaire marxiste a également réaménagé le statut des minorités ethniques et leurs rapports avec la population majoritaire. Nombre de données exposées ici ou bien ont disparu, ou bien sont en voie de disparition13 ». Ce qui était valable pour les minorités ethniques l’était également pour la communauté des pêcheurs, souvent en marge de la société vietnamienne14. La politique du Renouveau de 1986 a permis d’assouplir la situation mais la reprise tardive de ces cultes a malgré tout causé la perte irrémédiable de certains rites.

Un pouvoir consolidé par l’observance stricte des rites du culte

11La baleine étant un animal élevé au rang de divinité, son culte échappe aux normes confucéennes observées dans les autres cultes au Vietnam. Les différences entre ce culte et les autres cultes maritimes résident en ses représentants et en leurs offrandes codifiées.

Les officiants du culte

  • 15 Dans certains villages on parle de Lăng, c’est-à-dire « Mausolée ».
  • 16 Le calendrier des cultes des pêcheurs ne rejoint celui des Vietnamiens du littoral que pour la fête (...)
  • 17 Ne pas confondre le Maître de cérémonie qui dirige les cérémonies de culte avec le Maître du gouver (...)

12Le temple de la baleine, le Vạn15, n’est ouvert qu’aux fêtes propres aux pêcheurs, les autres fêtes étant célébrées ou non à la pagode16. Les officiants des cérémonies dédiées à la baleine sont de simples pêcheurs ou ancien pêcheurs qui n’ont, en dehors de ces fêtes, aucun autre rôle religieux à jouer au sein de la communauté. Ces derniers jouissent cependant d’une autorité incontestable pour mener les affaires du village. Ils ont été triés sur le volet pour leurs connaissances des rituels. Leur rôle d’officiants des cérémonies de culte dédiées à la baleine ne les oblige nullement à mener une existence faite d’abstinence, puisque dans leur grande majorité ce sont de simples anciens pêcheurs, donc des pères de famille participant pleinement à la vie du village et à qui il n’est imposé aucun régime de vie particulier. Il n’existe pas de notion de caste pour les maîtres de cérémonie17 bien qu’il existe un ensemble de codes vestimentaires au moment des cérémonies. Ils ne constituent donc pas un groupe fermé sur lui-même. En dehors des cérémonies, les officiants au culte de la baleine prennent volontiers part aux affaires du village et leurs voix sont généralement prépondérantes sur celles des autres en raison de leur statut de « représentants » des pêcheurs auprès du génie baleine.

Les offrandes faites au culte

  • 18 Voir Georges Boudarel, 2001 (139, 1), « Tabous et autres coutumes du Viêt-Nam », op. cit., À noter (...)

13En matière de divinité, la baleine surclasse toutes les autres. Cela peut paraître paradoxal si l’on en juge par l’origine de ce culte qui veut que ce soit Bouddha Quan Thế Âm Bồ Tát (Bodhidattva Avalokiteśvara) qui ait créé cet animal pour protéger les pêcheurs18. S’il est impensable pour les pêcheurs vietnamiens de consommer de la chair de baleine, il est cependant recommandé de présenter de la viande d’animaux terrestres sur les autels même s’il est de notoriété publique que les baleines ne mangent ni de porc ni de poulet. En offrant ainsi des plats considérés comme étant les plus onéreux pour leur communauté, les pêcheurs espèrent obtenir la bénédiction du génie baleine et attirer sur eux tous les bienfaits. Concernant les offrandes, nous avons constaté deux courants de pensées : si certains pêcheurs n’hésitent pas à offrir de la viande, d’autres préfèrent des plateaux végétaliens, par respect pour Quan Thế Âm Bồ Tát mais aussi pour se rappeler qu’ils sont, dans leur immense majorité, de confession bouddhiste.

  • 19 Les pêcheurs versent environ 10 % de leurs revenus annuels au temple. Il n’y a certes aucune obliga (...)

14Les festivités du culte de la baleine étant la plus importante fête de l’année, bien plus importante pour les pêcheurs que la fête du Nouvel An, les maîtres de cérémonie jouissent d’une autorité spirituelle incomparable. En dehors de leur rôle de conseillers, ils tiennent à jour le calendrier des cultes et font également office de comptable pour le temple19.

15Bien qu’elle représente l’épine dorsale des cérémonies de culte, la hiérarchie n’est pourtant pas un cadre rigide dans lequel toutes choses demeurent immuables.

Une hiérarchie flexible qui flxe le statut et le rôle de chacun

16Le métier de pêcheur ne donne pas automatiquement une place dans le temple de la baleine même si tous vivent des ressources de la mer. En effet, dans un pays où bon nombre de pêcheurs traditionnels se sont reconvertis dans la pêche industrielle, faire partie de la communauté des pêcheurs et vénérer le génie baleine est un privilège : cela signifie qu’en cas de naufrage, le pêcheur appartenant au temple pourra être sauvé par la baleine.

  • 20 La radiation, au même titre que l’adhésion, est discutée entre les membres du temple. Elle survient (...)

17Pour faire partie de la communauté des fidèles du culte, il faut en faire la demande en déclinant son identité, en déclarant le bateau auquel l’on appartient et en s’acquittant d’une participation financière. La demande d’adhésion doit faire l’objet d’une discussion au sein du temple20. Il n’y a aucun sacrement dans le sens religieux du terme. Une fois admis, le pêcheur doit participer aux activités du temple (nettoyage des autels au moment des cérémonies, prises de décisions concernant le village, au besoin participer au chant des pêcheurs, officier durant les cultes, etc.). Les règles accompagnant le statut de fidèle du culte de la baleine sont relativement simples :

  • être toujours propre en entrant dans le temple ;

  • avoir une vie décente ;

  • ne pas créer de querelle entre les membres de la communauté ;

  • avoir une attitude fraternelle et pacifique envers les autres membres du village ;

  • ne pas avoir une attitude indécente, être ivre ou crier dans l’enceinte du temple, quel que soit le moment.

  • 21 Celle-ci change selon le village.

18Le bateau auquel appartient le pêcheur reçoit, à son adhésion, une marque particulière21 qui signifiera aux autres la présence à bord d’un fidèle du culte de la baleine. De même que cette marque indiquera au génie Baleine que le pêcheur qui œuvre sur le bateau est l’un de ses fidèles qu’il devra soutenir en cas de tempête ou sauver en cas de naufrage. Cette marque est un très fort symbole entre les pêcheurs : celui qui se détourne d’un bateau en difficulté et portant cette marque alors que lui-même est un fidèle du culte de la baleine s’expose à de très graves punitions pouvant aller jusqu’au bannissement du village. De règle générale, même à terre cette solidarité continue à s’exercer entre les membres du temple.

19Nous regrettons qu’il n’y ait pas davantage d’études sur l’adhésion et la radiation des pêcheurs au culte de la baleine. Elles auraient pu nous apprendre beaucoup sur la société des pêcheurs traditionnellement fermée. Les mouvements au sein de la communauté sont décidés par les pêcheurs organisés en collège et seuls les pêcheurs ont le droit de participer aux réunions, ce qui explique sans doute le manque d’études à ce sujet.

  • 22 Nous nous contenterons ici de retracer l’ordre des cérémonies à l’intérieur du temple de la baleine (...)

20Le rôle de chaque membre au sein d’un village de pêche est matérialisé par la place qu’il occupe physiquement dans le temple durant les festivités dédiées à la baleine. Le fils de la baleine, même après sa période de deuil, occupe toujours une place centrale dans les cérémonies de culte quel que soit son âge. Il siège parmi les vénérables pêcheurs et prend part aux décisions importantes du village. C’est durant les cérémonies de culte que l’on voit concrètement la place de chacun au sein du village et l’importance que les membres de la communauté lui accordent22.

  • 23 Beaucoup de temples adoptent cependant des habits bleus, celui des hommes selon les coutumes confuc (...)

21Au moment des festivités, le temple de la baleine est divisé en trois parties, la plus importante étant celle située aux alentours immédiats de l’autel. Pour ne pas offenser la divinité, rien ne peut être installé face à l’autel. Les plus vénérables des pêcheurs, les maîtres de cérémonie, prennent part aux festivités installés à droite et à gauche de l’autel, portant l’habit noir représentant la couleur de la baleine23. ceux des pêcheurs qui sont âgés mais qui ne connaissent pas les rites de culte sont placés à l’extérieur. C’est véritablement ici que l’on observe la plus grande différence avec les villages ruraux : dans un village de pêche, c’est la connaissance des rites du culte qui accorde le rang social à l’intérieur et à l’extérieur du temple.

  • 24 Dans cette partie on trouve parfois les bonzes des pagodes voisines venus rendre hommage à la balei (...)

22Dans la seconde partie du temple sont installés les autres villageois, les fonctionnaires d’Etat venus assister aux cérémonies et les pêcheurs ne pouvant mener les cérémonies pour raison de deuil24. Viennent ensuite les femmes qui ont préparé les plats offerts à l’autel puis les jeunes pêcheurs dans la troisième partie du temple. Seuls peuvent en être exempts ceux qui sont en période de deuil.

23Durant les trois jours de festivités, les jeunes pêcheurs s’affairent autour du temple. Le moment est propice aux discussions professionnelles. Les pêcheurs pensent que toute affaire conclue durant les cérémonies se fait sous l’œil bienveillant de la baleine et ne peut donc que déboucher sur une réussite. Les maîtres de cérémonie choisissent également ce moment pour élire ceux d’entre eux qui prendraient leur relève les saisons prochaines.

Schéma 1. La place des pêcheurs dans le temple pendant les cérémonies

24Le schéma ci-dessus permet de visualiser la place de chacun et voir ainsi leur rôle et leurs prérogatives au sein de la communauté.

Photo 15. Temple de la baleine sur l’île de Phú Quý durant une cérémonie dédiée au génie Baleine

  • 25 L’entretien du temple de Trường Đông, à Nha Trang, est ainsi confié aux soins d’un villageois intel (...)

25Seuls les êtres intellectuellement diminués échappent à cette hiérarchie : Il arrive parfois qu’il en existe au sein du village à qui l’on confie la tâche de s’occuper du nettoyage du temple, bien qu’ils ne soient ni maître de cérémonie ni « fils de la baleine ». Déclarés inaptes au métier de la pêche, ils font pourtant parti de la communauté et peuvent vaquer entre les autels sans avoir à se soucier de la hiérarchie25. Au sein du temple ils sont « protégés » du monde extérieur et peuvent mener une vie pieuse. Cela n’est pas sans nous rappeler l’organisation de la société grecque antique au sein de laquelle les êtres simples sont réputés bénéficier de la protection divine.

  • 26 M. Hogg & Authors, « The Social Identity Perspective, Intergroup relations, Self-conception, and Sm (...)

26Il serait intéressant, arrivé à cette partie de l’étude, de pouvoir soumettre le concept d’identification sociale tel qu’il existe dans le village de pêche traditionnel au modèle analysé par Hogg pour mieux comprendre les composantes de l’identification sociale26. Les pêcheurs vietnamiens s’identifient eux-mêmes comme appartenant à une caste, celle des hommes de mer, avant même d’être les habitants du Vietnam. Ce sentiment est d’autant plus renforcé s’ils sont insulaires. Cette identification par rapport à une activité professionnelle et à un mode de vie diffère de ce que nous pouvons observer dans les villages agricoles comme nous le verrons dans la suite de notre étude.

Une hiérarchie victime de sa complexité

  • 27 Le livre de prières du village de pêche Tam Thanh, sur l’île de Phú Quý date de 1964 et compte pas (...)

27Pour la majorité des villages de pêche, les différentes étapes des cérémonies sont aujourd’hui consignées pour ne pas répéter les erreurs du passé. Cependant, le culte de la baleine demeure un culte complexe avec ses origines multiples. Si l’on ne tient pas compte du chant des pêcheurs qui diffère d’un village à l’autre, il existerait plus d’une quarantaine de prières dédiées aux génies maritimes27. Chaque prière s’adresse à un génie en particulier et exige donc la participation des maîtres de cérémonie. Hormis le génie baleine qui est au-dessus de tous les autres, suivi de la déesse-mère Mẫu Thoải, la hiérarchie entre les Saints Patrons reste sujette à discussion. Qui de Lỗ Ban, le Saint Patron des charpentiers, Ông Lái Gịa, le Saint Patron des capitaines de bateaux, Ông Đăng Bườm, le Saint Patron des voiles, Ông Trở Nhốm, le Saint Patron des filets, pour ne citer qu’eux, est supérieur aux autres ? Dans quel ordre doit-on les célébrer ? Ces questions sont autant d’énigmes. Les réponses varient d’un village à l’autre et d’une région à l’autre. Chacun avance son argument, fermement persuadé d’avoir raison. Ne dit-on pas que si les génies étaient contrariés ils ne manqueraient pas de se manifester ? Selon les pêcheurs, l’abondance des richesses halieutiques de la mer de Chine méridionale est la preuve du contentement des gén+ies qui sont tous célébrés dans le bon ordre, en fonction de la hiérarchie qu’ils occupent dans le panthéon vietnamien des génies maritimes. Cependant, dans la réalité, deux éléments perturbent le déroulement des cérémonies.

L’oubli des rites ou la limite de la transmission orale

  • 28 À cela s’ajoute la période Boat People qui a également été désastreuse pour les rites. Bon nombre d (...)

28La complexité des cérémonies rend les rites obscurs et incompréhensibles et entraîne parfois l’inobservance, voire l’abandon, des cérémonies les plus riches lorsque le maître de cérémonie fait défaut. La peur de mal faire et de fâcher les esprits est telle que beaucoup de villages se contentent d’une simple cérémonie sans prières particulières28.

Les effets négatifs du tourisme

  • 29 Ce fait nous a été rapporté par Monsieur Trần Vǎn Danh, habitant du village et fidèle du temple. No (...)

29Toutes les prières n’ont pas été consignées et cela engendre parfois des conséquences inattendues. Il arrive que les maîtres de cérémonies eux-mêmes oublient les prières et l’on assiste alors à des compositions avec plus ou moins de réussite. Ainsi, au Vạn Cù Lao, le principal temple de la baleine de Nha Trang, chaque fête génère un nombre important de visiteurs. Les fidèles viennent des quatre coins du pays pour bénéficier de la protection du seigneur baleine. Pour répondre à cette ferveur toujours croissante, les officiants au culte ont récemment composé eux-mêmes quelques prières destinées à communiquer avec les esprits de baleines défuntes29. Ces prières n’ont de valeur que celle que les fidèles voudront bien leur accorder car elles ne respectent plus aucune règle de versification propre aux prières dédiées aux génies maritimes. Elles ont été simplifiées pour une meilleure compréhension vis-à-vis des visiteurs du temple. Mais les prières ne sont pas les seules à être codifiées. L’aménagement du temple de la baleine l’est également.

30Le lieu sacré est divisé en trois parties qui englobent la totalité du terrain : Le Võ Ca (le plus grand des bâtiments comprenant une grande pièce pour recueillir les dépouilles de mammifères marins échoués), le Chính Điện (bâtiment dédié aux cultes avec les autels des génies et sa terrasse consacrée aux réunions), et le Tiền Vãng (généralement situé à l’arrière du Chính Điện, il est consacré aux restes des activités).

Schéma 2. Configuration du Chính Điện au sein du temple de la baleine

31De ce schéma deux constats sont à relever :

  • tous les temples de la baleine sont organisés de la même façon : l’autel de la baleine au centre, l’autel de la déesse de la mer sur sa droite, l’autel des saints patrons sur sa gauche.

  • bien que tous les temples de la baleine soient tournés vers la mer, l’organisation du temple respecte la géomancie avec le squelette de la baleine à gauche de l’entrée, le cimetière où sont enterrés les ossements de baleine derrière le temple légèrement à droite. Il arrive que la taille de la baleine échouée ne permette pas de l’enterrer sur le terrain réservé au temple. Le découpage de la baleine étant interdit, il faut alors consacrer un terrain à part pour l’enterrer et la laisser se décomposer naturellement. Dans ce cas, une simple cérémonie suffit pour consacrer le terrain en question. Nous verrons, dans la suite de cette étude, l’architecture des temples consacrés au culte de la baleine et les différents aménagements qui les différencient des temples des villages agricoles.

32Durant les festivités, n’ont accès à l’autel de la baleine que les maîtres de cérémonie et le fils de la baleine. Les offrandes et les encens ne peuvent être manipulés que par ces derniers et dans un ordre établi. Le plus ancien des maîtres de cérémonie, en plus du fils de la baleine, est le seul autorisé à toucher le coffre contenant les édits impériaux. Il a la lourde charge de lire ces édits à la population dans l’ordre d’ancienneté.

  • 30 Ces morceaux de soie étant fragiles, bon nombre de villages préfèrent aujourd’hui présenter à leurs (...)

33Les jeunes pêcheurs sont ensuite invités à venir examiner les édits impériaux30 puis les pêcheurs des villages voisins. La population, c’est-à-dire les non pêcheurs, qu’ils soient du village ou juste de passage, sont les derniers à s’approcher des édits. Bien que les enfants sont volontiers admis au sein du temple durant les jours de fête, ils n’ont pas l’autorisation de s’approcher du dernier carré face à l’autel de la baleine et encore moins des édits impériaux.

34La configuration même du temple respecte un certain nombre de normes. Tourné vers la mer, le temple comporte un nombre limité d’autels. Chaque divinité possède une place qui lui est propre, à droite ou à gauche de l’autel de la baleine selon son importance. En revanche, devant l’autel de la baleine il ne peut rien avoir d’autre que le coffre contenant les édits impériaux et des offrandes. Il arrive cependant que les édits impériaux soient placés en hauteur, sous le toit, pour les soustraire des malfaiteurs potentiels ou simplement pour éviter des gestes malencontreux. De règle générale, aucun geste déplacé ou impur ni aucun mot grossier n’est toléré devant l’autel de la baleine. Ces restrictions n’ont cependant pas cours devant le squelette ou les ossements de la baleine où les pêcheurs tolèrent volontiers les enfants, même turbulents : Leur présence est un gage de la continuité du culte.

Photo 16. Squelette de baleine exposé dans le Võ Ca (Ile de Phú Quý)

  • 31 Tout comme les édits impériaux de jadis, les diplômes culturels d’aujourd’hui s’accompagnent d’une (...)
  • 32 Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’alcool n’est pas interdit au temple, bien au contrai (...)
  • 33 Agencement des lieux obéit à des normes codifiées. Le nombre de piliers au sein de temple, la posit (...)

35Il arrive que l’arrière du temple de la baleine, le Tiền Vãng, soit dédié au stockage des ossements en attente de tri. Les pêcheurs y installent alors des autels consacrés aux ancêtres et aux fondateurs du village de pêche et du temple. Cette partie du temple, moins « sainte », peut être également réservée aux activités pécuniaires et autres : c’est ici que les pêcheurs comptent l’argent récolté pour les cérémonies, dressent le calendrier des cultes et consignent par écrit tout ce qui doit l’être. C’est également là que se font les tractations avec les fonctionnaires d’Etat et que s’échangent les diplômes culturels remplaçant les édits impériaux de jadis31. Sans être considérée comme profane, cette partie n’exige pas des pêcheurs une attitude exemplaire et ces derniers peuvent alors se relâcher. Il n’est pas rare que, malgré la présence de l’autel des ancêtres et des fondateurs du village et du temple, les pêcheurs y fassent bombance après les cérémonies32. Cet endroit est le seul du temple où la hiérarchie entre pêcheurs n’est plus observée. L’architecture de chacun des bâtiments ainsi que la décoration respectent également des normes qu’il serait fastidieux d’énumérer ici33. Retenons simplement que le culte de la baleine a donné aux pêcheurs vietnamiens un héritage architectural riche et varié qu’il serait intéressant d’étudier plus en profondeur car il se distingue radicalement de ce qui existe dans les villages agricoles.

  • 34 Ce village est le plus important sur l’île de Phú Quý, au large de Phan Thiết, dans le sud du Vietn (...)

Schéma 3. Plan d’ensemble du temple de la baleine dans le village de Tam Thanh34

  • 35 Il arrive souvent que les villages de pêche procèdent à la recomposition des squelettes avec l’aide (...)
  • 36 comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, les femmes ne sont généralement pas admises au (...)
  • 37 Le Vạn Thuỷ Tú de Phan Thiết et le Vạn An Thạnh sur l’île de Phú Quý possèdent tous deux des squele (...)

36Lorsqu’un village de pêche en a les moyens, il peut solliciter l’aide d’un expert de l’Institut Océanographique de Nha Trang pour reconstituer le squelette d’une baleine échouée35. L’opération ne peut commencer qu’à la suite de toute une série de cérémonies visant à demander l’autorisation de manipuler les ossements. Toute présence féminine est alors interdite sur le site tout le temps de l’opération36. Il semble qu’il n’existe pas de prière particulière pour ce genre d’opération si ce n’est la prière habituelle pour le rappel de l’âme de la baleine. La bienveillance des autres génies est également sollicitée pour l’occasion. Une fois rassemblé, le squelette pourra ensuite recevoir un certificat culturel d’état, ce qui participe également à augmenter la somme des subventions allouée à l’organisation annuelle des cérémonies de culte. Souvent, de par sa taille, le squelette recomposé est exposé dans un bâtiment juxtaposant le temple37.

37L’augmentation du nombre de fidèles et le regain d’intérêt pour cette croyance populaire ont permis d’attirer l’attention sur ce culte traditionnel. Pour autant, il est difficile pour le moment d’affirmer qu’il y a une véritable politique de préservation de la culture des communautés de pêcheurs. Cependant, notons que les conflits de souveraineté en mer de Chine ont mis depuis peu ces hommes de mer sur le devant de la scène.

Une hiérarchie remise en cause par les évènements sociaux et politiques

  • 38 John Kleinen, Vietnamese Society in Transition. The Daily politics of reform and change, Spinhuis / (...)
  • 39 Voir Database General Statistics Office of Vietnam.

38Les changements intervenus au sein de la société vietnamienne38 ont permis au pays d’enregistrer, depuis le « décollage économique » de l’an 2000, une croissance le hissant au 43e rang mondial39. Tous ces chamboulements ont engendré une perte de repères qui s’est traduit par un retour massif aux croyances traditionnelles. Le culte de la baleine a largement bénéficié de ce retour aux sources. En plus des agriculteurs venant prier pour la pluie, les cérémonies de la baleine accueillent de plus en plus de citadins à la recherche des traditions de leurs ancêtres. Cependant, ils ne sont pas les seuls éléments extérieurs aux villages de pêche. Les fonctionnaires d’Etat interviennent de plus en plus dans les affaires internes.

  • 40 Voir l’article de Pédroletti Brice du 11 octobre 2013, « Les mers de Chine, nouveau théâtre d’affro (...)
  • 41 Voir l’article de VNA du 11 juin 2013, « Ly Son Island-the Original Land of the Feast and Commemora (...)
  • 42 L’adage vietnamien que nous avons vu précédemment, « Phép vua thua lệ làng », La loi du roi s’effac (...)

39Les conflits de territoire en mer de Chine40 ont récemment mis les pêcheurs en première ligne si l’ont peut dire. Ainsi les villages de pêche de l’île de Lý Sơn ont vu l’arrivée massive non seulement de militaires, mais également de bonzes venus pour bénir cette parcelle de terre vietnamienne – donc non chinoise – et des cohortes d’officiels en tous genres pour commémorer tous les héros tombés pour la défense de la souveraineté nationale41. En raison des conflits en mer de Chine, le quotidien des pêcheurs des îles proches ou faisant parties des archipels Spratleys et Paracels s’en retrouve bouleversé. L’intérêt national prévalant sur l’intérêt local42, les pêcheurs n’ont autre choix que celui de s’effacer devant les fonctionnaires d’Etat ou les militaires pour le règlement des affaires du village. Des bunkers ont étés construits à la sortie des villages. Désormais, le rôle exercé par les officiants du culte en dehors des cérémonies n’est plus que folklorique. Cependant, la présence de ces pêcheurs en mer de Chine constitue la démonstration pour l’état vietnamien de la souveraineté du pays sur cette partie de la mer. Vivant sur ce territoire maritime depuis plusieurs générations, la communauté des pêcheurs est désormais intégrée comme une entité à part entière dans la grande nation vietnamienne. Les choses reviendront-elles à leur place initiale lorsque ces conflits se seront éloignés ?

40Contrairement à sa réputation, la communauté des pêcheurs n’est en rien une société fermée. Le culte de la baleine, tout comme les autres cultes vénérés par les pêcheurs, représente un syncrétisme intéressant : Ses origines multiples sont autant de démonstrations de la richesse culturelle de la communauté des pêcheurs et de leur ouverture d’esprit. C’est précisément cette ouverture qui constitue aujourd’hui le plus grand danger. Désormais, le danger n’est plus seulement d’origine naturelle. Placés malgré eux en première ligne, au cœur des conflits de territoires, les pêcheurs sont plus que jamais exposés. Leur culture déjà fragilisée dans les années 1980 risque de disparaître tout à fait sans une volonté forte de préservation. Restera-t-il encore quelque chose à transmettre aux générations futures lorsque l’âme de la baleine aura définitivement déserté ces côtes agitées ?

Notes

1 Nous avons choisi de centrer cette étude sur le sud du Vietnam bien qu’elle soit basée sur un échantillon de villages de pêche allant de Ɖà Nẵng à Vũng Tàu, c’est-à-dire du centre au sud car les résultats ont principalement été collectés dans les villages du sud, à Nha Trang, à Phan Thiết, Phan Rang, Vũng Tàu et sur l’île de Phú Quý. En comparant les données aux études réalisées précédemment par d’illustres chercheurs ayant travaillé sur le culte de la baleine tels que Thái Vǎn Kiểm ou Antoine Cabaton, nous nous sommes aperçus que seuls les villages de l’île de Phú Quý célèbrent encore aujourd’hui le culte de la baleine selon les normes canoniques.

2 Source : General Department of Vietnam customs

3 Voir G. E. Lenski, Power and privilege : A theory of social stratification, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 1984.

4 Gustave Langrand a brossé la hiérarchie sociale existant dans le village de Trường Đông (Nha Trang, Bình Thuận) en 1945 sur un modèle très proche de celui du village rural. Nous réfutons ses conclusions quant à l’existence de mandarins que monsieur Langrand présente comme si c’était une généralité car l’immense majorité des villages de pêche vivaient, sans être en marge de la société vietnamienne, mais bien éloigner de celle-ci, tant dans sa forme qu’au niveau de son administration. Voir Gustave Langrand, Vie sociale et religieuse en Annam, monographie d’un village de la côte Sud-Annam, Lille, Éditions Univers, 1945, 109 p, p. 37-39.

5 D’après les chiffres du Vietnam Official Statistics de 2012, c’est dans la communauté des pêcheurs que le taux d’alphabétisation est le plus bas et que l’on enregistre le plus de pauvreté. Paradoxalement, c’est le secteur qui enregistre la plus importante croissance économique.

6 Il s’agit ici de hiérarchie sociale et non de strate sociale.

7 Nous ne pouvons envisager cette étude sans nous référer à l’analyse de Max Weber sur l’ordre social. La communauté des pêcheurs est certes structurée par d’autres éléments que ceux du marché, et le privilège positif de considération sociale est ici lié à une instruction et donc à une distinction symboliqu, comme l’envisage Weber. Le groupe des maîtres de cérémonies forme donc un groupe statutaire. Ils sont conscients de leur intérêt et sont marqués par des liens sociaux forts et largement endogames.

8 Voir article de l’auteur, « Le culte de la baleine dans le Centre Vietnam, devenir d’un héritage multiculturel », Péninsule 2007 (55), p. 97-138.

9 Op cit., p. 34-35.

10 À noter qu’il existe une liste qui classe précisément les espèces de serpents de mer selon l’ordre dans lequel ils doivent être célébrés.

11 Voir Thái Vǎn Kiểm, « Le culte de la baleine », BSEI, op. cit., La tortue est reconnue dans le bestiaire vietnamien comme étant un animal mythique. Le dauphin est généralement très apprécié pour son intelligence et sa nature joueuse. Le macropode, avec sa nageoire dorsale qui ressemble à un drapeau est considéré comme le porte étendard de la baleine. L’espadon constitue un poisson combattant avec son rostre pointu. Les crevettes, pour leur faculté de marcher en rang au fond des mers, sont appréciées par les Vietnamiens qui louent leur discipline. Il semblerait que les serpents de mer soient célébrés seulement pour leur ressemblance avec le dragon. Quant à la seiche, sa capacité de cracher de l’encre pour prendre la fuite l’intègre d’emblée dans l’armée de la baleine. Nous n’avons pas trouvé d’explication spécifique quant aux hommages rendus aux orques. Il existe cependant des descriptifs très précis quant au rôle que doit tenir chaque espère. La liste des poissons à célébrer est par ailleurs très complexe. Aujourd’hui, la plupart des villages de pêche n’observent plus ces cultes.

12 Voir le mythe fondateur du Vietnam dans le chapitre 1, notamment la version romancée de Nguyễn Lang, 1974, Vǎn Lang Dị Sử, op. cit.,

13 Voir Georges Condominas, « Ethnologie », Viêt Nam. L’histoire, la terre, les hommes. Paris, L’Harmattan, 1989, p. 44

14 La société vietnamienne n’est pas homogène comme le voudrait le gouvernement central. Voir l’article de Nguyễn Thế Anh, « Le Viêt Nam : une société unique ? », La Revue des Ressources, 2001, disponible en ligne.

15 Dans certains villages on parle de Lăng, c’est-à-dire « Mausolée ».

16 Le calendrier des cultes des pêcheurs ne rejoint celui des Vietnamiens du littoral que pour la fête du Nouvel An et pour la fête de la lune de septembre, les autres fêtes étant délaissées car ne concernant pas directement les pêcheurs. De même que les héros populaires (Trần Hưng Đạo, les deux sœurs Trưng etc.) qui sont fêtés par la plupart des Vietnamiens sont totalement délaissés par les pêcheurs.

17 Ne pas confondre le Maître de cérémonie qui dirige les cérémonies de culte avec le Maître du gouvernail qui dirige le chant des pêcheurs. Tous deux sont d’anciens pêcheurs et sont généralement âgés mais le Maître de cérémonie possède des connaissances rituelles que n’a pas le Maître du gouvernail. Par ailleurs, une fois le chant des pêcheurs terminé, le Maître du gouvernail redevient un simple pêcheur tandis que l’autorité du Maître de cérémonie continue à s’exercer même en dehors des périodes de culte.

18 Voir Georges Boudarel, 2001 (139, 1), « Tabous et autres coutumes du Viêt-Nam », op. cit., À noter que dans le village de Vàm Lang, Quan Thế Âm Bồ Tát est reconnue supérieure au génie baleine et son autel est placé au-dessus de l’autel dédié à la baleine mais c’est la seule exception que nous ayons observée jusqu’ici.

19 Les pêcheurs versent environ 10 % de leurs revenus annuels au temple. Il n’y a certes aucune obligation mais cette règle semble être scrupuleusement suivie par la grande majorité des pêcheurs. À cette somme s’ajoute également celle accordée par le gouvernement pour la célébration de la fête de la baleine.

20 La radiation, au même titre que l’adhésion, est discutée entre les membres du temple. Elle survient lorsque le pêcheur quitte la pêche traditionnelle pour la pêche industrielle. Le pêcheur pourra toujours venir participer aux cérémonies dédiées à la baleine mais ne pourra plus être parmi les officiants au culte ou être dans le rang des rameurs pour le chant des pêcheurs. Le règlement lié à l’adhésion et à la radiation du fidèle du culte de la baleine est disponible dans le livret officiel du temple de Vạn Thủy Tú, à Phan Thiết (p. 22).

21 Celle-ci change selon le village.

22 Nous nous contenterons ici de retracer l’ordre des cérémonies à l’intérieur du temple de la baleine, c’est-à-dire la seconde étape de la fête de la baleine. S’agissant de la hiérarchie, notre étude ne concerne que celle existant chez les mortels mais il faut noter qu’il existe également une hiérarchie pour le monde des divinités. Les génies et les saints sont également classés selon leur rang. Les Saints (聖) Thánh, sont supérieurs aux Génies (神) Thần, bien que tous appartiennent au monde des esprits. Ainsi, parmi les Saints nous avons Mẫu Thoải qui est la sainte-mère des eaux. Les fondateurs des villages de pêche peuvent parfois être élevés au rang de génie. L’exception est faite pour la Baleine qui, bien qu’en étant qu’un génie, elle surclasse tous les autres, y compris les saints ou les dieux.

23 Beaucoup de temples adoptent cependant des habits bleus, celui des hommes selon les coutumes confucéennes. Sur l’île de Phú Quý, le bleu est la couleur de la mer et doit être mérité. Seuls les officiants des cérémonies ont le droit de porter cette couleur.

24 Dans cette partie on trouve parfois les bonzes des pagodes voisines venus rendre hommage à la baleine. Ils participent aux festivités sans prendre part ni à la conduite des cérémonies ni aux prières. On trouve quelques fois des Chams qui viennent fêter Po Riyak, leur seigneur baleine sur invitation des pêcheurs, rappelant les liens religieux communs aux deux communautés.

25 L’entretien du temple de Trường Đông, à Nha Trang, est ainsi confié aux soins d’un villageois intellectuellement diminué. Il en va de même pour le village d’An Hải, près de Phan Thiết. A noter qu’au Vietnam, les personnes diminuées sont considérées comme étant habitées par les esprits, elles bénéficient donc d’un statut à part.

26 M. Hogg & Authors, « The Social Identity Perspective, Intergroup relations, Self-conception, and Small Groups », Small Group Research, vol. 35, n° 3, juin 2004, p. 246-276, p. 251 : « A social group is a collection of more than two people who have the same social identity-they identify themselves in the same way and have the same definition of who they are, what attributes they have, and how they relate to and differ from specific outgroups. Group membership is a matter of collective self-construal - “we,” “us,” and “them” ». Voir également Jan E. Stets & Peter J. Burke, « Identity theory and Social Identity Theory », Social Psychology Quarterly, 2000, vol. 63, n° 3, p. 224-237.

27 Le livre de prières du village de pêche Tam Thanh, sur l’île de Phú Quý date de 1964 et compte pas moins de 42 prières, chacune pour une circonstance particulière ou pour un génie maritime en particulier. Elles sont indifféremment rédigées en Quốc Ngữ, la langue nationale, en nôm, ou encore en chinois classique.

28 À cela s’ajoute la période Boat People qui a également été désastreuse pour les rites. Bon nombre de maîtres de cérémonie ont ainsi disparu en mer et avec eux la mémoire des textes des cérémonies.

29 Ce fait nous a été rapporté par Monsieur Trần Vǎn Danh, habitant du village et fidèle du temple. Nous avons pu constater les « dissonances » en comparant les anciennes prières aux nouvelles. Le « tourisme » généré par le culte de la baleine a changé depuis l’autorisation de culte. Les citadins voire les agriculteurs n’hésitent plus à se rendre dans les villages de pêche pour demander la bénédiction de la baleine. La baleine ayant la faculté de cracher de l’eau, considérée comme une sorte de pluie, son culte est très populaire auprès des agriculteurs pour qui la pluie est toujours un bienfait, le symbole de la fertilité. Pour les citadins, l’eau qui tombe est synonyme d’argent, d’où leur ferveur pour ce culte. Il semblerait que chacun trouve son compte dans le culte et celui-ci parvient ainsi à réunir plusieurs communautés qui ne se seraient sans doute pas rencontrées autrement.

30 Ces morceaux de soie étant fragiles, bon nombre de villages préfèrent aujourd’hui présenter à leurs concitoyens une photocopie de ces édits. La version officieuse tient cependant moins de la conservation que des croyances : les édits royaux consacrant le culte de la baleine étant la propriété du village de pêche, les villageois pensent que la baleine serait fâchée de les voir quitter le temple, par cambriolage ou autres. De plus, l’ancienneté de certains édits empêche toute manipulation.

31 Tout comme les édits impériaux de jadis, les diplômes culturels d’aujourd’hui s’accompagnent d’une somme d’argent, d’où le désir de certains villages d’acquérir des ossements de baleine, qu’une baleine soit ou non venue s’échouer dans les environs. Il arrive parfois que les pêcheurs fassent passer un dauphin pour un baleineau dans l’espoir d’obtenir un budget pour célébrer les cultes maritimes. Les tortues sont également mises à contribution. Ce comportement, même s’il existe, est toujours farouchement nié. Retenons cependant le désir des pêcheurs de célébrer les divinités maritimes.

32 Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’alcool n’est pas interdit au temple, bien au contraire. On offre de l’alcool aux divinités et l’on trinque volontiers entre pêcheurs.

33 Agencement des lieux obéit à des normes codifiées. Le nombre de piliers au sein de temple, la position de chacun des piliers, le nom des piliers, la lettre à graver dessus sont parmis les nombreuses règles de construction à respecter

34 Ce village est le plus important sur l’île de Phú Quý, au large de Phan Thiết, dans le sud du Vietnam.

35 Il arrive souvent que les villages de pêche procèdent à la recomposition des squelettes avec l’aide financière des Vietnamiens d’outre-mer. Anciens pêcheurs ayant quitté le pays après la Réunification, ils n’oublient pas pour autant leur ancien village et participent ainsi à la vie du village. Le culte de la baleine n’est pas seulement intergénérationnel, il permet également de relier une diaspora à sa communauté d’origine.

36 comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, les femmes ne sont généralement pas admises au sein du temple, sauf les jours de festivités pour se charger des offrandes et des repas, de même qu’elles n’ont pas de place importante ni de voix au sein du village. Elles sont pourtant un rouage essentiel de l’économie des villages de pêche : le tri, l’évidage et la vente des poissons sur le marché, la réparation des filets de pêche, sont des tâches où elles se montrent indispensables. Il est également à rappeler que Mẫu Thoải, la divinité siégeant à droite de la baleine est une femme.

37 Le Vạn Thuỷ Tú de Phan Thiết et le Vạn An Thạnh sur l’île de Phú Quý possèdent tous deux des squelettes de baleines assemblés et exposés dans des bâtiments situés sur le terrain sacré, à gauche du temple, où sont organisées les cérémonies de culte.

38 John Kleinen, Vietnamese Society in Transition. The Daily politics of reform and change, Spinhuis / IAAS, 2001, 305 p.

39 Voir Database General Statistics Office of Vietnam.

40 Voir l’article de Pédroletti Brice du 11 octobre 2013, « Les mers de Chine, nouveau théâtre d’affrontement des nationalismes asiatiques », Le Monde.

41 Voir l’article de VNA du 11 juin 2013, « Ly Son Island-the Original Land of the Feast and Commemoration Festival for Hoang Sa Soldiers », publié en ligne sur http://biengioilanhtho.gov.vn.

42 L’adage vietnamien que nous avons vu précédemment, « Phép vua thua lệ làng », La loi du roi s’efface devant celle du village, veut que les coutumes locales aient priorité sur les lois nationales. Pourtant, il semblerait que cela ne soit plus le cas aujourd’hui.

Table des illustrations

Légende Schéma 1. La place des pêcheurs dans le temple pendant les cérémonies
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Photo 15. Temple de la baleine sur l’île de Phú Quý durant une cérémonie dédiée au génie Baleine
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Schéma 2. Configuration du Chính Điện au sein du temple de la baleine
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Photo 16. Squelette de baleine exposé dans le Võ Ca (Ile de Phú Quý)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Schéma 3. Plan d’ensemble du temple de la baleine dans le village de Tam Thanh34
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50788/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search