Version classiqueVersion mobile

Migrations, circulations, mobilités

 | 
Nathalie Ortar
, 
Monika Salzbrunn
, 
Mathis Stock

Biographie des auteurs et résumés

Texte intégral

1 Fabien Barthélémy est géographe, doctorant à l’université de Grenoble-Alpes et à l’UMR PACTE (Politiques publiques, ACtion politique, Territoires). Il est également professeur d’histoire-géographie à l’Académie de Grenoble. À partir d’une approche de géographie culturelle et politique, il travaille sur la mobilité internationale des artistes du spectacle vivant. Sa thèse en cours porte sur les territorialités d’artistes entre leur mobilité internationale et les cadres institutionnels liés à leurs ancrages territoriaux. Il a copublié : « Entre mouvement et ancrages : les spatialités d’artistes mobiles », Belgéo (2014).

2Le chapitre aborde la question du sens de la mobilité en étudiant les parcours internationaux de trois artistes rhônalpins dans le domaine du spectacle vivant. Basée sur l’analyse du discours et la représentation cartographique des trajets, l’étude interroge le concept de nomadisme artistique et propose une typologie des différentes relations à l’espace, aux lieux et à l’altérité construites dans la mobilité.

3 Sylvain Beck est docteur en sociologie, formateur permanent en travail social au Centre de formation Saint-Honoré (Paris, XIXe arrondissement) et post-doctorant associé au GEMASS (Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne, UMR CNRS/Paris IV – Sorbonne). À partir d’une approche socio-anthropologique, il travaille sur l’expatriation et l’éducation dans la mondialisation. Il a soutenu sa thèse de doctorat en 2015 à l’université Paris IV-Sorbonne : Expatriation et relation éducative. Les enseignants français dans la mondialisation.

4Le chapitre se propose de revisiter le rapport entre mobilité et migration en conceptualisant l’expatriation. Il s’agit de dépasser la diversité des situations qu’elle recouvre et les connotations qui lui sont associées. À la transformation de soi dans l’espace, le temps et la hiérarchie sociale, l’expatriation ajoute une dimension subjective de l’altérité. Focalisé sur les frontières telles que se les représentent les individus, le concept d’expatriation propose de dépasser la dimension physique du déplacement pour mettre à jour sa dimension symbolique, à savoir l’appartenance à une patrie comme représentation de soi-même et de l’autre.

5 Constance De Gourcy est sociologue, maîtresse de conférences à Aix-Marseille Université (AMU) et chercheuse au LAMES (Laboratoire méditerranéen de sociologie). Ses recherches s’inscrivent dans le champ des migrations internationales. Elles incluent, d’une part, des questionnements épistémologiques sur le vocabulaire de la migration et, d’autre part, des travaux empiriques sur les circulations estudiantines ainsi que sur les rapports sociaux de sexe dans la migration.

6 Si la « double présence » s’impose désormais comme un trait saillant des mobilités et migrations, cet article traite d’un impensé : l’absence comme effet de l’éloignement et mode de compensation de la distance. À partir de récits issus de l’espace migratoire Algérie-France sont mises en évidence différentes modalités caractéristiques de la socialité à distance. S’esquisse ainsi une « condition d’absent » qui renouvelle le regard porté sur les compétences et arts de faire en migration.

7 Barbara Dellwo est doctorante à l’université de Lausanne au sein du projet « L’islam (in) visible en ville », financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique et dirigé par la professeure Monika Salzbrunn. Dans une approche socio-anthropologique, ses recherches portent sur les migrants hautement qualifiés de culture musulmane dans l’Arc lémanique. Elles allient les sciences sociales des migrations et la sociologie des religions, portant une attention particulière aux questions de classe.

8À la lumière du cas particulier des élites transnationales de culture musulmane à Genève, cette contribution s’attache à mettre en évidence la manière dont la classe sociale intervient implicitement dans la construction de la question musulmane dans le débat public helvétique. Elle vise ainsi à montrer comment la distinction entre mobilité et migration reproduit certains rapports de domination à travers la hiérarchisation des populations migrantes.

9 Julian Devaux est docteur en sociologie, ingénieur de recherche à l’université François Rabelais de Tours et membre de l’UMR Citères/Cost (UMR 7324). Dans le cadre de sa thèse de doctorat, il a étudié les liens entre pratiques de mobilité et processus de socialisation à l’adolescence. Il travaille actuellement sur les nouvelles formes d’hébergement touristique liées à l’économie collaborative.

10La mobilité joue un rôle central dans la construction de soi à l’adolescence tout en contribuant à l’émancipation des individus vis-à-vis de l’école et de la famille. À partir des données issues d’une enquête ethnographique en milieu rural, cette contribution entend montrer comment les pratiques de mobilité des adolescents contribuent progressivement à remanier leurs dispositions sociales en les amenant à interagir au quotidien avec de nouvelles formes d’altérité et à franchir des frontières tant spatiales, sociales que symboliques.

11 Ines Ebilitigué est docteure en sociologie. À partir d’une approche socio-anthropologique, elle s’est intéressée à la relation qui se tisse entre ville et Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) au travers de l’étude des commerces ethniques des quartiers migrants parisiens et des villes régionales. Ses derniers travaux portent sur l’intérêt de la photographie en anthropologie à partir de la manière dont les migrants utilisent les commerces ethniques et les TIC pour gérer leur absence de leur pays d’origine et l’éloignement de leur famille.

12Le chapitre porte sur les représentations de la mobilité et de la migration basées sur des offres commerciales de liens culturels et familiaux. L’auteure analyse les liens que les étrangers entretiennent avec leur pays d’origine et leur famille restée au pays afin de cerner les représentations de ces dernières. Elle montre que tout migrant manifestant un besoin d’entretenir des liens avec son pays d’origine poursuit une dynamique de migration et de mobilité qui justifie le rapprochement des deux notions.

13 Aurore Flipo est sociologue, post-doctorante à l’ENTPE et chercheuse associée au laboratoire PACTE (Université Grenoble-Alpes). Sa thèse de doctorat porte sur les pratiques de mobilité de jeunes travailleurs migrants dans l’Union européenne, publiée en 2017 sous le titre Génération low cost. Itinéraires de jeunes migrants intra-européens (PUR).

14Le chapitre propose une réflexion sur l’usage des concepts « migration » et « mobilité » dans la littérature scientifique et institutionnelle pour caractériser le déplacement spatial international. En s’appuyant sur les outils de réflexion développés par Claude Grigon et Jean-Claude Passeron pour l’analyse des pratiques culturelles, il interroge les questions théoriques et méthodologiques qui sont soulevées par le choix de l’un ou l’autre des termes.

15 Simon Mastrangelo est docteur ès sciences sociales de l’université de Lausanne. Sa thèse, soutenue en 2017, s’intitule Entre désillusions et espoirs. Représentations autour des migrations et revendications des harraga tunisiens. Elle s’inscrit dans le cadre du projet de recherche FNS « Undocumented Mobility (Tunisia-Switzerland) and Digital-Cultural Resources after the ‘Arab Spring’ », dirigé par la professeure Monika Salzbrunn.

16Les représentations peuvent aider les acteurs migratoires à donner du sens à leurs parcours et les amener à revendiquer leur droit à la mobilité. Cet article, qui porte sur le cas des migrants non documentés tunisiens, se focalise sur l’usage de références religieuses comme cadre explicatif. Il aborde la question de l’imaginaire migratoire à partir de données issues de terrains ethnographiques et d’un travail d’anthropologie digitale sur Facebook.

17 Nathalie Ortar est anthropologue, directrice de recherche au Laboratoire Aménagement Économie des Transports (LAET) à l’ENTPE. L’anthropologie de l’habiter est au cœur de ses recherches. Ses terrains d’enquête actuels se situent en France et aux États-Unis où, au travers d’une anthropologie du quotidien et de la culture matérielle, elle adresse autant la problématique de l’énergie que celle du recyclage. À propos de la mobilité, elle a notamment publié La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle, Éditions Pétra, 2015.

18 Monika Salzbrunn est professeure ordinaire en « Religions, Migration, Diasporas » à l’université de Lausanne et lauréate du Consolidator Grant 2015 du Conseil européen de la Recherche (ERC) pour son projet ARTIVISM – Art and Activism. Creativity and Performance as Subversive Forms of Political Expression in Super-Diverse Cities. Requérante principale de nombreux projets internationaux, elle mène également deux recherches financées par le Fonds national suisse pour la recherche scientifique (FNS) sur « L’Islam (in)visible en ville. Expressions matérielles et immatérielles des pratiques de l’islam dans l’espace urbain » et sur « Undocumented Mobility (Tunisia-Switzerland) and Digital-Cultural Resources after the ‘Arab Spring’ ». Monika Salzbrunn a dirigé l’Institut des sciences sociales des religions contemporaines (ISSRC) de 2011 à 2015.

19 Cecilia Santilli est docteure en anthropologie politique de la santé à Aix-Marseille Université (UMR912 SESSTIM) en cotutelle avec l’université La Sapienza de Rome. À partir d’une approche socio-anthropologique des actions publiques, elle travaille sur l’accueil et la prise en charge sociosanitaire des populations migrantes en France et en Italie.

20À partir d’une recherche ethnographique menée dans une association de prise en charge sociojuridique de demandeurs d’asile et de réfugiés à Rome, ce texte propose une réflexion critique sur la notion de « migrant mobile » telle qu’elle est utilisée dans les discours publics nationaux et internationaux. L’analyse de deux trajectoires de migrants subsahariens, appartenant à la catégorie juridique de réfugié, qui ont décidé de se déplacer de l’Italie vers d’autres pays en Europe, permet de faire émerger la complexité et le paradoxe consubstantiels à la figure du « migrant mobile ».

21 Hélène Simon-Lorière, ancienne élève de l’ENS de Lyon, titulaire d’un doctorat de géographie soutenu en 2013 à l’université de Poitiers (Laboratoire Migrinter), est aujourd’hui professeure agrégée d’histoire-géographie dans un lycée en région parisienne.

22Cet article propose une réflexion sur le sens que des réfugiés peuvent donner à leur migration forcée au moment de la fin du conflit qui les a poussés à quitter leur pays. Certains réfugiés interviewés espéraient transformer leur expérience d’exil en une opportunité d’ascension sociale. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) étaient des outils pour leurs projets migratoires : pour maintenir le contact avec des compatriotes déjà installés dans des pays occidentaux, pour comparer les situations vécues en exil à différents endroits, mais aussi avec celles de compatriotes rentrés au pays et bien sûr avec celles vécues dans ces pays qui appartiennent à un imaginaire migratoire renforcé par la combinaison de la distance physique et de la proximité virtuelle offerte par le téléphone et Internet.

23 Mathis Stock est professeur de géographie du tourisme à l’université de Lausanne (Institut de Géographie et Durabilité) où il est responsable du groupe de recherche « Cultures et natures du tourisme ». Ses recherches portent sur l’habiter des sociétés contemporaines fondé sur la mobilité spatiale.

24Les auteurs de ce chapitre postulent qu’il existe un intérêt épistémologique à restituer la manière dont migration et mobilité ont été conceptualisées de 1950 à nos jours pour appréhender comment se sont construites les congruences, différences et imbrications à l’origine des débats en cours. L’objectif vise à replacer le mobility turn ou new mobilities paradigm dans une histoire plus longue afin d’évaluer ses apports et limites pour l’anthropologie, la géographie et la sociologie et, par rapport au champ des études migratoires, à travers une critique des présupposés des mobility studies.

25Claire Vincent-Mory a soutenu au printemps 2018 une thèse de sociologie politique à l’université Paris Nanterre. Celle-ci s’intitule Le petit monde du développement porté par les migrants. Une sociologie de la reconnaissance des associations de migrants dans les réseaux français de la coopération au développement (1981-2014). Ses travaux mêlent sociologie de la reconnaissance et sociologie du développement.

26Ce chapitre confronte le paradigme des mobilités – aujourd’hui central – aux expériences et aux représentations de la mobilité des membres d’OSIM. Il montre que les conditions de possibilité de la mobilité humaine sont nombreuses et difficiles à réunir. Dans ce contexte, l’engagement dans une OSIM permet de mettre en œuvre une mobilité transnationale après des périodes d’immobilité en France. Ce faisant, il participe à la recréation des liens d’appartenance ainsi qu’à l’acquisition d’un capital mobilitaire qui semble désormais constituer le signe de la réussite du parcours migratoire. Mais toutes les mobilités ne se valent pas : les représentations de ce capital sont complexes et montrent que son acquisition doit demeurer au service de la recréation de l’appartenance au « territoire d’origine ».

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search