Version classiqueVersion mobile

Mobilités dans l’espace migratoire Algérie France Canada

 | 
Nathalie Thamin
, 
Mohamed Zakaria Ali-Benchérif

De la mobilité en sociolinguistique

Contours, affiliations et notions connexes

Anne-Sophie Calinon et Nathalie Thamin

Résumé

Ce texte a pour visée de mettre en relief les filiations qui existent entre les différentes disciplines fondatrices de la notion de mobilité en sciences humaines et sociales (géographie et sociologie urbaine essentiellement) et la sociolinguistique. Il propose en outre une exploration des notions connexes telles que l’espace et la circulation migratoire pour dans un second temps revenir sur la façon dont la notion de mobilité linguistique a été conceptualisée en sociolinguistique depuis les années 50 et proposer notre propre conceptualisation.

Texte intégral

Introduction

1Étudier la mobilité linguistique des individus en situation de migration implique de prendre en compte différentes strates de temporalité et de spatialité : le caractère continu de l’élaboration du projet migratoire confère ainsi une historicité à l’individu, marquée par ses positions spatiales, interactionnelles et discursives. La construction et l’utilisation de son répertoire verbal lui permettent de se construire en tant que sujet dans l’énonciation par laquelle il configure et s’approprie l’espace / les espaces de manière singulière.

  • 1 Par exemple, l’originalité des travaux de Bulot en sociolinguistique urbaine tient en une collabora (...)

2Pour appréhender cet objet d’étude complexe et multidimensionnel, la sociolinguistique dans laquelle nous nous inscrivons s’appuie sur des concepts développés dans des disciplines connexes. Les conceptions géographique et sociologique de l’espace comme production sociale, vécu, représenté et dit se trouvent en lien direct avec l’observation de la construction des espaces en discours et les pratiques de l’espace mises en discours que propose la sociolinguistique, particulièrement la sociolinguistique urbaine1.

  • 2 Ce projet s’intègre dans l’axe 2 « Observation des territoires d’aujourd’hui » du pôle Dynamiques t (...)

3La question de la mobilité est au cœur du projet de recherche « Dynamiques spatiales, langagières, identitaires de la circulation migratoire étudiante Maghreb – France - Canada » (CEM) ancré en sociolinguistique, mais fortement orienté vers l’interdisciplinarité par essence2. Initiée en 2013, cette recherche se focalise sur les processus de spatialisation dans l’activité discursive des jeunes migrants maghrébins avec un projet de mobilité académique dans l’espace francophone. L’approche sociolinguistique intégrée vise à mettre en exergue la dynamique langagière liée à la migration chez le sujet, qui élabore une appropriation singulière de l’espace dans le processus migratoire et en interaction avec autrui. En appui sur les travaux de géographes et sociologues de la mobilité et de la migration, cette recherche problématise la mobilité académique comme processus donnant lieu à des circulations et à des trajectoires migratoires complexes et non linéaires (Calinon, Ploog & Thamin 2015 ; Calinon, Ploog & Thamin 2017).

  • 3 Ainsi qu’en didactique des langues, sur laquelle nous ne nous attarderons cependant pas dans cet ar (...)
  • 4 Ce qui n’est cependant pas le cas d’ouvrages récents comme Gohard-Radenkovic A., Veillette J. (2015 (...)

4Si la notion de mobilité a été abondamment mise à contribution en sociolinguistique3 pour décrire les phénomènes langagiers en contexte de forte hétérogénéité sociale et culturelle impliquant des contacts de langue, des travaux de l’école de Chicago aux travaux plus récents de Blommaert (2010), les filiations disciplinaires ne sont pas toujours identifiées et référencées4 et la notion de mobilité définie (Ploog, Calinon & Thamin, soumis). Par ailleurs, la notion de mobilité linguistique a été conceptualisée en sociolinguistique de différentes manières, comme nous l’évoquerons plus loin.

5Nous proposons dans cette contribution une mise en exergue de filiation de la notion de mobilité dans différentes sciences humaines et sociales ainsi qu’une réflexion sur des notions connexes, essentielles au projet CEM, telles que l’espace et la circulation migratoire. Ce pont disciplinaire établi, nous visons à conceptualiser en sociolinguistique la notion de mobilité linguistique par sa mise à l’essai dans cette recherche.

Problématisation de la mobilité et relation à l’espace

6Il s’agit de faire état de l’apparition de la problématisation de la mobilité et de son élaboration conceptuelle dans une perspective historique et diachronique en sciences humaines et sociales. L’origine majeure du concept de mobilité revient à la géographie humaine puis à la sociologie urbaine et s’inscrit dans un rapport direct avec la notion d’espace. Nous ferons par ailleurs des incursions en anthropologie, en sciences politiques et tisserons des liens avec la sociolinguistique.

Nouvelle perception de l’espace introduite par la géographie moderne

  • 5 Dite vidalienne, de Paul Vidal de la Blache, fondateur des Annales de la Géographie en 1891 notamme (...)

7Pour revenir rapidement aux fondements, la géographie française classique5 prédomine pendant un siècle, de la fin de la guerre de Prusse aux années 1970. La nature y est considérée comme le principe organisateur de toute société. La base de toute étude géographique repose ainsi sur l’analyse du milieu où domine la géographie physique.

8La géographie française est ensuite marquée par une profonde mutation en s’affirmant comme science sociale attachée à penser l’espace des sociétés humaines et l’ensemble des rapports pratiques des individus à ces espaces (Lévy & Lussaut 2003). Différents facteurs sont responsables de cette évolution de la construction de l’objet géographique : tout d’abord la critique par les géographes étrangers de l’européocentrisme de la période coloniale. Dès les années 20, les sociologues américains se focalisent ensuite sur la spatialisation économique et les modèles spatiaux, développant l’écologie urbaine. Les différentes formes de mobilités sont considérées comme les traductions et les conséquences des changements sociaux. Un peu plus tard, le monde politique intervient de manière importante dans la géographie française des années 60 (décolonisation, guerre d’Algérie, marxisme, crise de 1968). Enfin, la géographie du sous-développement prend son essor avec l’apparition des notions de tiers-mondisme et de pays du sud par exemple, en opposition à une géographie coloniale puis tropicale (Baud et al. 2013).

9Les objets d’étude des géographes restent diversifiés aujourd’hui, mais la conception dominante est plutôt orientée vers l’espace comme dimension de toute vie sociale.

L’espace comme production sociale

10Espace, spatial et spatialité ont longtemps véhiculé une forme de neutralité sémantique. Pour le géographe, l’espace est un lieu, délimité, cartographiable, de l’étendu terrestre : les espaces verts, l’espace public, l’espace privé (Baud et al. 2013 : 165). L’évolution de la géographie met l’accent sur le rapport à l’espace des acteurs, en en faisant non plus un simple support mais la composante d’un processus. Dans la théorie de la cospatialité développée par Lévy (2003), l’espace est conçu comme une réalité non uniforme, « feuilletée », impliquant une superposition d’espaces différents, une même étendue pouvant être constituée de plusieurs espaces en fonction des pratiques qu’en ont des groupes d’acteurs différents et marquée par une coprésence dans un même lieu de groupes différents.

11En géographie humaine, l’espace est avant tout une production sociale. Dans l’ouvrage du même nom, Lefèvre (1974) met en évidence le caractère éminemment politique de l’espace, produit de la société. À travers l’exemple de la ville, et plus précisément le cas de Madras, Di Méo (1991 : 47) montre dans cette perspective comment « le tissu urbain retrace dans ses formes comme dans son évolution historique les étapes de l’appropriation différentielle de l’espace par la société (ou plus précisément par les classes sociales) ».

Le concept d’espace vécu en géographie

12Le concept d’espace vécu, dont le géographe Frémont (1974) est à l’origine, appréhende l’espace comme un objet perçu, subjectif, par les hommes et les femmes qui y vivent. Pour lui, l’espace vécu contribue à

trouble[r] les perspectives habituelles des géographes. L’espace, la région, les lieux ne peuvent plus être considérés comme des réalités objectives que le géographe examine sous le regard froid de la science. La région est aussi, elle est peut-être même essentiellement une réalité vécue, c’est-à-dire perçue, ressentie, chargée de valeurs par les hommes » (Frémont 1974 : 231).

13Ce concept remet en question la géographie dite « objective » néopositiviste dominante.

14Lévy et Lussault (2003 : 340) rappellent que, pour Frémont, « Les êtres humains ne vivent pas dans le monde tel qu’il est mais dans le monde tel qu’ils le voient et en tant qu’acteurs géographiques, ils se comportent selon leur représentation de l’espace ». Ce dernier introduit ainsi dans la géographie la question des perceptions et des représentations. Le concept d’espace vécu se rapproche alors de celui de territoire en tant qu’espace approprié, s’intéressant aux rapports psychologiques entre les lieux et les hommes.

15Le concept d’espace représenté remplace progressivement celui d’espace vécu, mais l’espace n’est en tout cas plus considéré comme neutre, mais produit, vécu, perçu, représenté.

L’intérêt de la notion d’espace vécu en sociolinguistique

16La notion d’espace vécu intègre le champ de la sociolinguistique avec Deprez pour « montrer que les catégorisations des espaces mis en jeu dans les migrations contemporaines et les mobilités croissantes qu’elles entrainent, sont aussi des mises en mots porteuses de points de vue et de représentations » (Deprez 2007 : 247). Du point de vue des sciences du langage, en effet, les espaces se construisent en discours. Deprez considère que « c’est dans l’espace de communication pluridimensionnel que le locuteur se construit et que le chercheur tente de cerner à travers des configurations impliquant la spatialité de la langue, celle du locuteur (et notamment sa mobilité) et de son répertoire linguistique et enfin celle de l’énonciation par la construction d’un espace discursif intersubjectif » (Deprez 2007 : 249-250). Elle étudie pour sa part le rapport entre espaces dans le mouvement émigration-immigration et pratiques linguistiques, à partir de la mise en mot des espaces discursifs signifiants, tels que « pays d’origine », « chez moi », « ici », « là-bas » dans un corpus d’entretiens de recherche réalisés avec des jeunes migrants. L’espace vécu est dès lors considéré comme lieu d’interactions et de co-constructions du discours, associées aux termes de temporalités et d’univers d’appartenance.

17Dans le cadre du projet CEM, nous posons que les différents espaces (personnel, linguistique, familial, social, spatial et identitaire), qu’ils soient fantasmés ou vécus, sont produits par le discours comme « autant de modalités de [la] prise en compte de la spatialité » (Di Méo 1998 : 27) par les individus. Avant même le départ, la personne migrante construit par le biais de son projet migratoire un imaginaire spatial, entendu comme « un ensemble d’images mentales qui donnent un sens à des unités géographiques d’échelle variable. La formation de cet imaginaire repose sur les pratiques spatiales et sur des représentations s’échafaudant dans le bain des discours ambiants » (Di Méo & Pradet 1996, cité dans Bruslé 2010 : 81) et qui se reconfigure au cours ou à la suite de sa mobilité.

La mobilité, contexte d’apparition et approche conceptuelle

  • 6 Qui a pour but de comprendre l’organisation et l’aménagement d’un territoire en l’étudiant à différ (...)
  • 7 Les questions de droit à la mobilité et d’éthique ont cependant pris une place cruciale (Cresswell  (...)

18La géographie des mobilités se développe dans les années 90 comme phénomène marquant sous l’influence des travaux liés aux migrations notamment transnationales (travaux du géographe Simon, du sociologue et anthropologue Tarrius et de la politologue Wihtol de Wenden). Le développement d’une géographie des migrations, de l’exode rural, du tourisme, des transports mène à une prise de conscience que la mobilité implique une démarche à la fois multiscalaire6 et systémique. Dans cette perspective, les géographes s’appuient aussi sur les travaux de la sociologie urbaine (Kaufmann 1999 et suite) pour distinguer différents types de mobilités (quotidienne, résidentielle, voyage, migration), en fonction de leur échelle de temporalité et de leur trajet (interne ou externe à un bassin de vie). La définition des géographes se réclamant de la géographie sociale met l’accent sur le mouvement spatio-temporel mais aussi sur les implications et les répercussions sociales engendrées pour l’individu. Loin de se limiter à des déplacements effectifs et à des techniques de transports, la mobilité engage un ensemble de valeurs sociales, porteuses d’idéologies spatiales dominantes, historiquement et spatialement variées : dans les sociétés occidentales contemporaines, la mobilité jouit depuis une trentaine d’années d’un imaginaire résolument positif, contrairement à l’immobilité7.

Les apports de la sociologie urbaine

19La seconde origine majeure du concept de mobilité est la sociologie urbaine. Dans leur article de synthèse sur la genèse de ce concept en sciences sociales, Gallet et Kaufmann (2009 : 2) rappellent que la tradition sociologique s’est intéressée à la mobilité sous deux angles distincts et complémentaires : l’analyse des déplacements des individus au sein de l’espace social et l’analyse des migrations.

Du concept de mobilité sociale à la mobilité spatiale

20Jusqu’à très récemment, la mobilité en sociologie était entendue dans le sens de mobilité sociale, en référence à l’ouvrage Social Mobility de Sorokin (1927) qui la définit comme phénomène de déplacements d’individus dans l’espace social, par deux types de mouvements distincts, la mobilité verticale et la mobilité horizontale. Dans cette perspective, ce n’est ni le mouvement géographique ni le déplacement dans l’espace physique qu’il importe d’étudier mais le changement de statut et de position dans un espace social identifié.

21Deux orientations ont prédominé des années 50 à 70 : l’analyse de la mobilité sociale et spatiale en lien avec la croissance rapide des flux automobiles, sous l’influence des recherches scientifiques dédiées aux transports. Les questions relatives aux mobilités quotidiennes ont émergé d’une préoccupation sociale, politique, écologique. Depuis la fin des années 80, les chercheurs s’interrogent sur les corrélations entre les modes de vie des individus, les choix de déplacement et d’habitat et les politiques de transport et de développement des territoires. Le thème des mobilités durables est, par exemple, devenu prégnant (Grafmeyer 1994 ; Scheiner & Kasper 2003) dans le cadre de l’étude des déplacements domicile-travail à une échelle locale et dans une temporalité du quotidien (cf. voir les travaux de Kaufmann à partir de 1999).

  • 8 Au sens de Marcel Mauss (2007). Essai sur le don : forme et raison de l’échange dans les sociétés a (...)

22Dans les années 1990 ont émergé dans plusieurs pays européens de nouvelles formes de déplacements telles que pendularité de longue distance et multirési-dentialité. L’apport des travaux de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) sur la mobilité urbaine est significatif (Bassand & Brulhardt 1980 ; puis les travaux de Kaufmann) et la mobilité est définie comme « l’ensemble des déplacements impliquant un changement d’état de l’acteur ou du système considéré », marquant ainsi le passage d’une prédominance du concept de mobilité sociale en sociologie urbaine à l’introduction dans la notion de mobilité d’une double composante, spatiale et sociale, inscrite dans le prolongement des travaux de l’École de Chicago. Pour Bassand, « la mobilité spatiale est un phénomène social total8, c’est-à-dire qu’elle n’est jamais seulement un déplacement mais toujours une action au cœur de processus sociaux de fonctionnement et de changement » (1986 : 25).

Vers une approche systémique des mobilités

23Sous l’influence des travaux sur les mouvements transnationaux, les technologies de l’information et de la communication (Diminescu 2002 et suite), la mondialisation et la globalisation (Appadurai 1996 ; Wihtol de Wenden 2009 ; Blommaert 2010 pour la sociolinguistique), les mobilités ont tendance à être théorisées comme des systèmes globaux et dynamiques (Tarrius 1989 ; Kaufmann 1999 ; Cresswell 2004 ; Diminescu 2009 ; Sheller 2011 ; Urry 2005).

24La mobilité spatio-temporelle constitue un système articulé autour de deux dimensions (temps et espace), ce qui la distingue de la mobilité géographique. Elle implique une intention de retour à court terme, donc un déplacement circulaire (aller-retour) ou, au contraire, une absence d’intention de retour, donc un déplacement linéaire (origine-destination). La portée spatiale du déplacement est interne au bassin de vie ou, au contraire, est externe et impliquant un changement de bassin de vie.

25Ces deux dimensions permettent de spécifier quatre types de mobilité pour Kaufman (1999) que sont la mobilité quotidienne, les voyages, la mobilité résidentielle, la migration. Les temporalités sont courtes ou longues, définitives ou transitionnelles, associées au parcours de vie. Les formes de mobilité qui renvoient aux temporalités les plus longues (cycle / parcours de vie) ont un impact systématique sur celles aux temporalités plus courtes. Une migration internationale génère de nouvelles mobilités : voyages (famille, amis restés au pays), mobilités résidentielles (changement de régions, de villes ou de quartiers), et nouvelles mobilités quotidiennes.

26Si le modèle de Kaufmann est largement repris par les géographes, les sociologues et les sociolinguistes (Billiez & Lambert 2005 ; Lambert 2005 ; Thamin 2007), la définition de la notion migration s’avère discutable, en particulier pour les chercheurs travaillant sur les migrations transnationales. En effet, ni le mouvement linéaire, ni le critère de temporalité (à long terme) ne sont suffisants pour rendre compte de la réalité des formes multiples de la migration contemporaine. Ces dernières répondent à des temporalités et modalités spécifiques comme le montre, depuis les années 2000, un certain nombre de travaux en sociologie de la migration ou ceux encore en sociolinguistique (Thamin 2011 ; Gohard-Radenkovic & Veillette 2015).

27Dans une perspective critique vis-à-vis de la sociologie des transports, Tarrius a tenté d’humaniser les faits de mobilité spatiale en dé-technicisant une approche jusqu’alors dominante et en s’inspirant de l’approche systémique de certains travaux en sociologie urbaine évoqués plus haut. Il pose ainsi la question de ce qui donne sens au monde dans lequel nous vivons : « le paradoxe de la subjectivité humaine, fondateur de la démarche phénoménologique, c’est d’être sujet pour le monde, et en même temps objet dans le monde » (Tarrius 1989 : 14). Il s’agit de ne pas considérer « le caractère discontinu des territoires appréhendés à partir des pratiques de mobilité migrante et non migrante » (Diminescu 2009 : 265, à propos de Tarrius 1989) mais de penser sous la forme d’un continuum, « dans l’espace et dans le temps, considérant le migrant dans la totalité de ses mobilités (physiques, imaginaires, virtuelles) ». Les chercheurs plaident pour le développement d’une perspective épistémologique conceptuellement plus solide, envisageant sur un même continuum la question des mobilités des migrants, des sédentaires, des trajectoires migratoires, les parcours urbains, les circulations transnationales, les mouvements de proximité, dans une saisie sociologique plus englobante et complexifiante. Dans notre perspective sociolinguistique, le langage, lieu de subjectivité de l’individu, est à la fois ce qui crée le monde et l’action d’énonciation permet de lui conférer un sens.

La circulation migratoire : dynamiser l’appréhension de l’espace

  • 9 Migrinter est une unité de recherche spécialisée dans l’étude des migrations internationales et des (...)
  • 10 Migrinter, axe de recherche 2 http://migrinter.hypotheses.org/axes-de-recherche/axe-2 (consulté le  (...)
  • 11 https://migrinter.hypotheses.org/axes-de-recherche/axe-3 (consulté le 02/06/2016).

28La réflexion sur les concepts et outils permettant de dynamiser l’étude de l’espace migratoire est constitutive des travaux de Migrinter9 (Audebert 2008) qui privilégient des questionnements sur « les capacités des migrants à construire des mondes spatiaux et sociaux » en favorisant le point de vue du sujet, individuel ou collectif, dans son entreprise migratoire, tout en se démarquant d’une démarche explicative déterministe ou basée sur des choix rationnels10. Les chercheurs privilégient les approches compréhensives et font « appel aux notions de savoir-faire et de pouvoir-faire – d’initiative – pour rendre compte de la complexité des itinéraires et des parcours11 ». La notion de circulation migratoire (désormais CM) émerge dans les années 80, suite notamment aux travaux en sociologie de Tarrius, permettant de qualifier l’« évolution des modes de déplacements qui contribuent à façonner de nouvelles territorialités (Baud et al. 2013 : 322) et mettant le couple migration-territoire(s) au centre de l’analyse, rompant ainsi avec une approche de la migration comme mouvement unidirectionnel et durable (Audebert 2008 ; Hily, Dorai, Ma Mung 1998 ; Berthomière & Hily 2006). Pour Audebert, « la notion de CM a inspiré une nouvelle conception – globale – des espaces de vie, pratiqués et parcourus par des migrants, pensés comme un ensemble de champs articulés et interdépendants plutôt que segmentés et juxtaposés » (2008 : 3).

  • 12 Cette notion implique pour le migrant des connexions transfrontalières et la construction d’un espa (...)

29La CM émane des études sur le transnationalisme qui impulse « une vision dynamique qui défie la vision statique des migrations comme mouvement “entre deux sédentarités” » (Tarrius 1992). En Europe et en France, d’autres concepts sont privilégiés (circulation, territoires circulatoires, configurations spatiales circulaires) qui rendent finalement compte d’un spectre de situations et d’expériences plus vastes que l’immigrant transnationalism12 (Tarrius 1992, 1996 ; Dorai, Hily, Ma Mung 1998).

30La notion vise à mettre en évidence de nouvelles formes d’organisation spatiale avec l’intention de mieux « comprendre l’ensemble des flux migratoires au sein d’un espace et [...] mieux appréhender les emboîtements d’échelle qui vont du micro-local à un espace plus global » (Arab 2008 : 20).

31La CM correspond « à une démarche qui tente de tenir compte à la fois des espaces concernés par les migrations, des déplacements accrus des personnes entre différents lieux et des flux matériels (biens, services, remises) et idéels (normes, valeurs, représentations) induits par les migrations » (Berthomière & Hily 2006). Cet intérêt pour l’espace et le mouvement ne constitue pas la négation de la dimension sociale de la mobilité, ni une réduction de la mobilité à sa dimension effective – le déplacement – mais place l’individu circulant au cœur de la recherche. La mobilité spatiale n’est que le contexte qui permet aux chercheurs de se focaliser sur « les pratiques et sur les initiatives des personnes, sur les itinéraires et les espaces parcourus » (op. cit : 68).

32Nous pouvons ici faire le lien avec la place donnée aux pratiques individuelles dans les études sur le changement de linguistique en sociolinguistique qui sera développé dans la partie suivante. D’un point de vue sociolinguistique, les dynamiques associées à ces pratiques, qu’elles soient langagières, identitaires ou linguistiques, sont souvent étudiées de manière ponctuelle, permettant certes de réaliser une photographie instantanée mais non d’en saisir le processus. L’explicitation de la complexité des trajectoires se déployant dans différents espaces-temps (Tarrius 1996 ; Diminescu 2009 ; Hily 2009) doit adopter en effet une perspective écologique et historicisée du sujet (Meschonnic 1982).

33Ce rapide aperçu des notions touchant à l’espace témoigne d’une interaction assumée entre disciplines relevant des sciences humaines et sociales (géographie sociale, sociologie, anthropologie culturelle, psychologie sociale). À propos des craintes de certains géographes face à l’émergence de la géographie dite « sociale », Châtelain prend position pour une ouverture aux autres disciplines qui ne correspond pas forcément à la dissolution du champ : « Les sciences humaines, comme toutes les sciences, n’ont pas de frontières ; elles n’ont que des marges communes où des esprits curieux peuvent inscrire leurs recherches en s’aidant mutuellement » (Chatelain 1946 : 266).

34La sociolinguistique construit des objets répondant à la même dynamique, c’est-à-dire à un rapport dialectique d’organisation sociale et de vécu individuel, de rapport entre le « donné » et le « construit », entre les pratiques sociales et les pratiques individuelles.

  • 13 La notion de projet migratoire est traitée dans l’article proposé par C. de Gourcy dans ce même ouv (...)

35De manière conjointe, la notion de projet migratoire13 est primordiale pour comprendre les logiques « d’être en relation » et « de nouer des relations » dans « un espace de circulation où s’exerce le jeu entre territoires des ancrages et territoires des circulations » (Berthomière & Hily 2006 : 68). Dans la circulation entre ces différents espaces se déroulent aussi les contacts de langues, leur gestion politique, l’évolution de l’identité des communautés linguistiques, les modalités d’interaction entre individus et enfin, leurs pratiques linguistiques et langagières.

Définir la mobilité linguistique à partir des concepts sociolinguistiques

36Appréhendés comme des phénomènes dynamiques, les différentes formes de mouvements migratoires et de mobilité linguistique varient selon qu’ils soient observés comme un résultat ou un processus. La temporalité et l’échelle de l’observation de l’objet déterminent les contours de l’objet étudié. Nous verrons que les recherches sur le changement linguistique envisagé d’une part comme un changement de langue et d’autre part comme un changement dans la langue ont des points de convergence historique et théorique avec celles sur l’appréhension des espaces et de la mobilité en géographie et en sociologie, en particulier par l’adoption d’une perspective microsociologique qui en assume la complexité.

37Nous posons comme hypothèse principale que la notion de mobilité, en sociolinguistique, est en filiation directe avec celle de language shift, originellement définie par Weinreich en 1953. C’est en suivant cette piste de recherche que nous retracerons le parcours de cette notion entre plusieurs pays, plusieurs contextes d’étude, à travers la construction du champ de la discipline « sociolinguistique » depuis les années 1950.

38Afin d’éviter les ambiguïtés conceptuelles et asseoir notre propos, nous traduirons language shift par « substitution de langue » afin de réserver « changement linguistique » aux seuls changements apparaissant dans la langue.

La substitution de langue comme résultat - vision statique

  • 14 « L’utilisation habituelle d’une langue laisse place à l’utilisation d’une autre langue » (notre tr (...)

39Les premières recherches sur la substitution de langue ont porté sur le résultat d’un contact de langues long et soutenu dans une communauté hétérogène donnée. Dans ses travaux en linguistique structurale sur l’interférence en situation de contact de langues (la Suisse entre autres), Weinreich définit le language shift comme « the change from the habitual use of one language to that of another »14 (Weinreich 1968 [1953] : 68).

40Par la suite, malgré l’abondance des travaux sur la question (par exemple : Bulot 2004, Bretegnier 2005, Blommaert 2010, Molinié 2014), peu de définitions explicites de mobilité linguistique sont proposées. La seule définition largement diffusée en sociolinguistique francophone est celle donnée par Veltman (1997), démographe québécois, dans l’ouvrage dirigé par M.-L. Moreau Sociolinguistique, Concepts de base (1997) :

Cette étiquette [mobilité linguistique] renvoie sensiblement au même concept que celle d’assimilation ; elle porte une plus grande attention aux différentes étapes du cheminement de l’individu soumis aux pressions assimilatrices d’un autre groupe linguistique, dont la langue fait l’objet d’un apprentissage, puis est employée dans des contextes de plus en plus nombreux et larges, jusqu’à rendre secondaire l’emploi de la langue maternelle, qui, au terme du processus, est potentiellement abandonnée. Il peut donc être question de mobilité linguistique pour tout mouvement du groupe linguistique d’origine vers l’intégration complète (l’assimilation) dans un autre groupe linguistique (Veltman 1997 : 213).

41La notion de mobilité linguistique est entourée d’un flou conceptuel : tel qu’énoncé dans la définition ci-dessus, mobilité linguistique est souvent synonyme d’assimilation linguistique ou de transfert linguistique en sociolinguistique québécoise (Maurais 1997, Kralt & Pendakur 1991). Dans une perspective diachronique, ces définitions reprennent implicitement la conception de language shift de Weinreich dont l’approche linguistique est marquée par le contexte théorico-historique de la linguistique structurale, faisant état d’une substitution de langue dans des communautés vivant en situation prolongée de contact de langues. La mobilité linguistique est ainsi appréhendée par les facteurs extra-structurels qui influencent le passage d’une langue A à une langue B ; le changement est ainsi envisagé sous l’angle du résultat : la substitution. Dans cette optique, les marques translinguistiques relevées dans la production des individus (le code-mixing, les emprunts, etc.) sont considérées comme les indices de la substitution de langue en cours survenant au niveau des communautés. Elles sont des traces au niveau structurel de la substitution : une langue A « converge » vers une langue B par une série d’étapes structurelles.

42Au niveau macrosociolinguistique, l’évolution des situations linguistiques, par l’observation des facteurs concourant à la vitalité ou à l’attractivité d’une langue par exemple, est appréhendée par l’étude des usages des langues dans des communautés en situation de contact, dans une temporalité longue. Dans cet objet d’étude, les langues ne sont pas des « objets naturels » mais des désignations catégorielles (« l’allemand », « le français », « le créole », etc.), objets de discours géographiquement et sociopolitiquement marqués (Sériot 1997). Ces recherches (Fishman 2001 ; Heller & Duchêne 2012, entre autres) se focalisent donc particulièrement sur le rapport de pouvoir entre communautés pouvant, par exemple, mener à la disparition de l’utilisation d’une langue ou à l’extension de ses fonctions sociales.

43L’émergence de la sociolinguistique variationnelle et interactionniste met en exergue les recherches sur l’hétérogénéité intrinsèque de la langue, observée dans une temporalité plus courte, celle des pratiques quotidiennes dans une communauté définie ou de l’interaction interpersonnelle.

La place de la variation

44À la fin des années 60 et début des années 70, les objets d’étude se centrent sur la variation et le changement linguistique dans une optique structurale, dans le sens où la « langue » est toujours privilégiée à la « parole ».

45Dans ses premiers travaux, Gumperz pose la définition d’une communauté linguistique comme une construction sociale basée sur les interactions des individus qui la composent. Afin d’assumer leurs rôles sociaux, les locuteurs puisent dans les ressources linguistiques contenues dans leur répertoire verbal (Gumperz 1964). Les configurations possibles de ces ressources sont soumises à la fois à des contraintes grammaticales et à des contraintes sociales qui assurent, d’une part, l’intelligibilité des productions et d’autre part, le respect de normes sociales d’usage auxquelles la communauté assigne une étiquette comme informel, vulgaire ou littéraire (Gumperz 1964 : 138). La théorisation d’une sélection parmi des ressources hétérogènes soumise à plusieurs influences annonce les prémisses d’une réflexion sur la socioindexicalité sur laquelle nous reviendrons ci-après.

46La communauté linguistique est le contexte central des travaux de Labov, dans lesquels il cherche à confirmer l’hypothèse que la langue est constituée de variations stables dont l’organisation est corrélée à la structure sociale de la communauté linguistique. Il jette ici les bases de ce qui deviendra la linguistique variationniste en étudiant la combinaison des différents composants qui constituent la variation au sein d’une même langue.

47Fortement influencée par la linguistique structurale, la linguistique variationniste est une linguistique de la société, de la communauté mais non du discours de l’individu. Les pratiques individuelles servent de corpus pour tester les hypothèses de structurations linguistiques à partir de catégories pré-établies comme, par exemple, les positions sociales des individus dans une communauté définie a priori (Labov 1966, 1972).

48Le changement est observé ici au niveau interne de la langue : Labov cherche à prouver la systématicité d’un style shift (Labov 1972) dépendant du contexte dans lequel se déroule l’interaction. Le style shift est le passage d’un style à l’autre au sein d’une même langue. Contrairement à la substitution de langue (language shift) où une langue disparait au profit d’une autre, les styles sont les variantes au niveau paradigmatique d’une forme ayant les mêmes contenus référentiels.

49Si, comme nous l’avons vu dans la partie précédente, la substitution de langues résulte de facteurs sociaux, géographiques et repose sur un rapport de force économique, social et politique entre plusieurs communautés, le changement de style répond quant à lui à une adaptation au contexte de l’interaction. Les individus tiennent compte d’éléments extralinguistiques pour choisir, dans leur répertoire verbal, les ressources linguistiques appropriées en fonction du degré de formalité de la situation d’interaction (le contexte et les interlocuteurs présents). Ainsi, la sélection d’un style langagier particulier par un individu s’explique par la corrélation de variantes linguistiques et les catégories sociologiques et contextuelles préexistantes. À chaque variante, est associée une valeur sociale partagée par les membres de la communauté linguistique donnée (dialecte, variété standard, etc.).

50Le point commun entre ces deux phénomènes de mobilité, style shift et language shift, est ce passage d’un élément constitué a priori à un autre (une langue ou un style). Malgré la place centrale donnée à la variation, le changement est observé encore par une approche statistique et non comme une élaboration dynamique.

Le changement linguistique comme processus - vision dynamique

51Une nouvelle voie s’ouvre au début des années 80 dans l’étude des relations interpersonnelles avec l’ethnographie de la communication et l’interactionnisme (Sacks 1984 ; Garfinkel 1967 [2007], 1986 ; Hymes 1977 ; Goffman 1974).

52La focalisation sur la structure sociale dans l’observation des phénomènes et particulièrement sur l’individu dans la communauté sociale imposent une nouvelle conception théorique et méthodologique de l’étude des phénomènes linguistiques et discursifs, qui a conduit à la dissociation de la linguistique variationniste et de la linguistique interactionnelle d’inspiration ethnométhodologiste (Gumperz 1982 ; Goffman 1988).

53La linguistique interactionnelle confirme une focalisation sur l’activité du locuteur (son discours) et sur la manière dont il construit sa place dans une communauté linguistique, appréhendée comme une communauté de discours. La conception du répertoire verbal s’en trouve modifiée : la vision figée d’un répertoire verbal contenant les styles et les langues à la disposition des locuteurs appartenant à une communauté linguistique donnée est remplacée par une conception fluide de la construction du discours par les formes linguistiques potentiellement créées, sollicitées et agencées in situ. L’étude des interactions interpersonnelles situées vise à découvrir les processus d’interprétation et de construction du sens, impossibles à découvrir sans prendre en compte l’interlocuteur et le contexte d’interaction.

54Dans cette perspective, le changement est étudié au niveau des locuteurs dans la temporalité courte de l’interaction : l’objet n’est plus le passage d’une langue à l’autre (au sens de substitution linguistique) ou d’un style à l’autre (le passage du dialecte à la variété standard par exemple) mais bien ce qui se passe dans une interaction actuelle entre individus dans un cadre identifié et porteur de sens comme il peut être décrit par une approche qualitative ethnométhodologique.

55Si dans l’approche décrite dans la précédente sous-partie, les marques transcodiques (comme le code-switching ou les emprunts par exemple) sont considérées comme les indices de substitution de langue en cours, dans une perspective dynamique contemporaine, ces formes linguistiques, qui se construisent au moment de l’élaboration discursive, de la prise de parole, sont les signes du changement linguistique. L’« alternance », déclinée sous différents phénomènes et observée à partir du comportement langagier d’un locuteur bilingue en situation de contact est la matrice du changement linguistique [Myers-Scottons 1993 ; Thomason 2001 ; Grosjean & Miller 1994 ; Matras 2009 ; Auer, Hinskens & Kerswill 2005] entre autres). Ces phénomènes n’annoncent ni un passage d’une langue ou d’un style à l’autre ni la disparition d’un élément mais sont les indices de la mobilité du locuteur pendant l’élaboration de son discours.

56Les phénomènes de code-switching, par exemple, ne sont plus seulement observés comme des figures linguistiques, en d’autres termes des agencements particuliers, mais comme des signes indexicaux, c’est-à-dire comme des signes portant une valeur référentielle qui se crée au moment de l’élocution. L’élaboration du discours recourt à des mécanismes socialement indexés : les productions langagières portent une signification sociale dans la communauté dans laquelle elles apparaissent. Cette indexation sociale est établie en contexte interactionnel. Par exemple, pour Labov, un locuteur passe d’un style à l’autre en fonction de la valeur sociale donnée à telle ou telle forme. L’indexicalité langagière a à la fois un caractère fluide et contraignant : elle se crée ainsi au fur et à mesure que le discours en interaction se déroule s’appuyant à la fois sur des indices référentiels dont la stabilité varie. Silverstein (2003) distingue les signes qui appartiennent aux index non référentiels et les index référentiels. Les premiers fonctionnent comme des emblèmes sémiotiques, c’est-à-dire des associations plutôt stables entre un signe linguistique et une valeur sociale qui assurent la transmission du sens social en organisant les interactions entre les individus de la communauté. Les seconds sont d’autres systèmes sémiotiques, dont la signification ne s’actualise qu’en contexte interactionnel : l’énonciation assure ainsi la création et la re-création des catégories de discours. Les possibilités de la mise en œuvre, par le locuteur, des ressources linguistiques représentent une forme de mobilité linguistique, contrainte par l’indexicalité langagière permettant l’inférence et l’interprétation (Garfinkel 1967 [2007]). L’activité linguistique du locuteur fait varier les normes socio-langagières tout en lui permettant de prendre une position sociale en inscrivant ses productions langagières dans un cadre normatif.

57Ainsi, les indices de la mobilité linguistique sont les phénomènes de contact de langues, résultats de choix et de créations fonctionnels faits au regard des contraintes pragmatico-structurelles et interactionnelles organisées du point de vue de leur indexicalité sociale. Par exemple, le phénomène d’accommodation (Giles & St Clair 1979) produit du changement linguistique par des phénomènes de convergence ou de divergence entre les locuteurs. En d’autres termes, on tente d’accentuer les similitudes ou les différences entre notre « manière de dire » et celle de notre interlocuteur. La distance sociale est ainsi mise en avant par l’accentuation de la distance linguistique ou réduite par une accommodation au discours de l’interlocuteur. Le réseau social (tel que conceptualisé par Milroy 1987 par exemple) développe de facto des normes que les individus qui souhaitent s’y inscrire ou y appartiennent déjà sont obligés de suivre, même inconsciemment. Comme nous l’avons vu ci-dessus, de manière simultanée et indistincte, les individus sont à l’origine de ces normes, qu’ils reconfirment, infirment ou oblitèrent à chacune de leurs prises de parole. La convergence peut concerner la relation d’une langue à une autre mais aussi l’intérieur de variétés d’une même langue. Cependant, certains contextes d’interaction autorisent une plus grande liberté dans l’exploitation des ressources linguistiques disponibles alors que d’autres représentent des contraintes très importantes pour la créativité des locuteurs.

58En résumé, la mobilité linguistique dans le sens de changement linguistique désigne donc l’élaboration du discours, c’est-à-dire la mise en forme de matériaux linguistiques soumise à des contraintes structurelles et extra-linguistiques mais dont la création comme processus dynamique est en elle-même porteuse de sens.

Conclusion

  • 15 Dans une perspective contemporaine et appliquée à l’enseignement des langues étrangères et secondes (...)

59Dans une perspective sociolinguistique, la mobilité relève d’une triple dynamique : discursive, interactionnelle et linguistique. Les phénomènes issus des influences translinguistiques15 sont considérés comme les signes d’un processus de création langagière. Dans ce cadre, la mobilité linguistique constitue donc une activité discursive originale, une habileté qui suppose des ressources linguistiques hétérogènes, cartographiées de manière différenciée dans le répertoire verbal de l’individu en fonction de sa circulation dans les différents espaces géo-, socio-politiques.

60Par ailleurs, parmi les filiations incontournables de la notion de mobilité, il revient une place prépondérante aux travaux sur la migration en sciences politiques, en sociologie et en géographie. La carte épistémique qui se dessine donne à voir une nécessaire approche systémique et multiscalaire de la mobilité que l’on trouve dans la notion de circulation migratoire. La mobilité est ainsi envisagée comme un ensemble composite (mobilité quotidienne, secondaire, intra-urbaine, internationale, etc.) au sein du processus migratoire.

  • 16 Cette approche implique de réaliser un suivi des personnes enquêtées par le biais de la réalisation (...)

61La conception de la mobilité comme phénomène dynamique complexe nous a conduit à adopter, dans le cadre du projet de recherche CEM, une approche longitudinale susceptible de rendre compte des trajectoires individuelles se situant dans l’espace-temps processuel composé de plusieurs espaces et de plusieurs temporalités16.

62Dans cette perspective, nous postulons qu’il est possible de transposer l’approche systémique des espaces et des mobilités géographiques aux espaces linguistiques, langagiers et interactionnels de l’individu. Dans ces différents espaces-temps, la composition et l’utilisation des ressources linguistiques et langagières se reconfigurent et se modifient. De l’analyse de l’appropriation singulière des espaces en discours, objet d’étude du projet CEM, émerge une cartographie singulière des ressources verbales présentes dans le répertoire des témoins participants. Ces ressources indexées de manière différentielle selon la temporalité de référence (discours, langue) sont multiplement indexicales en fonction du temps du récit (avant, pendant, après la migration) et sont intrinsèquement liées à une mobilité spatiale et/ou sociale dans les aires géographiques différentes de l’espace-temps circulatoire étudié soit le Maghreb, la France ou le Canada.

Bibliographie

Bibliographie

APPADURAI, Arjun (1996) Modernity at Large : Cultural Dimensions of Globalization. Minneapolis : University of Minnesota Press.

ARAB, Chadia (2008) La circulation migratoire : une notion pour penser les migrations internationales. In : AUDEBERT C., (coord.). La circulation migratoire. Revue e-migrinter n° 1, http://www.mshs.univ-poitiers.fr/migrinter/e-migrinter/200801/ emigrinter2008_01_tout.pdf pp.7-19 (consulté le 06/08/2015). p. 20-25.

AUDEBERT, Cédric (coord.) (2008) La circulation migratoire. In : Revue e-migrinter n° 1, http://www.mshs.univ-poitiers.fr/migrintere-migrinter/200801/emigrinter2008_01_ tout.pdf (consulté le 16/03/2017).

AUGÉ, Marc (2012/2009) Pour une anthropologie de la mobilité. Paris : Payot.

AUER, Peter, HINSKENS, Frans, KERSWILL, Paul (eds.) (2005) Dialect Change. Convergence and Divergence in European Languages. Cambridge : Cambridge University Press.

BAILLEUL Hélène, BULOT Thierry (dirs.) (2015) Urbanités et territoires numériques - approche interdisciplinaire. Fernelmont : EME.

BASSAND, Michel, BRULHARDT, Marie-Claude (1980) Mobilité spatiale. Georgi : St Saphorin.

BAUD, Pascal, BOURGEAT, Serge, BRAS, Catherine (2013, 5e) Dictionnaire de géographie. Paris : Hatier.

BERTHOMIÈRE, William, HILY, Marie-Antoinette (2006) Décrire les migrations internationales. Revue européenne des migrations internationales. vol. 22 - n° 2. http:// remi.revues.org/2819 (consulté le 16/03/2017).

BILLIEZ, Jacqueline, LAMBERT, Patricia (2005) Mobilités spatiales : dynamique des répertoires linguistiques et des fonctions dévolues aux langues. In : VAN DENAVENNE C. (éd.). Mobilités et contacts de langues. Paris : L’Harmattan, p. 15-33.

BLOMMAERT, John (2010) The Sociolinguistics of Globalization. Cambridge : Cambridge University Press.

BRETEGNIER, Aude (2005) Donner un sens à la mobilité / immobilité linguistique. Quelques pistes à ouvrir . In : VAN DEN AVENNE C. (éd.) Mobilités et contacts de langues. Paris : L’Harmattan, p. 123-145.

BRUSLÉ, Tristan (2010) Rendre l’étranger familier. Modes d’appropriation et de catégorisation de l’espace par les migrants népalais en Inde. In : Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n° 2 |, mis en ligne le 01 septembre 2013, (consulté le 26/01/2017). URL : http://remi.revues.org/5141

BULOT, Thierry, VESCHAMBRE, Vincent (2006) Sociolinguistique urbaine et géographie sociale : articuler l’hétérogénéité des langues et la hiérarchisation des espaces. In : SECHET, R. et VESCHAMBREV. (dir.), Penser et faire la géographie sociale : Contribution à une épistémologie de la géographie sociale. Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 305-324.

BULOT, Thierry (2004) « Les parlers jeunes et la mémoire sociolinguistique Questionnements sur l’urbanité langagière ». Cahiers de sociolinguistique, 2004/1 n° 9, p. 133-147.

CALINON, Anne-Sophie, PLOOG, Katja, THAMIN, Nathalie (2017) Construire l’Espace. Une approche discursive. Revue Klésis, Un monde insularisé, réflexions sur les archipels identitaires de la mondialisation. Klēsis, Les insularités d’hier et d’aujourd’hui. réflexions sur les archipels identitaires de la mondialisation n° 38, p. 122-148.http://www.revue-klesis.org/pdf/klesis-38-insularite-09-calinon-ploog-thamin-construire-espace-approche-discursive.pdf (consulté le 17/06/2018).

CALINON, Anne-Sophie, PLOOG, Katja, THAMIN, Nathalie (2015) Cartographie de l’espace dans l’élaboration discursive de projets de mobilité de jeunes Algériens. Cahiers internationaux de Sociolinguistique, 2015/2, n° 8, « Nouveaux espaces dans de nouvelles logiques migratoires ? », coord. A. Gohard-Radenkovic et J. Veillette. p. 77-106

CHATELAIN, Abel (1946) Cette nouvelle venue, la géographie sociale. Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1re année, n° 3, p. 266-270.

CRESSWELL, Tim (2004) « Justice sociale et droit à la mobilité ». In : ALLEMAND S., ASCHER F., LEVY J. (dir.), Les sens du mouvement, Paris : Editions Belin, p. 145-153.

DEPREZ, Christine (2007/3) « Langues et espaces vécus dans la migration ». Langage et Société, nos 121-122, p. 247-257.

DI MÉO, Guy (1991) L’homme, la société, l’espace. Paris : Anthropos.

DI MÉO, Guy & PRADET, Jackie (1996) Territoire vécu et contradictions sociales : le cas de la vallée d’Aspe (Pyrénées occidentales). In : DI MEO G. (dir.), Les territoires du quotidien, Paris : L’Harmattan 51-86.

DI MÉO, Guy (1998) Géographie sociale et territoires. Paris : Nathan Université.

DIMINESCU, Dana (2009) Le migrant dans un système global des mobilités. In : CORTES J. et FARET L. (dir.). Les circulations migratoires. Lire les turbulences migratoires contemporaines. Paris : Armand Colin, p. 211-224.

DIMINESCU, Dana (2002) « Les migrations à l’âge des nouvelles technologies ». In : Hommes et Migrations, n° 1240, Migrants.com, p. 6-9.

FISHMAN, Joshua A. (ed.) (2001) Can Threatened Languages be saved ? Reversing Language Shift, Revisited : A 21st Century Perspective. Clevedon : Multilingual Matters.

FRÉMONT, Armand (1974) « Recherche sur l’espace vécu ». Dans L’espace géographique, n° 3, p. 231-238, Paris VI. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ spgeo_0046-2497_1974_num_3_3_1491 (consulté le 16/03/2017).

GALLEZ, Caroline, KAUFMANN, Vincent (2009) « Aux racines de la mobilité en sciences sociales ». In : FLONNEAU M. et GUIGUENO V., De l’histoire des transports à l’histoire de la mobilité ?. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 41-55.

GARCIA, Ofelia, WEI, Li (2014) Translanguaging : Language, bilingualism and education. London : Palgrave Macmillan Pivot.

GARKINKEL, Harold (1967 [2007]) Recherche en ethnométhodologie. Paris : PUF (trad. fr.)

GARFINKEL, Harold (1986) Ethnomethodological Studies of Work, Londres : Routledge & Kegan Paul.

GILES, Howard, St. CLAIR, Robert (eds.) (1979) Language and Social Psychology. London Blackwell.

GOFFMAN, Erwin (1974) Les rites d’interaction. Paris : Éditions de Minuit.

GOFFMAN, Erwin (1988) Façons de parler. Paris : Éditions de Minuit.

GOHARD-RADENKOVIC, Aline, VEILLETTE, Josiane (2015) Nouveaux espaces dans de nouvelles logiques migratoires ? Entre mobilité et immobilité des acteurs. Cahiers internationaux de sociolinguistique 2/2015 (n° 8), p. 19-46. www.cairn.info/ revue-cahiers-internationaux-de-sociolinguistique-2015-2-page-19.htm (consulté le 16/03/2017).

GRAFMEYER, Yves (1994) Sociologie urbaine. Paris : Nathan.

GROSJEAN, François, MILLER Joanne (1994) Going in and out of languages : An example of bilingual flexibility. Psychological Science, 5 (4), p. 201-206.

GUMPERZ, John J. (1964) “Linguistic and Social Interaction in Two Communities”. American Anthropologist, Vol. 66, n° 6, Part 2 : The Ethnography of Communication (Dec. 1964), 137-153.

GUMPERZ, John J. (1968) The speech community. In : Sills D. L. (ed.), International Encyclopedia of Social Sciences 9. New York : Macmillan, p. 381-386.

GUMPERZ, John J. (1982) Discourse strategies. Cambridge : Cambridge University Press.

HELLER, Monica, DUCHÊNE, Alexandre (2012) Language in Late Capitalism : Pride and Profit. Oxford : Routledge.

HILY, Marie-Antoinette (2009) L’usage de la notion de circulation migratoire. In : CORTESJ. et FARET L. (dir.). Les circulations migratoires. Lire les turbulences migratoires contemporaines. Paris : Armand Colin, p. 21-28.

HILY, Marie-Antoinette, DORAI, Kamel, MA MUNG, Emmanuel (1998) Bilan des travaux sur la circulation migratoire. Migrations Études, n° 84.

HYMES Dell, H. (1977) Foundations in Sociolinguistics : An Ethnographic Approach. London : Tavistock Publications

KAUFMANN, Vincent (1999) Mobilité et vie quotidienne : synthèse et question de recherche. In : 2001 Plus… Synthèses et recherches, n° 48, Centre de prospective et de veille scientifique, Lausanne.

KRALT, John et PENDAKUR, Ravi (1991) Ethnicité, immigration et transfert linguistique. Ottawa : Multiculturalisme et citoyenneté Canada.

LABOV, William (1966) The Social Stratification of English in New York City Department Stores, Washington, D.C. : Center for Applied Linguistics.

LABOV, William (1972) Sociolinguistic Patterns. Philadelphia : University of Pennsylvania Press.

LAMBERT, Patricia (2005) Les répertoires plurilectaux de jeunes filles d’un lycée professionnel : une approche sociolinguistique ethnographique. Thèse de doctorat, Université Stendhal, Grenoble.

LEFÈVRE, Henri (1974) La Production de l’espace. Paris : Anthropos (4e édition, 2000).

LÉVY, Jacques (2008) L’invention du monde. Une géographie de la mondialisation. Paris : Presses de sciences Po.

LÉVY, Jacques, LUSSAULT, Michel (2003) Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés. Paris : Belin.

MATRAS, Yaron, (2009) Language Contact. Cambridge : CUP.

MAURAIS, Jacques (1997) Assimilation linguistique. In : MOREAU M.-L. (coord.), Sociolinguistique, Concepts de base. Liège : Mardaga, p. 51-56.

MESCHONNIC, Henri ([1982] 2009) Critique du rythme. Anthropologie historique du langage, Lagrasse : Verdier.

MILROY, Lesley (1987) Language and Social Networks. Oxford : Blackwell.

MOLINIE, Muriel (dir.) (2014) « (Se) représenter les mobilités : dynamiques plurilingues et relations altéritaires dans les espaces mondialisés », Revue Glottopol, n° 24.

MOREAU, Marie-Louise (coord.) (1997) Sociolinguistique, Concepts de base. Liège : Mardaga.

MYERS-SCOTTON, Carol (1993) Social motivations for codeswitching. Evidence from Africa. Coll. Oxford studies in language contact, Clarendon : Oxford.

PLOOG, Katja, CALINON, Anne-Sophie, THAMIN, Nathalie (soumis) (dir.). Mobilité : pour une approche sociolinguistique. Paris : L’Harmattan.

SACKS, Harvey (1984) Notes on methodology. In : Atkinson M., Heritage J., Structures of social actions, Cambridge : Cambridge University Press

SCHEINER, Joachim, KASPER, Birgit (2003) Modes de vie, choix de l’emplacement de l’habitation et déplacements quotidiens. L’approche fondée sur le mode de vie dans un contexte de déplacements quotidiens et de planification. Revue internationale des sciences sociales, 176, p. 355-369.

SHELLER, Mimi (2011) Mobility. Sociopedia.isa. http://www.sagepub.net/isa/resources/ pdf/mobility.pdf (consulté le 16/03/2017)

SILVERSTEIN, Michael (2003) “Indexical Order and the Dialectics of Sociolinguistic Life”. Language & Communication 23, 193-220.

TARRIUS, Alain (1989) Anthropologie du mouvement. Caen : Paradigmes.

TARRIUS, Alain (1996) « Territoires circulatoires et espaces urbains ». Annales de la recherche urbaine, n°s 59-60, 50-59.

TARRIUS, Alain (1992) Les fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes. Paris : l’Harmattan.

THOMASON, Suzanne (2001) Language Contact : An Introduction. Edinburgh : Edinburgh University Press

THAMIN, Nathalie (2011) Approche systémique des parcours migratoires : pour une meilleure prise en compte de la pluralité. Cahiers de l’ILOB, Individual Plurilingualism and Multilingual Communities in a context of official bilingualism, vol 2, n° 1, p. 79-104.

THAMIN, Nathalie (2007) Dynamiques des répertoires langagiers et identités plurilingues de sujets en situation de mobilité. Thèse de doctorat. Université Stendhal, Grenoble 3.

HARVEY, Sacks, (1984) Notes on methodology. In : MAXWELL ATKINSON J., HERITAGE J. (eds) Structures of Social Action : Studies in Conversation Analysis. Cambridge : Cambridge University Press. p. 2-27.

SERIOT, Patrick (1997) Ethnos et demos : la construction discursive de l’identité collective. In : Langage et société, n° 79, Analyse discursive et engagement : autour de l’Europe de l’Est. p. 39-51.

SIMON, Gildas (2002) Penser globalement les migrations. Revue Projet, 272, p. 37-45.

URRY, John (2005) Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie ?. Paris : Armand Colin.

VELTMAN, Calvin (1997) Mobilité linguistique. In : MOREAUM. L. (coord.) Sociolinguistique, Concepts de base. Liège : Mardaga.

WEINREICH, Uriel (1968 [1953]) Languages in contact : findings and problems. New York : Linguistic Circle of New York.

WIHTOL DE WENDEN, Catherine (2009) La globalisation humaine. Paris : Presses universitaires de France.

Notes

1 Par exemple, l’originalité des travaux de Bulot en sociolinguistique urbaine tient en une collaboration étroite avec des géographes (Bulot & Veschambre 2006) ou des urbanistes (Bailleul & Bulot 2015) réunis autour de la dimension praxique des discours sur la construction et les pratiques des espaces.

2 Ce projet s’intègre dans l’axe 2 « Observation des territoires d’aujourd’hui » du pôle Dynamiques territoriales de la MSHE Nicolas-Ledoux, destiné à l’étude de la dimension spatiale des phénomènes humains sur différentes échelles spatio-temporelles du point de vue historique, géographique et sociolinguistique. Cf. : http://mshe.univ-fcomte.fr/poles-de-recherche/dynamiques-territoriales/ axe-2-observation-des-territoires-daujourdhui/circulation-migratoire-etudiante.Il s’inscrit dans une collaboration avec la sociologue C. de Gourcy (LAMES UMR 7305 et AMU) et les sociolinguistes A. Mahieddine et M. Z. Ali-Bencherif (Laboratoire Dylandimed de l’Université de Tlemcen).

3 Ainsi qu’en didactique des langues, sur laquelle nous ne nous attarderons cependant pas dans cet article.

4 Ce qui n’est cependant pas le cas d’ouvrages récents comme Gohard-Radenkovic A., Veillette J. (2015) (dir.). Nouveaux espaces dans de nouvelles logiques migratoires ? Entre mobilités et immobilités des acteurs. Paris : L’Harmattan.

5 Dite vidalienne, de Paul Vidal de la Blache, fondateur des Annales de la Géographie en 1891 notamment, qui est considéré comme le père fondateur de cette discipline.

6 Qui a pour but de comprendre l’organisation et l’aménagement d’un territoire en l’étudiant à différentes échelles : mondiale, continentale, nationale, régionale, locale par exemple.

7 Les questions de droit à la mobilité et d’éthique ont cependant pris une place cruciale (Cresswell 2004 ; Simon 2002 ; Lévy 2008). L’anthropologue Augé (2012 : 9) dénonce l’idéologie de la globalisation et les valeurs associées à la mobilité surmoderne (déterritorialisation, individualisme… .). Il pointe que « l’écart est chaque jour plus grand entre la représentation d’une globalité sans frontières qui permettrait aux biens, aux hommes, aux images et aux messages de circuler sans limitation et la réalité d’une planète divisée, fragmentée, où les divisions déniées par l’idéologie du système se retrouvent au cœur même de ce système ».

8 Au sens de Marcel Mauss (2007). Essai sur le don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques. Quadrige. Grands textes. Paris : PUF. Texte extrait de « L’Année sociologique », seconde série, 1924-1925, tome I.

9 Migrinter est une unité de recherche spécialisée dans l’étude des migrations internationales et des relations inter-ethniques créée en 1985 par le géographe G. Simon. Elle est hébergée par la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers. http://www.mshs.univ-poitiers.fr/ migrinter/

10 Migrinter, axe de recherche 2 http://migrinter.hypotheses.org/axes-de-recherche/axe-2 (consulté le 02/06/2016).

11 https://migrinter.hypotheses.org/axes-de-recherche/axe-3 (consulté le 02/06/2016).

12 Cette notion implique pour le migrant des connexions transfrontalières et la construction d’un espace social entre pays d’origine et pays d’accueil, comme aspect saillant de l’expérience de la migration. Les transmigrants développent et maintiennent des relations d’ordre multiple : familial, économique, social, religieuse, politique.

13 La notion de projet migratoire est traitée dans l’article proposé par C. de Gourcy dans ce même ouvrage.

14 « L’utilisation habituelle d’une langue laisse place à l’utilisation d’une autre langue » (notre traduction non littérale).

15 Dans une perspective contemporaine et appliquée à l’enseignement des langues étrangères et secondes, les travaux de Garcia sont une piste de réflexion à suivre (entre autres, Garcia & Wei 2014).

16 Cette approche implique de réaliser un suivi des personnes enquêtées par le biais de la réalisation de plusieurs entretiens semi-directifs.

Auteurs

Maitre de conférences en sociolinguistique et didactique du français langue Étrangère et seconde à l’UFR SLHS (Sciences du langage, de l’homme et de la société) de l’université Bourgogne Franche-Comté. Elle est membre du Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles (CRIT EA3224) et de la FR-Educ de Franche-Comté. Ses travaux portent sur la langue / les langues et les discours dans les situations de mobilité et s’organisent en confrontant d’une part, les discours aux pratiques et aux représentations des individus et d’autre part, en étudiant particulièrement les espaces interstitiels comme lieu de contacts de langues et de cultures (anne-sophie.calinon@univ-fcomte.fr).

Maitre de conférences en sciences du langage à l’université de Bourgogne Franche-Comté. Elle est membre du Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles (CRIT EA3224) et membre associée du LIDILEM, Université Grenoble Alpes. Ses recherches en sociolinguistique visent à appréhender la multiplicité et la complexité des parcours de migration et de mobilité contemporaine pour en saisir les effets sur les pratiques langagières et les processus de construction identitaire (nathalie.thamin@univ-fcomte.fr).

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search