Version classiqueVersion mobile

De la vallée de la Soummam à la vallée de la Durance

 | 
Ali Mekki

Avant-propos

Texte intégral

1Si je devais récapituler la sociogenèse de mon intérêt sociologique pour l’immigration, il se focalise et se localise à Saint-Auban, dans les Alpes de Haute Provence, où il a pris corps. Cet intérêt s’articule autour de trois positions sociales que j’ai tour à tour et parfois simultanément adoptées : une position professionnelle en tant qu’ouvrier d’abord dans une entreprise sous-traitante de l’usine de 1975 à 1977, sur divers chantiers et dans l’usine, puis plus tard en tant que travailleur social, à Digne et à Manosque, où j’étais en relation avec les familles kabyles de Saint-Auban ; une position dans l’espace résidentiel, j’habite en effet à Saint-Auban depuis quarante ans ; une position intellectuelle enfin, faite de recherches sur l’histoire et la sociologie de cette communauté kabyle. Ces positions différentes exigent sans doute des éclaircissements.

  • 1 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 44.

2Mener une recherche sur l’immigration kabyle de Saint-Auban, c’est nécessairement dans le cas présent prendre en compte mon rapport à cet objet et l’histoire de mon rapport à cet objet. C’est nécessairement parler de moi, de ma vie qui a partie liée à l’immigration, à Saint-Auban et à son usine. Effectuer une recherche sur le personnel de l’usine de Saint-Auban, c’est aussi travailler sur ma famille, mes parents, sur l’Algérie et sur la France. Pour bien donner à voir cette histoire « intime » avec Saint-Auban et son usine, je vais donc bon gré, mal gré, avec un peu de plaisir et d’appréhension, me livrer à une sorte de « confessions impersonnelles1 » et raconter des pans entiers de mon expérience professionnelle à l’usine, en me focalisant davantage sur les aspects collectifs, partagés avec d’autres que sur mes sentiments et mes expériences personnelles.

  • 2 Ibid., p. 44.

3Plus de trente années séparent mes expériences ouvrières de l’écriture sur ces expériences. Je pars d’expériences effectives du monde ouvrier et de l’immigration sur lesquelles je reviens lorsque les liens quotidiens ou fréquents avec les acteurs du moment ont quasiment disparu. L’emploi de la première personne n’est, ici, ni de l’ethnocentrisme, ni de l’épistémocentrisme, il est nécessaire dans cette tentative d’analyser mon rapport à l’usine et aux mondes sociaux des ouvriers et des immigrés, les positions précises que j’ai occupées et que j’occupe dans ces espaces, et les points de vue que je peux prendre, n’étant ni immigré, ni destiné à être ouvrier. En effet, cette recherche m’a appris à analyser ces expériences, à me réconcilier sans doute avec certaines expériences douloureuses et même à les assumer. Le fait d’être constamment confronté à l’époque, à la fois à la distance et à la proximité avec le monde ouvrier et immigré dont je suis issu, a constitué un atout dans mes différentes enquêtes. Ainsi les enquêtes réalisées auprès des ouvriers que j’avais connus à l’usine, s’appuyaient sur un fond commun, une connaissance subjective partagée, des lieux, des ateliers, des personnes, des ambiances, des odeurs, bref une « intimité collective des expériences2 ». Beaucoup de références nous étaient communes. L’étude d’un monde social auquel j’étais lié par toutes sortes d’appartenances et de solidarités présumées, d’investissements divers et variés, mais aussi de distances réelles et objectives, me plaçait face au défi permanent d’objectiver mon regard sociologique. Séparer vie privée, personnelle et intime et situations publiques, collectives, constituait cependant, une véritable difficulté. Si je m’attarde quelque peu sur mon expérience, c’est aussi pour évoquer l’ethnographie de l’usine et faire vivre, au plus près, le cadre de travail des émigrés dont il est question dans cette thèse, dans l’un des ateliers les plus pénibles de l’usine. Parler de mon expérience à l’usine, c’est aussi et surtout parler de l’expérience des autres, de toutes ces choses que je ne peux plus observer aujourd’hui, mais qui ont constitué le quotidien de générations successives d’ouvriers algériens kabyles et chaouias ; ces expériences ont presque toutes trait à l’humiliation subie par ces hommes.

4De grands travaux d’aménagement hydraulique du Rhône (barrages, canaux) et des réseaux routiers amenèrent dans la région des milliers de travailleurs immigrés dont mon père, en 1948. Ma mère, ma sœur et mon frère le rejoignirent dès 1950, à une époque où l’émigration familiale était marginale. Je ne sais pas vraiment pourquoi mon père a quitté l’Algérie, si tôt, seul d’abord, puis avec sa famille ensuite. Je n’ai, de cette période, strictement aucun souvenir. Nous étions cinq enfants, les trois plus jeunes dont je suis, sommes nés dans une ville du nord du Vaucluse et les deux aînés à Oran en Algérie, une dernière naîtra dans le Gard. Au gré des employeurs de mon père, nous déménagions du Vaucluse en Ardèche, puis dans le Gard où nous sommes restés une douzaine d’années, dans un village viticole au Nord de ce département. Dans ce village, il n’y avait pas de familles algériennes, mais beaucoup plus de familles espagnoles. Nous étions logés dans une cité HLM agréable, gagnée sur la vigne, mais où la cohabitation entre familles nombreuses était parfois difficile. Celles-ci n’avaient de commun que leur pauvreté matérielle.

5Entre la maison (el dar), l’intérieur, « nous » et l’extérieur, l’école, le village, « eux », une frontière séparait les deux modes de vie. Le passage de cette frontière, des dizaines de fois par jour, nécessitait une rapide traduction et mise en condition pour assurer une continuité et une compréhension des deux mondes qui nous étaient offerts.

  • 3 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Les Éditions de Minuit, 1976, p. 17.

6Nous savions que nous étions différents et apprenions que cela pouvait signifier « inférieurs », aussi s’installait une sorte d’infériorité sociale plus crainte que réelle. Il ne fallait pas déranger ; mon père répétait que nous n’étions pas « chez nous ». Notre environnement immédiat était composé exclusivement de familles issues des classes populaires, ouvriers espagnols et français pour la plupart, qui ressentaient à l’égard des « classes plus hautes3 », la présence d’une frontière, qu’elle ait trait à la classe ou à la nationalité. « Nous », nous la distinguions à peine, préoccupés par notre propre place. Cette frontière n’était pas un mur hermétique, elle nous obligeait tous à nous déplacer de part et d’autre, en endossant au passage les habits symboliques de chacun des deux mondes (langue, références, comportements), selon le sens de nos déplacements. Nous, les garçons, étions très souvent, dehors. Éduqués dans la pratique de l’arabe dialectal de la région ouest de l’Algérie, et dans le respect des préceptes de la religion musulmane (ablutions, prières, récitations, ramadan), nous abandonnions ces pratiques en grandissant ; elles constituaient des enjeux de pressions familiales permanentes, face à l’importance que prenaient l’école et la télévision. Cette frontière sociale et nationale a, sans doute, cristallisé mes représentations ou leur a, pour le moins, servi de support, avec comme résultat probable la structuration d’une différence identitaire. Elle a fini par nous traverser, tous individuellement.

7Dans le bâtiment où nous logions, cohabitaient des ouvriers du BTP, des ouvriers agricoles, et des employés. Aucune famille maghrébine à l’horizon pour faire écho à nos particularismes et à l’éducation musulmane que mes parents s’efforçaient de nous donner. Notre enfance et notre adolescence se sont déroulées sans autres enfants de l’immigration maghrébine, tout simplement parce que l’immigration familiale algérienne n’en était qu’à ses débuts et nous ne pouvions, ni nous confronter avec d’autres, ni nous comparer et encore moins échanger. Nous gérions seuls nos particularismes, en primaire puis au collège, dans un village viticole gardois, en pleine guerre d’Algérie, comme on l’appelle de ce côté-ci de la Méditerranée.

8Mon père a trouvé à s’embaucher dans une usine Péchiney, en 1968, à Modane, en Savoie, aux fins fonds de la vallée de la Maurienne. Il y fit entrer mon frère cadet et toute la famille dut suivre. Ce déménagement fut pour nous tous, un déchirement aux conséquences directes sur ma trajectoire sociale et professionnelle. Péchiney me déracinait et m’offrait un établissement où l’hiver, il fallait, pour y accéder, se déplacer dans la cour, dans des tranchées creusées dans la neige. Je découvrais la neige en abondance sans rien connaître des sports d’hiver, la montagne sans connaître ses plaisirs. Je découvrais aussi, sans cependant m’y intéresser, le monde ouvrier et un peu les travailleurs immigrés. Dans le Gard, nous connaissions les immigrés espagnols, en Savoie, les immigrés italiens. La vallée de la Maurienne, c’est la « vallée de l’aluminium », c’est la « vallée Péchiney » avec les villes de Modane, de Saint-Michel de Maurienne, et de Saint-Jean de Maurienne. Il y avait six sites de production d’aluminium répartis tout au long d’une vallée savoyarde dans laquelle cette industrie naissante avait pu disposer dès la fin du xixe ou au début du xxe siècle, de la force hydro-électrique de ses lacs d’altitude. De ces six usines basées en Maurienne (Calypso, La Praz, Saint-Félix, La Saussaz, Prémont et Saint-Jean), seule subsiste la dernière, l’une des deux seules restantes en France. L’usine de Modane ferma ses portes en 1972 et Péchiney proposa à mon père et à d’autres, de les envoyer dans une usine du groupe à Nancy ou à Saint-Auban, dans les Alpes-de-Haute-Provence. C’est le soleil qui l’emporta, après deux années passées à maudire la neige.

9À Saint-Auban, tout appartient à l’usine, contrairement à Modane où des activités économiques importantes (fret ferroviaire, recherche scientifique, tourisme et métiers de la montagne) florissaient sans Péchiney. À Saint-Auban, on travaillait à Péchiney, on logeait chez Péchiney et on respirait les odeurs de Péchiney, vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

10 C’est à Saint-Auban, cité ouvrière, que je me suis réellement intéressé à ce que sont des immigrés ; je les rencontrais et j’en ai connu quelques-uns, des hommes seuls, parfois avec un fils, des familles, des enfants, des personnes âgées. Au départ, parmi les Algériens, je ne réalisais pas qui était kabyle, chaouia ou arabe, ces nuances étaient inutiles. C’est dans les années 70 à 75 que ma rencontre avec les immigrés s’est faite par le monde ouvrier, à l’usine de Saint-Auban, où j’étais un des rares fils d’immigrés adultes à les côtoyer. Il y avait à cette époque plus d’immigrés que d’enfants issus de l’immigration, c’était encore plus net, dans mon enfance, en primaire et au collège. Ma venue au monde ouvrier a résulté d’une scolarité qui fut brillante pour devenir mauvaise du fait, sans doute, des déracinements successifs imposés par la trajectoire socio-professionnelle de mon père. Je redoublai la seconde, la première et échouai au baccalauréat à deux reprises.

11J’entrai en 1975 dans une entreprise du BTP, sous-traitante de l’usine de Saint-Auban. Je découvre là véritablement le monde ouvrier et plus particulièrement les travailleurs immigrés, des Espagnols, des Italiens, des Portugais, des Algériens. La violence verbale des chefs, l’humiliation quotidienne des ouvriers, et surtout celle des ouvriers algériens sont des formes de domination courante. J’entrevois leurs conditions de vie, de logement. Je fais l’expérience de la violence des rapports sociaux dans cette entreprise. Je remarque des équipes où personne n’est français, sauf quelques chefs ou quelques conducteurs d’engins. Paradoxalement le français était l’unique moyen de communiquer. Chacun parlait un français avec l’accent imposé par sa langue maternelle. J’étais le seul à parler le « français de l’école ». Au fil des semaines, je gagnais la confiance des ouvriers algériens, puis celle des autres ouvriers étrangers, grâce à ma maîtrise du français. Cependant, chacun s’interrogeait sur ma présence devenue suspecte. Je n’étais pas un travailleur immigré, j’occupais un emploi de travailleur immigré.

12L’OS (ouvrier spécialisé) est en fait un manœuvre. Il exécute un travail d’aide et d’assistance, il peut aider un maçon, un ferrailleur, un charpentier, un chef d’équipe. Il va chercher un outil, un document, une information, du gas-oil etc. Les ordres sont toujours vociférés, sans respect ni répit. Le tutoiement et les insultes sont monnaie courante. Je fis aussi l’expérience des distinctions entre nationalités, qui s’étaient constituées sur les chantiers. Une hiérarchie nationale existait : les Français trônaient en haut de l’échelle, suivaient les Européens, puis au bas de l’échelle, les Algériens. Le matin, quand les chefs constituaient leur équipe du jour, devant les bureaux de l’entreprise situés à l’époque face à l’entrée principale de l’usine, on assistait quotidiennement à un « marché raciste ». Les chefs d’équipe choisissaient les travailleurs devant former leur équipe du jour ou de la semaine, en fonction de différents critères comme l’origine nationale, l’endurance aux travaux pénibles, l’urgence du chantier, la docilité et sans doute toutes sortes de préjugés liés tant à la personnalité du chef d’équipe qu’à l’aspect extérieur des travailleurs. Pour intégrer une équipe, les immigrés, réunis chaque matin, attendaient d’entendre crier leur nom, prénom ou, le plus souvent, les sobriquets choisis pour les désigner soit à cause d’un travers physique, Le Boiteux, Le Loucheur, Pif, soit en féminisant les prénoms ; c’est ainsi que Rachid devenait Rachida et Mimoun, Mimouna. Les Algériens s’appelaient tous Ahmed et restaient les derniers choisis, et toujours pour les travaux les plus pénibles. Ils semblaient avoir intégré ces mécanismes de domination et de discrimination.

  • 4 Chah veut dire « bien fait » pour la personne à qui on l’adresse.
  • 5 La traduction du terme de hogra se situe entre le mépris, l’arbitraire et l’abus d’autorité. Ce ter (...)

13 Un de ces matins où les chefs choisissaient les membres de leur équipe du jour ou de la semaine, M, un ouvrier algérien avait lancé sa pelle à la tête d’un chef, suite à son éviction de l’équipe à laquelle il appartenait depuis quelques semaines. Cette éviction avait des conséquences car l’ouvrier en question perdait des indemnités de déplacement et de « panier » (repas). Les autres ouvriers avaient tous pensé : « Bien fait pour sa gueule, il l’a cherché. » Tous savaient que l’auteur de ce geste, était déséquilibré nerveusement. Il avait été humilié. En le voyant jeter la pelle, tous les ouvriers algériens avaient applaudi des paupières, pour ne rien montrer de leur satisfaction ; « Chah’, Chah’4 », pensaient-ils. Cet acte semblait rétablir leur dignité. Le geste soulageait tout le monde, pour ne pas dire qu’il faisait du bien. L’ambulance des pompiers était ensuite arrivée, suivie des véhicules de gendarmerie. Personne ne voulait témoigner, parce que personne n’avait rien vu. Par précaution, mais aussi par solidarité, on se taisait dans toutes les langues. C’est dans ce contexte, que j’ai entendu pour la première fois le mot arabe de hogra5, non pas dans la bouche de jeunes comme dans l’Algérie des années 90-2000, mais dans celle d’ouvriers spécialisés plus âgés que moi, voire des OS immigrés vieillissants, qui exprimaient ainsi ce qu’ils ressentaient du mépris et de l’arbitraire qu’on leur témoignait quotidiennement.

14Une relative solidarité soudait les ouvriers par nationalité et de mémoire d’ouvrier, aucune grève n’éclata dans cette entreprise sous-traitante de l’usine à Saint-Auban, de 1960, année de sa création à 1977, année où je l’ai quittée. La simple défense de soi était quasi-inexistante ou se manifestait par des attitudes à la limite de la déviance. Dès que les chefs quittaient le chantier, tous faisaient mine de travailler, se méfiant des nombreux « mouchards ». Chacun prenait sa petite revanche au hasard et de manière individuelle. On s’en prenait au matériel, on assistait à de la casse, à de la fauche, des ouvriers s’attardaient à l’heure de l’apéritif, ne revenaient plus ou bien buvaient sur le chantier, en l’absence des chefs, risquant de mettre en danger aussi bien leur vie que celle des autres.

15Saïd, par exemple, était le conducteur attitré du Sambron, une énorme brouette motorisée dont le volant doit être dirigé dans le sens inverse de la direction que l’on veut prendre et qui dispose d’un mécanisme de levage pour vider son contenu. Un jour, vexé par une injure publique de son chef, il a commencé à « jouer à l’imbécile » feignant de ne pas comprendre ce qu’on lui ordonnait, pouvant ainsi faire croire à ceux qui ont des préjugés que les immigrés ne comprennent rien à ce qu’on leur dit. Jouant au sot, il envoya son engin avec son chargement dans le fossé, répandant tout le béton qu’il transportait. Il fallut une grue pour sortir le Sambron du fossé, mais le temps qu’elle arrive et se monte, le béton s’est durci, ce qui a rendu la tâche plus longue, plus pénible et plus coûteuse pour l’employeur, ce qui était l’objectif poursuivi. Saïd savait qu’il rentrait définitivement en Algérie, cette « vengeance » était en quelque sorte son cadeau de départ.

16 En septembre 1976, à vingt et un ans, je fus « loué », comme un intérimaire à l’usine, par l’entreprise à laquelle j’appartenais. Dans le jargon local cela s’appelait être « en régie ». Je fus affecté à un atelier où on produisait de l’acide monochloroacétique de soude en pastilles et nos équipes étaient occupées à l’ensachage. C’était ma deuxième expérience ouvrière et ma première à l’usine. Cet acide nous brûlait tous, malgré nos gants, nos bottes et notre combinaison spécifiques à cet atelier, sans oublier un masque obligatoire sur le nez et des lunettes protectrices. En effet, les pastilles, lors de l’ensachage, produisaient de la poussière qui s’infiltrait partout et brûlait la peau. En cas de transpiration, du front notamment à cause du masque et des mains à cause des gants, une réaction chimique s’opérait qui activait et aggravait les brûlures. L’ensachage était réglé sur une chaîne où il fallait fixer le sac à un gros tube qui, bandé, tenait le sac suspendu pendant son remplissage. Cela durait trente secondes, pendant lesquelles nous cousions le sac précédent sur une machine faisant partie de la chaîne. Il ne fallait pas perdre de temps sinon, le sac, une fois rempli, tombait sur le tapis roulant de la chaîne conduisant à la couseuse et provoquait de la poussière d’acide. Si nous prenions du retard, nous devions rattraper la cadence, ce qui nous faisait transpirer. La sueur ravivait nos brûlures ; nous avions tous un tube de pommade apaisante. Ensuite une fois le sac cousu, il fallait l’empiler avec les autres sur une palette en bois. Le bruit de l’ensacheuse était assourdissant. La règle chez les ouvriers de chaque poste était d’ensacher le même nombre de sacs que l’équipe du poste précédent, ni plus pour éviter la désapprobation des équipes, ni moins pour ne pas attirer celle des chefs et des ingénieurs. Dans l’équipe se trouvaient à la fois ceux qui fabriquaient le produit et ceux qui étaient chargés de la surveillance de l’ensemble de la fabrication. Ceux-ci étaient, pour la plupart, d’origine européenne. Ils travaillaient à l’étage. En bas, à l’ensachage, nous étions deux par chaîne. Notre atelier comportait deux chaînes qui se faisaient face. Un autre ouvrier emballait les palettes, les déplaçait à l’aide d’un chariot élévateur et les stockait à proximité de l’endroit où le lendemain, elles étaient chargées sur un camion qui les transportait vers leur destination. Les Algériens de l’équipe venaient d’Oranie, de Kabylie, des Aurès. Heureusement, une bonne entente et une sûre solidarité, que nécessitaient la nocivité et la dangerosité de l’atelier, soudaient les membres de l’équipe.

  • 6 Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad, Le Déracinement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964.

17Le vestiaire où avaient lieu les cérémonies du casse-croûte pendant la pause, était commun à plusieurs ateliers. Toutes les origines nationales et sociales se rencontraient et chacun mangeait et buvait selon sa tradition, ses goûts et sa situation sociale : litrons de rouge, pâté de campagne, gazouz, thé à la menthe, lait fermenté, fromages locaux etc. Le monde paysan représentait tout ce que les ouvriers ne voulaient plus voir, eux qui étaient tous d’anciens paysans, autochtones « dépaysannés6 », immigrés italiens, espagnols, portugais, algériens. Il représentait le passé, le travail dur, qui ne rapporte pas le salaire d’un ouvrier. Se lisait dans le casse-croûte la plus ou moins grande distance des uns et des autres avec l’ordre paysan. On trouvait ceux qui revendiquaient leur appartenance au monde paysan, ceux qui étaient à mi-chemin et ceux qui avaient rompu avec la condition paysanne. C’était l’occasion pour les derniers arrivés qu’étaient les immigrés algériens de railler les autochtones – d’anciens paysans ou des fils d’ouvriers-paysans que la terre ne nourrissait plus – comme en principe, l’ensemble des immigrés. Les immigrés algériens notamment se moquaient abondamment de ces ouvriers-paysans, de leur mode de vie. Pour attester qu’ils avaient rompu avec leur passé de fellah (paysan), les Algériens montraient de manière ostentatoire tout ce qui ne faisait plus d’eux des paysans. En général cela brillait : montre dernier cri, étui à cigarettes en plaqué or ou en argent, porte-cigarettes, cigarettes américaines, tout ce qui s’opposait au tabac à rouler ou à l’ancien paquet de papier à rouler les cigarettes, dont une feuille était placée au bord de la lèvre inférieure dans l’attente de « s’en rouler une », ou au vieux mégot éternellement vissé aux lèvres. Des mondes paysans se côtoyaient, différents par leurs origines et par les générations représentées, les unes excluant les autres, et jamais ne parlaient de la terre. Les Algériens ne voulaient pas voir resurgir ce qu’ils avaient fui. Aussi redoublaient-ils de moqueries à l’endroit de leurs collègues. Ils étaient fâchés avec la terre, responsable de leur exil. Ils voulaient et avaient un travail salarié qui rapportait de l’argent et en aucun cas ils n’accepteraient de revenir en arrière. Ces ouvriers-paysans que les Algériens côtoyaient chaque jour à l’usine déconsidéraient la France, eux qui avaient dans la tête des schémas de réussite et de promotion sociale.

18En retour, les plaisanteries sur le sexe, qui étaient utilisées surtout par les ouvriers français, faisaient généralement fuir les Algériens. Les plus âgés d’entre eux les interdisaient carrément ou bien quittaient la salle à manger du vestiaire. Ne pouvant les interdire aux Français, ils les interdisaient aux Algériens qui partageaient plus ou moins la même pudeur. Cela voulait dire aussi que les plaisanteries sur les paysans devaient cesser et le casse-croûte prenait fin. Les plaisanteries entre Algériens, Kabyles, Chaouias ou Arabes étaient empreintes de régionalisme, ce que je découvrais. Les Kabyles, qui avaient une plus grande ancienneté à l’usine, étaient peu nombreux dans cet atelier. L’ancienneté permettait en effet de négocier parfois son affectation vers des ateliers ou des travaux moins éprouvants à tous points de vue. Les immigrés algériens qu’on trouvait dans cet atelier étaient des personnes ayant peu d’ancienneté ou venant d’ailleurs.

  • 7 Qui correspond à l’actuel master.
  • 8 Le groupe islamique armé se voulait être le bras armé du Front Islamique du Salut, parti dissous ap (...)

19Je souhaitais quitter l’usine et l’entreprise qui me louait à elle, bien décidé à préparer à nouveau mon bac à vingt-deux ans. Je l’obtins, poursuivis à la fois des études professionnelles dans la sphère sociale et universitaire et devins travailleur social. Dans le cadre de mon travail, au bout de quelques années, je suivis une formation professionnelle de moniteur-éducateur, en cours d’emploi de 1981 à 1983, puis d’éducateur spécialisé de 1984 à 1986, en voie directe ; je découvris, à l’occasion de ces formations, les écrits d’Abdelmalek Sayad, et le rencontrai après des échanges de courriers. Le hasard me fit trouver un emploi au sein d’une association en charge de l’accueil des immigrés. Là, je m’intéressai à un objet que m’avaient fait découvrir mes permanences d’accueil des immigrés : la question du vieillissement des immigrés ; je réfléchissais à ce que devient un travailleur immigré qui ne travaille plus. La particularité des vieux immigrés de Digne-les-Bains résidait dans le fait qu’ils venaient tous d’un même endroit dans les Aurès, Aïn-Fakroun, sur les hauts plateaux, zones à la fois arabophones et berbérophones. Je passai une licence, une maîtrise et mon DEA7 à l’EHESS à Marseille. Je décidai en 1994, dans le cadre de mon DEA, d’aller enquêter en Algérie dans les villages d’origine des retraités algériens de Digne-les-Bains. C’était l’occasion de prolonger des entretiens amorcés en France. Le terrain n’était pas très favorable, car les terroristes du Groupe Islamique Armé (GIA)8 étaient très actifs.

20L’idée d’aller enquêter là-bas est alors venue de la nécessité de saisir comment était perçue par le groupe et en premier lieu par leur propre famille, l’absence des émigrés. Il s’agissait également d’avoir un aperçu des conditions de vie des immigrés chez eux, de connaître les raisons avancées par la famille de n’être pas venue en France rejoindre l’époux, le père.

  • 9 Abdelmalek Sayad, « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », in Actes de la recherche (...)

21Cette enquête était difficile pour moi, pour plusieurs raisons. J’ai vécu trois formes d’insécurité ; d’abord l’insécurité liée au terrorisme, au climat de guerre civile et à une présence militaire et policière importante partout ; à cette insécurité s’ajoutait une insécurité linguistique doublée d’une insécurité identitaire. Travailler sur les immigrés vieillissants Chaouias à Digne-les-Bains et à Aïn-Fakroun soulevait des questions d’ordre épistémologique et, une fois encore, d’ordre personnel. Cela m’amena à avoir une réflexion, pendant le DEA, sur l’impérieuse nécessité de travailler, lorsqu’on mène une recherche sur l’immigration algérienne, sur ce qui se joue de l’autre côté de la Méditerranée, d’où viennent les immigrés. Sayad écrivait sur la nécessité de livrer : « le système complet des déterminations qui ayant agi avant l’émigration ont continué à agir pendant l’immigration, et qui ont conduit l’immigré au point d’aboutissement actuel9 ». Travailler sur ces déterminations d’origine à Aïn Fakroun ou à Constantine impliquait de prendre en compte non seulement les variables d’origine mais également leurs évolutions, leurs transformations et tous les évènements que l’émigré, absent, n’a pas connus et dont il n’a pas été le contemporain. Les souffrances dues à la guerre de Libération en Algérie, l’évolution des mentalités notamment dans les rapports entre sexes et générations, et de manière plus générale les pratiques induites par le développement socio-économique d’une Algérie indépendante, puis celles dues à la guerre civile n’étaient vécues par les immigrés qu’en différé. Pendant que le peuple algérien endurait cela en Algérie, les immigrés s’enrichissaient en France et à chacun de leurs séjours au pays, ils affrontaient des reproches plus ou moins sourds.

22Se donner les moyens de connaître la scène sociale d’origine pour mieux appréhender ce qui se joue pour l’émigré immigré, nécessite de détenir un capital minimum de connaissances qui permettent d’analyser l’environnement immédiat dans lequel se fond l’émigré immigré, mais aussi toute la complexité des relations sociales en Algérie. À la différence d’autres chercheurs ayant mené des recherches en Algérie je n’étais pas porteur d’une connaissance sensible de l’Algérie, où je n’avais pas vécu.

23 Enquêter, par la suite, sur l’histoire de la communauté kabyle de Saint-Auban, dans ma situation particulière, c’était s’appuyer pour une part importante sur les souvenirs de mes expériences ouvrières. Je reviens sur mon histoire personnelle, sur des personnages que j’ai connus il y a trente ans et vers qui je suis retourné en France et en Algérie, par et pour cette recherche. Ma connaissance des immigrés de Saint-Auban est diverse ; la première, en tant que leur pair à l’atelier ou sur le chantier, de manière plus intime quand ils rendaient visite à mes parents, puis dans mes permanences d’accueil au niveau professionnel dans le cadre d’une association, et enfin au cours de cette recherche. Cette multiplicité des expériences réduit la distance sociale entre l’enquêteur et les enquêtés du fait que je suis doté sur ce terrain-là d’une connaissance et d’une compréhension partagées du monde social des ouvriers kabyles de Saint-Auban.

24Lorsque j’avais rencontré Sayad pendant mon année de DEA, il me disait à propos de ma recherche sur les vieux immigrés chaouïas : « Cherche le premier homme, celui qui est venu le premier, celui qui a inventé la France auprès des autres. » J’ai souhaité appliquer son conseil à ma recherche sur l’immigration kabyle à Saint-Auban. C’est incontestablement Bélaméri qui a inventé la France, non pas forcément dans une exactitude chronologique, mais dans la posture de l’immigré qui a traversé tous les âges de l’immigration, sans appartenir à aucun d’eux. Il a en effet été soldat pendant la première guerre mondiale, blessé à la guerre, ouvrier, recruteur, cantinier, résistant pendant la deuxième guerre et résistant pendant la guerre de Libération de l’Algérie, jusqu’à la prise de sa retraite en 1962, à l’indépendance de l’Algérie où il a vécu jusqu’à sa mort en 1974. Au-delà du premier homme, j’ai interrogé le passé, la société d’origine, c’est-à-dire la colonisation, pour expliquer les départs, analyser les différentes catégories d’immigrés et comprendre comment ce fait social et historique qu’est l’immigration s’est construit, développé et transformé, jusqu’à exister aujourd’hui sous la forme d’une résidence alternée, qu’elle soit tournée vers Saint-Auban ou vers Chemini.

25J’ai appréhendé la question de l’immigration kabyle de Chemini à Saint-Auban, de manière diachronique et synchronique, indexée à des contextes et à des évènements historiques.

26J’ai tenté par conséquent, de replacer certains phénomènes sociaux dans leur épaisseur historique, pour faire apparaître les différentes conditions dans lesquelles ils se sont développés et avec lesquelles ils entretiennent ou ont entretenu des rapports permanents. Le livre parcourt ainsi ces évènements sur les deux scènes sociales : l’arsenal juridique déployé par la colonisation pour s’accaparer les terres des tribus, l’insurrection kabyle de 1871, le séquestre des terres, la guerre de 14-18, la vie quotidienne à Saint-Auban pendant l’entre-deux-guerres, en passant par l’accident de travail en 1926 qui fit 22 morts dans l’usine, la crise de 29 et le Front populaire, la deuxième guerre mondiale, la résistance, la guerre de Libération de l’Algérie, le massacre de Djenane en 1956, la vie dans les baraquements, la vie au foyer, la construction de la maison au village, les transformations du village, l’immigration familiale, le déclin de l’usine, la vente des maisons aux ouvriers, les stratégies territoriales, le vieillissement et la mort des immigrés.

27 Je me suis efforcé de mettre en valeur pendant tout ce siècle, les processus historiques de transformation des immigrés dans leur rapport au travail à l’usine, notamment à travers un échantillon de 800 ouvriers dans leur rapport au pays d’origine et au village, et dans leur rapport à la France et à Saint-Auban en particulier, ainsi que les différents processus d’appropriation des territoires.

28J’ai eu recours pour dérouler l’histoire des kabyles de Chemini et de Saint-Auban à une ethnographie de terrains différents, à un travail d’archives et d’enquêtes, à des récits, des témoignages, des biographies, à la recherche d’explications sur les différents évènements survenus sur cette longue période, en utilisant des moyens aussi divers que la photographie, l’entretien, des données chiffrées, des lectures d’historiens de l’Algérie, de sociologues, de journalistes, de romans, etc.

29Pour reprendre une référence technique d’ordre cinématographique, je dirai que ce livre analyse la dualité des scènes sociales en utilisant les procédés de champ et de contre-champ qui sont des prises de vue effectuées d’un point opposé l’un à l’autre. Le montage champ contre-champ donne à voir toute la scène. Toute la scène dans le cas présent signifie les deux territoires dans lesquels l’émigré et l’immigré évoluent. Ce point de vue permet également de mieux questionner les liens d’appartenance ici et là : appartenances nationales, appartenances sociales et non-appartenances. Ainsi, étudier l’immigré en lien étroit et constant avec sa société d’origine, ce n’est pas seulement se donner la possibilité d’une meilleure compréhension de son parcours migratoire et de son itinéraire, c’est renverser la perspective, c’est l’observer sous tous les angles, c’est balayer tout l’horizon de son action.

Notes

1 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 44.

2 Ibid., p. 44.

3 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Les Éditions de Minuit, 1976, p. 17.

4 Chah veut dire « bien fait » pour la personne à qui on l’adresse.

5 La traduction du terme de hogra se situe entre le mépris, l’arbitraire et l’abus d’autorité. Ce terme est plus connu aujourd’hui grâce aux émeutes urbaines. Le Mouvement de l’Immigration et des Banlieues (MIB) le reprend dans ses slogans. Il est également le symbole et l’expression favorite des mouvements sociaux en Algérie.

6 Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad, Le Déracinement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964.

7 Qui correspond à l’actuel master.

8 Le groupe islamique armé se voulait être le bras armé du Front Islamique du Salut, parti dissous après l’arrêt des élections en Algérie en 1992.

9 Abdelmalek Sayad, « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », in Actes de la recherche en sciences sociales, no 15, 1977, p. 59-81.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search