Version classiqueVersion mobile

Parentalité d’accueil et mémoire

 | 
Nathalie Chapon

L’accueil familial et ses paradoxes

Catherine Sellenet

Texte intégral

1Dire que l’accueil familial n’en finit pas de questionner n’est pas un vain mot. En 2002 déjà, le GRAPE, bien connu pour ses travaux, avait publié un ouvrage sous le titre Le placement familial, une vieille histoire à réinventer. En 2001, la télévision s’est également saisie de ce thème, en installant sur nos écrans la série télévisée Famille d’accueil avec un succès d’audience qui ne se dément pas. Curieusement donc, ce mode d’intervention n’en finit pas de mobiliser l’attention, preuve s’il en est qu’éduquer un enfant hors de sa famille ne va pas de soi. Que peut-on dire de nouveau sur ce mode d’accueil qui n’en finit pas de se raconter ?

2Pour penser l’accueil familial, nous partirons des paradoxes sur lesquels il est construit aujourd’hui, car ceux-ci constituent des lignes de tension qui vont orienter demain. Nous préciserons les contradictions et doutes dont témoigne ce mode d’accueil.

Des paradoxes particulièrement actifs1

  • 1 Une partie de ce texte reprend une communication de 2011.

3Ces paradoxes sont au nombre de cinq, sans que ce nombre soit exhaustif. L’accueil familial, tel qu’il est conçu en France, fait en effet le pari de :

  • protéger la famille, tout en voulant protéger l’enfant de sa famille,
  • vouloir nouer un partenariat avec les parents tout en judiciarisant majoritairement
  • s’appuyer sur les compétences parentales après avoir bien mis en évidence les incompétences justifiant le placement,
  • de trancher pour réparer,
  • séparer pour réunir.

4Sommes-nous devenus fous pour vouloir ainsi allier les contraires ? Ces contradictions n’ont pas toujours existé car en France, nous avons connu une époque où le choix de la séparation définitive était posé sans états d’âme, avec la substitution d’une famille par une autre. La famille était déclarée mauvaise, il fallait protéger l’enfant en tranchant dans le vif, en séparant définitivement. On le faisait et la messe était dite. En Angleterre, les postures sont également plus radicales, et en cas de défaillance parentale, l’adoption s’invite rapidement comme une solution possible. De tels choix sont évidemment plus simples à manier pour les professionnels. Notre pays a fait un choix autre, plus complexe, et c’est dans les textes législatifs que cette complexité apparaît le plus clairement.

Protéger la famille, protéger de la famille

5Que nous disent les textes de lois ? Que l’on prenne les textes à vocation internationale ou la loi nationale du 5 mars 2007, la primauté de la famille est sans cesse rappelée. La Convention des droits de l’enfant met fortement l’accent sur le droit de l’enfant à vivre avec ses deux parents, et plus que jamais cette philosophie est d’actualité. Nous la retrouvons clairement explicitée dans les fiches de formation du Centre International pour les droits de l’enfant privé de sa famille (SSI/CIR, 2005) en ces termes :

Le maintien de l’enfant dans sa famille d’origine doit être traité en priorité chaque fois que cela est possible. C’est au sein de la famille que se trouvent les meilleures conditions pour le développement optimal de l’enfant, et pour l’attachement à une ou deux personnes de référence stables qui assurent à l’enfant la sécurité. Aucune catégorie de famille ne doit être considérée comme incapable, par définition, de prendre en charge ses enfants (en raison d’une maladie, d’une caractéristique sociale, de l’appartenance à une minorité ethnique, …). Lorsque l’existence de facteurs de risques potentiellement dangereux pour l’enfant sont détectés au sein de la famille, et que l’on sait par expérience qu’ils peuvent engendrer des situations d’abandon, de mauvais traitements ou de négligences graves, il est important de développer des services d’aide psychosociale familiale qui peuvent encourager d’autres facteurs de protection de l’enfant, de la famille et de l’environnement afin qu’ils puissent compenser ou annuler les facteurs de risques.

6La séparation, prônée autrefois comme la meilleure solution, est aujourd’hui décidée avec réticence ou mauvaise conscience. Le placement n’est envisagé que comme ultime recours, comme une solution subsidiaire :

Dans certains cas, les moyens de prévention ne sont pas couronnés de succès et l’intérêt supérieur de l’enfant requiert qu’une décision de séparation soit prise. Une telle décision suppose que des garanties soient appliquées. En particulier, il est primordial que tous les moyens possibles de prévention soient tentés avant de prendre la décision. La séparation de l’enfant de ses parents est une mesure de dernier recours. Cette décision doit être prise dans la mesure du possible avec la participation de l’enfant et de ses parents. De plus, cette mesure doit être définie à travers des pas concrets et selon un agenda déterminé pour le travail avec l’enfant et sa famille, afin de valoriser dans les plus brefs délais la réintégration de l’enfant dans la famille ou si cela n’est pas possible pour développer un plan de vie alternatif et permanent pour l’enfant.

7La loi du 5 mars 2007 comporte également plusieurs articles qui rappellent que la famille est première. Le maintien (article 6), ou le retour rapide (article 7) sont des priorités imposées aux services de Protection de l’enfance. Ce n’est que secondairement, faute de mieux, qu’un projet de stabilisation du placement s’impose, pour ne pas entraver les processus d’attachement de l’enfant. La formule, « c’est au sein de la famille que se trouvent les meilleures conditions pour le développement optimal de l’enfant », pose comme un a priori le fait que rien ne peut rivaliser avec celle-ci.

8Il ne s’agit pas tant de qualité ou non des liens mais de poser la défense d’une structure qui apparaît incontournable, inattaquable. L’affirmation de S. Royal, Ministre de la famille et de l’enfance en 2001, est à ce titre exemplaire : « Comment rendre un enfant heureux ? » s’interroge la Ministre. La réponse est la suivante :

C’est auprès de sa famille que l’enfant est le mieux. Même dans les situations les plus difficiles qui peuvent conduire à le séparer de sa famille, il ne peut être totalement heureux sans elle… Il faut tout mettre en œuvre pour sauvegarder ce lien avec elle… Il y a des familles en danger. (États généraux de la protection de l’enfance, 2001).

9Ce n’est donc pas tant l’enfant qui est en danger, que la famille qui le devient, en subissant une intrusion excessive en son sein. Au nom de ce péril, S. Royal préconisait une diminution de 50 % des placements d’enfants, chiffre qu’il ne nous appartient pas de discuter. Mais dans le même temps, la loi parle d’intérêt supérieur de l’enfant, et donc de la protection de ce dernier contre une famille qui apparaît de plus en plus dangereuse. Dans les discours sur l’enfant en danger (et plus seulement l’enfant maltraité) la famille apparaît donc comme un risque nécessaire. Elle est à la fois dangereuse tout en étant incontournable.

Simple dilemme ou double-bind ?

10Pour les professionnels de terrain, la confusion est maximale. Doivent-ils protéger l’enfant ou la famille ? Peuvent-ils faire les deux ? Sont-ils confrontés à un simple dilemme qu’il leur appartient de résoudre, ou plus gravement à un double-bind ?

11Aux États-Unis se développe à partir des années 1950 un courant de recherches sur la pragmatique de la communication et l’interaction. Grégory Bateson (1956) décrit le double-bind (traduit par double lien, double entrave ou double contrainte). Il s’agit d’un véritable ligotage, réalisé par une communication paradoxale, faite de messages contraignants, liés et pourtant contraires. Dans le dilemme, il y a seulement une indécidabilité plus ou moins grande entre des attracteurs d’intensité presque égale, mais le choix est en principe possible.

12Dans le champ de la protection de l’enfance qui nous intéresse, il s’agit le plus souvent de dilemmes à résoudre et une certaine marge existe pour gérer les situations. Mais lorsque le pilotage des institutions est fluctuant, certains professionnels expriment le sentiment de recevoir des ordres explicites ou implicites contradictoires, et de ne pouvoir satisfaire un ordre, sans en violer un autre. S’ils proposent un placement de l’enfant, ils portent atteinte au sacro-saint lien familial et on le leur rappelle, s’ils respectent ce dernier, c’est l’enfant qu’ils oublient et on le leur reproche. L’immobilisme devient alors parfois l’unique stratégie : « faire en sorte que la porte reste ouverte, au cas où… », au cas où un quelconque événement ferait pencher la balance du destin.

13Le même problème se pose lorsqu’il s’agit de prendre en compte le droit des uns et des autres, les droits des parents à exercer leur autorité et ceux de l’enfant qui veut faire entendre sa voix. Prenons l’exemple des visites médiatisées. Qui faut-il privilégier ? Le parent qui demande la stricte application de son droit à visiter son enfant, celui de ce dernier qui s’y refuse. Faut-il entendre l’envie légitime du parent de voir augmenter le nombre des rencontres ou comprendre les symptômes développés par l’enfant comme un refus de cette confrontation, et qu’il exprime parfois fortement à son assistante familiale ?

14L’injonction est alors celle-ci : il faut entendre le droit de l’enfant à refuser mais tout en le convaincant de se plier au droit parental. Le « c’est pour ton bien » fait son apparition. Là encore, tous les pays ne font pas les mêmes choix, tout est affaire de représentations, de conceptions de l’enfance et de la famille.

Pour résoudre ce dilemme, l’idée serait de nouer un partenariat avec les parents… tout en judiciarisant lourdement

15Pour travailler avec le parent, l’idée serait alors que celui-ci coopère à la mesure qui le touche. L’idée est attirante mais à la condition de ne pas judiciariser à l’excès.

16Combien sont-ils ces enfants en difficultés ou en danger, aidés ou accueillis par l’Aide sociale à l’enfance ? Leur nombre (zéro-vingt et un ans) selon les dernières statistiques se situe autour de deux cent quatre-vingt sept milles (chiffres 2007), dont environ 25 % à la demande de leurs parents. On parle alors de placement administratif. La judiciarisation est en France un phénomène important puisqu’elle représente 75 % des mesures (contre 65 % en 1992), avec de grandes disparités selon les départements, jusqu’à 89 %, en 2010, dans le Finistère.

17Ces chiffres interrogent déjà les pratiques au regard des discours tenus. Comment en effet ne pas remarquer la progression constante des placements décidés par le juge des enfants alors que les discours officiels parlent plus volontiers de « partenariat » avec les parents. Ce mouvement de judiciarisation débute dès 1984 (alors qu’en 1983, les mesures administratives et les mesures judiciaires sont égales), date à laquelle l’ensemble de l’Aide sociale relève de la responsabilité des départements (lois du 7 janvier et 22 juillet 1983, entrées en application le 1er janvier 1984). Pour expliquer cette poussée de la judiciarisation, les arguments ne manquent pas comme la montée de la précarité des familles, l’effondrement de la cellule familiale, la délinquance juvénile… Mais au-delà de la véracité de telles analyses, on peut y voir également une crainte des intervenants à assumer les risques des situations qui leur sont confiées et un recours de plus en plus systématique au contrôle de la loi.

18L’appel aux parents partenaires ne résout pas le paradoxe initial mais le masque tout au plus.

Compétences ou incompétences parentales ?

19Les difficultés augmentent encore lorsqu’il s’agit de définir les compétences parentales. De nombreux professionnels soulignent la difficulté de la recherche de compétences parentales, alors que le placement signe plus volontiers l’existence de défaillances graves. Peut-on dire à un parent qu’il est compétent, qu’il reste un « expert de son enfant » alors qu’un jugement vient de lui dénier ce statut ? De qui se moque-t-on ? Dès lors, on comprend mieux que les premières compétences parentales attendues par les professionnels soient les compétences du parent à reconnaître ses difficultés, à tenir les rendez-vous, bref à adhérer à l’analyse qui est faite de la situation. Le parent compétent est d’abord celui qui admet ses difficultés et fait preuve d’une bonne volonté.

20Secondairement, si des compétences existent belle et bien, comment s’expriment-elles dans le quotidien des enfants ?

  • 2 Recherche non publiée.

21En 2007/2008, nous avions effectué une recherche dans une Sauvegarde de l’enfance2 auprès de 367 enfants placés dont 221 en familles d’accueil. Si l’on interroge chaque référent sur le partage des rôles et des tâches en accueil familial, voici ce que nous obtenons dans quelques sphères vitales pour les compétences parentales – celles du suivi scolaire, de la santé, de l’achat et du choix des vêtements :

22Sur le plan de la scolarité et du suivi de cette dernière par les parents, la comparaison est sans appel. L’implication scolaire des parents est mieux préservée en institution qu’en famille d’accueil. Sachant que ce domaine n’est pas un domaine qui expose l’enfant aux carences parentales et qu’on ne prend pas de grands risques en demandant aux parents d’être présents aux réunions scolaires, on mesure le travail qui reste à faire en placement familial pour inciter ces derniers à s’impliquer. C’est en effet prioritairement l’assistante familiale qui rencontre les enseignants, elle est citée à 71,9 % ce qui traduit une véritable délégation. Les parents accompagnés de l’éducateur occupent une place modeste (11,8 %) des citations. Ils sont rarement autonomes sur ce sujet (6,8 %). Dans 20,8 % des cas le parent est non intéressé malgré la proposition qui lui a été faite, mais dans 38,5 % des cas, on a oublié de lui en parler.

23On peut, bien sûr, justifier ces chiffres par de multiples causes, notamment en comparant les pratiques entre le placement familial et le placement en établissement, ce dernier laissant plus de place aux parents. Mais l’analyse montre aussi que le mode de prestation génère en partie une mise à la marge des parents et que certains d’entre eux pourraient être davantage sollicités dans ce domaine. Lorsque les professionnels sont interrogés sur l’intérêt porté par les parents à la scolarité de leur enfant, nous obtenons des résultats différents. En accueil familial, 23,5 % des parents sont, selon les professionnels (il s’agit de représentations), très intéressés par la scolarité de leur enfant ; 29,9 % ont un intérêt moyen ; 26,2 % ne manifestent aucune attention à ce sujet. La confrontation entre le maintien effectif des parents en ce domaine et l’intérêt de ceux-ci montre que seuls les parents très motivés se maintiennent et peuvent jouer leur rôle.

24À une époque où la coéducation est prônée, où la place des parents est affirmée, il s’agit de concrétiser ces nouveaux principes dans la pratique. La question du maintien de l’autorité parentale est au cœur du partage des rôles. Il ne suffit pas de dire que les parents « conservent l’autorité parentale ». L’autorité parentale n’est qu’une coquille vide lorsqu’elle ne s’incarne pas dans des actes concrets.

25La question de la santé est encore plus cruciale, car c’est souvent en ce domaine que des carences parentales ont été constatées, ce qui n’incite pas au partenariat. Il n’est dès lors pas étonnant de constater une mise à distance des parents, lisible dans les réponses. En accueil familial, dans 12,2 % des cas, les parents accompagnent leur enfant chez le médecin généraliste, dans 87,3 % c’est l’assistante familiale qui assume cette responsabilité. Les parents ne sont pas oubliés, mais la pratique usuelle est de les y convier lorsque la visite se déroule chez un spécialiste, un fait qui peut être rare, voire totalement absent dans la vie de l’enfant. En institution, dans 39,5 % les parents accompagnent leur enfant.

26Enfin, l’extrême sensibilité des parents, dans le domaine vestimentaire, est fréquemment soulignée, dans les écrits portant sur l’accueil familial. Les réponses nous donnent les chiffres suivants : seulement 6,8 % des parents s’occupent intégralement du choix et de l’achat des vêtements contre 34,9 % en accueil institutionnel.

27Ces quelques chiffres confirment l’analyse spontanée des parents qui, pour la plupart, craignent le placement familial et préfèrent un accueil en institution. La seconde remarque concerne le souci actuel de glisser de la substitution à la suppléance familiale. Les chiffres montrent que les pratiques sont encore du côté de la substitution, notamment pour l’accueil familial dans les domaines précités de la vie quotidienne. Sans doute des efforts peuvent-ils être enclenchés, la question restant celle des seuils : jusqu’où ce passage sera-t-il possible ? Nous ne le saurons qu’en essayant, sans tomber dans l’excès inverse c’est-à-dire faire du forcing à la parentalité. Quand on travaille sur la parentalité, deux écueils doivent être évités : démissionner les parents, se substituer à eux trop fortement et ainsi abraser leurs compétences si minimales soient-elles ; et obliger les parents à tenir un rôle qu’ils ne peuvent ou ne veulent pas tenir.

28Force est toutefois de constater, au vu de ces chiffres, qu’on est loin d’une coéducation voire même d’une parentalité supplétive. On est plus proche d’une parentalité additionnelle (à dominante substitutive sur l’axe de la pratique de la parentalité), respectant au moins dans les discours la place des parents sur l’axe de l’exercice de la parentalité (pas de DAP donnée à l’assistante familiale) et sur l’axe de l’expérience subjective (l’axe des affects).

Trancher pour réparer

29Mais le paradoxe le plus grand est sans doute celui de vouloir trancher pour réparer. Le placement se propose comme une coupure salutaire, un espace-temps « thérapeutique » susceptible de redistribuer les cartes, de modifier les interactions, de remobiliser des forces de changement. Il pourrait l’être si les parents ne venaient pas dénoncer l’absence de suivi post-placement. La protection de l’enfant étant effective, tout s’organise autour du lieu d’accueil de l’enfant, les forces se mobilisent autour de cet espace de vie, laissant souvent dans l’ombre ceux qui ont été jugés défaillants. De nombreux parents se plaignent de la rareté des rencontres avec les professionnels, de l’absence d’objectifs clairement définis. Sont-ils de mauvaise foi en dénonçant ce vide ? Pas tous, et sans doute ne serait-il pas inutile d’évaluer le temps consacré aux rencontres avec les parents pour modifier la problématique initiale. Très sérieusement, peut-on penser que quelques heures par mois voire beaucoup moins peuvent changer des problématiques lourdes et parfois anciennes, faites de pauvreté, précarité, maladie mentale, violences, addictions ?…

Séparer pour réunir

30La réunion ou le retour de l’enfant à son domicile prend alors parfois l’allure d’un mythe, d’un rêve merveilleux et fou que les parents se racontent et racontent à leur enfant au gré des rencontres, non sans susciter les reproches des professionnels qui y voient là une marque d’immaturité supplémentaire ou de perversité. Combien sont-ils réellement à quitter la famille d’accueil pour revenir à leur foyer ? Nul ne le sait et nul ne semble s’intéresser à ces situations d’enfants qui transitent d’un lieu à l’autre. La France ne tient pas des statistiques sur ce qu’elle pose pourtant comme un principe acquis à savoir que tout placement implique un retour. Il faut donc pour apprécier un peu la réalité du retour faire appel à des études partielles. Celle menée à la Sauvegarde 44 en 2008 et renouvelée sur le département Loire-Atlantique en 2013, montre que le retour reste une hypothèse marginale pour les référents des enfants, même si on note une progression actuelle : de 6,8 % des cas en 2008 à 10,4 % en 2013 (« retour envisagé »). Mais le pourcentage de réponses très pessimistes (« retour inenvisageable ») reste important autour de 44 %.

31Une lecture en termes de durée de placement nous donne une indication précieuse. Le maximum de retours est envisagé entre un an et deux ans de placement, avant un an le projet apparaît peu raisonnable. Entre trois et cinq ans le retour devient majoritairement problématique, puis inenvisageable passé le délai des cinq ans. Le temps éloigne et fige les situations. Séparer pour réunir serait-il un vœu pieux qui masquerait la violence de l’intervention ?

32Si l’on tente de se dégager de ces contradictions voire de ces paradoxes, comment peut-on penser le placement familial ? Il me semble que cela n’est possible qu’en partant de la réalité et non d’une représentation idéalisée. À quoi sert le placement familial, quelles finalités pouvons-nous lui attribuer ?

Dégager les flnalités de l’accueil familial

33Là encore sans souci d’exhaustivité nous en dégagerons quatre qui nous semblent déterminantes.

34La première fonction qui est clairement attribuée à la famille d’accueil est celle de l’éducation et de la socialisation de l’enfant. Offrir à l’enfant un environnement qui lui permette de grandir à l’identique des autres enfants de son âge.

35Mais ces enfants ont une histoire qui implique une seconde mission, celle de relancer ce que René Clément (1990) appelait « les processus d’humanisation en panne chez l’enfant ». Les enfants de l’Aide sociale à l’enfance ont souvent plus que d’autres soufferts, mais il ne s’agit pas de les plaindre ou de les assister. Il s’agit de reconnaître cette souffrance de façon empathique, sans s’identifier à elle, afin de garder la disponibilité nécessaire pour soutenir l’enfant. L’Aide sociale à l’enfance a donc besoin d’assistantes familiales capables à la fois de s’impliquer subjectivement (la neutralité n’est pas de mise) mais aussi capables de contrôler cette subjectivité et capables de lutter contre le découragement et le renoncement de ces enfants et des adultes qui parfois les entourent. C’est « ce devoir d’optimisme » auquel fait allusion René Clément, « cette part de subjectivité désirante de l’intervenant qui sert d’étayage au désir et au narcissisme défaillant du patient, adulte ou enfant », que nous retrouvons dans le témoignage de Madame R. (cinquante trois ans, ex-secrétaire, dix-neuf ans d’ancienneté dans la profession d’assistante familiale, deux enfants confiés au moment de l’entretien). Madame R. nous dit :

Ces enfants ont des histoires invraisemblables, mais il n’est pas question de s’apitoyer, je dirai que cela ne fait pas avancer la charrue. Il n’est pas question de dire “oh mon pauvre petit chéri, tu as tellement souffert que je te cède.” Au début, j’avais tendance à les surprotéger, à excuser ou à minimiser les passages à l’acte au nom de leur passé. Mais au bout d’un moment, il faut reconnaître que cette attitude ne les aide pas à se construire. Ils ont besoin de protection mais pas d’une attitude compatissante. Ils ont vécu des traumatismes mais ce n’est pas en leur achetant des choses, en les gâtant plus que les autres, que l’on peut réparer cela. Cela ne sert à rien, il faut qu’ils mènent une vie d’enfant comme les autres. Ce sur quoi il faut qu’on travaille, c’est sur autre chose, c’est leur faire accepter ce qui leur arrive même si leur histoire est difficile à vivre, et surtout apprendre à croire que demain sera meilleur.

36Transmettre un désir de vie à l’enfant par un apport d’émotions, de plaisirs, de stimulations diversifiées, de moments privilégiés, c’est ce que René Clément (1990) nommait « relancer le processus d’humanisation » ou « un devoir d’optimisme ». Croire dans les capacités de l’enfant, au-delà des difficultés scolaires ou des lenteurs dans les apprentissages, c’est à ce défi que l’assistante familiale est confrontée. Il faut avoir pour cela beaucoup d’énergie et l’idée fortement ancrée, comme disait Sartre que « l’homme est à inventer chaque jour ».

37Ce défi est un vrai défi car si l’on regarde les motifs de placement, on note qu’ils sont variés et souvent cumulatifs (2,6 causes par jeune). Dans notre corpus, les abus sexuels révélés sont cités à 18,32 % mais à 25,4 % pour les seules filles, les abus sexuels suspectés à 8,64 %, la maltraitance physique est notée à 33,25 %, les carences autour de la prise en charge physique et alimentaire pour 39,53 %, la carence autour de la prise en charge affective à 45,43 %, la maltraitance psychologique à 25,93 %. Même si ces catégories restent subjectives, elles viennent dire l’ampleur et la complexité des problèmes présentés par ces enfants. Ce tableau ne serait pas complet sans un mot sur le parcours scolaire de ces enfants, un itinéraire souvent chaotique, ponctué d’échecs, de marginalisation dans les filières spécialisées de l’éducation nationale. De nombreuses études situent la scolarité normale, entre 30 et 40 % seulement des effectifs. Notre propre recherche effectuée au sein de la Sauvegarde 44 confirme l’ensemble de ces tendances. Les deux tiers des enfants que nous avons étudiés ont eu un parcours accidenté avant leur placement, seulement 38 % ont un parcours scolaire correspondant à leur classe d’âge et surtout 21,5 % d’entre eux sont en circuit spécialisé ou en situation de décrochage scolaire. C’est dire l’ampleur de la tâche qui attend les assistantes familiales.

38La troisième fonction tenue par les assistantes familiales concerne le soin. Il suffit d’écouter les assistantes familiales pour les entendre évoquer prioritairement les soins donnés au corps de l’enfant, petits bobos bénins, parfois invisibles mais qui par l’insistance de la plainte révèlent les bleus de l’âme. Les assistantes familiales ne s’y trompent pas et si chacune a son remède (bouillotte, pommade, tisane, …), toutes ont le sentiment par ces gestes répétés de soigner autre chose que ce qui est montré. Ce n’est pas une thérapie au sens usuel du terme, mais il s’agit d’être aux petits soins, dans une sorte de holding psychique de l’enfant, dans ce que l’on pourrait appeler une identification empathique qui évoque beaucoup la préoccupation maternelle primaire.

39Cette vigilance, cette capacité à prendre soin de l’autre, est nécessaire à l’enfant. C’est le plus souvent de cela dont il a manqué. L’accueil familial remplit totalement sa mission lorsqu’il permet à l’enfant de devenir Sujet de son histoire. L’accueil familial peut être davantage qu’un simple lieu de protection, il peut être un lieu de naissance symbolique au sens où l’entend Marguerite Yourcenar (1951) quand elle dit « le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté pour la première fois un coup d’œil intelligent sur soi même ». Sans toujours décrypter concrètement ce qui fait le soin, les assistantes familiales ont bien le sentiment d’exercer, au-delà de l’éducatif, une fonction soignante, mais dans l’illégitimité. Il s’agit moins d’un soin qui s’ignore que d’un soin illégitime, qui n’est pas reconnu et qui peut être contesté par d’autres catégories professionnelles.

40Toute cette attention qui se déploie au quotidien construit bien évidemment des liens entre l’enfant et son assistante familiale. C’est aussi l’une des fonctions de l’accueil familial que d’autoriser la création de nouveaux liens d’attachement. Non pas des liens d’attachement qui se substituent aux liens inscrits auprès des parents, mais des liens autres, vivants et constructifs qui s’ajoutent aux premiers. Pendant très longtemps, on a nié l’existence de ces attachements construits dans l’intimité du quotidien, comme si les liens d’attachement ne pouvaient être que monotropes, c’est-à-dire exclusifs, tout entiers dirigés vers une seule et même personne. Ce n’est que très récemment que l’on s’est intéressé à la nature et à la singularité de ces liens noués en familles d’accueil. Nathalie Chapon a consacré sa thèse à l’étude des familles d’accueil et elle propose un nouveau regard sur le placement familial en étudiant les relations affectives qui s’y développent (2005). À partir d’un échantillon de quarante assistantes familiales, Nathalie Chapon (2005) montre que la suppléance se décline sur un continuum allant de la substitution à une suppléance dite incertaine. Il faudra attendre la loi de 2007 pour que ces liens soient en partie reconnus.

Conclusion

41Des discours théoriques à la réalité du terrain, des intentions à leur déclinaison, on mesure aisément les écarts toujours actifs au sein de ce mode d’accueil. Si l’on parle volontiers de coéducation, de suppléance, de partenariat, de compétences parentales reconnues, les chiffres dans leur brutalité dévoilent une tout autre réalité.

42Nous pourrions cependant travailler sur l’idée de parentalités partielles et additionnelles, à la condition de dire explicitement ce que nous travaillons et comment. Travailler sur la parentalité et coopérer avec les parents en ce domaine suppose d’avoir fait un diagnostic serré des potentialités sur chacun des axes de la parentalité et pouvoir verbaliser aux intéressés des objectifs précis et limités. Limités car trop souvent « en nous efforçant d’atteindre l’inaccessible, nous rendons impossible ce qui serait réalisable » (Watzlawick 1978).

43En conclusion, de cette première approche, nous pouvons dire que le concept de parentalité partagée serait un concept utile pour décoder ce qui se passe dans l’accueil familial, mais qu’il faut pour cela analyser sur chaque axe, et pour chaque situation, comment se joue ce partage.

44Ne l’oublions pas le partage peut être, si on regarde les synonymes de ce terme : une communion, un démembrement, un dépeçage, une distribution, une division, un fractionnement, un morcellement, une participation, une répartition. Toutes les pistes de la parentalité partagée nous sont ouvertes avec ces synonymes, à nous de savoir prendre celles qui seront les plus propices au bien-être de l’enfant.

Notes

1 Une partie de ce texte reprend une communication de 2011.

2 Recherche non publiée.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search