Version classiqueVersion mobile

Bandits contre bandits

 | 
Anne Kletzen

Chapitre V. Le profil sociodémographique des malfaiteurs

Texte intégral

  • 1 Nous n’avons pas tenu compte des victimes d’infractions incidentes (voir note 8, p. 60).

1Les homicides entre malfaiteurs, de manière générale, sont des entreprises collectives. Œuvre de réseaux, ils impliquent plusieurs bandits. Les 94 dossiers analysés font état de 140 victimes en neuf ans1. 104 d’entre elles sont décédées instantanément ou non, 36 ont été blessées. Ces chiffres englobent, bien sûr, les cibles des règlements de comptes mais aussi les victimes collatérales, c’est-à-dire celles qui n’étaient pas visées par les tueurs. 32 dossiers ont débouché sur la mise en cause de 79 auteurs, co-auteurs, commanditaires ou complices présumés. Tant que les uns et les autres ne sont pas condamnés définitivement, ils sont présumés innocents.

  • 2 Ainsi, une victime était issue d’une riche et respectée famille algérienne. Une autre victime, ayan (...)

2La frontière entre les victimes et les mis en cause est poreuse : les victimes sont souvent, sinon les auteurs, du moins les protagonistes (co-auteurs, complices, commanditaires) d’homicides entre malfaiteurs aboutis ou non tandis que les mis en cause d’aujourd’hui représentent les victimes de demain. Lorsque des malfaiteurs endossent le statut de victimes d’un règlement de comptes, le dossier ouvert à cette occasion ne livre pas beaucoup de renseignements sur eux hormis leur identité et leurs antécédents policiers. Comme on l’a dit, on recueille en revanche des éléments dans les dossiers d’homicides antérieurs dans lesquels ils ont été identifiés à titres divers. Sauf exception2, les malfaiteurs impliqués dans des meurtres sont issus des couches populaires.

  • 3 En effet, les dossiers policiers ne comportent pas d’examen par un psychologue de la personnalité d (...)
  • 4 Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs vict (...)
  • 5 Dans deux affaires, les liens ont été noués lors de l’exercice de l’activité professionnelle des mi (...)

3Bien que l’histoire familiale des intéressés ne ressorte guère des dossiers au stade de l’enquête policière3, on peut dire que les fratries, qu’elles soient ou non recomposées, comportent entre 3 et 11 enfants. Les mères ne travaillent pas ou bien sont souvent affectées à des tâches ménagères dans des institutions publiques lorsqu’elles exercent une activité professionnelle. Les pères sont pour la plupart d’entre eux ouvriers, employés, retraités ou sans emploi. L’alcoolisme et la violence du père sont mentionnés dans deux ou trois dossiers concernant de jeunes malfaiteurs. Certains jeunes auteurs présumés ont connu une enfance et une adolescence difficiles marquées par des placements en foyers. On retrouve là les profils des auteurs d’homicides en général mis en évidence par Laurent Mucchielli4. De plus, comme eux, les malfaiteurs entretiennent des liens interpersonnels tissés dans la famille, sur les bancs de l’école, dans le quartier, au travail ou en prison5.

Des Français autochtones

  • 6 Entretien du 22 septembre 2013.
  • 7 Émile Témime, Marseille, ville de migrations, art. cit.
  • 8 Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité, op. cit.

4Comme l’a souligné un agent de la DIPJ, la cité phocéenne n’importe pas sa délinquance6. Effectivement, les malfaiteurs impliqués dans les règlements de comptes locaux sont autochtones. Leurs origines reflètent celles qui composent Marseille, ville de migrations7. La proportion d’étrangers (7,8 %) y est supérieure à celle des Bouches-du-Rhône (5,7 %) et de la région PACA (6,3 %)8.

Les victimes

  • 9 Cf. Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs (...)
  • 10 Cf. Jean Bazal, Le clan des Marseillais. Des nervis aux parrains, Gémenos, Autres temps, 2006.

5Les victimes cibles sont exclusivement des hommes puisque ce sont eux qui occupent des positions dominantes dans la criminalité organisée. Ce caractère singularise les règlements de comptes entre malfaiteurs par rapport à d’autres homicides9. Les victimes collatérales peuvent être de sexe féminin, notamment lorsque le maniement de l’arme à feu n’est pas maîtrisé par son utilisateur. C’est d’ailleurs le cas dans une seule affaire : la victime collatérale était avec son compagnon dans une cité au moment des faits. Le fait qu’une femme revête le statut de victime collatérale ne représente pas une nouveauté. Ainsi, dans les années 1950, l’ex-commissaire de police René Blémant passé du côté des frères Guérini a été assassiné au volant de son véhicule alors que son épouse était à ses côtés. Cet exemple non isolé tend à nuancer le principe de protection des femmes et des enfants qui serait propre au Milieu : l’assassinat répondait à une commande d’Antoine Guérini. Lui-même sera abattu dans une voiture dans laquelle son fils avait pris place10.

  • 11 Selon l’INSEE, la qualité de français découle de la nationalité acquise en vertu du droit du sol ou (...)

693 % des victimes sont de nationalité française11. Certaines ont des origines maghrébines (46 %), corses (8 %), pied-noires (3 %), sénégalaises (2 %), comoriennes (2 %), gitanes (manouches et tziganes, 2 %), libanaises (0,7 %), vietnamiennes (0,7 %). On ignore les origines des autres victimes.

Tableau 23 – Nationalité des victimes.

  • 12 La possession de faux passeports serait une pratique courante chez les membres de la mafia des Vory (...)

7Parmi les victimes de nationalités étrangères, 5 % sont algériennes, 1,4 % tunisiennes, 0,6 % géorgiennes. Cette dernière victime offre un profil particulier. Non seulement c’est l’une des deux seules victimes de notre échantillon à utiliser un passeport faisant état d’un patronyme usurpé12, mais c’est aussi la seule à ne pas vivre ou travailler dans la région marseillaise. En effet, elle venait d’arriver dans la cité phocéenne après avoir échappé quelques semaines plus tôt à une tentative d’assassinat dans un département voisin. Les membres de son réseau criminel, une mafia ukrainienne, avaient incité ce juge de paix à rejoindre dans une cité marseillaise des personnes sûres, expertes dans le blanchiment et le trafic d’or et de pièces précieuses.

Tableau 24 – Lieux de naissance des victimes.

  • 13 En 2012, les quartiers Nord de Marseille ainsi que les villes de Gardanne et Bouc-Bel-Air ont été c (...)

8Quant aux victimes natives des Bouches-du-Rhône, 90 soit 64 % sont nées à Marseille intra-muros, certaines dans l’arrondissement même où elles sont mortes ou ont été blessées. Les victimes résident essentiellement dans les Bouches-du-Rhône d’abord à Marseille intra-muros, ensuite sur le pourtour de l’étang de Berre, à Aix-en-Provence, à Aubagne et enfin à Gardanne13.

Tableau 25 – Lieux de résidence des victimes.

9En ce qui concerne la ville de Marseille, deux arrondissements des quartiers Nord, le 14e et le 13e, concentrent le plus grand nombre de résidences des victimes. Ces dernières demeurent dans des cités.

Tableau 26 – Lieux de résidence des victimes dans Marseille.

  • 14 Michel Kokoreff, La force des quartiers, Paris, Payot, 2003.

10La sédentarité des victimes est certes liée à leur histoire : celle de familles venues des pays d’Afrique, des Comores, celle aussi de gitans installés, en bref celle de personnes dont les conditions de vie marquées par le chômage et l’exclusion sociale, les condamnaient à demeurer dans les logements locatifs que les bailleurs sociaux leur ont attribués. Mais cette sédentarité, que l’on observe aussi dans les quartiers périphériques résidentiels de Marseille, est liée, voire résulte, de « la force des quartiers », pour reprendre l’expression de Michel Kokoreff, c’est-à-dire de l’identité collective qu’ils façonnent, des racines et de la protection qu’ils offrent à leurs habitants14. C’est certainement l’une des raisons pour lesquelles, surtout dans les cités semble-t-il, des victimes reviennent sur les lieux où elles ont grandi et entretiennent des liens – pas nécessairement liés aux activités criminelles – avec les auteurs ou commanditaires d’homicides entre malfaiteurs.

11On ne dispose pas d’éléments suffisants pour renseigner sur la situation familiale des victimes. Il apparaît toutefois que celles qui appartiennent à l’élite du banditisme, plus âgées que les autres, vivent en couple ; certaines sont pères de famille – et même grands-pères. Quelques affaires mettent en présence des victimes entretenant des liens familiaux : père-gendre ou père-fils, des cousins, cousins-frères, des beaux-frères.

Les mis en cause

12Gilbert Cordeau a pu constater au Québec que les femmes, lorsqu’elles remplissent un rôle dans cet univers essentiellement masculin qu’est le crime organisé, occupent des places secondaires liées à la logistique : conduire une voiture, louer une maison, être titulaire d’une ligne de téléphone…

  • 15 Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs vict (...)

13C’est pourquoi, dans notre échantillon d’affaires, une seule femme est mise en cause pour avoir fourni les moyens de commission du meurtre : il s’agit de l’ex-compagne du tireur présumé qui a prêté sa voiture, laquelle a été utilisée pour transporter l’auteur et l’instrument de l’homicide. Dans une autre affaire, il y a eu un doute sur le sexe du passager de la moto, casqué, et qui a tiré sur la victime. Les mis en cause sont français ; quelques-uns possèdent une double nationalité. Ce constat diffère de la surreprésentation apparente des étrangers, c’est-à-dire des non-métropolitains, dans les homicides mise en évidence par Laurent Mucchielli15. Bien sûr, comme les victimes, et à l’image de la population marseillaise, les mis en cause ont des origines diverses : maghrébines (35 %), corses (11 %), comoriennes (8 %), espagnoles (6 %), gitanes (manouches et tziganes 3 %), africaines (2 %). 86 % des mis en cause sont natifs des Bouches-du-Rhône.

Tableau 27 – Lieux de naissance des mis en cause.

14C’est aussi dans les Bouches-du-Rhône, particulièrement à Marseille intra-muros, que les mis en cause résident.

Tableau 28 – Lieux de résidence des mis en cause.

  • 16 Le 13e arrondissement est celui qui comprend le plus grand nombre de grandes cités sises autour de (...)

15Plus précisément, les mis en cause, à l’instar des victimes, demeurent surtout dans les quartiers Nord de la ville dans les 13e, 14e et 15e arrondissements. Les mis en cause, comme les victimes, résident plutôt dans le très peuplé 13e, dans de grandes cités implantées dans les quartiers de Saint-Jérôme, la Rose et Malpassé16. De même, les mis en cause qui habitent dans les 14e, 15e et 16e arrondissements et ceux qui résident dans les 9e, 10e et 11e arrondissements (quartiers Sud et Est de Marseille) vivent dans des cités. On constate que la cité apparaît comme le seul et unique type d’habitat des malfaiteurs domiciliés dans ces arrondissements dont certains sont à la fois résidentiels et populaires.

16Aucun mis en cause ne réside dans les quartiers les plus huppés de la ville, à savoir les 7e et 8e arrondissements, situés en bord de mer.

Tableau 29 – Lieux de résidence des mis en cause dans Marseille.

17Les quelques éléments relatifs à la situation matrimoniale des mis en cause dont on dispose tendent à montrer que les mis en cause sont en couple. 16,4 % d’entre eux (soit 13) sont pères de famille. Les célibataires sont jeunes.

Tableau 30 – Situation familiale des mis en cause.

18Des liens familiaux unissent les mis en cause impliqués dans une même affaire : par exemple, des fratries d’origine gitane sont liées, du fait de mariages, à des malfaiteurs d’origine sud-africaine ou comorienne. Des cousins, corses, sont également impliqués dans une même affaire. Des oncles et neveux participent aussi au même règlement de comptes entre malfaiteurs. Des liens amicaux noués dans l’enfance ou bien tissés derrière les barreaux unissent aussi certains mis en cause.

Une baisse de l’âge des malfaiteurs ?

  • 17 Cf. Paméla Fréau, Les représentations médiatiques de la criminalité à Marseille, op. cit.
  • 18 Marc Ouimet, Un monde d’homicides, art. cit.
  • 19 Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité, op. cit.
  • 20 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit.
  • 21 Ces arrondissements concentrent le nombre le plus élevé d’enfants de moins de 15 ans ; cf. Laurent (...)

19Le discours médiatique actuel dénonce l’âge de plus en plus jeune des victimes et des auteurs présumés des règlements de comptes17. Parallèlement, des recherches montrent que la violence est essentiellement imputable aux jeunes gens : une ville composée de jeunes serait donc plus prédisposée à des manifestations de violence18. Marseille comporte quasiment 32 % de jeunes ayant moins de 25 ans. C’est un taux un peu plus élevé que celui des Bouches-du-Rhône, de la région PACA et même de la France métropolitaine19. Les données en notre possession attestent d’un rajeunissement de l’âge moyen des victimes et des mis en cause. Ce rajeunissement que l’on observe aussi au Québec20 est lié, en Provence du moins, à l’explosion du marché de la drogue dans les cités et à la multiplication des trafics qu’il engendre. Et ces cités, construites dans les années 1960-1970, sont essentiellement implantées dans les arrondissements renfermant les populations les plus jeunes de la ville de Marseille à savoir les 3e, 11e, 13e, 14e, 15e et 16e arrondissements21.

Une baisse de l’âge moyen des victimes en quelques années

20Nous disposons de l’âge de 137 victimes (sur les 140, il nous manque des données relatives à des victimes collatérales). Nous allons voir que leur âge moyen est de 34 ans. Nous allons aussi constater que les règlements de comptes entre malfaiteurs perpétrés dans les cités produisent des victimes plus jeunes que celles faisant partie du banditisme dit traditionnel.

Tableau 31 – Âge des victimes lors du règlement de comptes.

  • 22 Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs vict (...)
  • 23 Maurice Cusson, Traité de criminologie empirique, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 20 (...)

21Nos données montrent que les cibles des règlements de comptes ont entre 16 et 65 ans au moment des faits. Pratiquement 80 % des victimes sont âgées de 20 à 50 ans, ce qui correspond à l’âge des victimes des homicides en général22. 31,4 % des victimes d’homicides entre malfaiteurs ont entre 31 et 40 ans. Dans cette tranche d’âge, neuf victimes ont 39 ans, sept ont 33 ans, six ont 32 ans, trois sont âgées de 31 ans. Dans les tranches d’âge supérieures, quatre ont 50 ans, trois ont 51, 52 et 55 ans ; une est âgée de 53 ans, trois autres victimes ont 60 ans, une a 62 ans et les deux plus âgées 65 ans. Les plus jeunes victimes sont celles de meurtres sur fond de trafics de stupéfiants dans les cités tandis que les plus âgées appartiennent au Milieu. En effet, en moyenne les personnes du Milieu sont âgées de 46 ans. On retrouve en quelque sorte, mais à propos des membres du Milieu seulement, le constat établi par Maurice Cusson selon lequel plus les malfaiteurs prennent de l’âge, plus ils ont de chances d’être victimes d’un règlement de comptes23.

22Entre 2002 et 2009, l’âge moyen des victimes a perdu jusqu’à 16 années. On est passé, certes sur la base de quelques dossiers impliquant des bandits essentiellement des vieux routiers, de 46 ans en 2002 à 30 ans en 2009. Ce sont, semble-t-il, deux pics exceptionnels liés aux recompositions de la criminalité organisée locale. 2002 et 2009 ont été marquées l’une et l’autre par neuf règlements de comptes, les uns principalement liés à la succession du Belge (ceux de 2002), les autres principalement liés aux trafics de stupéfiants dans les cités (ceux de 2009). À partir de 2010, l’âge moyen des victimes a remonté de deux ans. En 2010 et 2011, il est resté à 32 ans.

Tableau 32 – Âge moyen des victimes des règlements de comptes par année.

23Le jeune âge de quelques victimes (11, 16 et 17 ans) a contribué à dramatiser la question des règlements de comptes dans la plus vieille ville de France. Certes, en 2004, dans le cadre d’un vol de stupéfiants et d’argent, un jeune majeur de 18 ans – dont le frère sera quelques années plus tard également abattu – a été retrouvé mort dans un parc public. Mais, surtout, deux affaires produites à huit jours d’intervalle en 2010 ont impliqué deux adolescents de 16 ans et un enfant de 11 ans.

24Le premier des deux adolescents de 16 ans est une victime collatérale, il a été percuté accidentellement par le conducteur de la voiture qui prenait la fuite après la fusillade commise par ses occupants. Le deuxième adolescent de 16 ans, cible du règlement de comptes, n’était pas vraiment la personne recherchée. En effet, bien qu’il fût guetteur dans une cité, son assassinat s’apparente à une vengeance en réponse à l’homicide survenu huit jours plus tôt dans une guerre pour le contrôle des plans stups dans une cité marseillaise. L’objectif des auteurs de ce meurtre, semble-t-il, était de tuer quelqu’un appartenant au clan X, fournisseur de stupéfiants, à l’origine du premier assassinat. Un enfant de 11 ans a été accidentellement blessé. À ce jour, ce jeune garçon est la plus jeune victime d’un règlement de comptes entre malfaiteurs. En 2011, un autre mineur de 17 ans a été victime d’un homicide commis dans une cité marseillaise toujours sur fond de trafic de stupéfiants. On constate donc qu’en fait, deux mineurs, l’un de 16, l’autre de 17 ans, ont été la cible recherchée de règlements de comptes exécutés au moyen d’une kalachnikov ; ils en sont morts. Deux autres mineurs de 11 et 17 ans, qui se trouvaient au mauvais moment au mauvais endroit, ont été accidentellement blessés.

Des mis en cause essentiellement majeurs

25Les données en notre possession montrent que les mis en cause impliqués dans des meurtres entre malfaiteurs sont essentiellement majeurs.

Des mis en cause ayant entre 16 et 59 ans

26Les mis en cause ont entre 16 et 59 ans au moment de la perpétration du règlement de comptes.

Tableau 33 – Âge des mis en cause au moment du règlement de comptes.

27Dans la tranche d’âge des 16-20 ans, il y a deux mineurs : un jeune tueur de 16 et un adolescent de 17 ans qui pilotait la moto qui a servi à la commission du crime. Parmi les jeunes majeurs, trois ont 18 ans, un a 19 ans, trois ont 20 ans. L’âge moyen est donc de 17 ans. Ce sont les malfaiteurs âgés de 21 à 30 ans qui sont le plus souvent mis en cause : parmi eux, sept ont 21 ans, six ont 22 ans, trois ont 23 ans, trois ont 24 ans, six ont 25 ans, cinq ont 26 ans, trois sont âgés de 27 ans, quatre ont 28 ans, trois ont 29 ans, deux ont 30 ans.

  • 24 Ibid.

28L’âge moyen est donc de 24 ans. Pour les tranches d’âge supérieures, les âges moyens se situent à 32 ans, 45 ans et 56 ans. L’âge moyen des mis en cause toutes classes d’âge confondues est de 26 ans. Il s’inscrit dans la tranche d’âge des meurtriers en général qui neuf fois sur dix sont âgés de 18 à 50 ans24. L’âge moyen des mis en cause appartenant au grand banditisme est de 46 ans, la fourchette s’étendant de 31 à 59 ans (il y a 3 trentenaires, 5 quadragénaires, 5 quinquagénaires).

  • 25 Philippe Pujol, French deconnection. Au cœur des trafics, op. cit.

29Les autres mis en cause ont entre 16 (un seul) et 53 ans (un seul). Le jeune âge des néo-bandits par rapport aux malfaiteurs appartenant à l’élite du banditisme est lié au déroulement des carrières criminelles des uns et des autres : les bandits dits traditionnels ont gravi progressivement les échelons de leur carrière contrairement aux trafiquants des cités qui ont bénéficié de l’explosion récente du marché des stupéfiants et qui ont été confrontés à une concurrence âpre. Et, comme le souligne Philippe Pujol, le gâteau n’est pas aussi gros qu’on le dit, il est donc source de convoitise, y compris pour ramasser les miettes25.

Tableau 34 – Âge moyen des mis en cause dans les règlements de comptes par année.

  • 26 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit.

30Depuis 2008, du fait de la multiplication des trafics générés par le marché de la drogue, l’âge moyen des mis en cause (environ 33 ans sur dix ans) ne cesse de diminuer. Parallèlement, l’âge moyen des victimes (environ 36 ans sur dix ans) diminue aussi. Les mis en cause sont plus jeunes que leurs victimes : ils ont 30 ans au plus alors que celles-ci ont au moins 30 ans. Cette situation diffère de celle observée au Québec où on constate que la majorité des victimes et de leurs agresseurs ont entre 22 et 32 ans. Comme à Marseille toutefois, rares sont ceux qui ont moins de 19 ans26.

Tableau 35 – Âge moyen des victimes et des mis en cause par année.

  • 27 Laurent Mucchielli, Les homicides dans la France contemporaine (1970-2007) : évolution, géographie (...)

31En Provence, la diminution des âges moyens des protagonistes des homicides entre malfaiteurs tend à rapprocher ce type de meurtres des assassinats en général qui sont l’affaire de jeunes hommes adultes âgés de 20 à 30 ans27.

Quelques mineurs

32De 2002 à 2009, aucun mineur n’a été impliqué dans des règlements de comptes entre malfaiteurs. À partir de 2009, la donne change : une affaire compromet un mineur de 17 ans. Ensuite, en 2010, c’est un adolescent de 16 ans qui est mis en cause. Ces deux mineurs présentent une histoire de vie similaire, comme nous allons le constater. L’adolescent tout juste âgé de 17 ans pilotait la moto dont le passager a tiré, il est présumé co-auteur de cet homicide volontaire. Né de parents comoriens installés dans une cité marseillaise, ce jeune a connu une enfance difficile au sein de différents foyers d’éducation. Déscolarisé depuis la 4e, il passe ses journées à pratiquer des jeux vidéo ou à traîner dans la cité avec ses amis. Connu au STIC pour infractions à la législation sur les stupéfiants et délits routiers notamment, il a déjà été incarcéré.

33En 2010, un autre adolescent de 16 ans, collégien, est considéré comme le tireur présumé d’un homicide volontaire dans la deuxième ville de France. Originaire de ladite cité, comme ses parents qui l’ont eu très jeunes, à l’âge de 14 ans pour la mère, de 16 ans pour le père, il connaît une enfance et une adolescence difficiles marquées par une incarcération pour braquage suivie d’un placement en foyer. Il venait de sortir d’un foyer au moment des faits.

  • 28 C’est l’un des rares règlements de comptes où l’intention de tuer ne paraît pas avoir été préalable (...)

34Ces deux adolescents gravitent dans les réseaux opérant dans le trafic de stupéfiants dans les cités marseillaises. Ils ont agi, ou du moins assisté des malfaiteurs qui étaient majeurs. Parmi ceux-ci, trois ont tout juste 18 ans. Le premier était passager d’une moto qui faisait partie du commando des tueurs en 2009. Dans la même affaire, le second jeune pilotait la moto. Enfin, le troisième est l’auteur présumé d’un homicide entre malfaiteurs commis dans une cité aixoise en 2011. Il offre un profil atypique en ce sens qu’il s’agit d’un bachelier qui, selon son entourage, ne fréquentait personne de cette cité dont il était originaire. Il n’y vivait plus car il avait choisi de préparer un bac général ailleurs. Il semble qu’il ait tué pour défendre son père, qui avait demandé à un groupe de jeunes de traiter leurs affaires ailleurs que sous ses fenêtres. Il n’était pas connu de la police28, ce qui est rarissime en matière de règlements de comptes.

Des malfaiteurs dotés d’un faible capital scolaire et professionnel

  • 29 Cf. Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs (...)

35Les victimes comme les mis en cause possèdent un faible capital tant scolaire que professionnel. Ce sont là des caractéristiques communes à tous les types d’homicides29.

Des parcours scolaires courts

  • 30 Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité : résultats de l’enquête M (...)

36À Marseille, 23,9 % de la population non scolarisée n’a aucun diplôme, elle se concentre surtout dans les 1er, 2e, 3e, 14e, 15e et 16e arrondissements. C’est un taux supérieur à celui des Bouches-du-Rhône (20,8 %) et de PACA (18,8 %)30. On va voir que les malfaiteurs impliqués dans les règlements de comptes perpétrés en Provence ont suivi un parcours scolaire sommaire.

Les victimes

37Les données sur la scolarité des victimes concernent seulement 26 d’entre elles. Elles montrent que les intéressés ont suivi un parcours scolaire que l’on peut qualifier de sommaire.

Tableau 36 – Parcours scolaire des victimes.

  • 31 Sur ce point, cf. Robert Castel, Jean-Louis Reiffers, Nous avons quelque chose à vous dire, op. cit

38Des arrêts de scolarité ont eu lieu en 3e ou même avant (en 4e). Deux victimes sont titulaires du certificat d’études, trois possèdent un BEP d’électrotechnique, une détient deux CAP, l’un de carrosserie, l’autre de peinture, une autre a obtenu un CAP de comptabilité, une autre de soudeur, une autre enfin de cuisine. Des victimes des fusillades mortelles liées aux trafics de stupéfiants dans les années 2010-2011 ont connu des parcours scolaires marqués par de l’indiscipline, de l’absentéisme et de l’exclusion pour quelques-unes. Par ailleurs deux jeunes suivaient l’école de la deuxième chance, mise en place dans les quartiers considérés comme difficiles31. Enfin, notons qu’une victime possédait un haut niveau sportif sanctionné par diverses récompenses au niveau départemental et national.

Les mis en cause

39Nous disposons de données concernant la scolarité de 40 mis en cause seulement. Il apparaît que parmi eux, deux n’ont pas franchi le cap de la 6e (l’un des deux s’étant arrêté en CM2), deux ont le certificat d’études, au moins deux possèdent le BEPC, un est titulaire d’un diplôme de gestion délivré par la Chambre de commerce. Trois mis en cause ont poursuivi leurs études au lycée. Un seul est titulaire du baccalauréat. Ceux qui ont opté pour des formations techniques (CAP de boucherie, métallurgie, menuiserie, installation sanitaire, BEP de plomberie, maçonnerie, microtechnique, électrotechnique, électromécanique, électricité) les ont semble-t-il achevées dans 80 % des cas.

Tableau 37 – Parcours scolaire des mis en cause.

La surreprésentation de malfaiteurs sans profession

  • 32 Entretien avec un ancien magistrat, 22 mai 2014.
  • 33 Michèle Nourissier-Niquet, Étude sociométrique du gangstérisme contemporain français, Paris, Instit (...)

40Détenir une activité professionnelle permet, outre de commettre certaines activités illicites et de justifier des trains de vie, de faire preuve d’insertion sociale et de respectabilité. Pour ces motifs, déjà, dans les années 1960 une « figure marquante du Milieu marseillais » (terme utilisé par la cour d’appel de Paris dans un arrêt la concernant) s’était présentée devant le juge d’instruction comme un « honnête commerçant » (il possédait plusieurs établissements dont l’un recevait la bonne société marseillaise)32. Et dans les années 1970, le service central d’étude de la délinquance du ministère de l’Intérieur notait déjà que bon nombre des nouveaux bandits exerçaient une profession licite : menuisier, serrurier… Le banditisme gagne toutes les couches sociales, concluait-il33.

  • 34 Plus d’un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté, ce qui est supérieur à la moyenne n (...)
  • 35 Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs vict (...)
  • 36 Ibid.

41De nos jours, dans un contexte de chômage endémique dans une ville plutôt pauvre34, les malfaiteurs sans emploi impliqués dans les meurtres entre pairs sont surreprésentés. On retrouve là les conclusions de Laurent Mucchielli à propos des assassinats en général35. Toutefois, le chômage constitue un indicateur pertinent mais pas suffisant pour constituer une variable explicative des homicides dans la mesure où un faible taux de chômage n’est pas systématiquement corrélé avec un faible taux d’homicide. Ainsi, la Corse connaît un faible taux de chômage mais un taux important d’homicides36.

Les victimes

42La situation des victimes au regard du marché de l’emploi n’est pas mentionnée à propos de 33 d’entre elles. De plus, quatre sont sans activité professionnelle parce qu’elles sont mineures. On dispose par conséquent de la situation de 103 victimes (sur 140, rappelons-le).

Tableau 38 – Situation des victimes sur le marché de l’emploi.

  • 37 Laurent Mucchielli, Homicide, anomie, pauvreté et désaffiliation, art. cit.

43Comme les victimes d’homicides en général37, les victimes de meurtres entre bandits sont peu nombreuses à exercer une activité professionnelle. Certaines ne travaillent pas au moment de la perpétration du règlement de comptes car elles sortent de prison. Quelques-unes, peu nombreuses, ont déjà exercé des activités professionnelles en particulier dans la fonction publique territoriale où elles ont occupé des emplois de catégorie C. Une autre occupe un emploi fictif dans une société de voitures.

Tableau 39 – Profession exercée par les victimes.

  • 38 Le milieu du football suscite les appétits du Milieu en raison des sommes d’argent brassées liées a (...)

44Parmi les victimes qui disposent d’une situation professionnelle, 10 sont employées ou gérantes de bars, 2 officient dans des alimentations de nuit, 3 sont chauffeurs ou transporteurs routiers, 1 est garagiste, 1 est footballeur, 1 animateur sportif, une autre est patron d’une petite entreprise de BTP, un autre préside aux destinées d’une société d’import-export. Une autre encore œuvre comme intermédiaire dans des transactions. C’est semble-t-il une façade car la société n’a aucune activité. Les personnes appartenant au Milieu ont exercé une profession au moment des faits (footballeur38, intermédiaire, tenancier ou employé de bistrot ou de discothèque…).

Les mis en cause

45Trois mis en cause ne sont pas encore entrés sur le marché de l’emploi parce qu’ils sont sur les bancs du collège (1) ou du lycée (2). On dispose donc de la situation professionnelle de 76 malfaiteurs mis en cause.

Tableau 40 – Situation des mis en cause sur le marché de l’emploi.

4639,2 % des mis en cause – notamment ceux qui appartiennent à l’élite du banditisme – ont déclaré, au moment de leur audition, pratiquer une activité professionnelle. Cette activité s’inscrit dans des secteurs variés : agriculture, restauration, fonction publique territoriale. Il y a même une profession juridique. Bien que nos données ne nous permettent pas d’appréhender les modalités de travail des mis en cause comme des victimes d’ailleurs (contrat à durée déterminée, contrat à durée indéterminée, temps plein, temps partiel, etc.), rares semblent être ceux qui exercent une profession stable. Nous avons l’exemple d’un chauffeur routier en poste depuis douze ans qui a pu ainsi acheter l’appartement dans lequel il réside ou bien celui d’un gérant de société qui officie dans le monde de la nuit et de la restauration. Ce gérant de société qui recevait à sa table des notables locaux a entretenu des relations étroites puis conflictuelles avec les membres d’une organisation criminelle allochtone.

Tableau 41 – Profession exercée par les mis en cause.

  • 39 Sur ce point, cf. Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs rés (...)

47Les malfaiteurs qui disposent d’un statut professionnel ont tissé des liens avec les milieux économiques, politiques, voire policiers39. Ce fort ancrage social crée un fossé avec les bandits des cités qui, en raison de la configuration géographique de celles-ci et de l’absence de mixité sociale, vivent davantage en autarcie. D’où des valeurs, des styles de vie et des modes de fonctionnement différents.

Une intériorisation de certaines normes sociales

48Le faible capital scolaire et professionnel des malfaiteurs ne constitue pas un obstacle à une intériorisation de certaines normes sociales en particulier celles de l’entreprise.

Une intériorisation des valeurs de la société de consommation

  • 40 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.
  • 41 Frédéric Ploquin, Génération kalachnikov. Les nouveaux gangsters, Paris, Fayard, 2014.

49Les jeunes, dans des affaires récentes notamment, affirment consommer alcool, joints et/ou cocaïne. Ce dernier produit, selon la police judiciaire marseillaise, fait partie de la panoplie des trafiquants de drogues40. Les policiers disent que l’absorption de produits psychotropes, jointe au fonctionnement de ces réseaux, rend ces jeunes incontrôlables pour le grand banditisme. Celui-ci ne les utilise donc qu’avec parcimonie. Par rapport à leurs aînés, les malfaiteurs des cités sont plus jeunes, plus riches aussi du fait de l’explosion du marché de la drogue, plus armés également en raison de la facilité avec laquelle ils se procurent des armes provenant des pays de l’Europe de l’Est. Mais ces jeunes dépourvus de toute perspective professionnelle et sociale ont, à l’image des valeurs véhiculées par la société actuelle et certaines de ses élites, le goût de l’argent facile, le goût du paraître, le goût de la flambe41. Deux jeunes majeurs mis en cause dans un règlement de comptes sur un de leurs amis d’enfance ont décrit leur style de vie aux enquêteurs : ils dorment toute la journée, fréquentent les bars le soir. L’un d’eux, âgé de 18 ans à peine, sans revenu, sans profession, dépend des uns et des autres pour vivre. Fumeur régulier de joints, il explique « être tombé dans une spirale dans laquelle [on ne peut pas] imaginer à quoi ça correspond. J’essaie de m’en sortir, dit-il mais la société ne veut pas de moi ; alors, je préfère ne rien faire ». L’autre, âgé de 20 ans, expose qu’il dort toute la journée et que le soir, il flambe. Il assouvit sa passion du jeu grâce à l’héritage laissé par un membre de sa famille… autrefois fiché au grand banditisme.

  • 42 Frédéric Lirzin, Itinéraire d’une rebelle, Marseille, op. cit.
  • 43 On pense ici à Antoine Guérini, Gaëtan Zampa et plus récemment Francis Vanverberghe ; cf. Jean-Pier (...)

50Les organisateurs des trafics dans les cités mais aussi quelques « beaux voyous » qui furent proches de Francis le Belge ou même de figures du banditisme local mènent grand train. Portant montres et vêtements de marque, ils circulent dans des véhicules de grosses cylindrées, partent en villégiature sur la Côte d’Azur ou aux sports d’hiver. Ces signes ostentatoires de richesse tendent, certes, à afficher une certaine réussite sociale. Mais ils contribuent aussi à imiter les pratiques des grandes figures du Milieu, celles des Guérini, Zampa, Imbert. Enfin, sur un autre registre, cet affichage contribue à estomper les inégalités de richesses entre le nord et le sud de Marseille42. C’est oublier que la bourgeoisie marseillaise traditionnelle, installée dans des maisons entourées de hauts murs nichées dans les quartiers Sud, vit discrètement et a toujours été peu adepte du « bling-bling ». C’est également oublier que l’embourgeoisement des grands bandits, lorsqu’ils se sont sentis tout-puissants et reconnus, a participé à leur chute : ils ont abandonné toute méfiance vis-à-vis de leurs pairs dont ils ont suscité les appétits43. Cette parenthèse fermée, ces trains de vie sont élevés au regard des revenus officiels des intéressés. Bien que ces derniers justifient leur train de vie par des héritages reçus, la police y voit une caractéristique de l’activité des trafiquants de drogue. Surtout lorsque des victimes sont trouvées en possession d’importantes sommes d’argent en liquide (dans les affaires étudiées, les sommes découvertes vont de 150 à 9000 €), et même de drogue (par exemple 1 kg de cocaïne a été découvert dans le coffre d’une victime).

Une intériorisation des valeurs de l’entreprise

  • 44 Des fortunes brassées, puis flambées ou réinvesties, La Provence, 20 octobre 2014.

51Des malfaiteurs, vieux routiers ou néo-bandits, ont le souci de l’économie et du placement puisqu’ils investissent dans l’immobilier au Maghreb et en Espagne notamment où la législation, on l’a dit, est plus souple qu’en France quant à la justification de l’origine des fonds. D’autres acquièrent des cybercafés. Selon la police judiciaire, les trafiquants de stupéfiants achètent maintenant des appartements situés dans les cités marseillaises et les louent44. Ils ont donc intégré les notions d’épargne et de placement.

52Le vocabulaire utilisé est celui du monde de l’entreprise. Ainsi, dans une affaire d’homicide entre malfaiteurs liée à un vol de stupéfiants, la victime, au sein du trafic de stupéfiants dans la cité, « était gérante c’est-à-dire chef d’équipe », ce qui lui rapportait 3000 € par mois.

  • 45 Dominique Dupré, Michel Kokoreff, Monique Weinberger, Carrières, territoires et filières pénales. P (...)

53On retrouve là les conclusions des travaux de Dominique Dupré et al., de Michel Kokoreff et enfin de Pierre Roche45. Tous montrent que, loin des idées reçues, ceux qui participent au trafic de stupéfiants, quelle que soit leur fonction, travaillent durement. Certes, les produits du travail sont rarement affectés à la vie familiale. À cet égard, un seul des dossiers étudiés montre que le trafic de stupéfiants fait vivre une famille ; la sœur d’un trafiquant y est d’ailleurs partie prenante. Mais, de manière générale, et bien que des recherches restent à entreprendre sur ce point, les familles ne semblent pas participer aux trafics ; elles les subissent, faute de pouvoir faire autrement.

  • 46 Michel Kokoreff, Mythes et réalités des économies souterraines dans les banlieues populaires frança (...)
  • 47 Xavier Monnier, Les nouveaux parrains de Marseille. L’emprise mafieuse, op. cit.

54Les produits des trafics sont surtout destinés à « la flambe46 ». Ils sont également attribués au bien-être collectif selon certains journalistes d’investigation : achat de forfaits de ski et de piscines gonflables pour les enfants des cités. Ils sont enfin réinjectés dans l’économie légale, comme on l’a dit47. Des recherches restent néanmoins à entreprendre sur ce point. Toutefois, et on terminera ainsi ce paragraphe, le mode de vie des malfaiteurs, confrontés à une banalisation de la mort et de la violence notamment du fait d’une pratique assidue des jeux vidéo, est placé sous le sceau de l’urgence, de la rapidité et de l’immédiateté. C’est pourquoi, selon l’ancien hôte de l’Évêché, le commissariat central de la ville, le banditisme est passé au mode « fast », comme le secteur alimentaire.

  • 48 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit., p. 422.

55À peine repérées, les bandes s’éparpillent pour éventuellement en constituer une nouvelle tout aussi éphémère avec d’autres complices : « le temps de monter un coup et ensuite ils se séparent. Du vite fait pas forcément bien fait. […] Et quand le partage du butin est mal fait, “on cause pas (sic), on flingue”. Tant pis pour les dégâts collatéraux48 ».

56On va maintenant présenter les carrières criminelles des malfaiteurs impliqués dans des meurtres sur leurs pairs.

Notes

1 Nous n’avons pas tenu compte des victimes d’infractions incidentes (voir note 8, p. 60).

2 Ainsi, une victime était issue d’une riche et respectée famille algérienne. Une autre victime, ayant grandi dans un bidonville marseillais, avait incité son jeune frère à poursuivre sa scolarité et ses études supérieures afin d’embrasser une carrière juridique.

3 En effet, les dossiers policiers ne comportent pas d’examen par un psychologue de la personnalité des suspects ni de rapport d’expertise psychiatrique tendant à établir l’existence ou non de pathologie mentale.

4 Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs victimes, art. cit.

5 Dans deux affaires, les liens ont été noués lors de l’exercice de l’activité professionnelle des mis en cause. Ceux-ci étaient transporteurs routiers, activité qui, comme toutes les activités liées au transport, favorise les trafics, comme on a pu le constater dans une recherche antérieure (Anne Kletzlen, La douane face aux trafics de cigarettes et de monnaies, op. cit.).

6 Entretien du 22 septembre 2013.

7 Émile Témime, Marseille, ville de migrations, art. cit.

8 Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité, op. cit.

9 Cf. Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs victimes, art. cit.

10 Cf. Jean Bazal, Le clan des Marseillais. Des nervis aux parrains, Gémenos, Autres temps, 2006.

11 Selon l’INSEE, la qualité de français découle de la nationalité acquise en vertu du droit du sol ou du droit du sang.

12 La possession de faux passeports serait une pratique courante chez les membres de la mafia des Vory v zakone dont la victime faisait partie ; cf. Jérôme Pierrat, La terrible confrérie des voleurs dans la loi, Le Point, 13 juin 2013.

13 En 2012, les quartiers Nord de Marseille ainsi que les villes de Gardanne et Bouc-Bel-Air ont été classés en zones de sécurité prioritaires. Une approche globale a été mise en place dans les cités de ces communes.

14 Michel Kokoreff, La force des quartiers, Paris, Payot, 2003.

15 Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs victimes, art. cit. ; Laurent Mucchielli, Homicide, anomie, pauvreté et désaffiliation, Revue européenne des sciences sociales, no 42, vol. 129, 2004, p. 261-273.

16 Le 13e arrondissement est celui qui comprend le plus grand nombre de grandes cités sises autour de deux stations de métro. Certaines cités sont marquées par la prévalence de certaines communautés d’habitants par rapport à d’autres.

17 Cf. Paméla Fréau, Les représentations médiatiques de la criminalité à Marseille, op. cit.

18 Marc Ouimet, Un monde d’homicides, art. cit.

19 Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité, op. cit.

20 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit.

21 Ces arrondissements concentrent le nombre le plus élevé d’enfants de moins de 15 ans ; cf. Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité, op. cit.

22 Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs victimes, art. cit.

23 Maurice Cusson, Traité de criminologie empirique, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 2003, p. 91-112.

24 Ibid.

25 Philippe Pujol, French deconnection. Au cœur des trafics, op. cit.

26 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit.

27 Laurent Mucchielli, Les homicides dans la France contemporaine (1970-2007) : évolution, géographie et protagonistes, in Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg (dir.), Histoire des homicides en Europe, op. cit.

28 C’est l’un des rares règlements de comptes où l’intention de tuer ne paraît pas avoir été préalablement arrêtée. Elle semble résulter du déroulement des faits et présente un caractère individuel.

29 Cf. Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs victimes, art. cit.

30 Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité : résultats de l’enquête Marseille 2014. Annexe I : portrait social de la ville, op. cit.

31 Sur ce point, cf. Robert Castel, Jean-Louis Reiffers, Nous avons quelque chose à vous dire, op. cit.

32 Entretien avec un ancien magistrat, 22 mai 2014.

33 Michèle Nourissier-Niquet, Étude sociométrique du gangstérisme contemporain français, Paris, Institut de criminologie, Faculté de droit, Université Paris II, 1980.

34 Plus d’un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté, ce qui est supérieur à la moyenne nationale. Dans les 1er, 2e, 14e et 15e arrondissements, presque la moitié des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Dans le 3e arrondissement, 55 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. On dénombre plus d’un quart de chômeurs dans les 1er, 2e, 3e, 13e et 14e arrondissements alors que le taux de chômage des 15-64 ans est de 17,4 %. Les 13e et 14e possèdent un taux de chômage supérieur à la moyenne communale ; Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité, op. cit.

35 Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs victimes, art. cit. ; Laurent Mucchielli, Les homicides dans la France contemporaine (1970-2007) : évolution, géographie et protagonistes, in Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg (dir.), Histoire des homicides en Europe, op. cit.

36 Ibid.

37 Laurent Mucchielli, Homicide, anomie, pauvreté et désaffiliation, art. cit.

38 Le milieu du football suscite les appétits du Milieu en raison des sommes d’argent brassées liées aux transferts des joueurs et au marché de la sécurité sur les stades ; cf. Foot et grand banditisme, les liaisons dangereuses [http://francetv.info] ; Jean-François Gayraud, Showbiz, people et corruption, Paris, Odile Jacob, 2009.

39 Sur ce point, cf. Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs réseaux, leurs protections, Paris, Fayard, 2004.

40 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.

41 Frédéric Ploquin, Génération kalachnikov. Les nouveaux gangsters, Paris, Fayard, 2014.

42 Frédéric Lirzin, Itinéraire d’une rebelle, Marseille, op. cit.

43 On pense ici à Antoine Guérini, Gaëtan Zampa et plus récemment Francis Vanverberghe ; cf. Jean-Pierre Hernandez, Quand j’étais gangster. Mémoires, op. cit.

44 Des fortunes brassées, puis flambées ou réinvesties, La Provence, 20 octobre 2014.

45 Dominique Dupré, Michel Kokoreff, Monique Weinberger, Carrières, territoires et filières pénales. Pour une sociologie comparée des trafics de drogues, Paris, OFDT, 2001 ; Michel Kokoreff, Les trafics de drogue, op. cit. ; Pierre Roche (dir.), La proximité à l’épreuve de l’économie de la débrouille. Situation de travail et postures professionnelles des travailleurs sociaux, Mairie de Marseille, Actes de la XIIIe conférence-débat, décembre 2007.

46 Michel Kokoreff, Mythes et réalités des économies souterraines dans les banlieues populaires françaises, in Michel Kokoreff, Michel Péraldi, Monique Weinberger (dir.), Économies criminelles et mondes urbains, op. cit., p. 73-87 ; Philippe Pujol, French deconnection. Au cœur des trafics, op. cit. ; Frédéric Ploquin, Génération kalachnikov. Les nouveaux gangsters, op. cit.

47 Xavier Monnier, Les nouveaux parrains de Marseille. L’emprise mafieuse, op. cit.

48 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit., p. 422.

Table des illustrations

Légende Tableau 23 – Nationalité des victimes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Légende Tableau 24 – Lieux de naissance des victimes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Tableau 25 – Lieux de résidence des victimes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Tableau 26 – Lieux de résidence des victimes dans Marseille.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Tableau 27 – Lieux de naissance des mis en cause.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Tableau 28 – Lieux de résidence des mis en cause.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Tableau 29 – Lieux de résidence des mis en cause dans Marseille.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Tableau 30 – Situation familiale des mis en cause.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Tableau 31 – Âge des victimes lors du règlement de comptes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Tableau 32 – Âge moyen des victimes des règlements de comptes par année.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Tableau 33 – Âge des mis en cause au moment du règlement de comptes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Légende Tableau 34 – Âge moyen des mis en cause dans les règlements de comptes par année.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Tableau 35 – Âge moyen des victimes et des mis en cause par année.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Tableau 36 – Parcours scolaire des victimes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Tableau 37 – Parcours scolaire des mis en cause.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Tableau 38 – Situation des victimes sur le marché de l’emploi.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Tableau 39 – Profession exercée par les victimes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Tableau 40 – Situation des mis en cause sur le marché de l’emploi.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Tableau 41 – Profession exercée par les mis en cause.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50635/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search