Version classiqueVersion mobile

Le culte de la baleine

 | 
Nguyen Quoc-Thanh

Les édits impériaux

L’héritage culturel de la communauté des pêcheurs

Texte intégral

  • 1 Trần Trọng Kim, Việt Nam Sử Lược, op. cit.,
  • 2 Gabriel Devéria, Histoire des relations de la Chine avec l’Annam-Viêt-nam du XVIe au XIXe siècle, P (...)
  • 3 Il faut noter cependant que dans la langue vietnamienne, le mot Vua, peut être compris indifféremme (...)
  • 4 Voir la définition du monde royal par Pierre Huard et Maurice Durand, Connaissance du Vietnam, Pari (...)

1Il nous semble important de commencer cette partie par une rectification concernant la désignation de ces étoffes de soie que les empereurs vietnamiens attribuaient aux villages de pêche pour célébrer le culte de la baleine. Il a longtemps été question de « brevet royal » ou « brevet impérial » dans toutes les études consacrées à ce culte. Les souverains vietnamiens ayant longtemps été assujettis à l’empire chinois1, du point de vue chinois, le Vietnam ne constituait pas un empire mais bel et bien un royaume et ses monarques n’étaient donc que des rois, vassaux de l’empire de chine2. Du côté vietnamien, on parle volontiers d’empereurs régnant sur les trois Kỳ, anciennement Tonkin, Annam et Cochinchine sous la colonisation française3. Mais que cela soit impérial ou royal, ce que les souverains vietnamiens rédigeaient pour les temples de la baleine étaient des édits et en aucun cas des brevets. Cette précision du vocabulaire est importante : le roi (ou l’empereur) étant de rang inférieur, même s’il est supposé recevoir son mandat du ciel, il ne peut en aucun cas attribuer de brevet au génie Baleine qui lui est supérieur4. Il peut cependant rédiger des édits pour constater et officialiser un échouage de baleine, de même qu’avec ces édits il ordonne à la population de célébrer le génie en rappelant ses différents titres et ses bienfaits. La tentation d’imposer le mortel sur le divin est banale et commune dans sa forme mais inefficace dans la réalité : en effet, les « lois » régissant les villages de pêche concernant les génies ne sont en rien semblables à ce qui existe dans les villages ruraux, comme nous le verrons dans la suite de cette étude.

  • 5 Voir les notes de Pierre Daudin, « Sigillographie sino-annamite », BSEI, Nouvelle Série, t. XII, no (...)

2Les rois Nguyễn ont accordé beaucoup de brevets et d’édits impériaux durant leur longue dynastie. Ces brevets et édits sont appelés Sắc Phong et sont généralement des morceaux de soie brodée de fils d’or sur lesquels l’empereur aurait rédigé des sentences à l’encre noire et apposé son sceau en rouge5. La taille de ces étoffes diffère. Elles peuvent aller de 50 centimètres sur 30 centimètres pour les plus modestes jusqu’à plus de 2 mètres sur 50 centimètres pour les Sắc Phong les plus importants. Il existe cependant, et c’est très rare, quelques Sắc Phong en bois précieux avec les lettres en nacre, incrustées selon l’ordre d’écriture que nous avons vu précédemment, mais sans le sceau de l’empereur. Les plus simples sont rédigés sur un papier, le Giấy Nghè, qui signifie littéralement « le papier de Nghè », du nom du village où il est fabriqué, dans les environs de Hà Nội. Ce papier est d’excellente qualité de par son épaisseur et sa souplesse et il est très prisé pour tous les actes officiels.

3Nous avons recensé trois types de Sắc Phong :

    • 6 C’est ainsi que le Maréchal Joffre se retrouva avec un brevet que lui avait accordé l’empereur Duy (...)

    ceux donnés en récompense d’un haut fait d’armes ou d’un service important rendu à l’empereur (Cho Quan)6.

  • ceux donnés à Thành Hoàng, le génie – médium des villages agricoles (Cho Thành Hoàng)

    • 7 Il nous faut distinguer deux sortes de génies : il y a les génies qui étaient anciennement des mort (...)

    ceux accordés à des génies, qui peuvent être des génies tutélaires ou des génies saints patrons (Cho Thần)7.

4Les Sắc Phong donnés au temple de la Baleine appartiennent à cette dernière catégorie.

5Les édits sont traditionnellement rédigés par l’empereur en chinois classique. Les sentences sont écrites de droite à gauche, de haut en bas et suivent cet ordre : Les Sắc Phong marquent traditionnellement un événement particulier : un échouage de baleine, un fait d’armes particulièrement valeureux, etc. Cependant, il arrive parfois qu’à l’occasion de son anniversaire, l’empereur gratifie certains villages d’édits, pour signifier son hommage au génie qui est célébré au village. Par cette action, c’est à l’ensemble du village qu’il déclare son attachement. L’un des empereurs ayant le plus rédigé d’édit est l’empereur Khải Định (1916-1925) comme nous l’avons déjà signalé précédemment.

  • 8 Édit rédigé par l’empereur Thiệu Trị et entreposé dans le temple de Vạn Thủy Tú, à Phan Thiết. Cet (...)

Photo 8. Exemple d’édit donné au génie Baleine8

La portée politique des édits impériaux sous le règne des Nguyễn

6Les édits impériaux rédigés pour le culte de la baleine portent en eux différents desseins.

L’unification du royaume

7Lorsque Gia Long arriva sur le trône, en 1802, l’urgence était d’unifier le pays et donc de réunir toutes les communautés et ethnies. L’utilisation des cultes à des fins politiques s’imposait comme une évidence et les édits impériaux interviennent en ce sens. En attribuant des édits à un génie maritime, le nouvel empereur s’attachait la fidélité des pêcheurs, communauté réputée réfractaire à l’autorité de la cour.

Imposer diplomatiquement le pouvoir impérial

8En mettant le génie Baleine sur la liste des génies nationaux, les empereurs Nguyễn s’octroient un droit de regard sur le fonctionnement de la communauté des pêcheurs, mettant à mal l’adage populaire qui veut que le pouvoir du roi s’arrête à la porte du village (Phép vua thua lệ làng).

La rédaction des édits parmi les actes fondateurs du pouvoir impérial

  • 9 L. Sogny, « Au sujet de l’empreinte de la main de Gia Long », BAVH, XXXe année, n° 4, octobre-novem (...)

9Par respect pour le génie qui a sauvé leur ancêtre et fondateur de leur dynastie, les empereurs Nguyễn ne pouvaient se déroger à ce devoir de mémoire. Un souverain ne gouvernant que par l’exemple donné, chaque demande d’édit à l’occasion des échouages de baleine était ainsi exaucée. Mieux, les empereurs anticipaient et rédigeaient à tour de bras des édits rappelant les bienfaits de la baleine à chacune de leurs années de règne. Rappelons-nous également que durant les années de lutte pour récupérer son trône usurpé, Gia Long, alors qu’il fuyait les rebelles Tây Sơn, eût la vie sauve grâce au courage de quelques pêcheurs qui l’avaient caché au fond de leur embarcation de pêche9. C’est sans doute en souvenir de cet acte que les empereurs Nguyễn ont toujours veillé à maintenir un lien particulier entre la cour de Huế et la communauté des pêcheurs.

Assurer la continuité du pouvoir

10En prolongeant cette tradition d’attribution d’édits impériaux au génie Baleine, les empereurs Nguyễn contribuent à renforcer l’autorité et la continuité de leur pouvoir sur la communauté des pêcheurs.

  • 10 Cependant, l’empereur doit le plus grand respect aux génies. Durant la fête du Nam-Giao (sacrifice (...)

11Pour autant, le pouvoir impérial n’était pas sans limite sur les pêcheurs. Nous le disions plus haut, les lois régissant un village de pêche sont différentes de celles existant dans les villages ruraux. Les génies protecteurs des villages ruraux étaient « assujettis » à l’empereur qui leur attribuait des grades et, dans certains cas, pouvait les rétrograder. Le divin était ainsi, dans certains cas bien précis, soumis au mortel10.

  • 11 Émile Tavernier, « Le culte des ancêtres », BSEI, Nouvelle Série, t. 1, 1926-1927, p. 133-173 ; Geo (...)

[…] il peut se faire, en effet, qu’après leur nomination, ou leur promotion, les Génies ou les Saints ne se rendent plus dignes de la faveur populaire, par exemple, s’ils n’ont su empêcher un cataclysme de se produire ou circonscrire ses effets : inondation, sécheresse, brigandage, peste, choléra, etc… Dans ce cas, le brevet que l’Empereur leur avait décerné leur est retiré à la demande des autorités locales : ils sont alors rétrogradés ou destitués. Ainsi, le Génie redevient un vulgaire mortel et le Saint redescend au rang de Génie. Toutefois, cette décision peut ne pas être définitive et la population peut revenir à de meilleurs sentiments envers son ex-protecteur si celui-ci manifeste plus tard son influence. Il reprend alors, toujours à la demande de ceux qui avaient provoqué la sanction disciplinaire, l’ancienne place dont il s’était momentanément rendu indigne, mais seulement avec l’adhésion impériale […] c’est ainsi que le grand Bouddha, protecteur de la ville de Hanoi, se vit retirer ses dignités pour avoir laissé prendre la cité par les Français11.

12Une telle chose serait impensable au sein d’un village de pêche : L’empereur, quel qu’il soit, même s’il est réputé recevoir son mandat du ciel, n’a pas le pouvoir de promulguer le rang du génie Baleine, encore moins l’autorité de le rétrograder, et cela peu importe les événements se déroulant dans le village. La ferveur des pêcheurs pour leur génie est telle qu’elle ne peut souffrir d’aucune soumission à une autorité mortelle, même si celle-ci émane d’un empereur. Car il faut comprendre que le génie Baleine n’est pas un génie ordinaire au même titre que les autres génies, même s’il porte, malgré tout, le titre de Thần, c’est-à-dire « Génie ». Les pêcheurs l’appellent simplement Ông, ce qui créé de la proximité tout en révélant une affection particulière.

L’histoire de la communauté des pêcheurs à travers les édits impériaux

  • 12 Georges Coulet, Cultes et Religions de l’Indochine Annamite, op. cit., , p. 136 : « Ces brevets roy (...)

13Au-delà de l’aspect purement religieux, les édits représentent un patrimoine historique non négligeable d’un village de pêche. Traditionnellement, les brevets impériaux sont conservés dans le temple dédié au génie12. Dans le cas des édits impériaux consacrés au génie Baleine, les choses sont différentes puisque ces témoignages de souverains sont précieux, presque autant que les ossements de baleine. Les pêcheurs les conservent dans des coffrets précieux placés hors de portée des mains indignes. Ils ne sont présentés au public que durant les cérémonies dédiées au génie Baleine. Les villages rivalisaient entre eux pour savoir qui possédait le plus d’édits, car leur nombre signifiait non seulement l’attachement du génie Baleine au village mais également l’importance du village auprès de la cour de Huế.

Le marqueur temporel de l’ancienneté du village de pêche

14Aujourd’hui encore, posséder un édit impérial marque surtout l’ancienneté du village. Dans un pays où les services du cadastre laissent encore à désirer, une date et le sceau de l’empereur restent la meilleure façon de déterminer l’existence d’un village au moment de l’attribution de l’édit. L’édit impérial permet également de rappeler aux habitants le passé de leur village car bon nombre de villages changent de nom au cours des siècles.

15Mais c’est davantage l’expression du témoignage de respect porté à un culte maritime par les différents empereurs qui nous intéresse ici car, à travers le temps, chacun des empereurs a su perpétuer cette tradition.

Révéler les actions des empereurs

  • 13 Nguyễn Đắc Xuân, Chín đời chúa, mười ba đời vua Nguyễn, op. cit., p. 103-109.

16s’il nous est impossible de déduire les actions des empereurs à travers leurs seuls édits, nous pouvons au moins remarquer que ces derniers varient beaucoup d’un empereur à l’autre. Souvenons-nous que lorsque l’empereur Gia Long rédigeât le premier édit pour le génie Baleine, il le désignait sous les termes de Nam Hải Vương (roi des mers du Sud). Cette appellation ne fut pas reprise par la suite dans ceux de l’empereur Thiệu Trị (1841-1847) qui s’était seulement contenté de rappeler les bienfaits du génie avec un minimum de détails, un comble pour un empereur connu pour ses qualités de poète13. L’édit qu’il a rédigé est un exemple de sobriété : il ne reprenait que ce que l’empereur Minh Mạng avait initié :

  • 14 Édit datant de 1843 accordé au temple de la baleine Vạn Thủy Tú de Phan Thiết. Nous avons reproduit (...)

Sắc Huyền Đức trợ linh động hải động đình quân xích lân trung đẳng Thần, hộ quốc túy dân mật xích linh ứng tiết kinh như chưởng tặng sắc tập phụng sự Minh Mạng nhị thập nhứt niên trực ngã thánh tổ nhơn Hoàng đế ngũ tuần đại Khánh tiết phụng bữu chiêu ứng ân lễ long đăng phò trì lịnh chức chiếu mạng uy niệm Thần mà khả gia tặng nguyên đức trợ linh dương trạch trung đẳng Thần nhượng tộc khiết thọ định Huyện thủy Tú Khánh long nhị tán y cựu phụng sự Thần kỳ tương hữu bảo ngã lê dân khâm tai14.

  • 15 Afin de garder un semblant de main mise sur le monde spiritual, les empereurs vietnamiens se sont o (...)

Édit royal attribué au Génie Bienfaiteur, vif protecteur, représentant de la force maritime aux écailles, le grade moyen de génie15, afin qu’il continue sa mission de protéger le pays et la population. Edit accordé par nous, Minh Mạng, à l’occasion des festivités données pour notre cinquantième anniversaire. Nous appelons la population à témoigner le respect, à honorer et signifier notre reconnaissance au génie pur, à la longévité paisible. Que ses bienfaits se répandent comme auparavant et qu’il profite au peuple.

17Thiệu Trị met l’accent sur l’ancienneté des bienfaits du génie : cet édit vient appuyer le précédent, rédigé par Minh Mạng pour le temple. C’est la continuité du règne de la dynastie des Nguyễn qui est sous-entendue ici. Le nombre d’édits impériaux et de brevets était très important sous les empereurs Nguyễn. Cette tradition d’origine chinoise fut d’autant plus observée qu’à la mort de Gia Long, le pays se referma sur lui-même.

L’évolution de la culture vietnamienne à travers les édits impériaux

  • 16 Trần Trọng Kim, Việt Nam Sử-Lược, op. cit., t. 2, p. 127-166.
  • 17 Ainsi, le jour de l’investiture de Minh Mạng fut fixé par un ambassadeur de Chine. Voir « Minh Mạng (...)

18Les pêcheurs n’étaient pas les seuls à avoir contribué à la victoire de Gia Long sur les rebelles Tây Sơn et donc à son accession sur le trône. Les marins français avaient activement participé à la conquête16. Durant le règne de Gia Long, bien que le pays était toujours officiellement le vassal de l’Empire chinois17, l’ouverture vers l’Occident par le commerce et par les échanges culturels favorisait le dialogue entre le Vietnam et la France. Un vent de modernité soufflait sur le petit pays. Mais à la mort de Gia Long et à l’arrivée sur le trône de son fils Minh Mạng, le pays bascula entièrement dans la sphère culturelle chinoise tout en se coupant complètement de l’Occident.

19cultru, lors de sa conférence à l’École coloniale en 1909, résuma ce repli par un rejet de l’Occident :

  • 18 M. Cultru, « L’occupation de la Cochinchine », BSEI, no56, 1er trimestre 1909, p. 45-51.

Minh Mạng […] élevé près du trône par les lettrés imbus des maximes chinoises, savant lettré lui-même, méprisait par orgueil les Occidentaux qu’il redoutait par politique. Les derniers Français, tenus d’abord à l’écart, puis entourés d’hostilité, durent quitter l’Annam. Désormais, seuls, les missionnaires osèrent, au risque de leur vie, pénétrer dans ces provinces qu’une pensée systématique interdisait à tout ce qui venait de l’Occident18

20Dès lors, la plupart des traditions chinoises étaient reprises et l’attribution des brevets et édits impériaux en faisait partie. Bien que nous ne pouvons affirmer que le nombre d’édits et de brevets accordés par les empereurs ont augmenté en raison de la fermeture du Vietnam à la culture de l’Occident – ni que le Vietnam voulait, à travers ces actes, se conformer aux usages chinois – il nous faut cependant remarquer que la plupart des documents retrouvés aujourd’hui datent de cette époque. Le recensement de ces actes n’existant pas, nous ne pouvons que spéculer sur une éventuelle volonté vietnamienne d’imiter ses grands voisins.

Marquer le commencement du culte de la baleine au sein du village de pêche

21Les Sắc phong ont toujours été très appréciés par les pêcheurs. C’est la preuve matérielle de la reconnaissance de leur génie et donc de leur village par l’empereur. Les édits renseignent également sur l’ancienneté des échouages et marquent parfois le point de départ officiel du culte de la baleine au sein d’un village de pêche.

22La popularité de l’empereur Khải Ɖịnh baissait dans les villages agricoles, aussi envoyait-il aux villages de pêche des édits pour célébrer tous les génies à l’occasion de ses anniversaires, qu’ils aient été ou non demandés. Dans la plupart des temples où l’on trouve aujourd’hui les édits impériaux, nombre sont ceux rédigés par cet empereur. Notons malgré tout que ce dernier était pro-Français, ce qui n’allait pas sans agacer quelques mandarins.

Les édits impériaux, l’apport culturel maritime des villages de pêche

  • 19 Un brevet de l’empereur Duy Tân datant de 1911, délivré à un génie de la province de Thanh Hoá, a é (...)
  • 20 Certains motifs sont simplements peints sur les Sắc phong.

23Les édits rédigés pour le culte de la baleine possèdent une dimension culturelle non négligeable : ils portent en eux une part du patrimoine culturel et historique vietnamien. Leur prix toujours croissant sur le marché des antiquités reflète bien l’intérêt que les Vietnamiens leur portent19. Les motifs floraux ou animaux brodés sur eux révèlent des techniques artisanales de travail sur soie qu’il serait intéressant d’étudier20.

Photo 9. Édit de l’empereur Duy Tân au génie Baleine du temple de Vạn Thủy Tú

  • 21 chaque empereur chinois avait jadis « son » dragon, portant des signes distinctifs. Qu’en est-il de (...)

24Il existe ainsi trois rangs de Sắc phong. Le premier, le plus important en grade, est en soie avec des animaux mythologiques, dragons ou phénix, brodés sur les quatre coins et un grand dragon en son centre21.

  • 22 À Gò Công, nous avons entendu parler de Sắc phong de premier rang rédigé de la main de l’empereur G (...)

25Le second rang de Sắc phong se distingue par les nuages ou les fleurs qui bordent le cadre. Le dragon, symbole de la puissance de l’empereur, est toujours au centre. La plupart des édits impériaux que nous avons pu retrouver dans les villages de pêche sont de cette catégorie. Cela ne signifie pas pour autant que le génie Baleine est de second rang comparé à d’autres génies ni que le respect de l’empereur pour le culte est moindre. Il est seulement beaucoup plus rare et exceptionnel de trouver des édits de premier rang22.

Photo 10. Édit de l’empereur Tự Đức au génie Baleine du temple de Vạn Thủy Tú

26Des étoiles sont brodées dans les quatre coins des Sắc phong de troisième rang. Pour cette catégorie, il arrive aussi que cela soit sur papier voire sur bois.

  • 23 Les Vietnamiens ont une véritable affection pour les anciens empereurs et il semblerait que le nomb (...)

27Précisons enfin que chaque Sắc phong est unique, ce qui augmente considérablement leur rareté et leur valeur23.

L’aspect littéraire des édits impériaux du culte de la baleine

  • 24 Le temple en possède 24, répartis dans 7 boîtes : 10 de Thiệu Trị, 2 de Tự Đức, 2 de Đồng Khánh, 2  (...)

28De tous les temples que nous avons pu visiter, il semblerait que ce soit le Vạn Thủy Tú de Phan Thiết qui possède le plus d’édits impériaux24. Cela tient sans doute à la situation géographique particulière de la ville. Durant les deux moussons annuelles, les courants balayent les côtes de Phan Thiết et poussent vers ses plages des cétacés épuisés qui y décèdent. Un peu plus au nord, le temple de Trường Đông, dans les environs de Nha Trang, possède également quelques-uns des plus beaux édits.

29En effet, des siècles durant, les empereurs Nguyễn ont rivalisé pour adresser au génie Baleine leurs expressions de respect. L’un des édits les plus significatifs nous vient de l’empereur Đồng Khánh et date de 1887.

敕廣厚正直佑善敦凝本境城隍之神慈济彰靈助信澄湛南海巨族玉鱗 之神向來護國庇民稔著靈應節蒙頒给贈敕封當祀肆今丕膺耿命緬 念神休可加贈翊保中兴之神仍準許庆和省永昌縣場東村依舊奉事 神其相佑保我黎民欽哉
同庆貳年柒月初一日

Édit impérial adressé au Généreux, Juste, Droit, Grand Génie des Mers du Sud de la lignée de ceux aux écailles de jade, présent depuis toujours et dont l’aide et la protection à la population ont été reconnues, plusieurs cours ayant déjà accordé des édits impériaux. Aujourd’hui, nul besoin d’en dire davantage, le génie a aidé à secourir, protéger la population et a mérité le titre de génie protecteur. Nous accordons l’autorisation au village de Trường Đông, sous-préfecture de Vĩnh Xương, région de Khánh Hoà de continuer à célébrer ce génie comme avant, en espérant que le génie continuera toujours à protéger notre population. Le premier jour du septième mois de la deuxième année de règne de Đồng Khánh.

  • 25 À noter que selon la croyance populaire vietnamienne, le Saint (聖-Thánh) ainsi que le génie (神 - Th (...)

30Le titre du génie Baleine a été repris : 南 海 巨 族 玉 鱗 (du clan de l’immense des mers du Sud aux écailles de jade). Si nous nous basons sur le caractère utilisé par Đồng Khánh, 神, il s’agit bel et bien d’un esprit saint, le parfait équivalent du mot vietnamien Thần et donc bénéfique, loin du terme « génie » bien trop imprécis en français25.

31Les expressions résumant le rôle de la baleine sont fort flatteuses : 向 來 護 國 庇 民 (tourné vers le prochain, protégeant le pays et le peuple). Par ces mots, l’empereur veut signifier aux pêcheurs qu’il a bien compris le rôle de leur génie et l’importance de celui-ci, auprès de la communauté des pêcheurs en tant que sauveur d’homme mais aussi en rendant service au pays tout entier en protégeant ses côtes. L’expression 護 國 庇 民 (protéger le pays et le peuple) sera reprise par Khải Định :

敕庆和省永昌縣永河總場東村從前奉事南海玉鱗尊神原贈慈济彰靈 助信澄湛翊保中兴尊神護國庇民稔著靈應節蒙頒给敕封準許奉事今 正值朕四旬大庆節经頒宝詔覃恩禮隆登秩著加贈汪润中等神特準奉 事用誌國庆申祀典欽哉
啟定玖年柒月貳拾五日

Édit impérial adressé au Génie des Mers du Sud aux écailles de jade déjà célébré au village de Trường Đông, canton de Xương Hà, sous-préfecture de Vĩnh Xương, région de Khánh Hoà. Le génie a reçu le titre de génie compatissant de la même lignée que la lumière céleste, le pur, le profond, qui aide et protège le bien-être du peuple, depuis toujours très actif dans sa mission, ayant reçu plusieurs fois des récompenses pour son action. Nous, aujourd’hui, à notre quarantième anniversaire, pour marquer notre reconnaissance, l’élevons à un grade supérieur et lui reconnaît le titre du génie profond et compatissant et autorisons son culte pour marquer notre reconnaissance en ce jour de réjouissance dans le royaume.

32Les formules utilisées dans les édits impériaux visaient à traduire en mots les hautes conceptions de l’intelligence de leur auteur, leur raffinement. On serait tenté de voir en eux, au-delà de l’expression d’une reconnaissance, l’éloquence écrite des grands rhétoriqueurs d’antan.

La portée économique des édits impériaux

  • 26 Op. cit., p. 116-118.

33Chaque édit impérial s’accompagne d’une somme d’argent pour aider les pêcheurs à célébrer convenablement le génie Baleine. Aujourd’hui encore, les diplômes culturels sont assortis d’un budget. Par ailleurs, les comités provinciaux consentent volontiers à puiser dans la caisse de l’état dès lors que les villages de pêche en font la demande. La communauté des pêcheurs a toujours été en marge de la société vietnamienne et il semblerait qu’il n’y ait pas de meilleur moyen de s’attacher sa fidélité autrement qu’en reconnaissant son génie protecteur. Les différents empereurs qui se sont succédés sur le trône du Vietnam l’ont bien compris. Economiquement, les édits impériaux ne servent qu’à certifier l’existence d’un échouage de baleine dans le village afin de permettre à celui-ci de bénéficier de l’aide financière de l’empereur pour l’organisation des cérémonies. Plus le nombre d’édits impériaux est important, plus importante sera la somme versée. Aujourd’hui encore, les édits impériaux participent à officialiser cette croyance populaire, au même titre que les chants des pêcheurs. La cotation de ces édits sur le marché permet au temple d’accroître d’autant plus son patrimoine. Nous le disions précédemment, le prix des Sắc phong a considérablement augmenté ces dernières années, du fait de l’engouement populaire pour ces témoignages du passé. Ce n’est pas tant le titre figurant sur le brevet ou l’édit qui importe puisque chaque Sắc phong a été rédigé pour une divinité ou une personne bien précise, mais bien la date qui donne son ancienneté et surtout la visibilité du sceau de l’empereur. Le colorant utilisé pour les cachets est primordial et Pierre Daudin ne s’y est pas trompé en lui accordant une analyse précise dans son article sur la sigillographie sino-annamite26. Les empereurs vietnamiens ont réutilisé les méthodes chinoises et le résultat est encore visible aujourd’hui. Nous regrettons cependant la disparition de certains Sắc phong. Exposés dans les temples de la baleine, ils n’ont pas réussi à traverser le temps.

34Certains temples, construits après la Réunification de 1975, ne peuvent exposer que des brevets culturels délivrés par le comité régional ou provincial. Ces témoignages n’ont malheureusement aucune valeur historique ou économique. Ils permettent cependant de justifier une demande de financement au moment de la célébration des commémorations d’échouages de baleine. Inversement, ils permettent aux autorités locales d’avoir un droit de regard sur le fonctionnement du village de pêche.

Photo 11. Diplôme culturel

  • 27 Les tambours de bronze représentent la culture Đồng Sơn, la période protohistorique. Voir Louis Bez (...)

35Ci-dessus un diplôme culturel accordé au temple de la baleine de Gò công, haut lieu de culte puisque c’est précisément au large de ce village que l’empereur Gia Long fut sauvé par le génie Baleine. L’on notera le mimétisme : les couleurs jaune et rouge ont été reprises, avec des significations différentes puisque le jaune symbolise ici la couleur de peau des Vietnamiens et le rouge représente le communisme. À la place du dragon, le symbole de la royauté, nous avons le tambour de bronze de la nation vietnamienne27. Il n’y a aucun titre particulier. Les tournures classiques des phrases d’antan ont été remplacées par des formules purement administratives. Imprimés sur du papier, ils reflètent une certaine rigidité et ne cadrent nullement avec les lieux dans lesquels ils sont exposés. Pis encore : ils ne portent aucune trace du génie Baleine, la raison même de leur existence.

Notes

1 Trần Trọng Kim, Việt Nam Sử Lược, op. cit.,

2 Gabriel Devéria, Histoire des relations de la Chine avec l’Annam-Viêt-nam du XVIe au XIXe siècle, Paris, Leroux, 1880, 102 p. ; Paul Boudet, « Les archives des Empereurs d’Annam et l’Histoire Annamite », BAVH, 1942, n° 3, 3e trimestre, p. 229-259 ; voir également L. cadière, « comment l’empereur de chine conféra l’investiture à Tu-Duc, d’après Mgr. Pellerin », BAVH, 3e année, n° 3, juillet-septembre 1916 p. 297-307 et « L’ambassade chinoise qui conféra l’investiture à Tu-Duc », documents traduits par Ngô Đình Khôi, Tri Huyện, p. 308-314 du même numéro. Et voir enfin « Minh-Mang va recevoir l’investiture à Hanoi », documents communiqués par S.E. Huỳnh, ministre des rites, traduits par Hoàng Yến, BAVH, 4e année, n° 2, 1917, p. 99-101. À noter que l’empereur Gia Long a refusé de se soumettre et a déclaré indépendance, prenant le risque de fâcher l’empereur de Chine. Cela n’a nullement empêché ce dernier de lui conférer malgré tout son investiture Son fils, Minh Mạng, reprit la vassalité pour le pays à sa mort.

3 Il faut noter cependant que dans la langue vietnamienne, le mot Vua, peut être compris indifféremment par « roi » ou « empereur » et bien que ce soit le terme Hoàng Đế qui désigne l’empereur, il n’est que très rarement utilisé mais il figure sur les sceaux apposés sur les édits et brevets.

4 Voir la définition du monde royal par Pierre Huard et Maurice Durand, Connaissance du Vietnam, Paris, EFEO, 1954, 356 p., p. 71 : « Le monde terrestre ne peut devenir l’homologue du monde céleste que par l’intermédiaire du monde royal, échelle jetée entre le Ciel et la Terre, axe et pivot du monde, origine du temps et de l’espace ».

5 Voir les notes de Pierre Daudin, « Sigillographie sino-annamite », BSEI, Nouvelle Série, t. XII, no1, 1er trimestre, 1937, p. 232-318.

6 C’est ainsi que le Maréchal Joffre se retrouva avec un brevet que lui avait accordé l’empereur Duy Tân. Voir « Ephémérides annamites » de R. Orband, BAVH, 2e année, n° 1, janvier-mars 1915, p. 55-57.

7 Il nous faut distinguer deux sortes de génies : il y a les génies qui étaient anciennement des mortels et qui ont accédé au statut de génies après des faits ou événements extraordinaires et les génies d’origine céleste. Pour ceux de la première catégorie, nous pouvons parler de « Brevet » ; pour ceux de la seconde catégorie, le rang de l’empereur, mortel ayant reçu un mandat céleste, ne lui permet pas de régner sur ceux qui lui sont supérieurs. Il convient ici de parler d’« édit ». Les Vietnamiens les désignent indifféremment sous le terme de Sắc Phong, sans aucune distinction entre eux. Nous préférons cependant le terme vietnamien de Sắc Phong car le « brevet » peut être confondu avec les documents certifiant les distinctions honorifiques telles que les Khánh, les Bội et les Tiên, des récompenses accordées par l’empereur, conçues dans un métal précieux et que l’on peut porter autour du cou ou attacher à la boutonnière, rien à voir donc avec nos documents célébrant le culte de la baleine. Voir l’article de Đặng Ngọc Oánh pour « Les distinctions honorifiques annamites », BAVH, 2eannée, n° 4, octobre-décembre 1915, p. 392-403.

8 Édit rédigé par l’empereur Thiệu Trị et entreposé dans le temple de Vạn Thủy Tú, à Phan Thiết. Cet édit a été attribué à la baleine dont le squelette est exposé dans un bâtiment jouxtant le temple. Edit de second degré car il comporte un dragon au centre, encadré par des nuages. L’étoffe est en soie et les motifs sont peints. La netteté des traits est exceptionnelle au regard de l’ancienneté de l’édit.

9 L. Sogny, « Au sujet de l’empreinte de la main de Gia Long », BAVH, XXXe année, n° 4, octobre-novembre, 1943, p. 410-416. Gia Long est connu pour sa gratitude envers ceux qui l’ont aidé. L’oraison funèbre écrite et prononcé en son nom au décès de Monseigneur Pigneau de Béhaine qui l’avait aidé dans son combat contre les Tây Sơn en dit long sur le personnage.

10 Cependant, l’empereur doit le plus grand respect aux génies. Durant la fête du Nam-Giao (sacrifice au Ciel, à la Terre et aux ancêtres) par exemple, l’empereur doit se prosterner devant les génies, marquant ainsi son rang d’inférieur. Voir L. Cadière, « Le sacrifice du Nam Giao, le rituel du sacrifice », BAVH avril-juin 1915, p. 119-121.

11 Émile Tavernier, « Le culte des ancêtres », BSEI, Nouvelle Série, t. 1, 1926-1927, p. 133-173 ; Georges Coulet, Cultes et Religions de l’Indochine Annamite, Saigon, Imprimerie Commerciale C. Ardin, 241 p.

12 Georges Coulet, Cultes et Religions de l’Indochine Annamite, op. cit., , p. 136 : « Ces brevets royaux, les notables les enferment dans un coffre laqué qu’ils placent sur l’autel du génie et ils ne s’en préoccupent plus autrement ». Les édits exposés actuellement dans les temples de la baleine sont des photographies des originaux qui sont enfermés dans un coffre et placés à l’endroit le plus haut du temple, généralement dans une petite armoire directement sous la toiture. En les éloignant de la terre, considérée comme étant impure, les pêcheurs espèrent conserver l’esprit saint de ces édits. Des villages de pêche nous ont confié que le gouvernement vietnamien avait mis en place un programme de récupération des édits impériaux au début des années 2000 pour le compte de l’Institut du Hán-Nôm. Plutôt que de voir les Sắc Phong quitter le village, certains pêcheurs les ont enterrés sous une chape de béton au cœur même du temple.

13 Nguyễn Đắc Xuân, Chín đời chúa, mười ba đời vua Nguyễn, op. cit., p. 103-109.

14 Édit datant de 1843 accordé au temple de la baleine Vạn Thủy Tú de Phan Thiết. Nous avons reproduit telle quelle la traduction en vietnamien cet édit dont l’original est rédigé en chinois classique et entreposé dans un coffret, à l’abri des regards. À la vue de cette traduction très médiocre, sans aucune ponctuation et mélangeant minuscules et majuscules, nous avons déposé une requête pour pouvoir consulter l’original, rédigé en chinois classique. Le responsable du temple, monsieur Hồ Văn Tôn, nous a confié que cet original ne pouvait être consulté car trop ancien et donc fragile. Le temple délivre cependant cette traduction, la seule disponible, à tous ceux qui en font la demande.

15 Afin de garder un semblant de main mise sur le monde spiritual, les empereurs vietnamiens se sont octroyés le droit de leur donner plusieurs grades allant du supérieur au moyen. Bien entendu, tout n’influence en rien la piété des fidèles.

16 Trần Trọng Kim, Việt Nam Sử-Lược, op. cit., t. 2, p. 127-166.

17 Ainsi, le jour de l’investiture de Minh Mạng fut fixé par un ambassadeur de Chine. Voir « Minh Mạng va recevoir l’investiture à Hanoi », BAVH, 4e année, n° 2, avril-juin 1917, p. 89-101, p. 92 : « L’ambassadeur de Chine, après avoir franchi la grande porte du pays, fixe au 20 de la 12e lune (12 janvier 1822) la date de la cérémonie d’investiture… »

18 M. Cultru, « L’occupation de la Cochinchine », BSEI, no56, 1er trimestre 1909, p. 45-51.

19 Un brevet de l’empereur Duy Tân datant de 1911, délivré à un génie de la province de Thanh Hoá, a été adjugé aux enchères pour 100 millions de Đồng (plus de 4 000 euros) en 2014. Sur le marché des ventes de Sắc phong, ceux de l’empereur Minh Mạng consacrés au culte de la baleine sont parmi les plus recherchés de par leur rareté et leur ancienneté. Certains villages de pêche prétendent détenir les Sắc phong de l’empereur Gia Long sans que cette information n’ait pu être vérifiée. Cependant, les brevets antérieurs à la dynastie des Nguyễn sont encore plus précieux et sont donc plus cotés.

20 Certains motifs sont simplements peints sur les Sắc phong.

21 chaque empereur chinois avait jadis « son » dragon, portant des signes distinctifs. Qu’en est-il des empereurs vietnamiens ? Nous n’avons pas trouvé, à ce jour, d’étude détaillée pouvant apporter une réponse précise à cette question.

22 À Gò Công, nous avons entendu parler de Sắc phong de premier rang rédigé de la main de l’empereur Gia Long sans en avoir pu en voir par nous-même. Par ailleurs, un pêcheur de Phan Thiết a soutenu que l’empereur Gia Long n’avait jamais rien rédigé pour le génie Baleine. Cette version nous semble peu probable étant donné que c’est lui-même qui avait ordonné le culte à travers le royaume et qu’il était connu pour sa fidélité et sa gratitude envers ceux qui l’avaient aidé à accéder au trône.

23 Les Vietnamiens ont une véritable affection pour les anciens empereurs et il semblerait que le nombre de Sắc phong détenus par des particuliers soit encore plus important que ceux que l’on trouve aujourd’hui dans les temples. La plupart de ces Sắc phong sont des titres de reconnaissance (souvent militaire) pour service rendu au royaume. D’après les médias vietnamiens, il semblerait que ce soit un village agricole, le village de Mỹ Xuyên, dans les environs de Quảng Nam, qui possède le plus de Sắc phong (32 au total). Bon nombre de ces diplômes sont cependant précieusement gardés par leurs propriétaires et ne sont pas exposés ni même recensés par peur de cambriolage. Ces trois dernières années ont connu une véritable campagne de mise en valeur des vestiges du passé et l’on a ainsi vu apparaître dans le reste du pays, chez des particuliers, des Sắc phong de plus de deux cents ans en parfait état de conservation. Ils constituent un patrimoine familial inestimable pour leurs propriétaires mais permettent également de reconstituer des pans d’histoires oubliés. Il faut noter que si ces Sắc phong sont encore intacts aujourd’hui cela est en partie dû à leur mode de conservation. Les boîtes dans lesquelles ils sont délivrés sont généralement en bois de qualité qui permettent de traverser le temps sans encombre. L’épaisseur du bois et l’obscurité les préservent de l’humidité du climat tropical. La majorité des Sắc phong retrouvés sont abrités dans leur boîte d’origine.

24 Le temple en possède 24, répartis dans 7 boîtes : 10 de Thiệu Trị, 2 de Tự Đức, 2 de Đồng Khánh, 2 de Duy Tân et 8 de Khải Định. Tous ont été photographiés et leurs photos exposées sur les murs du temple.

25 À noter que selon la croyance populaire vietnamienne, le Saint (聖-Thánh) ainsi que le génie (神 - Thần), ne peuvent être que bénéfiques, contrairement au terme français de « génie » qui peut désigner une entité maléfique.

26 Op. cit., p. 116-118.

27 Les tambours de bronze représentent la culture Đồng Sơn, la période protohistorique. Voir Louis Bezacier, L’archéologie au Viêt-Nam d’après les travaux de l’EFEO, France-Asie, t. XV, 1958, p. 513-558.

Table des illustrations

Légende Photo 8. Exemple d’édit donné au génie Baleine8
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Photo 9. Édit de l’empereur Duy Tân au génie Baleine du temple de Vạn Thủy Tú
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Photo 10. Édit de l’empereur Tự Đức au génie Baleine du temple de Vạn Thủy Tú
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Photo 11. Diplôme culturel
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search