Version classiqueVersion mobile

Le culte de la baleine

 | 
Nguyen Quoc-Thanh

Le Vietnam, un terrain culturel favorable aux cultes maritimes

Texte intégral

Carte 1. Étendue du culte au Vietnam.

1 Le culte de la baleine est arrivé dans la culture vietnamienne par des voies détournées, avec l’adoption d’un culte de l’ancien royaume du Champa et la colonisation des terres du sud par les Vietnamiens. Le processus a pris près de deux siècles, favorisé par le passé mythologique prestigieux de ces derniers. Pourtant rien ne prédestinait au départ ce culte à occuper la place principale qu’il détient aujourd’hui dans la culture maritime vietnamienne, car un curieux désamour existe depuis des siècles entre les Vietnamiens et la mer de Chine qui les entoure. Cela peut sembler étonnant compte tenu de la géographie spécifique du pays et surtout de l’histoire mythologique de la nation vietnamienne. Parcourons brièvement l’histoire maritime du Vietnam qui a commencé avec la fondation du pays.

2La longue histoire que les Vietnamiens entretiennent avec la mer a débuté dès la fondation de la nation vietnamienne avec le mythe fondateur qui les fait descendre de l’union du dragon aquatique Lạc Long Quân (雒龍君), Roi Dragon des Lạc avec Âu Cơ (嫗姬), l’immortelle céleste vivant sur terre. L’alliance de ces deux êtres que tout sépare était de bon augure : leur descendance devait être à l’aise aussi bien sur terre que dans l’eau.

Des fondations mythologiques prestigieuses

  • 1 Trần Trọng Kim, Việt-Nam Sử-Lược, t. 1, 280 p., p. 11-12.
  • 2 À noter que dans le Livre I du Recueil des légendes merveilleuses du pays de Lĩnh Nam (嶺南摭 怪) corre (...)
  • 3 Nous n’avons pu trouver d’ouvrage qui précise à quoi correspondait ce royaume.

3La période légendaire de l’histoire vietnamienne retracée par l’historien Trần Trọng Kim est basée sur les Annales complètes du Ɖại Việt (大越史記全書) et se découpe en trois phases distinctes datées de façon incertaine1. La première partie est basée sur l’histoire du roi Ɖế Minh (帝明) qui s’unit à une immortelle dont le nom n’a pas été cité, la fille de Động Đình Quân et de Vụ Tiên2. De leur union naquit plusieurs enfants dont deux fils : Ɖế Nghi (帝釐), l’aîné, et Lộc Tục (越南語). À sa mort Ɖế Minh laissa le royaume du Nord à Ɖế Nghi3. Le royaume du Sud fut confié à Lộc Tục qui prit le titre de Kinh Dương Vương (涇陽王). À partir de là, les traces de Ɖế Nghi s’estompèrent, pour rejoindre les histoires légendaires de la Chine et les documents vietnamiens ne mentionnèrent plus que celles de son frère. Cette phase s’acheva avec la montée sur le trône de ce dernier qui donna à son royaume le nom de Xích Quỷ (赤鬼).

4Cette première partie de l’histoire vietnamienne ne comporte pas de date précise et mélange volontiers les faits historiques avec la légende.

  • 4 Long Nữ signifie « Fille de dragon ». Elle serait la fille aînée de Thần Long, le « Génie dragon », (...)
  • 5 Tous les rois de cette dynastie sont appelés Hùng Vương (roi Hùng), bien que le plus connu d’entre (...)

5La deuxième période de l’histoire vietnamienne commença aux environs de 2879 avant J.-C., avec l’union de Kinh Dương Vương, le roi de Xích Quỷ et de Long Nữ (龍女)4. De leur union naquit Sùng Lãm (崇纜), qui deviendra plus tard le premier Hùng Vương (雄王)5.

  • 6 Ngô Sĩ Liên, Đại Việt sử ký toàn thư (Annales complètes du Đại Việt), écrit suivant le modèle du Zi (...)
  • 7 On le connait également sous le nom de Hùng Hiền Vương.

6On ignore tout de la jeunesse de Sùng Lãm et de la gestion du royaume du Sud qui correspond aujourd’hui au sud de la Chine. Selon les Annales complètes du Đại Việt (大越史記全書)6, en montant sur le trône aux environs de 2793 av. J.-C. pour succéder à son père, il prit pour titre Lạc Long Quân7, Roi Dragon de Lạc, officiellement le second des rois Hùng. Les Vietnamiens le considèrent comme étant leur ancêtre direct.

  • 8 Dans certains livres d’histoire il est question de 100 œufs.
  • 9 certains historiens parlent d’un lac intérieur tandis que dans d’autres Lạc Long Quân est bien desc (...)
  • 10 Il n’est mentionné dans aucun texte que Hùng Quốc Vương fut le fils aîné du couple. Il semblerait q (...)

7La troisième période est celle du règne de Lạc Long Quân et de Âu Cơ l’immortelle, sa compagne. Cette union est la troisième mais également la dernière liant un descendant des dragons à une immortelle. Selon la légende, Âu Cơ mit au monde un œuf8 contenant 100 enfants. Parvenus à l’âge adulte, 50 d’entre eux suivirent leur mère et s’en allèrent vers la montagne tandis que les 50 autres partirent avec leur père vers le littoral9. Cette séparation mit également fin à l’histoire légendaire et marqua le début de l’histoire vietnamienne avec l’arrivée sur le trône de Hùng Quốc Vương, l’un des fils du couple légendaire, qui changea le nom du pays en Văn Lang (文郎國)10.

  • 11 Voir le Lĩnh Nam Chích Quái Liệt Truyện (Recueil de légendes fantastiques des surhommes de la régio (...)
  • 12 Cette région correspond aujourd’hui au sud de la Chine, à la frontière avec le Vietnam, s’étalant e (...)
  • 13 Nguyễn Lang, Văn Lang Dị Sữ, Saigon, Lá Bối, 1976, 289 p., p. 61-76.
  • 14 Op. cit., p. 27.
  • 15 Dans leur tentative d’analyser les origines mythologiques et le choix des Vietnamiens d’utiliser un (...)

8Les Vietnamiens ne sont pas peu fiers de leurs origines comme l’atteste le proverbe Con rồng, cháu tiên (Enfant du dragon et de l’immortelle) dont ils s’enorgueillissent. Certains romans idéalisent même ces origines. Dans le Lĩnh Nam Chích Quái Liệt Truyện (嶺南摭怪列傳)11, Recueil de légendes fantastiques des surhommes de la région de Lĩnh Nam12, les Vietnamiens se décrivent même comme supérieurs aux monstres marins. Rédigé sans doute au xve siècle, ce recueil rapporte, entre autres, des récits de la fondation du Vietnam et des histoires de monstres aquatiques vaincus par les habitants du Lĩnh Nam. Dans ce recueil, les Vietnamiens supposaient que le monde terrestre et le monde aquatique se côtoyaient et chacun cherchant à imposer sa domination sur l’autre. Le peuple de l’eau ressemblait davantage à des êtres démoniaques dont aucune cohabitation n’était possible avec les humains. Dans le Văn Lang Dị Sử13, Histoire fantastique du Văn Lang, recueil d’histoires rédigé juste avant l’Unification du Vietnam en 1975 et basé sur les différents annales et recueils, les allers-retours étaient fréquents entre la terre ferme et le monde des abysses. De par leurs origines à demi-aquatiques, les Vietnamiens semblaient être parfaitement à l’aise dans leur rôle de descendants de dragon. Il y était précisé qu’afin que les habitants des océans reconnaissent les Vietnamiens comme étant leurs frères de sang, les tatouages étaient conseillés comme des signes distinctifs de leur appartenance à la lignée des dragons14. Récemment, ces légendes ont encore été invoquées et ont apporté leur contribution face aux prétentions territoriales chinoises en ravivant le sentiment d’appartenance des Vietnamiens à la mer de Chine15.

9Pourtant, malgré cette image idéale, les origines mythologiques n’ont pas suffi à faire oublier aux Vietnamiens le côté effrayant et fantasmagorique de ce monde si peu connu qu’était pour eux la mer de Chine.

Des origines principalement aquatiques mais une mer négligée

10Domaine de l’instable, la mer inspire la peur et cette crainte est universelle. Bien qu’ils vivent avec la moitié de leur territoire ouvert sur la mer, les Vietnamiens ne voyaient en elle qu’un élément redoutable et redouté. Les monstres marins peuplaient en effet aussi bien l’imaginaire de simples pêcheurs que celui d’hommes instruits, à l’image de Phan Huy Chú, haut fonctionnaire et grand lettré, qui écrivit lors de sa traversée de la mer de Chine méridionale :

  • 16 Traduction de l’auteur, voir Phan Huy Chú, Hải Trình Chí Lược, Récit sommaire d’un voyage en mer (1 (...)

Comme ces légendes qui parlent d’un gros poisson qui avale les navires, les vagues aussi hautes que les montagnes, ces choses-là ne s’observent sans doute qu’en mer de chine ou en mer Jaune et pas en mer de Chine méridionale ? Ces choses confuses sont vraiment difficiles à comprendre16.

  • 17 François Robinne, op. cit., , p. 181 : « Ils sont au total peu nombreux, les peuples à avoir fait d (...)

11Les forts courants générés par les moussons, les actes de piraterie, les catastrophes venues de la mer ont sans doute été pour beaucoup dans ce désamour des Vietnamiens pour la mer17.

  • 18 Peter Boomgaard, A world of water, Leiden, KITLV Press, 2007, 377 p., p. 4-8.

12Les raisons pour lesquelles les peuples d’Asie ne vont pas volontiers en mer ont été pointées du doigt par Peter Boomgaard dans son livre A world of water18, révélant au passage quelques croyances populaires :

  • 19 Ibid, p. 12.

The sea is often perceived as dangerous, both on account of the spots of bad weather that have killed many a sailor, and that is was – and still is? - assumed to be home to monsters and evil spirits19.

  • 20 François Robinne, op. cit., p. 184.
  • 21 Alexander Woodside, Vietnam and the Chinese Model : A Comparative Study of Nguyen and Ch’ing Civil (...)
  • 22 Phạm Văn Thủy, « Thủy quân Việt Nam thế kỷ XVII, XVIII và đầu thế kỷ XIX qua các nguồn sử liệu phươ (...)

13La cosmologie et sa galerie de génies malveillants régnant en mer, les catastrophes venues de la mer, la piraterie, etc. semblent être autant d’éléments rebutants pour ces peuples20. Mais même à la lumière de ces éléments, il serait sans doute exagéré de prétendre que les Vietnamiens ont peur de la mer. Néanmoins, force est de reconnaître qu’au cours de leur histoire millénaire, ces derniers sont loin d’exploiter la mer comme une vraie nation maritime, même si les preuves de bonne volonté existait malgré tout : au xixe siècle, Nguyễn Công Trứ (1778- 1858), mandarin et poète, stratège de l’empereur Minh Mạng (1820-1841) créa deux préfectures sur des lais de mer (Kim Sơn et Tiên Hải, dans le centre du pays), réaffirmant l’attachement des Vietnamiens pour la mer21 ; Malgré cela, la navigation faisait malgré tout défaut, comme l’a démontré la synthèse de Phạm Văn Thủy sur la marine vietnamienne22. En effet, sans aller jusqu’à parler de parfaite maîtrise des mers, encore moins de projection de puissance navale, il n’existe pas dans toute l’histoire vietnamienne de figure emblématique pouvant incarner la marine nationale. Les Vietnamiens eux-mêmes seraient bien en peine de citer le nom d’un seul marin illustre.

  • 23 R. Castex, Les rivages indo-chinois, Paris, Berger-Levrault & Cie, 1904, 327 p., p. 227. Ces remarq (...)

L’Annamite est, par essence, un être dont les traditions, la mentalité, la façon de vivre, sont radicalement opposées au métier de marin […] Il est véritablement étrange de constater chez le peuple annamite aussi peu de disposition pour les voyages de la navigation au long cours, alors qu’il existe à côté de lui d’autres races présentant au plus haut degré d’état d’esprit contraire23.

14Ces mots de l’amiral Castex, grande figure de la marine française, alors enseigne de vaisseau en Indochine, peuvent sembler sévères de première vue. Il nous faut évidemment nuancer ces propos et les placer dans le contexte de l’époque puisque Castex, bien qu’ayant parcouru toute la mer de Chine n’a pas rencontré ceux des Vietnamiens qui naviguent, mieux, qui vivent en mer de Chine.

15Ainsi, selon les critères de Castex, les Vietnamiens qu’il avait rencontrés seraient de piètres marins. Il tempère en soulignant que

  • 24 Op. cit., p. 228.
  • 25 L. Cadière, « L’Annam », BAVH n° 12, janvier - juin 1931, p. 157.

on peut attendre de bons résultats de nos marins annamites, malgré leur manque d’initiation première […] Une seule condition essentielle : ne faire naviguer les indigènes que dans un faible rayon autour de l’Indo-Chine »24. Cadière enfonce le clou en déclarant que « Les Annamites redoutent la mer et ne s’y aventurent que lorsque le temps est beau et paraît ne devoir se modifier dans la journée25.

  • 26 Nguyễn Thế Anh, « Trade relations between Vietnam and the countries of the southern seas in the fir (...)
  • 27 Charles Wheeler, « One region, two histories : Cham Precedents in the History of the Hội An Region  (...)
  • 28 Les chapitres « The Foreign Merchants » et « Money and Trade » du livre de Li Tana, Nguyễn Cochinch (...)

16Les voyages au-delà de la mer de Chine n’ont sans doute pas la préférence des Vietnamiens et s’il est vrai qu’ils ne sont pas des marins au long cours il faut cependant noter qu’ils échangeaient avec l’extérieur via leur administration et leurs ports. Deux institutions, sous le règne des empereurs Nguyễn au xixe siècle, le Hành Nhân Ty (Bureau des mandarins voyageurs) et le Tào Chính Ty (Direction de la navigation) géraient toutes les affaires fluviales et maritimes du royaume, notamment les échanges commerciaux, les transports et les collectes de taxes26. Le port de Hội An (Faifo) d’où partaient la plupart des bateaux était situé sur la route maritime du commerce de la soie et était un port prospère qui attirait les navires du monde entier27. L’activité maritime vietnamienne n’était donc pas inexistante même si, à regarder de plus près, on s’aperçoit que la plupart des voyages des Vietnamiens par voie maritime étaient en réalité du cabotage, à quelques exceptions près. Les ports vietnamiens étaient davantage des ports d’accueil28. Pour autant, peut-on parler d’un « refus » de la mer ?

La frilosité envers les questions maritimes

  • 29 Robin Hutcheon, China-Yellow, the Chinese University Press, 1996, 458 p ; Aleko Lilius, Pirate en m (...)
  • 30 Voir la carte des courants de Rodman E. Snead, World Atlas of geomorphic features, Huntington, N.Y. (...)
  • 31 Nigel Pickford, Atlas des naufrages et des trésors, Paris, Gallimard, 1995, 200 p.
  • 32 René Favier, Les Européens et les Indes orientales au xviiie siècle, Synthèse Σ Histoire, Ophrys, 1 (...)
  • 33 Bien qu’elles reportaient toutes les routes maritimes en mer de Chine et les principaux ports, nous (...)
  • 34 Un poème rédigé en Nôm, l’écriture vietnamienne utilisant les idéogrammes chinois, retrouvé sur l’î (...)

17La géographie du pays, les actes de piraterie qui existent depuis toujours dans la mer de Chine méridionale constituaient autant d’éléments rebutants pour les Vietnamiens29. La position de « balcon » ouvert sur la mer ne semble pas accorder que des privilèges aux Vietnamiens. Les forts courants marins au large de ses côtes ont longtemps empêché les Vietnamiens, marins peu expérimentés, de s’aventurer en haute mer, d’autant plus que la prospérité offerte par la terre les retenait contre toute ambition de conquête maritime. Baptisés par les navigateurs européens de « côtes de fer » en raison des forts courants contraires, spécialement en période des moussons du nord-est et du sud-ouest, les côtes vietnamiennes ont toujours été difficiles pour la navigation et les naufrages étaient fréquents30. Sans doute devait-on y voir là les raisons de cette crainte de la mer ? L’Atlas des naufrages et des trésors établi par Nigel Pickford avait mis en évidence la dangerosité de cette zone pourtant très utilisée par les bâtiments européens31. À l’époque des grands échanges commerciaux, les navires de la Compagnie anglaise des Indes transportant des cargaisons précieuses croisaient les jonques chinoises au large des côtes des vietnamiennes32. Soixante-six naufrages étaient ainsi recensés entre les xviie et xviiie siècles, de la mer de Chine méridionale au golfe de Thaïlande. Mais bien d’autres navires n’avaient pas été comptabilisés, faute d’avoir déclaré leurs cargaisons. La plus célèbre épave de cette partie de la mer est une jonque chinoise de plus de trente-trois mètres ayant fait naufrage vers 1690, transportant à son bord une belle cargaison de porcelaine de l’époque Ming et des pièces de monnaie, découverte en 1980 par un pêcheur au large de Vũng Tàu. Cette zone n’enregistra malheureusement aucun sauvetage connu entre ces mêmes dates. Les Portugais et Néerlandais avaient, dès le xvie siècle, reporté sur leurs cartes maritimes tous les courants et récifs dangereux de cette zone mais les connaissances concernant cette partie du monde demeuraient spécialisées, localisées et elles étaient bouleversées dès lors que se présentait la mousson. Les marins chinois eux-mêmes ne possédaient que des cartes imprécises33. Il faudra attendre le xixe siècle pour qu’apparaissent les cartes de navigation françaises avec toutes les données nécessaires, à savoir les différents courants, les profondeurs, les contours précis des côtes et la localisation exacte de chaque île. En attendant, les marins vietnamiens ne bénéficiaient aucunement de ces données et se contentaient du cabotage, de la navigation côtière34. Les richesses halieutiques aidant, ils n’avaient aucun intérêt à s’éloigner de trop des côtes. « La terre doit toujours rester à portée de vue », disaient-ils. Il est à noter que rares sont les bâtiments vietnamiens à avoir fait naufrage en mer de Chine, preuve s’il en est que ce conseil a été appliqué à la lettre par les Vietnamiens des siècles durant.

18Il serait erroné de prétendre que toute la façade est du Vietnam était une zone à forte dangerosité pour les marins, surtout si ces derniers avaient fait leurs armes dans les mers froides du Nord de l’Europe. De nombreuses puissances mondiales ont un jour tenté de s’approprier ces eaux, que ce soit les Portugais, les Néerlandais, les Français, en passant par les Japonais ou encore les Américains. Malgré tout, les côtes vietnamiennes n’étaient pas, à proprement parler, une zone accueillante pour la navigation et la piraterie était sans doute l’une des raisons pour lesquelles les Vietnamiens eux-mêmes rechignaient à s’éloigner des côtes et s’engager en haute mer.

  • 35 Robin Hutcheon, China-Yellow ; Aleko Lilius, Pirate en mer de Chine ; Edward Brown, Cochin-China an (...)
  • 36 Robin Hutcheon, China-Yellow, op cit., p. 205-234.
  • 37 Classeur « Indochine », Amiral Roze, Service Historique de la Défense, Marine, Vincennes ; voir éga (...)

19Le golfe de Thaïlande, le détroit de Malacca et de Singapour, les eaux territoriales indonésiennes, la mer de Chine méridionale, Le golfe du Tonkin étaient autant d’endroits jadis peuplés de pirates. Entre le xvie et le xviiie siècle, la piraterie représentait à elle seule la majorité des récits maritimes locaux. Bien que les récompenses offertes pour la capture des pirates atteignaient des sommes fabuleuses, la piraterie continuait à sévir35. À la fin xixe siècle, les punitions exemplaires étaient appliquées à chaque acte de piraterie allant jusqu’à la strangulation, la pendaison, la mise à mort par taillade sans réussir pour autant à freiner ces méfaits36. Les informations vietnamiennes concernant la piraterie étaient bien précises quant à la nationalité des pirates, leurs façons de procéder, les biens convoités et les zones d’exercice. Il a été ainsi signalé que les pirates chinois semaient la terreur aux environs de l’île de Hainan et qu’ils n’hésitaient pas à débarquer et à rançonner la population côtière. Leurs principales cibles étaient des bâtiments transportant des biens ou des barques transportant du riz, de l’argent, qui faisaient la navette entre les ports du nord et ceux du sud. Et lorsqu’ils n’avaient plus de victimes, il leur arrivait d’attaquer directement des navires battant pavillon chinois. Les pirates chinois pratiquaient souvent des pillages dans les villages côtiers et enlevaient les jeunes femmes qu’ils vendaient ensuite aux proxénètes chinois ou aux grandes familles chinoises pour servir d’esclaves. Pour mettre fin aux exactions des pirates, la marine française a même été appelée en renfort37.

  • 38 Stein Tønnesson, « Marine vietnamienne et défense de l’espace maritime », Naissance d’un Etat-Parti (...)
  • 39 Op cit., p. 393.
  • 40 Nguyễn Đình Hoè, « Les barques royales et mandarinales dans le vieux Huê », BAVH de juillet - septe (...)
  • 41 Gerald C. Hickey assisted by Mr Bùi Quang Da, The Study of Vietnamese rural community-Sociology, Mi (...)

20Il est vrai que l’histoire vietnamienne n’est pas riche en faits maritimes marquants. Le manque de tradition navale et la faiblesse de sa marine y sont certes pour beaucoup38 même si, il faut le reconnaître, « chaque tentative d’expansion maritime se heurta à des flottes étrangères supérieures39 ». La construction navale n’était pas exceptionnelle et ne permettait pas aux Vietnamiens de pouvoir s’étendre en mer de Chine. La richesse de la terre et le nombre de fleuves, rivières et arroyos en avaient fait un pays d’eau douce, comme en atteste le souci des détails sur les constructions de barques pour la navigation intérieure40. Le facteur culturel joue également un rôle important dans cette frilosité vis-à-vis de la mer : les Vietnamiens perçoivent davantage leur pays comme une nation basée sur le concept du village rural que comme un pays bordé par la mer41. La mer de Chine est là, omniprésente, mais elle semble n’avoir pas de place dans l’inconscient populaire vietnamien. Absente des romans populaires ou de la chanson vietnamienne, c’est seulement dans la langue vietnamienne qu’elle marque sa présence, à travers les adages populaires et les proverbes, avec une multitude d’expressions qui utilisent le gigantisme de la mer pour symboliser les sentiments ou véhiculer des métaphores. Ainsi on la retrouve par exemple dans le dicton « Thuận vợ thuận chồng tát biển Đông cũng cạn », que l’on pourrait traduire par « quand mari et femme s’entendent, ils peuvent vider la mer de Chine ».

Une société traditionnellement agraire absorbeuse de cultes maritimes étrangers

  • 42 « La culture maritime millénaire du Vietnam », Nhân Dân du dimanche 8 mars 2015.
  • 43 Castex R. Les rivages indo-chinois.

21La société traditionnelle vietnamienne se découpe en quatre branches résumées dans l’adage « Sĩ, nông, công, thương » : les intellectuels, les agriculteurs, les fonctionnaires et les commerçants. Malgré toute la façade maritime dont bénéficient les Vietnamiens, les activités maritimes n’ont été prises en considération que très récemment, bien que certaines instances affirment le contraire : le Nhân Dân, le journal officiel du Parti a prétendu que le pays possédait une culture maritime millénaire42. Guy Moréchand, sans être aussi catégorique que Castex43 dira que les Vietnamiens sont

  • 44 Guy Moréchand, « Caractères économiques et sociaux d’une région de pêche maritime du Centre-Vietnam (...)

des riverains importants de la mer de Chine, leur territoire est d’une manière frappante un domaine côtier ; même terriens et paysans avant tout, ils se trouvent être négativement des hommes de la mer, ils ont à portée de leur effort un domaine maritime considérable44.

  • 45 Gerald D. Hickey, The study of a Vietnamese rural community-sociology, Michigan State University, V (...)
  • 46 Laurent Dartigues, « Du mythe à la réalité. Essai de déconstruction des discours coloniaux et postc (...)

22L’espace de vie construisant l’espace social, le village vietnamien traditionnel est communément perçu comme accolé à des rizières et protégé par une haie de bambou45. Bien que cette vision soit rejetée par nombre de chercheurs dont Laurent Datigues46, il n’en demeure pas moins que pour une grande majorité de Vietnamiens le village traditionnel ne saurait être un village de pêche. Pourtant, cette société agraire se tourne bien volontiers vers la mer pour son alimentation puisque :

  • 47 Guy Moréchand, « Caractères économiques et sociaux d’une région de pêche maritime du Centre-Vietnam (...)

Poissons, crabes et crevettes figurent dans la presque totalité des menus des différentes classes sociales. L’art culinaire viêtnamien connaît autant de plats de poissons que de plats de viandes, ils en sont deux éléments de même importance. D’autre part, les produits de la mer, moins chers que la viande, figurent davantage aux menus des petites gens, donc atteignent certainement la couche la plus grande de la population47.

  • 48 Peter Boomgaard, A world of water, op. cit., p. 5.

23Mais les ressources halieutiques ne sont pas les seules constituantes de l’univers des pêcheurs. Peter Boomgaard l’a signalé dans son ouvrage A world of water : « Sea deities, however, had so much to offer48… »

  • 49 Nous nous permettons de signaler ici une spécificité du vocabulaire utilisé. Il a souvent été quest (...)
  • 50 Tạ Chí Đại Trường, Thần, người và đất Việt, Văn Nghệ, Westminster, CA, 1989, 397 p.

24Les villages de pêche sont donc longtemps restés à l’écart de la société vietnamienne, à en juger par les écrits officiels. Bien que chacun des empereurs Nguyễn veillait scrupuleusement à attribuer des édits impériaux aux villages de pêche qui pouvaient prétendre d’accueillir la « visite » du génie baleine49, la communauté des pêcheurs demeura pendant longtemps à l’écart, ne participant que modérément à la marche du pays, et seulement dans le secteur économique. Dans ces conditions, il peut sembler curieux de constater l’existence de cultes maritimes et encore plus étrange de s’apercevoir que ces derniers ont, depuis longtemps et de manière imperceptible, pris place dans la culture traditionnelle vietnamienne. Les traces maritimes sont infimes mais elles existent malgré tout, apportant leurs singularités à la culture vietnamienne. Certains génies célébrés à l’origine par la communauté des pêcheurs ont ainsi pris place sur les autels dans des villages agraires pour devenir, avec le temps, des génies « continentaux » sans être pour autant oubliés dans les villages de pêche50. Comment cela s’est-il opéré ? Par quel cheminement sommes-nous arrivés à un tel résultat ?

  • 51 Pierre-Bernard Lafont, Le Campā. Géographie-Population-Histoire, Paris, Les Indes Savantes, 2007 ; (...)
  • 52 G.M.G. « Éléments pour une relecture symbolique de la “Marche vers le sud” ou Nam Tiên », Péninsule(...)
  • 53 Nguyễn Thế Anh, Le Nam tien dans les textes vietnamiens, in P. B. Lafont, Les frontières du Vietnam(...)

25L’amiral Castex l’avait bien souligné : sans être un peuple de marins, les Vietnamiens sont entourés par des nations présentant des qualités contraires. L’intégration des génies maritimes s’est sans doute opérée durant la Marche vers le sud, le Nam Tiến. Cette conquête du territoire vietnamien caractérisée par une descente de populations venues du Sud et du Sud-Ouest de la Chine avant le ie siècle de notre ère en suivant la bande de terre le long de la mer de Chine a été le marqueur d’un syncrétisme religieux d’une ampleur inédite jusque là. Cette extension s’étala sur plusieurs siècles avant de prendre fin à la pointe de Cà Mau, à l’extrême sud du territoire vietnamien actuel. Ce mouvement migratoire eut des conséquences historiques importantes car il était accompagné de conflits avec les populations situées sur son passage et causa la chute de plusieurs royaumes dont le royaume indianisé du Champa51. De fait, la géographie religieuse vietnamienne est caractérisée par un morcellement dû, entre autres, à l’intégration de différentes ethnies dont celle du Champa durant cette Marche vers le sud, qui eut lieu entre le xve et le xixe siècle52. Ce fut précisément l’intégration des ethnies rencontrées durant la longue marche vers les plaines du sud qui donna aux Vietnamiens, les Kinh, certains de leurs cultes maritimes, forgeant une diversité culturelle caractéristique de leur identité53.

  • 54 Đào Thái Hành, « Histoire de la déesse Thiên-Y-A-Na », BAVH, 2e année, n° 2, avril -juin 1914, p. 1 (...)

26En absorbant les cultures des royaumes traversés les Kinh ont intégré quelques génies étrangers dans leur panthéon. Le syncrétisme religieux a parfaitement fonctionné pour les cultes tels que celui de la déesse Po Nagar des Cham, devenue Thiên Y A-Na pour les Vietnamiens54 et celui de Po Riyak devenu le génie Baleine.

Un culte maritime fédérateur multiethnique

27Le culte de Po Riyak, parvenu chez les Vietnamiens sous la forme du culte de la Baleine puise sa légitimité dans la pratique des métiers de la mer. En effet, même si ce culte est aujourd’hui suffisamment populaire pour attirer vers les villages de pêcheurs des agriculteurs le temps des cérémonies de culte, il demeure celui des communautés de pêche, avec ses pratiques et ses protocoles, ses usages et ses traditions.

  • 55 Quách Langlet, « Geographical setting of Ancient Champa », Proceedings of the Seminar on Champa, So (...)
  • 56 Le roi Minh Mạng avait décrété, en 1832, à l’annexion du Panduranga, une interdiction à l’encontre (...)
  • 57 Le registre civil de l’île de Phú Quý, à environ 100 km de Phan Thiết, apporte des éclaircissements (...)
  • 58 Il nous faut souligner qu’avec l’importance grandissante de la mer de Chine, toutes les fêtes ayant (...)

28Pendant que les pêcheurs vietnamiens fêtent leur plus grand génie, le Seigneur baleine, Grand Amiral des Mers du Sud aux écailles de Jade, les Chams vénèrent leur génie, Po Riyak, le roi des Flots. Une fois tous les quatre ans, le village de Hải Ninh, dans les environs de Phan Thiết, partage les festivités dédiées au seigneur baleine avec les représentants de l’ethnie cham venus du village voisin. Les prières sont alors récitées dans la langue cham puis en vietnamien. Au-delà des différences culturelles, les pêcheurs, réunis au sein de la même corporation, partagent leur vénération pour le même génie protecteur. Ces retrouvailles entre Chams et Kinh (l’ethnie principale du Vietnam) ne sont pas anodines. Après avoir défait le royaume thalassocratique du Champa, les Kinh se sont installés le long de la mer de Chine, repoussant l’ethnie cham à l’intérieur des terres55et, bien que leurs archives comportent de nombreuses références à leur histoire maritime, les Chams d’aujourd’hui ne sont plus que des agriculteurs et se sont définitivement détournés des métiers de la mer au profit des Kinh56. Toutefois, il est à noter que beaucoup de pêcheurs, notamment ceux entre Quảng Ngãi et Phan Rang, sont des descendants des Chams de jadis57. Pourtant, malgré les contentieux passés générés par l’histoire, les deux ethnies se retrouvent côte à côte le temps des cérémonies pour rendre hommage à leur génie commun. Car même si les Chams d’aujourd’hui n’exercent plus d’activité maritime, ils continuent à invoquer le roi des Flots durant leur fête la plus importante, la fête annuelle du Kate, afin que celui-ci fasse pleuvoir sur leurs récoltes58.

  • 59 Source : Fabien Chébaut, Approach for a historical geography of South Champa, EuroSeas Napoli 2007.

Carte 2. Villes habitées par l’ethnie cham59

Notes

1 Trần Trọng Kim, Việt-Nam Sử-Lược, t. 1, 280 p., p. 11-12.

2 À noter que dans le Livre I du Recueil des légendes merveilleuses du pays de Lĩnh Nam (嶺南摭 怪) correspondant à l’histoire de la lignée Hồng Bàng, lignée vietnamienne légendaire, il a été question de Vũ Tiên. Động Đình Quân (Roi du Động Đình), est ainsi appelé car il est issu du lac Động Đình (洞庭湖), situé dans la province de Hunan, en Chine.

3 Nous n’avons pu trouver d’ouvrage qui précise à quoi correspondait ce royaume.

4 Long Nữ signifie « Fille de dragon ». Elle serait la fille aînée de Thần Long, le « Génie dragon », l’autre nom de Động Đình Quân.

5 Tous les rois de cette dynastie sont appelés Hùng Vương (roi Hùng), bien que le plus connu d’entre eux soit Hùng Quốc Vương, son fils ; Nguyễn Khắc Thuần, Thế thứ các triều vua Việt Nam (Recueil historique des dynasties de rois vietnamiens), Hanoi, Nhà xuất bản Giáo dục, 1993, 128 p. ; L. Cadière, « Tableau chronologique des dynasties annamites », BEFEO, vol. 5, n° 1, 1905, p. 77-145 ; Bùi Quang Tùng, « Tables synoptiques de chronologie vietnamienne », BEFEO, vol. 51, n° 51-1, 1963, p. 1-78 ; Philippe Langlet, 欽定越史通鑑綱目, « Texte et commentaire du miroir complet de l’histoire Việt établi par ordre impérial, chap. XXXV (1706-1721). Traduction et notes », BEFEO, vol. 65, n° 65-2, 1978, p. 493-588.

6 Ngô Sĩ Liên, Đại Việt sử ký toàn thư (Annales complètes du Đại Việt), écrit suivant le modèle du Zi Zhi Tong Jian (資治通鑒), l’ouvrage historique de Si Ma Guang (司馬光). Yu Insun a donné une excellente comparaison entre le Đại Việt sử ký (Annales du Đại Việt) de Lê Văn Hữu et le Đại Việt sử ký toàn thư de Ngô Sĩ Liên, les 2 ouvrages traitant de l’histoire vietnamienne, dans « A Comparison of Their Perception of Vietnamese History », in Vietnam-Borderless Histories, edited by Nhung Tuyet Tran & Anthony Reid, University of Wisconsin Press, 2006, 400 p., p. 45-71.

7 On le connait également sous le nom de Hùng Hiền Vương.

8 Dans certains livres d’histoire il est question de 100 œufs.

9 certains historiens parlent d’un lac intérieur tandis que dans d’autres Lạc Long Quân est bien descendu vers le littoral, notamment dans le Birth of Vietnam de Keith Weller Taylor, Berkeley, University of California Press, 1982, 397 p., p. 1.

10 Il n’est mentionné dans aucun texte que Hùng Quốc Vương fut le fils aîné du couple. Il semblerait qu’il n’ait été qu’un des fils, parvenu au trône par ses mérites. Les Vietnamiens aiment à privilégier le talent plus que la primogéniture. La plus belle preuve est sans doute celle du prince Lang Liêu (ou Tiết Liêu) qui, sans être l’aîné de sa fratrie, succéda pourtant à son père, le roi Hùng Vương VIe : il avait compris où était la place de l’homme dans l’univers et l’avait symbolisé avec un gâteau qu’il offrit à son père lors d’un concours.

11 Voir le Lĩnh Nam Chích Quái Liệt Truyện (Recueil de légendes fantastiques des surhommes de la région de Lĩnh Nam) au Thư viện Quốc gia Việt Nam (Bibliothèque nationale du Vietnam), Hanoi.

12 Cette région correspond aujourd’hui au sud de la Chine, à la frontière avec le Vietnam, s’étalant entre la province du Yunnan et la partie est de la province du Kouangsi.

13 Nguyễn Lang, Văn Lang Dị Sữ, Saigon, Lá Bối, 1976, 289 p., p. 61-76.

14 Op. cit., p. 27.

15 Dans leur tentative d’analyser les origines mythologiques et le choix des Vietnamiens d’utiliser un dragon comme ascendant, deux chercheurss vietnamiens, le professeur Trần Ngọc Thêm et le doctorant Nguyễn Ngọc Thơ ont poussé très loin leur argumentation en citant un chercheur russe, N. I. Niculin, qui a suggéré que la présence du dragon dans la culture chinoise serait un apport d’Asie du sud-est et vietnamien : « Hoàn toàn có cơ sở để cho rằng hình tượng con rồng trong văn hoá Trung Hoa có nguồn gốc từ phương Nam, từ vùng Đông Nam Á, từ Việt Nam và các quốc gia láng giềng.... ». Nous reproduisons ici la version vietnamienne de la citation issue du livre Dòng chảy văn hoá Việt Nam (les courants culturels du Vietnam), Hồ Sĩ Vịnh và Nguyễn Hữu Sơn tuyển chọn và giới thiệu, Hà Nội, NXB Văn Hoá -Thông Tin, 2006. L’original, sans doute écrit en russe, est introuvable. Voir Trần Ngọc Thêm, Những vấn đề Khoa học Xã hội & Nhân văn-Chuyên đề Văn hoá học (Les problèmes scientifiques, sociétaux et sciences humaines-Les thématiques de la culture), Nxb Đại học Quốc gia, 2013.

16 Traduction de l’auteur, voir Phan Huy Chú, Hải Trình Chí Lược, Récit sommaire d’un voyage en mer (1833), traduit et présenté par Phan Huy Lê, Claudine Salmon & Tạ Trọng Hiệp, p. 148.

17 François Robinne, op. cit., , p. 181 : « Ils sont au total peu nombreux, les peuples à avoir fait de la mer une formidable voie d’expansion, la majorité en faisant une barrière protectrice ou une frontière infranchissable, associant ici la navigation à des actions de piratage parfois très organisées… ».

18 Peter Boomgaard, A world of water, Leiden, KITLV Press, 2007, 377 p., p. 4-8.

19 Ibid, p. 12.

20 François Robinne, op. cit., p. 184.

21 Alexander Woodside, Vietnam and the Chinese Model : A Comparative Study of Nguyen and Ch’ing Civil Government in the First Half of the Nineteenth Century, Cambridge, Harvard University Press 1971.

22 Phạm Văn Thủy, « Thủy quân Việt Nam thế kỷ XVII, XVIII và đầu thế kỷ XIX qua các nguồn sử liệu phương tây » (La marine vietnamienne des XVIIe et XVIIIe et début XIXe siècles à travers les archives occidentals), Người Việt với Biển, présenté par Nguyễn Văn Kim, 606 p., p. 506-523.

23 R. Castex, Les rivages indo-chinois, Paris, Berger-Levrault & Cie, 1904, 327 p., p. 227. Ces remarques seraient anodines si leur auteur n’était pas le père de la stratégie maritime française moderne. Ses théories sur la géopolitique et l’importance de la mer sont étudiées aujourd’hui encore à l’École de Guerre.

24 Op. cit., p. 228.

25 L. Cadière, « L’Annam », BAVH n° 12, janvier - juin 1931, p. 157.

26 Nguyễn Thế Anh, « Trade relations between Vietnam and the countries of the southern seas in the firts half of the 19th century, in Nguyễn Thế Anh », Yoshiaki Ishizawa, Commerce et navigation en Asie du sud-est (XIVͤ-XIXͤ siècle), Paris, L’Harmattan, 1999, 190 p., p. 171-187.

27 Charles Wheeler, « One region, two histories : Cham Precedents in the History of the Hội An Region », in VietNam : Borderless Histories, ed. Nhung Tran & Anthony Reid (Madison : University of Wisconsin Press, 2006), p. 163-193 ; voir également Li Tana, Nguyễn Cochinchina : Southern Vietnam in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, Southeast Asia Program Publications, Cornell University, 1998, 194 p. ; voir enfin L. Cadière, « Les ports maritimes », BAVH, janvier-juin 1931, p. 219-223.

28 Les chapitres « The Foreign Merchants » et « Money and Trade » du livre de Li Tana, Nguyễn Cochinchina : Southern Vietnam in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, montrent clairement que les ports vietnamiens étaient des ports d’accueil.

29 Robin Hutcheon, China-Yellow, the Chinese University Press, 1996, 458 p ; Aleko Lilius, Pirate en mer de Chine, Paris, Editions Philippe Picquier, 2001, 252 p. ; Edward Brown, Cochin-China and my experiences of it, Taipei, E. Cheng Wen Publishing Company, 1971, 292 p. ; Solomon Kane et Francis Matin, Pirates et terroristes en mer d’Asie, un maillon faible du commerce mondial, Editions Autrement Frontières, 2005, 126 p. ; La géographie du pays a été consigné dans les différents volumes du Đại Nam Nhất Thống Chí (Monographie du grand Sud unifié) rédigé sous l’empereur Tự Đức (1847-1883) ; Dian H. Murray, Pirates of the South China Coast, 1790-1810, Stanford University Press, Stanford, California, 1987, 243 p.

30 Voir la carte des courants de Rodman E. Snead, World Atlas of geomorphic features, Huntington, N.Y., Edition Robert E. Krieger Publishing Company Inc., 1980, 301 p., p. 108. Mais là où certains navigateurs y voyaient des dangers, François Robinne prétend que « … loin de constituer un frein aux volontés commerciales, ces contraintes naturelles ont tout au plus régulé les échanges », op. cit., , p. 187.

31 Nigel Pickford, Atlas des naufrages et des trésors, Paris, Gallimard, 1995, 200 p.

32 René Favier, Les Européens et les Indes orientales au xviiie siècle, Synthèse Σ Histoire, Ophrys, 1997, 160 p. ; Archipel 18, Commerces et navires dans les mers du Sud, 1979 ; Anthony Reid, Southeast Asia in the Age of Commerce 1450-1680, Expansion and Crises, vol. 2, New Haven, Yale University Press, 1993, 390 p.

33 Bien qu’elles reportaient toutes les routes maritimes en mer de Chine et les principaux ports, nous sommes loin des cartes précisant les courants, les profondeurs, les récifs, les hauts fonds, les épaves etc., qui constituent les données de base des cartes maritimes d’aujourd’hui. Voir entre autres Robert Batchelor, The Selden Map Rediscovered : A Chinese Map of East Asian Shipping Routes, c. 1619, Imago Mundi : The International Journal for the History of Cartography 65 : 1 (January 2013), p. 37-63 ; Stephen Davies, The Construction of the Selden Map : Some Conjectures, Imago Mundi : The International Journal for the History of Cartography 65 : 1 (January 2013), p. 97-105.

34 Un poème rédigé en Nôm, l’écriture vietnamienne utilisant les idéogrammes chinois, retrouvé sur l’île de Phú Quý retrace le parcours qu’avait emprunté un lettré de l’île pour se rendre à la cour de l’empereur. Ce poème est émaillé de détails signalant, entre autres, les emplacements des récifs. Nous le présenterons un peu plus loin dans cette étude.

35 Robin Hutcheon, China-Yellow ; Aleko Lilius, Pirate en mer de Chine ; Edward Brown, Cochin-China and my experiences of it.

36 Robin Hutcheon, China-Yellow, op cit., p. 205-234.

37 Classeur « Indochine », Amiral Roze, Service Historique de la Défense, Marine, Vincennes ; voir également l’excellent article de Lê Ðình Thông, La marine vietnamienne avant l’arrivée des Français, http://www.institut-strategie.fr/pub_mo3_LEDINHTHON.html

38 Stein Tønnesson, « Marine vietnamienne et défense de l’espace maritime », Naissance d’un Etat-Parti, le Viet Nam depuis 1945, sous la direction de Christopher E. Goscha-Benoît De Tréglodé, Les Indes Savantes, 2004, 464 p., p. 383-413 ; voir également Nguyễn Việt, « Vũ Minh Giang & Nguyễn Mạnh Hùng », Quân thủy trong lịch sử chống ngoại xâm (La marine nationale contre les invasions à travers l’histoire), Hanoi, NXB Quân Đội Nhân Dân, 2012, 417 p.

39 Op cit., p. 393.

40 Nguyễn Đình Hoè, « Les barques royales et mandarinales dans le vieux Huê », BAVH de juillet - septembre 1916, p. 290-294 ; voir également Trần Hưng Đạo, Binh Thư Yếu Lược, Précis de stratégie militaire, Hanoi, NXB công An Nhân Dân, 2001, 579 p., p. 305-322 dans lesquelles le général expliqua sommairement ce que devrait être la flotte militaire vietnamienne. En décortiquant ses lignes, on s’aperçoit que cette flotte est fluviale et non maritime, tant dans sa construction que dans sa composition.

41 Gerald C. Hickey assisted by Mr Bùi Quang Da, The Study of Vietnamese rural community-Sociology, Michigan State University, Viet Nam advisory, 1960.

42 « La culture maritime millénaire du Vietnam », Nhân Dân du dimanche 8 mars 2015.

43 Castex R. Les rivages indo-chinois.

44 Guy Moréchand, « Caractères économiques et sociaux d’une région de pêche maritime du Centre-Vietnam » (Nha-trang), in BEFEO, t. 47, n° 1, 1955, p. 291-352, p. 292.

45 Gerald D. Hickey, The study of a Vietnamese rural community-sociology, Michigan State University, Vietnam advisory group, January 1960. Guy Moréchand a également donné une description précise d’un village de pêche et d’une maison traditionnelle de pêcheur dans l’article cité ci-dessus, p. 316.

46 Laurent Dartigues, « Du mythe à la réalité. Essai de déconstruction des discours coloniaux et postcoloniaux sur le village vietnamien », Notes de recherche de l’IAO, no1, avril 2009.

47 Guy Moréchand, « Caractères économiques et sociaux d’une région de pêche maritime du Centre-Vietnam » (Nha-trang), p. 292 ; Nguyễn Thị Lâu et C. Richard, « Le poisson dans l’alimentation du Vietnamien », BSEI, Nouvelle Série, t. XXXV, n° 3, 3e trimestre, 1960, p. 527-543 et BSEI t. XXXVI, n° 1, 1er trimestre 1961, p. 87-106 ; L. Gilbert, La pêche, BAVH, janvier-juin 1931, p. 156-160 : « le poisson est, avec le riz, la base de la nourriture ».

48 Peter Boomgaard, A world of water, op. cit., p. 5.

49 Nous nous permettons de signaler ici une spécificité du vocabulaire utilisé. Il a souvent été question de « brevet » dans les rapports rédigés par des chercheurs ayant étudié ce culte. En l’occurrence il s’agit ici bel et bien d’un édit, c’est-à-dire un acte officiel rédigé par une autorité et non d’un brevet accordé par un empereur, comme nous le verrons dans la suite de cette étude.

50 Tạ Chí Đại Trường, Thần, người và đất Việt, Văn Nghệ, Westminster, CA, 1989, 397 p.

51 Pierre-Bernard Lafont, Le Campā. Géographie-Population-Histoire, Paris, Les Indes Savantes, 2007 ; Georges Maspero, Le Royaume de Champa, G. Van Oest, 1928, 279 p. ; Po Dharma, Le Panduranga (Campa), ses rapports avec le Vietnam, 1802-1835 (2.vol.), EFEO, 1987. Phạm Văn Sơn, Quân lực Việt Nam chống Bắc xâm và Nam Tiến (Les forces vietnamiennes contre l’invasion du Nord et la Marche vers le sud), NXB Đại Nam, 1969, 393 p.

52 G.M.G. « Éléments pour une relecture symbolique de la “Marche vers le sud” ou Nam Tiên », Péninsule, n° 48, 2004 (1), p. 123-138 ; voir également Keith W. Taylor, « Nguyen Hoang and the beginning of Vietnam Southward’s Expansion », Southeast Asia in the Early Modern Era, trade, power and belief, edited by Anthony Reid, Cornell University Press, 1993, 288 p., p. 42-65.

53 Nguyễn Thế Anh, Le Nam tien dans les textes vietnamiens, in P. B. Lafont, Les frontières du Vietnam, Paris, L’Harmattan, , 1989, 268 p.

54 Đào Thái Hành, « Histoire de la déesse Thiên-Y-A-Na », BAVH, 2e année, n° 2, avril -juin 1914, p. 163-166.

55 Quách Langlet, « Geographical setting of Ancient Champa », Proceedings of the Seminar on Champa, Southeast Asia Community Resource Center, 1994,

56 Le roi Minh Mạng avait décrété, en 1832, à l’annexion du Panduranga, une interdiction à l’encontre des chams d’exercer toute activité maritime.

57 Le registre civil de l’île de Phú Quý, à environ 100 km de Phan Thiết, apporte des éclaircissements sur les origines ethniques des habitants : la plupart d’entre eux sont originaires de la province de Quảng Ngãi, autrefois territoire cham. A noter que certaines familles sont originaires de Chine. Leurs ancêtres seraient venus commercer avec les habitants de l’île avant de s’y établir définitivement.

58 Il nous faut souligner qu’avec l’importance grandissante de la mer de Chine, toutes les fêtes ayant un lien avec la mer sont encouragées par le gouvernement vietnamien. En mettant l’accent sur la richesse de la culture maritime, via une ethnie autrefois thalassocratique, le Vietnam espère apporter la preuve que le pays possède une histoire maritime forte et continue. Les enjeux de souveraineté territoriale dépendent aussi de ces démonstrations pacifiques et le pays tout entier se tourne à présent vers les rivages de la Chine et vers les quelques îlots des archipels des Spratleys et Paracels.

59 Source : Fabien Chébaut, Approach for a historical geography of South Champa, EuroSeas Napoli 2007.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Étendue du culte au Vietnam.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Carte 2. Villes habitées par l’ethnie cham59
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search