Version classiqueVersion mobile

Bandits contre bandits

 | 
Anne Kletzen

Chapitre I. L’étude des règlements de comptes entre malfaiteurs à Marseille

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple Émile Témime, Marseille, ville de migrations, art. cit.
  • 2 On trouvera en annexe 1 la liste des 111 quartiers formant la ville de Marseille ainsi que leurs su (...)
  • 3 La ville – dont la superficie est 2,8 fois supérieure à celle de Paris – dispose seulement de deux (...)
  • 4 Paméla Fréau, Les représentations médiatiques de la criminalité à Marseille, op. cit.

1La position géographique de la ville de Marseille, son caractère maritime facilitent bien évidemment les trafics en tous genres et sa proximité avec le Maroc le trafic de « shit ». De plus, la cité phocéenne s’est construite au gré des vagues migratoires, ce qui ne s’est pas déroulé sans heurts : les populations migrantes, les Italiens et les Algériens en particulier, ont été tour à tour la cible de violences de la part des habitants1. Ces derniers, de culture, de religion, d’histoire et d’origine différentes, cohabitent plus qu’ils ne vivent ensemble dans des villages, quartiers2, rues, cités qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. L’enclavement des quartiers et l’insuffisance des transports en commun3 ont pour effet d’isoler les habitants et sinon de créer, du moins d’entretenir, une certaine peur de la différence et de l’inconnu4.

  • 5 César Centi, dans une problématique de planification urbaine, montre que la métropole marseillaise (...)
  • 6 Frédéric Lirzin, Itinéraire d’une rebelle, Marseille, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2013.
  • 7 Cf. Paméla Fréau, Les représentations médiatiques de la criminalité à Marseille, op. cit.

2Les riches vivent plutôt dans les quartiers Sud et Est de la ville, les pauvres dans les quartiers Nord et, contrairement à d’autres grandes agglomérations comme Lyon ou Nice, dans le centre-ville5. Mais, dans cette métropole farouchement indépendante et individualiste, les mécanismes de régulation sociale font défaut. Ils ouvrent ainsi la voie à la violence6 laquelle renvoie à un imaginaire collectif foisonnant et soigneusement entretenu7.

  • 8 « Marseille, à feu et à sang », titre un article du magazine Paris Match en septembre 2012 après un (...)
  • 9 Cf. Michel Samson, Marseille en procès. La véritable histoire de la délinquance marseillaise, op. c (...)

3 Pour autant, la deuxième ville de France n’est pas « à feu et à sang » contrairement à ce que l’on a pu écrire dans certains magazines8. Sa criminalité est « banale » si l’on peut dire, elle est « ordinaire » : c’est celle d’une grande ville dont le palais de justice est peuplé de « petites gens » comparaissant surtout pour de petites infractions9. Et les règlements de comptes entre malfaiteurs sont moins nombreux que ce que le débat public le laisse entendre. C’est ce que nous exposerons dans un premier temps. Puis, dans un deuxième temps, on présentera le protocole de recherche que l’on a suivi.

La criminalité dans la cité phocéenne

4Les récents travaux des chercheurs montrent que la criminalité à Marseille n’a rien de spécifique à cette ville et que les rapports présumés entre voyous, milieux politiques et d’affaires existent aussi ailleurs. Les règlements de comptes entre malfaiteurs représentent une part, minime de surcroît, de la criminalité locale. De ce fait, ils ne peuvent à eux seuls représenter les problématiques de la violence au bord de la Méditerranée.

Une criminalité « ordinaire »

5À Marseille comme dans toute commune, la criminalité est liée à l’histoire économique et sociale, à la géographie et la démographie de l’agglomération.

Une ville pas particulièrement exposée à des violences mortelles

  • 10 Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit.

6La mise en perspective de la criminalité à Marseille avec celle des autres villes de France montre que la cité phocéenne se singularise par les vols notamment ceux qui sont liés à la circulation routière : ils représentent 23,48 % des infractions commises10. Les homicides, tentatives comprises, sont les crimes les moins perpétrés, à Marseille comme à Paris où ils représentent 0,06 % des infractions constatées. Et c’est dans la capitale, certes suivie par Marseille, que se concentre la criminalité organisée : elle représente, parmi l’ensemble des infractions, 1,07 % à Paris et 0,79 % à Marseille. Ce sont Lyon (5,81 %), Nice (4,73 %) et Marseille (4,21 %) qui détiennent les taux les plus importants d’infractions à la législation sur les stupéfiants. Les villes de Paris et de Marseille, quant à elles, possèdent les taux les plus élevés de trafics de stupéfiants avec 0,36 % pour la première ville, 0,28 % pour la seconde ville.

Tableau 1 – Taux d’infraction pour 1000 habitants dans les cinq circonscriptions de sécurité publique.
Moyenne 2010-2012 (en %).

(Source : ministère de l’Intérieur, rapports publics 2010, 2011, 2012 [Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit.].)

7Ainsi, par rapport aux grandes métropoles françaises, Marseille n’est pas une ville particulièrement exposée à des violences physiques mortelles.

Une ville moins criminogène que certaines de ses voisines

  • 11 Il s’agit des circonscriptions de police d’Aix-en-Provence, Antibes, Avignon, Cagnes-sur-Mer, Canne (...)

8Une étude de l’ORDCS a rendu compte des taux d’infractions enregistrés dans 15 circonscriptions de police (CSP) ou de gendarmerie de la région PACA11. Précisons que la sécurité publique est assurée par la police nationale dans les communes ayant plus de 20000 habitants et par la gendarmerie dans les communes dont le nombre d’habitants est inférieur à ce seuil. En ce qui concerne les taux d’infractions constatées sur trois ans (2005, 2006 et 2007), il apparaît que Marseille arrive en quatrième position après les villes de Cannes (74152 habitants), Avignon (92378 habitants) et Nice (348723 habitants). Ces trois dernières villes, contrairement à la commune de Marseille (885834 habitants), sont objets d’afflux touristiques massifs, surtout l’été.

Tableau 2 – Les quinze communes de la région PACA ayant les taux d’infractions les plus élevés.

(Source : Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Claire Saladino, Délinquance et contextes sociaux en région PACA. Premiers éléments pour un tableau de bord statistique et analytique, Aix-en-Provence, ORDCS, Études et travaux de l’ORDCS, no 1, 2012. En ligne : http://ordcs.mmsh.univ-aix.fr.)

9La taille de la population de la ville concernée n’est donc pas significative pour rendre compte des taux de délinquance. Son insertion en zone urbaine sensible (ZUS) ne l’est pas davantage de manière générale : la part de la population qui réside en ZUS est la plus importante dans des petites communes de l’ouest et du nord des Bouches-du-Rhône (Miramas, Port-de-Bouc et Tarascon). Toutefois, on le découvrira ultérieurement, la majorité des règlements de comptes à l’étude a été perpétrée dans des ZUS situées dans la région marseillaise.

Tableau 3 – Part de la population résidant dans une zone urbaine sensible.

(Source : Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Claire Saladino, Délinquance et contextes sociaux en région PACA. Premiers éléments pour un tableau de bord statistique et analytique, op. cit.)

  • 12 Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Claire Saladino, Délinquance et contextes sociaux en région PACA(...)
  • 13 Ibid., p. 63.

10Les inégalités de revenus pourraient constituer un élément expliquant les taux élevés d’infractions constatées sur certaines communes. Mais le matériau disponible ne permet pas aux chercheurs de l’ORDCS de mettre à l’épreuve cette hypothèse12. En effet, l’indicateur d’inégalité de revenus fiscaux – appelé par les statisticiens indice ou coefficient de Gini – n’est calculable que pour les communes supérieures à 20000 habitants. Il apparaît néanmoins que les circonscriptions de sécurité publique des communes objets d’importantes inégalités de revenus (coefficient de Gini supérieur à 0,40) concentrent les taux d’infractions les plus élevés : Nice, Cannes, Marseille, Aix et Avignon. Plus précisément, pour la « petite et moyenne délinquance économique » (ensemble des vols et cambriolages, dont l’argent est le principal motif de perpétration), on note des hypothèses de fortes corrélations pour les CSP de Nice, Marseille, Aix, Avignon, Vitrolles et la compagnie de gendarmerie de Gassin. Ce constat vaut également pour les « indicateurs de conflits sociaux » (rébellions, outrages, violences, dégradations de biens sociaux, etc.) pour les CSP de Cannes, Avignon, Tarascon et Cavaillon13.

Tableau 4 – Les inégalités de revenus dans l’agglomération marseillaise. À noter que l’indice de Gini n’est présenté que pour l’année 2007 ; plus il se rapproche de 1, plus l’inégalité de revenus est importante.

(Source : Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Claire Saladino, Délinquance et contextes sociaux en région PACA. Premiers éléments pour un tableau de bord statistique et analytique, op. cit.)

Une criminalité peu étudiée d’un point de vue scientifique

  • 14 Céline Regnard, L’histoire de la criminalité dans la région marseillaise : un état des recherches, (...)

11Les connaissances scientifiques sur la criminalité dans la métropole marseillaise sont tributaires de l’accès aux sources et, pour les travaux universitaires, des orientations des directeurs de mémoires et de thèses. D’où l’accent mis sur certains thèmes tels que la violence des femmes, la délinquance des jeunes, la grande criminalité14.

  • 15 Laurence Montel, Marseille, capitale du crime…, op. cit. ; Céline Regnard-Drouot, Marseille la viol (...)
  • 16 En provençal, nervi veut dire « nerveux ».
  • 17 Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, criminalisation et société (1851-1914), (...)

12On sait, grâce aux travaux des historiennes Laurence Montel et Céline Régnard15, que plusieurs types de criminalité se sont succédé depuis le xixe siècle. Tout d’abord, les années 1820-1870 sont dominées par les forfaits commis par les voleurs : les vols et reventes de marchandises dont des bouteilles d’alcool sur les quais du port constituent les principales activités criminelles. Ensuite, les années 1880-1900 marquent l’avènement des activités des souteneurs, les fameux nervis16 installés dans le plus vieux quartier de la ville, derrière le port. À cette époque, les comportements violents sont déjà bien enracinés dans la société marseillaise. La rixe au couteau en est l’exemple type. Le nombre de meurtres explose dans la période 1895-1914, ces homicides sont imputables à des individus appartenant à toutes les couches sociales et non pas aux seuls ouvriers italiens immigrés alors étiquetés comme appartenant aux classes dangereuses. L’honneur et la nécessité sont les motifs gouvernant l’essor et la pérennité des comportements violents dans la plus vieille ville de France17.

  • 18 Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013, p. 291.
  • 19 Laurence Montel, Marseille, capitale du crime…, op. cit.

13Enfin, les années 1920-1930 sont celles de l’apparition de la criminalité organisée par ce que l’on nomme le Milieu. Il s’agit là, selon la définition qu’en donne Dominique Kalifa et que nous ferons nôtre tout au long de ce travail, des malfaiteurs qui se sont extraits des bas-fonds de la société et qui se sont élevés dans la hiérarchie sociale jusqu’à atteindre, sinon ses couches supérieures, du moins son « milieu »18. Ces malfaiteurs, dans les années 1930, mettent au point de stratégies destinées à contrer l’action des services de police, qui, déjà, sont dans l’impossibilité matérielle de mailler efficacement le territoire marseillais19.

14La criminalité à Marseille depuis la Seconde Guerre mondiale est largement évoquée par des journalistes d’investigation et des policiers en retraite. Les uns et les autres rappellent les trafics (cigarettes, fausse monnaie, proxénétisme, stupéfiants) survenus depuis les années 1950, les affaires politico-financières des années 1980-1990 (par exemple fausses factures du Parti socialiste, « suicide » du directeur de la Caisse primaire d’assurance-maladie des Bouches-du-Rhône), grâces médicales, guerre des cliniques, tuerie d’Auriol, assassinat du juge Michel…

  • 20 Cf. Nathalie Sanchez, La géographie criminelle à Salon-de-Provence en 1986, mémoire de DEA en scien (...)
  • 21 Cf. Corinne Beal, L’évolution de la criminalité à Martigues, 1977-1981, mémoire de DEA en sciences (...)

15Cependant, les travaux scientifiques sont peu abondants. Toute une série de mémoires universitaires non publiés et anciens porte sur la géographie criminelle20 ou l’évolution sur une courte période de la criminalité dans plusieurs villes proches de Marseille21. Basés sur les statistiques de la police, ces mémoires se concentrent surtout sur la délinquance d’acquisition et ses lieux de production.

  • 22 Cf. Anne Kletzlen, La douane face aux trafics de cigarettes et de monnaies, Études et données pénal (...)
  • 23 Cf. Amina Haddaoui, Le trafic du cannabis : des filières euro-méditerrannéennes aux réseaux locaux (...)

16La criminalité, depuis une vingtaine d’années, est souvent appréhendée sous le seul prisme de la délinquance organisée à travers notamment les trafics d’argent, de cigarettes22 et de stupéfiants23. Les chercheurs présentent minutieusement les divers réseaux criminels à l’œuvre dans ces trafics et leurs difficultés de démantèlement par la police et la justice.

  • 24 Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité dans trois villes de l’agg (...)

17Par ailleurs, en 2012, des études de l’ORDCS montrent que le sentiment d’insécurité et la victimation sont plus importants à Marseille que dans deux communes voisines (Septèmes-les-Vallons et Aubagne). Toutefois, les agressions verbales, les discriminations, les violences institutionnelles et les vols avec violences sont plus nombreux à Marseille qu’à Aubagne, ville moyenne. Dans la cité phocéenne, ces trois victimations frappent surtout les habitants des quartiers populaires dont les fameux quartiers Nord24. La délinquance autoreportée ne corrobore pas la réputation sulfureuse de la ville de Marseille. D’autant qu’il y a moins de règlements de comptes entre malfaiteurs aujourd’hui qu’hier.

Des règlements de comptes entre malfaiteurs en baisse

  • 25 Ce fichier, initialement à usage interne de la police, exclut les contraventions. Les différents cr (...)

18Le ministère de l’Intérieur publie annuellement le nombre de crimes et délits portés à la connaissance de ses services ou découverts par ceux-ci. Ce document administratif, appelé l’état 400125, rend compte de l’activité des forces de police pour chaque catégorie d’infractions, mois par mois, département par département. Ainsi renseigne-t-il seulement sur le nombre d’homicides entre malfaiteurs consommés ou tentés comptabilisés par les forces de police et qualifiés comme tels.

La question des indicateurs

  • 26 Laurent Mucchielli, L’élucidation des homicides : de l’enchantement technologique à l’analyse du tr (...)

19La comptabilisation administrative des homicides rencontre certaines limites. Tout d’abord, comme le souligne Laurent Mucchielli, des problèmes de qualification juridique se posent. D’une part, la statistique différencie l’infraction consommée de l’infraction tentée. Or, en pratique, où commence la tentative d’homicide ? Où s’arrêtent les coups et blessures mortels ? D’autre part, la notion d’intention de donner la mort permet de distinguer l’homicide des coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Mais qu’est-ce qui permet d’établir l’intention criminelle surtout en cas d’alcoolisation de l’auteur26 ?

  • 27 Laurent Mucchielli montre qu’il n’est guère pertinent d’utiliser la notion de chiffre noir à propos (...)
  • 28 Pour cette même raison, elles ne se rendent pas spontanément à l’hôpital pour se faire soigner lors (...)

20Ensuite, une part des meurtres entre malfaiteurs échappe à la connaissance de la police27 pour au moins deux raisons. La première est liée au fait que les tentatives de règlements de comptes avortées font rarement l’objet d’un dépôt de plainte car les victimes n’ont guère le souci d’attirer l’attention des forces de police sur elles28. C’est à l’occasion d’affaires ultérieures que la police prend connaissance des tentatives de règlements de comptes avortées. Il arrive même qu’à la faveur de l’instruction d’une autre procédure, la victime porte plainte pour des faits qui ont eu lieu plusieurs semaines auparavant.

  • 29 Des exemples en sont fournis par Alain Laville, Le juge Michel, Paris, Presses de la Cité, 1982, et (...)
  • 30 Thierry Colombié, La French Connection. Les entreprises criminelles en France, Condé-sur-Noiré, OGC (...)

21La deuxième raison consiste, ainsi que le mentionne Thierry Colombié, dans le fait que nombre de victimes de règlements de comptes ne sont jamais retrouvées car le Milieu est soucieux de ne laisser aucune trace de ses forfaits29. Éventuellement, il dédommagera en espèces sonnantes et trébuchantes les familles des victimes afin de les dissuader de porter plainte, ce qui évitera l’ouverture d’une enquête policière30.

22En dépit de ces variables inconnues et donc non mesurables, les meurtres entre bandits sont moins nombreux aujourd’hui qu’hier.

Des homicides entre malfaiteurs moins nombreux aujourd’hui qu’hier

23L’analyse des données policières publiées depuis 1974 permet à Laurent Mucchielli de constater que

le début des années 2010 ne constitue en aucun cas un pic dans l’histoire des règlements de comptes en France. Avec 63 règlements de comptes entre malfaiteurs enregistrés en 2012, on se situe au contraire pratiquement au plus bas de la courbe. Seule la toute fin des années 1990 (39 cas enregistrés en 1998, 52 en 1999) apparaît comme plus calme encore. À l’inverse, au sommet de la courbe, on avait enregistré 184 règlements de comptes en 1984, soit environ trois fois plus que de nos jours…

  • 31 Norbert Elias a montré que l’évolution historique des sociétés tend vers une réduction de la violen (...)

24Ainsi, il semble y avoir une certaine pacification des mœurs des malfaiteurs, pour reprendre l’expression de Norbert Elias31.

Graphique 1 – L’évolution des règlements de comptes entre malfaiteurs et des homicides et tentatives d’homicide pour vols en France (1974-2012).

(Source : Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit.)

  • 32 Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit., p. 4.

25Les données policières font ressortir qu’en 2012 le département des Bouches-du-Rhône a enregistré plus de règlements de comptes qu’en Seine Saint-Denis mais moins qu’en Corse32.

  • 33 Reste à documenter empiriquement les raisons de cette flambée de morts violentes. Selon Thierry Col (...)

26Selon les données publiées par l’ONDRP, les Bouches-du-Rhône et leurs 1,9 million d’habitants comptent à eux seuls plus du tiers de ces cas (dont les trois quarts à Marseille intra-muros). La Corse, quant à elle a comptabilisé en 2012 18 règlements de comptes alors que sa population s’évalue à un peu plus de 300000 habitants. Autrement dit, si on rapporte le nombre d’homicides entre malfaiteurs au nombre d’habitants, il y a cinq fois plus de meurtres entre malfaiteurs en Corse que dans les Bouches-du-Rhône33.

  • 34 Louis Duplelet, Le banditisme dans la criminalité d’aujourd’hui et de demain, in Aspects modernes d (...)
  • 35 Laurent Mucchielli, Les homicides dans la France contemporaine (1970-2007) : évolution, géographie (...)

27Les Bouches-du-Rhône demeurent néanmoins fidèles à leur réputation en matière de violences puisque, dans les années 1970, ce département (suivi de Paris) était le plus touché par le banditisme du fait du nombre élevé de vols à main armée. L’usage des armes se banalisait déjà, la violence aussi. Celle-ci, soulignait à ce moment-là un agent de la DGPJ, ne produit pas le banditisme, elle lui sert34. Pourtant dans les années 1970, c’est Paris qui concentre la criminalité de sang suivi des deux départements corses, le Var et les Bouches-du-Rhône. La criminalité organisée caractérise ces quatre départements35.

  • 36 Id., Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit., p. 5.

28L’évolution des meurtres entre bandits depuis 1982 fait apparaître que « jusqu’à l’année 2012 et à ses 25 règlements de comptes meurtriers, la tendance oscillait plutôt autour de la quinzaine de ces faits depuis le milieu des années 1990. L’avenir dira s’il s’agit d’une tendance à la hausse ou d’un pic annuel isolé36 ».

Graphique 2 – L’évolution des règlements de comptes entre malfaiteurs en France et dans les Bouches-du-Rhône au cours des trente dernières années (1982-2012). À noter que la rubrique « Règlements de comptes entre malfaiteurs » n’est pas renseignée dans le volume de l’année 1995.

(Source : Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit.)

29On sait d’ores et déjà qu’il y a eu 17 homicides entre malfaiteurs en 2013, 24 en 2014, 26 en 2015 et 28 en 2016.

Graphique 3 – L’évolution des règlements de comptes entre malfaiteurs en France et dans les Bouches-du-Rhône au cours des vingt dernières années (1996-2016).

(Source : ministère de l’Intérieur, état 4001.)

  • 37 Ibid.

30Ces chiffres, qui attestent d’une nouvelle augmentation des meurtres entre délinquants, restent bien inférieurs à ceux qui étaient constatés dans la deuxième moitié des années 1980 : « 44 en 1985, 45 en 1986 (sommet de la courbe contemporaine) et encore 28 en 1987 et 31 en 198837 ».

  • 38 Il s’agissait à l’origine d’une tentative d’escroquerie à l’assurance. Un bateau, bourré de cigaret (...)
  • 39 Au début des années 1980 déjà, comme aujourd’hui d’ailleurs, le maire de Marseille expliquait que c (...)

31Les années 1980 représentent une période de recomposition du banditisme marseillais – et donc de luttes entre des équipes criminelles en situation de concurrence tant de travail que de clan. À cette époque, les conséquences de l’affaire du Combinatie, vaste trafic de cigarettes qui a mal tourné en 195238 semblent définitivement réglées. Nombre de meurtres accompagnent désormais les affrontements entre les clans emmenés par Gaëtan Zampa (dit Tany Zampa, retrouvé mort par pendaison dans sa cellule de la prison des Baumettes en 1984), Francis Vanverberghe (appelé Le Belge, assassiné à Paris en 2002) et Jacques Imbert (surnommé le Mat ou le Matou, toujours en vie)39.

32C’est également une période de recomposition politique : en 1986, Robert Vigouroux remplace Gaston Defferre à la tête de la municipalité marseillaise tandis que Charles Pasqua, qui avait fait carrière à Marseille dans l’entreprise de pastis Ricard, devient le ministre de l’Intérieur de la première cohabitation.

  • 40 Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit., p. 7.

33Le fait que les malfaiteurs s’entre-tuent moins aujourd’hui qu’hier amène à questionner la pertinence et le bien-fondé « des discours annonçant l’irruption d’une “nouvelle violence” et de “nouveaux bandits” totalement différents de leurs prédécesseurs […] ». On va pouvoir constater à travers ce travail que « les bandits des générations précédentes n’étaient en aucun cas moins violents ou plus moraux que ceux d’aujourd’hui »40. En revanche, ils étaient sans doute moins nombreux, peut-être plus âgés, et peut-être moins riches que ceux d’aujourd’hui.

Le protocole de recherche

  • 41 Jean-Paul Brodeur, Le crime organisé, in Laurent Mucchielli, Philippe Robert (dir.), Crime et sécur (...)

34Comme le souligne Jean-Paul Brodeur, la recherche empirique sur le crime organisé, gouverné par la loi du silence, rend difficiles la conduite d’entretiens auprès des intéressés et l’observation directe. Restent donc les dossiers de police, lesquels sont confidentiels et dont la consultation est le fait de chercheurs mandatés. Rares sont les chercheurs qui bénéficient d’un accès sans réserve aux renseignements accumulés par la police41.

35Cela a été notre cas. Aucune réserve, aucun contrôle n’a accompagné la consultation des dossiers ouverts par la police judiciaire marseillaise à la suite des règlements de comptes perpétrés dans la cité provençale.

Matériau

36Notre matériau est essentiellement composé de dossiers établis par la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Marseille à la suite d’homicides entre malfaiteurs et que ses services ont qualifiés de règlements de comptes. L’analyse de ces dossiers visait à produire de la connaissance « brute » sur un terrain non encore défriché en répondant aux questions suivantes : qui sont les victimes et les auteurs des règlements de comptes ? Comment et pourquoi ceux-ci ont-ils lieu ?

Les dossiers ouverts par la DIPJ à la suite des homicides entre malfaiteurs

37La DIPJ nous a communiqué une liste de 112 dossiers ouverts entre avril 2002 et novembre 2012. Cette liste concerne les affaires que la DIPJ a transmises au service de documentation de l’hôtel de police marseillais. Ces affaires ne sont pas exhaustives car certains dossiers n’étaient pas consultables parce qu’ils étaient toujours en cours d’instruction par la BCRB (Brigade criminelle et de répression du banditisme).

38Le travail empirique présenté ici exclut les 18 dossiers initiés en 2012 car l’enquête était encore en état de flagrance. Par conséquent, le matériau mobilisé repose sur l’analyse de 94 affaires. Le nombre de dossiers consultés fluctue selon les années : 9 en 2002, 4 en 2003, 9 en 2004, 7 en 2005, 9 en 2006, 8 en 2007, 13 en 2008, 7 en 2009, 15 en 2010, 13 en 2011.

39Les dossiers forment une liasse de feuilles plus ou moins volumineuse selon la complexité de l’affaire et l’importance des renseignements recueillis. Ils sont tous construits selon la même logique et comportent deux pièces fondamentales : le compte-rendu initial d’infraction et le compte-rendu d’enquête.

40Établi dès la constatation du meurtre tenté ou abouti, le compte-rendu initial d’infraction relate les circonstances de l’homicide (date, heure, mode et lieu du crime), les premières constatations faites, le nom de la brigade de police ou de gendarmerie qui réalise les premières constatations, les date et heure de la saisine du parquet, l’identité des victimes lorsqu’elle est connue, le nombre de tueurs présumés, le mode opératoire, la qualification juridique des faits.

41Rapport d’analyse et de synthèse du traitement de l’affaire, le compte-rendu d’enquête, quant à lui, rappelle les éléments exposés plus haut, présente les actes procéduraux réalisés : enquêtes de voisinage, auditions des témoins et des suspects, demande d’informations à d’autres services, jonction de procédures, réquisitions bancaires, écoutes téléphoniques, gardes à vue, etc. L’identité des mis en cause est déclinée lorsqu’elle est connue.

42À partir des données contenues dans ces dossiers d’enquêtes, on a procédé à la mise en exergue des modes opératoires et des enjeux des homicides entre malfaiteurs réussis ou avortés. On a également tenté de dresser le profil sociodémographique des protagonistes, leur parcours dans la vie et dans la criminalité, leurs connexions, leur appartenance à des organisations ou équipes criminelles. Enfin, on a tenté de rendre compte des liens entre les dossiers afin de saisir les rationalités des crimes perpétrés. On a complété ce matériel par des entretiens avec des agents de la BCRB.

Des entretiens

43Nous avons procédé à des entretiens auprès de la BCRB dont l’un des chefs venait tout juste de prendre son poste. Plusieurs points ont été abordés.

44Le premier a porté sur la perpétration des règlements de comptes dans le temps et l’espace marseillais. On a souhaité obtenir des précisions sur la différence de chiffres entre le nombre de dossiers transmis et les chiffres publiés par la presse. On a aussi voulu connaître les facteurs pouvant expliquer pourquoi Marseille détenait un taux important de règlements de comptes en France et les raisons de la focalisation sur la cité phocéenne. Enfin, on a questionné la surreprésentation de certains arrondissements de la ville quant au nombre d’homicides entre malfaiteurs.

45Le deuxième point a porté sur l’organisation et les missions de la BCRB. Nous n’avons pas pu obtenir la communication d’un organigramme en raison du souci de l’institution de garantir l’anonymat de ses agents. Nous avons pu en revanche recueillir des informations sur l’organisation, les missions et les moyens de la BCRB. Les agents de la BCRB nous ont aussi confié leurs attentes afin de lutter au mieux contre la criminalité organisée.

  • 42 C’est surtout à partir de 2012 que les dépêches de l’Agence France-Presse montrent que les victimes (...)

46Un troisième point a concerné le profil sociodémographique des auteurs et victimes des règlements de comptes. Il s’agissait notamment de savoir si, comme le discours public le véhicule42, on assiste à un rajeunissement des protagonistes des règlements de comptes.

47Un quatrième et dernier point a porté sur les enjeux des règlements de comptes, les difficultés de leur élucidation.

48Par ailleurs, un entretien a été réalisé auprès d’un ancien juge d’instruction qui a eu en charge des affaires impliquant des figures du grand banditisme. L’histoire et les stratégies d’action des malfaiteurs ont été au cœur des échanges.

49Nous nous sommes aussi entretenue à maintes reprises avec des chercheurs en sociologie pénale ou spécialistes d’économie criminelle et dont l’expertise de la situation marseillaise nous a permis de reconstituer certains morceaux de ce puzzle que représentent les règlements de comptes.

Limites et apports du matériau policier

50Le matériau policier présente certaines limites. Il permet néanmoins d’appréhender la notion policière de règlements de comptes entre malfaiteurs.

Les limites de cette source de données

  • 43 Jean-Paul Brodeur, Le crime organisé, in Laurent Mucchielli, Philippe Robert (dir.), Crime et sécur (...)

51Jean-Paul Brodeur l’a bien souligné, la confection des dossiers de la police est tributaire des renseignements fournis par les délateurs43. Elle est aussi tributaire, ainsi qu’on le verra dans le chapitre suivant, de la rationalité policière. Telles sont les principales limites de cette source de données. Le rôle des indicateurs est un élément expliquant que les dossiers exploités n’aient pas tous la même consistance quant aux éléments et circonstances de commission du crime. La densité des dossiers n’est cependant pas liée à la situation sociale des malfaiteurs. Elle résulte plutôt du nombre d’auteurs impliqués et de l’ouverture de procédures connexes.

  • 44 Point qu’a souligné Christian Sainte, directeur de la DIPJ, à la journée de l’ORDCS du 18 mai 2013.
  • 45 Donald Black, The Behaviour of Law, New York, Academic Press, 1976 ; Donald Black, The Manners and (...)

52Nombre de recherches ont montré que les victimes n’intéressent guère les policiers, ce qui s’explique par la rationalité de leur mission qui est l’identification des auteurs des crimes et la mise en exergue des mobiles et des circonstances du passage à l’acte criminel44. Mais selon Donald Black, les policiers ne portent pas le même intérêt aux victimes selon leur statut social45. Les données dont on dispose confirment ce constat. Elles montrent que les renseignements sur les victimes occupant une situation dominante au sein de la criminalité organisée marseillaise sont consignés ailleurs que dans les enquêtes faisant suite aux règlements de comptes étudiés.

  • 46 La journaliste Louise Fessard en fournit une illustration à propos d’un indic de la police victime (...)

53Nos données sont aussi silencieuses sur la qualité d’indic ou d’informateur des victimes, en bref sur les liens les unissant aux agents de police46. Les victimes apparaissent systématiquement dépourvues de toute relation avec les représentants de la force publique.

54Tout ceci concourt au peu de renseignements sur les victimes, y compris celles qui occupent une position dominante au sein de la criminalité locale, portés dans les dossiers exploités. Ceux-ci ne livrent pas beaucoup d’éléments sur elles hormis leur identité (nom, profession, adresse, dates de naissance et de décès, nationalité) et leurs antécédents policiers. Mais, comme bien souvent, les victimes d’un règlement de comptes ont déjà été impliquées à un titre ou à un autre dans un assassinat antérieur, on peut recueillir des renseignements dans le ou les dossiers dans le(s) quel(s) les personnes concernées ont endossé le statut de suspect ou de mis en cause. Le fait que des suspects et des mis en cause soient ou puissent être les prochaines victimes d’homicides entre malfaiteurs montre l’intérêt d’appréhender les dossiers de manière chronologique et de les mettre en perspective. On peut ainsi reconstituer, certes au terme d’un travail chronophage, la rationalité des crimes commis. C’est, comme on le verra dans le chapitre suivant, ce à quoi s’emploie la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) lorsqu’elle est saisie.

  • 47 Cet organe de presse généraliste, le plus lu localement, est né en 1997 de la fusion des journaux L (...)

55La littérature journalistique, quelques biographies de bandits retirés des affaires, et la lecture du quotidien régional La Provence47 (édition Marseille intra-muros) ont permis de mesurer et de pallier le manque d’informations résultant des dossiers instruits par la police judiciaire. Grâce aux ouvrages de journalistes et de Thierry Colombié, spécialiste du banditisme, on a pu identifier et situer certains protagonistes des règlements de comptes dans l’histoire de la criminalité marseillaise, restituer leur parcours dans la délinquance, définir leur appartenance à des groupes criminels, appréhender leurs liens tissés ou détissés avec d’autres réseaux. En bref, ces ouvrages, basés sur un matériau plus étendu que le nôtre – sources policières, judiciaires et entretiens –, ont grandement contribué à la reconstitution de tout ou partie des homicides entre malfaiteurs survenus dans la deuxième ville de France.

La notion de règlements de comptes selon la police judiciaire

56La notion de règlements de comptes est purement policière ; elle suppose la réunion de plusieurs éléments : l’intention de donner la mort, un mode opératoire spécifique, une cible connue de la police.

57L’intention prédéterminée de tuer se matérialise par les actes préparatoires : organisation d’un guet-apens, surveillances de la cible, filatures, port de cagoules et gants, vols de véhicules puissants avec une prédilection pour les BMW et les Audi A3, pose de fausses plaques d’immatriculation sur lesdits véhicules, location d’un box pour entreposer les armes, etc. Dans une affaire étudiée, le projet criminel était connu de l’Office central de lutte contre les délinquances itinérantes qui a transmis l’information au SRPJ intéressé.

  • 48 Ce sont les termes utilisés par les policiers dans des rapports de synthèse produits au cours d’enq (...)

58L’intention de tuer donne parfois lieu à la conclusion d’un contrat bien sûr non écrit dont l’exécution entraîne la perception d’une somme définie. L’intention criminelle peut avoir été arrêtée quelques mois, voire quelques années plus tôt. Dans une des affaires analysées, le projet criminel a été mis à exécution cinq ans après la décision de venger la mort d’un malfaiteur. En ce qui concerne le mode opératoire, il revêt plusieurs formes : guet-apens, carbonisation des corps et véhicules qui attestent d’« un certain professionnalisme des auteurs48 ». Quant à la cible, elle est « défavorablement connue des services de police », pour reprendre l’expression consacrée. Dans une affaire aux enjeux non identifiés, ce sont les antécédents policiers de la victime qui ont permis aux enquêteurs de qualifier l’homicide de règlement de comptes.

59En résumé, comme le souligne un enquêteur dans le cadre d’un double règlement de comptes « préparation, exécution, détermination et profil des victimes ne laissent aucun doute sur la réalité d’un nouveau règlement de comptes dans le milieu du crime organisé ».

Une approche en termes de réseaux

60Nous avons pu observer que les homicides entre délinquants, de manière très schématique, sont le fait de deux sortes d’équipes criminelles. La première est celle intégrée ou affiliée au grand banditisme : ce concept forgé par la police dans les années 1950 représente, écrit Grégory Auda,

  • 49 Grégory Auda, Bandits corses. Des bandits d’honneur au grand banditisme, Courtry, Michalon, 2005, p (...)

l’aboutissement de la longue adaptation des hors-la-loi aux différentes techniques répressives et rassemble des criminels talentueux, sachant faire un usage cohérent de l’intimidation et de la violence, des malfaiteurs qui ont su intégrer et adapter les techniques nouvelles aux crimes et délits qu’ils commettent49.

61Par conséquent, le grand banditisme désigne des malfaiteurs qui, grâce à leurs forfaits accomplis notamment les braquages, grâce à leur professionnalisme donc, occupent une position dominante au sein de la criminalité organisée. En d’autres termes, il s’agit de l’élite des malfaiteurs : elle possède une envergure nationale voire internationale. C’est en ce sens que l’on parlera de grand banditisme dans cet ouvrage. La seconde catégorie d’équipes criminelles est celle relevant du néo-banditisme : ce concept également élaboré par la police dans les années 2010 désigne les petits trafiquants de stupéfiants qui gravitent dans les cités des quartiers d’habitat social – en l’occurrence les cités marseillaises, aixoises ou martégales.

62C’est la capacité à monter des actions d’envergure, le fait d’agir avec méthode qui distinguent le grand banditisme du néo-banditisme. Or, des interactions existent entre l’un et l’autre, justifiant une analyse en termes de réseaux. C’est ce que nous allons exposer. Auparavant, on va rappeler que les organisations criminelles, en France, sont dépourvues de caractère mafieux.

Des organisations criminelles non mafieuses

  • 50 Cesare Mattina, Pourquoi il n’y a pas de mafia à Marseille, in Laurent Mucchielli (dir.), Faire Sav (...)

63En France, comme la Direction générale de la police nationale l’a souligné au début de l’année 2014, et ainsi que le montre Cesare Mattina, les organisations criminelles ne sont pas de type mafieux50. Une mafia est une organisation criminelle de type vertical et pyramidal, très hiérarchisée par conséquent. Elle implique la possession d’un territoire et l’accomplissement d’un rite initiatique d’entrée. Or, si effectivement les équipes criminelles contrôlent un territoire dont l’étendue croît avec la carrière de leur chef, elles sont en revanche dépourvues de tout rite initiatique.

  • 51 José D’Arrigo, Roger Grobert, Zampa, Paris, La Manufacture du livre, 2010.
  • 52 Cette incarcération serait, dit-on, un mobile de l’exécution du juge Michel en 1981 ; cf. par exemp (...)
  • 53 Il s’agit là d’une pratique judiciaire, ce n’est pas une obligation légale.

64Enfin, une mafia repose sur des règles et valeurs à respecter, en bref elle détient un code de conduite. Celui-ci comprend entre autres principes le respect des femmes et des enfants, ainsi que la sobriété qui constitue la condition impérieuse pour rester maître de soi et se taire quand il faut. En vertu de ces principes, Gaëtan Zampa, ancien parrain de Marseille, a renoncé à tuer Francis le Belge en raison de la présence de sa fille à ses côtés51. Il n’a aussi pas admis dit-on l’incarcération de sa propre épouse qu’un juge d’instruction aurait utilisée comme moyen de pression52 alors que les magistrats épargnaient toujours les épouses et compagnes des trafiquants53.

  • 54 Cf. Catherine de La Robertie, Roger Falicot, Les triades et le crime organisé chinois, Les cahiers (...)
  • 55 Cf. John Dickie, Anne-Marie Carrière, Cosa-Nostra. La mafia sicilienne de 1860 à nos jours, Paris, (...)

65Ainsi que l’illustrent les triades chinoises54 ou la Cosa Nostra sicilienne55, une mafia comporte des dimensions ethnique et familiale fondamentales auxquelles on ne saurait déroger ; elles assurent leur force et garantissent l’imperméabilité de l’organisation vis-à-vis de prétendants extérieurs. C’est pourquoi ces dimensions sont aussi présentes dans les équipes criminelles, qu’elles fassent ou non partie du banditisme traditionnel.

  • 56 Les carrières criminelles des jeunes issus de l’immigration ou des jeunes étrangers se forgent lors (...)
  • 57 Frédéric Perri, Carrières criminelles dans le Milieu marseillais, op. cit.

66Comme la plupart des Marseillais puisque la cité phocéenne s’est construite au moyen de diverses vagues migratoires, les membres des équipes criminelles ont bien souvent des origines allochtones : méditerranéennes (corse et sicilienne), maghrébines ou africaines (Afrique centrale et subsaharienne)… Ces migrations ont obéi à divers motifs : fuir la misère, faire carrière… Néanmoins, nombre de malfrats issus de populations immigrées en terre provençale et qui ont fait carrière dans la criminalité organisée ont partagé dans leur jeunesse l’expérience de la pauvreté. La délinquance – qui n’est pas la seule issue possible à la misère56 – leur a paru représenter un remède à celle-ci. Les travaux de Frédéric Perri57 par exemple joints aux éléments de biographie consignés dans les dossiers policiers le montrent.

Des équipes criminelles appréhendées en termes de réseaux

67L’origine ethnique commune a longtemps caractérisé les équipes criminelles faisant partie du grand banditisme. Des membres aux origines différentes sont également intégrés, ce qui est contraire aux us et coutumes des mafias. Cette intégration dépasse le cadre « professionnel » ou criminel et s’étend à la vie privée : quelques membres de l’élite du banditisme marseillais vivent ou sont apparentés par le mariage de leurs enfants à des malfaiteurs d’origine maghrébine.

  • 58 Ibid., p. 85.
  • 59 Ibid.
  • 60 Cf. Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2012.
    (...)
  • 61 William J. Chambliss, On a Take : from Pretty Crooks to Presidents, Bloomington, Indiana University (...)

68Le critère d’entrée dans l’équipe criminelle est celui de la performance58. C’est ainsi qu’un jeune caïd prometteur et deux de ses lieutenants, tous trois d’origine maghrébine, ont pu intégrer le grand banditisme local, ou plus exactement œuvrer pour et avec lui. Les équipes criminelles, quelles qu’elles soient, travaillent en autonomie et font appel aux services d’autres équipes si besoin est pour mener à bien une entreprise. Bien sûr, elles n’entendent nullement partager leur territoire et, surtout, être dépossédées de leur pouvoir par ceux dont elles ont sollicité les services59. Cette ouverture des organisations criminelles à d’autres équipes atteste d’une certaine souplesse de fonctionnement. Elle rend pertinente l’utilisation du concept de réseau criminel, ancien en sciences sociales et objet d’un regain d’intérêt60. Elle implique qu’à la suite de William J. Chambliss on raisonne en termes d’interactions entre les individus et groupes61.

  • 62 Ibid.
  • 63 Frédéric Perri, Carrières criminelles, op. cit., p. 47 ; Carlo Morselli, Contacts, Opportunities an (...)
  • 64 Amélie Forget, Du réseau comme structure au réseau comme acteur : comment les réseaux sociaux se co (...)

69Ce chercheur a conclu de son immixtion en tant que sociologue dans le monde de la pègre, qu’il convient d’assimiler un réseau criminel à une communauté, à un réseau social basé sur l’échange. En associant les acteurs de la sphère légale à leurs activités ou en finançant leurs opérations licites, les malfaiteurs pérennisent leurs affaires et se prémunissent contre les éventuels risques (arrestations, incarcérations)62. Le réseau criminel constitue alors un conglomérat d’individus visant à conquérir du pouvoir qu’il soit financier, politique ou autre63. Le réseau revêt de la sorte les attributs d’un acteur collectif. Toutefois, le réseau peut rester à l’état de structure : c’est elle qui conditionne les comportements des membres de l’équipe64.

70Ce concept de réseau permet de rendre compte de la souplesse et du dynamisme des équipes criminelles et des liens qu’elles tissent et détissent avec les membres d’autres équipes. Il est toutefois difficile, à l’heure de l’internationalisation et de la mondialisation, de savoir où commence et où se termine un réseau, quelle est aussi l’étendue de son territoire. De plus, un réseau criminel n’est jamais statique, mais toujours évolutif, en proie à des recompositions incessantes en fonction des opportunités, de l’état des marchés criminels et des stratégies policières. Ces divers éléments expliquent les difficultés que rencontrent les forces de police pour démanteler les réseaux. C’est ce que nous découvrirons après avoir exposé le travail que la police judiciaire effectue à la suite de la commission d’un meurtre perpétré par des malfaiteurs sur leurs pairs.

Notes

1 Cf. par exemple Émile Témime, Marseille, ville de migrations, art. cit.

2 On trouvera en annexe 1 la liste des 111 quartiers formant la ville de Marseille ainsi que leurs superficie et population.

3 La ville – dont la superficie est 2,8 fois supérieure à celle de Paris – dispose seulement de deux lignes de métro, trois lignes de tramway et un réseau de bus qui fonctionnent jusqu’à 0 h 30. Les lignes de métro et de tramway se superposent dans l’hyper-centre tandis que les quartiers Nord et une grande partie des quartiers Sud et Est (il n’y a pas de quartiers Ouest du fait de la mer) ne sont desservis que par des bus. Lorsque les habitants de ces quartiers se rendent dans l’hyper-centre étalé autour du Vieux-Port, près de la mer donc, ils disent « descendre en ville » voire « descendre à Marseille » pour ceux qui viennent d’un quartier (« village » dans le langage marseillais) situé en périphérie de l’agglomération phocéenne.

4 Paméla Fréau, Les représentations médiatiques de la criminalité à Marseille, op. cit.

5 César Centi, dans une problématique de planification urbaine, montre que la métropole marseillaise forme une société segmentée. Cette segmentation constitue un moyen de répartir spatialement richesse et pauvreté, de faire peser la régression économique sur certaines parties de la population, de créer diverses catégories de citoyens. Elle est le produit d’une politique nationale particulière ; cf. César Centi, Le laboratoire marseillais. Chemins d’intégration métropolitaine et segmentation sociale, Paris, L’Harmattan, 1996.

6 Frédéric Lirzin, Itinéraire d’une rebelle, Marseille, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2013.

7 Cf. Paméla Fréau, Les représentations médiatiques de la criminalité à Marseille, op. cit.

8 « Marseille, à feu et à sang », titre un article du magazine Paris Match en septembre 2012 après un énième règlement de comptes entre malfaiteurs.

9 Cf. Michel Samson, Marseille en procès. La véritable histoire de la délinquance marseillaise, op. cit., qui rend compte des audiences du TGI de Marseille auxquelles le journaliste a assisté pendant deux ans.

10 Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit.

11 Il s’agit des circonscriptions de police d’Aix-en-Provence, Antibes, Avignon, Cagnes-sur-Mer, Cannes, Fréjus, Marseille, Martigues, Nice, Toulon, Vitrolles et des compagnies de gendarmerie d’Aix-en-Provence, Cannes, Gassin et Salon-de-Provence.

12 Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Claire Saladino, Délinquance et contextes sociaux en région PACA, op. cit., p. 43-44.

13 Ibid., p. 63.

14 Céline Regnard, L’histoire de la criminalité dans la région marseillaise : un état des recherches, Études et travaux de l’ORDCS, no 2, 2012. En ligne : http://ordcs.mmsh.univ-aix.fr.

15 Laurence Montel, Marseille, capitale du crime…, op. cit. ; Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, criminalisation et société (1851-1914), Rennes, PUR, 2009.

16 En provençal, nervi veut dire « nerveux ».

17 Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, criminalisation et société (1851-1914), op. cit.

18 Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013, p. 291.

19 Laurence Montel, Marseille, capitale du crime…, op. cit.

20 Cf. Nathalie Sanchez, La géographie criminelle à Salon-de-Provence en 1986, mémoire de DEA en sciences criminelles, Aix-en-Provence, ISPEC, Faculté de droit, Université Aix-Marseille III, 1987 ; Isabelle Colombani, La géographie criminelle à Toulon en 1986, mémoire de DEA en sciences criminelles, Aix-en-Provence, ISPEC, Faculté de droit, Université Aix-Marseille III, 1987 ; Frédéric Pizzini, La géographie criminelle à Marseille en 1991, mémoire de DEA en sciences criminelles, Aix-en-Provence, ISPEC, Faculté de droit, Université Aix-Marseille III, 1992 ; Hubert Laligant, La géographie criminelle à Aix-en-Provence en 1991, mémoire de DEA en sciences criminelles, Aix-en-Provence, ISPEC, Faculté de droit, Université Aix-Marseille III, 1992.

21 Cf. Corinne Beal, L’évolution de la criminalité à Martigues, 1977-1981, mémoire de DEA en sciences criminelles, Aix-en-Provence, ISPEC, Faculté de droit, Université Aix-Marseille III, 1982 ; Chantal Gauthier, La criminalité apparente à Marseille de 1967 à 1976, mémoire de DEA en sciences criminelles, Aix-en-Provence, ISPEC, Faculté de droit, Université Aix-Marseille III, 1977.

22 Cf. Anne Kletzlen, La douane face aux trafics de cigarettes et de monnaies, Études et données pénales, no 94, Guyancourt, CESDIP, 2004 ; id., La contrebande de cigarettes, in Isabelle Augsburger, Jean-Louis Bacher (dir.), La criminalité économique, ses manifestations, sa prévention, sa répression, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 319-329 ; Claire Lafarge, Le trafic de cigarettes à Marseille, mémoire de master 2, Aix-en-Provence, ISPEC, Faculté de droit, Université d’Aix-Marseille, 2017 ; Laurent Mucchielli, La répression des trafics de cigarettes dans la région marseillaise : limites de l’action publique et inégalités sociales, Revue algérienne des sciences sociales, vol. 5, no 5, 2018.

23 Cf. Amina Haddaoui, Le trafic du cannabis : des filières euro-méditerrannéennes aux réseaux locaux marseillais, in Claire Duport (dir.), L’intervention sociale à l’épreuve des trafics de drogues, Ateliers professionnels, Marseille, mai 2010, p. 32-38 ; Monique Weinberger, Le trafic de drogues à Marseille (1995-2005), in Pierre Roche (dir.), La proximité à l’épreuve de l’économie de la débrouille. Situation de travail et postures professionnelles des travailleurs sociaux, Mairie de Marseille, Actes de la XIIIe conférence-débat, décembre 2007, p. 14-25 ; Claire Duport, Trafics de drogues, un bilan des recherches et quelques expériences à Marseille, Études et travaux de l’ORDCS, Aix-en-Provence, ORDCS, mai 2012 [http://ordcs.mmsh.univ-aix.fr] ; Claire Duport (dir.), L’héroïne à Marseille, histoire et mémoire de la diffusion des usages et des trafics, Marseille, Transversités, rapport de recherche, juin 2016.

24 Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Victimation et sentiment d’insécurité dans trois villes de l’agglomération marseillaise, in Laurent Mucchielli, Émilie Raquet (dir.), Délinquances, police, justice. Enquêtes à Marseille et en région PACA, Aix-en-Provence, PUP, coll. « Sociétés contemporaines », 2016, p. 89-114.

25 Ce fichier, initialement à usage interne de la police, exclut les contraventions. Les différents crimes et délits sont l’objet de 107 index. L’index 1 concerne les règlements de comptes entre malfaiteurs ; l’unité de comptes est la victime.

26 Laurent Mucchielli, L’élucidation des homicides : de l’enchantement technologique à l’analyse du travail des enquêteurs de police judiciaire, art. cit.

27 Laurent Mucchielli montre qu’il n’est guère pertinent d’utiliser la notion de chiffre noir à propos des homicides en général puisque des victimes sont retrouvées mortes sans causes connues. De plus, parmi les personnes disparues, certaines peuvent être mortes sans pour autant que leur cadavre ait été retrouvé. C’est pourquoi il est plus opportun de raisonner en termes de conditions d’élucidation des homicides ; cf. Laurent Mucchielli, L’élucidation des homicides : de l’enchantement technologique à l’analyse du travail des enquêteurs de police judiciaire, art. cit. ; Laurent Mucchielli, Les homicides dans la France contemporaine (1970-2007) : évolution, géographie et protagonistes, in Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg (dir.), Histoire de l’homicide en Europe, op. cit.

28 Pour cette même raison, elles ne se rendent pas spontanément à l’hôpital pour se faire soigner lorsqu’elles sont blessées lors de leurs activités criminelles. Lorsque l’hospitalisation devient une affaire vitale, elle se fait dans un établissement privé sous une fausse identité, l’origine des blessures étant soigneusement tue au profit d’accidents de moto ou de voiture. Il arrive aussi que les hôpitaux publics dans lesquels les blessés sont conduits par un membre de leur entourage préviennent la police lorsqu’ils ont un doute sur la nature des blessures.

29 Des exemples en sont fournis par Alain Laville, Le juge Michel, Paris, Presses de la Cité, 1982, et par Jacques Derogy, Jean-Marie Pontaut, Enquêtes sur les ripoux de la Côte, Paris, Robert Laffont, 1991. Selon un journaliste du quotidien La Provence, on assiste à un regain de ce mode opératoire – ou du moins on découvre qu’il est aussi utilisé dans les cités marseillaises ; cf. Règlements de comptes : retour aux vieilles méthodes ?, La Provence, 12 novembre 2014.

30 Thierry Colombié, La French Connection. Les entreprises criminelles en France, Condé-sur-Noiré, OGC, Non lieu, 2012, p. 154.

31 Norbert Elias a montré que l’évolution historique des sociétés tend vers une réduction de la violence, notamment du fait de l’apparition des États-nations qui se sont approprié le droit d’exercice de la violence ; cf. Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Pluriel, 1977.

32 Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit., p. 4.

33 Reste à documenter empiriquement les raisons de cette flambée de morts violentes. Selon Thierry Colombié, la situation à Marseille n’est pas comparable à celle de la Corse dans la mesure où la cité phocéenne ne dispose pas d’un système mafieux imbriqué dans la vie politique contrairement à l’île de Beauté ; cf. Caroline Politi, Règlements de comptes : « En Corse, on ne tue pas comme à Marseille », L’Express, 13 septembre 2012.

34 Louis Duplelet, Le banditisme dans la criminalité d’aujourd’hui et de demain, in Aspects modernes du banditisme, XVe Congrès français de criminologie, Clermont-Ferrand, 1975, p. 107-136.

35 Laurent Mucchielli, Les homicides dans la France contemporaine (1970-2007) : évolution, géographie et protagonistes, in Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg (dir.), Histoire de l’homicide en Europe, op. cit.

36 Id., Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit., p. 5.

37 Ibid.

38 Il s’agissait à l’origine d’une tentative d’escroquerie à l’assurance. Un bateau, bourré de cigarettes de contrebande, avait quitté le port franc de Tanger et avait été arraisonné au large de Marseille par des truands complices du capitaine et désireux de toucher les assurances résultant de cette avarie. Les cigarettes ont été cachées en Corse où une partie a été volée puis revendue. Une trentaine de règlements de comptes ont suivi, perpétrés durant une vingtaine d’années ; cf. Jacques Derogy, Jean-Marie Pontaut, Enquêtes sur les ripoux de la Côte, op. cit.

39 Au début des années 1980 déjà, comme aujourd’hui d’ailleurs, le maire de Marseille expliquait que ces affrontements entre malfaiteurs ne menaçaient pas la sécurité de la population et que cette sécurité incombait à l’État et non à la commune ; cf. Alain Laville, Le juge Michel, op. cit.

40 Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit., p. 7.

41 Jean-Paul Brodeur, Le crime organisé, in Laurent Mucchielli, Philippe Robert (dir.), Crime et sécurité : l’état des savoirs, op. cit., p. 243 ; Dominique Monjardet, Gibier de recherche, la police et le projet de connaître, Criminologie, no 38, vol. 2, 2005, p. 13-37.

42 C’est surtout à partir de 2012 que les dépêches de l’Agence France-Presse montrent que les victimes et les personnes interpellées pour homicides entre malfaiteurs sont souvent des jeunes hommes ; cf. Paméla Fréau, Les représentations médiatiques de la criminalité à Marseille, op. cit.

43 Jean-Paul Brodeur, Le crime organisé, in Laurent Mucchielli, Philippe Robert (dir.), Crime et sécurité : l’état des savoirs, op. cit., p. 243.

44 Point qu’a souligné Christian Sainte, directeur de la DIPJ, à la journée de l’ORDCS du 18 mai 2013.

45 Donald Black, The Behaviour of Law, New York, Academic Press, 1976 ; Donald Black, The Manners and Customs of the Police, New York, Academic Press, 1980.

46 La journaliste Louise Fessard en fournit une illustration à propos d’un indic de la police victime d’un règlement de comptes en 2008 ; cf. Louise Fessard, Règlements de comptes à Marseille : la vérité des chiffres, loin des clichés, Médiapart, septembre 2013.

47 Cet organe de presse généraliste, le plus lu localement, est né en 1997 de la fusion des journaux Le Méridional (politiquement à droite) et Le Provençal (politiquement à gauche). Ces deux titres ont appartenu à Gaston Defferre, maire de Marseille de 1953 à 1986, qui avait racheté en 1944 Le Petit-Provençal, l’ancêtre du Provençal.
La Provence est, comme ses prédécesseurs, l’objet de trois éditions, dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse et des Alpes-de-Haute-Provence.
Le groupe de Robert Hersant a détenu le titre jusqu’en 2012. Depuis, c’est le groupe dirigé par Bernard Tapie, député des Bouches-du-Rhône de 1989 à 1996, qui en est le principal actionnaire. Il détient aussi le quotidien Corse-Matin.

48 Ce sont les termes utilisés par les policiers dans des rapports de synthèse produits au cours d’enquêtes judiciaires impliquant ou susceptibles d’impliquer des membres du grand banditisme.

49 Grégory Auda, Bandits corses. Des bandits d’honneur au grand banditisme, Courtry, Michalon, 2005, p. 24.

50 Cesare Mattina, Pourquoi il n’y a pas de mafia à Marseille, in Laurent Mucchielli (dir.), Faire Savoirs, no 11, « Délinquance, criminalité et banditisme dans la région marseillaise », 2014, p. 29-37.

51 José D’Arrigo, Roger Grobert, Zampa, Paris, La Manufacture du livre, 2010.

52 Cette incarcération serait, dit-on, un mobile de l’exécution du juge Michel en 1981 ; cf. par exemple Alain Laville, Le juge Michel, op. cit. Ce serait un mobile insuffisant selon un ancien magistrat ayant connu le juge Michel ; entretien du 22 mai 2014.

53 Il s’agit là d’une pratique judiciaire, ce n’est pas une obligation légale.

54 Cf. Catherine de La Robertie, Roger Falicot, Les triades et le crime organisé chinois, Les cahiers de la sécurité et de la justice, no 7, mars 2009, p. 102-108.

55 Cf. John Dickie, Anne-Marie Carrière, Cosa-Nostra. La mafia sicilienne de 1860 à nos jours, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2006.

56 Les carrières criminelles des jeunes issus de l’immigration ou des jeunes étrangers se forgent lorsque se cumulent et s’enracinent dans la durée des processus de ségrégation et de discrimination ; cf. Laurent Mucchielli, Délinquance et immigration : le sociologue face au sens commun, Hommes & Migrations, no 1241, 2003, p. 20-30.
Les trajectoires professionnelles de ces jeunes impliquent entre autres le soutien de leur famille, un goût pour l’audace, le sens de la mobilité, la sortie pas nécessairement définitive du quartier ; cf. Cyprien Avenel, Sociologie des quartiers sensibles, Paris, Armand Colin, 2005, p. 60.

57 Frédéric Perri, Carrières criminelles dans le Milieu marseillais, op. cit.

58 Ibid., p. 85.

59 Ibid.

60 Cf. Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2012.
Et selon Rémi Boivin et Carlo Morselli, la grande force de l’analyse des réseaux dans l’étude du crime est de « fournir un cadre d’analyse suffisamment souple pour encourager la créativité » des chercheurs (Rémi Boivin, Carlo Morselli, Conclusion, in Rémi Boivin, Carlo Morselli [dir.], Les réseaux criminels, op. cit., p. 288).

61 William J. Chambliss, On a Take : from Pretty Crooks to Presidents, Bloomington, Indiana University Press, 1978.

62 Ibid.

63 Frédéric Perri, Carrières criminelles, op. cit., p. 47 ; Carlo Morselli, Contacts, Opportunities and Crime : Relations Foundations of Criminal Enterprise, Montréal, École de criminologie, Université de Montréal, 2000.

64 Amélie Forget, Du réseau comme structure au réseau comme acteur : comment les réseaux sociaux se constituent en acteurs collectifs, in Rémi Boivin, Carlo Morselli, Les réseaux criminels, op. cit., p. 93-102.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 – Taux d’infraction pour 1000 habitants dans les cinq circonscriptions de sécurité publique.Moyenne 2010-2012 (en %).
Crédits (Source : ministère de l’Intérieur, rapports publics 2010, 2011, 2012 [Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit.].)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Tableau 2 – Les quinze communes de la région PACA ayant les taux d’infractions les plus élevés.
Crédits (Source : Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Claire Saladino, Délinquance et contextes sociaux en région PACA. Premiers éléments pour un tableau de bord statistique et analytique, Aix-en-Provence, ORDCS, Études et travaux de l’ORDCS, no 1, 2012. En ligne : http://ordcs.mmsh.univ-aix.fr.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50615/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Tableau 3 – Part de la population résidant dans une zone urbaine sensible.
Crédits (Source : Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Claire Saladino, Délinquance et contextes sociaux en région PACA. Premiers éléments pour un tableau de bord statistique et analytique, op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50615/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Tableau 4 – Les inégalités de revenus dans l’agglomération marseillaise. À noter que l’indice de Gini n’est présenté que pour l’année 2007 ; plus il se rapproche de 1, plus l’inégalité de revenus est importante.
Crédits (Source : Laurent Mucchielli, Émilie Raquet, Claire Saladino, Délinquance et contextes sociaux en région PACA. Premiers éléments pour un tableau de bord statistique et analytique, op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50615/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Graphique 1 – L’évolution des règlements de comptes entre malfaiteurs et des homicides et tentatives d’homicide pour vols en France (1974-2012).
Crédits (Source : Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50615/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Graphique 2 – L’évolution des règlements de comptes entre malfaiteurs en France et dans les Bouches-du-Rhône au cours des trente dernières années (1982-2012). À noter que la rubrique « Règlements de comptes entre malfaiteurs » n’est pas renseignée dans le volume de l’année 1995.
Crédits (Source : Laurent Mucchielli, Histoire et actualité de la criminalité à Marseille, op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50615/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Graphique 3 – L’évolution des règlements de comptes entre malfaiteurs en France et dans les Bouches-du-Rhône au cours des vingt dernières années (1996-2016).
Crédits (Source : ministère de l’Intérieur, état 4001.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/50615/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search