Version classiqueVersion mobile

De la vallée de la Soummam à la vallée de la Durance

 | 
Ali Mekki

Conclusion

Texte intégral

1Proposer une sociologie historique de l’émigration-immigration kabyle en haute-Provence, c’est considérer en premier lieu que l’émigration et l’immigration sont des produits de l’histoire. La recherche initiée à propos de l’émigration kabyle de Chemini à Saint-Auban s’est interrogée en permanence sur les évolutions et les transformations intervenues dans le temps, pour comprendre ses logiques et dégager les dynamiques qui lui donnent sens et cohérence. Les réponses apportées sont fondées sur une conviction intellectuelle forte : la prise en compte du contexte antérieur à l’émigration et des relations sociales, économiques, politiques et culturelles qui prévalaient dans la société kabyle du moment (en particulier la période allant de l’insurrection de 1871 jusqu’à la première guerre mondiale) ne doit pas s’arrêter à la seule étude des conditions de départ, mais s’étendre à l’ensemble des conditions de vie au pays et à leurs évolutions, qui ont exercé des effets sur les immigrés, au-delà des frontières.

2Les conditions de départ du pays d’origine ne sont pas restées figées ; elles se sont nécessairement transformées dans le même temps que les villageois restés au pays, tandis que l’immigré évoluait à des centaines de kilomètres du village dans un autre cadre socio-temporel et s’inscrivait dans une autre trame historique, dans un ailleurs où il prenait ses marques, tout en tentant de rester le contemporain des évolutions socio-économiques et politiques dans son village où se transformaient notamment les relations de pouvoir.

3Le partage par toute une communauté kabyle des deux territoires de Chemini et Saint-Auban, invite à analyser cette émigration et cette immigration comme les produits de l’histoire particulière de la construction complexe et de l’affirmation de deux entités nationales, distinctes historiquement, économiquement, politiquement et culturellement, mais liées cependant définitivement par la colonisation française et la guerre de Libération de l’Algérie.

  • 1 Abdelmalek Sayad, « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en (...)

4Cette communauté kabyle de Chemini et de Saint-Auban est au centre de deux mouvements, deux systèmes historiques, culturels et sociaux, en interaction et en évolution permanentes, qui ont pris corps en elle sur deux territoires différents qui forment aujourd’hui son cadre existentiel. L’un d’eux, lié aux « variables d’origine » c’est-à-dire aux caractéristiques sociales, aux aptitudes socialement déterminées, aux positions sociales occupées par l’émigré-immigré avant l’émigration, est devenu le territoire des ressources symboliques de l’émigré. L’autre, lié aux « variables d’aboutissement1 » constituées par l’ensemble des transformations concrètes que l’immigré a subies, compte tenu de ses conditions de travail, de logement et de vie en général, est celui des ressources économiques, des droits sociaux, celui qui assure l’existence matérielle quotidienne. Si les variables d’origine et celles dites d’aboutissement sont importantes à prendre en compte, la sociologie historique de l’émigration-immigration doit également se préoccuper de leurs évolutions et interactions historiques dans un contexte lié notamment à la décolonisation, à la guerre de Libération, à l’indépendance de l’Algérie, à la construction sur le modèle français d’un État centralisé où l’armée est omniprésente dans le paysage socio-politique et économique du pays. Les relations qu’entretiennent les Algériens, dont les immigrés, avec cet État et ses institutions nouvellement créés, et fondamentalement les relations entretenues entre les Algériens qui ont émigré et les autres, sans oublier la prégnance plus ou moins importante de la religion musulmane selon les régions ou les époques, portent elles aussi une histoire singulière et mouvementée. De la même manière en France, d’autres évolutions ont marqué le rapport des immigrés à la France et à l’Algérie : l’expérience longue du travail salarié en tant que travailleur colonial puis travailleur immigré, l’immigration familiale ou la vie en foyer, l’accession à la propriété en France et la construction d’une maison au village, la prise de la retraite jusqu’au vieillissement dans l’alternance résidentielle. La double vision diachronique et synchronique se doit d’être permanente et d’englober l’ensemble des vagues migratoires (jusqu’au quatrième âge) en accordant une place aussi importante à la colonisation et à la décolonisation de l’Algérie qu’à la construction d’un État indépendant, à ses succès et à ses échecs, aux regards portés par les uns ou les autres sur ceux qui ont quitté le pays. Elle se doit aussi d’articuler le passé et le présent en permanence pour comprendre comment l’émigré-immigré algérien en France vit toujours la condition de travailleur immigré et comment il est devenu aujourd’hui un immigré en Algérie.

5La situation de l’émigration kabyle de Chemini et de Saint-Auban est sans doute assez exceptionnelle car elle peut être étudiée conjointement d’un côté et de l’autre et sur la longue durée, de 1915 à 2014 ; les différentes caractéristiques (longévité, identité tribale, familiale et villageoise, professionnelle), concentrées en deux lieux sont rarement rassemblées. L’analyse socio-historique du processus d’émigration et d’immigration de cette communauté kabyle issue du même village, de la même famille et de la même tribu des Ath Waghliss permet la mise à jour des logiques qui ont conduit des centaines d’émigrés-immigrés de Chemini à Saint-Auban où une minorité seulement, au regard de l’ensemble de ce mouvement migratoire, a déployé des stratégies d’appartenance et permis la construction sociale de deux territoires. Du paysan sans terre qui quittait son village et y revenait la nuit, comme s’il ne s’absentait qu’un jour pour une course, jusqu’au vieil immigré perçu et désigné comme tel qui vient passer des vacances dans la grande maison à étages qu’il a construite dans son village natal, en passant par le travailleur colonial, le travailleur immigré, le résistant dans le maquis de Saint-Auban, le militant du FLN, le retraité, c’est toute une trame socio-historique qui s’est déroulée dans le cadre d’un siècle de vie d’une usine chimique.

  • 2 C’est ainsi que l’on désignait parfois la cité ouvrière par opposition à la vallée, en contrebas, o (...)
  • 3 Jean-Pierre Le Goff, La fin du village, Gallimard, Paris, 2012

6 L’ancienne cité ouvrière de Saint-Auban s’est profondément transformée. À l’ancien « plateau2 » où cohabitaient employés, ouvriers, contremaîtres, cadres, ingénieurs, où florissaient des commerces, où une communauté rude, solidaire, véritable creuset local, riche des présences passées d’une trentaine de nationalités, baignait dans une culture « Péchiney », succède un nouvel espace dépourvu de sens et d’avenir communs, où coexistent des univers étrangers les uns aux autres. On peut véritablement parler de « la fin du village3 » de Saint-Auban. L’émigré-immigré, en transformant la maison familiale à Chemini ou en construisant une maison neuve, pour dans certains cas la laisser vide, montrait certes son attachement au village et sa réussite ; cependant ne participait-il pas activement, comme l’immigré épicier en son temps, à la fin de son village qui a commencé sans doute quand il l’a quitté ?

  • 4 Le Conseil Général était en 2007 présidé par Jean-Louis Bianco, député, ancien ministre et ancien S (...)
  • 5 Il s’agissait de Canal Algérie.
  • 6 « Journées du patrimoine : Le site industriel de Saint-Auban » du 19 au 25 juin 2010. Association d (...)
  • 7 Approches, Cultures et Territoires, 98 rue de l’Évêché, 13002 Marseille
  • 8 Parcours ouvriers et migrants. 100 ans d’usine à Saint-Auban du 17 au 22 novembre 2011.
  • 9 À cause de la nécessité pour un élu algérien d’obtenir l’autorisation de sortie du territoire déliv (...)

7Paradoxalement, la fin de l’immigration de travail, la transformation du mouvement migratoire, la fermeture progressive de l’usine et la fin du mandat du maire ex employé de l’usine et fils d’immigré espagnol, ont ouvert les portes non seulement à de nouvelles générations et populations qui arrivent à Saint-Auban, mais aussi au temps des bilans et de l’histoire locale d’un siècle d’émigration et d’immigration. Cette présente recherche y a pris sa part. La communauté kabyle de Saint-Auban est entrée dans le champ politique et social pour une large part à la faveur de cette recherche qui s’est déroulée sur une dizaine d’années, alors qu’elle est présente à Saint-Auban depuis un siècle. Enquêter sur la communauté kabyle, à Château-Arnoux Saint-Auban, c’est en tout premier lieu, la désigner comme un objet de recherche, digne d’un travail sociologique. C’est la nommer, la faire connaître et reconnaître auprès des personnes enquêtées, qu’elles soient membres de la communauté kabyle, élus, ou appartenant à des structures instituées (usine, associations, archives, municipalité, etc.). Enquêter sur cette communauté, c’est la faire exister socialement, c’est la constituer dans un rapport à l’espace public et la situer dans l’espace et le temps. C’est mesurer son importance, la comparer avec d’autres communautés. La constitution de la communauté en réalité construite récemment dans le champ politique et social local, est passée par plusieurs étapes, en rappelant préalablement les caractéristiques du contexte local. Au début de ce travail de recherche en sociologie (2003), l’avenir de l’usine était au centre des préoccupations de la population car la fermeture de plusieurs ateliers était annoncée et programmée. Le maire était en place depuis 1977 et l’est resté jusqu’en 2008. Il était un ancien employé de l’usine et surtout un syndicaliste convaincu. À la suite des deux premières périodes d’enquêtes à Chemini, en septembre 2005 et juin 2006, nos interlocuteurs (en particulier des responsables associatifs, parents d’élèves, investis dans les écoles primaires), nous ont sollicité pour tenter de rapporter du matériel pour les écoles primaires de Chemini. À notre retour en France, la recherche devint plus connue à partir du moment où il fallut chercher et trouver du matériel pour ces écoles. Finalement notre choix se porta sur des ordinateurs pour équiper la vingtaine d’écoles primaires du village. À notre grande surprise, personne ne voulait être en reste pour nous aider ; le Conseil Général4, la municipalité, des associations et même l’usine fournirent des ordinateurs jusqu’à atteindre la vingtaine demandée. Nous sollicitons le maire de Château-Arnoux-Saint-Auban pour nous aider à acheminer ce matériel et nous l’informons des principaux éléments de notre recherche sur la communauté kabyle. Il n’était pas de notoriété publique que la communauté kabyle soit issue d’un même endroit en petite Kabylie, que sa présence date d’un siècle à Saint-Auban, que l’ensemble de la communauté soit apparentée. Nous lui demandons si d’aventure, il ne souhaitait pas nous accompagner. Il accepte immédiatement l’invitation. Cela allait donner à l’initiative une plus grande importance et une forte visibilité, et à la communauté kabyle une existence reconnue. Le maire reçut un accueil enthousiaste et chaleureux à Chemini, où il était connu des anciens et actuels immigrés présents à Chemini au moment du séjour. Il apporta dans ses valises des cadeaux pour les équipes sportives ; des journalistes couvraient l’évènement et la télévision algérienne5 fit cinq reportages d’une heure. Les élections municipales arrivèrent à Saint-Auban et son concurrent, tout en dénonçant comme une manœuvre politique et électorale le fait de s’être déplacé à Chemini, prit sur sa liste un membre de la famille des Chemini, ce qui lui assura, l’usure du pouvoir de son concurrent aidant, une nette victoire aux municipales de 2008. Le nouveau maire prend conscience de l’importance locale de cette communauté kabyle et entend poursuivre la démarche de son prédécesseur. Il recevra un adjoint municipal de Chemini et soutiendra l’idée d’un échange scolaire préparé avec son prédécesseur. Il invite le maire de Chemini à venir à Château-Arnoux et prévoit de se rendre à son tour à Chemini. À partir de ces différentes visites, une mobilisation associative se crée autour de la recherche elle-même et d’échanges divers avec la commune de Chemini. La nouvelle municipalité installe officiellement l’Association du patrimoine de Château-Arnoux/Saint-Auban pour porter un projet de restitution publique sur l’histoire de l’usine6. Une association marseillaise7, avec la collaboration du CREOPS, prend l’initiative de travailler sur la mémoire ouvrière. Les premières conclusions de ce travail de recherche sont à nouveau présentées8. Par ailleurs lors de l’échange scolaire prévu, des associations se préparaient à se mobiliser pour accueillir les enfants des écoles primaires de Chemini à Saint-Auban, en même temps qu’elles se préparaient pour faire partie d’une délégation accompagnant le maire de Château-Arnoux-Saint-Auban à Chemini. Une commission municipale fut chargée de préparer avec nous la venue du maire de Chemini à Château-Arnoux, visite qui fut reportée à trois reprises9.

  • 10 Les partenaires de ce projet sont le Conseil Général des AHP et le COBIAC à Aix en Provence qui ass (...)
  • 11 Le Conseil Général des Alpes-de-Haute-Provence soutient des initiatives en direction de la culture (...)

8 Ce travail de recherche a produit des effets inattendus au niveau des acteurs ; un besoin de solidarité avec Chemini, un besoin de poursuivre une démarche de connaissance de la place de l’émigration à Saint-Auban. Il a suscité et nourri sans doute de manière plus profonde un besoin de mémoire et de reconnaissance de la place originale qu’a occupée ce mouvement migratoire exceptionnel en même temps que celle occupée par l’usine qui a donné naissance à la cité ouvrière de Saint-Auban et à ces vagues successives de migrants. C’est ainsi qu’une commission municipale travaille à la conception d’une sorte de musée de l’usine pour y exposer les différents procédés chimiques, tout au long de l’histoire chimique de l’usine. Il est vrai que des chimistes rivalisaient d’ingéniosité pour rendre efficaces leurs procédés divers. En ce qui concerne la solidarité avec Chemini, plusieurs pistes sont à l’étude. Le CREOPS a soutenu un projet de création d’une bibliothèque municipale pour l’ensemble des villages appartenant au territoire municipal de la commune de Chemini (26 villages) et pour ce faire, a collecté des livres dans la région PACA10. La communauté kabyle à Saint-Auban composée surtout des derniers arrivés et des plus jeunes enfants des immigrés qui vivent en famille, souhaite s’organiser en association pour mener des projets économiques et culturels, autour de l’art et de l’artisanat et aussi autour de la culture de l’olivier11.

9Avant que toutes les caractéristiques originales et exceptionnelles que porte la communauté kabyle de Saint-Auban aient pris l’allure d’un fait social total – à savoir une immigration algérienne, dans le cadre particulier d’une usine à la campagne, provenant de la montagne kabyle et s’étant fixée en haute-Provence, tout en maintenant des rapports nombreux et étroits avec son village d’origine –, cette communauté vivait dans un anonymat édifiant. Tout au plus avait-on à faire à des « Arabes » d’Algérie, venus travailler en France comme des milliers d’autres.

10L’intérêt d’une analyse sociologique de l’émigration-immigration, c’est non seulement de restituer les trajectoires, de les reconstituer, mais c’est aussi de restituer les différents groupes familiaux, tribaux ou villageois. La mise en évidence des « deux territoires kabyles » ici clairement identifiés, oblige à considérer les modes d’appartenance à un lieu en tenant compte nécessairement des modes d’appartenance à l’autre. Les situations recouvrent parfois des réalités différentes ou sont perçues différemment, d’une société à une autre ou d’un individu à l’autre. De la même manière, les deux territoires coexistent mais ne sont pas sur un pied d’égalité, et ne sont pas investis par les immigrés avec la même intensité tout au long de leur trajectoire. La question que nous posions dans notre introduction, de savoir si les territoires sur lesquels les immigrés évoluent sont égaux en temps de présence, en sentiments d’appartenance, en investissements, en intensité affective et en disponibilité reste sans réponse possible collectivement. Au niveau individuel, l’immigré n’est pas où on pense le trouver, sa tête étant toujours là où son corps n’est pas ; à peser le pour et le contre, à comparer ici et là, à penser à ce qu’il ferait s’il était là où il n’est pas. Sur chacun des territoires, les immigrés ne sont certes pas perçus de la même manière, mais ils ne sont pas, au bout de leur trajectoire, devenus ou restés des immigrés de façon identique. Au village, ils sont devenus des immigrés à cause de leur absence et de leur décalage ; ils n’ont pas vécu au même rythme les transformations qui s’y sont déroulées, ils n’ont pas supporté d’y demeurer sans perspectives et ont même affiché de bonnes conditions de vie. Dans l’immigration, ils sont principalement des gens qui ne sont pas « d’ici », relégués dans des emplois et des conditions de vie difficiles, même si à Saint-Auban, leurs conditions étaient meilleures que celles des Chaouias.

11Cette recherche a mis en lumière l’appartenance à ces deux territoires, l’a rendue vivante ; le regard porté sur cette migration particulière ne pouvait plus être un regard porté sur une immigration anonyme, générique ou maghrébine quelconque, sans passé, ni origine déterminée. Car ici, cette bi-appartenance est collectivement partagée et ce depuis un siècle. Si elle était une donnée permanente pour l’émigré-immigré kabyle, elle devint, par la médiatisation une donnée éclatante pour la société d’arrivée qui certes la découvre, mais ne peut plus désormais déréaliser la scène sociale d’origine, le bled, le village, pas seulement parce que leur élu s’y est rendu, mais parce qu’elle concerne toute une communauté croisée quotidiennement. L’aspect collectif de cette ubiquité rend l’appartenance de la communauté kabyle aux deux territoires qu’elle se partage d’une évidence incontestable, d’où nécessairement un déracinement relatif. En effet la communauté se partage d’un côté, un territoire marqué par la forte prégnance de l’usine qui lui accorde au final, des bons salaires et des retraites en conséquence, des maisons avec jardins acquises pour des sommes modiques, et à Chemini, un territoire marqué par une appartenance vivante à un groupe, une famille, un village, quel que soit le regard porté sur les immigrés de retour chez eux. Chacun est situé, repéré sur chaque scène sociale. Ce village, cette grande famille, cette tribu, cette immigration collective, dans cette unité de temps et de lieux ont fortement soudé l’ensemble des individus, mieux et probablement plus que le travail, l’école, la formation pourtant censés détenir les clefs de toute réussite sociale.

Notes

1 Abdelmalek Sayad, « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales, no 15, 1977, p. 59-81

2 C’est ainsi que l’on désignait parfois la cité ouvrière par opposition à la vallée, en contrebas, où se trouvait l’usine.

3 Jean-Pierre Le Goff, La fin du village, Gallimard, Paris, 2012

4 Le Conseil Général était en 2007 présidé par Jean-Louis Bianco, député, ancien ministre et ancien Secrétaire Général de l’Élysée sous la présidence de François Mitterrand.

5 Il s’agissait de Canal Algérie.

6 « Journées du patrimoine : Le site industriel de Saint-Auban » du 19 au 25 juin 2010. Association du Patrimoine en partenariat avec le CREOPS.

7 Approches, Cultures et Territoires, 98 rue de l’Évêché, 13002 Marseille

8 Parcours ouvriers et migrants. 100 ans d’usine à Saint-Auban du 17 au 22 novembre 2011.

9 À cause de la nécessité pour un élu algérien d’obtenir l’autorisation de sortie du territoire délivrée par le ministère de l’Intérieur algérien. Le maire de Chemini n’obtint aucune réponse à sa demande. Sur notre proposition et en prévision de sa venue à Saint-Auban, la tombe musulmane des cinq ouvriers kabyles de Chemini morts dans l’accident du 13 décembre 1926 a été nettoyée ainsi que celle des 17 autres de confession chrétienne. Ce qui n’avait jamais été ni fait ni proposé.

10 Les partenaires de ce projet sont le Conseil Général des AHP et le COBIAC à Aix en Provence qui assurera à Chemini une formation aux personnes qui vont se charger de la bibliothèque (gestion, classement, prêt).

11 Le Conseil Général des Alpes-de-Haute-Provence soutient des initiatives en direction de la culture et la commercialisation de l’huile d’olive en Palestine.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search