Version classiqueVersion mobile

Parentalité d’accueil et mémoire

 | 
Nathalie Chapon

« La mémoire et le lien »

Des œuvres pour l’enfance abandonnée

Valérie Michel-Fauré

Texte intégral

1Selon C. Boltanski (2013) :

Mon métier c’est de poser des questions. À la différence de nombreux philosophes, je ne pense pas avoir de réponse. Je ne pose pas de questions en mots, mais avec des émotions visuelles ou sonores. Chaque fois, une exposition est une sorte de question posée.

2L’objectif premier de l’exposition « La mémoire et le lien » est la résurgence, par un acte artistique contemporain, de la mémoire de l’abandon des enfants à Marseille, en lien avec une réflexion sur la parentalité d’accueil, le lien et l’attachement.

3Les approches artistiques s’égréneront au fil des textes, fil conducteur du lien symbolique entre les différentes approches historique, sociologique et juridique.

4Œuvres d’un lien d’amour ou d’abandon, tissant les fils entre les sacs de jute, les rubans, les bracelets des nourrissons. Recréant un lien symbolique entre la mère et l’enfant, à partir d’un travail de recherche au sein des archives départementales, des registres et des billets d’abandon, principalement des xviiie et xixe siècles. Artistes et chercheurs, nous avons travaillé ensemble à partir des registres d’abandon et des enveloppes dans lesquelles se trouvaient des lettres d’abandon et des objets intimes destinés aux enfants qui étaient laissés dans les langes alors qu’ils n’étaient encore que nourrissons.

5Ces fonds exceptionnels ont révélé nombre de cartes à jouer, grelots, rubans, chapelets, mèches de cheveux qui ont fait ressurgir dans les imaginaires la mémoire oubliée de ces enfants, n’ayant pour seul témoignage de leur existence que la résurgence d’objets laissés par leur mère, trace de leur parenté biologique. Les objets laissés par les mères pour leur nourrisson abandonné ont été étudiés, analysés dans l’objectif de recréer un lien symbolique par la dimension artistique entre la mère et l’enfant.

6Approcher avec pudeur ces « reliques de l’intime », lettres de mères, de pères, objets symboliques et fétiches affectifs qui auraient pu être détruits au cours des siècles, tant ils sont fragiles et précaires dans leur matérialité, a été une grande chance pour les artistes, l’opportunité d’un voyage temporel et sensoriel.

7Ainsi, nous avons pu observer au vu de la forte mortalité de ces enfants (plus de 50 %), que leur statut avait évolué au cours des siècles. On a constaté qu’au cours du xviiie siècle, les enfants abandonnés qu’ils le soient dans les lieux publics à l’extérieur ou par le système du tour (petite porte pivotante sur elle-même laissant la place au berceau du nourrisson pour un abandon anonyme dans les hôpitaux), à l’Hôtel Dieu à Marseille, étaient baptisés pour le salut de leur âme. Les parrains et marraines étaient choisis parmi le personnel qui les recueillait. Au xixe siècle, la pensée hygiéniste était prédominante, les enfants étaient aussi vaccinés dès leur naissance. On constate ainsi selon les époques, une prise en charge différente des nourrissons, et notamment leur nomination qui dépend le plus souvent de l’ingéniosité du préposé aux registres. Le nom et le prénom de l’enfant étaient le plus souvent en lien avec ce que l’on pouvait trouver dans son berceau au moment du recueil du nourrisson.

  • 2 Définition mémoire I.A., Dictionnaire cnrtl : http://www.cnrtl.fr/definition/mémoire.

8Que signifie la mémoire ? Il s’agit « d’une faculté comparable à un champ mental dans lequel les souvenirs, proches ou lointains, sont enregistrés, conservés et restitués2 ». Son antonyme, l’oubli, est indissociable de l’abandon, du renoncement, l’effacement. Son synonyme, la souvenance, rend compte de la démarche engagée par ce travail mnémonique d’interprétation qui rend aujourd’hui visible une réalité passée invisible. Les signes anonymes qui nous révèlent l’existence de ces enfants disparus sont autant d’héritages familiers, et pourtant sans filiation. Paradoxe du destin, par l’extraction de ces fragments, la manipulation de ces objets inconnus, un lien irréductible s’est tissé, un récit s’est écrit, une fiction contemporaine s’est construite sur cette réalité oubliée.

9Raconter l’histoire de l’abandon, de ces procédés et processus depuis le xviiie siècle à nos jours, a été aussi un élément majeur de cette démarche, pour que les artistes soient en symbiose avec le sujet. La multiplicité des regards est ici particulière, les origines culturelles sont très diverses, les concepts d’abandon aussi : abandon des enfants en occident, abandon des filles en Chine, abandon des parents en Corée […] Au fur et à mesure de ce projet, les artistes ont pris conscience de l’intérêt d’aller à la rencontre du passé, ce passé suspendu, de le connaître, pour mieux appréhender leur présent et envisager leur futur. Leur positionnement s’est enrichi de cette expérience de souvenance de vécus oubliés de la grande Histoire mais révélés dans leur propre histoire à jamais, même si celle-ci est parfois lacunaire et non objective. La trace subjective de la conscience de ce ressenti est représentée par les œuvres proposées au visiteur pour que lui aussi en voyant les archives réelles et objectives, dans les vitrines, en interaction avec les interprétations fictionnelles contemporaines exposées, puisse vivre son expérience de la mémoire et du lien, en regard de son propre vécu.

10L’ensemble de ces œuvres vont rythmer la pensée des auteurs sur la question centrale de la parentalité d’accueil. Chaque œuvre est associée à un texte en miroir, l’œuvre venant ainsi éclairer la pensée du lecteur.

Une présentation des œuvres proposées

11À l’extérieur, Zagros Mehrkian nous parle des contes, modes d’apprentissages universels, contes occidentaux où abandon, peur des monstres et des sorcières habitent souvent de manière inquiétante l’enfance, alors que, paradoxalement, dans sa culture persane, les Mille et une nuits décrivent un monde merveilleux où l’enfant va se construire pour affronter ensuite des événements plus cruels. Ce capital symbolique du conte se confronte à l’épreuve du réel de ces enfants, privés d’imaginaire.

12Charlie Foullonneau nous évoque sa rencontre avec les prénoms disparus ou réactualisés qui matérialise celle avec des personnalités, des personnes, des histoires oubliées.

13À l’intérieur, Jinhee Jang, coréenne, nous fait toucher et ressentir le lien tactile, celui de la peau, qui nous relie au plus profond de nos souvenirs à notre mère biologique.

14Puis Guillaume Parent, confronté aux matricules des registres et dossiers individuels du xixe siècle, évoque l’anonymat, la déshumanisation du processus d’abandon à travers les arcanes administratives.

15Mais aussi Brian Caddy, imprégné musicalement dans son milieu familial, qui nous fait remonter dans le temps de l’enfance par son installation sonore.

16Ou encore Meggane Ben, qui se place du point de vue des mères, jugées, bannies pour ces abandons, qu’elle ré-envisage à travers des portraits-robots pour leur redonner une existence et une dignité.

17Dylan Casasnovas, de son côté, garde encore son doudou auprès de lui et imagine ces vies privées de ces objets fétiches, projections affectives, exclus du monde de l’enfance.

18Ève Schmidt a été touchée par les nourrissons abandonnés à l’hôtel-Dieu sans aucun témoignage, sans aucun objet, sans souvenir laissé par la mère, le néant. Face à ce terme dessiné dans une écriture stylée sur les dossiers, Néant, face à cet acte radical qu’elle rapproche du constat de Lacan selon lequel « aucun silence ne saurait être vide », elle nous propose des rideaux d’objets-souvenirs, accumulations matérielles dérisoires comparées à ce manque affectif absolu.

19Jin-ah Jang encore, nous raconte une légende coréenne qui inverserait les rôles, les enfants devenus adultes abandonnent leurs parents trop âgés dans la montagne, comme le décrit de manière poétique et dramatique le film japonais La Ballade de Narayama de Shohei Inamura, réalisé en 1983, d’après le modèle coréen de Kim Li-young Goryeojang, datant de 1963. Jin-ah Jang nous montre ici que l’abandon n’est pas une question d’âge.

20Soffia Bondarenko, ukrainienne, a choisi de créer des motankas, après avoir découvert nombres de rubans dans les billets d’abandons qu’elle a explorés. Ces poupées, dans sa culture, sont offertes à la naissance aux bébés et jouent le rôle de porte-bonheur, elles sont féminines car, chez elle, les femmes sont protectrices des âmes. Ce désir universel et symbolique de ne jamais rompre le lien prend alors tout son sens dans ce parti pris plastique.

21Enfin, Boryan Delchev, bulgare, qui avait commencé à peindre une interprétation du Petit Poucet et qui finalement positionne son travail sur le champ de la photographie artistique et du reportage de cette exposition accomplissant un travail remarquable de témoignage de cette aventure humaine.

22Boltanski (2013), repoussant sans cesse les limites entre absence et présence, souligne l’universalité de l’acte artistique : « Le but de l’artiste est de devenir l’autre. Il a un miroir à la place du visage. La beauté de l’art, c’est de passer du plus personnel au plus collectif. »

23Cette approche inédite des archives de l’abandon, aventure individuelle et personnelle de notre rapport à cette notion, apporte aujourd’hui un nouveau regard sur les objets et registres, qui ne se présentent plus à nous comme des documents factuels, mais au contraire comme des traces mémorielles, des sortes de palimpsestes de notre mémoire collective humaine.

Notes

2 Définition mémoire I.A., Dictionnaire cnrtl : http://www.cnrtl.fr/definition/mémoire.

Auteur

École supérieure d’art et de design - Toulon Provence Méditerranée

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search