Version classiqueVersion mobile

Bandits contre bandits

 | 
Anne Kletzen

Chapitre VI. Les carrières et réseaux criminels des malfaiteurs

Texte intégral

1Les victimes et les mis en cause sont connus de la police, rares sont ceux qui ne le sont pas. C’est une caractéristique fondamentale concourant à la qualification d’un homicide en règlement de comptes. Et bien que les mis en cause d’aujourd’hui représentent les victimes de demain, la police ne parvient généralement pas à prévenir la commission de ces meurtres annoncés. Car la BCRB est soumise à l’événement, elle ne peut pas intervenir de manière proactive. Elle essaie néanmoins de mettre en place une autre approche en travaillant sur les informations récoltées, d’où l’importance du renseignement et par là même de l’ancrage de la police au sein de la population. Comme on l’a déjà dit, la police peut aussi utiliser une infraction connexe, par exemple le port non autorisé d’armes ou la possession de stupéfiants, pour arrêter un malfaiteur et le faire mettre en prison. En principe, l’enfermement le mettra à l’abri de tout règlement de comptes, les homicides en prison étant rarissimes. La consultation des fichiers institutionnels permet aux enquêteurs de reconstituer les carrières criminelles des bandits ; on découvre ainsi que tous les malfaiteurs sont poly-infractionnistes. Elle fournit aussi des éléments sur les réseaux criminels ; ces éléments tendent à montrer la porosité entre les diverses formes de banditisme. C’est ce que nous allons découvrir dans ce chapitre.

Des carrières criminelles reconstituées à partir des fichiers institutionnels

2Il ressort de la consultation des fichiers de police que, contrairement à des idées reçues, les malfaiteurs des cités diversifient leurs activités criminelles : ils ne se contentent donc pas d’œuvrer dans le trafic de stupéfiants.

Des fichiers consignant les forfaits des malfaiteurs

  • 1 Il a été fusionné début 2014 avec son équivalent policier, le STIC, au profit du TAJ (Traitement de (...)
  • 2 Selon un ancien patron de la PJ marseillaise, le FNAED contient plus de 3 millions de personnes mis (...)
  • 3 Ibid.

3Les enquêteurs consultent tous leurs nombreux fichiers : le fichier des personnes recherchées, le fichier des véhicules volés, le JUDEX (système d’informations judiciaires de la gendarmerie1), quoique peu utilisé dans les enquêtes résultant des règlements de comptes étudiés, le FNAED (Fichier national automatisé des empreintes digitales, mis en place en 19872), le FNAEG (Fichier national automatisé des empreintes génétiques). Créé en 1998, ce dernier fichier « centralise tous les profils génétiques issus de traces non identifiées recueillies sur les lieux d’une infraction, celles aussi des individus condamnés et de ceux mis en cause pour les principaux crimes d’atteintes aux personnes et aux biens3 ».

  • 4 Le fichier n’est pas réservé à la gent masculine, il comprend aussi des filles. Les pères d’au moin (...)
  • 5 Cf. Michèle Nourissier-Niquet, Étude sociométrique du gangstérisme contemporain français, op. cit.
  • 6 Ainsi, la fiche d’Antoine Guérini, parrain de Marseille qui a été résistant aux côtés du futur mair (...)

4Enfin, les enquêteurs exploitent le FSRB (Fichier spécial de répression du banditisme) et le STIC (Service de traitement des infractions constatées). L’appartenance au grand banditisme est en quelque sorte un signe de reconnaissance sociale chez les malfaiteurs, surtout lorsqu’elle est assortie d’un casier judiciaire vierge. Pour le ministère de l’Intérieur, par contre, il s’agit, à travers le FSRB, de consigner des notes biographiques sur les intéressés, leurs photos et des renseignements sur leurs activités et réseaux. Les notices ont, en principe, une durée de vie limitée. On sait peu de chose sur la constitution de ce who’s who des malfaiteurs. Il est réalisé depuis 1973 par le service de la Direction centrale de la police judiciaire du ministère de l’Intérieur en charge notamment de la lutte contre le grand banditisme : il s’agit de l’OCRB devenu en 2006 l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO). L’entrée d’un bandit4 dans le FSRB dépend de la nature des activités criminelles qui lui sont imputées – le vol à main armée notamment –, de ses fréquentations et lieux de vie5. Ces activités ne concernent donc qu’une infime partie des malfaiteurs. C’est pourquoi, dans notre échantillon d’affaires, fort peu de néo-bandits sont fichés. D’autant que les malfaiteurs « experts » en trafics de stupéfiants sont, jusqu’en 2011 du moins, peu nombreux à disposer d’une envergure nationale et a fortiori internationale. De plus, ils commettent très peu de braquages. On ne connaît pas vraiment les critères de suppression des notices autres que l’absence d’activités criminelles sur un temps déterminé et les services rendus à la Nation notamment pendant la Seconde Guerre mondiale6.

  • 7 Le FRGB a été remplacé par celui des personnes recherchées.
  • 8 Sur ces divers fichiers, cf. Christian Jalby, La police technique et scientifique, Paris, PUF, coll (...)

5Le FSRB a souffert de l’absence de réactualisation comme aujourd’hui le STIC, et, aussi dit-on de fuites auprès des personnes répertoriées. Cela aurait conduit à poser la question de sa suppression dès 1992, d’autant que la CNIL interdit, ou du moins, soumet à une procédure stricte, la tenue de fichiers nominatifs. La suppression du FSRB, effective depuis 19967, a été envisagée au moment de la mise en place d’un nouvel outil d’aide à l’enquête, le STIC. Ce fichier recense les procédures ouvertes contre des personnes présumées auteurs ou victimes d’un crime, délit ou contravention de la 5e classe. Les informations contenues dans ce fichier n’ont qu’une valeur de renseignements destinés à orienter l’enquête. Leur durée de conservation, fixée en fonction de la gravité des infractions, est limitée. En principe, à l’issue des procédures judiciaires concrétisées par un non-lieu, un acquittement, une relaxe ou même un classement sans suite, la fiche de la personne concernée doit être effacée8.

6Les victimes et les mis en cause sont inscrits au STIC comme auteurs ou victimes présumés d’infractions – et non avérés en l’absence de jugements reconnaissant leur culpabilité. Les données dont nous disposons montrent qu’aucun malfaiteur n’est fiché au STIC en tant que victime d’une infraction quelconque.

Les antécédents des victimes

7Apparemment, très peu de victimes des homicides entre malfaiteurs ont été fichées au grand banditisme : on en dénombre huit de manière certaine. Parmi elles, il y a au moins un néo-bandit, fiché un an avant son décès au terme d’une longue carrière accomplie dans les stupéfiants et les machines à sous.

Tableau 42 – Les antécédents des victimes.

895 % des victimes sont connues au STIC comme auteurs présumés de nombreuses infractions. Nous avons l’exemple d’une victime décédée à 27 ans, auteur potentiel de 26 infractions. La première aurait été commise lorsque la victime était un adolescent de 15 ans. Une autre victime, assassinée à l’âge de 21 ans, comptabilisait en neuf ans 30 rôles au STIC. Un mineur, tué à l’âge de 16 ans, était répertorié comme auteur présumé de six infractions, parmi lesquelles figurent vol et usage de stupéfiants. Il était âgé de 12 ans lorsqu’il a fait son entrée au STIC pour recel de vol. Un autre mineur de 17 ans était l’auteur présumé de six infractions. Recel et vol en font partie. Le vol aggravé serait sa première entorse au Code pénal réalisée lorsqu’il avait 15 ans.

9Les infractions les plus fréquemment citées sont par ordre décroissant : infractions à la législation sur les stupéfiants (21,9 %), vols toutes catégories confondues (vols simples, aggravés, à main armée) (19,3 %), recels (9,3 %), infractions à la législation sur les armes (7,9 %), violences volontaires (7 %), infractions à la législation sur les jeux (6,5 %), homicides volontaires (5,1 %), association de malfaiteurs (3,7 %). Les infractions à la législation sur les stupéfiants sont récurrentes chez les équipes criminelles ne faisant pas partie de l’élite du banditisme. En revanche, des braquages et des infractions à la législation sur les jeux singularisent les membres des équipes corso-marseillaises. Des associations de malfaiteurs leur sont aussi imputables.

  • 9 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.

10Si les homicides avortés concernent moins les malfaiteurs chevronnés que les autres, c’est parce que les premiers ont les moyens de se « mettre au vert ». Ceux qui partent dans le pays d’origine de leur famille ou dans un quelconque coin des Bouches-du-Rhône, voire quelque part dans la région PACA, reviennent tôt ou tard après avoir réglé leurs comptes eux-mêmes ou trouvé un terrain d’entente financier. Car on l’a dit, et c’est une illustration de la « force des quartiers », la cité protège ; en dehors d’elle, les trafiquants perdent leur statut et leur position de « méchants9 ». De plus, les plus âgés des rescapés des règlements de comptes font prospérer leurs affaires ailleurs que dans la cité.

11Par ailleurs, en ce qui concerne la situation pénale des victimes cibles au moment des faits, on sait d’une part que 4 étaient en libération conditionnelle, 1 bénéficiait d’une permission de sortie pour assister à des obsèques, 1 était en semi-liberté, 1 portait un bracelet électronique, 2 étaient interdites de séjour dans les Bouches-du-Rhône. Enfin, 1 victime faisait l’objet d’un mandat d’arrêt à la suite d’une condamnation pour contrefaçon de monnaie et association de malfaiteurs. On sait d’autre part que 79 victimes cibles soit 56,4 % ont déjà été incarcérées à une ou plusieurs reprises. Les séjours effectués derrière les barreaux ont été quelquefois longs (16 ou 18 ans), parfois commencés pendant la minorité de l’intéressé. On a l’exemple d’une victime, assassinée cinq ans après sa libération, qui a été incarcérée pour la première fois à l’âge de 13 ans pour des violences. Une autre, à l’aube de ses 16 ans, avait vu les murs se refermer sur elle après avoir donné un coup de couteau à un jeune. Deux ans plus tard, elle était de nouveau embastillée pour homicide. Elle était sortie quatre mois avant sa mort après avoir purgé une peine de deux ans.

12La prison exerce une fonction préventive seulement durant la période d’incarcération. Car une fois libérés, après s’être souvent aguerris au contact de leurs pairs lors de la détention, les malfaiteurs deviennent une menace pour ceux qui, en leur absence, ont repris leurs affaires et n’entendent pas s’en déposséder. Pour ces motifs, deux victimes n’ont même pas eu le temps de goûter à la liberté recouvrée : elles ont été assassinées à leur sortie de prison, l’une sur le pas de la porte du pénitencier.

Les antécédents des mis en cause

  • 10 Pour que l’on puisse qualifier l’auteur de plusieurs homicides de tueur en série, il faut qu’il ait (...)

13Sauf erreur de notre part, un seul mis en cause a été fiché au grand banditisme. La jeunesse des intéressés et le déroulement de leurs carrières criminelles en constituent certains des facteurs explicatifs. Un néo-bandit, impliqué dans trois assassinats, est présenté par les enquêteurs comme une « figure montante du banditisme local » – et non en raison de la préméditation de ses actes comme un tueur en série10. Rares sont les mis en cause qui n’ont jamais été condamnés : ils sont quatre. En revanche, sauf exception notamment pour le jeune bachelier de 18 ans, les mis en cause sont « défavorablement connus de la police », pour utiliser l’expression consacrée. Le tableau ci-dessous présente les principales infractions qu’ils pourraient avoir commises.

Tableau 43 – Principales infractions présumées des mis en cause.

  • 11 Nos données montrent que, comme les victimes des règlements de comptes, les auteurs présumés ne son (...)

14Les mis en cause sont connus au STIC pour auteurs présumés d’infractions11, par ordre décroissant, à la législation sur les stupéfiants (21,9 %), vols toutes catégories confondues (17,6 %) puis homicides volontaires entre malfaiteurs (11,4 %). Au moins trois ont déjà été victimes d’une tentative d’assassinat. Un profil atypique ressort cependant de nos données : celui d’un meurtrier répertorié au STIC seulement pour des infractions au Code de la route et des violences volontaires envers son ex-épouse. Le mobile de son geste criminel reste des plus flous : appât facile du gain et/ou service rendu à un ami d’enfance qui avait promis de lui donner de l’argent s’il participait au crime ? En outre, son auteur avait ingurgité beaucoup d’alcool au moment des faits. Cela pourrait expliquer l’erreur de cible produite.

15Étant donné qu’un grand nombre d’affaires ne sont pas élucidées, un chiffre noir existe certainement quant à l’implication de malfaiteurs dans plusieurs meurtres entre eux. Nos données montrent qu’au moins treize mis en cause seraient impliqués dans plusieurs règlements de comptes à titres divers. Le matériau dont on dispose fournit au moins trois illustrations d’implication des mis en cause dans des meurtres antérieurs. Tout d’abord, nous avons le cas d’un tueur, « figure montante du banditisme local » selon la police, proche d’un jeune caïd ambitieux. Disposant d’un monopole sur le trafic local de cocaïne, toujours armé, il est l’auteur avéré de deux règlements de comptes perpétrés l’un à la suite de l’autre. Il est également l’auteur présumé de deux homicides commis l’année suivante. Il aurait enfin servi d’indicateur aux malfaiteurs dans un triple meurtre. En d’autres termes, ce malfaiteur est impliqué dans cinq règlements de comptes commis en douze mois.

16Ensuite, en 2006, deux frères héritent par la force des affaires de leur chef abattu à sa sortie de prison. Issus d’une cité marseillaise, ces jeunes gens tiennent, avec le concours de plusieurs membres de leur famille, le trafic de cannabis sur plusieurs sites. En 2010, ils sont les auteurs supposés d’un triple règlement de comptes. Leur nom est ensuite cité à propos des assassinats de deux figures du banditisme local, anciens bras droits d’un malfaiteur abattu au milieu des années 2000. Ces jeunes gens sont également les auteurs présumés d’une tentative de règlements de comptes sur un trafiquant de stupéfiants. En bref, en douze mois, ils ont participé à la perpétration de quatre meurtres.

17On a enfin l’exemple d’un parent d’un proche d’une figure du Milieu local, auteur présumé de deux meurtres sur ses amis d’enfance qui l’auraient carotté.

18Les malfaiteurs ne sont pas les auteurs présumés des mêmes infractions selon leur réseau criminel d’appartenance. Les braquages et associations de malfaiteurs sont plutôt imputables aux vieux bandits tandis que les vols et infractions à la législation sur les stupéfiants sont surtout le fait de petits trafiquants de stupéfiants. Les vols à main armée sont aussi présumés commis par une « figure montante du banditisme local » déjà évoquée plus haut. Cela tend à montrer la porosité entre les néo- et grand banditismes. Des jeunes mis en cause paraissent être les auteurs d’infractions commises à l’adolescence. Ainsi, un jeune de 20 ans qui a tué un de ses amis est l’auteur potentiel de 17 infractions. La première, un outrage à une personne chargée d’une mission de service public, aurait été perpétrée alors qu’il était âgé de 13 ans seulement. Ensuite, à 14 ans, il aurait commis plusieurs types de vols et recels ainsi qu’une infraction à la législation sur les stupéfiants. Par la suite, des infractions à la législation sur la circulation routière et sur les armes s’ajouteraient à la commission de violences.

19Un jeune mis en cause de 19 ans comptabilise 22 inscriptions au STIC. Les premières consistent en un incendie volontaire, dégradations de biens, menaces, vols avec violences, recel. Leur auteur présumé était âgé de 14 ans. Divers vols et violences suivront. Un vol à main armée lui est imputable alors qu’il a 18 ans. Il serait aussi impliqué dans un règlement de comptes et un trafic de stupéfiants. Ce jeune homme de 19 ans, membre d’une fratrie de trois enfants, a été élevé par une mère technicienne de surface qui avait quitté le père alcoolique et violent. Il a été, dès l’âge de 15 ans, placé en foyer de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) où il a été soumis à diverses mesures éducatives. Il a aussi déjà été détenu dans le cadre de courtes peines à purger. Il a fait l’objet d’une condamnation à deux ans de prison pour vol avec violence et escroquerie en récidive. L’incarcération a frappé au moins 60,7 % des mis en cause. Certains, au moment de l’enquête judiciaire, sont détenus dans le cadre d’une autre affaire, un trafic de stupéfiants ou bien un ou même plusieurs homicides entre malfaiteurs précédents (trois malfaiteurs sont dans cette situation). Un dernier mis en cause est sur le point de franchir les murs du pénitencier dans le cadre d’un trafic de stupéfiants. L’enfermement concerne aussi les mineurs, comme on a pu le constater. Les deux mineurs mis en cause dans notre échantillon ont déjà été incarcérés.

Les réseaux criminels

20L’identification des réseaux criminels est une entreprise malaisée au regard des données en notre possession. D’autant que la logique juridique impute les crimes à des individus, non à des entités collectives. C’est pourquoi il convient, avant la présentation des groupes criminels concernés par les meurtres perpétrés sur le pavé marseillais entre 2002 et 2011 et afin de mieux les situer, de dresser l’état du banditisme depuis les années 2000.

  • 12 Eric J. Hobsbawm, Les bandits, Paris, La Découverte, 2000.
  • 13 Nicole Castan, Le banditisme et l’histoire moderne, in Aspects modernes du banditisme, XVe Congrès (...)

21Il s’agit là d’un état des lieux incomplet, voire biaisé dans la mesure notamment où il fait abstraction des recompositions économiques et politiques locales. Car, comme l’a bien montré l’historien marxiste Eric J. Hobsbawm, le banditisme s’inscrit dans l’histoire du pouvoir politique : il se développe à la faveur d’un pouvoir politique faible sur le terreau de la pauvreté12. De ce fait, historiquement, dans la société préindustrielle, le banditisme est essentiellement rural13 puis urbain.

Du banditisme traditionnel au néo-banditisme

  • 14 Nicole Castan, art. cit.
  • 15 Michèle Nourissier-Niquet, Étude sociométrique du gangstérisme contemporain français, op. cit.

22Étymologiquement, le banditisme désigne à la fois le fait de faire partie d’une bande et le fait d’être mis au ban de la société14. Il a toujours été la proie de multiples recompositions puisqu’il est socialement et historiquement situé. Ainsi, déjà, dans les années 1960, les bandes qui étaient spécialistes du hold-up et appartenaient au Milieu ont été décimées par des équipes composées d’hommes plus jeunes, inconnus en tant que malfaiteurs d’envergure et sans autre formation professionnelle que des vols. Ces derniers bandits n’appartiennent pas à un Milieu unique mais à des Milieux, ayant des implications locales diverses, ce qui rend difficiles les travaux d’approche destinés à mieux les connaître et les surveiller15. On retrouve le même schéma aujourd’hui et sans doute le retrouvera-t-on demain : les jeunes malfaiteurs prennent la place de leurs aînés et investissent dans les activités criminelles les plus lucratives.

  • 16 Conférence de Michel Péraldi sur l’avenir économique de Marseille, 25 janvier 2017, Marseille, Asso (...)

23Le xxie siècle naissant a amorcé une recomposition du banditisme sous l’effet de la croissance exponentielle des trafics de stupéfiants. Le cannabis, produit essentiellement au Maroc, est la marchandise la plus consommée et la plus vendue sur la place marseillaise. À la suite de Michel Péraldi, on peut se demander si le commerce de ce produit dans les quartiers Nord de la ville peut être lié à la disparition de l’économie informelle après l’imposition en 1986 de visas pour les Algériens16 : les bazars du quartier de Belsunce (quartier du centre-ville proche du port et de la gare) et les habitants des quartiers Nord étaient des acteurs de ce commerce informel de marchandises entre Marseille et le Maghreb.

Les recompositions du banditisme traditionnel

  • 17 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit., p. 420.

24Le crime organisé traditionnel, ou plus exactement celui qui a émergé dans les années 1930 et qui a prévalu jusqu’à la fin des années 1980, obéissait selon Alain Tourre, ex-patron de la PJ marseillaise, à « des règles quasi immuables de composition et de fonctionnement à l’intérieur des groupes. Depuis la disparition de grandes figures comme Francis le Belge, tout semble s’être rassemblé autour de personnalités fortes qui satellisent autour d’elles de nombreux électrons à géométrie variable17 ».

  • 18 Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs réseaux, leurs protec (...)

25C’est dire qu’une nouvelle organisation du banditisme est apparue. Elle se caractérise non seulement par les recompositions du grand banditisme mais aussi, et sous son effet, par l’émergence du banditisme des cités. En effet, Francis Vanverberghe, assassiné à Paris en 2000, avait travaillé avec des équipes corses, dont certains membres fondateurs de la Brise de Mer18. Sa disparition non signée a laissé le champ libre à une reprise en main de ses affaires (boîtes de nuit rackettées, placement de machines à sous interdites, etc.) par les organisations criminelles corses alliées à des réseaux marseillais. Dès 2002, un de ses ex-lieutenants passé dans le clan varois est assassiné dans le Var. Ce meurtre suscite une vague de règlements de comptes qui vont perdurer jusqu’en 2011 au moins, frappant des proches du Belge.

  • 19 Thierry Colombié, Interview accordée au Journal du dimanche, 13 mai 2012.
  • 20 Pierre Folacci, Condé. Un flic à la PJ, La Roque d’Anthéron, La Manufacture de livres, 2017, p. 315 (...)

26Parallèlement, d’autres proches de Francis Vanverberghe, l’âge aidant, se sont retirés des affaires. D’autres encore purgent des peines d’emprisonnement pour leur participation à l’affaire Topaze, vaste trafic international de stupéfiants impliquant au moins deux futures victimes des règlements de comptes étudiés. Dans le même temps, de nouvelles équipes tentent de reprendre les affaires du Belge, dont celle emmenée par un jeune caïd marseillais d’origine maghrébine à l’avenir prometteur et vite stoppé. Cette recomposition des réseaux marseillais en faveur des équipes corses qui vont être en proie à des luttes intestines permet, dans un contexte d’explosion de la demande de stupéfiants, la montée en puissance des malfaiteurs issus des quartiers d’habitat social. Mais si le grand banditisme, « un pied dans la légalité, l’autre dans les trafics dont Marseille est le centre économique et politique a abandonné le secteur du cannabis aux cités, il n’est pas en perte de vitesse, loin de là19 ». Un ancien agent de la police judiciaire marseillaise précise que le grand banditisme a laissé éclore les réseaux des quartiers Nord, les a aussi employés à la réalisation de tâches subalternes et enfin a fait office de juge de paix auprès de ces bandes20.

  • 21 Frédéric Perri, Carrières criminelles dans le Milieu marseillais, op. cit.
  • 22 Les liens entre le Milieu marseillais et le monde politique trouvent leur origine dans la Résistanc (...)

27De plus, l’élite du banditisme a abandonné la prostitution désormais perçue comme peu rentable et trop dangereuse21 au profit du racket, de la corruption et du trafic international de cocaïne. Il aurait investi les milieux politiques comme par le passé et aussi le football, comme il ressort de certaines affaires récentes22.

28Entre 2002 et 2011, 26 règlements de comptes ont frappé le grand banditisme : 4 dont deux ont eu lieu à deux jours d’intervalle en 2002, 3 en 2003, 4 en 2004, 2 en 2006 (le deuxième étant la réponse au premier), 3 en 2007, 2 en 2008, 1 en 2009, 3 en 2010, 4 en 2011. Les deux derniers semblent obéir à une même logique de vengeance – ce sont des « matchs retour », comme disent les policiers.

Le néo-banditisme

  • 23 Nacer Lalam, Drogue et violence ? La régulation des trafics de drogue : une violence contenue ?, ar (...)

29Durant les années 1990, de nouvelles équipes sont apparues, plutôt jeunes et issues des quartiers sensibles. Enrichies et aguerries dans le trafic de cannabis depuis le Maroc, elles ont cherché à étendre leurs activités au point d’entrer en concurrence avec le Milieu23. Ce n’est pourtant qu’en 2012 que le SIRASCO utilise pour la première fois le terme de néo-banditisme pour décrire le banditisme des cités sensibles. Cette appellation désigne

  • 24 Julien Dufour, Abdelfettah Kabssi, Bandes. Dérive criminelle et terrorisme, op. cit.

des groupes criminels organisés divers mais sans structures (sic) autour du trafic de stupéfiants. Leur particularité est de privilégier les « circuits courts » au sein du réseau, limitant les intermédiaires et conférant un sentiment de puissance démesuré à de petits malfaiteurs n’en ayant pas l’envergure. Les codes du Milieu traditionnel n’existent alors plus. La réussite sociale de ces voyous passe par la force, le business et la violence24.

  • 25 Pierre Folacci, Condé. Un flic à la PJ, op. cit., p. 315.
  • 26 Jacques Follorou, La guerre des parrains corses, Paris, Flammarion, 2013, p. 380.

30La plupart d’entre eux sont cependant conscients de la manière dont finirait leur vie et y sont résignés. Mais ils préfèrent vivre intensément dans le luxe et l’argent facile plutôt qu’effectuer des petits boulots. La violence de ces jeunes, redoutables en affaires, serait le produit d’une lutte de territoires pour occuper la place laissée vacante par les bandits traditionnels dont ils se seraient aujourd’hui affranchis. Ils traitent désormais directement avec les grossistes du trafic de stupéfiants qu’ils ont connus en prison25. Par ailleurs, les néo-bandits, du moins les premières générations, vivent dans une certaine autarcie par la configuration géographique de leurs quartiers. Du fait de l’enclavement de leurs cités, ils entretiennent peu de contacts avec les institutions, policières notamment, contrairement à leurs aînés qui évoluaient dans les quartiers du centre-ville. Cela contribue aux difficultés de communication entre le monde des cités et celui des policiers : quand ils sont face à face, ils ne savent pas comment se parler, note ainsi Jacques Follorou26.

  • 27 Propos rapportés par Romain Capdepon, Marseille : l’inquiétante alliance du Milieu et des bandits d (...)
  • 28 Ibid.

31Depuis 2013, de grandes équipes de trafiquants contrôleraient plusieurs cités, qui plus est pas forcément voisines. Autrement dit, pour reprendre les propos d’un officier de police en poste à Marseille, « des mecs des quartiers Nord ont investi le Sud27 ». Ils ont donc conquis de nouveaux territoires… Ils diversifient aussi leurs activités en se lançant dans les vols à main armée, le racket et le blanchiment, activités traditionnelles du grand banditisme. Ils ont donc accompli avec succès leur ascension sociale28. Toutefois, jusqu’en 2011 du moins, la plupart des néo-bandits ne possèdent pas d’envergure nationale et a fortiori internationale. Ce statut, ou plus exactement l’absence de situation élevée dans le banditisme, a contribué au tribut de ces bandits aux violences criminelles produites en Provence. Au moins 49 règlements de comptes impliquent des néo-bandits entre 2002 et 2011 : 1 en 2002, 2 en 2004, 4 en 2005, 6 en 2006, 5 en 2007, 9 en 2008, 6 en 2009, 10 en 2010, 8 en 2011 (sans compter un néo-bandit devenu grand bandit).

Les réseaux criminels identifiés

32Il ressort de notre matériau que trois types d’équipes sont impliqués dans les homicides entre malfaiteurs perpétrés en Provence dans les années 2002-2011. Leur identification résulte de la mise en perspective d’éléments biographiques et relationnels consignés dans les dossiers d’enquêtes judiciaires ouverts par la police à la suite d’assassinats entre bandits avec les nombreux écrits des journalistes, policiers en retraite et de Thierry Colombié.

  • 29 Sur cette différence de réseau en tant que structure et de réseau en tant qu’acteur collectif, cf. (...)

33Très schématiquement, on peut observer que certains réseaux forment des structures à l’intérieur desquelles évoluent des individus tandis que d’autres réseaux peuvent prétendre au titre d’acteurs d’une entreprise criminelle. Les réseaux accéderaient au statut d’acteurs lorsqu’il existe une structure de relations sociales, une communauté d’intérêts et l’établissement de stratégies communes29. Les uns, nombreux, correspondent aux réseaux criminels des cités, les autres, moins nombreux, à des groupes criminels très structurés et régulés. Ces groupes criminels structurés utilisent les services des équipes des cités. On va présenter les réseaux criminels en commençant par les plus structurés.

Une mafia ukrainienne

  • 30 Sur l’histoire et la structure des organisations criminelles russes, cf. par exemple Thierry Cretin (...)
  • 31 Jérôme Pierrat, La terrible confrérie des voleurs dans la loi, Le Point, 13 juin 2013.
  • 32 Diego Gambetta, La pègre déchiffrée. Signes et stratégies de la communication criminelle, Genève, M (...)
  • 33 Arnaud Kalika, Crime organisé russe : le crépuscule des Vor v zakone ?, art. cit.

34La mafia ukrainienne dont il s’agit ici est celle des Vory v zakone ou « voleurs dans la loi »30. C’est une organisation criminelle de type pyramidal dotée de multiples ramifications internationales ; en France, elle est solidement implantée sur la Côte d’Azur où elle blanchissait de l’argent. On ignore d’où vient cette appellation de « voleurs dans la loi ». On sait que ceux-ci sont des malfaiteurs originaires de l’ex-Russie ; comme ils faisaient partie de l’élite des voleurs, Staline les avait chargés de surveiller dans les camps les opposants politiques en échange d’une exemption des travaux forcés. Les Vory v zakone portent des tatouages spéciaux et disposent d’un code de l’honneur proscrivant propriété personnelle, famille et violence entre les membres31. De ce fait, ceux qui parmi ces derniers tuent doivent justifier leurs actes devant leurs pairs32. Les Vory – les parrains – ont la charge d’un pays et perçoivent la dîme due par les voleurs – l’Obshchack33. L’un d’eux est venu trépasser sur le pavé d’une cité marseillaise : il s’était réfugié auprès d’un receleur des Vory v zakone après avoir échappé à une tentative de meurtre dans une grande ville française.

Les organisations criminelles corses

  • 34 Jacques Follorou, La guerre des parrains corses, op. cit. ; Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les (...)
  • 35 Rapport du procureur de la République de Bastia, Bernard Legras, sur la criminalité organisée en Co (...)

35La composition et les moyens d’action des organisations criminelles corses ont été abondamment décrits, en particulier par le journaliste Jacques Follorou34. On va en présenter succinctement quatre : la Brise de Mer, la Nouvelle Vague de la Brise, la bande de Casinca et les Sudistes. La Brise de Mer est une équipe appelée ainsi en référence à un bar de Bastia du même nom. C’est un modèle d’organisation criminelle qui occupe une position dominante au sein de la criminalité organisée en réseaux. Ses membres, peu nombreux à sa tête, sont originaires de villages corses. Pour la plupart issus de bonnes familles (on note la présence de fils de notaires ou d’instituteurs), ils fonctionnent en binômes. Les groupuscules, constitués sur une base familiale et qui s’associent au gré des circonstances, conservent leur autonomie35.

  • 36 Un de ses membres, repenti, en fournit de multiples exemples ; cf. Claude Chossat, Repenti, op. cit(...)
  • 37 Ibid.
  • 38 Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs réseaux, leurs protec (...)

36La Brise fonctionne en cercles concentriques : les décisions se prennent au centre36. Plus on est loin du centre, moins on semble encourir de risques mortels. La Brise de Mer n’est pas enfermée dans les secteurs du banditisme traditionnels (vols à main armée, machines à sous, drogue, prostitution) ; elle a investi son patrimoine, évalué en 2000 entre 120 et 150 millions d’euros, dans l’économie légale37. Ses activités sont internationales : la Brise a des intérêts jusqu’en Sibérie38.

Figure 2 – Organisation de la Brise de Mer.

(Source : d’après Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses, op. cit.)

37Nos données tendent à montrer que quatre malfaiteurs impliqués dans des meurtres sur leurs pairs appartiennent à la Brise de Mer, qui paraît être l’objet de luttes intestines à la suite de l’assassinat de ses chefs. Notre matériau montre aussi que quatre malfaiteurs d’origine corse et victimes de règlements de comptes étaient proches de certains de ses membres.

  • 39 Ces cercles de jeux, objets de deux procès tenus en 2013, étaient gérés de fait par des membres d’o (...)

38La Nouvelle Vague de la Brise constitue un sous-ensemble de la Brise de Mer formé pour l’essentiel des enfants de malfaiteurs de la Brise. C’est également une équipe de Bastiais, ce qui n’est pas le cas de la Bande de Casinca et des Sudistes. En ce qui concerne la Bande de la Casinca, elle est aussi appelée Ceux de la Casinca ou encore Bergers de Venzolasca. Les membres de cet important groupe criminel structuré sont originaires de Haute-Corse. Ils ont débuté dans le braquage des banques sur le continent au milieu des années 1980 avant de se spécialiser dans la gestion des machines à sous clandestines aux alentours de la capitale et de la cité phocéenne. Enfin, ils ont pénétré les cercles de jeu parisiens, comme l’illustrent les affaires des cercles Concorde et Wagram39. Certains de ses membres ont participé à titres divers à un des règlements de comptes à l’étude. Tous ont travaillé pour la Brise de Mer.

39Quant aux Sudistes, ils sont réunis autour de Jean-Jé Colonna, lui-même fils d’un ancien membre de la Corsica Connection, abattu sous ses yeux alors qu’il était enfant. Le groupe s’est constitué après la Seconde Guerre mondiale autour du trafic de cigarettes, de la prostitution, de la fausse monnaie et enfin de l’héroïne. Ses membres ont parallèlement investi le monde du jeu et du spectacle. On en retrouve certains impliqués dans un règlement de comptes mortel étudié.

  • 40 Jacques Follorou, La guerre des parrains corses, op. cit., p. 101-102.
  • 41 Cf. par exemple Marie-Hélène Porri, De Mémé à Jean-Noël Guérini. Un plagiat ?, Paris, Mon petit édi (...)

40Ces groupes criminels corses, solidement implantés dans l’île de Beauté, ont tous pénétré l’économie légale, comme on vient de le constater. Ils savent travailler ensemble. Ils sont très structurés, en ce sens qu’ils forment un système centralisé et régulé. De plus, et c’est ce qui fait aussi leur force, ils reposent sur un maillage social serré du territoire « où les liens familiaux, claniques et amicaux rendent l’anonymat quasiment inexistant40 ». Ces liens sont aussi puissants à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’île. En atteste la main-forte prêtée à des proches empêtrés dans des affaires criminelles dans la cité phocéenne. D’autant que « Marseille, c’est la banlieue de la Corse », comme l’a confié aux policiers un Bastiais installé à Marseille qui a prêté assistance à un de ses compatriotes lors d’une fusillade mortelle. Effectivement, c’est une ville où, depuis le xixe siècle, la communauté corse est fortement implantée : elle a investi les professions maritimes et la fonction publique territoriale ou d’État41. Le fait que nombre de marins aient été corses a permis, grâce aux relations qu’ils ont tissées dans les ports (notamment ceux des anciennes colonies françaises, indochinoises en particulier), le développement du trafic de cigarettes et d’héroïne.

  • 42 Jacques Follorou, La guerre des parrains corses, op. cit., p. 241.

41Ces divers groupes, en fonction des marchés criminels, des ressources et des savoir-faire, se sont alliés temporairement avec les caïds des cités. Placées sous le sceau de l’opportunité, ces alliances ne peuvent être pérennes. De plus, les malfaiteurs d’envergure déplorent le manque de discipline des jeunes des banlieues42.

Un groupe de malfaiteurs français

42Il s’agit ici de malfaiteurs faisant partie de la Dream Team, groupe de Français ainsi dénommé par des journalistes en référence à l’équipe de basket-ball américaine.

  • 43 Thierry Colombié, Stars et truands, op. cit.

43Ce groupe criminel réunit autour de trois chefs fichés au grand banditisme une quinzaine de personnes originaires des quatre coins de France et confinées aux tâches opérationnelles. Un financier est chargé du blanchiment d’argent43. Le groupe, dans les années 1990, officiait surtout dans les vols à main armée. Par la suite, il a étendu ses activités au racket, à la gestion des discothèques, aux trafics de stupéfiants et de machines à sous. Dans nos dossiers, il apparaît que 9 personnes proches de ce groupe et 2 de ses membres ont été victimes de règlements de comptes. Aucun mis en cause n’a été identifié au moment de notre travail de terrain.

Les équipes corso-marseillaises

  • 44 Grégory Auda, Le crime organisé, une perception variable, un concept polémique, Les cahiers de la s (...)
  • 45 Jérôme Pierrat, Les grands bandits : le Milieu, Historia spécial, no 125, mai-juin 2010, p. 62.

44Les équipes corso-marseillaises comprennent des Marseillais d’origine corse et qui œuvrent avec des Corses établis sur l’île de Beauté. Elles forment l’élite du banditisme local. Il s’agit du Milieu, objet de maintes représentations et d’une littérature journalistique foisonnante. D’ailleurs, le Milieu est une appellation journalistique des années 1920 que l’on attribue à Émile Zola44 et qui est dérivée de l’expression « un milieu très spécial45 ». Cette pure construction sociale a été fort peu étudiée d’un point de vue scientifique faute de données disponibles : il n’existe pas d’archives, les analyses policières sont tributaires des informations fournies par leurs indicateurs ou par les malfaiteurs repentis, etc.

  • 46 Par des journalistes, notamment par Eugène Saccomano dont le livre a inspiré le film Borsalino ; cf (...)
  • 47 Laurence Montel, Marseille, capitale du crime, op. cit.
  • 48 Frédéric Perri, Carrières criminelles…, op. cit., p. 84 et 90.

45On sait, grâce aux travaux historiques de Laurence Montel, que le terme de Milieu désigne initialement les activités liées à la criminalité organisée mises en place dans l’entre-deux-guerres à Marseille par François Spirito et Paul Carbone, bandits corso-italiens dont la biographie et la carrière ont été maintes fois retracées46, proches d’un conseiller municipal de la mairie de Marseille47. Le Milieu désigne aujourd’hui « la totalité de l’élite du crime souvent regroupée en équipes, évoluant temporellement ensemble sur certains desseins, s’opposant sur d’autres ou travaillant seules ». Plus précisément, selon ses membres, « le Milieu, espace social interlope et fermé est un immense réseau d’individus structuré en équipes, qui fonctionne comme une société. C’est une société mais celle du crime »48.

  • 49 Alexandre Marchant, La French Connection, entre mythes et réalités, Vingtième siècle. Revue d’histo (...)

46Notre travail nous invite à souscrire à cette analyse en ajoutant que les équipes se forment en fonction des opportunités et des ressources disponibles sur les marchés criminels. Bien entendu, ce conglomérat d’équipes et d’individus engagés dans une multiplicité de réseaux (familiaux, amicaux, criminels) n’est pas figé mais en proie à des recompositions incessantes. C’est également le constat établi par Alexandre Marchant à propos de la French Connection49.

  • 50 Frédéric Perri, Carrières criminelles, op. cit.
  • 51 José D’Arrigo, Roger Grobert, Zampa, op. cit. ; Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains co (...)
  • 52 Xavier Monnier, Les nouveaux parrains de Marseille. L’emprise mafieuse, op. cit.

47Plus précisément, une série d’entretiens menés auprès de quinze membres du Milieu permet à Frédéric Perri de montrer que l’activité criminelle est le fait d’individus d’origine souvent miséreuse qui ont été cooptés par leurs pairs, et ce quelle que soit leur provenance culturelle. Mais pour réussir leur carrière criminelle, les intéressés doivent posséder certaines qualités et ressources : ambition, ténacité, sens du partage, opportunisme, projection dans l’avenir, sens de l’adaptation. Il faut aussi disposer d’un réseau et l’utiliser à bon escient. Ce réseau de relations englobe les édiles de la Cité qui font appel aux services du Milieu, en raison de la connaissance qu’il a de la ville et de ce qui s’y passe, en bref à cause de son expertise locale50. Il s’agit là d’un système d’échange de services. Notons qu’il y a cependant une ligne à ne pas franchir, comme le montrent les carrières d’Antoine Guérini et de Gaëtan Zampa, interrompues lorsqu’ils ont voulu investir dans les cercles de jeux et casinos51. Plus récemment, cela a été aussi le cas du Belge52.

  • 53 Thierry Colombié, La French Connection. Les entreprises criminelles, op. cit., p. 39.

48Thierry Colombié distingue, à la suite des malfaiteurs avec lesquels il s’est entretenu, le « petit » et le « grand » Milieu. Le premier, à la différence du second, constitue un « ensemble informel de compétences et un réservoir potentiel de cadres pour le “grand” Milieu53 ». Ces « grandes » équipes semblent plus orientées vers la redistribution et l’accumulation des gains à partir d’une activité de prédation (vols à main armée notamment) ou d’une activité criminelle telle que la fausse monnaie, le racket ou bien même la spéculation.

  • 54 Id., Stars et truands, Paris, Fayard, 2013, p. 109.

49C’est dire que ces équipes sont susceptibles d’intervenir dans les affaires de délinquance économique et financière ou dans divers trafics54. Fonctionnant selon une logique managériale et entrepreneuriale, ces équipes sont menées par de « beaux voyous ».

  • 55 Ibid., p. 39-40.

50Ces derniers investissent de l’argent dans les activités criminelles et sont reconnus tant par leurs pairs, notamment les organisations criminelles étrangères, que par les élites politico-administratives. La reconnaissance dont ils sont l’objet repose sur l’invisibilité vis-à-vis des autorités répressives, le capital financier et social, le capital militaire, autrement dit la capacité à mobiliser rapidement un ensemble d’individus hiérarchisés à des fins de protection et de sécurité. Enfin, cette réputation dépend des capacités de médiation tant entre les équipes du Milieu et les organisations criminelles étrangères d’une part qu’entre les équipes du Milieu et les acteurs de la sphère politico-administrative d’autre part55.

Figure 3 – Structure du Milieu marseillais. Alliance historique : la Fraternité.

(Source : Frédéric Perri, Carrières criminelles, op. cit.)

51Il semble que 21 malfaiteurs corso-marseillais aient été impliqués dans les homicides entre malfaiteurs étudiés.

Les équipes des cités

  • 56 Gaëtan Zampa, né dans le quartier de Saint-Lazare, derrière la gare Saint-Charles, a grandi aux por (...)

52Dans les cités, pas seulement celles des quartiers Nord mais aussi, bien que l’on en parle beaucoup moins dans les médias, celles des quartiers Est et Sud de Marseille56, les équipes criminelles se forment notamment à partir du sentiment d’appartenance à un même territoire.

53Ces équipes, la plupart dépourvues de véritable chef à leur tête, sont difficiles à appréhender. Elles sont avant tout des groupes familiaux ou amicaux plus ou moins liés entre eux par le biais des mariages et concubinages entre leurs membres. De la sorte, des gitans sédentarisés sont associés à des Nord-Africains ou des Comoriens et œuvrent ensemble dans les trafics de cannabis et/ou de cocaïne. Les équipes sont donc composées de malfaiteurs aux origines ethniques différentes. Les équipes des cités sont nées et vivent essentiellement du trafic de stupéfiants qu’elles mettent en place dans leurs quartiers.

Figure 4 – Réseau de revente de cannabis.

(Source : Nacer Lalam, Déterminants et analyse économique de l’offre de drogues illicites en France, thèse de doctorat, Paris, Faculté de sciences économiques, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2001.)

54Les groupes s’allient avec d’autres équipes de cités voisines ou plus lointaines, voire avec des malfaiteurs d’origine corse qui, prospérité et notabilité acquises, ont quitté leur cité d’origine pour des rivages marseillais plus cléments. Un semi-grossiste victime d’un règlement de comptes travaillait directement pour le compte de deux figures du Milieu marseillais : il alimentait en cocaïne plusieurs points de vente de stupéfiants dans des cités marseillaises.

  • 57 Propos rapportés par Romain Capdepon, Marseille : l’inquiétante alliance du Milieu et des bandits d (...)

55Ces associations entre équipes autochtones ou allochtones sont placées sous le signe de l’opportunité. Elles sont ponctuelles et se délitent une fois les affaires conclues. Toutefois, la police judiciaire marseillaise note que « pendant plusieurs années, aucune de ces équipes n’est parvenue à s’imposer et à contrôler une grande partie de la ville, comme ce fut le cas à l’époque des grandes figures du banditisme traditionnel57 ». Les choses commencent à changer. Cette évolution ainsi que l’élasticité des équipes criminelles des cités illustrent une nouvelle fois la porosité entre le néo-banditisme et le banditisme traditionnel. Les équipes établies dans les cités sensibles des quartiers Nord de l’agglomération marseillaise ont été bien plus impactées par les assassinats entre malfaiteurs que celles résidant dans les quartiers Est ou Sud, certes moins nombreuses. 31 règlements de comptes ont frappé les équipes des quartiers Nord, 4 ont frappé les quartiers Est et 3 les quartiers Sud.

Les liens unissant les réseaux criminels identifiés

56On peut schématiser les liens des diverses équipes criminelles rencontrées au cours de cette recherche. Les relations entre les malfaiteurs appartenant au grand banditisme et les trafiquants des cités sont nées dans le quartier où les uns et les autres ont des attaches familiales la plupart du temps ou bien en prison. Les premiers utilisent les services des seconds. Le banditisme corso-marseillais comprend des agents qui représentent les organisations criminelles corses dans le Var et dans les Bouches-du-Rhône. La Dream Team dispose de membres établis dans les Bouches-du-Rhône et dans les Alpes-de-Haute-Provence : ils entretiennent également des liens avec les organisations corses. La mafia ukrainienne paraît disposer de relais dans des cités marseillaises du fait d’Arméniens installés dans la ville.

Figure 5 – Les relations entre équipes criminelles.

57Il apparaît qu’entre 2002 et 2011, l’élite du banditisme marseillais a fourni le plus grand nombre de victimes suivi des membres et des bandits proches de la Dream Team. Les malfaiteurs corso-marseillais mis en cause dans des règlements de comptes ont eu recours aux services d’organisations criminelles corses.

Tableau 44 – Réseaux criminels structurés auxquels appartiennent les malfaiteurs.

  • 58 Michèle Nourissier-Niquet, Étude sociométrique du gangstérisme contemporain français, op. cit. ; Jo (...)

58De plus, peu de membres de l’élite du banditisme ont été mis en cause : ils sont 9 (sur 79), soit 11,39 %. Le niveau d’impunité sociale des bandits qualifiés de chevronnés a déjà été dénoncé il y a trente ans, ce qui corroborait alors les conclusions formulées par John Mack et Hans Kerner dans leur travail sur les bandits professionnels58.

  • 59 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit.

59De nos jours, de son côté, l’ancien chef de l’hôtel de police marseillais remarque que peu d’affaires judiciaires impliquant des malfaiteurs corses ont des suites positives59. Ce constat est confirmé par un repenti corse à propos des homicides perpétrés sur l’île de Beauté. Cet ancien bandit conclut ainsi le récit de son parcours auprès d’un dirigeant d’une organisation criminelle corse :

  • 60 Claude Chossat, Repenti, op. cit., p. 260.

La moralité de l’histoire, c’est que quand on parle et que l’on signe ses procès-verbaux, en Corse, on est condamné à mort en vertu d’une loi non écrite. Et la justice, qui regarde déjà passer les balles dans la zone la plus criminogène d’Europe, n’y peut pas grand-chose. Combien d’affaires résolues pour combien d’homicides ? Combien de morts pour combien d’acquittements ? Combien de règlements de comptes pour combien de procès ? Si l’on condamne 10 % des commanditaires, c’est bien le maximum60.

  • 61 Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses, op. cit. ; Frédéric Ploquin, Génération ka (...)

60La peur, la solidarité corse, la situation sociale et par conséquent l’étendue des réseaux des bandits, notamment dans la police61, pourraient constituer des éléments explicatifs de l’impunité des malfaiteurs concernés. On comprend dès lors pourquoi 71 des 79 mis en cause, soit quasiment 90 % d’entre eux, appartiennent au néo-banditisme.

Notes

1 Il a été fusionné début 2014 avec son équivalent policier, le STIC, au profit du TAJ (Traitement des antécédents judiciaires).

2 Selon un ancien patron de la PJ marseillaise, le FNAED contient plus de 3 millions de personnes mises en cause pour des crimes et des délits ; cf. Alain Tourre, Histoire de l’Évêché, op. cit., p. 428.

3 Ibid.

4 Le fichier n’est pas réservé à la gent masculine, il comprend aussi des filles. Les pères d’au moins deux d’entre elles étaient également fichés.

5 Cf. Michèle Nourissier-Niquet, Étude sociométrique du gangstérisme contemporain français, op. cit.

6 Ainsi, la fiche d’Antoine Guérini, parrain de Marseille qui a été résistant aux côtés du futur maire de la ville, Gaston Defferre, a été effacée au début de la Ve République par le pouvoir gaulliste à qui les frères Guérini rendaient aussi service. Grâce à ces mêmes états de service, François Marcantoni, mis en cause dans l’affaire Markovic, disposait d’une carte tricolore délivrée par la République. Plus récemment, des notices de malfaiteurs corses chevronnés ont été supprimées à la demande du… directeur de la police ; cf. Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs réseaux, leurs protections, op. cit.

7 Le FRGB a été remplacé par celui des personnes recherchées.

8 Sur ces divers fichiers, cf. Christian Jalby, La police technique et scientifique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2010. L’actualisation du STIC a subi quelques ratés, ce qui a entraîné la condamnation de la France en septembre 2014 par la Cour européenne des droits de l’homme. Cette juridiction supranationale a considéré que le maintien d’une fiche alors que l’auteur du délit avait bénéficié d’un classement sans suite portait une atteinte disproportionnée à sa vie privée.

9 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.

10 Pour que l’on puisse qualifier l’auteur de plusieurs homicides de tueur en série, il faut qu’il ait commis au moins trois meurtres. De plus, les tueurs en série présentent une sexualité déviante et ont vécu une enfance difficile ; cf. Aurélien Dyjak, Tueurs en série. L’invention d’une catégorie criminelle, op. cit.

11 Nos données montrent que, comme les victimes des règlements de comptes, les auteurs présumés ne sont pas connus au STIC en qualité de victimes d’infractions quelconques.

12 Eric J. Hobsbawm, Les bandits, Paris, La Découverte, 2000.

13 Nicole Castan, Le banditisme et l’histoire moderne, in Aspects modernes du banditisme, XVe Congrès de criminologie, Clermont-Ferrand, 1975, p. 91-106 ; Eric J. Hobsbawm, Les bandits, op. cit.

14 Nicole Castan, art. cit.

15 Michèle Nourissier-Niquet, Étude sociométrique du gangstérisme contemporain français, op. cit.

16 Conférence de Michel Péraldi sur l’avenir économique de Marseille, 25 janvier 2017, Marseille, Association Marseille et moi.

17 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit., p. 420.

18 Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs réseaux, leurs protections, op. cit.

19 Thierry Colombié, Interview accordée au Journal du dimanche, 13 mai 2012.

20 Pierre Folacci, Condé. Un flic à la PJ, La Roque d’Anthéron, La Manufacture de livres, 2017, p. 315-316.

21 Frédéric Perri, Carrières criminelles dans le Milieu marseillais, op. cit.

22 Les liens entre le Milieu marseillais et le monde politique trouvent leur origine dans la Résistance et dans la lutte contre le communisme entreprise après la guerre. Les dockers emmenés par la CGT bloquaient le port phocéen en 1950. D’un côté, le maire de Marseille, Gaston Defferre, soutenu par le gouvernement, de l’autre les Américains qui ne pouvaient plus livrer les marchandises promises dans le cadre du Plan Marshall, voulaient le déblocage du port. Le Milieu corse, avec Antoine Guérini à sa tête, ne pouvant plus se livrer au trafic d’héroïne avec l’Indochine, prêta son concours et ses bras pour venir à bout de cette grève. En échange de ces services, le Milieu obtient sinon la bienveillance du moins la neutralité de la mairie sur ses activités ; cf. par exemple Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs réseaux, leurs protections, op. cit. ; Laurence Montel, Crime organisé et politique en France, aperçu historique, Pouvoirs, no 132, 2010, p. 17-27 ; Laurent Chabrun, Affaires marseillaises, Paris, First Éditions, 2014. Ce dernier expose aussi les liens du Milieu avec le monde du football.

23 Nacer Lalam, Drogue et violence ? La régulation des trafics de drogue : une violence contenue ?, art. cit.

24 Julien Dufour, Abdelfettah Kabssi, Bandes. Dérive criminelle et terrorisme, op. cit.

25 Pierre Folacci, Condé. Un flic à la PJ, op. cit., p. 315.

26 Jacques Follorou, La guerre des parrains corses, Paris, Flammarion, 2013, p. 380.

27 Propos rapportés par Romain Capdepon, Marseille : l’inquiétante alliance du Milieu et des bandits des cités, La Provence, 11 juillet 2015.

28 Ibid.

29 Sur cette différence de réseau en tant que structure et de réseau en tant qu’acteur collectif, cf. Amélie Forget, Du réseau comme structure au réseau comme acteur : comment les réseaux sociaux se constituent en acteurs collectifs, in Rémi Boivin, Carlo Morselli (dir.), Les réseaux criminels, op. cit.

30 Sur l’histoire et la structure des organisations criminelles russes, cf. par exemple Thierry Cretin, La Mafia, op. cit. et Arnaud Kalika, Crime organisé russe : le crépuscule des Vor v zakone ?, Les cahiers de la sécurité et de la justice, no 7, mars 2009, p. 93-100.

31 Jérôme Pierrat, La terrible confrérie des voleurs dans la loi, Le Point, 13 juin 2013.

32 Diego Gambetta, La pègre déchiffrée. Signes et stratégies de la communication criminelle, Genève, Marcus Haller, 2014, p. 72.

33 Arnaud Kalika, Crime organisé russe : le crépuscule des Vor v zakone ?, art. cit.

34 Jacques Follorou, La guerre des parrains corses, op. cit. ; Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs réseaux, leurs protections, op. cit.

35 Rapport du procureur de la République de Bastia, Bernard Legras, sur la criminalité organisée en Corse publié par L’Investigateur, 25 avril 2005.

36 Un de ses membres, repenti, en fournit de multiples exemples ; cf. Claude Chossat, Repenti, op. cit.

37 Ibid.

38 Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs réseaux, leurs protections, op. cit.

39 Ces cercles de jeux, objets de deux procès tenus en 2013, étaient gérés de fait par des membres d’organisations criminelles corses.

40 Jacques Follorou, La guerre des parrains corses, op. cit., p. 101-102.

41 Cf. par exemple Marie-Hélène Porri, De Mémé à Jean-Noël Guérini. Un plagiat ?, Paris, Mon petit éditeur, 2012 ; Laurent Chabrun, Affaires marseillaises, op. cit.

42 Jacques Follorou, La guerre des parrains corses, op. cit., p. 241.

43 Thierry Colombié, Stars et truands, op. cit.

44 Grégory Auda, Le crime organisé, une perception variable, un concept polémique, Les cahiers de la sécurité et de la justice, no 7, mars 2009, p. 18.

45 Jérôme Pierrat, Les grands bandits : le Milieu, Historia spécial, no 125, mai-juin 2010, p. 62.

46 Par des journalistes, notamment par Eugène Saccomano dont le livre a inspiré le film Borsalino ; cf. Eugène Saccomano, Bandits à Marseille, Paris, Julliard, 1968.

47 Laurence Montel, Marseille, capitale du crime, op. cit.

48 Frédéric Perri, Carrières criminelles…, op. cit., p. 84 et 90.

49 Alexandre Marchant, La French Connection, entre mythes et réalités, Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 115, vol. 3, 2012, p. 89-102.

50 Frédéric Perri, Carrières criminelles, op. cit.

51 José D’Arrigo, Roger Grobert, Zampa, op. cit. ; Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs réseaux, leurs protections, op. cit. ; entretien avec un ancien juge d’instruction, 22 mai 2014.

52 Xavier Monnier, Les nouveaux parrains de Marseille. L’emprise mafieuse, op. cit.

53 Thierry Colombié, La French Connection. Les entreprises criminelles, op. cit., p. 39.

54 Id., Stars et truands, Paris, Fayard, 2013, p. 109.

55 Ibid., p. 39-40.

56 Gaëtan Zampa, né dans le quartier de Saint-Lazare, derrière la gare Saint-Charles, a grandi aux portes des calanques, à la Cayolle, zone alors rurale située au sud de Marseille face à la prison des Baumettes. Son père, proxénète et organisateur de la traite des blanches, tenait des bars. Ouvrier à l’origine, le père de Zampa a gravi les échelons du banditisme avant de sombrer dans l’oubli et la pauvreté, états que son fils s’était juré de ne pas connaître ; cf. José D’Arrigo, Roger Grobert, Zampa, op. cit.

57 Propos rapportés par Romain Capdepon, Marseille : l’inquiétante alliance du Milieu et des bandits des cités, art. cit.

58 Michèle Nourissier-Niquet, Étude sociométrique du gangstérisme contemporain français, op. cit. ; John Mack, Hans J. Kerner, The Crime Industry, Farnborough, Hants., Saxon House / Lexington, Mass., Lexington Books, 1975.

59 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit.

60 Claude Chossat, Repenti, op. cit., p. 260.

61 Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses, op. cit. ; Frédéric Ploquin, Génération kalachnikov. Les nouveaux gangsters, op. cit.

Table des illustrations

Légende Tableau 42 – Les antécédents des victimes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Tableau 43 – Principales infractions présumées des mis en cause.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 2 – Organisation de la Brise de Mer.
Crédits (Source : d’après Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses, op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7k
Légende Figure 3 – Structure du Milieu marseillais. Alliance historique : la Fraternité.
Crédits (Source : Frédéric Perri, Carrières criminelles, op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50640/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 4 – Réseau de revente de cannabis.
Crédits (Source : Nacer Lalam, Déterminants et analyse économique de l’offre de drogues illicites en France, thèse de doctorat, Paris, Faculté de sciences économiques, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2001.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50640/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Légende Figure 5 – Les relations entre équipes criminelles.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50640/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende Tableau 44 – Réseaux criminels structurés auxquels appartiennent les malfaiteurs.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50640/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search