Version classiqueVersion mobile

Bandits contre bandits

 | 
Anne Kletzen

Conclusion

Texte intégral

1Cette recherche exploratoire, en dépit des limites inhérentes au matériau policier, permet d’objectiver la situation marseillaise en soulignant que les règlements de comptes entre malfaiteurs perpétrés au cours des années 2000 ne représentent nullement une nouveauté. Elle montre aussi, malgré la taille de l’échantillon des dossiers étudiés, que ces homicides constituent des crimes de proximité dont les rationalités et usages sont l’objet de recompositions. L’analyse sociologique de ces assassinats pose notamment la question de l’opportunité de distinguer deux formes de banditisme.

Les homicides entre malfaiteurs à Marseille : une situation ancrée

  • 1 Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit.

2Les règlements de comptes entre bandits perpétrés entre 2002 et 2011 dans la deuxième ville de France et ses alentours ne représentent pas un phénomène nouveau tant en ce qui concerne leur nombre, leurs modes opératoires et leurs enjeux. En effet, sur le premier point, celui des chiffres, les homicides entre malfaiteurs ont été moins nombreux entre 2002 et 2011 que dans le passé, en particulier au cours des décennies 1980-1990. On a dénombré jusqu’à 45 meurtres en 19861, année de la mort du maire de Marseille, Gaston Defferre, année aussi de la première cohabitation avec Charles Pasqua aux commandes du ministère de l’Intérieur. Cependant, il ne semble pas que les périodes de recompositions politiques nationales comme locales aient suscité une flambée des homicides entre malfaiteurs en Provence. En revanche, les guerres entre équipes criminelles expliquent les pics d’homicides observés certaines années.

3On peut imputer la diminution des meurtres sur trente ans à l’état des marchés criminels en particulier celui de la drogue : l’offre de produits était supérieure à la demande dans les années 1980-1990, ce qui n’est plus le cas. Les trafiquants ne luttent donc plus pour écouler leurs marchandises mais, dans un environnement concurrentiel, pour conserver voire accroître leurs parts du marché. Dès lors, les assassinats entre malfaiteurs résultent de la dérégulation des marchés du cannabis et de la cocaïne dans une ville portuaire, objet d’un important et sulfureux imaginaire collectif. Par conséquent, ce type d’homicides perdurera tant que des marchés criminels existeront particulièrement celui de la drogue, qui, ces dernières décennies, a entraîné une explosion des trafics et donc de la concurrence. Les quartiers Nord de la ville, du fait de leurs caractéristiques tant géographiques que socio-économiques et démographiques, forment des terreaux propices à l’éclosion de ces trafics. D’où un nombre élevé de meurtres entre malfaiteurs dans cette immense partie de la ville.

4Sur le deuxième point, celui des modes opératoires, l’usage de kalachnikov n’est pas inédit et paraît, du moins jusqu’en 2011, moins utilisé que ce que le débat public ne le laisse entendre. Le recours au « barbecue » ne constitue pas une nouveauté, il s’est simplement « démocratisé » pour entre autres contrecarrer les avancées de la science.

5Enfin, sur le troisième et dernier point, celui des enjeux des règlements de comptes entre malfaiteurs, ils demeurent quasiment identiques en dépit des recompositions des marchés criminels, lesquels s’inscrivent dans des contextes sociaux, économiques et juridiques déterminés. Les enjeux sont essentiellement compétitifs, transactionnels, de délation, etc.

Les règlements de comptes, des crimes de proximité

  • 2 Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs vict (...)
  • 3 Ibid.

6Les homicides entre malfaiteurs perpétrés en Provence sont des affaires locales. Les victimes et les auteurs, co-auteurs ou commanditaires, ou tout simplement complices des homicides entre malfaiteurs sont pour la plus grande part d’entre eux nés à Marseille et sa proche région, ils y vivent et y ont toujours vécu. Ceux qui habitent à Marseille intra-muros résident principalement dans les quartiers Nord, dans des cités des 13e, 14e et 15e arrondissements. Ce sont des hommes, français, jeunes et moins jeunes pour ceux qui font partie de l’élite du banditisme, issus des classes populaires, membres de fratries nombreuses. Ces malfaiteurs sont dotés d’un faible capital scolaire et professionnel même si l’exercice d’une profession licite symbolise la respectabilité et la légitimité. Ce sont des caractéristiques que l’on retrouve à propos d’autres types d’homicides2. Il n’y a pas de spécificités des homicides entre malfaiteurs sur ce point. Toutefois, et cela singularise sans doute les bandits par rapport aux protagonistes d’autres types d’assassinats, les premiers ont parfaitement assimilé les normes et valeurs de la société de consommation et de l’économie de marché. De plus, les victimes connaissent les auteurs de ces violences volontaires mortelles parce qu’il s’agit de fréquentations du quartier, d’associés dans les affaires ou de personnes connues en prison. Cette connaissance des protagonistes est commune à la plupart des homicides3.

7En revanche, et cela singularise certainement les meurtres entre malfaiteurs d’autres types d’homicides, les bandits sont « défavorablement connus de la police ». Des victimes ont déjà été la cible de règlements de comptes avortés, elles ont déjà été auteurs ou commanditaires de plusieurs homicides volontaires. En attestent par exemple les états de service d’un jeune caïd à la gâchette facile : il serait l’auteur de 10 meurtres. Un de ses lieutenants est aussi impliqué dans plusieurs crimes. Victimes et mis en cause partagent la pratique de la perpétration de l’homicide. Ils ont souvent en commun aussi l’expérience de l’incarcération. Même si c’est moins avéré pour les malfaiteurs appartenant au grand banditisme qui s’illustrent dans d’autres activités criminelles, les uns et les autres sont les auteurs présumés d’infractions à la législation sur les stupéfiants.

8Fort rares sont les meurtres entre malfaiteurs qui impliquent des équipes criminelles allochtones, en l’occurrence varoise, corses et ukrainienne. Les équipes des cités, quant à elles, sont surtout familiales et composées de quelques personnes. Ces assassinats sont de la sorte des crimes de proximité dont on peut tenter de dresser une typologie. On peut les classer selon divers critères : réseaux criminels, activités criminelles, enjeux des meurtres, modes opératoires utilisés, fonctions, caractère.

Tableau 45 – Essai de typologie des homicides entre malfaiteurs.

Une recomposition des rationalités et des usages du crime

9Les homicides entre malfaiteurs perpétrés entre 2002 et 2011 font état d’une recomposition de leurs rationalités et de leurs fonctions. Ce serait là la nouveauté des années 2010 si tant est qu’il y ait nouveauté.

  • 4 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit.
  • 5 Aurélien Dyjak, Tueurs en série. L’invention d’une catégorie criminelle, op. cit.

10La préméditation est un élément constitutif des règlements de comptes. Elle suppose l’accomplissement d’actes préparatoires tels la mise au point de guet-apens, de surveillances, filatures, etc. Cette opération qui caractérise les homicides perpétrés par l’élite du banditisme fait défaut dans quelques fusillades mortelles sur fond de trafic de stupéfiants. Ainsi, lorsque l’homicide est commis par un adolescent en réaction aux menaces subies sur son père, un doute peut planer quant à la préméditation. De même, au regard des pratiques professionnelles des malfaiteurs, la présence de l’épouse et de l’enfant de la victime au moment du règlement de comptes pourrait laisser poindre des interrogations sur le caractère prémédité d’un homicide spontané. Mais c’est la qualité de l’auteur du crime, pointure montante du banditisme des cités, auteur de plusieurs homicides entre malfaiteurs, qui entraîne la qualification de l’affaire en règlement de comptes. Selon certains enquêteurs de la police, les néo-bandits commettent leurs forfaits de manière plutôt impulsive, sans préméditation et donc sans plan d’action4 ; on retrouve là une caractéristique des tueurs en série5. En d’autres termes, les néo-bandits ne possèdent pas encore le professionnalisme de leurs aînés. Bien sûr, ils disposent des armes nécessaires au moment des faits. Leur impulsivité résulterait notamment, disent les policiers, de la pratique intensive des jeux vidéo actuels qui provoquerait une déconnexion de la réalité sociale. Toutefois, la pratique de ces jeux est très répandue dans la société ; tous les joueurs ne deviennent pas pour autant incapables de maîtriser leurs pulsions.

11L’impulsivité caractériserait les règlements de comptes commis ces dernières années dans la cité phocéenne. Elle pourrait être également liée à l’usage de cocaïne et expliquerait les meurtres commis à visage découvert. Elle pose la question, fondamentale d’un point de vue juridique, de l’existence chez les personnes concernées, quelques mineurs et jeunes majeurs en l’occurrence, de la conscience de commettre un crime.

  • 6 Ibid.
  • 7 Jérôme Pierrat, La mafia des cités. Économie souterraine et crime organisé dans les banlieues, op. (...)

12On assiste ainsi à une recomposition de la notion d’intention criminelle et, par conséquent, de la qualification des homicides entre malfaiteurs. Se pose donc la question de la définition du crime en homicide entre malfaiteurs. Se pose aussi celle de la recomposition des usages du meurtre. En effet, du fait de cette absence de préméditation, l’homicide tend à devenir un mode de traitement comme un autre des affaires des malfaiteurs, que ces affaires soient privées et surtout délictueuses. Ce nouvel usage de la violence est lié aux valeurs véhiculées dans des équipes criminelles mouvantes. Ce n’est pas un problème marseillais, c’est une question sociétale, souligne l’ancien patron de la police judiciaire marseillaise6. On retrouve les mêmes usages de la violence dans d’autres villes de France7. Il y a donc un glissement des fonctions des règlements de comptes.

Grand et néo-banditisme : de nombreuses porosités

  • 8 Michèle Nourissier-Niquet, Étude sociométrique du gangstérisme contemporain français, op. cit.

13L’analyse de 94 dossiers de règlements de comptes, tous survenus après le décès de Francis le Belge, conduit à remettre en question la distinction entre les notions, toutes deux policières, de grand banditisme et néo-banditisme. Cette distinction revêt des fonctions opérationnelles puisqu’elle permet le traitement des affaires de grand banditisme par la JIRS et l’allocation de moyens adéquats. On a pu voir, à travers ce travail que, sociologiquement, le banditisme regroupe et a toujours regroupé plusieurs catégories de malfaiteurs. Seule leur appellation diffère selon les époques. En effet, en 1980, Michèle Nourissier-Niquet a isolé les bandits chevronnés des non-professionnels. Elle a montré que plus que l’avancement de leur carrière, c’est l’étendue et la notoriété de leurs réseaux qui permettent de les distinguer les uns des autres. À cet égard, les bandits chevronnés sont liés à leur environnement par des relations multiples et étendues, plus anonymes également. En revanche, les bandits amateurs se singularisent par une grande pauvreté de relations (copains, famille). De plus, Michèle Nourissier-Niquet a souligné que les vols et hold-up sont des infractions communes à ces deux groupes de bandits. Le groupe des gangsters chevronnés officie aussi en matière de proxénétisme, de trafic de drogue à haut niveau, de racket et de règlements de comptes. La place de la violence interne au groupe des amateurs est moins visible et les rivalités entre bandes de cet ordre semblent moins violemment extériorisées8.

  • 9 Ibid.

14Enfin, les bandits non professionnels ont effectué des séjours en prison et ont des activités très localisées. Ils font partie de petites équipes composées de copains et membres de la famille, ils opèrent dans leur région d’origine : ils y sont nés, ils y habitent. Les bandits non professionnels ont connu des parcours de mineurs délinquants et des placements en foyer ou en prison9. On retrouve là les caractéristiques sociologiques de tous les bandits, qu’ils soient nouveaux ou traditionnels. Effectivement, les membres actuels les plus éminents du grand banditisme sont issus des cités des quartiers Nord de Marseille et bénéficient d’un fort ancrage social. Ils entretiennent des liens avec les institutions, comme l’actualité judiciaire locale le montre, disposent d’un « code de déontologie », ils reversent enfin le produit de leurs activités dans l’économie légale.

15Longtemps, le néo-banditisme né du trafic de stupéfiants dans les cités a obéi à un système de valeurs et de fonctionnement différent. Ses membres ont vécu plutôt en autarcie, sans disposer de ramifications nationales et encore moins internationales, ce qui semble de plus en plus contestable, libéralisme du marché oblige. Déjà, on observe que les équipes œuvrant dans les cités ont conquis de nouveaux territoires, extérieurs à leur secteur géographique d’origine. Les territoires qu’elles contrôlent s’agrandissent donc. Ces malfaiteurs, plus nombreux que les bandits chevronnés, sont plutôt jeunes, disposent d’une importante surface financière et possèdent facilement des armes. Ses membres partagent avec les grands bandits marseillais outre des origines sociales identiques liées à l’immigration et à la pauvreté, le caractère familial et illicite des affaires. Ils tendent aussi, par leurs comportements et stratégies d’action, à les imiter. Enfin, le grand banditisme a cédé au néo-banditisme le trafic de cannabis dans les cités pour se recentrer sur le racket, la corruption des marchés publics, les jeux et le trafic de stupéfiants à l’échelle internationale. Ce sont ces activités que pratiquent aujourd’hui les néo-bandits qui ont acquis fortune et notoriété. En outre, l’élite du banditisme utilise et s’associe si besoin est aux équipes criminelles des cités en leur fournissant la « logistique » nécessaire à leurs activités criminelles (armes, locaux). Mais ces associations sont placées sous le double sceau de l’opportunité et de la ponctualité. Elles sont donc fragiles.

16Dans ces conditions, peut-on encore soutenir qu’il existe deux formes de banditisme ? L’analyse sociologique montre, et c’est là un apport de l’approche en termes de réseaux, qu’il y a plutôt un seul et unique banditisme dont des équipes s’occupent du trafic de cannabis et de cocaïne tandis que d’autres équipes, certes très organisées, dotées d’un chef à leur tête, plus professionnelles, plus âgées aussi, traitent également d’autres affaires dont le maintien de l’ordre entre les diverses équipes.

17Les modes opératoires – guets-apens, barbecues, armes de guerre – utilisés dans les meurtres entre malfaiteurs ne sont pas vraiment différents suivant les équipes concernées. Toutefois, et cela singularise les néo-bandits des bandits traditionnels, les réseaux auxquels appartiennent les malfaiteurs ne sont pas de la même nature : les uns forment des structures à l’intérieur desquelles évoluent les malfaiteurs, les autres peuvent prétendre au titre d’acteurs collectifs. Ce statut autorise les dirigeants du réseau à recourir aux services des membres de réseaux-structures. L’analyse des réseaux sociaux appliquée à la criminalité a permis de rendre compte de l’élasticité des groupes criminels et de leurs interrelations. Mais cette approche ne permet pas vraiment de mettre en évidence les conditions politiques, économiques et sociales de production des réseaux criminels. C’est certainement là une de ses limites. Une autre tient aussi à son absence d’opérationnalité pour rendre compte de l’apparition de certaines catégories policières tel le narco-banditisme. Apparue en 2015, cette dernière notion désigne les trafics de stupéfiants mettant en présence les équipes affiliées au grand ou au néo-banditisme qui apparaissent dans une même affaire. Elle témoigne de cette porosité entre le néo-banditisme et le banditisme traditionnel.

  • 10 Ibid.

18Par ailleurs, le pouvoir et la réussite sociale animent les bandits, qu’ils soient novices ou vieux routiers. Ces deux éléments chassent naturellement les trafiquants des cités qui, carrière et notoriété établies, s’installent dans les quartiers bourgeois de la ville. Ils perdent donc le statut de néo-bandits pour se fondre parmi la bourgeoisie locale en bord de mer10. Dès lors, la mise en avant du néo-banditisme symbolise la fracture sociale entre le Nord et le Sud de Marseille, fracture qui tend à se brouiller, comme on peut le constater. Elle a néanmoins pour effet de désigner dans le débat public les jeunes populations des quartiers Nord de la deuxième ville de France comme classes dangereuses. À son tour, cette stigmatisation concourt au maintien des inégalités sociales et de leurs traductions spatiales.

Notes

1 Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit.

2 Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs victimes, art. cit.

3 Ibid.

4 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit.

5 Aurélien Dyjak, Tueurs en série. L’invention d’une catégorie criminelle, op. cit.

6 Ibid.

7 Jérôme Pierrat, La mafia des cités. Économie souterraine et crime organisé dans les banlieues, op. cit.

8 Michèle Nourissier-Niquet, Étude sociométrique du gangstérisme contemporain français, op. cit.

9 Ibid.

10 Ibid.

Table des illustrations

Légende Tableau 45 – Essai de typologie des homicides entre malfaiteurs.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50645/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search