Version classiqueVersion mobile

Parentalité d’accueil en Europe

 | 
Nathalie Chapon
, 
Silvio Prémoli

Préface

Vincent Ramon

Texte intégral

Envisager ce qui se joue pour l’enfant placé en le considérant non pas entre deux familles mais dans ses différentes familles revient à rappeler d’emblée une évidence fondamentale : le destin du petit homme suit fondamentalement les mêmes lignes de développement, et cela quelles que puissent être par ailleurs les vicissitudes dues aux aléas de sa naissance. En tant qu’il est un être de relation, il se construit à l’intérieur de milieux de vie et par des liens de loyauté et d’appartenance ; liens aux « autrui » les plus significatifs pour lui, ceux à qui il doit la vie, liens d’appartenance à une ou à plusieurs familles, à des groupes familiaux et sociaux, dont la fonction contenante est aussi nécessaire à sa survie que ne peut l’être celle de l’air qu’il respire. (Minary, 2007)

1L’idée de cet ouvrage est née de la tenue des 4e et 5e journées d’Apfel sur le thème « deux familles pour un enfant », à Milan prolongé sur le même thème formulé à Lille comme « l’art de conjuguer les parentalités ».

2Ces deux journées internationales se sont déroulées sous l’égide d’APFEL (Acting for Promotion of Fostering at the European Level) à Milan le 12 novembre 2015, associant plusieurs partenaires dont Coordinamento Nazionale Comunità di Accoglienza (CNCA), l’Université catholique de Milan, l’Université de Bergame, la Fondation PAIDEIA et à Lille le 2 décembre 2016 associant l’ANPF (Association Nationale des Placements Familiaux).

3Plutôt que de se limiter à des actes de ces journées, il nous a semblé opportun d’ouvrir plus encore le panorama international sur ce thème central de la parentalité en accueil familial. C’est l’opportunité de réaliser un ouvrage plus large encore qui invite à s’enrichir de la diversité des approches et des visions européennes du placement familial notamment par les questionnements sur le concept de parentalité et de parentalité plurielle. Ces concepts expriment leur pertinence pour faire retour sur notre propre façon de penser nos pratiques et imaginer des évolutions vers des pratiques inclusives.

  • 1 Par l’emploi du terme accueil familial et placement nous distinguons ce qui relève d’une fonction d (...)

4Dès la création d’APFEL en 2011 le thème de la coparentalité a été posé comme un thème central en accueil et en placement familial. C’est en fait la pierre angulaire. L’emploi du terme coparentalité1, bien qu’il mérite d’être défini, il en sera question dans cet ouvrage, évoque d’emblée deux dimensions : celle de « co » qui signifie faire avec et celle de parentalité.

5Dès lors que l’on parle d’accueil familial en effet, quand il est question d’un placement en dehors du cadre parental initial dans une famille non apparentée, il y a au moins deux familles, l’une dite d’origine ou légale et l’autre dite d’accueil. Comment ces deux familles vont agencer une situation nouvelle, se complémenter, s’ignorer voir s’annuler ? Quelle est la part imputable aux services dans la conception même de l’intervention et du cadre d’accompagnement qui génère des souffrances inutiles ? Est-ce que ce cadre d’intervention facilite ou pas la combinaison des acteurs dans une culture qui valorise la pluralité ?

6Le terme de parentalité est très utile car il introduit un concept qui se distingue de parenté. Pourtant ce terme n’est pas forcément un acquis conceptuel dans le vocabulaire international où prévaut encore parfois l’utilisation du terme de parenté. Cela retentit dans l’imaginaire comme parfois dans la réalité sur les conceptions même de l’accueil familial où la question de la substitution d’une famille par l’autre vient occuper les représentations voire les pratiques alimentant le conflit de loyauté et le clivage. Parce que la souffrance est souvent intense, la tentation pour ne pas dire le piège du clivage est grand pour tous les acteurs. Cliver revient à exclure : soit l’un ou soit l’autre, une famille ou l’autre. Dépasser cette tentation suppose une connaissance des problématiques parentales en souffrance afin d’adapter les réponses et tenter d’éviter le manichéisme idéologique.

7Le placement familial se distingue de l’adoption. Le placement familial, entendu comme une intervention dans une dimension politique et institutionnelle consiste à déléguer des tâches d’éducation et de soins auprès d’un enfant en le confiant à d’autres personnes que les parents de naissance. Ceci implique la mise en place d’un contexte spécifique qui institue de fait le partage de l’enfant.

8Le placement familial n’est pas dans sa nature même une substitution d’une famille par une autre. Il vient suppléer à des degrés divers des fonctions parentales insuffisamment disponibles, indisponibles ou inadéquates pour répondre aux besoins de l’enfant sur le court ou le long terme.

9Le placement instaure une situation inédite où une famille d’accueil va exercer sous contrôle et guidance d’un service le plus souvent, un rôle éducatif et des fonctions parentales sans pour autant détenir la responsabilité ou l’autorité parentale sur l’enfant confié.

10L’introduction d’une autre famille ne va pas de soi pourtant quel que soit le pays, l’idéologie autour de la notion de famille, sa culture, sa législation. La mise en perspective d’un projet de l’enfant devient une façon de mettre au travail des coopérations de tous les acteurs dans le respect des droits et dans la prise en compte des forces et faiblesses des parents, dans le souci de l’intérêt de l’enfant. En ce sens tous les acteurs sont appelés à s’ajuster dans une forme de coéducation qui se donne pour but essentiel l’intérêt de l’enfant.

11 A priori la séparation mise en place par les autorités sociales avec consentement par les parents ou décidée par voie judiciaire, n’exclut aucunement ni les liens premiers (juridiques de parenté et affectifs du côté de l’affiliation) ni l’investissement possible des parents quel qu’en soit la nature et le degré (sauf restrictions judicaires exceptionnelles). En pratique il en va autrement car toute situation de séparation réclame les plus grands soins, de grandes compétences, un cadre et des moyens pour aménager et réguler cette situation nouvelle. Il nous faut reconsidérer les principaux écueils qui nuisent à l’intérêt de l’enfant. Pour une part ces effets sont induits par le manque de préparation de l’accueil, la dispersion des acteurs, l’absence de prise en compte de la souffrance qui crée de la disqualification, des oppositions radicales et installe initialement un conflit de loyauté.

12On peut se demander aussi et c’est là l’intérêt des articles réunis dans cet ouvrage, jusqu’où nos pratiques provoquent des violences inutiles en instaurant des tiraillements entre familles. Nos conceptions elles-mêmes peuvent aller jusqu’à générer de la non appartenance faute de penser les besoins de l’enfant, l’évaluation des capacités parentales, la pluralité de familles autour de l’enfant, la parentalité au pluriel, créant ainsi une instabilité chronique faute de penser la contenance dans une vision holistique centrée sur l’enfant à partir de la question – comment faire famille autour de l’enfant ?

13Le rôle du placement familial dans une conception inclusive repose sur la mise en jeu d’une autre famille pour exercer des fonctions parentales de suppléance. Il s’agit d’amener un complément, de nature familiale, à ce que les parents sont en mesure d’apporter. La création de nouveaux liens d’attachement fait partie de cette configuration Selon Nathalie Chapon (2014, 2016) qui dirige le travail du groupe – parentalités plurielles – d’APFEL, on peut parler alors de parentalité d’accueil. Partant de là, une fois que les parentalités peuvent être reconnues de part et d’autre, cela nous amène non plus à penser en terme d’alternative, soit une famille soit l’autre mais en terme de complémentarité, de combinaison de parentalités et d’attachements multiples non exclusifs, une famille et l’autre.

14La confrontation avec les différentes visions et pratiques d’accueil existantes en Europe vient éclairer les enjeux d’une telle réflexion sur la parentalité et ouvre la voie au changement des pratiques elles-mêmes. Ceci nous amène à poser ce sujet comme une question primordiale considérable pour les intéressés eux-mêmes qui vivent ces situations de séparation et de partage.

Notes

1 Par l’emploi du terme accueil familial et placement nous distinguons ce qui relève d’une fonction d’accueil et placement pour ce qui relève d’une décision judicaire sur la question de la garde de l’enfant, le mot placement étant notamment chargé de la connotation de place au sens de place générationnelle, place d’enfant qu’il suggère dans la sphère professionnelle. On trouve couramment en langue anglaise le terme générique de foster care pour designer que l’enfant est élevé soit dans sa famille élargie kinship foster care soit par une autre famille foster care, là où le mot placement est employé plus spécifiquement pour toute décision judicaire qui modifie la garde de l’enfant (custody). Le placement en lui-même se nomme foster care placement.

Auteur

Président APFEL, Acting for Promotion of Fostering at the European Level

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search