Version classiqueVersion mobile

Parentalité d’accueil et mémoire

 | 
Nathalie Chapon

À l’écoute des enfants placés

Robert Theisen

Texte intégral

1Nous allons porter une attention particulière sur un aspect bien spécifique en protection de l’enfance dont l’impact est souvent sous-estimé, la parole de l’enfant en accueil familial. Nous voulons comprendre ce que ressentent les enfants concernés par une mesure de protection de l’enfance et pour lesquels la Convention internationale des droits de l’enfant prévoit dans l’article 12 que l’enfant « capable de discernement » puisse « exprimer librement son opinion sur toute question l’intéressant, ses opinions étant dûment prises en considération eu égard à son âge et à son degré de maturité ».

2Les lignes directrices relatives à la protection de remplacement pour les enfants (Résolution adoptée par l’assemblée générale des Nations unies) vont cette direction, l’article 98 stipule : « Les enfants bénéficiant d’une protection de remplacement devraient avoir accès à une personne de confiance à qui ils peuvent parler en toute confidentialité. »

3Malheureusement, les pratiques courantes ne reflètent pas toujours ces recommandations. Dès que les enfants sont retirés de leur famille, des milieux carenciels et placés dans une famille les interventions se focalisent sur les points suivants :

  • les parents qui souffrent de la séparation, soit qu’ils demandent de l’aide afin d’augmenter leurs compétences parentales, soit qu’ils se révoltent contre les mesures de placement qu’ils trouvent injustes, soit qu’ils abandonnent, se résignent,
  • les familles d’accueil, qui sont demandeurs de soutien, de conseil, de médiation et qui souvent vivent mal les problèmes liés au partage des enfants,
  • les interactions particulièrement conflictuelles et douloureuses, inhérentes à la double parentalité (entre famille d’accueil et parents d’origine, entre parents séparés et leur entourage familial) et autres interactions (entre famille d’accueil et intervenants, entre divers intervenants, entre les instances judiciaires et les concernés) nécessitant des médiations fréquentes.

4Nous constatons que les disponibilités des intervenants sont fréquemment absorbées par les attentes réciproques à l’égard des relations ambivalentes et conflictuelles au niveau des adultes. Nous allons donc interroger nos pratiques quant à la participation des enfants aux décisions qui affectent directement leur vie.

L’importance de l’expression des enfants

5Malgré les nombreuses recherches sur les conséquences de la double parentalité, trop souvent, les intervenants psychosociaux mais aussi les instances judiciaires estiment que le mode de substitution résout les problèmes des enfants ayant subi des carences affectives : l’enfant se retrouve dans une famille d’accueil qui répond à ses besoins primaires d’affectivité, ses besoins matériels et devient « tuteur de résilience » si sa famille d’accueil entoure l’enfant « de stabilité affective qui le sécurise » (Cyrulnik 1999) elle remplit une fonction parentale fondamentale et devient figure d’attachement. Des études allemandes (Brisch 2003) soulignent qu’un enfant peut obtenir la sécurité affective par une figure d’attachement secondaire qui reprend les fonctions des figures primaires non disponibles. Donner à l’enfant la sécurité de base, la stabilité et la structure dont il a besoin et ainsi répondre aux besoins primaires des enfants est une mission noble que la famille d’accueil assume et pour laquelle nous lui devons toute notre estime. Mais l’enfant placé se trouve confronté à bien d’autres défis, dont la double parentalité et les conflits de loyauté qui en découlent. Aux conséquences parfois traumatiques d’une séparation d’autres inquiétudes se rajoutent. Le placement d’un enfant risque de bouleverser d’une manière dramatique son histoire de vie.

6Les enfants sont préoccupés par leur situation et ne restent pas indifférents à ce qui se passe dans le contexte du placement familial. Mais sommes-nous conscients des questions qu’ils se posent, des angoisses et attentes auxquelles ils sont exposés dont ils n’osent parler ?

7Même si les modèles familiaux changent parfois plus vite, que nos capacités à nous les approprier, les besoins affectifs des enfants semblent être universels et intemporels, se trouvant à la base d’un développement émotionnel sain :

  • les besoins de liens : des relations affectives et relationnelles constantes, sûres et sécurisantes (Bowlby 1983 ; Spitz 1946, 1965) ;
  • les besoins cognitifs (stimulation etc.) ;
  • les besoins sociaux en relevant les besoins de communication afin que l’enfant puisse se situer dans son histoire, sa biographie : dans un monde qu’il comprend et qui doit le comprendre.

8Même si nous savons que l’enfant n’est que rarement demandeur d’aide directement, les recherches (Maslow 1970 ; Rotter 1954 ; Bandura 1977) et les pratiques en psychothérapie ont montré que le sentiment d’être acteur de sa vie influe positivement sur l’estime de soi de l’enfant. Se sentir compétent et reconnu par autrui, pouvoir influencer positivement une situation, détenir le sentiment d’efficacité personnelle (Bandura 1977) sont à la base d’un développement psychique sécure.

L’importance d’un accompagnement qualitatif

9Toutes les études actuelles le confirment : communiquer ses opinions, influer sur les décisions, être accepté et se sentir sujet entendu et respecté sont des facteurs permettant l’émergence de la construction identitaire et plus particulièrement de l’estime de soi. Les recherches en résilience soulignent certains facteurs de la participation pouvant avoir un impact positif sur la protection de l’enfant, impact bénéfique sur sa construction psychique réussi :

  • comprendre sa situation de vie (« C’est la raison pour laquelle je me trouve ici ») ;
  • vivre l’auto-efficacité (« Je peux avoir une influence active sur ma vie ») ;
  • trouver un sens de la vie (« Je préférerais être chez mes parents, mais ici, dans ma famille d’accueil, je me sens protégé dans une relation affective, stable et significative »).

10Quel que soit l’âge de l’enfant, il a des sentiments et opinions par rapport à sa situation personnelle. Il devrait donc être entendu dès le début sur les questions qui le concernent sans pour autant le dépasser. La communication avec l’enfant sur sa situation qu’il subit renforce les liens avec l’accompagnateur. Les entretiens avec les enfants leur procurent la reconnaissance, l’estime et l’affection dont ils ont besoin.

11Cet accompagnement, centré sur l’enfant, devrait être aussi le rôle des intervenants professionnels, et non pas celui de la famille d’accueil. En effet, la fonction de la famille d’accueil n’est pas thérapeutique mais celle de construire une relation affectueuse avec lui. Elle ne peut pas porter ce rôle, non pas parce qu’elle n’en aurait pas les compétences, mais elle se retrouverait de suite en rivalité accrue avec les parents, rivalité qui de toute façon est déjà pesante. De plus, par conflit de loyauté, l’enfant n’ose pas toujours communiquer tous ses soucis à sa famille d’accueil ni à ses parents. Les frontières des deux systèmes familiaux doivent être claires (Minuchin 1974). Les parents et les familles d’accueil ont des rôles bien précis dans la communication avec les enfants.

12Il est important que la relation d’accompagnement professionnel et thérapeutique puisse se faire dans la continuité, elle devrait être fiable afin que l’enfant puisse sentir la confiance de pouvoir s’y engager (David, Merlet, Sermot, Torres 2008).

13L’enfant « a besoin de quelqu’un qui soit avec lui, engagé dans une relation qui lui apporte écoute, parole, soutien, regard » (David 1989). En tant que figure d’attachement c’est la famille d’accueil qui répond primairement à ses besoins, mais pour certaines questions qui relèvent de la médiation (entre l’enfant et ses parents à titre d’exemple), il est important de rappeler que l’accompagnateur devrait être porteur de ce rôle thérapeutique (Coum 2010).

14« Accompagner l’enfant, c’est utiliser un espace intermédiaire où il peut montrer, à sa façon, ses désirs et ses craintes, ce qu’il peut éprouver, ce dont il doit se protéger » (David, Merlet, Sermot, Torres 2008).

15Afin de pallier aux souffrances liées au fait de vivre deux attachements (le lien aux parents et à la famille d’accueil), induisant les conflits de loyauté éprouvants, l’intervenant professionnel essayera donc de donner la parole aux enfants. Comment l’enfant peut-il trouver une issue à cette souffrance, à la pression de devoir choisir entre deux familles au point de se sentir coupable.

16Les questions que devraient se poser les accompagnateurs sont multiples :

  • Donnons-nous la parole à l’enfant ?
  • De quelle manière l’enfant vit-il (ressent-il) le partage parental ?
  • Connaît-il la cause du placement ? Quelles sont les questions qu’il se pose sur la durée de la mesure ?
  • De quoi souffre-t-il ? De la perte de ses amis, d’autres personnes auxquelles il était attaché ?
  • Quels sont ses rêves, ses espoirs, ses attentes, ses souhaits ?
  • Comment envisage-t-il la rencontre avec ses parents ?
  • Ose-t-il parler de ses conflits de loyauté, des reproches qu’il ressent de ses figures de lien quant à son souhait d’attachement parfois ambivalent et mal compris par ses deux familles ?

17Cette réflexion nous amène donc vers des approches qui encouragent l’enfant à s’exprimer. Et vers la question de quelle manière nous pourrions savoir ce que l’enfant ressent vraiment.

18Mais souvent l’accès aux émotions, le plus logique, le plus direct et a priori, le plus facile, n’est pas pris en compte. Il semble évident que l’accès direct se fait par le dialogue avec l’enfant.

19De quelle manière pourrons-nous aider l’enfant à vivre dans ce monde dans lequel il partage ses parents et ses parents se le partagent ?

20Nous devrions l’écouter :

  • quand tout semble bien marcher (déterminer les facteurs porteurs de cette situation est significative)
  • lors des premiers signes d’inquiétude et de souffrance, lorsque la souffrance de l’enfant est évidente, lors de l’apparition de troubles.
  • Il faudrait cependant éviter d’attendre l’arrivée des premiers troubles, l’épargner des consultations thérapeutiques alors que nous aurions pu être à ses côtés dès le début du placement et ainsi pu les éviter.

21Une recherche de l’université de Siegen (Allemagne), réalisée à l’aide de centaines d’interviews auprès de jeunes et adultes placés en famille d’accueil souligne l’importance d’être attentif à la parole de l’enfant.

22Les interviews ont montré que les enfants et les jeunes arrivent mieux à surmonter les charges psychiques, s’ils participent aux décisions qui influencent d’une manière déterminante leur vie, s’ils ressentent que leurs désirs et leurs angoisses sont entendus et si un adulte compétent et confiant leur explique ce qui va se passer et les raisons.

23Par analogie au modèle progressif de Petersen (1999) il est indispensable :

  • d’informer les enfants et les jeunes des projets de vie, d’une manière adaptée à leur niveau de développement, de valoriser leurs désirs, leurs craintes et leurs opinions ;
  • de négocier des décisions en partenariat ou bien de les laisser décider d’une manière autonome ;
  • de solliciter leur accord pour toutes décisions, même s’il existe des raisons valables de prendre ces décisions à l’encontre de leur volonté.

Deux accompagnateurs pour une même intervention auprès de l’enfant

24Il s’agit d’une démarche engagée par un service de placement familial, SEFIA au Luxembourg, comme outil permettant de donner la parole à l’enfant. L’approche consiste dans l’accompagnement thérapeutique par deux intervenants, assumant des rôles différents mais complémentaires.

25Le premier accompagnateur a la fonction d’aborder le placement dans la globalité d’une prise en charge thérapeutique. Pour l’enfant il porte en lui la position de la famille d’accueil, des instances judiciaires, de ses parents, qui a le pouvoir de le retirer de sa famille d’accueil, de le séparer de ses parents. Il est souvent rendu responsable de sa souffrance car il occupe, aux yeux de l’enfant, de la famille d’accueil, des parents une toute puissance. Il représente la mesure de placement, souvent judiciaire, il explique aux parents qu’il peut signaler au Tribunal de la Jeunesse s’il est convaincu que la santé psychique de l’enfant est en danger. Toutes ces incertitudes incitent l’enfant à être méfiant. Les fonctions de cet accompagnement.

26Le second accompagnateur a pour fonction principale d’intervenir au niveau des interactions (conflictuelles latentes ou manifestes) des familles d’accueil et des parents. Il les invite à des entretiens qui se font aussi à la demande d’une des familles. Il peut élargir ces rencontres à l’entourage familial et professionnel. Il est le référent de l’enfant et a une relation privilégiée avec lui. Les rencontres avec lui sont aménagées en fonction de ses besoins. L’enfant est partagé mais a peur de partager son désespoir, ses peines, ses attentes déçues, ses désirs, ses craintes, ses rapports angoissants avec ses parents qui ont perdu leur place et la famille d’accueil ayant pris leur place.

27« Il s’agit de procurer à l’enfant un terrain où il peut exprimer ses désirs et ses craintes à l’égard de ses deux familles » (David 1989).

28Il faut que ce rôle soit bien clair, explicité aux parents et à la famille d’accueil afin d’éviter des tensions. Il est en quelque sorte l’avocat de l’enfant, qui défend ses intérêts, qui essaie de le protéger contre les risques inhérents au placement familial. Ils échangent sur les événements survenus, sur les rencontres avec ses parents. L’enfant, présent avec ses craintes, sa méfiance, ses espoirs, sa confiance, est encouragé à parler des rencontres qui l’ont troublé.

29Les deux intervenants qui travaillent en étroite connexion, se concertent, communiquent et revoient à distance leurs observations. Ils doivent être capables de réfléchir à leur « propre implication dans les relations multiples » (David 1989). Pour ces enfants qui ont souvent vécu des ruptures de lien avec des personnes de confiance, la continuité dans l’accompagnement par une même personne sur plusieurs années est indispensable.

30Ainsi il faut une stabilité sécurisante, une figure d’attachement qui puisse répondre aux besoins des enfants. Si la figure d’attachement primaire n’est pas disponible ou bien si elle est défaillante, il est indispensable de trouver une figure d’attachement secondaire remplissant la fonction parentale fondamentale, une personne de l’entourage familial ou une famille d’accueil. Tout enfant devrait avoir le droit d’entretenir des liens durables avec au moins un adulte de référence.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search