Version classiqueVersion mobile

De la vallée de la Soummam à la vallée de la Durance

 | 
Ali Mekki

Préface

Monique de Saint-Martin

Texte intégral

  • 1 Chemini est situé à 60 km de Béjaïa (Bougie), dans la vallée de la Soummam. Saint-Auban sur la comm (...)

1Dès le début de la Première Guerre mondiale, des paysans kabyles, dépossédés de leurs terres, membres de la tribu des Ath Waghliss de Sidi-Aïch, plus précisément du village de Chemini1, sur les hauteurs de la vallée de la Soummam, en Petite Kabylie, furent recrutés pour partir travailler dans la toute nouvelle usine chimique de guerre, fabriquant des gaz de combat, notamment du chlore liquide à Saint-Auban dans la vallée de la Durance en Haute-Provence. Les anciens registres de cette usine, destinée initialement à la production d’aluminium et d’hydro-électricité, ont noté un seul ouvrier kabyle en 1915 mais en enregistrent 94 dès novembre 1916, et ce mouvement d’émigration/immigration se poursuit ensuite, de façon d’ailleurs très irrégulière, avec des arrêts, par exemple dans les années 1930, des reprises, et ne se tarit pas même si l’usine, devenue Péchiney par la suite, aujourd’hui Arkema, a fortement réduit sa production et son nombre de salariés.

2Au 31 décembre 2010, 313 personnes d’origine kabyle, de conditions et d’âges différents, sont installées à Saint-Auban. Ce sont au total de 1 500 à 2 000 Kabyles qui ont durant le siècle écoulé, selon les estimations d’Ali Mekki, résidé à Château-Arnoux Saint-Auban, commune qui comptait 4 970 habitants en 1999. Cette communauté kabyle de Chemini à Saint-Auban se caractérise par la même origine tribale, villageoise, familiale, une même langue, le même village de départ et le même village d’arrivée.

  • 2 Abdul est patron d’une usine de textiles, a vécu à Saint-Auban de 6 à 20 ans, vit aujourd’hui en Al (...)

3Cette histoire, sans aucun doute assez unique et exemplaire dans l’histoire des migrations, avec une unité de lieux, une ancienneté et une longévité exceptionnelles, ne peut être transposée et pourtant éclaire l’histoire d’autres groupes. La communauté kabyle venue de Chemini, présente à Saint-Auban, se construit sur des territoires séparés mais en interrelation permanente. Deux pays, deux vallées, deux villages, deux histoires sont mis en regard, font appel l’un à l’autre et se répondent. Les deux villages, celui que l’immigré a dû quitter, pour devenir un travailleur, qui constitue un oubli majeur de la sociologie de l’émigration, et le village de l’arrivée, sont deux des personnages centraux de cette histoire. Chemini et Saint-Auban sont étroitement liés, et la relation peut être quasi fusionnelle pour ceux qui ont vécu dans l’une et l’autre localités comme en témoigne Abdul2.

Saint-Auban est gravé dans le cœur, ça ne peut pas partir. Je ne sais pas comment expliquer. Pour moi, c’est comme si je disais que c’était mon village natal. À Saint-Auban, il doit y avoir quelques mètres carrés qui doivent nous appartenir. Saint-Auban fait partie de la Soummam un petit peu. Quand on dit la Durance et la Soummam, c’est pareil. On a besoin de respirer l’odeur de cette usine bien que ce ne soit pas agréable, mais c’est un manque pour nous […]. Quand on est dans notre région en Kabylie et qu’on voit la Soummam, c’est comme si on voyait la Durance.

4L’émigration a concerné un groupe généalogique homogène. En effet, quasiment tous les émigrés kabyles pensent être issus d’un même ancêtre et se représentent leur communauté comme une seule et immense famille. Le territoire est un vaste espace en forme de croissant tourné vers le fond de la vallée de la Soummam. La plupart du temps, les hommes ont été recrutés pour travailler à l’usine par un agent recruteur originaire de Chemini qui, à la demande de l’usine, parcourait les campagnes à la recherche de travailleurs. D’autres sont venus seuls, débarquaient à Marseille pour partir travailler à Saint-Auban. Ce fut d’abord une immigration de travailleurs coloniaux appelés pour les besoins de la première guerre mondiale, puis suivirent les immigrés professionnels et, par la suite, les familles.

5Reconstituer sur un siècle, par une approche historique et sociologique, l’émigration et l’immigration kabyles des membres de la tribu des Ath Waghliss, partis de Chemini et arrivés à Saint-Auban, comme le fait Ali Mekki, lui permet d’observer la succession de différentes générations, d’étudier cette communauté kabyle partagée entre ses deux territoires, ses transformations, d’analyser de part et d’autre le contexte historique et sociologique, tout en étant au plus près des acteurs, de leurs expériences et des territoires qu’ils ont contribué à construire et sur lesquels ils vivent. Et Ali Mekki évite de s’enfermer dans une étude strictement monographique en s’intéressant aux Espagnols venus eux aussi à Saint-Auban dès 1915 en partant d’un même village : Carboneras en Andalousie, ou encore aux Chaouias d’Aïn-Fakroun dans les Aurès, entrés en France dans les années 1950, embauchés pour la plupart dans le bâtiment ou les travaux publics, aujourd’hui majoritaires au foyer de Saint-Auban.

6Cette situation exemplaire conduit Ali Mekki à reconsidérer plusieurs aspects de la sociologie de l’immigration. Les émigrés immigrés sont devenus des immigrés, non plus seulement à Saint-Auban, mais aussi à Chemini et sur les deux scènes sociales entre lesquelles ils se partagent ; ils doivent désormais assumer ce qu’ils sont devenus d’un côté et de l’autre. Au terme d’un siècle d’histoire de leur présence et de leur absence à Chemini et à Saint-Auban, les immigrés développent des signes tangibles d’appartenance aux deux territoires, et construisent, en s’appuyant sur leurs différentes ressources, des liens économiques et familiaux, suffisamment solides pour y établir une résidence alternée.

De multiples expériences

7Au départ de ce livre, la volonté d’Ali Mekki est de connaître, comprendre et transmettre l’histoire de cette communauté kabyle ainsi que ses pratiques économiques, culturelles, linguistiques, résidentielles, de sociabilité, son mode de vie, ses stratégies matrimoniales. Son expérience, sur laquelle il a su s’appuyer en évitant les écueils du narcissisme et de la complaisance, est décisive : expérience ouvrière pendant plusieurs années dans l’usine de Saint-Auban, marquée par les vexations, les humiliations, la souffrance, la dureté, les moqueries, mais aussi la solidarité ; expérience de travailleur social ou de conseiller lors de permanences d’accueil des immigrés dans le cadre d’une association ; expérience de directeur du Centre Régional d’Études et d’Observation des Politiques et Pratiques Sociales (CREOPS, Manosque) ; expérience de résident et de voisin à Saint-Auban depuis 40 ans, sans oublier son expérience de chercheur, autant d’expériences qui lui ont permis de multiplier, de croiser et d’enrichir les points de vue.

8Ali Mekki propose au lecteur ce qu’il est nécessaire de savoir de son histoire propre pour bien lire et comprendre le livre, parle de son expérience en particulier des nombreuses frontières, et ce dès l’enfance où des frontières étaient marquées entre la maison et l’extérieur, l’école, le village, puis à l’usine, et fait part de ses observations. Ce qui fait un lien entre ces différentes expériences, c’est peut-être celle d’outsider, qui est toujours un peu en marge. Durant son enfance et son adolescence, le père d’Ali Mekki rappelait à ses enfants qu’ils « n’étaient pas chez eux ». Lorsqu’Ali Mekki dut travailler dans une entreprise du BTP, sous-traitante de l’usine de Saint-Auban, chacun s’interrogeait sur sa présence devenue suspecte. « Je n’étais pas un travailleur immigré, j’occupais un emploi de travailleur immigré », explique-t-il. Et c’est en outsider qui n’a pas suivi le cursus scolaire et universitaire le plus classique qu’il prépare et rédige sa thèse puis son livre. La sociologie que met en œuvre Ali Mekki doit beaucoup à ses différentes expériences et à son histoire. Histoire d’un engagement auprès des autres, d’une passion pour la recherche, dans les archives ou par entretiens approfondis, pour l’histoire de son groupe, qui ne le quitte pas.

  • 3 La lecture de la thèse d’Amín Pérez, Rendre le social plus politique. Guerre coloniale, immigration (...)
  • 4 Abdelmalek Sayad, « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en (...)

9Au nombre de ces expériences marquantes, la rencontre avec Abdelmalek Sayad, un autre outsider. Ce livre est l’une des rares recherches sociologiques, sinon même la seule aujourd’hui en France, remarquait Stéphane Beaud, qui s’inscrit d’une manière aussi approfondie dans le chantier de recherche d’Abdelmalek Sayad, notamment son programme de travail sur la question de l’émigration/immigration qui supposait la constitution de monographies de familles algériennes ou de groupes en émigration/immigration sur une longue période historique3. Il fallait construire un système de trajectoires collectives et de déplacements entre deux territoires nationaux différents, mais habités par une même population issue d’une même famille et/ou d’un même village. Sayad n’a pu lui-même mener complètement à bien ce programme qui lui tenait tant à cœur, ni enquêter aussi longuement en Algérie qu’il l’aurait aimé. Et son puissant schème d’analyse des différents âges de l’émigration/immigration4 est en fait plus souvent énoncé par les chercheurs et apprentis chercheurs que véritablement mis en pratique, c’est-à-dire mis à l’épreuve dans une enquête sociohistorique. Ali Mekki s’inscrit clairement dans la lignée de Sayad et a d’ailleurs bénéficié de ses conseils et d’échanges avec lui au début de sa recherche. Il va parfois plus loin que celui à qui il doit beaucoup ; dans le même temps, il sait le questionner, voire le critiquer, par exemple lorsqu’il remarque parfois chez lui ce qui pourrait être une forme de misérabilisme pour parler des immigrés, tenant au fait que Sayad a surtout étudié les immigrés/émigrés en France et vus de France, et a du même coup assez peu eu l’occasion d’observer les bénéfices économiques et symboliques que les émigrés/immigrés tiraient de leur émigration.

Les enquêtes et le terrain

  • 5 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989.

10Une enquête au long cours, des recherches qui s’échelonnent sur plus de dix ans, ont permis de constituer et réunir des matériaux considérables. Ali Mekki a en effet accompli un remarquable et imposant travail d’enquête avec un souci ethnographique et une vigilance méthodologique constants et a fait face à de nombreux défis professionnels et scientifiques. Ces enquêtes ont été menées d’abord dans les archives, notamment les archives départementales de Digne-les-Bains. Au départ, un document l’a fortement intrigué : un rapport émanant de la gendarmerie de Sisteron, adressé au sous-préfet, trouvé dans ces archives. Ce rapport s’intéressait à la « cessation de travail des ouvriers kabyles de l’usine de Saint-Auban », en novembre 1916, une grève menée par 94 ouvriers kabyles, qui a aussitôt suscité plusieurs questions, notamment sur l’histoire de ces ouvriers/ zouaves mais aussi sur leurs conditions de vie et de travail particulièrement dures. Le « goût de l’archive », pour reprendre le fameux titre d’Arlette Farge5, n’a ensuite plus quitté Ali Mekki. C’est ainsi qu’il a consulté les archives privées de l’usine de Saint-Auban, les archives d’outre-mer à Aix-en-Provence, ainsi que les archives d’une école primaire à Saint-Auban dans lesquelles il a trouvé de nombreux documents : courriers, rapports, notes manuscrites. Dans les archives de l’usine, il retrouve le dossier d’Areski Belaméri, d’abord agent recruteur des ouvriers pour l’usine, mais qui n’a guère travaillé lui-même à l’usine, puis cantinier, intermédiaire entre ouvriers et patrons de l’usine, assez proche, voire ami des patrons, un personnage pris dans de nombreuses contradictions, vétéran de la première guerre mondiale, perçu comme le représentant de la communauté kabyle, qui a retenu son attention. En croisant différentes archives mais aussi de nombreux témoignages, Ali Mekki montre comment ce dernier a pu contribuer à faire entrer l’idée que s’installer à Saint-Auban était possible. Belaméri est en quelque sorte « l’inventeur de l’émigration/immigration en France. Il avait inventé la France et les bienfaits de l’immigration » pour les membres de la tribu des Ath Waghliss.

11Histoires individuelles analysées à partir d’entretiens, d’archives, d’observations, et histoire collective se mêlent et s’interpénètrent. Tous les anciens registres du personnel de l’usine conservés dans les archives et encore disponibles pour les années 1916-1919, 1925-1930 et 1935-1937 ont été méthodiquement consultés et exploités pour retracer l’histoire collective. Ali Mekki a ainsi construit un échantillon de 820 personnes, établi la répartition géographique, l’âge, la durée et le nombre de séjours des ouvriers kabyles. Ce ne sont pas seulement les vieux documents et papiers qui retiennent Ali Mekki, qui a participé autant qu’il le pouvait aux cérémonies familiales ou officielles – mariage, visite du maire de Saint-Auban à Chemini –, ou à la vie quotidienne dans les bars et les autres lieux de rencontre, réalisant ainsi de nombreuses observations. L’enquête sur le terrain s’appuie aussi sur 96 entretiens à Saint-Auban et à Chemini, pour la plupart auprès des immigrés ou des enfants d’immigrés d’Algérie (à l’occasion de six séjours à Chemini entre 2005 et 2012), mais aussi auprès de représentants des institutions et des associations. Un recensement de la communauté kabyle présente en 2010 à Saint-Auban a été réalisé. Si on ajoute à cela de nombreuses photos retrouvées dans les archives ou prises par l’auteur, on peut dire que rien ou presque rien de ce qui est advenu aux membres de cette communauté kabyle n’est étranger à Ali Mekki.

Émigration et immigration : un fait social total

  • 6 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in S (...)

12La sociologie mise en œuvre par Ali Mekki est au plus près de l’expérience migratoire individuelle et collective, et dans le même temps elle prend en compte les migrations dans leur totalité, sans négliger aucune dimension. Ce qu’il étudie, ce sont des faits sociaux totaux, au sens de Marcel Mauss6, des faits juridiques, économiques, religieux, symboliques, morphologiques, qui mettent en branle la totalité de la société au sens large, à la fois la société d’émigration ébranlée par la colonisation, la répression, les spoliations puis la guerre de Libération, et la ou les différentes sociétés d’immigration, dans le cas présent la France bouleversée par les guerres mondiales, les crises économiques, sociales, et ses institutions, publiques et privées, et qui s’incarnent dans des histoires et des expériences individuelles. Étudier les migrations, c’est étudier l’émigration, et l’immigration ; cela suppose de chercher à comprendre le sens que les acteurs donnent à leur expérience, les multiples contradictions temporelles et spatiales dans lesquelles ils sont pris, qu’ils gèrent et résolvent de façon différenciée, et d’analyser les conditions objectives qui forment le support de l’expérience : les logements – baraquements, foyer, maisons –, les différents ateliers de l’usine, le casse-croûte, les magasins, les bars. Cela suppose aussi de recourir à la démarche historique qui s’impose au sociologue ; nul ne peut en aucun cas comprendre tel ou tel âge de l’émigration ou telle ou telle forme de migration sans prendre en compte les âges ou les formes précédents et plus encore l’histoire des relations entre les pays et les sociétés concernés. Impossible en effet pour Ali Mekki comme pour Sayad de tirer un trait sur le passé, d’expliquer l’émigration algérienne en France sans se référer à la colonisation, à l’histoire d’un pays qui en colonise un autre et à l’histoire du pays colonisé, aux conséquences de la colonisation mais aussi à celles plus souvent oubliées des répressions sur le territoire même lors des rébellions.

13Ali Mekki s’est intéressé non seulement à la genèse de l’émigration/immigration kabyle, à ses transformations au cours des différentes générations et des différents âges, au passage des travailleurs coloniaux aux travailleurs immigrés, aux grandes ruptures – les deux guerres mondiales, la Guerre de Libération et le massacre de Djenane près de Chemini en 1956 – et aux ruptures à l’intérieur de l’usine – grève de 1916, grave accident du travail de décembre 1926 lors duquel ont péri 22 ouvriers, etc. –, mais aussi à la communauté kabyle vivant sur ses deux territoires et mettant en œuvre différentes stratégies résidentielles, matrimoniales et économiques. À cet effet, il prend en compte la pluralité des expériences des Kabyles de Chemini et de Saint-Auban aux différents âges.

14Animé par le souci de prendre en compte les différentes dimensions de l’émigration et de l’immigration, de les saisir dans leur totalité, Ali Mekki s’intéresse au vieillissement des immigrés/émigrés qui se réalise souvent hors de la communauté et en quelque sorte hors du temps ainsi qu’au lieu de leur sépulture. La résidence alternée que les Kabyles pratiquent souvent alors est plus ou moins dirigée vers l’un ou l’autre des deux territoires selon que leur famille vit surtout sur l’un ou sur l’autre. La confrontation avec ceux dont ils ont été séparés parfois pendant longtemps peut conduire à des relations difficiles souvent faites d’incompréhensions et de reproches. La grande majorité des Kabyles choisissent cependant Chemini comme lieu d’inhumation, soit dans le cimetière familial, soit dans le cimetière municipal. On dénombre néanmoins au total 40 Kabyles inhumés dans les trois cimetières : Saint-Pierre, Les Blachons, et celui de Montfort, ce qui n’est pas négligeable, en regard des familles kabyles installées à Saint-Auban. Les premiers à mourir dans l’immigration étaient des hommes seuls, jeunes, sans famille dans un premier temps, et surpris par la mort par accident ou par maladie ; ils sont inhumés dans le plus ancien cimetière de Saint-Auban, tandis que les décès les plus récents intervenus de 1972 à 2010, correspondent à l’immigration familiale.

Appartenir à deux lieux à la fois ?

15Ce qu’Ali Mekki a bien saisi dès le début de ses recherches, c’est, on l’aura compris, l’importance de prendre en compte dans un même temps les deux principales scènes sociales sur lesquelles vivent les émigrés/immigrés, mais aussi d’autres scènes ou lieux : Marseille, Alger par lesquels ils passent ; de chaque côté, les immigrés/émigrés se définissent pour une part par le fait qu’ils sont absents de l’autre village. Il a su analyser la division du travail entre les deux résidences (plutôt les ressources symboliques et la villégiature à Chemini, plutôt les ressources économiques, les droits sociaux et les soins à Saint-Auban), ainsi que les innombrables va-et-vient.

16L’observation de ces va-et-vient continus entre les deux « scènes sociales » sur lesquelles ils existent socialement conduit Ali Mekki à se poser la question légitime de savoir si l’on peut « appartenir à deux lieux à la fois », et si cela est possible, dans quelles conditions. Cette question est, méthodologiquement et sociologiquement, d’autant plus cruciale que les rapports sociaux, culturels, politiques et économiques entre ces deux scènes sont asymétriques. Ce sont bien des rapports historiques qui gouvernent leur mode d’investissement (et son intensité) et leur perception selon l’âge, le statut acquis lors de la période d’immigration, le statut matrimonial, etc. « Si le village d’origine n’est plus le même d’une période à l’autre », nous dit l’auteur, alors « l’œil qui observe » n’est plus le même. Cette remarque vaut bien entendu pour l’usine de Saint-Auban, son environnement et plus largement la société française. Pour examiner comment, au fil de l’histoire sociale de ces groupes d’émigrés/immigrés, se tissent les liens entre ceux et celles qui sont restés aux pays et ceux qui sont partis pour la France, Ali Mekki s’est attaché à reconstruire la genèse de ces deux scènes sociales et de leurs usages.

  • 7 Ali Mekki, « Les maisons des migrants kabyles au cours des trois âges de l’émigration », Hommes et (...)
  • 8 Émile Témine, « Vieillir en immigration », Revue européenne des migrations internationales, 2001, ( (...)

17À Chemini et à Saint Auban, Ali Mekki a observé et distingué différents modes d’habiter et différents types de maisons correspondant en gros aux différents âges de l’immigration/émigration et montre comment l’émigré/immigré vit désormais dans une certaine ubiquité avec une maison à Chemini et une maison ou un logement à Saint Auban7. Habiter un entre-deux est le difficile équilibre auquel est condamné le migrant. L’histoire de son installation progressive sur sa terre d’accueil a pour contrepoint celle du maintien des liens avec son pays d’origine. Les Kabyles venus travailler en France dès le début du xxe siècle ont développé des stratégies de mise en place de cette double appartenance. La présence d’une maison ici et d’une maison là-bas témoigne d’un désir d’ubiquité qui questionne la construction de leur identité. Le phénomène n’est pas nouveau. Dans les villages basques, de part et d’autre des Pyrénées, ont été édifiées à la fin du xixe ou au début du xxe siècle des bâtisses, symbole du lien entretenu avec le « pays », en dépit de l’éloignement, car il s’agissait alors d’un exil lointain le plus souvent en direction de l’Amérique du Nord ou de l’Amérique du Sud. Ces bâtisses manifestaient aussi la volonté d’un retour qui ne devait se traduire qu’à la deuxième ou à la troisième génération (ou qui parfois ne se produisait jamais), observe Émile Temime8. Cette volonté de retour ne se manifeste pas chez tous les émigrés/immigrés de Saint-Auban ; quelques-uns, assez rares il est vrai, ne souhaitent pas retourner à Chemini même s’ils y ont fait construire leur maison. Loin de toute simplification, Ali Mekki est en effet attentif aux complexités, aux ruptures de l’ordre, aux exceptions. Ainsi, il n’y a pas de division du travail fortement tranchée entre Saint-Auban et Chemini. Les émigrés/immigrés kabyles peuvent créer non pas à Saint-Auban mais à Chemini une activité économique (menuiserie, épicerie etc.), et peuvent rechercher la reconnaissance et les ressources symboliques non pas à Chemini mais à Saint-Auban, par exemple en se présentant au conseil municipal. Ils peuvent aussi individuellement prendre plus ou moins de distance vis-à-vis du village, de la tradition et du groupe d’origine, en même temps qu’ils s’agrègent individuellement à leur nouvel environnement en participant à diverses activités (travail à l’usine, chasse, pêche, boules, etc.).

18C’est ainsi un nouveau regard sur l’histoire des ouvriers kabyles et de leurs familles, originaires de Chemini, liés pendant des générations à l’usine, à la cité ouvrière, à Saint-Auban, et plus généralement sur les processus d’émigration/ immigration, ainsi que sur l’histoire de l’usine, que ce livre nous invite à porter, et peut-être plus encore une nouvelle volonté de compréhension, de partage et d’explication des phénomènes migratoires et de leurs transformations profondes qu’il contribue à développer. Il n’est pas très étonnant qu’à l’occasion de cette recherche, des effets inattendus aient été produits au niveau des acteurs ; de part et d’autre, une volonté de solidarité, même si les uns et les autres sont conscients de ne pas être toujours sur un pied d’égalité, une volonté de poursuivre une démarche de connaissance et de reconnaissance de la place de l’immigration/ émigration, et la prise de conscience de liens très forts entre les habitants vivant sur les deux territoires.

Notes

1 Chemini est situé à 60 km de Béjaïa (Bougie), dans la vallée de la Soummam. Saint-Auban sur la commune de Château Arnoux, au confluent de la Bléone et de la Durance dans la vallée de la Durance.

2 Abdul est patron d’une usine de textiles, a vécu à Saint-Auban de 6 à 20 ans, vit aujourd’hui en Algérie, à Sétif et va en France seulement pour de courts séjours.

3 La lecture de la thèse d’Amín Pérez, Rendre le social plus politique. Guerre coloniale, immigration et pratiques sociologiques d’Abdelmalek Sayad et de Pierre Bourdieu, Paris, EHESS, 2015, qui se fonde sur les archives de Sayad et notamment la correspondance écrite avec Bourdieu, montre que le but ultime de recherche de Sayad, son programme de recherche « à lui », était bel bien cette constitution de monographies de familles ou de groupes.

4 Abdelmalek Sayad, « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 15, no 1, 1977, p. 59-79.

5 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989.

6 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in Sociologie et anthropologie, précédé d’une Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss, par Claude Lévi-Strauss (1re publ. de l’Essai sur le don : 1923-24 ; 1re éd. de Sociologie et anthropologie : 1950), Paris, PUF, 1983, 8e éd., p. 143-279.

7 Ali Mekki, « Les maisons des migrants kabyles au cours des trois âges de l’émigration », Hommes et migrations, 1298, 2012, p. 42-53.

8 Émile Témine, « Vieillir en immigration », Revue européenne des migrations internationales, 2001, (17), 1.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search