Version classiqueVersion mobile

Bandits contre bandits

 | 
Anne Kletzen

Chapitre III. Les modes opératoires

Texte intégral

  • 1 Par exemple Pino Arlacchi, Mafia et compagnies : l’éthique mafiosa et l’esprit du capitalisme, op. (...)
  • 2 Frédéric Perri, Carrières criminelles, loc. cit.
  • 3 Thierry Cretin, Mafias du monde, op. cit.
  • 4 Deux anciens membres de réseaux criminels (la French Connection pour l’un, la Brise de Mer pour l’a (...)

1Selon les chercheurs ayant travaillé sur le crime organisé1, l’usage de la violence dans ce dernier milieu est utilitaire et fonctionnel. Au sein des organisations criminelles (telles les mafias) et des réseaux bien régulés (comme certaines équipes corso-marseillaises), « il n’y a pas de violence gratuite et l’élimination d’un individu est en application avec la logique interne et externe des groupes2 ». La violence constitue l’ultima ratio des mafias qui s’y résolvent lorsqu’il n’est plus possible d’y échapper et lorsque d’autres méthodes ont échoué, en l’occurrence le clientélisme et la corruption3. Dans ces réseaux bien structurés, c’est-à-dire bien organisés et codifiés, l’utilisation de la violence constitue une décision collective, qui peut être mise à exécution quelques mois, voire quelques années plus tard4. En revanche, comme on le verra, dans le néo-banditisme, le recours à la violence est aussi impulsif ou fortuit car le maniement des armes de guerre n’est pas toujours maîtrisé par des malfaiteurs qui évoluent au sein de micro-entreprises.

  • 5 Gilbert Cordeau, Les homicides entre délinquants : une analyse des conflits qui provoquent des règl (...)
  • 6 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.
  • 7 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit., p. 427.

2Néanmoins, les homicides entre malfaiteurs surviennent dans des contextes conflictuels. La cible étant susceptible d’être armée, il importe qu’elle ne puisse pas répondre à l’attaque projetée. De ce fait, l’utilisation exclusive d’armes à feu est une caractéristique de ce type d’homicides, comme Gilbert Cordeau a pu le constater au Canada5. Il arrive que la police découvre, à quelques mois voire quelques années d’intervalle, des armes ayant servi à la commission de plusieurs infractions6. Alain Tourre, ancien chef de la PJ marseillaise, indique qu’en 2010, la DIPJ a saisi 87 armes dont 1 lance-roquettes, 7 kalachnikovs, 23 pistolets automatiques, 12 pistolets-mitrailleurs, 7 fusils à pompe. À cela s’ajoute un stock important de munitions. De quoi, conclut le policier, soutenir un siège ou faire sauter un fourgon7. Si la situation conflictuelle dicte les moyens de commission des homicides entre malfaiteurs, elle conditionne aussi le choix des lieux des crimes : ces lieux sont publics ou recevant du public.

Les règlements de comptes entre malfaiteurs, des entreprises collectives

3Les homicides volontaires produisent un nombre de victimes qui varie suivant les circonstances de perpétration des meurtres. Les mis en cause sont parfois auteurs de plusieurs homicides et sont rarement des individus qui agissent de manière isolée.

Un nombre de victimes variable selon les affaires

  • 8 Nous n’avons pas tenu compte des victimes d’infractions incidentes, c’est-à-dire celles commises av (...)
  • 9 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit.

4On l’a dit, les 94 dossiers analysés font état de 140 victimes en neuf ans8. 104 d’entre elles sont décédées instantanément ou non, 36 ont été blessées. Ces chiffres englobent, bien sûr, les cibles des règlements de comptes mais aussi les victimes collatérales, c’est-à-dire celles qui n’étaient pas visées par les tueurs. Il est difficile de dénombrer le chiffre exact que représentent les victimes collatérales du fait de l’absence d’informations dans certains dossiers. Le nombre de victimes varie de 1 à 9 selon les affaires. Dans les trois quarts des affaires (77,65 %), il y a une seule victime. Ensuite, on trouve deux victimes dans 13,82 % des affaires. Enfin, le nombre croissant de victimes concerne un nombre d’affaires de moins en moins élevé. Sur ce point, l’implication des victimes dans les homicides entre pairs en Provence est semblable à ce que l’on observe au Québec9.

Tableau 8 – Nombre de victimes par affaires de règlements de comptes.

  • 10 Jacques Dallest, Mes homicides. Un procureur face au crime, Paris, Robert Laffont, 2015. Dans les q (...)
  • 11 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit.

5Le nombre élevé de victimes (5 et 9 en l’occurrence) résulte des circonstances d’exécution des meurtres en question : ils ont été commis dans un bar, lieu de sociabilité par excellente où il y a toujours beaucoup de monde. De ce fait, là comme dans d’autres lieux accueillant du public, beaucoup de victimes sont collatérales. Elles se sont trouvées au mauvais endroit au mauvais moment. Le nombre important de victimes d’un règlement de comptes n’est pas nouveau. Déjà, en son temps, en 1978, l’affaire du bar du Téléphone dans le quartier du Canet à Marseille avait occasionné 10 morts, ce qui constitue un record jamais égalé selon l’ancien procureur de la ville, Jacques Dallest10. Au Québec toutefois, on a pu dénombrer jusqu’à 13 victimes d’un règlement de comptes11.

  • 12 José D’Arrigo, Roger Grobert, Zampa, op. cit. Cette tuerie, survenue dans un bar du Vieux-Port, thé (...)

6En principe, les cibles directes des règlements de comptes ne sont pas nombreuses : une ou deux, voire trois par affaire. Dans deux affaires, il y a eu erreur de cibles : les personnes visées n’étaient pas celles recherchées soit parce que l’auteur a tout simplement raté la bonne personne qui était présente dans le débit de boissons, soit parce qu’il y avait eu une méprise en raison de la ressemblance physique de la victime avec la personne recherchée. Dans les deux cas, la victime était connue de la police. Notons que l’erreur de cibles n’est pas nouvelle. La tuerie du bar du Tanagra en 1973 s’était soldée par quatre morts parmi lesquels ne figurait pas la cible des tueurs : Gaëtan Zampa, objectif du Belge, avait quitté les lieux quelques minutes plus tôt12.

Un nombre de mis en cause variable selon les affaires

7Au moment de notre travail de terrain, les mis en cause n’étaient pas identifiés dans 62 affaires soit dans 66 % de notre échantillon. Dans certains dossiers, les auteurs, co-auteurs, commanditaires ou complices des faits apparaissent clairement mais les enquêteurs butent sur l’absence matérielle de preuves. Le fait de savoir qui a commis un meurtre ou ordonné sa commission ne suffit pas à transformer son auteur en mis en cause. Pour ces motifs, seuls 32 dossiers ont débouché en 2013 sur la mise en cause de 79 malfaiteurs au titre d’auteurs, co-auteurs, commanditaires ou complices présumés. De plus, trois autres sont décédés : deux des suites de la tentative d’assassinat dont ils ont été l’objet, un dans des conditions suspectes lors d’un incendie. Trois autres ont pris la fuite.

  • 13 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit., p. 46.

8Le nombre de mis en cause identifiés par dossier s’étend de 1 à 7 personnes. Il est de 1 dans 28,12 % des affaires, 3 dans 25 % des affaires, 2 dans 21,87 % des affaires, 4 dans 18,75 % des affaires. Ensuite, le nombre élevé de mis en cause concerne un petit nombre d’affaires. Sur ce point aussi, la distribution des affaires en fonction du nombre de mis en cause rejoint celle observée sur une plus grande échelle au Québec13.

Tableau 9 – Nombre de mis en cause par affaires de règlements de comptes élucidées. À noter que le nombre de mis en cause englobe ceux qui ne comparaîtront pas devant une juridiction de jugement parce qu’ils sont morts ou en fuite.

9Le nombre de personnes présumées avoir participé à un homicide entre malfaiteurs ne reflète pas le nombre de personnes qui y sont réellement impliquées faute d’identification des intéressés. De plus, il arrive qu’une même personne soit impliquée à titres divers dans plusieurs règlements de comptes. À cet égard, notre matériau fournit l’exemple du gérant d’un réseau de trafic de cocaïne à la réputation de tireur mis en cause dans au moins trois assassinats. Nous avons aussi deux fratries, toutes deux tenancières de trafics de stupéfiants dans des cités, impliquées dans plusieurs règlements de comptes.

Les modes opératoires des homicides entre malfaiteurs

  • 14 Thierry Colombié, La French Connection. Les entreprises criminelles, op. cit.
  • 15 Jacques Derogy, Jean-Marie Pontaut, Enquêtes sur les ripoux de la Côte, op. cit., p. 63.
  • 16 Claude Ardid, Jean-Marie Bourget, Yann Piat. L’histoire secrète d’un assassinat. La contre-enquête, (...)
  • 17 Cf. par exemple Bernard Aubry, Séverine Pardini-Battesti, Nouveaux bandits. Après les parrains, les (...)

10Dans le domaine de la criminalité organisée, l’arme est un outil de travail14, les malfaiteurs l’utilisent ultima ratio afin de ne pas attirer l’attention de la police et de la justice sur leurs activités. L’usage de kalachnikov d’une part et le recours à la technique dite du « barbecue » d’autre part impriment depuis longtemps la criminalité locale. En effet, déjà, à la fin des années 1980, des kalachnikovs provenant du Liban avaient été utilisées par des truands lors de l’attaque d’un fourgon blindé à Marseille15. Et, en 1994, la moto, outil de l’assassinat de la députée varoise Yann Piat, avait été carbonisée16. On constate ainsi que ce mode opératoire, que l’on attribue aujourd’hui au néo-banditisme17, ne lui est nullement spécifique. De même, les techniques d’approche sont toujours identiques.

Les techniques d’approche

11Les malfaiteurs utilisent deux techniques d’approche : le guet-apens, qui suppose le recours à une mise en scène, et/ou l’approche directe à moto, en voiture et même, mais c’est beaucoup plus rare, à pied. L’une et l’autre impliquent l’exercice préalable de filatures et de surveillances des cibles.

12Le choix des techniques d’approche n’est pas neutre. Il est dicté par la situation des cibles. Comme dans les réseaux criminels organisés, la décision de tuer des malfaiteurs intervient en principe en dernier ressort, lorsque les autres solutions ont échoué, les victimes ont de fortes chances de se sentir en insécurité et donc d’être armées. À cet égard, nos données montrent qu’au moins 7 des victimes avaient reçu des menaces écrites ou verbales. 8 avaient fait l’objet de tentatives d’assassinat connues ; 3 malfaiteurs furent la cible de deux tentatives de règlements de comptes – en prison pour l’un, ce qui serait exceptionnel selon les enquêteurs. Trois autres victimes faisaient l’objet d’un contrat. 10 étaient toujours armées. Une portait un gilet pare-balles.

13Le guet-apens est régulièrement employé par l’élite du banditisme local. Il entraîne le choix de la scène du crime et donc une minimisation des risques d’échec de l’entreprise criminelle. On a identifié au moins 18 % des règlements de comptes commis via des guets-apens. 35 % concernent des personnes appartenant au Milieu. La pratique tend donc à s’externaliser. Elle réside surtout dans le recours à des complices pour attirer la victime dans un endroit précis où les malfaiteurs se rendront aussi et l’assassineront. Elle consiste également, toujours via des complices, à provoquer la chute de la victime juchée sur un cyclomoteur. Elle peut se concrétiser aussi par une coupure d’électricité afin de mieux surprendre les intéressés dans l’obscurité. Toutes ces techniques ont été éprouvées par les malfaiteurs corso-marseillais.

14La plupart du temps, du moins dans au moins 75 % des affaires, les bandits procèdent par approche directe. Le fait que les victimes soient méfiantes, surtout celles qui ont été l’objet de menaces ou même de tentatives de règlements de comptes, peut expliquer le choix de l’approche directe. Elle se décline en trois modalités.

15La première modalité consiste en l’utilisation d’une ou de deux motos par les malfaiteurs. La seconde réside en l’usage de véhicules de puissantes cylindrées, préalablement volés, dotés d’une fausse plaque d’immatriculation. La troisième consiste à utiliser ses pieds pour entrer dans une chambre d’hôpital, un bar, une pizzeria. Leur forfait accompli, les intéressés s’enfuient ensuite soit à moto soit en voiture pilotée par des complices.

  • 18 Gilbert Cordeau, Les règlements de comptes dans le milieu criminel québécois de 1970 à 1986, op. ci (...)

16Comme les malfaiteurs n’ont guère le souci d’être reconnus et de laisser des traces de leurs exploits, ils portent des casques lorsqu’ils sont à motos, ou bien des cagoules et/ou des gants quand ils sont piétons ou automobilistes. Dans une affaire, ils ont même revêtu des tenues de chirurgien pour pénétrer tranquillement dans la chambre d’hôpital de la victime. Ainsi, rares sont les malfaiteurs agissant à visage découvert. Un l’était-il parce qu’il avait bu et consommé de la cocaïne ? Un autre avait le visage nu parce qu’il paraît avoir agi en défense de son père, un autre, semble-t-il, perpétuellement armé a rencontré fortuitement la victime. Il s’agit là de règlements de comptes spontanés en ce sens qu’ils résultent de circonstances fortuites18.

  • 19 Ce sont les termes employés par les enquêteurs dans un rapport de synthèse sur une affaire.

17Pour la DIPJ, l’exécution des victimes à bout portant avec une arme de gros calibre « s’inscrit dans la plus pure tradition des règlements de comptes empruntés aux méthodes de la pègre locale19 ». De même, la manière de tuer revêt une signification : lorsque le canon du fusil est enfoncé dans la bouche de la victime, cela veut dire qu’elle a trop parlé.

Les armes utilisées

  • 20 Cf. par exemple Luc Leroux, Marseille envahie par les armes de guerre. Les autorités constatent une (...)

18Nos données montrent que, de 2002 à 2011, les kalachnikovs semblent avoir été moins utilisées que certains médias ne le laissent entendre20. Elles ne paraissent pas non plus être l’apanage des néo-bandits.

Les types d’armes utilisés

19L’identification des armes employées dans les règlements de comptes entre malfaiteurs à l’étude résulte principalement du compte-rendu d’infraction dressé par la police. Il est systématiquement mentionné à des fins de qualification juridique de l’infraction « homicide volontaire par arme à feu ». La nature de l’arme n’est pas toujours précisée du fait des analyses balistiques en cours ; c’est le cas dans 32,9 % des affaires étudiées. De plus, celle-ci n’est pas toujours identifiable lorsque l’arme est calcinée ; c’est le cas dans 4,2 % des règlements de comptes analysés.

  • 21 Dans trois affaires, des fusils de chasse ont constitué l’instrument du crime. Il s’agit là d’un pr (...)

20Ce sont les résultats des analyses balistiques qui permettent de définir précisément le type d’armes utilisé. Il apparaît ainsi que l’arme de poing a été employée dans au moins 30,8 % des homicides perpétrés en Provence. Le fusil quant à lui est moins utilisé que l’arme de guerre : il a été l’instrument de 12,7 % des crimes21 alors que la kalachnikov a été employée dans 19,1 % des meurtres. La kalachnikov n’est pas seulement mobilisée par les néo-bandits, elle l’est aussi par les malfaiteurs faisant partie de groupes structurés mais de manière résiduelle toutefois.

Tableau 10 – Armes utilisées dans les règlements de comptes.

  • 22 Philippe Pujol, French deconnection, op. cit.
  • 23 C’est une information recherchée et consignée par les enquêteurs sur la procédure ouverte à la suit (...)

21Le pistolet est le type d’arme de prédilection des malfaiteurs, qu’ils soient néo-bandits ou non. Cela conforte les observations du journaliste Philippe Pujol22. Le pistolet de calibre 1143 introduit par l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale serait, en raison de sa précision, l’instrument privilégié des règlements de comptes. Il suppose une autorisation de détention et une inscription à un club de tir23. 51 meurtres soit 54,25 % de notre échantillon ont eu lieu au moyen d’un seul type d’armes (une ou plusieurs armes de poing, une ou plusieurs armes de guerre, etc.).

Tableau 11 – Distribution des instruments du crime par types d’armes.

22L’utilisation de plusieurs types d’armes concerne à peine 8 meurtres (soit 8,5 % des meurtres) visant des équipes en proie à des luttes intestines.

Tableau 12 – Distribution des armes à feu utilisées dans les meurtres.

  • 24 Gilbert Cordeau, Les règlements de comptes dans le milieu criminel québécois de 1970 à 1986, op. ci (...)

23On peut constater que dans la deuxième ville de France, l’usage des armes à feu a la préférence des malfaiteurs. C’est également le cas au Québec car expose Gilbert Cordeau « dans les règlements de comptes comme à la guerre, les facteurs clés d’une attaque réussie sont la rapidité, la surprise et la force déployée. Seules les armes à feu permettent de réunir ces éléments24 ». Cependant, au Québec, des homicides entre malfaiteurs sont aussi commis par d’autres moyens que les armes à feu : arme blanche, strangulation, objet contondant, bombe… Ces divers modes opératoires paraissent faire défaut dans le midi de la France. Et, toujours contrairement au Québec, dans la cité phocéenne, la possession d’armes de guerre remplit aussi des fonctions sociales.

Les fonctions des armes de guerre

  • 25 Cf. Thierry Colombié, Beaux voyous, Paris, Fayard, 2004.
  • 26 Bernard Aubry, Séverine Pardini-Battesti, Nouveaux bandits. Après les parrains, les caïds, op. cit.(...)

24Selon Thierry Colombié, l’usage de tel ou tel type d’armes porte l’empreinte du professionnalisme des auteurs des homicides entre malfaiteurs. Ainsi les « beaux voyous » expression policière désignant les malfaiteurs qui ont réussi leur carrière et fait fortune25, peu adeptes de tueries spectaculaires, utilisent des armes légères, et non des armes de guerre dont ils ne sont pas friands. Sans entrer dans l’histoire des armes de guerre, on peut dire que les kalachnikovs – patronyme de leur inventeur – ont été construites en 1947 à la demande de Staline. Elles ont été utilisées pour réprimer la révolte des Hongrois en 1956. Symboles de l’État policier, les kalachnikovs fabriquées massivement deviennent par la suite les instruments utilisés par tous les combattants, quelle que soit leur cause26. En d’autres termes, ces fusils de guerre, jadis outils de maintien de l’ordre, sont devenus des instruments de lutte contre l’ordre établi. L’éclatement des pays de l’Est a facilité leur diffusion, opérée par des filières criminelles qui empruntent les circuits utilisés pour transporter les stupéfiants. Leur production massive a entraîné de faibles coûts d’achat puisque moyennant entre 1000 et 3000 € on peut s’en procurer.

  • 27 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.
  • 28 Id.
  • 29 Thierry Colombié, Entretien avec Le Nouvel Obs [http://nouvelobs.com].

25Nos dossiers montrent que l’usage des kalachnikovs est surtout pratiqué dans les quartiers Nord de Marseille à partir de 2009. Entre 2009 et 2011, 19 % des règlements de comptes ont été commis au moyen d’une arme de guerre. Un ancien soldat de la Légion étrangère, originaire de Tchécoslovaquie, approvisionnait les cités, ce qui lui valut d’être incarcéré dans les geôles françaises. Dans les cités marseillaises, l’usage d’une kalachnikov remplit plusieurs fonctions. Tout d’abord, le port d’une kalachnikov est un signe de reconnaissance sociale. Il est à la mode : « sans kalachnikov, un trafiquant est un has been27 ». De plus, le maniement peu aisé de ces armes de guerre est une manière d’impressionner la concurrence qui, on le sait, est rude. Et ce maniement délicat selon la police expliquerait le fait que des personnes aient échappé à des tentatives de règlements de comptes et que d’autres aient été blessées28. Ensuite, et à tort, l’usage d’une kalachnikov symboliserait pour ses adeptes l’entrée dans le grand banditisme. Or, comme on vient de le voir ci-dessus, ses membres aiment la discrétion et les méthodes sophistiquées. C’est pourquoi ils s’entraînent munis d’une autorisation dans les centres de tir29. C’est pourquoi aussi, sauf exception, ils ne sont pas assassinés au moyen de ces armes de guerre, comme il ressort de nos dossiers. En effet, seuls deux homicides ont été commis avec cette arme par des membres du Milieu, et ce dès 2002. Les kalachnikovs provenaient d’un lot d’armes entreposé dans un garage. Ce lot d’armes avait été volé chez un collectionneur.

Le recours au « barbecue »

26Le « barbecue » est une appellation que l’on doit, dit-on, aux policiers pour désigner un mode opératoire introduit depuis longtemps, comme l’affaire Yann Piat l’a montré en 1994. Il consiste à brûler les instruments (armes et véhicules) et/ou corps du crime, à effacer le maximum de traces et indices du crime.

27Produisant un effet marquant, ce mode opératoire serait l’empreinte du Milieu selon les policiers. Une de ses recrues, Farid Berrhama, l’aurait ensuite « démocratisé » en l’utilisant de manière massive. D’où son surnom de « rôtisseur ».

  • 30 Bernard Aubry, Séverine Pardini-Battesti, Nouveaux bandits. Après les parrains, les caïds, op. cit.

28L’objectif de la carbonisation des corps et instruments du crime est double. Par-delà le souci d’effacer au maximum les traces et indices du crime, il s’agit de délivrer un message d’avertissement aux réseaux criminels : « on n’approche pas, chasse gardée30 ». Un message on ne peut plus explicite lorsque, dans le cadre d’une guerre entre gérants de réseaux de stupéfiants dans des cités des quartiers Nord, trois jeunes gens sont retrouvés carbonisés dans un véhicule. Cette violence hors normes, spectaculaire, revêt pour ses auteurs une fonction d’exemple.

29Nos données montrent qu’entre 2002 et 2011, ce mode opératoire a été moins employé que ce que le débat public le laisse entendre. En effet, le « barbecue » a été usité dans quasiment 33 % des règlements de comptes analysés commis en terre provençale. C’est en 2006, année de la mort de celui qui est réputé être son principal artisan, qu’il a été le plus employé par l’élite du banditisme. Ensuite, à partir de 2007, il semble essentiellement avoir été mobilisé par les trafiquants de drogues des cités. En ce qui concerne les diverses déclinaisons de cette technique criminelle, notre échantillon de meurtres entre malfaiteurs fait apparaître qu’aucun cadavre carbonisé n’a été retrouvé hors d’une voiture. Un ou plusieurs corps brûlés gisaient dans des véhicules incendiés dans 8,5 % des affaires étudiées. Dans 8,5 % des dossiers, les enquêteurs ont retrouvé des armes brûlées (des kalachnikovs en l’occurrence) en même temps que l’habitacle.

30Les véhicules seuls ont été découverts incendiés dans 16 % des affaires de notre échantillon – ils étaient remisés dans des endroits isolés ou difficiles d’accès. Les automobiles (BMW, Audi 3 en particulier) ont été préalablement volées et portent une fausse immatriculation. Il n’y a pas de deux-roues brûlés.

Tableau 13 – Carbonisation des corps et instruments du crime.

Les lieux et moments de commission des homicides entre malfaiteurs

  • 31 Thierry Colombié, Entretien avec Le Nouvel Obs [http://nouvelobs.com].

31Les règlements de comptes sont toujours commis dans des lieux publics ou accueillant du public. Étant donné le contexte d’antagonisme existant souvent entre les malfaiteurs, l’utilisation du domicile privé ne se pose pas. Par conséquent, la voie publique constitue par essence le lieu des homicides entre malfaiteurs. Selon Thierry Colombié31, le fait que ce type de meurtre ait lieu dans la rue sans témoins marquerait le sceau du grand banditisme. Au moins un de nos dossiers nuance ce constat.

Des crimes perpétrés dans des zones urbaines

  • 32 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit.

32Entre 2002 et 2011, les assassinats entre délinquants ont été perpétrés en zones urbaines. Cette caractéristique locale des homicides entre malfaiteurs n’est pas propre à la Provence, on la retrouve au Québec où ces meurtres sont concentrés dans la ville de Montréal et ses alentours32. Elle peut s’expliquer par le fait que c’est en zone urbaine que sont implantés les marchés criminels et leurs clientèles. Les villes ou quartiers que nous allons mentionner sont ceux de découverte du corps des malfaiteurs. Ces lieux ne sont pas ceux de commission du crime lorsque le corps a été transporté dans un terrain vague où il a été découvert carbonisé.

La distribution des homicides entre malfaiteurs dans la région marseillaise

  • 33 Marseille a été la dernière grande ville française à intégrer une métropole. Ce retard est lié à de (...)
  • 34 Arles et Tarascon, villes comportant d’importantes poches de pauvreté, font partie de la Communauté (...)
  • 35 Alain Laville, Le juge Michel, op. cit. ; José D’Arrigo, Roger Grobert, Zampa, op. cit.

33Pratiquement 2 millions de personnes résident ordinairement dans les Bouches-du-Rhône, dont plus de 850000 à Marseille intra-muros. Précisons qu’entre 2001 et 2011, dates extrêmes de perpétration des homicides entre bandits étudiés, la ville de Marseille est le siège de la Communauté urbaine Marseille-Provence, collectivité territoriale créée en 2000, qui regroupe 18 communes. La municipalité fonctionne désormais sur un mode collectif à l’image des grandes villes françaises33. 55 % des assassinats entre bandits ont eu lieu à l’intérieur même de la cité phocéenne, 45 % dans plusieurs autres communes des Bouches-du-Rhône. Certains coins du département n’ont pas été en neuf ans le théâtre de règlements de comptes entre malfaiteurs. Ainsi en est-il des secteurs plutôt touristiques d’Arles, Tarascon, Saint-Rémy de Provence situés au nord des Bouches-du-Rhône34. À l’opposé, à l’ouest et à l’est de Marseille, des cités balnéaires ont été épargnées par ces violences mortelles : Carry-le-Rouet et Sausset-les-Pins d’un côté, Cassis et La Ciotat (du moins jusqu’à l’été 2013 selon nos données) de l’autre. Cela n’a pas toujours été le cas pour Carry-le-Rouet et ses environs, pour Cassis aussi au temps de Zampa35.

Carte 1 – Les communautés de commune dans les Bouches-du-Rhône entre 2000 et 2016.

(Source : La Provence.)

Graphique 4 – Les zones urbaines, théâtres des règlements de comptes.

  • 36 Ce département servirait de base arrière au grand banditisme qui s’y reposerait, contrôlerait les é (...)

34Nos données montrent que la DIPJ de Marseille a traité un règlement de comptes commis dans les Alpes-de-Haute-Provence, dans une commune proche des Bouches-du-Rhône36 donc hors du périmètre de la Communauté urbaine Marseille-Métropole, à la suite du dessaisissement du tribunal compétent dont l’affaire a fait l’objet.

  • 37 De 2000 à 2016, Marseille fait partie de la Communauté urbaine Marseille-Provence Métropole. Cette (...)
  • 38 Michel Joubert, Monique Weinberger, Gérard Alfonsi, Les toxicomanies dans la ville, Paris, GRASS, C (...)

3542 règlements de comptes, soit 44 % de notre échantillon, ont donc eu lieu dans la région aixoise, sur le pourtour de l’étang de Berre et dans le secteur d’Aubagne. Ces secteurs sont extérieurs au territoire de la Communauté urbaine Marseille-Provence Métropole. En effet, ils sont gérés par plusieurs communautés de communes : la Communauté de communes d’Aix-en-Provence, l’Agglopole Provence, le Syndicat d’Agglomérations Ouest Provence, la Communauté d’agglomérations du pays de Martigues37. Ce sont des secteurs économiquement attractifs. Avec leurs zones commerciales et leurs usines, ils dopent une grande partie de la richesse des Bouches-du-Rhône au détriment de la ville de Marseille. Ils ne sont cependant pas exempts d’une insertion de certains territoires en ZUS, comme il ressort du tableau ci-dessous. D’ailleurs, cinq communes dotées de ZUS (sur les neuf que comportent les Bouches-du-Rhône) ont été le théâtre de fusillades mortelles sur fond de trafics de machines à sous ou de stupéfiants orchestrés par des équipes marseillaises et/ou corses. Les trafics, du fait de leur élasticité et de leur transversalité, font fi des frontières territoriales, comme le montrent les travaux de Michel Joubert, Monique Weinberger et Gérard Alfonsi38.

Tableau 14 – Part de la population vivant en ZUS dans les Bouches-du-Rhône.

(Source : d’après Laurent Mucchielli, Émile Raquet, Claire Saladino, Délinquance et contextes sociaux en région PACA. Premiers éléments pour un tableau de bord statistique et analytique, op. cit.)

36Cinq assassinats de malfaiteurs ont eu lieu dans la région d’Aubagne. Deux d’entre eux pourraient être liés : les victimes, tuées à tout juste trois mois d’intervalle étaient amies et officiaient dans les activités criminelles qui ont fait les beaux jours du banditisme local.

37Vingt homicides ont été perpétrés sur le bassin de l’étang de Berre investi par les équipes criminelles plaçant les machines à sous.

38La région aixoise est dominée par le Milieu corse qui, entre autres activités, rackette les discothèques, comme l’a montré l’affaire Calisson jugée en 2013. 17 règlements de comptes entre malfaiteurs se sont produits en neuf ans.

La distribution des règlements de comptes dans Marseille intra-muros

  • 39 Ces noyaux villageois constituent les quartiers au sens administratif du terme (cf. annexe 1). Tout (...)
  • 40 Certains arrondissements tels le 9e ou le 12e ont des superficies comparables aux villes de Toulon (...)

3952 homicides entre malfaiteurs, soit 55 % de notre échantillon, ont été commis en neuf ans dans Marseille intra-muros. C’est l’une de ses spécificités par rapport aux autres grandes villes françaises, Marseille ne comporte pas de banlieues. La ville est composée de 111 noyaux villageois39 dotés de leur propre identité et souvent porteurs du nom d’un saint. Ils sont regroupés dans les 16 arrondissements de la ville créés après la Seconde Guerre mondiale40.

40De plus, la cité phocéenne se singularise par sa pauvreté : un habitant sur deux n’est pas imposable sur le revenu ainsi que l’INSEE vient de le constater une nouvelle fois. L’écart entre les habitants très riches, souvent issus des dynasties qui ont jadis fait fortune dans le commerce et la réparation navale, et les habitants très pauvres, issus des différentes vagues migratoires, est plus important dans cette ville qu’ailleurs. En neuf ans, peu d’arrondissements de la ville ont échappé à la perpétration d’homicides entre malfaiteurs : les 7e et 10e arrondissements, le premier étant très résidentiel, le second à la fois populaire et résidentiel. L’un représente une terre d’élection des « beaux voyous » ; ils y possèdent leur domicile et ne commettent pas leurs méfaits là où ils vivent. Cette dissociation entre le lieu de résidence et celui d’accomplissement des actes criminels est un élément distinctif des forfaits imputables aux bandits chevronnés de ceux imputables aux trafiquants des cités. Ces derniers œuvrent plutôt dans les quartiers où ils vivent mais leurs dirigeants tendent à travailler dans d’autres quartiers.

41Cette pratique de l’élite du banditisme d’exporter ses actes peut expliquer l’absence de règlements de comptes dans le 7e arrondissement alors que le 8e arrondissement, huppé mais doté de plages fréquentées par l’ensemble de la population marseillaise, a été le théâtre d’un seul règlement de comptes en 2003, il le sera aussi d’un autre en 2012.

Tableau 15 – Les arrondissements de Marseille, théâtres de règlements de comptes.

  • 41 Des chercheurs ont montré que cette opposition quartiers Nord / quartiers Sud de la ville est avant (...)
  • 42 Des poches de pauvreté existent dans les quartiers Sud ; inversement les quartiers Nord comprennent (...)

42La géographie des lieux de commission des homicides entre malfaiteurs montre cependant une distribution inégalitaire des homicides entre malfaiteurs : ceux-ci sont plus nombreux dans les quartiers Nord de la ville (31) que dans le centre-ville (12) ou les quartiers Sud et Est (8). On retrouve là l’opposition – de plus en plus criante et contestable selon certains41 – entre les quartiers Nord (et plutôt pauvres, ainsi qu’une partie du centre-ville) et les quartiers Sud (et Est, plutôt riches)42.

43La distribution des règlements de comptes dans les différents arrondissements de la ville n’est pas proportionnelle ni à la densité de la population ni à leur caractère central ou périphérique.

Carte 2 – Répartition des règlements de comptes entre malfaiteurs à Marseille intra-muros (par arrondissements) de 2002 à 2011. À noter que le lieu de commission d’un règlement de comptes dans Marseille est inconnu.

(Source : http://www.cartograf.fr.)

  • 43 Cf. Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité : résultats de l’enquê (...)
  • 44 Cf. Michel Péraldi, Paysage, ville et mémoire : Marseille, Marseille, CERFISE, 1983 et 1988 ; Jean- (...)
  • 45 Robert Castel, Jean-Louis Reiffers, Nous avons quelque chose à vous dire…, op. cit.

44D’une part, les quartiers centraux de l’agglomération marseillaise – qui comprennent les 1er, 2e, 3e, 4e, 5e et 6e arrondissements – et qui sont composés de populations issues des classes inférieures et moyennes ou bien de bobos ont connu 13 règlements de comptes. De plus, d’autre part, le 13e arrondissement, à la fois résidentiel et populaire selon les quartiers, est, avec 57000 habitants, le plus peuplé selon le recensement de l’INSEE de 2009 : il connaît un nombre de règlements de comptes (9 en neuf ans) inférieur au 14e arrondissement (11 en neuf ans), lequel comprend moins de 40000 habitants et est classé en zone de sécurité prioritaire. Les quartiers Nord regroupent les 13e, 14e, 15e et 16e arrondissements de la métropole provençale. Ils comprennent environ 250000 habitants (sur 850636 Marseillais en 201143), soit plus du tiers de la population de la cité phocéenne. Selon Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie, près de 70000 personnes vivent dans une quarantaine de cités : la Busserine, le Petit Séminaire, Bassens, la Castellane, les Flamants, les Tilleuls, les Bleuets, les Cyprès… Ces cités, plus ou moins proches des noyaux villageois, ont été construites dans d’anciennes campagnes qu’entouraient des bastides, maisons secondaires des bourgeois du centre-ville44. Une quinzaine de kilomètres séparent ces cités du centre-ville ; par l’autoroute du Littoral, elles sont à quinze minutes du Vieux-Port. Délinquance et immigration les stigmatisent45.

  • 46 Michel Anselme, La formation de nouveaux territoires urbains et leur « crise » : les quartiers Nord (...)
  • 47 Ces quartiers ont pourtant échappé, comme les autres arrondissements de la ville, aux émeutes urbai (...)

45Ces quartiers Nord, très excentrés, cumulent les handicaps économiques et sociaux. Dans les années 1960, la crise du logement qui sévissait à Marseille comme ailleurs et l’arrivée massive des rapatriés (d’origine pied-noire et gitane) ont entraîné la construction de barres d’immeubles dont le seul luxe est une vue imprenable sur la mer. Puis ces arrondissements ont continué à accueillir les migrants de différents pays (Comores, pays du Maghreb et d’Afrique centrale et subsaharienne). Ils ont aussi reçu les gitans qui quittaient de la sorte les bidonvilles des arrondissements voisins, dont ceux du 16e arrondissement. Parallèlement, les classes moyennes qui ont pu disposer d’un habitat social ont déserté ces quartiers du fait de leur trajectoire professionnelle et de leur cheminement familial46. Ne sont restées que des populations d’origine étrangère qui n’avaient d’autre choix que de demeurer là. Le déclin du port lié à la décolonisation, puis la crise économique en général ont frappé de plein fouet ces populations des quartiers Nord47.

  • 48 Maurice Cusson, Les zones urbaines criminelles, Criminologie, no 22, vol. 2, 1989, p. 95-105.
  • 49 Monique Weinberger, Le trafic de drogues à Marseille (1995-2005), op. cit.
  • 50 En effet, Laurent Mucchielli a montré à propos des homicides en général que l’urbanisation et le ch (...)

46La concentration des handicaps économiques et sociaux, selon Maurice Cusson, est aux États-Unis en corrélation avec les taux d’homicide48. Mais Maurice Cusson fonde sa démonstration – c’est le résultat de recherches sur le sujet qu’il expose – sur des quartiers des centres-villes peuplés de populations mobiles, non des banlieues composées de personnes sédentaires. En d’autres termes, cette approche en termes de zones urbaines réduit la délinquance au sens large du terme à une affaire de centre-ville, là où les commodités et lieux festifs sont implantés. On le constate, les règlements de comptes commis à Marseille infirment une telle approche. Il en est de même pour les trafics de drogues structurés, organisés qui seraient une caractéristique de ces quartiers. Or, d’une part Monique Weinberger a montré, à partir de dossiers judiciaires, que les trafics de stupéfiants étaient loin de constituer l’apanage de ces quartiers49. D’autre part, ces trafics, là comme ailleurs, n’existent que parce que les habitants des « beaux quartiers » se déplacent vers eux pour acheter les produits dont ils ont besoin. C’est pourquoi il semble que les marchés criminels constituent un indicateur plus pertinent que l’urbanisation ou le chômage pour rendre compte de la distribution géographique des meurtres entre malfaiteurs50.

Des crimes perpétrés dans des lieux publics

47Entre 2002 et 2011, les assassinats sont surtout commis dans l’espace public. En effet, 91 meurtres sur 94 (96,8 % donc) ont eu lieu dans des lieux publics (67, soit 71,27 % sur des voies de grande circulation) ou accueillant du public (24, soit 25,53 %).

Tableau 16 – Lieux des règlements de comptes entre 2002 et 2011.

  • 51 Robert Castel, Jean-Louis Reiffers, Nous avons quelque chose à vous dire…, op. cit.

48Lorsque les règlements de comptes sont accomplis dans des endroits accueillant du public, donc devant témoins, ce sont les bars, on va le constater ci-dessous, qui en constituent le principal théâtre. Un bar a même été la scène de deux homicides entre malfaiteurs en 2003 et 2010. Toutefois, depuis peu et donc dans une moindre mesure les locaux associatifs à usage public implantés dans les cités deviennent des arènes de règlements de comptes. Notons ici, et c’est l’un des reproches qui est adressé aux concepteurs des cités, la plupart d’entre elles ne comportent pas de bars et autres lieux de convivialité au grand dam des habitants51.

Tableau 17 – Lieux accueillant du public, théâtres de règlements de comptes entre 2002 et 2011.

  • 52 Alain Laville, Le juge Michel, op. cit. ; José D’Arrigo, Roger Grobert, Zampa, op. cit.

49On remarque que les discothèques, pourtant rackettées au profit du Milieu corso-marseillais, ne sont pas, dans notre échantillon d’affaires, des lieux de commission des règlements de comptes. Cela n’a pas toujours été le cas en particulier sous le règne de Gaëtan Zampa dans les années 1970-1980 et de Francis le Belge dans les années 199052.

50Douze assassinats ont été commis à proximité du domicile de la cible si on assimile une prison ou un hôtel à un domicile : neuf meurtres ont été perpétrés devant le domicile même de la victime, un devant celui de la personne chez qui le malfaiteur se rendait, un devant l’hôtel que la victime s’apprêtant à regagner, un devant la porte de la prison que la victime, fraîchement élargie venait de franchir. Loin, bien loin de certaines idées reçues, 21 (soit 22, 34 %) des homicides entre malfaiteurs ont eu les cités pour cadre : 17 ont eu lieu dans des cités marseillaises, les autres dans des cités sises autour de l’étang de Berre et un à Aix-en-Provence. Il apparaît que ce n’est vraiment qu’à partir de 2006 que les règlements de comptes entre malfaiteurs sont perpétrés dans des cités. 2006 est l’année de la mort d’un jeune et ambitieux caïd à la gâchette facile. 2010 marque une flambée des homicides entre malfaiteurs commis dans les cités par rapport aux années précédentes et suivantes. Cette flambée frappe quelques cités marseillaises – la ville en comprendrait 150 –, théâtres de 7 règlements de comptes, le 8e ayant eu lieu dans une commune longeant l’étang de Berre.

Tableau 18 – Les règlements de comptes dans des cités entre avril 2002 et décembre 2011.

Les moments de commission des meurtres

51Nos données montrent que les homicides entre malfaiteurs se produisent surtout la nuit et durant les « jours de travail » des bandits.

Des assassinats commis surtout la nuit

  • 53 Laurent Mucchielli, Recherche sur les homicides : auteurs et victimes, Questions pénales, vol. 14, (...)

52Nous disposons de l’heure de commission de 89 meurtres. Dans cinq dossiers, elle n’est pas mentionnée peut-être parce que les enquêteurs ne sont pas parvenus à la dater lorsque le corps a été retrouvé calciné par exemple. Il apparaît que 41,4 % des homicides entre malfaiteurs surviennent entre 18 h et 24 h. C’est là une caractéristique commune à tous les homicides53. On pourrait penser que le choix de ce créneau horaire est dicté par le souci d’éviter la présence de témoins gênants. Mais 39,3 % des meurtres entre malfaiteurs sont commis en pleine journée. Ce n’est donc pas le souci d’éviter les témoins qui dicte le moment de l’homicide mais plutôt la situation des protagonistes : les victimes ont fait l’objet d’un profond travail de repérage qui aboutit lorsqu’elles se retrouvent hic et nunc en présence de leurs agresseurs.

Tableau 19 – Les horaires de commission des meurtres.

53En d’autres termes, le moment de commission des homicides entre malfaiteurs marque l’aboutissement d’un processus. Pour les auteurs et commanditaires des meurtres, peu importent les circonstances de temps et de lieu de perpétration des crimes. Ces derniers sont exécutés surtout les lundis et jeudis.

Des meurtres perpétrés en semaine

  • 54 Mickaël Scherr, Aurélien Langlade, Les caractéristiques des homicides commis à Paris et petite cour (...)

54Alors que les homicides de droit commun sont perpétrés en fin de semaine, le samedi soir notamment54, les homicides entre malfaiteurs, durant neuf années consécutives, se sont davantage produits les jeudis et lundis que les autres jours de la semaine. On peut, c’est une simple hypothèse, expliquer cette distribution hebdomadaire des assassinats entre bandits par les « rythmes de travail » des malfaiteurs. C’est dire que ceux-ci accomplissent une semaine de quatre jours et ralentissent, voire arrêtent leurs activités les trois jours restants, durant lesquels ils font la fête, et dépenser l’argent gagné. Cela tend à montrer que les malfaiteurs suivent le rythme général de la vie sociale. C’est là une manifestation de leur insertion sociale.

Tableau 20 – Les jours de commission des assassinats.

Des meurtres perpétrés surtout en juillet et septembre

55Entre 2002 et 2011, il ressort des dossiers étudiés – qui, rappelons-le, ne représentent pas l’ensemble des crimes entre bandits commis dans la région marseillaise – que les mois de juillet et septembre ont été les plus propices à la perpétration des règlements de comptes entre malfaiteurs (11,7 %), suivis par les mois de février (10,6 %), janvier, août (9,6 %), avril et juin (8,5 %). Le mois de novembre paraît se prêter le moins aux homicides crapuleux (3,2 %).

Tableau 21 – Les mois de commission des assassinats.

56Deux hypothèses pourraient expliquer cette distribution mensuelle. La première est celle du lien entre les sorties de prison et les fusillades mortelles. La seconde est celle du lien entre les affaires. En effet, certains règlements de comptes sont des réponses aux précédents et s’inscrivent dans une guerre entre les réseaux où la décimation complète de l’équipe est recherchée. Cette guerre entre réseaux pourrait expliquer les pics observés certains mois. D’autant que les stratégies policières de démantèlement de réseaux criminels ont des répercussions sur le fonctionnement et les actions non seulement de ces réseaux mais aussi sur des autres. Ainsi que nous allons le découvrir dans le chapitre suivant, les homicides entre pairs s’inscrivent essentiellement sur fond d’affaires de stupéfiants et/ou de machines à sous.

Notes

1 Par exemple Pino Arlacchi, Mafia et compagnies : l’éthique mafiosa et l’esprit du capitalisme, op. cit. ; Thierry Cretin, Mafias du monde, Paris, PUF, 1998 ; Frédéric Perri, Carrières criminelles, op. cit., p. 30.

2 Frédéric Perri, Carrières criminelles, loc. cit.

3 Thierry Cretin, Mafias du monde, op. cit.

4 Deux anciens membres de réseaux criminels (la French Connection pour l’un, la Brise de Mer pour l’autre) en fournissent de nombreux exemples dans leurs mémoires ; cf. Jean-Pierre Hernandez, Quand j’étais gangster. Mémoires, Paris, Flammarion, 2014 ; Claude Chossat, Repenti, Paris, Fayard, 2017.

5 Gilbert Cordeau, Les homicides entre délinquants : une analyse des conflits qui provoquent des règlements de comptes, art. cit.

6 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.

7 Alain Tourre, Histoire de l’Évêché. La police judiciaire marseillaise, op. cit., p. 427.

8 Nous n’avons pas tenu compte des victimes d’infractions incidentes, c’est-à-dire celles commises avant ou après la perpétration des règlements de comptes. Ce type d’homicides est souvent précédé du vol d’un véhicule. De plus, il arrive que dans leur fuite les malfaiteurs occasionnent des dégâts, comme un accrochage avec une automobile. Il arrive aussi que la perpétration du crime produise des dommages matériels, sur une porte de maison par exemple. Dans tous les cas, les victimes portent plainte.

9 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit.

10 Jacques Dallest, Mes homicides. Un procureur face au crime, Paris, Robert Laffont, 2015. Dans les quartiers Nord de Marseille, trois hommes armés de fusils et de revolvers étaient entrés dans un bar et avaient tué 10 personnes. Il s’agirait d’un règlement de comptes pouvant être lié à des affaires de proxénétisme, de fausse monnaie ou encore de guerre des clans.

11 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit.

12 José D’Arrigo, Roger Grobert, Zampa, op. cit. Cette tuerie, survenue dans un bar du Vieux-Port, théâtre quelques années plus tôt d’un autre règlement de comptes, s’inscrit dans le cadre d’une guerre des clans entre celui emmené par Zampa et celui dirigé par Vanverberghe.

13 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit., p. 46.

14 Thierry Colombié, La French Connection. Les entreprises criminelles, op. cit.

15 Jacques Derogy, Jean-Marie Pontaut, Enquêtes sur les ripoux de la Côte, op. cit., p. 63.

16 Claude Ardid, Jean-Marie Bourget, Yann Piat. L’histoire secrète d’un assassinat. La contre-enquête, Paris, Plon, 1998.

17 Cf. par exemple Bernard Aubry, Séverine Pardini-Battesti, Nouveaux bandits. Après les parrains, les caïds, op. cit.

18 Gilbert Cordeau, Les règlements de comptes dans le milieu criminel québécois de 1970 à 1986, op. cit.

19 Ce sont les termes employés par les enquêteurs dans un rapport de synthèse sur une affaire.

20 Cf. par exemple Luc Leroux, Marseille envahie par les armes de guerre. Les autorités constatent une « banalisation » de l’usage des fusils d’assaut dans les Bouches-du-Rhône, Le Monde, 4 novembre 2014.

21 Dans trois affaires, des fusils de chasse ont constitué l’instrument du crime. Il s’agit là d’un procédé peu utilisé en matière d’homicides entre malfaiteurs, a souligné un enquêteur dans l’une des affaires concernées.

22 Philippe Pujol, French deconnection, op. cit.

23 C’est une information recherchée et consignée par les enquêteurs sur la procédure ouverte à la suite d’une fusillade mortelle.

24 Gilbert Cordeau, Les règlements de comptes dans le milieu criminel québécois de 1970 à 1986, op. cit., p. 145.

25 Cf. Thierry Colombié, Beaux voyous, Paris, Fayard, 2004.

26 Bernard Aubry, Séverine Pardini-Battesti, Nouveaux bandits. Après les parrains, les caïds, op. cit., p. 74.

27 Entretien avec un agent de la BCRB, 24 septembre 2013.

28 Id.

29 Thierry Colombié, Entretien avec Le Nouvel Obs [http://nouvelobs.com].

30 Bernard Aubry, Séverine Pardini-Battesti, Nouveaux bandits. Après les parrains, les caïds, op. cit.

31 Thierry Colombié, Entretien avec Le Nouvel Obs [http://nouvelobs.com].

32 Guillaume Jasmin, Soixante ans de règlements de compte au Québec, op. cit.

33 Marseille a été la dernière grande ville française à intégrer une métropole. Ce retard est lié à des stratégies politiques. Dans les années 1960, Gaston Defferre, alors maire de Marseille, avait refusé la création d’une métropole pour des raisons électorales (Marseille aurait été politiquement minoritaire au sein d’une métropole excluant la ville d’Aix-en-Provence, ville bourgeoise et universitaire).
La question de la métropole s’est reposée du fait des afflux d’employés et d’usagers des services publics en provenance de tout le département. La ville de Marseille regroupe les grands hôpitaux et les administrations (les universités sont essentiellement implantées à Marseille pour les sciences dures et les mathématiques, et Aix-en-Provence pour les lettres et les sciences humaines et sociales). D’où la création en 2000 de la Communauté urbaine de Marseille-Provence Métropole qui n’intègre pas la ville d’Aix-en-Provence. Puis, sous la pression de l’État central et de la société civile, une métropole est enfin mise en place en 2016 en dépit de résistances politiques locales ; cf. Bernard Morel, Marseille. Naissance d’une métropole, Paris, L’Harmattan, 2008 ; Samuel Bonai, La création de la métropole marseillaise : un combat géopolitique entre l’État et les collectivités locales, Hérodote, vol. 3, no 154, 2014, p. 177-190.

34 Arles et Tarascon, villes comportant d’importantes poches de pauvreté, font partie de la Communauté d’agglomérations Arles-Crau-Camargue-Montagnette créée en 2004. En revanche, Saint-Rémy-de-Provence, commune assez huppée où résident de nombreuses personnalités du monde des médias et du show-business, n’appartient pas à ce conglomérat de communes.

35 Alain Laville, Le juge Michel, op. cit. ; José D’Arrigo, Roger Grobert, Zampa, op. cit.

36 Ce département servirait de base arrière au grand banditisme qui s’y reposerait, contrôlerait les établissements de nuit et y blanchirait ses fonds ; cf. Brian Orsini, Grand banditisme : les Alpes-de-Haute-Provence comme base arrière, La Provence, 5 janvier 2018.

37 De 2000 à 2016, Marseille fait partie de la Communauté urbaine Marseille-Provence Métropole. Cette communauté de communes comprend 18 communes : Allauch, Carnoux-en-Provence, Carry-le-Rouet, Cassis, Ceyreste, Châteauneuf-les-Martigues, Ensuès-la-Retonne, Gémenos, Gignac-la-Nerthe, La Ciotat, Le Rove, Marignane (qui accueille sur son territoire l’aéroport Marseille-Provence), Plan-de-Cuques, Roquefort-la-Bédoule, Saint-Victoret, Sausset-les-Pins, Septèmes-les-Vallons.
Plusieurs autres communautés de communes sont implantées dans le département :
– la Communauté d’agglomérations du pays d’Aubagne et de l’Étoile (12 communes, dont Aubagne, La Destrousse, La Penne-sur-Huveaune, Peypin) ;
– la Communauté de communes d’Aix-en-Provence (plus de 30 communes, dont la ville de Pertuis située dans le Vaucluse, Châteauneuf-le-Rouge, Fuveau, Gardanne, Gréasque, Rousset, Vitrolles) ;
– l’Agglopole Provence (17 communes, dont Berre et Salon, réparties entre Salon, l’Étang de Berre et la Durance) ;
– le Syndicat d’Agglomérations Ouest Provence (6 communes : Cornillon-Confoux, Fos-sur-Mer, Grans, Istres, Miramas et Port-Saint-Louis-du-Rhône) ;
– la Communauté d’agglomérations du pays de Martigues (3 communes : Martigues, Port-de-Bouc et Saint-Mitre-les-Remparts) ;
– la Communauté d’agglomérations Arles-Crau-Camargue-Montagnette (6 communes, dont Arles, Saintes-Maries-de-la-Mer et Tarascon).
Toutes ces collectivités territoriales, excepté la Communauté d’agglomérations d’Arles, ont fusionné en 2016 au profit d’un nouvel établissement public : la Métropole Aix-Marseille-Provence. Cette dernière regroupe 92 communes, dont 90 des Bouches-du-Rhône, 1 du Var (Saint-Zacharie) et 1 du Vaucluse (Pertuis). Elle compte 1,8 million d’habitants.
Se pose la question de l’intégration de la commune d’Arles dans cette métropole qui est la plus grande de France…

38 Michel Joubert, Monique Weinberger, Gérard Alfonsi, Les toxicomanies dans la ville, Paris, GRASS, CNRS, 1996.

39 Ces noyaux villageois constituent les quartiers au sens administratif du terme (cf. annexe 1). Toutefois, de vieux quartiers sont toujours reconnus comme tels par la population mais pas par l’administration, comme la Plaine ou le Panier, pour ne citer qu’eux.

40 Certains arrondissements tels le 9e ou le 12e ont des superficies comparables aux villes de Toulon ou Perpignan.

41 Des chercheurs ont montré que cette opposition quartiers Nord / quartiers Sud de la ville est avant tout une question de représentations sociales et que le sentiment d’appartenance aux quartiers Nord est l’apanage des populations les plus pauvres et les plus marginalisées ; cf. Jocelyne Cesari, Alain Moreau, Alexandra Schleyer-Lindenmann, « Plus marseillais que moi, tu meurs ! ». Migrations, identités et territoires à Marseille, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 48-50. Mais c’est Saint-Mauront, situé dans le 3e arrondissement de la ville (arrondissement théâtre de meurtres entre malfaiteurs entre 2002 et 2009), qui est le quartier le plus pauvre de la ville et même du pays.

42 Des poches de pauvreté existent dans les quartiers Sud ; inversement les quartiers Nord comprennent des zones résidentielles.

43 Cf. Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité : résultats de l’enquête Marseille 2014. Annexe I : portrait social de la ville, op. cit.

44 Cf. Michel Péraldi, Paysage, ville et mémoire : Marseille, Marseille, CERFISE, 1983 et 1988 ; Jean-Samuel Bordreuil, Michel Péraldi, Des cités dans la ville : les quartiers Nord de Marseille, Aix-en-Provence, LAMES-PIR Villes-INSEE, 1996.

45 Robert Castel, Jean-Louis Reiffers, Nous avons quelque chose à vous dire…, op. cit.

46 Michel Anselme, La formation de nouveaux territoires urbains et leur « crise » : les quartiers Nord de Marseille. Les urbanistes dans le doute, Peuples méditerranéens, no 43, avril-juin 1989, p. 121-129.

47 Ces quartiers ont pourtant échappé, comme les autres arrondissements de la ville, aux émeutes urbaines qui ont explosé dans plusieurs villes de France en 2005. Trois hypothèses, dont l’une n’est pas exclusive des autres, peuvent être avancées pour expliquer cette singularité marseillaise. Tout d’abord, le fait que les quartiers Nord, comme les autres quartiers sensibles de la ville dont la Cayolle dans le 9e arrondissement ou Airbel dans le 11e arrondissement, fassent partie intégrante de l’agglomération marseillaise crée un sentiment d’appartenance commune, sentiment que l’engouement autour de l’Olympique de Marseille symbolise ; cf. Jocelyne Cesari, Alain Moreau, Alexandra Schleyer-Lindenmann, « Plus marseillais que moi, tu meurs ! », op. cit. Le slogan « Fiers d’être marseillais » qui orne nombre d’accessoires, de vêtements et de gadgets divers témoigne de ce sentiment d’identité commune. Ensuite, certainement parce que la deuxième ville de France, fondée par un Grec, s’est construite au gré des vagues migratoires (grecques, italiennes, espagnoles, arméniennes, corses, algériennes, africaines), le tissu associatif est très important dans toute la cité phocéenne. Marseille-Espérance, association gravitant dans l’orbite de la mairie et comprenant les représentants de toutes les confessions religieuses existant dans la ville, jouerait un rôle pacificateur important. Enfin, le trafic de stupéfiants permettrait le maintien de la paix sociale dans les cités ; sur ce dernier point, cf. Julien Dufour, Abdelfettah Kabssi, Bandes. Dérive criminelle et terrorisme, Paris, MA éditions, 2015.

48 Maurice Cusson, Les zones urbaines criminelles, Criminologie, no 22, vol. 2, 1989, p. 95-105.

49 Monique Weinberger, Le trafic de drogues à Marseille (1995-2005), op. cit.

50 En effet, Laurent Mucchielli a montré à propos des homicides en général que l’urbanisation et le chômage forment des indicateurs trop grossiers ; Laurent Mucchielli, Les homicides dans la France contemporaine (1970-2007) : évolution, géographie et protagonistes, in Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg (dir.), Histoire des homicides en Europe, op. cit.

51 Robert Castel, Jean-Louis Reiffers, Nous avons quelque chose à vous dire…, op. cit.

52 Alain Laville, Le juge Michel, op. cit. ; José D’Arrigo, Roger Grobert, Zampa, op. cit.

53 Laurent Mucchielli, Recherche sur les homicides : auteurs et victimes, Questions pénales, vol. 14, no 4, 2002, p. 1-4 ; Mickaël Scherr, Aurélien Langlade, Grand angle, no 35, « Les caractéristiques des homicides commis à Paris et petite couronne, d’après le recensement effectué par CORAIL entre 2007 et 2013 », 2014.

54 Mickaël Scherr, Aurélien Langlade, Les caractéristiques des homicides commis à Paris et petite couronne…, op. cit. ; Laurent Mucchielli, Les homicides dans la France contemporaine (1970- 2007) : évolution, géographie et protagonistes, in Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg (dir.), Histoire des homicides en Europe, op. cit.

Table des illustrations

Légende Tableau 8 – Nombre de victimes par affaires de règlements de comptes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Légende Tableau 9 – Nombre de mis en cause par affaires de règlements de comptes élucidées. À noter que le nombre de mis en cause englobe ceux qui ne comparaîtront pas devant une juridiction de jugement parce qu’ils sont morts ou en fuite.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende Tableau 10 – Armes utilisées dans les règlements de comptes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Tableau 11 – Distribution des instruments du crime par types d’armes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 9,4k
Légende Tableau 12 – Distribution des armes à feu utilisées dans les meurtres.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Tableau 13 – Carbonisation des corps et instruments du crime.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Carte 1 – Les communautés de commune dans les Bouches-du-Rhône entre 2000 et 2016.
Crédits (Source : La Provence.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Graphique 4 – Les zones urbaines, théâtres des règlements de comptes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Légende Tableau 14 – Part de la population vivant en ZUS dans les Bouches-du-Rhône.
Crédits (Source : d’après Laurent Mucchielli, Émile Raquet, Claire Saladino, Délinquance et contextes sociaux en région PACA. Premiers éléments pour un tableau de bord statistique et analytique, op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Tableau 15 – Les arrondissements de Marseille, théâtres de règlements de comptes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Carte 2 – Répartition des règlements de comptes entre malfaiteurs à Marseille intra-muros (par arrondissements) de 2002 à 2011. À noter que le lieu de commission d’un règlement de comptes dans Marseille est inconnu.
Crédits (Source : http://www.cartograf.fr.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Tableau 16 – Lieux des règlements de comptes entre 2002 et 2011.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Légende Tableau 17 – Lieux accueillant du public, théâtres de règlements de comptes entre 2002 et 2011.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Tableau 18 – Les règlements de comptes dans des cités entre avril 2002 et décembre 2011.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1k
Légende Tableau 19 – Les horaires de commission des meurtres.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Tableau 20 – Les jours de commission des assassinats.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Tableau 21 – Les mois de commission des assassinats.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50625/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search