Version classiqueVersion mobile

Parentalité d’accueil et mémoire

 | 
Nathalie Chapon

Mon grenier est portatif

Importance du cahier de vie et du Fil rouge

Pascale Staquet

Texte intégral

1En Belgique, l’aide à la jeunesse est organisée par les trois Communautés du Pays (en Flandre, en Communauté germanophone, en Fédération Wallonie-Bruxelles). L’analyse proposée se limite à l’organisation pour la communauté francophone du pays, elle concerne une population de 4 millions d’habitants dont 4 % de la population de moins de 18 ans est accompagnée par l’Aide à la Jeunesse. Plusieurs types d’interventions sont proposés aux familles. Les propositions d’aide en ambulatoire sont proposées, et les enfants sont séparés de leurs parents quand toutes les possibilités de soutien ont échoué.

2Si comme le souligne l’analyse de Nathalie Chapon (2014), les liens en accueil familial sont multiples, les modèles de suppléance différents en fonction des enfants, des familles d’accueil et des parents, avec des liens d’origine parfois distendus voire inexistants, et des liens dans la famille d’accueil existants mais non reconnus, on constate que la réalité de l’accueil familial est fort complexe : à qui pense l’enfant, quand nous lui parlons de sa maman, de son frère, de sa sœur, de son papa ?

Le cadre de l’intervention en placement familial

3Parmi les accueils de l’Aide à la jeunesse (enfants en danger) : on constate que 55 % des mesures sont prises sous la contrainte judiciaire par le Tribunal, et que 45 % le sont dans un cadre non contraint (service de l’Aide à la jeunesse). Dans environ 70 % des cas, la famille d’accueil fait partie du réseau élargi du jeune accueilli. Les autres sont des familles recrutées par les services de placement familial. Les mesures de placement familial sont prises pour une durée d’un an maximum, elles sont renouvelables. La majorité des accueils a une durée de plusieurs années, souvent jusqu’à la majorité. Il existe une cinquantaine de places d’accueil pour des jeunes confiés dans le cadre d’une mesure d’urgence ou de court terme. Faute de moyens, seulement un peu plus de 50 % des accueils sont soutenus par un service de placement familial. Les autres sont suivis directement par le service de l’autorité de placement.

Les besoins fondamentaux de l’enfant

4En tant qu’enfant accueilli, les repères de vie de famille ne sont pas ceux d’une famille nucléaire classique. Autant de configurations familiales variées et complexes qui apportent sécurité, affection et stimulations, mais qui peuvent aussi être source de secret, d’ambiguïté, de clivage, d’exclusion, de conflit de loyauté, de souffrance… des complications pour un enfant qui tente de grandir et qui rêve de son avenir.

5De quoi un enfant confié a-t-il besoin dans cette situation familiale particulière pour trouver sa place entre ses parents et sa famille d’accueil, pour grandir et finalement devenir un adulte ?

Le grenier des enfants

6À certains moments de la vie, nous avons besoin de nous tourner vers le passé, de comprendre notre histoire et pour les enfants qui ont grandi en famille d’accueil ce travail est encore plus important.

7Pour un tout petit nombre d’enfants, la Fédération Wallonie-Bruxelles et les travailleurs de l’Aide à la Jeunesse ont la grande responsabilité de les accompagner pendant presque toute leur enfance. Respecter la parole des enfants, leur donner les moyens d’acquérir de l’estime d’eux-mêmes, de remporter des victoires et de construire des projets d’avenir sont de la responsabilité des familles d’accueil, des parents et des professionnels.

8Dans la pratique nous rencontrons des enfants très jeunes, âgés de quelques semaines à 3 ou 4 ans au moment de l’entrée dans leur famille d’accueil, et nous les accompagnons régulièrement jusqu’à 18 ou 19 ans.

9Durant cette longue période, ils passent donc du stade de l’intelligence sensori-motrice à l’intelligence formelle. Leurs compétences verbales et leurs questionnements évoluent du stade de bébé à celui de jeune adulte. Très jeunes ils ne peuvent bien sûr pas élaborer de grands questionnements par la parole mais notre rôle de professionnel est de veiller à récolter, interroger, élaborer les questions qui susciteront un jour leur intérêt pour pouvoir leur apporter des réponses signifiantes indispensables pour leur construction.

10Dans la pratique, les enfants nous guident et nous disent de quoi ils ont besoin, des praticiens proches des enfants et sensibles à leurs paroles ont créé des outils qui nous permettent encore mieux de les entendre et de pouvoir leur donner des réponses concrètes, chargées de sens et de respect.

11Nous allons aborder différents moyens d’être à l’écoute des enfants :

  • l’observation des petits ;
  • le recueil des informations signifiantes par le Fil Rouge et le Cahier de vie ;
  • l’accès au dossier.

L’observation des petits

12Rencontrer les enfants et faire leur connaissance, les voir dans leurs lieux de vie, en relation avec leurs parents, leurs éducateurs, leur fratrie. Demander aux personnes qui sont proches de l’enfant de le décrire, lire avec soin les descriptions que font les milieux d’accueil des enfants et les réactions des enfants dans des circonstances différentes. Les enfants sont explicites, même sans mots. Les éducateurs, les familles d’accueil peuvent décrire comment ils réagissent aux séparations, à la vie en famille. Il est important d’être attentif aux signaux du corps, prendre des renseignements sur l’évolution staturo-pondérale, l’organisation du sommeil et de l’alimentation, mais aussi de demander aux parents de décrire leur enfant, de le présenter au délégué, à la famille d’accueil. Les parents remettent parfois en lumière des événements importants du passé qui peuvent avoir été oubliés dans le parcours de prise en charge. Par exemple des enfants qui ont été intubés même quelques heures gardent parfois un lien particulier à la nourriture, ont du mal à avaler des morceaux.

Le recueil des informations signiflantes par le Fil Rouge et le Cahier de vie

Le Fil Rouge

Quand on mentalise, on se fait une représentation d’images et de mots, on fait revenir dans notre cinéma intérieur quelques scénarios mis en mémoire. Ces films intimes en nous racontant notre propre histoire participent à la construction de notre identité. (Cyrulnik 2012)

13Dans les familles, les enfants retrouvent différents éléments de leur histoire auprès de leurs proches, ils peuvent interroger les souvenirs des uns et des autres au gré de leurs questions.

14Les enfants dont nous parlons : ceux qui sont confiés aux familles d’accueil ont des vécus morcelés, les informations sont dispersées, personne ne détient l’ensemble des souvenirs.

15Souvent leur vie commence par une longue hospitalisation de plusieurs semaines en présence de leurs parents ou déjà séparés d’eux. Ensuite ils sont régulièrement confiés à une maison maternelle, une unité parents-enfants de l’hôpital psychiatrique dans l’espoir de soutenir les compétences parentales afin de permettre un avenir commun. Lorsque le bilan de cette prise en charge est que l’enfant ne bénéficie pas de relations et de soins suffisamment adéquats pour lui, il est confié à une pouponnière.

16L’arrivée en famille d’accueil est régulièrement pour l’enfant une arrivée dans un quatrième lieu de vie. Notre souci dès le début de la prise en charge d’un enfant est de recueillir le plus d’informations possibles, car celles-ci lui permettront de comprendre la manière dont les événements se sont enchainés pour lui.

17Pour répondre aux besoins des enfants, une plate-forme des pouponnières et des services de placement familial a construit un outil de suivi nommé le Fil Rouge.

18Si entre professionnels la transmission se fait bien, nous comprenons mieux le sens de leurs interventions.

19Il semble important de demander aux professionnels de ne pas oublier de rapporter dans ce document des éléments positifs et constructifs de l’histoire du jeune et de sa famille (par ex : réussite scolaire, intérêt pour tel genre d’activité, relation particulièrement investie avec telle personne…) ces données pourront être utilisées ultérieurement pour aider le jeune et son entourage à continuer à évoluer. Le Fil Rouge peut également permettre aux jeunes de relier plus facilement les étapes de sa vie, de retrouver des témoins de son passé.

20La continuité et la cohérence du vécu de tout être humain permettent de constituer le fil rouge, l’épine dorsale de son identité personnelle. Une partie en est consciente et est constituée par les événements et les rencontres dont on se souvient ; l’autre partie est inconsciente et constitue le liant des actes et des pensées.

21Il faut garder en permanence le souci de la globalité de l’évolution du jeune même s’il connaît la discontinuité dans la vie quotidienne. L’important est de comprendre comment vivre ces discontinuités imposées de l’extérieur, et comment l’aider à les transformer en un vécu cohérent pour lui.

22Ainsi de nombreux jeunes ne connaissent pas l’existence de frères ou de sœurs (par leur mère ou leur père), un travail avec sur leur génogramme complet peut être très précieux, comme des fils à tirer de leur histoire.

Le cahier de vie : leur grenier portatif ?

Ce que je veux te laisser par-dessus tout [...], c’est la conscience de ton histoire, de ton identité, la conscience de tes origines, et des forces qui t’ont façonnée. Il me semble que sans cette conscience tu es désavantagée. [...] Pour la plupart des gens, surtout les jeunes, l’un des moyens d’acquérir cette conscience consiste à regarder des photos, des photos d’eux-mêmes quand ils étaient enfants, des photos de leurs parents, de leurs grands-parents et même d’ancêtres plus lointains. (Coe 2007)

23Certains pays comme la Grande-Bretagne ont intégré dans leur réglementation, la recommandation des Nations unies de 2010 relative à la protection de remplacement pour les enfants, et en ont fait une obligation pour les travailleurs de l’Aide à le Jeunesse.

24Ainsi on peut lire l’article 99 :

Pour aider l’enfant à prendre conscience de son identité, il faudrait tenir, avec la participation de l’enfant, un « cahier de vie » regroupant des renseignements, des photos, des objets personnels et des souvenirs marquant chaque étape de sa vie. Ce cahier devrait être tenu à la disposition de l’enfant tout au long de sa vie.

25De nombreuses institutions et éducateurs référents prennent grand soin de constituer un cahier de vie pour l’enfant. Il est parfois entamé à l’hôpital quand le personnel pressent que l’enfant pourrait vivre séparé de ses parents. Il est poursuivi ou commencé dans les pouponnières et maisons d’enfants.

26Il est recommandé d’en garder une copie électronique quand les aléas de la vie font que sa conservation est aléatoire (ex : sortie d’une maman d’une unité mère-enfant, crise de colère de certains enfants qui émiettent des photos). Le cahier de vie est souvent poursuivi dans les familles d’accueil et reste à la portée des enfants. Les parents d’accueil témoignent souvent de l’intérêt de ces cahiers de vie pour l’enfant, du plaisir à nommer les personnes reconnues, des pages lues et relues. Ces documents sont aussi une autre manière de recueillir la parole de l’enfant, de comprendre où il en est, de connaitre ses besoins actuels.

27Lorsque l’enfant reçoit une photo d’un membre de sa famille, où va-t-il choisir de la mettre : près de son lit, dans l’album au fond du tiroir ?

28Les enfants confiés aux familles d’accueil ont besoin de l’attention et la bienveillance des professionnels pour avoir accès à des documents qui leur permettent de rassembler leurs souvenirs.

29Nous avons la responsabilité de leur constituer un grenier portatif afin de répondre aux questions que l’enfant se pose.

L’accès au dossier

30En Belgique, les jeunes mineurs peuvent avoir accès à leur dossier, ils en font la demande auprès du Juge ou via leur avocat. Les personnes majeures recherchent aussi des informations sur leur histoire. Cette démarche est souvent effectuée lors d’un travail thérapeutique. Les demandes de lecture peuvent être adressées au parquet et au Service de l’aide à la jeunesse, les anciens bénéficiaires de l’aide à la jeunesse peuvent être accompagnés pour cette lecture. L’assistant social ou le criminologue du parquet leur demande quelles sont leurs interrogations, leurs questions, afin de relire le dossier pour préparer la rencontre et il peut choisir d’exclure certaines pièces lors d’une première consultation. Les membres du parquet et du Service de l’aide à la jeunesse disent que les jeunes sont parfois très en colère face aux choix qui ont été posés pour eux. Ils constatent qu’il est parfois compliqué de retrouver des dates, des enchainements de décisions pour les jeunes qui restent alors sans réponse.

31Tous les enfants apprécient de retrouver des objets, des photos, des témoignages de leur histoire. Les professionnels et les familles d’accueil sont parfois les artisans et les garants de cet archivage. En grandissant, les enfants questionnent leur passé, le Fil Rouge leur permet de mieux comprendre les motivations des décisions qui ont été prises pour eux, d’élaborer leurs pensées et de construire leur vie.

Auteur

Service Parcours d’accueil, Bruxelles

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search