Version classiqueVersion mobile

Bandits contre bandits

 | 
Anne Kletzen

Chapitre IV. Les enjeux des règlements de comptes entre malfaiteurs

Texte intégral

  • 1 Cf. Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs (...)
  • 2 Ainsi, deux malfaiteurs, dont l’un est fiché au banditisme régional et l’autre travaille pour lui, (...)
  • 3 Pino Arlacchi, Mafia et compagnies, op. cit.

1Les enjeux des meurtres perpétrés entre bandits ne sont pas toujours faciles à déceler, faute d’identification et donc d’interrogatoires des mis en cause, faute aussi d’auditions des victimes. Néanmoins, il apparaît clairement, et cela contrairement aux homicides en général1, que les règlements de comptes entre malfaiteurs ne sont pas le fait d’individus qui n’ont rien à perdre puisqu’ils n’exercent aucune activité professionnelle, ne sont porteurs d’aucun projet professionnel ou personnel. Bien au contraire, les personnes impliquées dans les règlements de comptes défendent leur réputation, leur marché, leur territoire, voire leur travail certes illégal2. Car hier comme aujourd’hui, l’homicide est un moyen d’asseoir la situation des malfaiteurs au sein du Milieu3 comme au sein des bandes qui évoluent dans les cités.

2L’homicide exerce donc une fonction de reconnaissance sociale : cette dernière résulte du « professionnalisme » des malfaiteurs. Le meurtre est par conséquent moins utilisé qu’avant par l’élite du banditisme et davantage par les jeunes trafiquants. L’usage de l’homicide intervient principalement sur fond de trafics de stupéfiants et de machines à sous. Après avoir présenté ces deux marchés criminels, nous exposerons les enjeux des fusillades mortelles.

Des homicides sur fond de trafics de stupéfiants et de machines à sous

  • 4 Gilbert Cordeau, Les homicides entre délinquants : une analyse des conflits qui provoquent des règl (...)
  • 5 Une recherche a souligné les porosités entre les trafics de cigarettes et de stupéfiants qui emprun (...)
  • 6 Cf. par exemple Delphine Saubaber et Xavier Monnier, Aix-en-Provence sous l’emprise du Milieu, L’Ex (...)

3Gilbert Cordeau a montré que certains règlements de comptes entre malfaiteurs, ceux qu’il qualifie de règlements de comptes compétitifs, sont liés aux gains qui peuvent être retirés d’un marché criminel et à la déstructuration de ce marché. Selon ce chercheur, ces gains consistent dans l’appropriation d’un commerce et de la clientèle qui lui est liée. Le marché est structuré, précise Gilbert Cordeau, lorsqu’il est organisé et bien régulé4. Pour ces motifs, dans notre échantillon de dossiers, les marchés des discothèques et des cigarettes entre autres5 ont été épargnés par les violences mortelles. Certes, dans les années 1990, le contrôle en sous-main des discothèques dans les Bouches-du-Rhône par les équipes criminelles a provoqué une vingtaine de morts6. Quelques décennies plus tôt, la contrebande de cigarettes, à travers notamment l’affaire du Combinatie, avait elle aussi généré son cortège d’assassinats.

  • 7 Peter Reuter, Disorganized Crime : the Economics of the Visible Hand, Cambridge, Mass., The MIT Pre (...)

4De nos jours, il ressort de notre matériau que ce sont les machines à sous et les trafics de stupéfiants qui forment des marchés propices aux homicides entre malfaiteurs. Ils sont gérés par des acteurs organisés en petites entreprises relativement éphémères et concurrentielles7.

Le marché des machines à sous

  • 8 Pour des raisons personnelles, le ministre et maire de Marseille détestait les jeux. C’est pourquoi (...)
  • 9 Elisabeth Vercher, La transformation des jeux de casino depuis 1987, thèse de doctorat en informati (...)
  • 10 À Paris, l’implantation de casinos est interdite. Il n’y a que des cercles de jeux dont la gestion, (...)

5Les jeux n’ont pas toujours été tolérés par l’État français, soucieux de protéger ses propres produits : loto, PMU, etc. Leur histoire oscille de ce fait entre légalisation et interdiction par le ministère de l’Intérieur. En 1983, le ministre de l’Intérieur et maire de Marseille Gaston Defferre interdit les jeux d’argent dans les casinos8. Quatre ans plus tard, Charles Pasqua, alors locataire de la place Beauvau, a mis fin à cette interdiction pour sauver les casinos qui traversaient une période difficile sur le plan financier. Les casinos connaissent ensuite un regain d’activité et attirent de nouvelles clientèles9. En 1995, après une énième interdiction, Charles Pasqua, de nouveau ministre de l’Intérieur, autorise le retour de certaines machines à sous : pratiquement tolérées dans les casinos seulement10, elles sont soumises à une réglementation très stricte. Sur ce point, la situation de la France est singulière en Europe car c’est le seul pays qui interdit les jeux d’argent dans les cafés-bars.

  • 11 Ainsi en est-il des frères Antoine et Barthélémy Guérini tombés lorsqu’ils ont voulu s’attaquer aux (...)
  • 12 Audrey Valero, Les organisations criminelles en région PACA, mémoire de master, Aix-en-Provence, IS (...)

6Le jeu représente un secteur d’activité traditionnel du Milieu dans lequel ses membres éminents ont débuté11. Les courses de chevaux et paris truqués d’hier ont laissé la place aux machines à sous. Celles-ci, appelées les « bandits manchots » ou encore les « gagneuses » par référence aux prostituées, ont été inventées par un mafieux américain de haut rang, Franck Costello, associé à Lucky Luciano et Meyer Lansky. Dès la fin de la prohibition, en 1933, il en a placé 5000 à New York. Les machines ont ensuite été popularisées en France dans les années 1980 par Zampa d’abord autour de l’étang de Berre, puis dans tout le midi de la France. Au début du xxie siècle, le marché s’est implanté le long du couloir rhodanien, l’Île-de-France et le nord du pays12.

  • 13 Ces informations émanent d’un blog consacré au grand banditisme [http://lunik-parrain.skyrock.com/3 (...)
  • 14 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.

7L’achat d’une « baraque » coûte cher (4000 €). L’exploitation exige donc la possession d’un certain capital de départ. Il est vite amorti : la DIPJ de Marseille a estimé qu’une machine rapportait environ 7500 € par mois. Le parc clandestin qui serait composé de 6000 machines rapporterait environ 300000 € alors que les machines à sous légales rapporteraient environ 1000000 €13. Comme les gains clandestins sont inférieurs à ceux provenant des trafics de stupéfiants, les machines à sous seraient en perte de vitesse14. Pourtant, pour ceux qui les exploitent et les placent hors les casinos, les risques pénaux sont peu élevés : 30000 € d’amende quelquefois acquittés par le groupe criminel qui a placé les machines, fermeture administrative de l’établissement pour six mois, et une peine de prison maximale de deux ans.

8D’autant que comme il s’agit de faits mineurs, le SRPJ ne peut pas demander une commission rogatoire pour écumer les bars de la région afin de débusquer les machines à sous suspectes. Celles-ci seraient placées dans certains types de bars, des bistrots de quartiers en particulier. Lorsque des patrons de bars se montrent récalcitrants pour accueillir une machine à sous non conforme à la réglementation, le réparateur de celle-ci a pour mission de changer la serrure des jeux. Cette transformation interdit au patron du bar de récupérer l’argent du jeu. Le refus d’un patron de bistrot de recevoir de nouvelles baraques peut aussi se traduire par un homicide, comme cela semble s’être produit dans un règlement de comptes perpétré à Marseille.

9David Lieutet a montré comment les équipes criminelles gèrent les jeux clandestins. Il a schématisé une structure d’exploitation de ces jeux en Île-de-France ; elle est transposable ailleurs.

Figure 1 – Exemple d’une structure d’exploitation de jeux clandestins en Île-de-France.

(Source : David Lieutet, Jeux clandestins et délinquance organisée, mémoire de master, Aix-en-Provence, ISPEC, Faculté de droit, Université Aix-Marseille III, 2003.)

10Dans les affaires d’homicides entre malfaiteurs étudiées, des placiers de machines à sous se sont fait tuer.

Le marché des stupéfiants

  • 15 Au moment de la fabrication de ce texte déjà se posait la question du bien-fondé de l’incrimination (...)
  • 16 D’où le débat récurrent sur la dépénalisation des drogues douces dont le cannabis, substance la plu (...)
  • 17 Inversement, lorsque la demande de produits est supérieure à l’offre, il n’y a pas d’homicides ; cf (...)
  • 18 Nacer Lalam, Drogue et violence ? La régulation des trafics de drogue : une violence contenue ?, Le (...)

11Marseille est devenue dans les années 1930, grâce à Carbone et Spirito qui ont su tirer parti des opportunités qu’offraient les liaisons maritimes avec l’Indochine, une plaque tournante du trafic de stupéfiants. Les produits acheminés dans la cité phocéenne et leurs modes de transport ont varié depuis cette époque. À l’opium tout d’abord destiné aux fumeries locales et au laboratoire de fabrication de la morphine, à l’héroïne ensuite principalement destinée à la consommation américaine, a succédé le cannabis à usage essentiellement local. L’opium provenait d’abord d’Indochine, ensuite du Moyen-Orient, et l’héroïne, fabriquée à Marseille et dans sa région, empruntait surtout la voie maritime. En revanche, le cannabis, exporté du Maroc via l’Espagne, est acheminé par les voies maritime et terrestre. Le trafic de stupéfiants est devenu un problème pour les autorités françaises en 1969 seulement à la demande de Nixon : l’héroïne provenant de Marseille causait des overdoses outre-Atlantique et les autorités américaines reprochaient à la France, alors pas concernée par la consommation de ce produit, de laisser faire les trafics. C’est l’un des événements ayant conditionné l’élaboration de la loi du 31 décembre 1970 prohibant l’usage de stupéfiants et renforçant les peines en matière de trafic15. Cette loi n’a permis d’endiguer ni la consommation ni le trafic de stupéfiants16. Bien au contraire, le caractère massif de la consommation du cannabis a entraîné une explosion des trafics et donc de ses acteurs. Et comme l’a bien montré Paul Goldstein, lorsque l’offre est supérieure à la demande, les dealers se trouvent en concurrence pour écouler leurs marchandises17. Cette situation de concurrence est source de tensions et de conflits. Dans ce contexte, les heurts spontanés débouchent plus facilement sur des homicides18.

  • 19 Cf. Michel Kokoreff, L’économie de la drogue : des modes d’organisation aux espaces de trafic, Les (...)
  • 20 Luc Leroux, Cannabis : le réseau marseillais à la loupe, La Provence, 13 mai 2012.

12La misère économique et sociale constitue un terreau favorable au développement des trafics de stupéfiants dans les cités marseillaises – comme dans les cités d’autres villes19 –, dont certaines connaissent des taux de chômage avoisinant les 60 %. Dans ce contexte, les trafics de stupéfiants, cannabis et maintenant cocaïne, produit introduit grâce aux bons offices de membres du Milieu marseillais, représentent une manne financière importante à portée de main pour une jeunesse sans réelle perspective d’avenir. Un kilogramme de cannabis acheté à 650 € se revend sur la place phocéenne 1250 €20.

  • 21 Cf. Olivier Toscer, Marseille. Plans stups et meurtres « barbecue », L’Obs, 21 avril 2013. L’expres (...)

13Chaque cité, marseillaise ou non, possède un ou plusieurs points de vente installés dans des halls d’immeubles appelés « plans stups » par certains journalistes21, chacun rapportant de 8000 à 10000 € par jour. Ces points de vente fonctionnent sur une base ethnique. Ainsi, certains sont tenus par des familles d’origine maghrébine, d’autres par des familles gitanes sédentarisées ou encore par des familles comoriennes. Ce cloisonnement n’est pas hermétique dans la mesure où toutes ces familles s’associent, ponctuellement ou non, et règlent ensuite leurs éventuels comptes. Des gamins de 14 à 20 ans, déscolarisés, gagnent entre 60 et 100 € par jour, en exerçant les fonctions de « choufs », c’est-à-dire de guetteurs chargés de vérifier qu’aucun policier ne se profile à l’horizon. Au-dessus d’eux, et âgés de 20 à 30 ans, les « charbonneurs » vendent « shit » et/ou cocaïne, percevant au passage 300 € en moyenne pour une journée. Auparavant, les « coupeurs » ont détaillé et conditionné les produits en barrettes ou en plaquettes, les « réapprovisionneurs » ont apporté les marchandises et en confient le gardiennage à des « nourrices » rétribuées. Coupeurs, réapprovisionneurs et nourrices peuvent gagner 3000 ou 4000 € par mois.

  • 22 Cf. par exemple Des fortunes brassées, puis flambées ou investies, La Provence, 20 octobre 2014.

14Enfin, les gérants du point de vente peu visibles sur le terrain, et âgés d’une trentaine d’années, récupèrent les recettes, ils perçoivent jusqu’à 8000 ou 9000 € par mois. Une fois les frais déduits, les plans stupéfiants, y compris les moins rentables, dégagent de gros bénéfices. Ces derniers seraient réinvestis dans les taxiphones et l’immobilier en Espagne, en Algérie et maintenant à Marseille dans les cités22.

  • 23 Ibid.

15Les accidents du travail (prison, règlements de comptes) bousculent l’ordre des choses23 et sont facteurs d’ascension au sein du réseau. La nature ayant horreur du vide, les places laissées vacantes sont immédiatement convoitées et occupées. Pourtant, parmi les pays européens, la France dispose de la législation la plus répressive en matière de stupéfiants. Les sanctions encourues sont en effet importantes : dix ans d’emprisonnement et une amende de 7500 € auxquels s’ajoutent diverses mesures de confiscation. De plus, lorsque le trafic revêt une forme organisée, professionnelle, il est alors qualifié de crime et, comme tel, jugé en cour d’assises. La peine d’emprisonnement pouvant être prononcée est par conséquent supérieure à dix ans. Mais, en pratique, dans un souci de gestion des contentieux, les trafics ne sont guère criminalisés et demeurent l’affaire des tribunaux correctionnels. Dans notre échantillon, 52 % des affaires concernent les stupéfiants. Parmi elles, 38,7 % sont supposées, c’est-à-dire non avérées, 61,2 % sont prouvées.

Les enjeux plausibles des règlements de comptes

16Les difficultés d’élucidation des meurtres et la multiplicité des activités criminelles des malfaiteurs rendent délicate l’exhumation des enjeux des homicides entre bandits. Pour ces motifs, dans 16 % des affaires, les enquêteurs ne retiennent aucune piste de manière formelle.

17Bien sûr, la personnalité de la victime et/ou son relationnel, les carrières criminelles des malfaiteurs, leur champ de compétences orientent les enquêteurs sur telle ou telle piste. L’enchaînement des faits (par exemple trois meurtres commis en quelques jours) constitue également un indicateur précieux. La conjugaison de ces divers éléments a permis l’identification, dans 45,75 % des affaires, des enjeux poursuivis par les meurtriers. À ce stade de la procédure criminelle, ce ne sont que des hypothèses qui seront confirmées ou infirmées par la cour d’assises ou le tribunal correctionnel. On va voir que plusieurs sortes d’enjeux président à l’élimination des malfaiteurs.

Des enjeux de compétition

  • 24 Gilbert Cordeau, Les homicides entre délinquants : une analyse des conflits qui provoquent des règl (...)

18Selon Gilbert Cordeau, les conflits de compétition sont relatifs au contrôle, à l’appropriation ou à la conservation d’un territoire ou d’un marché dont les profits dépendent de l’étendue de la clientèle. Les règlements de comptes liés à ce type de conflits impliquent des groupes en compétition pouvant faire de nombreuses victimes à l’intérieur même des équipes en conflit. Car c’est la décimation de l’équipe adverse qui importe24.

19Nous allons voir qu’à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône de manière générale, nombre d’homicides entre malfaiteurs sont relatifs au contrôle d’un territoire ou d’un marché. Les marchés en cause portent aussi bien sur les machines à sous que sur les stupéfiants.

L’appropriation par les réseaux criminels corses du marché des machines à sous

  • 25 Thierry Colombié, Les héritiers du Milieu. Au cœur du grand banditisme de la Corse à Paris, Lonrai, (...)

20Comme la manne financière représentée par les machines à sous suscitait les appétits des équipes criminelles émergentes, l’élite du grand banditisme a tenu une table ronde sur le sujet à la fin des années 1990. Il a été convenu que chaque équipe installée conserverait ses machines, que les équipes aspirantes occuperaient les éventuelles places vacantes, que le Milieu réglerait les conflits potentiels25. La mort de Francis le Belge en 2000 va changer cette donne. Tout d’abord, deux de ses parents désirant implanter des machines à sous dans le Var se sont heurtés à une équipe en place affiliée à un groupe criminel toulonnais. L’un de ses membres, par ailleurs désireux de venger la mort d’un de ses amis qui s’apprêtait à contrôler une discothèque sur la Côte d’Azur, participera à leur assassinat en 2002.

21Ensuite, entre 2002 et 2009, la lutte entre des équipes criminelles corses et des groupes locaux pour le placement et le contrôle des machines à sous se déroule sur le pourtour de l’étang de Berre. Le marché est alors administré par un caïd local qui travaille avec des équipes marseillaises implantées dans des cités. Sur l’étang de Berre, ce bandit a ravi, par la force bien sûr, des bars à des équipes corses associées à des malfaiteurs marseillais. Mais son incarcération dans le cadre d’un trafic international de cocaïne entraîne une tentative de reprise de ses affaires d’une part par une partie de son équipe et, d’autre part, par des groupes criminels corses. Deux bandes, l’une fidèle à son chef, l’autre dissidente, vont donc s’affronter pour contrôler les machines à sous. Cette tentative d’appropriation de ce marché déclenche un premier règlement de comptes sur le pourtour de l’étang de Berre en 2003, suivi par un autre en réponse. Le second, commis par un parent de la victime assassinée dont il avait repris les affaires, visait à la venger. Ensuite, apparemment sans qu’il y ait un lien avec les deux affaires précédentes, une personne ayant vendu des billards électroniques dans une brasserie a été assassinée en 2004. En retour, à Marseille cette fois, un proche de la victime, voulant venger cette dernière, commandite le meurtre de l’auteur présumé, qui a également placé des machines à sous et traité avec des malfaiteurs corses. Mais le lampiste chargé de l’opération se trompe de cible et tue quelqu’un d’autre, un homme connu de la police pour ses activités de proxénétisme et de machines à sous. Enfin, un dernier membre de cette équipe et un malfaiteur appartenant semble-t-il à un autre groupe criminel, équipes opposées à celle de l’ambitieux caïd, tombe sous les balles d’un de ses lieutenants en 2005. Une fois la liberté recouvrée, le caïd promis à un bel avenir entreprend de récupérer le contrôle de ses affaires. Il commandite donc l’assassinat d’une personne proche d’un groupe de bandits corses et qui œuvre dans les machines à sous et les stupéfiants dans le nord des Bouches-du-Rhône. Les organisations criminelles corses ne tarderont pas à venger l’affront fait à un de leurs compatriotes en envoyant un commando de plusieurs personnes l’assassiner dans un bistrot. Dans la foulée, c’est-à-dire le lendemain et le surlendemain de ce règlement de comptes, ils exécuteront aussi deux des lieutenants du défunt soupçonnés d’avoir participé à l’homicide de leur ami. En retour, un nouveau règlement de comptes aura lieu sur les rives de l’étang de Berre en septembre 2008 après une tentative avortée en 2007 sur l’intéressé. Un autre assassinat au sein de l’ex-équipe restante du jeune caïd tué intervient en mai 2009.

22Auparavant, un an plus tôt, en mai 2008, le possesseur d’un important parc de machines à sous en PACA, membre d’une équipe corse, a été assassiné par des inconnus. Le commanditaire, tombé dans le giron de la justice à la suite du braquage d’une banque, ferait partie du même réseau criminel. Il s’agissait semble-t-il pour les équipes corses d’agrandir leur secteur de contrôle. Pour cette même raison, ces mêmes équipes enverront à trépas quelques mois plus tard un placier de machines à sous dans une ville des Bouches-du-Rhône.

23Les bandits corses sortent vainqueurs de ces affrontements avec les malfaiteurs locaux qu’ils pourraient avoir provoqués afin de s’implanter. Ces luttes ont occasionné 16 victimes dont une seule est collatérale ; 15 sont décédées. Les équipes criminelles corses contrôleraient désormais, outre les boîtes de nuit aixoises, les machines à sous en Provence. Ces 15 affaires survenues entre 2002 et 2009 sont relatives au contrôle du marché des jeux clandestins. Ce souci justifie même les homicides à « titre préventif » d’éventuels gêneurs. Ainsi, dans une affaire, la victime, ex-fréquentation d’un jeune caïd prometteur venait de quitter le pénitencier où elle était détenue pour exploitation d’appareils de jeux interdits ; elle pouvait devenir une gêne pour une nouvelle équipe soucieuse d’établir sa mainmise dans le placement des machines à sous dans les bars bordant les rives de l’étang de Berre. Un de ses lieutenants l’aurait exécutée. Ceux qui officient dans les machines à sous ont investi les produits de leurs activités criminelles dans les stupéfiants, marché encore plus lucratif.

Le contrôle du marché des stupéfiants

2414 règlements de comptes, soit près de 15 % sont explicitement liés à l’appropriation de territoires. Ils représentent une conséquence de la multiplication des points de revente de stupéfiants dans les cités marseillaises comme martégales. Cette prolifération résulte non seulement de la forte demande de cannabis et de cocaïne mais aussi de la recomposition des équipes criminelles à la suite de la disparition, momentanée (pour cause d’incarcération) ou non, de leurs chefs et des enquêtes de la police qui en résultent. Parfois cette restructuration est source de guerres intestines. C’est ainsi que depuis 2010, dans certaines cités, les conflits d’appropriation se doublent de conflits familiaux.

  • 26 Aujourd’hui, selon le quotidien La Provence, qui appuie son propos sur une note de la PJ marseillai (...)

25L’élite du banditisme lutte aussi pour contrôler les réseaux de cocaïne mais à une échelle internationale et non pas locale, comme les trafiquants des cités. Elle intervient aussi indirectement dans les affaires des cités puisque certains trafiquants travaillent pour elle notamment en approvisionnant les cités en cocaïne et en blanchissant les fonds qui en sont issus. Mais, elle n’est jamais en première ligne26, sauf exception. On a vu par exemple le cas en 2010 d’un membre du Milieu marseillais qui a demandé à un trafiquant de stupéfiants déjà opérationnel de s’approprier par la force le réseau d’une cité des quartiers Nord de Marseille. Le trafiquant en est mort.

26Ce souci d’appropriation ou de conservation d’un ou plusieurs points de vente de stupéfiants dans une ou plusieurs cités peut conduire à des homicides en cascade où les uns représentent des réponses aux autres. La menace est tantôt endogène, tantôt exogène au réseau. Une cité marseillaise a été le théâtre de trois règlements de comptes tendant au contrôle d’un point de vente de drogues. De même, dans la cité phocéenne, le souci pour des fratries de garder le contrôle du marché de la drogue sur plusieurs cités a été le mobile d’au moins deux règlements de comptes perpétrés en 2011.

Des conflits transactionnels

  • 27 Gilbert Cordeau, Les homicides entre délinquants : une analyse des conflits qui provoquent des règl (...)
  • 28 Peter Reuter, Social control in illegal market, in Donald Black (ed.), Toward a General Theory of S (...)
  • 29 Frédéric Perri, Carrières criminelles, op. cit., p. 32.

27Les conflits transactionnels apparaissent lorsque les termes d’un contrat, forcément tacite et non écrit puisque son objet est par essence illicite, ne sont pas respectés. L’homicide n’existe que parce que les intéressés ne peuvent pas porter leurs différends devant les instances publiques. Ils sont dans l’obligation de se faire justice eux-mêmes27. Il y va de leur crédibilité et de leur réputation. Pourtant, pour Peter Reuter, l’homicide, certes ultima ratio, présente pour ses auteurs deux inconvénients : l’incertitude de récupérer les biens litigieux notamment de l’argent et les coûts personnels et financiers de l’opération28. D’où le recours aux fameux juges de paix qui essaient de régler les conflits discrètement et sans effusion de sang29. D’où aussi les pratiques de mises à l’amende : les acteurs du trafic qui dérobent ou se font voler de la marchandise ou de l’argent doivent travailler gratuitement pendant un temps déterminé pour le réseau. Les conflits transactionnels ne portent pas tous sur des stupéfiants.

Des transactions de stupéfiants dénoncées

28Pour les motifs que l’on vient d’exposer, les fusillades sont peu nombreuses au regard du nombre de transactions conclues sur le marché des stupéfiants. Dans notre échantillon d’affaires, il apparaît que des transactions sont dénoncées dans quatre affaires seulement. Il s’agit, dans deux d’entre elles, de vols de produits. 100 kg de résine de cannabis ont ainsi été dérobés à un réseau mis en place dans une cité des quartiers Nord de la cité phocéenne. La drogue était destinée à être revendue à l’extérieur des Bouches-du-Rhône. Dans une autre affaire, il s’agit du vol de 1 kg de cocaïne que la victime avait ensuite revendu à des prix défiant toute concurrence.

29Parfois, il s’agit du vol de l’instrument de locomotion de la marchandise : un chef d’équipe a dérobé le véhicule transportant de la drogue ramenée d’Espagne par ses « patrons ». Dans un autre dossier, un adolescent revendeur de drogue dans une cité a dérobé un demi-kilo de cannabis ainsi que 10000 €, produit de la vente de cette marchandise. Marchandises et liquidités étaient entreposées chez une nourrice. Une transaction portant sur 1,5 kg de cocaïne a été mal honorée. Enfin, dans une dernière affaire, le mobile du meurtre semble dérisoire. Il consiste dans le non-paiement d’une barrette de cannabis par un jeune dealer qui bénéficiait d’une permission de sortie de prison afin d’assister aux obsèques d’un parent.

Des transactions de droit commun non honorées

30Les contentieux immobiliers constituent parfois un mobile de règlements de comptes. Ainsi des dettes liées au rachat de parts d’un bar appartenant à un malfaiteur pourraient être à l’origine d’homicides entre pairs. De même, deux assassinats commis en 2002 et 2007 pourraient être liés à l’achat de bars avec des fonds d’origine illicite. Le non-paiement de la construction d’une maison implantée sur des terrains acquis avec de l’argent suspect paraît également constituer un mobile d’une tentative d’homicide volontaire.

Des enjeux de délation

  • 30 Ibid., p. 33.
  • 31 Gilbert Cordeau, Les homicides entre délinquants : une analyse des conflits qui provoquent des règl (...)

31« Ne jamais trahir sous peine de mort, telle est la règle la plus importante du Milieu criminel », rappelle Frédéric Perri30. Ce principe explique que les conflits liés à la délation soient peu nombreux selon Gilbert Cordeau. Ce chercheur précise que les homicides ont alors une fonction préventive ou de vengeance. Ils exercent une fonction préventive en ce sens qu’ils permettent d’anticiper les risques d’arrestation. Ils remplissent aussi une fonction de vengeance dans la mesure où la personne concernée répare le préjudice subi et assoit ainsi sa réputation – et son statut31.

  • 32 Frédéric Perri, Carrières criminelles, op. cit., p. 34.

32Les affaires liées à des enjeux de délation sont peu nombreuses. Car, comme l’explique Frédéric Perri, la délation est assimilée à une violation du « code d’éthique », elle est systématiquement sanctionnée par la mort du délateur. Un des membres du Milieu marseillais l’a confié à Frédéric Perri de manière on ne peut plus explicite : « lorsque quelqu’un te trahit, tu dois tuer. Sinon, tu n’es plus rien. Si tu laisses passer, les autres vont te manger. De plus, faut bien se faire justice. Tu ne peux pas te laisser faire, c’est impossible ou alors tu changes de métier32 ».

33Dans trois affaires seulement, toutes trois liées au Milieu, la victime était réputée être une balance. Une victime aurait dénoncé à la police les auteurs du hold-up d’un établissement bancaire, et aurait aussi mis en cause des personnes dans une affaire de trafic de stupéfiants, ce qui bien sûr lui avait attiré de nombreuses inimitiés. Une autre aurait dénoncé quelqu’un pour un délit commis plusieurs années auparavant, ce qui avait occasionné entre les protagonistes une bagarre assortie de menaces de mort dans une discothèque. Enfin, mais la délation ne semble pas être un mobile du règlement de comptes, la victime, qui officiait dans le trafic international de cocaïne, avait fait tomber 31 personnes. Par ailleurs, un mis en cause dans un homicide sur fond de trafic de stupéfiants avait fait l’objet d’une tentative de règlement de comptes pour en avoir dénoncé un. Un indic de la police semble avoir été l’objet d’un règlement de comptes.

Autres enjeux

  • 33 Communication à la journée d’études de l’ORDCS, 14 décembre 2013.

34Des vengeances diverses sont liées à des questions d’honneur. Elles résultent de décisions non seulement collectives mais aussi individuelles. Ainsi, la décision de tuer un juge de paix déchu a été arrêtée collectivement à l’extérieur de nos frontières par un clan mafieux géorgien. Dans un contexte de guerre des gangs entre organisations criminelles géorgiennes et ukrainiennes, le parrain dépossédé de son statut avait frappé physiquement un des auteurs de cette décision. De plus, il a empêché les agents du clan adverse de percevoir la dîme provenant des activités délictuelles afin de se l’approprier. D’où l’assassinat tenté, puis réussi de cet ex-juge de paix indélicat. Nos données montrent aussi la perpétration de « règlements de comptes individuels », pour reprendre les termes employés par l’ancien procureur de Marseille Jacques Dallest33. Deux exemples en attestent.

35Tout d’abord, premier exemple, un homicide commandité à un membre du Milieu par un ancien proxénète reconverti dans les machines à sous tend à réparer les affronts que son ex-gendre, trafiquant de stupéfiants infligeait à sa fille.

  • 34 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.

36Ensuite, deuxième exemple, une bagarre en boîte de nuit entre un agent de sécurité d’une discothèque appartenant à des membres du Milieu et un client trafiquant de drogue représente le mobile du meurtre commis. D’autant que ce client est cité dans une autre procédure ouverte à la suite d’un règlement de comptes motivé par une transaction de drogue ayant mal tourné. En fait, ce dernier homicide témoigne du glissement des modes de règlement des différends. Ceux-ci ont longtemps été traités au moyen de coups de pied et de poing divers et variés et maintenant au moyen d’armes à feu34.

Tableau 22 – Enjeux des homicides entre malfaiteurs.

  • 35 Gilbert Cordeau, Les règlements de comptes dans le milieu criminel québécois de 1970 à 1986, op. ci (...)

37Néanmoins, on a pu le constater, les enjeux de compétition sont surreprésentés dans les meurtres entre malfaiteurs, suivis des enjeux transactionnels. Nombre d’affaires obéissent à des motifs inconnus. Cette distribution des enjeux des homicides entre pairs n’est pas spécifique à la Provence, on la retrouve au Québec35.

  • 36 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit. ; Jérôme Pierrat, L (...)
  • 37 Cf. Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente, op. cit.

38Par ailleurs, on a vu, et on conclura ce chapitre ainsi, que le mobile d’un homicide entre malfaiteurs peut présenter un caractère dérisoire. Cette spécificité faisait défaut chez les anciennes générations de malfaiteurs, elle se banaliserait aujourd’hui selon les policiers. Un geste, un regard, écrit l’ancien patron de l’hôtel de police marseillais, peuvent générer un crime de sang. Toutefois, précise-t-il, ce n’est pas un problème marseillais, c’est un problème sociétal36. Certes, mais peut-être que la consommation de psychotropes, c’était le cas dans l’affaire de la barrette de cannabis carottée, a aussi constitué un élément ayant concouru à la perpétration du meurtre. En d’autres termes, l’homicide est devenu un mode de traitement de contentieux mineurs alors qu’auparavant, son usage était plutôt réservé à la résolution de conflits « professionnels » ou de litiges aux enjeux importants. Il y a donc une recomposition des usages de l’homicide. C’est peut-être là que réside la nouveauté des années 2010, si nouveauté il y a. En effet, cette recomposition peut représenter la manifestation d’un moment de tension particulier comme le monde du crime organisé a pu en connaître par le passé37. Seul l’avenir pourra le dire.

Notes

1 Cf. Laurent Mucchielli, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs victimes, art. cit.

2 Ainsi, deux malfaiteurs, dont l’un est fiché au banditisme régional et l’autre travaille pour lui, avaient conscience de vivre une vie qui serait brève. C’est pourquoi, de ce point de vue là, il semble opportun d’appréhender la criminalité, surtout organisée, en termes de styles de vie. D’ailleurs, c’est en ces termes que les familles de certaines victimes parlent des activités criminelles de ces dernières, précisant qu’elles ne partagent pas ce style de vie.

3 Pino Arlacchi, Mafia et compagnies, op. cit.

4 Gilbert Cordeau, Les homicides entre délinquants : une analyse des conflits qui provoquent des règlements de comptes, art. cit.

5 Une recherche a souligné les porosités entre les trafics de cigarettes et de stupéfiants qui empruntent les mêmes filières et sont organisés par les mêmes acteurs ; cf. Anne Kletzlen, Des affaires de femmes, de stupéfiants et de cigarettes, in Michel Kokoreff, Michel Péraldi, Monique Weinberger (dir.), Économies criminelles et mondes urbains, Paris, PUF, 2007, p. 175-185.
Le trafic de cigarettes, passible de peines moins élevées que celles encourues en matière de stupéfiants, est aujourd’hui très lucratif même si le contrôle que l’administration des douanes exerce sur la vente des cigarettes constitue un frein à la contrebande de cigarettes ; cf. par exemple Anne Kletzlen, La douane face aux trafics de cigarettes et de monnaies, op. cit.

6 Cf. par exemple Delphine Saubaber et Xavier Monnier, Aix-en-Provence sous l’emprise du Milieu, L’Express, 26 février 2013.

7 Peter Reuter, Disorganized Crime : the Economics of the Visible Hand, Cambridge, Mass., The MIT Press, 1983.

8 Pour des raisons personnelles, le ministre et maire de Marseille détestait les jeux. C’est pourquoi il s’est toujours farouchement opposé à l’implantation d’un casino sur les rives du Vieux-Port ; cf. Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs réseaux, leurs protections, op. cit. ; José D’Arrigo, Marseille Mafias, Paris, Du toucan, 2012.

9 Elisabeth Vercher, La transformation des jeux de casino depuis 1987, thèse de doctorat en information et communication, Lyon, Université Lyon 2, 2000.

10 À Paris, l’implantation de casinos est interdite. Il n’y a que des cercles de jeux dont la gestion, depuis la Libération, est confiée à des Corses en remerciement de leur engagement dans la Résistance ; cf. François Rouge, Banquier. Un Suisse dans le grand banditisme, Paris, La Manufacture de livres, 2015.

11 Ainsi en est-il des frères Antoine et Barthélémy Guérini tombés lorsqu’ils ont voulu s’attaquer aux jeux à Paris ; cf. Jacques Follorou, Vincent Nouzille, Les parrains corses. Leur histoire, leurs réseaux, leurs protections, op. cit. ; entretien avec un ancien magistrat, 22 mai 2014.

12 Audrey Valero, Les organisations criminelles en région PACA, mémoire de master, Aix-en-Provence, ISPEC, Université Aix-Marseille III, 2010.

13 Ces informations émanent d’un blog consacré au grand banditisme [http://lunik-parrain.skyrock.com/32976102-LES-MACHINES-A-SOUS.htm].

14 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.

15 Au moment de la fabrication de ce texte déjà se posait la question du bien-fondé de l’incrimination de l’usage de stupéfiants ; cf. Jacqueline Bernat de Celis, Drogues, consommation interdite. La genèse de la loi de 1970 sur les stupéfiants, Paris, L’Harmattan, 1996.

16 D’où le débat récurrent sur la dépénalisation des drogues douces dont le cannabis, substance la plus consommée. Pour une présentation des éléments du débat, cf. par exemple Michel Kokoreff, La drogue est-elle un problème ? Usages, trafics et politiques publiques, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2010.

17 Inversement, lorsque la demande de produits est supérieure à l’offre, il n’y a pas d’homicides ; cf. Paul J. Goldstein, Homicide related to drug traffic, Bulletin of the New-York Academy of Medicine, no 62, 1986, p. 509-516.

18 Nacer Lalam, Drogue et violence ? La régulation des trafics de drogue : une violence contenue ?, Les cahiers de la sécurité, no 5, 2008, p. 66.

19 Cf. Michel Kokoreff, L’économie de la drogue : des modes d’organisation aux espaces de trafic, Les annales de la recherche urbaine, no 78, 1998, p. 114-124.

20 Luc Leroux, Cannabis : le réseau marseillais à la loupe, La Provence, 13 mai 2012.

21 Cf. Olivier Toscer, Marseille. Plans stups et meurtres « barbecue », L’Obs, 21 avril 2013. L’expression « plan stups » désigne plus couramment un programme de répression mis en place par la Police nationale à Paris notamment en 2007.

22 Cf. par exemple Des fortunes brassées, puis flambées ou investies, La Provence, 20 octobre 2014.

23 Ibid.

24 Gilbert Cordeau, Les homicides entre délinquants : une analyse des conflits qui provoquent des règlements de comptes, art. cit., p. 28.

25 Thierry Colombié, Les héritiers du Milieu. Au cœur du grand banditisme de la Corse à Paris, Lonrai, Éditions de la Martinière, 2012.

26 Aujourd’hui, selon le quotidien La Provence, qui appuie son propos sur une note de la PJ marseillaise, il semble que dans les affaires de stupéfiants apparaissent en même temps les chefs de réseaux dans les cités et le Milieu ; les premiers auraient désormais le pouvoir au sein du second ; cf. Romain Capdepon, Le narco-banditisme est né, La Provence, 11 juillet 2015.

27 Gilbert Cordeau, Les homicides entre délinquants : une analyse des conflits qui provoquent des règlements de comptes, art. cit., p. 28.

28 Peter Reuter, Social control in illegal market, in Donald Black (ed.), Toward a General Theory of Social Control, vol. 2, London, Academic Press, 1984, p. 29-53.

29 Frédéric Perri, Carrières criminelles, op. cit., p. 32.

30 Ibid., p. 33.

31 Gilbert Cordeau, Les homicides entre délinquants : une analyse des conflits qui provoquent des règlements de comptes, art. cit.

32 Frédéric Perri, Carrières criminelles, op. cit., p. 34.

33 Communication à la journée d’études de l’ORDCS, 14 décembre 2013.

34 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.

35 Gilbert Cordeau, Les règlements de comptes dans le milieu criminel québécois de 1970 à 1986, op. cit. ; Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit.

36 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit. ; Jérôme Pierrat, La mafia des cités. Économie souterraine et crime organisé dans les banlieues, Paris, Denoël, 2006.

37 Cf. Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente, op. cit.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Exemple d’une structure d’exploitation de jeux clandestins en Île-de-France.
Crédits (Source : David Lieutet, Jeux clandestins et délinquance organisée, mémoire de master, Aix-en-Provence, ISPEC, Faculté de droit, Université Aix-Marseille III, 2003.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50630/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Tableau 22 – Enjeux des homicides entre malfaiteurs.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50630/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search