Version classiqueVersion mobile

Parentalité d’accueil et mémoire

 | 
Nathalie Chapon

Conclusion

Texte intégral

1Cet ouvrage original est le fruit d’une collaboration autour d’un même sujet, la parentalité d’accueil et d’un croisement pluridisciplinaire en histoire, droit, sociologie, et sciences de l’éducation. Il est aussi le résultat d’un travail collaboratif avec l’École supérieure d’art et de design de Toulon et les Archives départementales de Marseille, autour de la question des billets d‘abandon du xviiie siècle et celle du lien, avec la réalisation d’œuvres d’art mêlant intimité et représentations qui ont ponctué les réflexions des différents auteurs. La construction de l’ouvrage permet au lecteur de glisser des mots aux œuvres, de relier l’écrit aux images, d’établir des liens entre les concepts de la parentalité d’accueil, la suppléance familiale et les lettres d’abandon conservées aux Archives depuis tant de siècles.

2Ce croisement épistémologique et méthodologique, entre plusieurs disciplines autour d’un même sujet sur la prise en charge des enfants et leur accueil au sein d’une famille d’accueil montre toute la nécessité de travailler ensemble afin de poursuivre l’enrichissement de la réflexion en protection de l’enfance à partir d’approches croisées à la fois originales et innovantes, qui permet de dépasser nos cadres de référence classique et d’ouvrir notre réflexion et nos pratiques.

3Les différentes approches proposées ont montré toute l’importance d’ouvrir nos cadres de pensée de l’accueil familial en tenant en compte davantage de la parentalité d’accueil, en reconnaissant l’existence d’une pluriparentalité mise en œuvre en accueil familial, de la présence d’une dimension affective soutenante indispensable à la construction de l’enfant, affection présente parfois aussi bien du côté parental, que du côté de l’accueil, mais qui peut aussi n’être vécue que sur un seul versant. Nous avons proposé une lecture de l’accueil familial montrant toute l’importance de bien identifier dans quelle mode de suppléance s’inscrit l’enfant, les familles d’accueil et d’origine, afin de mieux affiner les réponses institutionnelles apportées aux familles et à l’enfant, soit en orientant un soutien à la parentalité d’origine comme le préconise le modèle italien en mettant en place un ensemble d’outils d’aide à la parentalité (Prémoli), soit en proposant d’autres modalités de prise en charge en changeant la structure même de notre système de protection en requestionnant l’origine du placement pour une meilleure stabilité affective de l’enfant (Siffrein-Blanc) et en développant davantage les possibilités adoptives notamment simples pour les placements de longue durée (Chapon, Siffrein-Blanc). En reconsidérant la parole de l’enfant comme un droit fondamental comme le revendiquent à la fois les textes internationaux et plusieurs auteurs, que cela soit d’un point de vue juridique (Siffrein-Blanc, Theisen), ou d’un point de vue psycho-sociologique tout être humain a la possibilité de s’exprimer et d’être écouté dans la dignité (Prémoli), nous pourrons alors dépasser les blocages et contradictions présents encore aujourd’hui en accueil familial en France, opposant les familles d’accueil et d’origine et notamment la figure maternelle (Neyrand).

4« Vous, les adultes, êtes sourds au monde et au langage de vos enfants. Sache qu’ils ont des réponses à des questions que vous ne connaissez même pas Qui sait entendre les enfants ? Je suis jeune, je suis petit, je suis différent de toi, et donc tu ne m’entends pas, ne me crois pas.… » (Lelait-Helo 2011 : 148). Cet extrait d’un conte lituanien où un jeune enfant interpelle ainsi un adulte, en l’interrogeant sur sa capacité à entendre un enfant nous plonge au centre de nos réflexions et débats actuels en France et dans les sociétés occidentales. Dans de nombreux pays, le déni de reconnaissance de l’expression de la parole de l’enfant est dénoncé (Lacharité 2015), et sa parole demande à être libérée (Chapon, Siffrein-Blanc 2015), toutefois serions-nous capables de réellement l’écouter. Cela nous invite à considérer l’enfant et ses parents comme des partenaires potentiels du système et non comme des usagers de celui-ci. Une réelle révolution dans les pratiques en protection de l’enfance est ici proposée, d’une part considérer les différents acteurs, enfant et parents, comme des partenaires, et d’autre part l’assistant familial comme un membre de l’équipe à part entière, en leur permettant de participer pleinement aux décisions concernant l’enfant accueilli. Le chemin à parcourir vers la reconnaissance des acteurs, l’expression de la co-éducation et un réel partage de la parentalité est encore long. Alors, n’oublions pas comme nous le conseille ce jeune enfant que « des plus petits que toi, des différents de toi, pourraient encore t’en apprendre très long sur le monde » (Lelait-Helo 2011 : 148).

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search