Version classiqueVersion mobile

Le culte de la baleine

 | 
Nguyen Quoc-Thanh

Introduction

Texte intégral

  • 1 Johannes C. Andersen, Myths and Legends of the Polynesians, New York, Dover Publications, Inc. 1995 (...)
  • 2 Mircea Eliade, « Mythologies asiatiques et folklore sud-est européen », Revue de l’histoire des rel (...)
  • 3 Margaret Lantis, « The Alaskan whale cult and its affinity, American Anthropologist », n° 40 (3), 1 (...)
  • 4 Nelly Naumann, « Whale and Fish cult in Japan : A Basic Feature of Ebisu Worship, Asian Folklore St (...)
  • 5 Voir山东省地方史志编纂委员会编 (Compilation des chroniques locales de la province de Shandong) :山东省志·民俗志 (Ethnog (...)

1Des cultes animaliers encore présents de par le monde, il en est un qui conserve une importance considérable et vivace, celui de la Baleine. On le trouve sous différentes formes notamment chez les Maori1 qui la vénèrent car elle est un cadeau des dieux. Dans la culture samoyède, la baleine est indispensable à l’existence du monde puisqu’elle sert à soutenir la terre pour la rendre ferme2. Elle est aussi célébrée dans certaines régions de l’Alaska3 et au Japon, où sa chair est consommée, la baleine est parfois assimilée au culte d’Ebisu, la divinité des pêcheurs4. Par ailleurs, c’est en Asie que la baleine est la plus vénérée. Dans la province de Shandong (山东), au nord-est de la Chine, berceau de Confucius, elle est considérée comme un génie bienfaisant pour les pêcheurs5 qui l’appellent « chasseur de poissons » (赶鱼郎), preuve qu’elle possède un statut supérieur à celui des autres habitants des mers. Son autre surnom, « Ancien » (老人家), lui a été donné par les habitants en signe de respect, au regard de sa fréquentation dans la mer Jaune depuis des temps immémoriaux. Les pêcheurs de Shandong lui ont même dédiée une chanson :

… 赶鱼郎,黑又光,帮助我们找渔场。
赶鱼郎,四面窜,当央撒网鱼满船…

C’est un chasseur, il est noir, il est brillant, il nous indique l’endroit où se trouvent les poissons.
Il va partout. Si on lance le filet près de la baleine, il sera rempli.

2Si la baleine est, pour beaucoup de Chinois, un animal bienveillant, pour les pêcheurs de Shandong elle est également un allié précieux. Unanimement appréciée dans l’Empire du Milieu, cette dernière occupe une bonne place dans la hiérarchie des animaux fantastiques. D’après les légende chinoises, le monde se divise en trois parties : le monde d’en haut avec son dieu, le monde du milieu (le nôtre) également pourvu d’un dieu, et enfin le monde d’en bas, celui de l’océan où règne le dieu dragon. Le char de ce dernier est justement entouré aux quatre côtés par des baleines. Leur travail consiste à faire tonner les canons (炮手) pour annoncer la présence du dieu dragon. Aussi, lorsqu’ils voient une baleine en mer, les pêcheurs de Shandong pensent que cela indique le passage du dieu aquatique. C’est alors le temps de la prière. La baleine est donc une sorte d’intermédiaire entre les pêcheurs et le dieu dragon. La présence du cétacé est toujours bénéfique puisque les pêcheurs de Shandong pensent que derrière l’animal se trouvent des bancs de poissons.

3À Zhoushan (舟山) dans la province de Zhejiang (浙江省), au sud de la Chine, la croyance populaire prétend que les prières des pêcheurs vont vers tous les grands mammifères marins et en particulier vers la baleine afin qu’elle ne remonte pas à la surface lors du passage de leur bateau. Mais le cétacé est aussi, pour beaucoup de Chinois, le symbole de la fertilité. C’est donc à la baleine que certaines femmes en mal d’enfants adressent leurs prières. Elle est à la fois leur génie bienfaisant mais aussi leur confident.

4Pourtant, nulle part ailleurs elle n’est vénérée comme dans le sud du Vietnam. « Poisson altruiste », « Génie bienfaisant », « Grand Amiral des Mers du Sud aux écailles de jade », etc., les titres ne manquent pas lorsqu’il s’agit de ce mammifère marin que les pêcheurs vietnamiens appellent aussi « le Sauveur d’hommes ». Chaque empereur vietnamien lui a décerné des titres prestigieux et dans chacun des villages de pêche où une baleine est venue s’échouer, les pêcheurs ont composé des chants, constituant ainsi à travers les siècles une inestimable littérature orale. Les cérémonies dédiées à la baleine, patrimoine immatériel des pêcheurs, complètent cette richesse culturelle particulière. Loin de l’image d’Epinal d’un Vietnam et ses rizières, c’est une autre facette que nous montre la communauté des pêcheurs, celle d’un pays multiculturel aux influences diverses. Le culte de la baleine est issu de ces pratiques relevant de la synthèse culturelle qui s’est opérée dans la région. Dans un pays bénéficiant d’un cadre géographique avantageux, l’existence d’un culte maritime porté par l’ensemble de ses pêcheurs semble, sur le papier du moins, aller de soi. Bien plus qu’une simple religion, il a évolué à travers les siècles pour devenir le principal composant de la société des pêcheurs vietnamiens.

5Situé au sud de la Chine et appuyé à l’ouest contre la Cordillère Annamitique, le Vietnam possède une large façade entièrement tournée vers la mer de Chine. 3200 km de côtes pour une superficie totale de 331700 km2. 29 des 61 provinces qui composent le pays bordent la mer. 2773 îles viennent s’ajouter à ce territoire que se partagent près de 90 millions d’habitants dont certains vivent sur l’eau. Tout en étant continental, le pays est imprégné de la culture maritime que lui ont donnée ses territoires baignés dans la mer de Chine.

  • 6 Selon Jacques Népote, cet espace est « un microcosme fragmenté des grandes aires culturelles qui se (...)
  • 7 Jean Filliozat, Les relations extérieures de l’Inde, Publications de l’Institut français d’Indologi (...)
  • 8 Colonel G. E. Gerini, Researches on Ptolemy’s Geography of Eastern Asia, Asiatic Society Monographs(...)
  • 9 Olov Janse, op. cit., , p. 1670 : « Les migrations tocharéennes (pontiques) y ont joué un rôle impo (...)
  • 10 E. Farinaud, « Contribution à l’étude des populations de l’Indochine méridionale française, d’après (...)
  • 11 Cristian Capelli et auteurs, « A predominantly indigenous paternal heritage for the Austronesian-sp (...)
  • 12 « Les relations culturelles entre les pays d’Asie », Politique étrangère, vol. 21, n° 5, 1956, p. 5 (...)

6Carrefour de plusieurs vagues migratoires, les côtes vietnamiennes ont été le théâtre de plusieurs mouvements de population6. Placé sur un couloir maritime important, le pays a également été le lieu de rencontre de plusieurs civilisations avec des influences provenant de la Chine, de l’Inde mais aussi du monde gréco-romain7 voire au-delà8. Les traces laissées par le brassage de civilisations sont nombreuses9. En 1941, E. Farinaud, médecin lieutenant-colonel des Troupes Coloniales, avait établi la diversité de populations existant dans l’ancienne Indochine10, révélant au passage un cosmopolitisme que beaucoup soupçonnaient. En utilisant des échantillons génétiques et en comparant les techniques agricoles entre elles, Cristian capelli a également mis en évidence la richesse génétique de cette partie de l’Asie11. Le brassage génétique s’accompagnant de brassage culturel, les influences diverses se sont mélangées au fil du temps12. D’après J. Przyluski, l’Indochine appartiendrait à l’aire

  • 13 J. Przyluski, « Les populations de l’Indochine française », Indochine, publié sous la direction de (...)

d’une civilisation maritime comprenant le Sud-est de l’Asie et l’Indonésie […] Elle se caractérise par une mythologie et des institutions imparfaitement attestées dans les monuments, les littératures et les traditions populaires. La mythologie repose sur un dualisme cosmologique où s’opposent la montagne et la mer, la gent ailée et la gent aquatique, les hommes des hauteurs et ceux des côtes13.

  • 14 Trần Trọng Kim, Việt-Nam Sử-Lược, t. 1, Paris, IDASE, 1987, 280 p., p. 156-157. Reconnu comme étant (...)

7Cette dualité est le marqueur de la sociologie vietnamienne : entre la mer et la montagne, les Vietnamiens n’ont jamais choisi. Cependant, si les hauteurs occupent moins l’inconscient populaire, l’histoire du pays est parsemée de récits liant les Vietnamiens à la mer. La bataille navale du Bạch Đằng menée par Ngô Quyền qui mit fin à dix siècles d’occupation chinoise est encore dans les mémoires. Considéré comme étant le plus valeureux héros national, Trần Hưng Đạo, s’est illustré en utilisant la marée pour repousser l’envahisseur mongol en 128814, toujours à Bạch Đằng. Les faits militaires ne sont pas les seuls à illustrer les relations étroites des Vietnamiens avec la mer : dans le centre du pays, le port de Hội An, situé sur une route maritime du commerce de la soie, a été un lieu prospère, accueillant des navires du monde entier. La littérature n’est pas en reste : nombre de proverbes vietnamiens font référence à la mer et Hải, la mer en vietnamien, est toujours un prénom populaire du nord au sud, preuve s’il en faut que cette dernière tient une place prépondérante dans le quotidien des Vietnamiens. La mer et ses rivages ont toujours fait partie de l’univers des Vietnamiens et cela depuis le mythe fondateur de leur nation.

  • 15 Ibid., 280 p., p. 11 ; voir également Léopold Cadière et Paul Pelliot, « Première étude sur les sou (...)
  • 16 Phan Khoang, Việt sử xứ Đàng Trong 1558-1777 : Cuộc Nam tiến của dân tộc Việt Nam (Histoire du Viet (...)
  • 17 Nguyễn Đồng Chi, Lược khảo về thần thoại Việt-Nam, Hà Nội, Nhà Sách Ban Văn Sử Địa, 1956, 185 p.
  • 18 Georges Condominas en a donné une synthèse en citant différents ouvrages dans « Panorama de la cult (...)

8Les historiens vietnamiens font remonter la fondation du pays aux environs de 3 000 ans avant J.-C. avec la lignée Hồng Bàng (鴻龐氏)15, des souverains légendaires venus du ciel et des eaux. Bien que vivants sur la terre ferme, les Vietnamiens, en raison de cet héritage, auraient gardé leur filiation « aquatique ». Peut-être ont-ils développé cette dualité qui les caractérise durant leur marche vers le sud16, sur la bande de terre avec la cordillère annamitique à l’ouest et la mer de Chine à l’est ? Dans le mythe fondateur, la mer et la montagne s’insèrent et composent à la fois le cadre géographique et historique du Vietnam. La cosmogonie et l’importance de la mythologie dans la sociologie vietnamienne ont été mises en avant dans le Lược khảo về thần thoại Việt-Nam (Essai sur la mythologie vietnamienne) de Nguyễn Đổng Chi17 pour une meilleure compréhension de l’histoire vietnamienne. En s’appuyant sur l’histoire du pays, l’auteur a mis en exergue la démarche sociologique des mythes et leur influence dans l’inconscient populaire. Ce travail a été rendu possible par les détails apportés par certains historiens dont Trần Trọng Kim et son Việt-Nam Sử-Lược sur lequel s’est largement appuyé Nguyễn Đổng Chi. La lignée légendaire, avec à la fois les personnages de la mythologie et les ancêtres lointains des Vietnamiens qui s’entrecroisent, présentent des éléments qui ont permis de dégager les clés pour la connaissance de la sociologie vietnamienne qui balance entre la terre et la mer18.

  • 19 Phan Huy chú, Hải Trình Chí Lược, Récit sommaire d’un voyage en mer (1833), traduit et présenté par (...)
  • 20 Tạ Trọng Hiệp, « Le journal de l’ambassade de Phan Thanh Giản en France (4 juillet 1863 -18 avril 1 (...)
  • 21 Đào Đức chương, « Lịch sử bang giao Việt-Mỹ », Làng Văn, Westminster, USA, 1977 (4), p. 51-55.
  • 22 Claudine Salmon, « Tạ Trọng Hiệp, L’émissaire vietnamien Cao Bá Quát (1809-1854) et sa prise de con (...)
  • 23 Chen Ching-Ho, « Les missions officielles dans les “Hạ Châu”ou “Contrées méridionales” de la premiè (...)

9On serait tenté de croire, en examinant ces origines aquatiques, que le peuple vietnamien serait un peuple de marins. Il n’en est pourtant rien. Les Vietnamiens n’ont historiquement pas été au-delà de la mer de Chine, ils ne furent jamais de grands navigateurs. Pis encore : la navigation hauturière a été, jusqu’à une période récente, un fait inhabituel. Phan Huy Chú19, Phan Thanh Giản20, Bùi Viện21 et Cao Bá Quát22 ont été parmi les quelques rares mandarins à avoir voyagé par voie maritime23. Les richesses de la terre les avaient-elles dissuadés de s’aventurer en mer ? En partant de ces observations, il est donc étonnant de constater l’importance jamais démentie à travers les siècles du culte de la baleine, un culte par définition maritime.

10Originaire du royaume indianisé du Champa, adopté par les Vietnamiens, chacune des cérémonies de ce culte attire aujourd’hui des centaines voire des milliers de Vietnamiens chaque année dans les villages de pêche, à la date d’anniversaire des échouages de baleine. Certains villages accueillent même des anciens pêcheurs partis s’installer en Europe ou aux États-Unis dans les années 1980 et revenus le temps des commémorations pour rendre hommage à leur génie protecteur. Ceux qui étaient partis jadis et qui ne pouvaient rentrer se joignent à leur façon aux cérémonies : Par delà des continents, les dons affluent au village sous forme de dollars, d’euros. Les dates des échouages, soigneusement consignées, sont célébrées fastueusement par l’ensemble des pêcheurs et leurs familles dans le plus grand respect à travers des commémorations. Toutes les activités sont alors suspendues et les sorties en mer ne sont autorisées que pour aller accueillir l’âme de la baleine. Qu’elle dure trois jours dans les villages les plus prospères, ou seulement le temps d’une journée dans les villages plus modestes, la cérémonie en hommage à la baleine est l’expression de la dévotion des pêcheurs pour leur génie le plus important. L’intérêt pour ce culte qui rassemble toute la communauté des gens de mer n’a jamais diminué, même pendant les années qui ont suivi la Réunification, en 1975, où toute forme de religion était bannie par le gouvernement.

  • 24 François Robine parle de « terre de convergence » dans son article « Pays de mer et gens de terre : (...)

11L’adoration des pêcheurs pour les dépouilles et les ossements de baleine vont au-delà d’un simple culte totémique. Toute cette croyance est certes influencée par la conception taoïste d’un monde hiérarchisé avec des génies protecteurs et des saints patrons mais elle révèle surtout un syncrétisme religieux né des influences culturelles qui ont existé dans cette partie de l’Asie24. Pour comprendre le pourquoi de cette volonté de célébrer un culte ayant des origines étrangères, il nous faut en premier lieu parcourir la sociologie vietnamienne et analyser les relations que les Vietnamiens entretiennent avec la mer. La raison du choix de ce culte plutôt qu’un autre en dit long également sur cette sociologie. Le syncrétisme qui s’est mis en place autour de ce culte à travers les siècles reflète l’évolution de la société vietnamienne dans ce qu’elle a de plus complexe, assimilant les cultes mais déconsidérant ses fidèles, intégrant les génies étrangers tout en rejetant leurs pratiques cultuelles. L’observance d’un culte animiste, au sein d’une société communiste à l’heure de la mondialisation est particulière : elle illustre le paradoxe vietnamien, cette dualité qui ne cesse d’exister depuis le début de la fondation vietnamienne, cette hésitation et ce choix impossible entre la terre et la mer.

  • 25 Notre étude s’appuiera notamment sur les analyses de Bouchard Gérard, « Pour une nouvelle sociologi (...)

12Le mythe de la baleine sauveuse d’hommes nous permet également de souligner l’importance des mythes et légendes au sein de la société vietnamienne contemporaine et de comprendre le lien que la communauté des pêcheurs vietnamiens a établi entre leur identité propre et l’élément sacré. À travers l’étude du culte de la baleine comme fait social et culturel, nous pourrons explorer la société vietnamienne, comprendre l’impact de la dimension maritime et sans doute mieux anticiper les différends que les Vietnamiens ont avec leurs voisins les plus proches dont l’influence culturelle leur fut pourtant profitable25. Reste à savoir pourquoi ce culte, archaïque aux premiers abords, a survécu jusqu’à ce jour en dépit des profondes mutations qu’a subie la société vietnamienne. L’une des voies de réponse serait d’analyser l’évolution de la société vietnamienne non pas seulement comme une confrontation récente des entités régionales bien distinctes que sont le Nord et le Sud, mais de manière plus fine comme l’opposition de deux « écosystèmes culturels » : le Vietnam agraire et le Vietnam maritime. Car la mer n’est pas seulement l’avenir (de la terre) du Vietnam, c’est également le nouvel horizon et, surtout, une formidable opportunité. Les hommes qui y vivent possèdent une culture riche et il est temps pour nous d’en faire un inventaire pour mieux la protéger.

13Cette étude ne vise pas à présenter le culte de la baleine dans un champ ethnozoologique mais à exposer une relation homme-animal avec une multiplicité de pistes qui mènent vers une forme de religion. La difficulté de cerner précisément une discipline propre pour l’étude est l’une des caractéristiques de ce culte maritime qui mêle volontiers le folklore aux données historiques et scientifiques. Au-delà de l’analyse d’une croyance totémique, c’est l’animal, en tant que protecteur d’une communauté humaine, que nous aimerions mettre en avant. Il est l’un des habitants les plus emblématiques à vivre dans nos océans et il nous permet de nous interroger sur notre relation avec la nature qui nous entoure.

14L’origine de cette étude repose sur nos différents séjours dans les îles vietnamiennes de la mer de Chine pour nos recherches sur les cultes maritimes. Après avoir côtoyé la communauté des pêcheurs et assisté avec eux à nombre de leurs cérémonies, il nous a semblé pertinent de révéler des aspects méconnus de ces hommes qui n’obéissent qu’aux éléments. À l’heure où les regards se tournent vers la mer, il est important pour nous de nous pencher également sur ces hommes qui représentent les premiers protecteurs naturels de cet espace que nous aimerions préserver.

Notes

1 Johannes C. Andersen, Myths and Legends of the Polynesians, New York, Dover Publications, Inc. 1995, 592 p.

2 Mircea Eliade, « Mythologies asiatiques et folklore sud-est européen », Revue de l’histoire des religions, t. 160, n° 2, 1961, p. 157-212.

3 Margaret Lantis, « The Alaskan whale cult and its affinity, American Anthropologist », n° 40 (3), 1938, p. 438-464.

4 Nelly Naumann, « Whale and Fish cult in Japan : A Basic Feature of Ebisu Worship, Asian Folklore Studies », n° 33, 1974, p. 1-15.

5 Voir山东省地方史志编纂委员会编 (Compilation des chroniques locales de la province de Shandong) :山东省志·民俗志 (Ethnographie de la province de Shandong), Shandong, Maison d’édition populaire, 1996. Concernant le terme même de « génie », il faut reconnaître que cette désignation est imprécise car il s’agit davantage ici d’un esprit saint que d’un simple génie tutélaire. Pour faciliter la compréhension, nous avons cependant sciemment choisi d’utiliser ce terme, suivant ainsi la qualification que les premiers chercheurs ayant travaillé sur ce culte ont donné à la baleine.

6 Selon Jacques Népote, cet espace est « un microcosme fragmenté des grandes aires culturelles qui semblent l’investir de toutes parts en suivant les voies de communication majeures ». Il qualifie ces mouvements de « constant renouvellement de son stock de population depuis les débuts de l’Holocène ». Voir Jacques Népote, « La péninsule sud-est asiatique et les communications eurasiatiques », Péninsule 32, 1996 (1), p. 140-154. Voir également Louis Bezacier, Asie du Sud-est, tome II, le Vietnam, de la préhistoire à la fin de l’occupation chinoise, Paris, Editions A. et J. Picard, 1972, 342 p.

7 Jean Filliozat, Les relations extérieures de l’Inde, Publications de l’Institut français d’Indologie n° 2, Pondichéry, 1956, p. 24 : « Des trouvailles de Cochinchine […] permettent d’étendre à Indochine les conclusions auxquelles nous sommes conduits relativement au commerce de l’Empire Romain avec l’Inde » ; Olov Janse, Viêt-nam, carrefour de peuples et de civilisations, France-Asie / Asia, 161, 1961, p. 1645-1670 : « … parmi les éléments divers qui contribuèrent, vers le début de notre ère, à donner à la civilisation vietnamienne sa physionomie particulière, les unes provenaient de l’Empire céleste, mais d’autres avaient une origine indienne. Il en fut même qui arrivèrent de beaucoup plus loin, des confins mêmes du monde gréco-romain » ; Louis Malleret, La trace de Rome en Indochine, Proceedings of the Twenty-second congress of Orientalists, Istanbul september 15th to 22nd, 1951, Leiden, E.J. Brille d., 1957, 650 p., p. 332-347.

8 Colonel G. E. Gerini, Researches on Ptolemy’s Geography of Eastern Asia, Asiatic Society Monographs, n° 1, London, Published in conjunction with the Royal Geographical Society, 1909, 945 p.

9 Olov Janse, op. cit., , p. 1670 : « Les migrations tocharéennes (pontiques) y ont joué un rôle important, ainsi que l’ouverture de la route maritime de l’Asie des Moussons. Le courant civilisateur est parfois allé du Nord au Sud, mais s’est aussi écoulé en sens inverse ».

10 E. Farinaud, « Contribution à l’étude des populations de l’Indochine méridionale française, d’après la répartition des groupes sanguins », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 2, 1941, p. 75-102 ; R.P. Teilhard de Chardin, Le peuplement de l’Asie, BSEI, Nouvelle Série, t. XXX, n° 3, 3e trimestre, 1955, p. 351-353.

11 Cristian Capelli et auteurs, « A predominantly indigenous paternal heritage for the Austronesian-speaking peoples of insular Southeast Asia and Oceania », American Journal of Human Genetics, 68, 2001, p. 432-443.

12 « Les relations culturelles entre les pays d’Asie », Politique étrangère, vol. 21, n° 5, 1956, p. 587-800.

13 J. Przyluski, « Les populations de l’Indochine française », Indochine, publié sous la direction de Sylvain Lévi, 1931, I, p. 54.

14 Trần Trọng Kim, Việt-Nam Sử-Lược, t. 1, Paris, IDASE, 1987, 280 p., p. 156-157. Reconnu comme étant le plus grand stratège vietnamien de tous les temps, il a laissé une oeuvre d’anthologie, Binh thư yếu lược (Précis de stratégie militaire), Viện sử học, Hà Nội, NXB Khoa học xã hội, 1970, 4 t.

15 Ibid., 280 p., p. 11 ; voir également Léopold Cadière et Paul Pelliot, « Première étude sur les sources annamites de l’histoire d’Annam », BEFEO, t. 4, 1904, p. 617-671.

16 Phan Khoang, Việt sử xứ Đàng Trong 1558-1777 : Cuộc Nam tiến của dân tộc Việt Nam (Histoire du Vietnam au Đàng Trong 1558-1777 : La Marche vers le Sud du peuple vietnamien), Saigon, Nhà Sách Khai Trị, 1969.

17 Nguyễn Đồng Chi, Lược khảo về thần thoại Việt-Nam, Hà Nội, Nhà Sách Ban Văn Sử Địa, 1956, 185 p.

18 Georges Condominas en a donné une synthèse en citant différents ouvrages dans « Panorama de la culture vietnamienne » dans France-Asie, n° 125-126-127, octobre, novembre, décembre 1956, p. 5-24.

19 Phan Huy chú, Hải Trình Chí Lược, Récit sommaire d’un voyage en mer (1833), traduit et présenté par Phan Huy Lê, Claudine Salmon & Tạ Trọng Hiệp, Paris, Association Archipel, 1994, 228 p.

20 Tạ Trọng Hiệp, « Le journal de l’ambassade de Phan Thanh Giản en France (4 juillet 1863 -18 avril 1864) », Récits de voyage des Asiatiques, Genres, mentalités, conception de l’espace, Actes du colloque EFEO-EHESS de décembre 1994 édités par Claudine Salmon, Paris, EFEO, 1996, p. 335-363.

21 Đào Đức chương, « Lịch sử bang giao Việt-Mỹ », Làng Văn, Westminster, USA, 1977 (4), p. 51-55.

22 Claudine Salmon, « Tạ Trọng Hiệp, L’émissaire vietnamien Cao Bá Quát (1809-1854) et sa prise de conscience dans les “Contrées méridionales” », BEFEO, vol. 81, n° 1, 1994, p. 125-149.

23 Chen Ching-Ho, « Les missions officielles dans les “Hạ Châu”ou “Contrées méridionales” de la première période des Nguyễn », BEFEO, vol. 81, 1994, p. 101-124.

24 François Robine parle de « terre de convergence » dans son article « Pays de mer et gens de terre : logique sociale de la sous-exploitation du domaine maritime de l’Asie du Sud-Est continentale », BEFEO, n° 81, 1994, p. 181-216 : « L’Asie du Sud-Est continentale se définit comme une terre de convergence pour les marchandises, les idées et les hommes qui les véhiculent ».

25 Notre étude s’appuiera notamment sur les analyses de Bouchard Gérard, « Pour une nouvelle sociologie des mythes sociaux », Revue européenne des sciences sociales, 1/2013 (51-1), p. 95-120.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search