Version classiqueVersion mobile

Bandits contre bandits

 | 
Anne Kletzen

Avant-propos

Texte intégral

1Il y a plusieurs années, avec Thierry Godefroy, nous avions travaillé sur le matériau judiciaire dans le cadre de recherches sur la délinquance économique et financière menées au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP / CNRS). La région PACA était un de nos terrains d’étude. Pour ces motifs, j’ai accepté la proposition de Laurent Mucchielli, dans le cadre de l’ORDCS, de défricher les dossiers policiers ouverts à la suite de règlements de comptes entre malfaiteurs survenus à Marseille. Il s’agissait, dans un contexte où les homicides entre bandits défrayaient la chronique politico-médiatique locale et nationale, d’objectiver la situation, de dresser le profil sociologique des auteurs présumés et victimes et d’identifier les enjeux de ces crimes.

2L’entreprise, inscrite dans une dynamique collective d’études empiriques sur la criminalité dans la métropole phocéenne, s’est révélée aussi passionnante que difficile du fait de la rareté des recherches sur le sujet. Les travaux de Laurent Mucchielli sur les homicides jugés dans la région parisienne se sont avérés certes pertinents à maints égards. Mais les assassinats entre malfaiteurs constituent des opérations collectives dont les auteurs sont bien souvent les prochaines victimes. Ils sont aussi adossés à des activités criminelles préexistantes. Il a donc fallu construire un cadre théorique adéquat en mobilisant les analyses anglo-saxonnes sur les réseaux criminels. Sur un plan purement empirique, il a fallu mettre en perspective les dossiers exploités afin de tenter de restituer les rationalités des crimes perpétrés sur le pavé provençal.

3Cela a également impliqué que l’on se penche sur la sociologie de la métropole marseillaise, sur sa criminalité, sur son Milieu, sur le travail policier. Et ce dernier est fondamental pour appréhender les règlements de comptes entre malfaiteurs. Le travail policier constitue le premier élément de la chaîne pénale. Il a pour effet de transformer – ou non – un homicide en règlement de comptes entre bandits et d’ériger – ou non – ses auteurs présumés en criminels qui seront jugés par une cour d’assises.

4Le terrain d’étude est cantonné à un ressort judiciaire et à l’exploitation de dossiers ouverts sur une dizaine d’années. En dépit de ces limites, cette recherche tend à apporter des éléments de connaissance dans un domaine qui reste encore largement à investiguer par les sciences sociales.

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search