Version classiqueVersion mobile

Parentalité d’accueil et mémoire

 | 
Nathalie Chapon

Introduction

Texte intégral

Fond documentaire des lettres d’abandon, archives départementales de Marseille, photographie de Boryan Delchev 2014, École supérieure d’art et de design, Toulon méditerranée

Que signifie « apprivoiser » ?
C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie « créer des liens.. » Créer des liens ?… »

1Apprivoiser signifie « créer des liens » nous dit le renard. Nous connaissons tous cette histoire d’Antoine de Saint-Exupéry et cette amitié entre le Petit Prince et le renard, qui s’installe entre eux par un processus d’apprivoisement qui se met en place (Saint-Exupéry 1946 : 71). « Si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde… ». L’émergence d’une relation singulière qui débute par une vraie rencontre, qui s’installe doucement dans le temps et l’espace, adoucissant les évènements de la vie, « si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée », parce qu’ils deviendront amis, unis par le sentiment de prendre soin de l’autre par les actes et la pensée. Que faut-il faire pour s’apprivoiser et connaître ce lien si particulier ? Le renard répond. Il faut tout d’abord cultiver la patience, s’approcher doucement, un peu plus chaque jour. Puis, mettre en place des rituels, des habitudes de vie, car si tu viens tous les jours « à quatre heures de l’après-midi, dès trois heures je commencerai d’être heureux. Plus l’heure avancera, plus je me sentirai heureux ». Prendre le temps d’être avec l’autre, en prendre soin, l’écouter attentivement ; se plaindre, se vanter mais aussi se taire. Alors quand ce processus d’apprivoisement est engagé, le secret du renard peut être révélé, « on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux ». Si l’essentiel est invisible, c’est donc avec le cœur qu’il convient de voir et de changer sa représentation des liens et des relations familiales. Comment appréhender les liens singuliers qui se tissent entre un enfant élevé pendant plusieurs années par une autre famille que la sienne ? Comment considérer ces liens tissés dans le quotidien de l’accueil familial, par un partage du temps, par un apprivoisement de chacun ?

2Des pistes ont été ouvertes depuis quelques années par l’évolution des cadres législatifs mais aussi par les recherches en cours sur les questions de la parentalité en famille d’accueil (Chapon & Neyrand 2005), pour apporter des éléments de réponse et de nouvelles orientations en accueil familial et plus largement en protection de l’enfance.

3Ainsi en 1989, la France ratifie la Convention internationale des droits de l’enfant, ce texte fédère les États autour d’une même volonté d’assurer la protection de l’enfant. Vingt-cinq ans plus tard en France le Défenseur des droits de l’enfant propose une série de mesures en faveur des enfants confiés notamment la reconnaissance de leur parole, et au-delà de ce que vit l’enfant dans sa famille d’accueil.

4Allant dans le même sens, depuis les années 2010, une série de rapports et de colloques interrogent la notion de parentalité en protection de l’enfance. Que cela soit, le rapport de l’ONED (2013) sur la « Famille, parenté, parentalité en protection de l’enfance, Quelle parentalité partagée ? » qui apporte une réflexion à la fois sur la place des assistants familiaux auprès de l’enfant et celle des parents, et la prise en compte des liens d’attachement, ou le rapport de Gouttenoire (2014) où tout un chapitre est consacré aux familles d’accueil et aux liens en protection de l’enfance, on constate l’importance accordée à la question devenue centrale des liens et des relations en famille d’accueil.

5De nombreux colloques ont également abordé ces questions en France et en Europe, celui de l’ANPF en 2013 sur la « Parentalité plurielle et liens d’attachement en accueil familial », en 2014 en Belgique sur ce même thème, à Brest avec la question centrale « Peut-on avoir plusieurs parents ? ». Puis, au même moment un colloque intitulé « Familles d’accueil et représentations » à partir d’un croisement pluridisciplinaire sur l’enfance, la famille, a consacré une journée de réflexion à la parentalité d’accueil à Marseille. Ces réflexions ont été accompagnées par un travail sur la mémoire et le lien au sein des Archives départementales de Marseille en partenariat avec l’École supérieure d’art de Toulon.

6La mémoire à partir des objets, des morceaux de tissus, des bijoux, des cartes, des mèches de cheveux, des lettres… laissés par les mères dans les langes de l’enfant qu’elles abandonnaient juste après leur naissance à l’Hôtel-Dieu de Marseille. Comment créer un lien symbolique entre une mère qui abandonne son enfant, et un nourrisson qui ne la reverra jamais, qui ne connaîtra pas ses origines, qui sera élevé chez des nourrices ou en foyer sans jamais avoir connaissance des objets qui lui étaient destinés ? À partir de ces traces de son histoire, de ces objets conservés, de ces billets d’abandon des xviiie et xixe siècles, fonds conservés aux archives départementales de Marseille, dans des enveloppes et des sacs de jute, les artistes ont tissé des liens symboliques entre la mère et l’enfant par leur création.

7Plusieurs œuvres originales et émouvantes, s’égrènent tout au long de l’ouvrage, accompagnant les réflexions des auteurs, et la sensibilité du lecteur (Michel-Fauré) venant en écho des réflexions proposées dans cet ouvrage sur la parentalité d’accueil.

8Les auteurs croisent leurs regards autour de la notion de parentalité d’accueil (Chapon), une notion interrogée d’un point de vue sociologique (Neyrand) et juridique (Siffrein-Blanc) au travers de la question de l’abandon et des différentes filiations dans l’histoire (Knibierhler). Face aux complexités de l’accueil familial (Sellenet, Theisen), le point de vue des enfants et des parents sera interrogé (Sellenet, Prémoli, Theisen), et des démarches d’accompagnement des enfants afin de leur donner la parole seront présentées (Theisen, Staquet).

9Ainsi, l’analyse débute par une approche historique avec une réflexion de Yvonne Knibiehler qui montre que depuis des siècles, nombre d’enfants ont été élevés par d’autres que leurs propres parents et, ce en France ou ailleurs. L’histoire permet de savoir où l’on va et d’où l’on vient. Elle montre la diversité et la complexité des liens qui peuvent se nouer entre un enfant et les adultes qui l’élèvent, les liens biologiques mais aussi les liens du cœur, les liens affectifs et les liens symboliques. Ces liens qui s’articulent différemment selon les époques, les lieux et les milieux.

10Gérard Neyrand nous plonge au centre du processus mis en jeu dans l’ambiguité du terme parentalité et son utilisation plurielle. Si l’emploi de ce terme s’est démocratisé dans les années 1990, pour répondre à l’émergence de situations nouvelles comme les recompositions familiales, il était déjà employé depuis des années par les sciences humaines avec un sens spécifique pour chacune d’elle. La difficulté aujourd’hui réside dans l’aspect pluriel et les sens différents de la notion de parentalité, du fait d’une « sédimentation de significations ». Il engage à une lecture pluridisciplinaire de la notion, en partageant les réflexions proposées par Nathalie Chapon et Catherine Sellenet.

11Nathalie Chapon inscrit ses travaux vers une réflexion plus conceptuelle des différentes terminologies employées aujourd’hui dans le champ de la protection de l’enfance. Elle part du constat que nombre d’auteurs reconnaissent les confusions présentes entre la parenté et la parentalité. De quoi parlons-nous ? Leur usage est aujourd’hui si vulgarisé, que l’un peut glisser vers l’autre, et qu’ils peuvent être parfois confondus. On parle de parenté sociale, parenté élective, parenté additionnelle, mais aussi de parentalité d’accueil, de parentalité positive, de parentalité plurielle ? Quel est le bon mot pour définir la réalité sociale observée en accueil familial ? Elle propose une analyse conceptuelle des terminologies de la parenté et la parentalité à partir des modes de suppléance.

12Catherine Sellenet vient compléter cette analyse en partant des paradoxes de l’accueil familial, des contradictions et doutes dont témoigne ce mode d’accueil. Elle constate que le chemin vers la coéducation est parsemé d’embûches, tant les chiffres dévoilent une réalité plus dure. Elle propose de travailler sur l’idée de parentalités partielles et additionnelles, à la condition d’expliciter les attentes aux parents, afin qu’ils soient acteurs du processus engagé.

13Caroline Siffrein-Blanc apporte un éclairage juridique aux notions de parentalité d’accueil et aux modes de suppléance en partant de l’existence d’un projet de vie pour l’enfant. Elle propose un cadre de protection de l’enfance basé sur une évaluation de la situation des acteurs, pour former une configuration familiale singulière, permettant à l’enfant de grandir dans un contexte stable et sécurisant. Ainsi, la reconnaissance de l’importance pour l’enfant de développer un attachement sécurisant et stable deviendrait l’un des objectifs de sa protection combiné avec celui de préserver ses liens familiaux d’origine, ces deux impératifs devant coexister. Une analyse qui s’inscrit davantage vers les modèles de protection de l’enfance anglo-saxons que vers le modèle italien proposé par Silvio Prémoli.

14Silvio Prémoli, vient éclairer le champ de la parentalité d’accueil à partir d’une approche centrée sur les droits de l’enfant et non sur ses besoins. Il considère que la meilleure façon de protéger l’enfant est de lui reconnaitre ses droits et de lui restituer ses parents. On se trouve ici dans une lecture des droits différente de celle de Caroline Siffrein-Blanc, mais tout à fait éclairante du contexte italien. Dans ce cadre, il tente d’identifier et de construire les facteurs de succès pour un bon retour de l’enfant dans sa famille. Il estime que l’éloignement d’un enfant peut être vécu comme une rupture à deux niveaux : une rupture des soins parentaux et de la relation quotidienne entre parents et enfant, et une rupture de la relation entre parents et services socio-éducatifs qui accompagnent la famille avant l’éloignement. Il s’inscrit donc dans un soutien à la parentalité d’origine.

15Robert Theisen, porte une attention particulière sur un aspect bien spécifique en protection de l’enfance, la parole de l’enfant en accueil familial. Il s’appuie lui aussi sur la Convention internationale des droits de l’enfant qui prévoit dans l’article 12 que l’enfant « capable de discernement » puisse « exprimer librement son opinion sur toute question l’intéressant, ses opinions étant dûment prises en considération eu égard à son âge et à son degré de maturité ». Il montre qu’il faut établir une stabilité sécurisante pour l’enfant, une figure d’attachement qui puisse répondre aux besoins des enfants. Si la figure d’attachement primaire n’est pas disponible ou bien si elle est défaillante, il est indispensable de trouver une figure d’attachement secondaire remplissant la fonction parentale fondamentale, une personne de l’entourage familial ou une famille d’accueil. Il considère que tout enfant devrait avoir le droit d’entretenir des liens durables avec au moins un adulte de référence.

16Pascale Staquet, rejoint par sa réflexion et sa pratique la démarche proposée par Robert Theisen. Pour un enfant accueilli, les repères de vie de famille ne sont pas ceux d’une famille nucléaire classique. Cette nouvelle configuration familiale d’accueil bien qu’elle tente d’apporter une sécurité et une affection à l’enfant, peut aussi être source d’ambiguïté, de clivage, provoquant chez l’enfant des conflits de loyauté et de la souffrance. De quoi un enfant confié a t’il besoin dans cette situation familiale particulière pour trouver sa place entre ses parents et sa famille d’accueil pour grandir ? Elle considère que l’accès à son histoire est indispensable pour se construire. Elle présentera dans ce sens un outil utilisé en Belgique, « Le fil rouge » qui tisse des liens, entre des dates clés, des décisions prises, des photos, des témoignages, permettant ainsi à l’enfant de comprendre les choix faits pour lui et de connaître son histoire.

17L’ouvrage se termine par une réflexion qui propose aux lecteurs une recontextualisation de l’ensemble des apports conceptuels partagés par l’ensemble des contributions et réflexions sur la parentalité d’accueil, tout en la replaçant dans un questionnement plus large des cadres de référence en vigueur aujourd’hui en accueil familial et la difficile reconnaissance de la dimension affective dans l’accueil de l’enfant.

Fond documentaire des lettres d’abandon, registre d’abandon, janvier 1858, archives départementales de Marseille, photographie de Boryan Delchev 2014, École supérieure d’art et de design, Toulon méditerranée

Table des illustrations

Légende Fond documentaire des lettres d’abandon, archives départementales de Marseille, photographie de Boryan Delchev 2014, École supérieure d’art et de design, Toulon méditerranée
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/49240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fond documentaire des lettres d’abandon, registre d’abandon, janvier 1858, archives départementales de Marseille, photographie de Boryan Delchev 2014, École supérieure d’art et de design, Toulon méditerranée
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/49240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search