Version classiqueVersion mobile

Mobilités dans l’espace migratoire Algérie France Canada

 | 
Nathalie Thamin
, 
Mohamed Zakaria Ali-Benchérif

Préface

William Berthomière

Texte intégral

  • 1 Voir Romano Prodi, L’Europe et la Méditerranée : venons-en aux faits (http://europa.eu/ rapid/press (...)

1Dans un contexte politique saturé par le flot d’informations rassemblées sous l’expression de « crise des migrants » et où la Méditerranée apparaît comme un espace pris dans un chaos de circulations migratoires, il faut saluer la publication de cet ouvrage. Par l’abondance des connaissances et des analyses qu’il offre à la lecture, ce collectif d’auteurs participe d’un moment que l’on pourrait qualifier d’apaisement. Il n’enlève malheureusement rien à l’horreur des situations que peuvent endurer des personnes engagées sur les routes migratoires qui convergent vers l’Europe et où la Méditerranée, dans un retournement de l’histoire, se voit transformer en un obstacle qu’il s’agit, pour certains, de rendre infranchissable. Rappelons qu’au-delà de l’intensité des évènements actuels, cette atteinte portée à la Méditerranée vers laquelle, depuis des millénaires, tout conflue (comme nous l’a enseigné Fernand Braudel) trouve son origine dès les années soixante-dix lorsqu’elle se voit ériger comme le principal théâtre stratégique sur le flanc sud de l’OTAN (comme le rappellera Romano Prodi1).

2En s’attachant à décrire la variété des mobilités que mettent en œuvre de jeunes Algériens à destination de la France, mais aussi du Canada, l’ensemble des contributions ici réunies vient contourner cet écran idéologique et redonner toute sa richesse à la grammaire de la Méditerranée. Au prisme d’approches disciplinaires variées, chaque chapitre ajoute à sa manière à la connaissance de ces mobilités et témoigne de leur ancrage historique et intellectuel, et plus encore de la diversité de leurs motivations, qui ne sauraient être réduites à une simple relation de dépendance. La démarche scientifique n’enlève en rien à la dimension politique du propos, car elle nous donne à voir la place et la (re)construction d’une intelligentsia au sein de l’Algérie contemporaine.

3Disons-le également clairement, comprendre et analyser ces circulations estudiantines, c’est aussi témoigner une attention particulière à une catégorie de population qui, souvent laissée dans l’ombre des grandes études sur les migrations, constituera pourtant les jeunes actifs et citoyens de demain, qui témoigneront de l’idée toute braudélienne que « la Méditerranée, c’est mille choses à la fois ».

4Écrire sur les mobilités qui participent de la fabrique des sociétés méditerranéennes, c’est parler d’émigration et d’immigration, rendues visibles et mises en mots sous la forme d’intentions, de projets, de positionnements, de dispositifs migratoires cent fois pensés et repensés par ces étudiants dans l’intimité de leurs choix de vie, rêvés ou bien encore construits familialement avec l’idée que la mobilité reste synonyme d’une promesse d’émancipation et d’ascension sociale. Les récits que collectent les chercheurs à l’écoute des expériences migratoires vécues par les étudiants nous livrent l’étendue des dimensions et conséquences sociales de ces directions empruntées dans leurs parcours de vie.

  • 2 Ibn Battûta, Voyages, De l’Afrique du Nord à La Mecque, Tome 1. Paris, La découverte, p. 79.

5Cette question n’est pas nouvelle, car le premier des récits migratoires livrés par un étudiant a près de 700 ans. Le 14 juin 1325, Ibn Battûta, alors âgé de 21 ans, quittait la ville de Tanger pour effectuer le pèlerinage à La Mecque, et dans l’idée de découvrir sur sa route le monde environnant et d’y acquérir des connaissances. La lecture de sa rihla résonne avec force dans les mots de la migration étudiante qui fait l’objet d’études contemporaines. Comme pour le jeune Ibn Battûta, nul étudiant n’échappe à la force des contraintes externes qui l’amène à reformuler ce que le vocabulaire scientifique rassemble sous la notion de « projet migratoire ». La mobilité étudiante conduira certains d’entre eux à reconsidérer la place et la temporalité du retour et peut-être à décrire au sein de leurs parcours des arabesques, qui comme pour Ibn Battûta, auront pour conséquence de transformer ce qui était pensé à l’échelle d’une mobilité d’une dizaine de mois à celle d’une vie. Et même s’il ne s’agit pas de verser dans l’idée que le choix de partir étudier à l’étranger s’inscrit uniquement dans le registre de la contrainte – ce qu’évite avec beaucoup de réussite cet ouvrage –, le rapport à l’ancrage originel reste au centre des modulations du projet migratoire ; intarissable écho de l’expérience du départ que Ibn Battûta écrivait sous ces mots : « J’étais seul, sans compagnon, avec qui je puisse vivre familièrement […], mais j’étais poussé par un esprit ferme dans ses résolutions […] j’abandonnai ma demeure comme les oiseaux abandonnent leur nid2 ».

  • 3 Abdelmalek Sayad (1997) « Les maux-à-mots de l’immigration. Entretien avec Jean Leca », Politix (12 (...)

6La comparaison trouve ses limites, et notamment du fait que les mobilités étudiantes aient été englobées progressivement sous le bandeau général de l’immigration. Un tel mouvement aura eu des conséquences majeures d’autant qu’au fil de la période post-coloniale, l’immigration, comme a pu l’exprimer Abdelmalek Sayad, s’est vue déterminée comme « un “problème social”, (et) qu’il s’agit d’un objet socialement dominé et peut-être le plus dominé des objets dominés, car il est dominé politiquement ; plus que cela, il est nié politiquement, il est du “non-politique”3 ».

  • 4 Marc Crépon (2001) « Ce qu’on demande aux langues (autour du Monolinguisme de l’autre) », Raisons p (...)

7L’ouvrage nous donne à voir les répercussions d’une telle évolution politique et avec habileté, il place aux côtés des travaux qui mettent en lumière une ingénierie du projet et ses stratégies afférentes, un ensemble de recherches qui donne à entendre l’intensité de la question sociolinguistique et plus simplement « ce qu’on demande aux langues » pour reprendre une formulation de Marc Crépon4. Il y a indéniablement dans ce rapport à la langue, aux langues (arabe, darija, tamazight, français) matière à déconstruction. La tonalité toute derridienne du propos est – pourrions-nous dire – doublement évidente quand on sait le rapport qu’entretenait Jacques Derrida avec son Algérie natale.

8La diglossie qu’engendre la situation migratoire permet de centrer le regard sur les pratiques linguistiques des étudiants algériens, mais plus encore de tenter de mesurer des écarts. Une pensée de l’écart pour rester dans une tonalité derridienne qui veut porter l’idée que le rapport aux langues éclaire des mécanismes d’identification. Quelque chose de l’ordre du processus plus que d’un « déjà là » ou d’une identité qui serait de l’ordre du donné. Dans les analyses qui sont ici livrées sur les pratiques des étudiants, il y a matière à déconstruction tant l’agir langagier est source d’inventions à partir d’une langue française qui fut imposée (un monolinguisme de l’autre), mais qui dans les mobilités discursives et les écarts qui s’opèrent aujourd’hui apparaît comme une autre langue (un tiers-espace), définie avant tout par son contexte d’interactions.

  • 5 Voir notamment Emmanuel Ma Mung (2012) « Continuité temporelle, contiguïté spatiale et création d’u (...)

9Comme le défendent les coordinateurs de l’ouvrage, la mobilité linguistique est le support d’expériences singulières de l’espace qui, sans devoir toujours être placées du côté de l’appropriation, décrivent les contours d’un « prendre place », entendu comme une somme d’intentionnalités puisqu’il est le lieu où l’on peut choisir de se positionner, où l’on peut définir son em-placement. L’ouvrage pointe très clairement les atouts d’une analyse des modalités de ce jeu de positionnements, qui renvoie dans les mots d’Emmanuel Ma Mung5 à « un point de vue de l’autonomie » permettant de sortir de la dichotomie déterministe en mettant l’accent sur la façon dont « un sujet migrant organise en un pour-soi l’extériorité matérielle-sociale ». La plus-value scientifique d’une telle orientation des recherches est incontestable, car elle permettra d’ajouter au travail de définition de la notion de projet migratoire.

10Cet effort de définition est plus que jamais nécessaire pour saisir l’étendue du processus d’objectivation de la mobilité qu’opèrent les étudiants algériens dans un contexte sociopolitique marqué, à toutes les échelles possibles d’observation, par l’incertitude. On ne peut que souhaiter que la publication de cet ouvrage soit la première des étapes du dialogue pluridisciplinaire fécond porté par ce collectif.

Notes

1 Voir Romano Prodi, L’Europe et la Méditerranée : venons-en aux faits (http://europa.eu/ rapid/press-release_SPEECH-02-589_fr.htm?locale=FR) et Janet Finkelstein (1976) « Vers une nouvelle doctrine de l’OTAN aux États-Unis », Les Cahiers de la Fondation pour les études de défense nationale (n° 3), Collection « Les Sept Épées », Cahier n° 3, Paris, 112 p.

2 Ibn Battûta, Voyages, De l’Afrique du Nord à La Mecque, Tome 1. Paris, La découverte, p. 79.

3 Abdelmalek Sayad (1997) « Les maux-à-mots de l’immigration. Entretien avec Jean Leca », Politix (12), p. 7.

4 Marc Crépon (2001) « Ce qu’on demande aux langues (autour du Monolinguisme de l’autre) », Raisons politiques, 2-2, p. 27-40.

5 Voir notamment Emmanuel Ma Mung (2012) « Continuité temporelle, contiguïté spatiale et création d’un monde-propre. Le cas de la diaspora chinoise », L’Espace géographique, (41-4), p. 352-368.

Auteur

Géographe, directeur de recherche au CNRS, membre du laboratoire Passages (UMR 5319 CNRS-Université Bordeaux Montaigne). Appuyées sur la notion de migrant−acteur, ces recherches mettent en lumière des modes d’ancrages qui sont autant de modalités d’appartenances révélatrices de manière de faire société dans un monde inscrit dans le processus de globalisation. Dans une perspective plus phénoménologique, ces travaux interrogent les dimensions spatiales de la présence (william.berthomiere@cnrs.fr).

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search