Version classiqueVersion mobile

Mobilités dans l’espace migratoire Algérie France Canada

 | 
Nathalie Thamin
, 
Mohamed Zakaria Ali-Benchérif

Les auteurs

Texte intégral

1 Mohammed Zakaria Ali-Bencherif est maitre de conférences en sciences du langage et exerce à la faculté des Lettres et des Langues de l’université de Tlemcen. Il est membre du Laboratoire Dylandimed et chercheur-associé au CRASC Oran. Ses recherches portent sur le plurilinguisme et ses conséquences en Algérie. Il s’intéresse aussi au rôle de la mobilité et du contact avec le pays d’origine des parents dans l’appropriation de la langue culture d’origine chez les descendants de l’immigration algérienne en France (zakaria.alibencherif@gmail.com).

2 Mustapha Ali-Bencherif est maitre-assistant à l’université de Mascara, en Algérie. Membre de LASIMA (Langue, Savoirs et Imaginaires dans le Monde Arabe), il s’intéresse à la mobilité et à la représentation de l’espace dans l’imaginaire maghrébin. Ses recherches, alliant la sémiotique et l’herméneutique, tentent de rendre compte des modes d’appropriation et de discursivisation des lieux dans la littérature et les pratiques langagières maghrébines. Il est doctorant à l’université de Mostaganem en sémiotique littéraire. Il s’intéresse à la sémiotique spatiale chez les écrivains du Maghreb (abc_mus@yahoo.fr).

3 William Berthomière est géographe, directeur de recherche au CNRS, membre du laboratoire Passages (UMR 5319 CNRS-Université Bordeaux Montaigne). Appuyées sur la notion de migrant−acteur, ces recherches mettent en lumière des modes d’ancrages qui sont autant de modalités d’appartenances révélatrices de manière de faire société dans un monde inscrit dans le processus de globalisation. Dans une perspective plus phénoménologique, ces travaux interrogent les dimensions spatiales de la présence (william.berthomiere@cnrs.fr).

4 Anne-Sophie Calinon est maitre de conférences en sociolinguistique et didactique du français langue Étrangère et seconde à l’UFR SLHS (Sciences du langage, de l’homme et de la société) de l’université Bourgogne Franche-Comté. Elle est membre du Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles (CRIT EA3224) et de la FR-Educ de Franche-Comté. Ses travaux portent sur la langue / les langues et les discours dans les situations de mobilité et s’organisent en confrontant d’une part, les discours aux pratiques et aux représentations des individus et d’autre part, en étudiant particulièrement les espaces interstitiels comme lieu de contacts de langues et de cultures (anne-sophie.calinon@univ-fcomte.fr).

5François Corbier est travailleur social auprès des jeunes migrants non accompagnés à Marseille. Il a obtenu le titre de docteur en anthropologie à l’université d’Aix-en-Provence en soutenant sa thèse sur les écoles privées francophones de Tizi Ouzou en 2011 (fcorbier@live.fr).

6 Constance De Gourcy est maitresse de conférences à Aix-Marseille Université (AMU), membre du Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES-CNRS, UMR 7305). Ses recherches portent sur les questions migratoires dans l’espace euro-méditerranéen (constance.degourcy@univ-amu.fr).

7 Wajih Guehria est maitre de conférences en sciences du langage. Il s’intéresse notamment aux situations de contact de langues en Algérie et en France ainsi qu’aux représentations linguistiques émanant de ces espaces plurilingues (guehriawajih@yahoo.fr).

8 Azzeddine Mahieddine est maitre de conférences à la faculté des lettres et langues de l’université de Tlemcen et membre du laboratoire Dylandimed. Ses recherches portent sur l’enseignement/apprentissage du FLE en contexte plurilingue. Il travaille également sur la question des représentations sociales des langues (azmahieddine@gmail.com).

9 Sylvie Mazzella est directrice de recherche au CNRS au Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES), unité de recherche rattachée à Aix-Marseille Université et au CNRS. Ses recherches en sociologie des migrations portent ces dernières années sur les mobilités étudiantes Sud-Nord et Sud-Sud depuis le Maghreb et sur les transformations du système universitaire public et privé en Tunisie (mazzella@mmsh.univ-aix.fr).

10 Katja Ploog est professeure en sciences du langage à l’université d’Orléans et membre du Laboratoire ligérien de linguistique (LLL, CNRS UMR7270) et de la MSH Val-de-Loire. Dans une perspective interdisciplinaire, ses travaux portent sur la saisie des fonctionnements langagiers dans une approche dynamique, comme émergence dans un système complexe. Les caractéristiques structurelles observées sont problématisées dans trois temporalités différentes : l’élaboration syntaxique en temps réel ; les aspects cognitifs de la construction du sens ; la sédimentation des constructions en termes de normes, de grammaticalisation, et de polyfonctionnalité (katja.ploog@univ-orleans.fr).

11 Nathalie Thamin est maitre de conférences en sciences du langage à l’université de Bourgogne Franche-Comté. Elle est membre du Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles (CRIT EA3224) et membre associée du LIDILEM, Université Grenoble Alpes. Ses recherches en sociolinguistique visent à appréhender la multiplicité et la complexité des parcours de migration et de mobilité contemporaine pour en saisir les effets sur les pratiques langagières et les processus de construction identitaire (nathalie.thamin@univ-fcomte.fr).

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search