Version classiqueVersion mobile

Le culte de la baleine

 | 
Nguyen Quoc-Thanh

L’apparition et l’évolution historique du culte de la baleine au Vietnam

Texte intégral

  • 1 Danny Wong Tze Ken, « The Nguyen and Champa during 17th and 18th century, A Study of Nguyen Foreign (...)

1Ce fut d’abord au royaume indianisé du Champa que la Baleine a été élevée au rang de divinité, plus précisément chez les chams Banis ( ابن, les fils), de religion musulmane. L’histoire de Po Riyak, le Roi des Flots, nous place dans le Champa du xviie siècle, sous le règne de Po Romé (1627-1651). Le territoire cham était alors réduit à une poche qui va de Nha Trang jusqu’à Hàm Tân. Les relations étaient tendues avec les Vietnamiens mais le mariage de Po Romé avec une princesse vietnamienne, Nguyễn Phúc Ngọc Khoa, troisième fille du dignitaire Nguyễn Phúc Nguyên, membre de la dynastie régnante Nguyễn1, en 1631, permit d’apaiser les tensions. Cependant les hostilités vietnamiennes ne tardèrent pas à reprendre à la mort de Po Romé, et c’est dans ce contexte qu’apparaît le culte de la baleine chez les Chams, à travers l’histoire de Po Riyak, un érudit changé en génie.

Le culte cham de Po Riyak, le génie baleine

  • 2 Báo Thị Hoa, « Giới thiệu Ariya Po Riyak », (Présentation de l’Ariya Po Riyak) Champaka.info, 8 nov (...)
  • 3 Nous n’avons pu trouver aucun document qui relata les origines laotiennes de Ja Aih Wa. Cependant, (...)
  • 4 Po Dharma, Le Pânduranga (Campâ), 1802-1835. Ses rapports avec le Vietnam, Publication EFEO, 2 t., (...)
  • 5 Paul Mus, « Études indiennes et indochinoises IV, Deux légendes chames », BEFEO, t. 31, 1931, p. 39 (...)

2Il existe plusieurs versions quant à l’existence de ce génie. Selon le professeur Po Dharma2, Po Riyak serait un érudit cham d’origine laotienne3 né sous le nom de Ja Aih Wa au xviie siècle au Panduranga4 (aujourd’hui le Bình Thuận et Ninh Thuận) un mercredi de la quinzaine claire du quatrième mois de l’année du Petit Serpent. D’après les textes recueillis par Paul Mus et publiés en 1931, Ja Aih Wa était parti vivre à la Mecque. On notera ici une précision apportée par Paul Mus et basée sur l’explication d’un lettré de Phan Rí selon laquelle partir vivre à la Mecque signifie « se retirer dans les montagnes pour acquérir les pouvoirs magiques5 ». Néanmoins, il nous semble plus plausible que Ja Aih Wa se soit effectivement rendu à la Mecque puisque sa légende démarre à son retour au pays, lors de sa traversée de la mer.

  • 6 Pierre-Yves Manguin, IX, Études cam, II, « L’introduction de l’Islam au Champa », BEFEO, t. 66, 197 (...)
  • 7 D’après Paul Mus, Ja Aih Wa ne reçut le titre de Po Riyak qu’à sa mort bien que dans le document re (...)
  • 8 Paul Mus souligne que cette bipartition des reliques sert à justifier la coexistence d’un culte à d (...)
  • 9 D’après le texte présenté par Cabaton, Ja Aih Wa renaît dans la personne d’un Moï, c’est-à-dire une (...)

3Ja Aih Wa serait donc parti étudier au Kelantan. Cet état malais était alors un important centre de propagation de l’Islam et ses échanges avec le Champa étaient nombreux. Pierre-Yves Manguin situe la conversion massive des Chams à l’Islam vers la seconde moitié du xviie siècle6, ce qui correspond à la période à laquelle Ja Aih Wa était parti. Nous n’avons pas trouvé de documents expliquant ce qu’il étudiait au Kelantan si ce n’est le document de Paul Mus parlant de sciences occultes. D’après un document recueilli par Albert Sallet et analysé par Paul Mus, Ja Aih Wa (Po Riyak)7, ayant eu vent de l’invasion vietnamienne, demanda à son maître l’autorisation de rentrer dans son pays mais ce dernier refusa, justifiant sa réponse par la volonté du destin. N’écoutant que son patriotisme, ce dernier décida de désobéir. Il créa une embarcation et s’enfuit à la faveur de la nuit. Au matin, son maître se mit à sa recherche et, ne le trouvant pas et ayant peur que les châtiments divins ne l’atteignent, proféra une malédiction contre son étudiant : « O Ja Aih vā ! si tu t’en vas par la mer, que les poissons te mangent ! Si tu t’en vas par la forêt, que les tigres te mangent ! ». Ja Aih Wa étant en pleine mer, des poissons lui coupèrent la tête. Celle-ci flotta, séparée du corps et parvint jusqu’à Phan Rang où elle aurait été recueillie par des pêcheurs vietnamiens, selon la légende. Son corps aurait flotté jusqu’à Phan Rí où il aurait été recueilli lui aussi, également par des pêcheurs vietnamiens8. Faut-il y voir là l’origine de l’adoration des pêcheurs vietnamiens pour ce génie ? Voyant que son disciple Ja Aih Wa était célébré et craignant que toutes les formules magiques ne disparaissent avec celui-ci, le maître le fit renaître9. Ce dernier acquit le titre de Po Riyak, le Roi des Flots, au terme de sa vie.

  • 10 Ibid., , p. 59.

4Le texte se termine par une conclusion avec une référence à l’islam, « La raison pour laquelle le Maître le ressuscita, c’est que le Pō Riyak avait acquis par la vertu de sa retraite à la Mecque les pouvoirs magiques les plus grands et qu’il était initié », qui a fait dire à Paul Mus que le maître du Po Riyak, le Nabi de la Mecque, devait être Mahomet et que le Suprême Seigneur devait être Allah car la légende comporte une teneur franchement islamique10.

  • 11 Voir CAM 248a, p. 247.

5Si l’on s’appuie sur les prières chames adressées à Po Riyak durant les cérémonies du Katé, la part du fantastique est beaucoup plus présente et il était précisé que lorsque l’embarcation de Po Riyak sombra, il fut recueilli par une baleine qui le ramena sur la terre ferme. Il refusa de mettre le pied à terre à Phan Rí et à Cà Ná et fut finalement déposé à Sơn Hải, une bourgade au nord de Cà Ná11.

  • 12 Antoine Cabaton, Nouvelles recherches sur les Chams, op cit. p. 117.

6D’après Paul Mus, le texte présenté par Antoine Cabaton, « Hymne à Patan Gahlau12 », comporte des contradictions : Po Riyak se changea d’abord en baleine pour, dans le vers suivant, s’installer sur le dos d’une baleine. Cette discordance proviendrait sans doute de la traduction. Cela ne change pas fondamentalement notre histoire puisque Po Riyak accède, quelle que soit la version, au statut de génie et qu’il est vénéré aussi bien chez les Chams que chez les Vietnamiens.

  • 13 Étienne Aymonier, Légendes historiques des Chames, Saigon, Imprimerie Coloniale, 1890, 66 p.
  • 14 Walter W. Skeat, Malay Magic, An Introduction to the Folklore and Popular Religion of the Malay Pen (...)
  • 15 Skeat, op. cit., p. 91.

7Paul Mus aussi bien que Po Dharma signalent que la légende de Po Riyak est parfois confondue avec celle de Ja Thamen Kěi, cité par Etienne Aymonier dans Légendes historiques des Chames où il a aussi été question d’un Roi des Flots13. La baleine semble être un thème souvent repris puisque dans Malay Magic, un génie, Si Raya, règne sur les courants et les pêcheurs le vénèrent, lui font des offrandes et lui demandent protection14. Tel qu’il est décrit, ce génie ressemble à s’y méprendre à une baleine. Si Raya semble être à la fois craint et aimé puisque l’auteur, Walter Skeat, nous apprend que les pêcheurs cherchent à s’en faire un ami15. Ce détail est commun aux Vietnamiens car, de tous les génies venus du règne animal, la baleine est la seule pour qui les pêcheurs ont de l’affection tout en la vénérant, contrairement aux tigres par exemple qui ne leur inspirent que la crainte.

  • 16 Po Dharma, Quatre lexiques malais-cham rédigés au Câmpa, Paris, EFEO, 1999, 397 p., p. 14.
  • 17 Sakaya Văn Món, Lễ hội của người Chăm (Les fêtes des Chams) Hanoi, NXB Văn Hóa Dân Tộc, 2003, 386 p

8Si l’on se fie aux manuscrits chams, le culte de la baleine serait arrivé au champa avec Po Riyak alors qu’il était déjà célébré en Péninsule malaise. Cela est fort plausible si l’on tient compte du fait que le Champa entretenait d’étroites relations avec le Kelantan16. Selon l’historien cham Sakaya Vӑn Món, l’apparition de Po Riyak dans les manuscrits cham ne serait pas antérieure au xviie siècle sans que l’on puisse déterminer exactement la date17.

La place de Po Riyak dans la culture chame

1819202122232425
  • 26 Nous ne l’avons malheureusement pas retrouvée et ne pouvons donc confirmer son existence aujourd’hu (...)
  • 27 Paul Mus, « Études indiennes et Indochinoises. IV, Deux légendes chames », p. 73.

9La place de Po Riyak dans la culture maritime est particulière compte tenu de ses origines qui portent des traces islamiques aussi bien que brahmaniques. Le fait qu’il soit célébré aussi bien chez les Chams que chez les Kinh rend son culte d’autant plus original. Paul Mus signale également une stèle retrouvée à Xuân Hội dédiée à ce génie et qui porte l’inscription suivante26 : « 南國有生皆化 育 . 陽神 . 海天無處不慈航 » que Mus a traduit par « Dédié au génie masculin : toutes les populations du royaume du Sud sont par lui élevées à la civilisation. Sous le ciel de la mer du Sud, il n’est lieu où ne passe sa jonque charitable27 » et souligne que les autels de Po Riyak sont également prisés par les patrons de jonques chinois, preuve s’il en faut de son rayonnement multiculturel. Il est vrai que même si l’on n’est pas certain des pouvoirs magiques du génie, mieux vaut ne pas le fâcher : au pire rien ne change et au mieux, en cas de naufrage, le génie pourrait toujours aider !

  • 28 Charles Macdonald, dans son article « Le culte de la baleine, une exception vietnamienne ? », Aséan (...)

10Le culte de Po Riyak rencontre quelques succès ces dernières années grâce aux traductions réalisées à partir des manuscrits chams. L’importance grandissante de la célébration du culte de la baleine chez les pêcheurs Kinh ont sans doute contribué à rappeler aux Chams une partie de leur culture28.

Les prières dédiées à Po Riyak

11Po Riyak n’est qu’un génie mineur dans le panthéon des génies chams et les prières que l’on lui adresse sont généralement récitées avec d’autres au cours des cérémonies. Les manuscrits chams font état de deux sortes d’écrits : des Rudha Adaoh, hymnes aux divinités et des Ariya, les textes versifiés.

Ong KadharPo Riyak29Ariya Po Riyak30

ariya damnây po riyak

po riyak bhum pacem aia radak

supit sumat threh tabiak krah hatai mang ribho

mang di kal threh tabiak hu po

jat karat metuaw lo dher phuor mbuak di urang

tel praong o patih gruk sang

o daok ta-nyrem di tathan bhum pachai muk sukei

  • 31 Village cham dans les environs de Bình Thuận.

Poésie sur la vie de Po Riyak
Po Riyak est venu au monde au pays de Tanh Linh31 Sur la terre sacrée il était né très intelligent et éclairé Il était né roi
Exeptionnellement rusé, bien fait et pieux
Sans calcul,
Tranquille au pays de ses ancêtres

12Po Riyak, génie mineur dans la culture cham, a acquis très récemment de l’importance. Autrefois célébré uniquement au cours de la fête du Katé, en compagnie d’autres génies, il a droit aujourd’hui aux honneurs d’une cérémonie dédiée à lui seul. Les tensions agitant les flots de la mer de Chine sont pour beaucoup dans la résurgence de son culte. Sans pour autant remettre en cause son influence dans la culture maritime régionale, force est de reconnaître que ce génie complète à merveille le syncrétisme existant dans cette zone. De plus, il apporte la preuve que la culture maritime vietnamienne est ancienne et continuelle.

Photo 1. Le Ka-ing, prêtre-danseur, exécute une danse dédiée au génie Po Riyak

13C’est donc en grandes pompes que les chams de Ninh Thuận ont fêté, le 28 juin 2014, la fête de Po Riyak. La fête portait le patronage du Ministère de la Culture, du Sport et du Tourisme et s’intitulait sobrement : Đại gia đình các dân tộc Việt Nam với sự nghiệp xây dựng và bảo vệ Tổ quốc (Les grandes familles des ethnies du Vietnam dans le mouvement de construction et de protection de la Patrie).

L’empereur Gia Long fait entrer le culte cham dans la culture maritime vietnamienne

  • 32 Quốc-Triều Chánh-Biên Toát-Yếu (Essentiel des Annales de la dynastie nationale), chủ biên Cao Xuân (...)
  • 33 Trần Trọng Kim, Việt Nam Sử Lược, t. 2, p. 145-165.
  • 34 Thái Văn Kiểm, « Le culte de la baleine », BSEI, t. XLVII, n° 2, 2etrimestre, 1972, p. 310-326, p.  (...)

14Le culte de la baleine dans sa version vietnamienne est arrivé chez les pêcheurs avec l’empereur Gia Long (1802-1820), le fondateur de la dynastie des Nguyễn, la dernière dynastie impériale à régner sur le Vietnam32. Le prince Nguyễn Phúc Ánh avait seize ans lorsque sa famille fut renversée et tuée par les rebelles Tây Sơn33. En fuite, il trouva refuge auprès du prêtre français, l’évêque d’Adran, Pigneau de Béhaine. Avec l’aide de celui-ci, il put gagner le sud. La légende prétend que ce fut durant la traversée de la mer de Chine, au large de l’embouchure de Soài Rạp que son bateau fit naufrage. Il implora alors le Ciel de l’aider et fut recueilli par une baleine qui le ramena sur la terre ferme34. Reconnaissant, Nguyễn Phúc Ánh lui aurait promis qu’une fois sur le trône il ne manquera pas de faire célébrer l’animal à travers tout le royaume.

  • 35 Voir l’ouvrage collectif Folklore culture of the Viet People in Southern Vietnam, Social Sciences P (...)
  • 36 ce titre lui a été accordé par l’empereur Thiệu Trị (1841-1847).

15Intronisé en 1802, Nguyễn Phúc Ánh prit le titre de Gia Long. Il semblerait qu’il n’ait pas immédiatement exécuté sa promesse. Les pêcheurs vietnamiens racontent volontiers que la baleine lui serait apparue en rêve et lui aurait reproché cet oubli. Honteux, Gia Long aurait rédigé un édit impérial désignant la baleine sous le terme de roi des mers du Sud, Nam Hải Vương35, 南海王, titre qui sera ensuite transformé, rendu de plus en plus solennel voire pompeux, chacun des empereurs voulant rajouter un grade supplémentaire et fur et à mesure des récits de sauvetages que les pêcheurs leur rapportaient. Au fil des siècles, la baleine a acquis différents titres dont le慈 济 彰 靈 神, Từ tế Chương linh thần, Génie compatissant, éclat de lumière céleste36, puis enfin celui que l’on voit le plus souvent aujourd’hui dans les temples : 南海洋中巨族玉鳞水將 (Grand Amiral des mers du Sud aux écailles de jade).

  • 37 L’histoire nous a été rapportée par M. Phạm Phước du village Tam Thanh, sur l’île de Phú Quý. Ce de (...)

16Selon les pêcheurs vietnamiens, l’empereur Gia Long fit noter son oubli par un caractère : 維, qui n’est inscrit sur les feuilles de prière qu’en dernier, ce qui oblige le rédacteur à prévoir un emplacement spécifique pour cela. Cependant, lors de la lecture à la population, ce caractère doit être lu en premier. L’intention de Gia Long était claire : il voulait que les pêcheurs se souviennent de l’oubli de « ce qui a été exécuté en dernier mais qui, selon l’ordre des choses, devait être fait en premier37 ». Cette version de l’histoire est largement romancée car en réalité, ce caractère n’a aucune signification. Tous les textes officiels chinois classiques commencent par ce caractère que l’on pourrait traduire, à la lecture, par « Oyez, oyez ! » Mais dès lors que cela concerne la baleine, il nous faut reconnaître que les pêcheurs ont toujours tendance à ajouter une part d’affection qui est révélateur de leur attachement pour ce génie maritime.

  • 38 Po Dharma, Le Pânduranga (Campâ) 1802-1835 ses rapports avec le Vietnam, t. 1, p. 83-104.
  • 39 Op. cit., p. 86.
  • 40 Thái Văn Kiểm, Le culte de la baleine, p. 318.

17Au-delà de la légende de la baleine sauveuse d’homme, ce fut sans doute l’intention politique qui motiva l’empereur Gia Long. Fraîchement arrivé sur le trône en 1802 après avoir vaincu les Trịnh (Tây Sơn), Gia Long avait à cœur d’unifier son pays. Désirant récompenser son compagnon d’armes qui avait maintes fois prouvé sa fidélité, le prince Po Sau Nun can38 de la famille royale du Panduranga, il lui confia le territoire entre la baie de cam Ranh et la province nouvellement créée qui regroupe Phiên An, Biên Hoà, Vĩnh Định Tường, Hà Tiên et Bình Thuận. Bien que le statut de ce territoire ne repose sur aucun texte officiel, en accordant un statut d’autonomie à l’ancien territoire du Panduranga, Gia Long signifiait aux Chams son désir de paix. Ces derniers le lui rendaient bien puisqu’aucun texte, en cham ou en vietnamien, n’a fait état d’un trouble quelconque entre 1082 et 1820, les années de règne de Gia Long39. Même si aucun texte officiel ne l’a certifié, on peut raisonnablement supposer que la reprise d’un culte cham par Gia Long n’avait pas d’autre but que celui d’instaurer la paix à travers tout son royaume. Il est cependant regrettable que parmi tous les édits impériaux consacrés au culte de la baleine que nous avons pu trouver dans les villages de pêche, aucun n’a été rédigé par Gia Long. Le village de Kiến Phước où, selon Thái Văn Kiểm, seraient conservés les derniers débris de l’écrit impérial40, il ne reste plus rien aujourd’hui que le souvenir. Le temps et le climat, impitoyable pour les étoffes de soie sous ces latitudes, ont eu raison de cet héritage maritime. D’autres villages de pêche prétendent détenir les édits impériaux rédigés de la main même de Gia Long, aucun cependant n’a pu les présenter.

  • 41 Đinh Văn Hạnh & Phan An, Lễ Hội của Ngư dân Bà Rịa -Vũng Tàu (Fêtes des pêcheurs de Bà Rịa-Vũng Tàu (...)
  • 42 Ibib. p. 319 ; « Lê Quang Nghiêm », Tục Thờ Cúng cũa Ngư-Phũ Khánh-Hoà, Saigon, Trung Tâm Văn Bút V (...)

18Bien que Minh Mạng (1820-1841), le fils et successeur Gia Long, n’eût pas le même désir de paix vis-à-vis des Chams, il poursuivit l’œuvre de son père à sa façon, en consacrant aux villages ayant recueilli des échouages de baleine des édits impériaux et les grades qui siéent à ce génie maritime. Tous les empereurs Nguyễn sauf Bảo Đại (1955 – 1997) se sont pliés à cette tradition41. Certains, à l’image de l’empereur Khải Định (1916 – 1925), se sont même montrés extrême- - ment généreux, rédigeant beaucoup d’édits impériaux pour consacrer ce culte, notamment à l’occasion des anniversaires d’échouage de baleine. Chaque édit impérial étant accompagné d’une somme d’argent pour les célébrations, les villages de pêche les gardaient précieusement. Ces enjeux financiers étaient suffisamment importants pour donner à ce culte toute sa solennité, bien que l’argent n’ait jamais été la cause principale de la dévotion des pêcheurs. Sans compter que, au-delà de l’argent versé par la cour, la légende prétend que les échouages de baleine assurent la prospérité au village de pêche42.

19Ainsi, grâce au culte de la baleine, l’empereur Gia Long avait pu, non seulement harmoniser les relations entre les deux principales ethnies qui composaient son royaume mais également rattacher une communauté que l’on sait traditionnellement réfractaire au pouvoir central au reste du pays. Le gouvernement vietnamien actuel utilise le même procédé en donnant des « Diplômes culturels » aux villages de pêche qui peuvent justifier d’un échouage de baleine. Ces diplômes permettent au village de demander d’une somme d’argent pour l’organisation des funérailles et les commémorations.

  • 43 De sa traversée, l’émissaire en a tiré un recueil de poèmes qui sert aujourd’hui comme livre de nav (...)

20Le bon accueil que les pêcheurs avaient réservé à l’empereur Gia Long durant sa guerre contre les rebelles Tây Sơn pour récupérer son trône usurpé avait inspiré une relation particulière entre les pêcheurs et la cour de Huế durant tout le règne de ce souverain. La gratitude de l’empereur Gia Long pour les pêcheurs n’était pas feinte. Ainsi, dans le village de pêche de Tam Thanh, sur l’île de Phú Quý, il existe une légende qui raconte qu’un pêcheur fut envoyé à la cour de l’empereur, au début du xixe siècle, pour l’entretenir de la famine qui sévissait sur l’île et réclamer sa clémence pour les impôts à fournir cette année-là. L’émissaire mit plus de six mois à parvenir jusqu’à Huế mais, en récompense de sa vaillance, l’empereur accorda à l’île trois années d’affilée d’exemption d’impôt43.

Les empereurs Nguyễn et les cultes maritimes : la politique accompagne le religieux

  • 44 J.-Y. Claeys, « Le culte de la baleine », France-Asie, n° 160-161, p. 1175-1184. Les pêcheurs utili (...)
  • 45 D’une région à l’autre, la baleine peut être désignée sous différents noms : Ông Nam Hải, Ông Chuôn (...)

21Depuis l’instauration du culte de la baleine par le fondateur de la dynastie, tous les empereurs Nguyễn s’astreignent à délivrer aux villages de pêche qui en ont fait la demande des édits impériaux à chaque échouage de baleine. L’empereur Minh Mạng l’avait nommée Poisson Altruiste (Nhân Ngư) tandis que Tự Đức l’avait nommée Poisson Vertueux (Đức Ngư). Par respect, les pêcheurs vietnamiens n’utilisent pas le mot « Poisson » pour désigner la baleine mais le mot Ngư ou encore le mot Ông, « Monsieur44 ». Lorsqu’il s’agit d’un baleineau, on peut utiliser le terme de Cậu, « Jeune homme », ou encore , « Demoiselle45 ». De même que l’on utilise le terme Lụy pour désigner un échouage et Vạn pour le temple de la baleine.

  • 46 Le temple de la baleine du village de Trường Đông dans les environs de Nha Trang possède pas moins (...)
  • 47 Nguyễn Đắc Xuân, Chín đời chúa, mười ba đời vua Nguyễn (Neuf générations de seigneurs, treize génér (...)
  • 48 J.-Y. Claeys a dénombré plus de trois cents édifices consacrés au culte de la baleine en 1942 : J.Y (...)

22Si les édits impériaux signés de la main de Minh Mạng sont rarissimes, ceux de ses prédécesseurs sont, en revanche, beaucoup plus faciles à trouver, même dans les villages les plus modestes. Thiệu Trị (1841-1847), malgré son court règne a tout de même laissé un édit à Gò Công, le lieu historique du sauvetage de son ancêtre Gia Long, ainsi qu’à Lang châu, dans la province de Quảng Nam. Tự Đức (1847-1883), dont le règne a été plus long, a laissé des édits un peu partout dans les villages du Sud. Mais de tous ces empereurs, Khải Định (1916-1925) a sans doute été le plus prolixe puisque, échouage ou pas, il rédigeait ainsi chaque année des vers à l’attention des pêcheurs pour leur génie baleine46. Sans doute voulait-il, par cet acte, se rapprocher davantage de son peuple car il n’était pas très populaire47. Malgré tout, sous son impulsion, beaucoup de villages de pêche obtinrent ainsi des édits impériaux. Aucun empereur Nguyễn, hormis Bảo Đại, ne s’est soustrait à ce devoir de mémoire et de gratitude. Cette action renforça d’autant plus le culte et des temples furent construits, parfois avec l’aide de la cour, dans les villages où il y a échouage de baleine48.

  • 49 Le culte de la baleine a été l’objet d’une page sur le site officiel du Muséum d’Histoire Naturel d (...)

23La baleine possède également le titre de Thiên Tử Phong Bách Thần, « Fils du Ciel, Génie des cent vents », qui est rappelé dans les villages de pêche du côté de Vũng Tàu et de Cà Ná sans que nous sachions quel empereur le lui avait accordé49. Cependant, de par son titre officiel, Amiral des Mers du Sud, le culte de la baleine n’était pas observé dans les villages du Nord. Au-delà de Quảng Trị, la baleine n’est qu’un simple mammifère marin. Tại Bắc vi ngư, tại Nam vi thần, « Poisson au Nord, Génie au Sud ». Par cette simple sentence, les Vietnamiens du sud ont signifié au pays tout entier cette spécificité qui veut que la baleine, considérée comme un simple poisson au nord, soit vénérée en tant que génie dans les mers du Sud. C’est toute la différence culturelle entre Nord et Sud qui apparaît ici, à travers l’adoration de ce mammifère marin. L’ancien culte cham est finalement resté localisé dans la région de ses origines et aucun empereur Nguyễn n’y pouvait rien. Il semblerait qu’il y ait malgré tout quelques villages du côté de Hải Phòng qui observent le culte depuis quelques années mais ce phénomène est récent. Le Nord, davantage sous l’influence chinoise, ne reconnaît que le dragon comme animal aquatique, même si, nous l’avons évoqué au début de cette étude, la baleine est, pour beaucoup de Chinois, un animal bénéfique.

  • 50 Voir la thèse non publiée de Nguyễn Đặng Vũ, Văn Hoá của dân ven biển Quảng Ngãi (Culture de la pop (...)
  • 51 Op. cit., p. 45.

24L’existence de ces villages du nord qui vénèrent également le culte de la baleine a ainsi suffi à faire dire à Nguyễn Đặng Vũ que ce culte n’appartiendrait ni aux Chams ni aux Kinh. Il fonde cette opinion sur le fait que le culte de la baleine existe sous une forme sensiblement différente du Sud et avance l’hypothèse qu’au Nord (région comprise entre la frontière chinoise et le Quảng Ninh), ce culte aurait été introduit suite à divers échanges avec des populations austronésiennes, tandis qu’au Sud (du Quảng Ninh à la frontière avec le Cambodge), il serait arrivé grâce à Gia Long50. Il reste que cette théorie sépare de façon trop rigide et caricaturale une frontière toujours mal définie ; et surtout elle néglige complètement le rôle que les Chams ont joué dans son introduction auprès des Kinh. Nguyễn Đặng Vũ n’y fait allusion qu’en guise de conclusion à la fin de son étude51.

  • 52 Olov Janse, « Viet-nam, carrefour de peuples et de civilisations », p. 1644-1670. La définition de (...)

25Une seconde hypothèse serait, à l’inverse, que ce culte n’aurait pas pour origine l’absorption du Champa par le Vietnam, mais serait le résultat d’apports étrangers multiples, eu égard aux nombreux échanges économiques et culturels dont cette zone a fait l’objet pendant des siècles52. cette supposition est parfaitement valable compte tenu de l’universalité de la baleine. J.-B. Piétry, contrôleur des pêches en Indochine, dans son ouvrage de 1949 consacré aux voiliers indochinois, a avancé l’idée que le mythe du cétacé « sauveur d’hommes » pourrait prendre source dans des pays non asiatiques :

  • 53 Jean-Baptiste Piétry, Voiliers d’Indochine, Saigon, Société des Imprimeries et Librairies Indochino (...)

Il nous paraît intéressant de noter qu’il est une légende en pays d’Annam qui prétend que lorsque l’Annamite fait naufrage, il y a souvent un dauphin ou une baleine dans les environs pour le prendre sur son dos et le porter au rivage. Cette légende a des attaches profondes et lointaines avec le folklore d’autres pays puisque nous la retrouvons en Grèce avec le poète Arion53.

26Piétry poursuit son argumentation en soutenant que les yeux peints sur la coque des embarcations vietnamiennes seraient d’origine égyptienne :

  • 54 Op. cit., p. 4.

Il y a peut-être une certaine analogie entre l’œil des jonques et ce culte de la baleine qui paraît faire croire que l’Annamite a matérialisé cette croyance du dauphin porteur d’homme54.

  • 55 Voir le rapport de la conférence de Jean-Yves Claeys du 22 mars sur les fêtes nautiques annamites r (...)
  • 56 Le festival est la partie qui précède immédiatement la partie culte. Ce sont les courses de pirogue (...)

27Le mélange culturel intra et extra Asie a effectivement opéré et Jean-Yves Claeys a relevé pour les fêtes nautiques vietnamiennes une influence voisine en soulignant les similitudes avec les rites animistes d’Indonésie55. De quelques origines qu’elles soient, les fêtes nautiques vietnamiennes actuelles ne sont plus organisées que durant le festival dédié au génie Baleine56, faisant ainsi de la mer, pour un instant, un espace de jeu et non plus un espace de travail et de survie.

  • 57 Voir les différents travaux du Pr. Jayant Bapat. Paul Mus, dans son « Études indiennes et indochino (...)
  • 58 Albert-Marie Maurice, « Le concept de la mer chez les ethnies Sedangs, Bahnars, Rhadés », ASEMI, 19 (...)

28Il nous reste à noter que certaines études suggèrent qu’avant d’arriver en Péninsule malaise, le culte de la baleine aurait d’abord été célébré en Inde, ce qui conforterait l’hypothèse de Piétry57. Ce culte aurait sans doute des origines austronésiennes car, comme nous le disions plus haut, la mer est présente chez beaucoup d’ethnies des hauts plateaux et figure en bonne place dans leurs contes et légendes58. Mais quelle que soit son origine, il nous faut reconnaître que ce culte a favorisé grandement à asseoir l’autorité des empereurs Nguyễn et de la cour de Huế jusqu’aux villages de pêche de l’extrême sud du pays. Avec les édits impériaux données en reconnaissance des échouages de baleines, ces empereurs se sont, non seulement attachés l’affection de la communauté des pêcheurs qui leur est reconnaissante d’avoir bien voulu reconnaître et célébrer son génie le plus cher, mais ils ont également pu rattacher cette communauté que l’on dit réticente à l’autorité au reste du pays.

29Il est ainsi des preuves qui ne trompent pas : aucun empereur n’a jamais osé commettre le sacrilège de rétrograder le génie Baleine de son rang, même lorsque le village qu’il est censé protéger est frappé de grands malheurs. La plupart des souverains se sont efforcés, durant leur règne, de rédiger des édits impériaux pour le génie Baleine, poursuivant ainsi la tradition mise en place par l’empereur Gia Long.

  • 59 Édit appartenant au temple de Vạn Thủy Tú de Phan Thiết, dans la province de Bình Thuận.

Photo 2. Édit impérial rédigé pour le génie Baleine59

30Avec ses « Diplômes culturels » donnés aux villages de pêche, le gouvernement vietnamien poursuit donc une longue tradition, mais sans la marque du respect des empereurs d’antan.

  • 60 Voir Émile Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF, 7e édition, 2013, 67 (...)

31Malgré le caractère universel de la baleine il nous faut cependant constater qu’il n’existe pas, à travers le monde, d’autres endroits où l’on célèbre la baleine sous forme de religion. Si la population Malaise des Philippines honore également le crocodile et si, à Java et à Sumatra, ce dernier est reconnu comme étant un protecteur bienveillant, les cérémonies le célébrant n’atteignent pas le degré de religiosité qu’observent les pêcheurs vietnamiens pour le culte de la baleine60 Les raisons pour lesquelles ce culte, dans sa forme vietnamienne, n’a pas traversé les frontières du pays et n’a pas été adopté par les communautés des pêcheurs des pays voisins demeurent inconnues. Il semblerait que ce culte aux origines multiples ait trouvé là des rivages bienveillants où s’ancrer.

Photo 3. Diplôme culturel du gouvernement pour le temple de la baleine

Notes

1 Danny Wong Tze Ken, « The Nguyen and Champa during 17th and 18th century, A Study of Nguyen Foreign Relations », Champaka, Monograph 5, International Office of Champa, 2007, 175 p., p. 108 ; Pierre B. Lafont Hubungan antara Champa dengan Asia Tenggara in Dunia Melayu dan Dunia Indocina, Ismail Hussein, P. B. Lafont & Po Dharma (eds.), Kuala Lumpur, Dewan Bahasa & Pustaka, p. 214-215.

2 Báo Thị Hoa, « Giới thiệu Ariya Po Riyak », (Présentation de l’Ariya Po Riyak) Champaka.info, 8 novembre 2014, basé sur les écrits du prof. Po Dharma.

3 Nous n’avons pu trouver aucun document qui relata les origines laotiennes de Ja Aih Wa. Cependant, Antoine Cabaton, dans ses Nouvelles recherches sur les Chams, Publications de l’EFEO, Paris, 1901, 221 p., précisa que « Il y a bien longtemps, le roi Baleine habitait au Laos », ce qui a sans doute permis cette spéculation.

4 Po Dharma, Le Pânduranga (Campâ), 1802-1835. Ses rapports avec le Vietnam, Publication EFEO, 2 t., 1987.

5 Paul Mus, « Études indiennes et indochinoises IV, Deux légendes chames », BEFEO, t. 31, 1931, p. 39-102, p. 57.

6 Pierre-Yves Manguin, IX, Études cam, II, « L’introduction de l’Islam au Champa », BEFEO, t. 66, 1979, p. 255-287, p. 270.

7 D’après Paul Mus, Ja Aih Wa ne reçut le titre de Po Riyak qu’à sa mort bien que dans le document recueilli par Albert Sallet il était bien précisé « Pō Rayak »

8 Paul Mus souligne que cette bipartition des reliques sert à justifier la coexistence d’un culte à deux endroits différents. Ibid., , p. 58.

9 D’après le texte présenté par Cabaton, Ja Aih Wa renaît dans la personne d’un Moï, c’est-à-dire une personne d’une minorité ethnique des hauts plateaux, avant d’acquérir son statut de génie. ce détail a son importance puisque nombre de contes de ces minorités ethniques comportent des traces de la mer comme autant de preuves de leur passé maritime. Voir Albert-Marie Maurice, Le concept de la mer chez les ethnies Sedangs, Bahnars, Rhadés, ASEMI, 1983 (14, 3-4), p. 9-21.

10 Ibid., , p. 59.

11 Voir CAM 248a, p. 247.

12 Antoine Cabaton, Nouvelles recherches sur les Chams, op cit. p. 117.

13 Étienne Aymonier, Légendes historiques des Chames, Saigon, Imprimerie Coloniale, 1890, 66 p.

14 Walter W. Skeat, Malay Magic, An Introduction to the Folklore and Popular Religion of the Malay Peninsula, London, MacMillan and Co., Limited, 1900, 685 p., p. 91-92 ; Voir également Richard Winstedt, The history of the Peninsula in Folk-Tales, JSBRAS, n° 57, 1911, 188 p., p. 183-184.

15 Skeat, op. cit., p. 91.

16 Po Dharma, Quatre lexiques malais-cham rédigés au Câmpa, Paris, EFEO, 1999, 397 p., p. 14.

17 Sakaya Văn Món, Lễ hội của người Chăm (Les fêtes des Chams) Hanoi, NXB Văn Hóa Dân Tộc, 2003, 386 p.

18 Ngô Văn Doanh, Lễ hội chuyễn mùa (Fêtes du changement de saison), Hanoi, NXB Trẻ, 2006, 225 p., p. 125-133 ; Étienne Aymonier, Les Tchames et leurs religions, Paris, Ernest Leroux éditeur, 1891, 141 p., p. 38-39

19 Concernant la vénération de la population locale pour cette déesse, Etienne Aymonier, dans son Notes sur l’Annam, le Khánh Hoà, Saigon, Imprimerie Coloniale, 1886, 2 t., t. 2, p. 23, nous révèle que « … deux fois par an […] on sacrifie deux porcs à cette déesse, avec accompagnement de musique et de danse : les kadhar tjames sont devenus les Hát bói annamites, mimes et musiciens ; les padjau tchames sont devenus les mụ bóng annamites… ». Ces détails nous paraissent improbables, à moins que les choses aient évolué depuis cette époque car les festivités sont aujourd’hui assurées principalement par le village de Cù Lao et les officiants à son culte évitent de lui offrir de la viande ou alors du mouton, en référence au Chams Bani, musulmans. De plus, les kadhar tjames dont parle Aymonier n’ont rien en commun avec les chanteurs et danseurs du Hát Bội. Le Hát Bội étant un pur divertissement, l’on évitera de troubler la solennité de la cérémonie avec des amusements. Quant aux Mụ bóng, elles font parties des cérémonies de possession et ne sont donc ni chanteuses ni danseuses. Des vérifications sont à mener auprès des deux communautés, Kinh et Cham.

20 Comme pour la plupart des villages de pêche, les festivités dédiées au génie ont lieu une fois par an à Gò công. Cependant, une fois tous les quatre ans, la commémoration est beaucoup plus importante et c’est précisément à cette occasion-là que les Chams sont invités à venir festoyer avec les pêcheurs Kinh. Ils retrouvent alors l’espace de quelques jours des activités qui étaient jadis celles de leurs ancêtres telles que la course de pirogues.

21 Sakaya Văn Món, Lễ hội của người Chăm, p. 76-100.

22 Il arrive que ces danses soient exécutées en plein air en raison du nombre de spectateurs.

23 Paul Mus, « Études indiennes et Indochinoises, IV, Deux légendes chames », p. 92.

24 Dans la culture occidentale aussi la baleine est le résultat d’une transformation puisque les pêcheurs bretons associent la baleine au manteau noir des prêtres.

25 Georges Boudarel, « Tabous et autres coutumes du Vietnam », Études Vietnamiennes, n° 1, 2001 (139), p. 18.

26 Nous ne l’avons malheureusement pas retrouvée et ne pouvons donc confirmer son existence aujourd’hui.

27 Paul Mus, « Études indiennes et Indochinoises. IV, Deux légendes chames », p. 73.

28 Charles Macdonald, dans son article « Le culte de la baleine, une exception vietnamienne ? », Aséanie, 12, 2003, p. 123-136, nous dit que si l’on ne peut exclure la possibilité d’une influence chame, cette dernière ne peut servir d’explication ni de son origine, ni de son importance fonctionnelle. Nous contestons cette conclusion car l’influence chame concernant le culte est totale quant à son origine. Il est vrai cependant que dans la pratique cultuelle, c’est davantage l’influence chinoise qui prévaut. Malgré tout, c’est bien un culte cham qui a été repris par les Kinh. Que l’empereur Gia Long l’ait instauré à la suite de son « sauvetage » par une baleine ne change rien. C’est bien pour servir un but politique que ce culte cham a fait son entrée dans la culture vietnamienne. Sans doute qu’avant d’être cham, ce culte avait-il d’autres origines ? Nos données ne nous ont rien indiqué de précis et nous laissons donc la porte ouverte à cette éventuelle possibilité. Pour ce qui est de l’importance fonctionnelle de ce culte dans les villages de pêcheurs, rappelons-nous que certains villages de pêche de Phan Thiết invitent des délégations de l’ethnie cham à venir partager les festivités au moment de la commémoration du premier échouage de baleine. Cela souligne son importance pour toutes les ethnies ayant une partie de leur culture basée sur des activités maritimes, que son nom soit Po Riyak ou Génie des Mers du Sud. À noter que Fabien Lotz, dans son mémoire de DEA présenté à l’université d’Aix-Marseille en 2002, a utilisé très justement le terme de « religion » pour désigner le culte de la baleine.

29 Manuscrits cham 248-A, chants 91, 92 et 93, à voir dans l’annexe.

30 Manuscrits cham 244, chants 5 à 8, à voir dans l’annexe

31 Village cham dans les environs de Bình Thuận.

32 Quốc-Triều Chánh-Biên Toát-Yếu (Essentiel des Annales de la dynastie nationale), chủ biên Cao Xuân Dục, 1908, livre 1.

33 Trần Trọng Kim, Việt Nam Sử Lược, t. 2, p. 145-165.

34 Thái Văn Kiểm, « Le culte de la baleine », BSEI, t. XLVII, n° 2, 2etrimestre, 1972, p. 310-326, p. 317. Il est à noter que sur l’île de Phú Quốc quelques pêcheurs prétendent aujourd’hui que c’est au large de leur île que l’empereur Gia Long a fait naufrage. Les annales retiennent cependant l’embouchure de Soài Rạp comme lieu officiel du naufrage. Les premiers édits impériaux rédigés par l’empereur Gia Long pour consacrer le culte de la baleine ont donc été attribués aux villages de Cần Giờ, Kiến Phước et Vũng Luông ; voir également Abbé Richard, Histoire naturelle, civile et politique du Tonquin, Paris, Moutard Imprimeur, 1778, 2 t., t. 1, p. 283 ; Gamichon, Administrateur des Services Civils, Fête de la baleine au port de Vàm Láng, Indochine, n° 112, 22 octobre 1942, p. 7-9 ; Georges Boudarel, Tabous et autres coutumes du Vietnam, Études Vietnamiennes, n° 2001 (139), p. 17-29.

35 Voir l’ouvrage collectif Folklore culture of the Viet People in Southern Vietnam, Social Sciences Publishing House, Hanoi, 1992, p. 95-96. Voir également l’analyse numéro TT-TS FQ 4° 18 / XX, 28 du Viện Thông Tin Khoa Học Xã Hội, Hanoi, 1995.

36 ce titre lui a été accordé par l’empereur Thiệu Trị (1841-1847).

37 L’histoire nous a été rapportée par M. Phạm Phước du village Tam Thanh, sur l’île de Phú Quý. Ce dernier rédige les prières en chinois classique adressées au génie baleine pour chacune des cérémonies. De par son âge et son ancienneté dans le métier de pêcheur il mène également les cérémonies en compagnie d’autres vénérables, les seuls autorisés à officier au sein du temple de la baleine. Nous n’avons pu vérifier la véracité de ses dires car aucun document officiel n’a consigné cette version. Cependant, la même histoire nous a également été contée dans le village de pêche de Sơn Hải, dans les environs de Phan Thiết. Cette légende qui se transmet entre pêcheurs n’a pour l’instant pas reçu de confirmation des historiens spécialistes de la dynastie des Nguyễn.

38 Po Dharma, Le Pânduranga (Campâ) 1802-1835 ses rapports avec le Vietnam, t. 1, p. 83-104.

39 Op. cit., p. 86.

40 Thái Văn Kiểm, Le culte de la baleine, p. 318.

41 Đinh Văn Hạnh & Phan An, Lễ Hội của Ngư dân Bà Rịa -Vũng Tàu (Fêtes des pêcheurs de Bà Rịa-Vũng Tàu, TPHCM, NXB Trẻ, 2003, 230 p., p. 111.

42 Ibib. p. 319 ; « Lê Quang Nghiêm », Tục Thờ Cúng cũa Ngư-Phũ Khánh-Hoà, Saigon, Trung Tâm Văn Bút Việt Nam, 1969, 208 p., p. 31.

43 De sa traversée, l’émissaire en a tiré un recueil de poèmes qui sert aujourd’hui comme livre de navigation pour certains pêcheurs car y figurent bon nombre d’indications très utiles pour naviguer de l’île de Phú Quý jusqu’à Huế. Ce livre a été rédigé entièrement en Nôm, l’ancienne langue du Vietnam et nous procédons actuellement à sa traduction et à sa datation à l’aide de M. Lê Tiên Đạt de l’Institut du Hán-Nôm de Hanoi. Intitulé Thơ đi Kinh, Poème rédigé sur la route du Palais de l’Empereur, il retrace également les turpitudes de son auteur durant la traversée.

44 J.-Y. Claeys, « Le culte de la baleine », France-Asie, n° 160-161, p. 1175-1184. Les pêcheurs utilisent parfois des noms d’emprunt pour éviter d’avoir à prononcer certains noms. Il existe ainsi une liste de noms tabous et leurs équivalents.

45 D’une région à l’autre, la baleine peut être désignée sous différents noms : Ông Nam Hải, Ông Chuông, Ông Lộng, Ông Khơi, Ông Cậu, Ông Lớn, Ông Sứa, etc. Par respect pour le génie, on n’appelle jamais la baleine par son vrai nom, Cá Voi (poisson gros comme un éléphant).

46 Le temple de la baleine du village de Trường Đông dans les environs de Nha Trang possède pas moins de quatre édits impériaux portant son sceau.

47 Nguyễn Đắc Xuân, Chín đời chúa, mười ba đời vua Nguyễn (Neuf générations de seigneurs, treize générations de rois Nguyễn) Huế, NXB Thuận Hoá, 2001, 242 p., p. 173-179.

48 J.-Y. Claeys a dénombré plus de trois cents édifices consacrés au culte de la baleine en 1942 : J.Y. claeys, L’Annamite et la mer, Institut Indochinois pour l’Étude de l’Homme, T.V, 1942, p. 23-24. Nous n’avons trouvé d’explication officielle quant au manquement de ce « devoir de mémoire » de l’empereur Bảo Đại. Certains pêcheurs justifient cette absence par le règne mouvementé de ce dernier.

49 Le culte de la baleine a été l’objet d’une page sur le site officiel du Muséum d’Histoire Naturel du Bà-Rịa -Vũng Tàu datée du 25 avril 2015 et ce titre a encore été rappelé, toujours sans aucune autre mention quant à son origine.

50 Voir la thèse non publiée de Nguyễn Đặng Vũ, Văn Hoá của dân ven biển Quảng Ngãi (Culture de la population du littoral à Quảng Ngãi), Thư viện nghiên cứu Văn Hóa Nghệ Thuật, 2001. Ce dernier signale également la propagation de ce culte du nord au sud. Nous ne pouvons que réfuter ces conclusions. À moins que ce que cet auteur appelle « le Nord » soit en réalité la région du Centre, il est difficile de comprendre comment le culte de la baleine aurait pu partir du nord pour gagner les provinces du sud du pays. Cependant, l’inverse est vrai. Les villages de pêcheurs du nord ont, depuis quelques décennies, donné une prépondérance certaine aux cultes des mammifères marins et le culte de la baleine en fait partie. Cela ne tient nullement aux échouages de baleines, rarissimes au nord pour des raisons géographiques, mais davantage à cause de l’histoire : les empereurs vietnamiens consacraient le culte du génie Baleine alors les pêcheurs se devaient de respecter ce génie.

51 Op. cit., p. 45.

52 Olov Janse, « Viet-nam, carrefour de peuples et de civilisations », p. 1644-1670. La définition de folklore est donnée par Martha C. Sims et Martine Stephens dans leur ouvrage Living Folklore : An Introduction to the Study of People and their Traditions, Logan : Utah State University Press, 2005, 312 p., p. 1-2 : « Folklore is many things, and it’s almost impossible to define succinctly. It’s both what folklorists study and the name of the discipline they work within ».

53 Jean-Baptiste Piétry, Voiliers d’Indochine, Saigon, Société des Imprimeries et Librairies Indochinoises, 1949, 129 p., p. 4.

54 Op. cit., p. 4.

55 Voir le rapport de la conférence de Jean-Yves Claeys du 22 mars sur les fêtes nautiques annamites rapportées par les Cahiers de l’EFEO, n° 1, 4e trimestre 1934, p. 35-37.

56 Le festival est la partie qui précède immédiatement la partie culte. Ce sont les courses de pirogues et le théâtre chanté qui clôturent les journées de commémoration de l’échouage du génie Baleine.

57 Voir les différents travaux du Pr. Jayant Bapat. Paul Mus, dans son « Études indiennes et indochinoises. IV. Deux légendes chames », op. cit., p. 53, parle de « dieu du panthéon brahmanique ».

58 Albert-Marie Maurice, « Le concept de la mer chez les ethnies Sedangs, Bahnars, Rhadés », ASEMI, 1983 (14, 3-4), p. 9-21.

59 Édit appartenant au temple de Vạn Thủy Tú de Phan Thiết, dans la province de Bình Thuận.

60 Voir Émile Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF, 7e édition, 2013, 672 p.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 983 octets
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 958 octets
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1000 octets
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 963 octets
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 841 octets
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 929 octets
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 900 octets
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5k
Légende Photo 1. Le Ka-ing, prêtre-danseur, exécute une danse dédiée au génie Po Riyak
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Photo 2. Édit impérial rédigé pour le génie Baleine59
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Photo 3. Diplôme culturel du gouvernement pour le temple de la baleine
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50763/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search