Version classiqueVersion mobile

Délinquances, police, justice

 | 
Laurent Mucchielli
, 
Émilie Raquet

Victimation et sentiment d’insécurité sur deux campus universitaires marseillais

Pierre-Olivier Weiss

Texte intégral

1Malgré des décennies de recherche et d’analyse, on en sait peu sur les problèmes de sécurité rencontrés et sur la peur ressentie par les jeunes, notamment dans les campus universitaires. Dans le cadre d’une Étude de sûreté et de sécurité publique engagée par l’université Aix-Marseille (AMU), nous avons réalisé d’abord une enquête sur la population étudiante et sur les personnels fréquentant régulièrement le campus universitaire de Luminy. Dans un souci de comparaison, le campus Saint-Charles a ensuite été choisi parce qu’il contrastait avec Luminy notamment en termes de taille et de situation géographique, et parce que la direction d’AMU le considérait comme « sensible ». À Saint-Charles, l’enquête ne s’inscrivait pas dans un cadre administratif particulier, l’entrée sur le terrain a donc été différente, nous avons tenté de mobiliser la hiérarchie, la coopération de cette dernière s’avérant plus faible et les relations plus laborieuses qu’à Luminy.

2La réalisation de ces deux enquêtes s’est donc faite dans un premier temps avec la collaboration des différentes instances administratives des deux campus. Des acteurs extérieurs à l’université (police nationale et police municipale) ont été parallèlement sollicités, leurs données et points de vue permettant de contribuer à objectiver la situation. Pour le reste, notre enquête a reposé sur deux volets complémentaires : un volet qualitatif (une enquête de terrain procédant par entretiens et observations prolongées in situ) et un volet quantitatif consistant en la réalisation d’une enquête sur la victimation et le sentiment d’insécurité auprès des usagers des campus (étudiants, enseignants et personnels administratifs).

  • 1 Voir notamment : J. Fleury DeVoe, L. Bauer, « Student Victimization in U.S. Schools : Results From (...)
  • 2 « Assessing the Student Right-to-Know and Campus Security Act of 1990 : An Analysis of the Victim R (...)
  • 3 J. Simon, « In the Place of the Parent : Risk Management and the Government of Campus Life », Socia (...)

3Une telle enquête sur des campus universitaires est inédite en France à notre connaissance. Néanmoins, des approches de ce type existent dans d’autres pays, aux États-Unis notamment dans le cadre du Crime and Safety Surveys program1. Certaines ont tenté de pallier le manque de connaissances en matière de sécurité dans le milieu étudiant2 quand d’autres se sont intéressées davantage au management et à l’organisation des campus3.

Contexte de la recherche

4AMU est aujourd’hui une des plus jeunes universités de France, c’est aussi la plus imposante au regard du nombre d’étudiants francophones, de personnels et de par son budget. AMU a été officiellement créé en 2011, par fusion de trois universités (l’université de Provence, l’université de la Méditerranée et l’université Paul-Cézanne). Ce regroupement a induit une réflexion sur l’organisation de la gestion administrative et technique qui prévoyait une nouvelle répartition des moyens humains et des activités à partir de septembre 2014. En somme, c’est l’ensemble de l’organigramme et les compétences dévolues à chaque service qui se sont vus restructurés. Le texte énonçant les principes fondateurs a suscité de vives réactions spécialement de la part des syndicats enseignants (critique sur le fond de la loi LRU, dénonciation d’un manque de démocratie), mais aussi des syndicats étudiants.

5Au-delà de cette évolution administrative et technique conséquente, il faut souligner les particularités du territoire dans lequel chacun des campus prend place. Les deux cas que nous avons étudiés sont des campus dits « ouverts », c’est-à-dire très perméables à leur environnement. Ce premier constat invite à retracer sommairement leur configuration géographique et à poser quelques repères historiques.

6Le site de Luminy a été implanté en marge du centre-ville à partir des années 1950 ; il est situé au cœur du parc national des Calanques. Dans le but de désenclaver le campus et de le connecter davantage à la ville, il a été décidé d’y faire rentrer un Bus à haut niveau de service (BHNS) à la fin de l’année 2014. Notre enquête se situe donc dans ce contexte.

7Par ailleurs, dès les années 1880, la municipalité décide de bâtir « une université complète » dans le quartier Saint-Charles, sur les terrains de l’ancien cimetière du Racati. Ce n’est qu’en 1910 que les travaux sont lancés, uniquement pour une faculté des sciences. Dans les années 1950 se développent de nouvelles disciplines d’enseignement, en lien notamment avec l’augmentation importante du nombre d’étudiants. D’un point de vue géographique, le campus Saint-Charles est coincé entre la gare SNCF et l’autoroute du Soleil (A 7), au centre de Marseille. Les questions relatives à la sûreté et à la sécurité sont analysées à l’aune de cette insertion urbaine particulière. Deux éléments sont notables à notre arrivée : ce campus subit lui aussi des modifications d’infrastructures notamment en termes de sécurité des accès. En outre, durant l’année universitaire 2012-2013, les agents de sécurité du campus Saint-Charles ont enregistré un nombre plus volumineux que les années antérieures de vols et de dégradations (source : mains courantes).

Méthodologie

  • 4 P. Robert, Zauberman R., Mesurer la délinquance, Paris, Presses de Sciences-Po, 2011.
  • 5 Voir P. Robert, R. Zauberman, Mesurer la délinquance, op. cit. ; et sur l’adaptation réalisée par l (...)

8L’objectif principal de ces deux enquêtes est de mettre en lumière et de comparer les faits de délinquance dont les personnels et les étudiants des deux campus ont pu être victimes au cours d’une année universitaire, qu’ils en aient informé ou non leurs supérieurs hiérarchiques, les services administratifs centraux ou encore la police. L’enquête de victimation présente l’intérêt de permettre un comptage des faits mais aussi une évaluation du « sentiment d’insécurité » (notion polysémique sur laquelle nous reviendrons). Ce type d’enquête (victimization surveys) a été mis en œuvre à partir des années 1960 aux États-Unis notamment dans le but de construire des données indépendantes de celles des services de police4. La victime devient ainsi un informateur privilégié sur la nature et l’étendue de la délinquance. Ce modèle de recherche apparaît une décennie plus tard en Europe. Le questionnaire que nous avons confectionné s’est inspiré directement des précédentes études réalisées par l’ORDCS dans plusieurs villes de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, études elles-mêmes alimentées par la tradition d’enquête de ce type inaugurée en France par les chercheurs du CESDIP dans les années 1980 et « routinisée » à partir de la fin des années 19905.

9L’enquête par questionnaire nous a permis d’interroger 938 personnes à Luminy (soit 6 % des étudiants et 18 % des personnels) et 474 à Saint-Charles (soit 22 % des étudiants et 22 % des personnels). La passation du questionnaire s’est déroulée soit en format papier soit en format électronique (par Internet). Elle s’est faite en direction des usagers de tout type au sein des différentes composantes. Nous n’avons pas recherché le volontariat ou la motivation des personnes, mais au contraire des modes de passation opérant le moins de sélection a priori et touchant potentiellement le maximum de personnes sur ces sites, ceci afin de ne pas enquêter les seules personnes pouvant se sentir, pour diverses raisons, plus concernées que d’autres par le sujet de l’étude. L’échantillon ainsi collecté a ensuite été redressé sur la base de plusieurs variables sociodémographiques (cf. infra). À ce premier outil méthodologique s’ajoutent des observations in situ et 27 entretiens, notamment pour analyser le fonctionnement de la sécurité et comprendre le décalage entre les représentations des usagers et la réalité des faits. Sont également abordés dans cet article, sous un angle qualitatif, les outils à la disposition des personnes en charge de la sûreté et de la sécurité, et le point de vue qu’ils portent dessus. Enfin, un volet particulier est dédié à la population étudiante résidant en cité universitaire et constituant de ce fait une catégorie spécifique d’usagers du campus.

10Ce chapitre présentera dans deux parties distinctes les résultats des études menées sur les campus de Luminy et de Saint-Charles en s’attachant à décrire la population des usagers, les victimations qu’elle a subies et les problématiques liées à la sécurité, qui nous ont été rapportées. Dans une troisième partie, nous comparerons ces deux terrains de recherches afin d’en tirer quelques enseignements généraux.

Le campus de Luminy

La population du campus6

  • 6 Les données présentent dans cette partie ont été obtenues grâce aux informations fournies par AMU a (...)
  • 7 La faculté des Sciences, la faculté des Sciences du sport, le Centre d’océanologie, un département (...)

11En 2013, on dénombre 14 000 étudiants, enseignants chercheurs, chercheurs ou personnels administratifs et techniques, répartis par composantes7.

12Du côté des étudiants, le campus compte 42 % de femmes et 58 % d’hommes pour l’année universitaire 2013-2014, dont un quart sont boursiers, proportion se situant en deçà de la moyenne nationale (qui est de l’ordre de 30 % en 2014). L’immense majorité des étudiants ont entre 20 et 24 ans. La moitié des étudiants résident à Marseille et 17 % logent dans la cité universitaire. Les étudiants inscrits en deuxième et troisième année de licence constituent 30 % de notre population. Le reste de l’effectif se distribue ensuite entre la première année de licence et les niveaux master et doctorat. Un tiers des étudiants travaillent, et ce pour un salaire mensuel plafonnant à 800 € en moyenne. Par ailleurs, le campus enquêté révèle un fort niveau d’autonomie des usagers vis-à-vis des transports en commun (70 % des étudiants sont véhiculés).

13La catégorie « personnel » se compose de 45 % de femmes et 55 % d’hommes, qui résident pour les deux tiers d’entre eux à Marseille. La population est plutôt jeune, la moitié du personnel a entre 30 et 45 ans. Ces personnels se répartissent principalement en deux grandes catégories socioprofessionnelles : 67 % de cadres et professions intellectuelles supérieures et près de 23 % de professions intermédiaires. La stabilité de l’emploi est la règle et les contrats précaires l’exception (60 % de fonctionnaires et 21 % de CDI) à l’image de leur rémunération. Plus d’un tiers des personnels dispose d’un revenu mensuel supérieur à 2 500 €, un quart a un revenu entre 2 000 € et 2 500 €. Il apparait par ailleurs que presque la totalité du personnel de Luminy est véhiculé.

14Nous allons maintenant nous intéresser aux résultats à proprement parler de l’enquête menée. Dans un premier temps nous commenterons la synthèse des données recueillies et traduites sous forme de tableau, puis nous détaillerons chacune de ces victimations.

15Concernant la présentation des statistiques, nous parlerons en termes d’intervalles de confiance. En effet, l’intervalle de confiance permet, surtout lorsque l’échantillon est de faible ampleur, de relativiser la précision statistique du résultat en indiquant non pas un chiffre précis qui serait illusoire mais un intervalle dans lequel se situe très vraisemblablement la réalité.

Les victimations étudiantes

  • 8 Voir L. Mucchielli, E. Raquet « Victimation et sentiment d’insécurité à Marseille : Premiers résult (...)

16Les résultats de notre étude montrent que le taux de victimation est faible au regard de l’enquête réalisée en population générale à Marseille sur la période 2013-2014 où le taux des victimes culmine à 54 %, sur une période de deux ans toutefois8. Par ailleurs, le cumul de victimations (multi-victimation) demeure l’exception à Luminy. Les taux étant calculés sur les personnes concernées (possédant une voiture), c’est la victimation « vol ou tentative de vol d’objets dans ou sur la voiture » qui se positionne au sommet de cette hiérarchie : elle concerne entre 3 et 8 % des personnes interrogées. Toutefois, en termes numéraires, les étudiants déclarent d’abord subir des discriminations puis des injures ou menaces verbales, ensuite des vols ou tentatives de vols d’objets personnels.

* Parmi les étudiants possédant une voiture, taux sur 301 étudiants.
** Parmi les étudiants possédant une voiture et/ou un deux-roues motorisé, taux sur 359 étudiants.

Source : ORDCS, enquête sécurité Luminy 2013

Discriminations

  • 9 Voir L. Mucchielli, E. Raquet « Victimation et sentiment d’insécurité à Marseille : Premiers résult (...)

17Les discriminations constituent un type de victimation questionné de façon originale dans les enquêtes de victimation développées par l’ORDCS9. Et ces deux enquêtes réalisées sur des campus universitaires confirment le bienfondé de cette évolution apportée au questionnaire. Entre 4 et 8 % des personnes interrogées à Luminy (environ 6 % en moyenne) s’en disent en effet victimes, ce qui en fait la victimation la plus recensée en termes d’effectifs. La moitié de ces victimes ne l’a été qu’une seule fois mais pour environ un tiers la victimation s’est répétée (jusqu’à trois fois ou plus). Ce type de victimation se rencontre indistinctement la journée et la nuit. Ces discriminations, qui concernent en premier lieu le sexe puis la couleur de peau, surviennent dans les lieux les plus concentrés et où les flux sont intenses (restaurant universitaire, cafétéria, cité universitaire).

  • 10 K. Fox, M. Nobles, A. Piquero, « Gender, crime victimization and fear of crime », Security Journal,(...)
  • 11 A. Woolnough, « Fear of crime on campus : Gender differences in use of self-protective behaviours a (...)
  • 12 S. Condon, M. Lieber, F. Maillochon, « Insécurité dans les espaces publics : comprendre les peurs f (...)

18Les entretiens de terrain ont montré que le sexisme est une discrimination qui atteint presque exclusivement les femmes. Nous entendons par sexisme toute attitude de discrimination basée sur le sexe des personnes. Des chercheurs américains se sont intéressés à la relation entre la victimation et la peur du crime sur les campus en abordant la question du genre. Les résultats indiquent que les femmes sont plus apeurées que les hommes10 et davantage sujettes à adopter des comportements d’autoprotection11. Dans ce cas, le terme « sexe » ne se réfère plus au sexe biologique, mais à la construction sociale du genre féminin et du genre masculin. En France, Condon, Lieber et Maillochon estiment que la vulnérabilité des femmes ne va pas de soi mais procède d’une construction sociale, c’est « le reflet des relations asymétriques entre les sexes12 » et les femmes mettent en œuvre des tactiques pour éviter les lieux qu’elles imaginent dangereux lors de sortie seules, essentiellement nocturnes.

19Ces actes de discrimination, pour plus de la moitié, ne sont pas dénoncés (par peur, ignorance, indifférence, voire hostilité à l’encontre de l’État), et se déroulent au moins deux fois sur cinq entre usagers réguliers du campus de Luminy qui se connaissent. Dans notre société, une large part des victimations est tue, surtout lorsqu’elles paraissent peu graves aux yeux de la victime ou difficiles à énoncer.

  • 13 A. Rea et M. Tripier, Sociologie de l’immigration, La Découverte, Paris, 2008, p. 74.

20La couleur de peau est le second attribut discriminant dénoncé. Ce type de discrimination soulève la problématique du racisme « ordinaire » qui déborde largement la sphère universitaire conçue comme le lieu d’une certaine diversité sociale, ethnique et culturelle, une expérience quotidienne de l’altérité. A. Rea et M. Tripier le caractérise ainsi : « Si les discriminations supposent un rapport de pouvoir et de domination, le racisme ordinaire renvoie à la sphère des attitudes et des opinions et se décline différemment selon les milieux sociaux »13. C’est dans les interactions ordinaires que se situe ce type de racisme.

Injures et menaces verbales

21Ce second type d’incivilité, qui concerne entre 3 et 7 % de la population interrogée (environ 5 % en moyenne) a lieu davantage l’après-midi et ne s’est reproduit que pour un tiers des victimes. La plupart du temps, il s’agit de simples injures. Lorsque l’agression verbale est avérée, les auteurs agissent davantage en groupe. La majorité d’entre eux, dans un quart des cas connus de leur victime, n’étaient pas armés lors de l’agression. Tout comme pour les discriminations, ces incivilités sont ordinairement passées sous silence et ne font l’objet d’aucun enregistrement auprès des services de police.

Vol ou tentative de vol avec ou sans violence d’objets personnels

22Cette victimation est de faible ampleur durant la période à laquelle nous nous sommes intéressés : à nouveau elle concerne entre 3 et 7 % de la population interrogée (environ 5 % en moyenne). Dans deux tiers des cas, le vol (ou la tentative) se déroule sans violence et dans la journée. On observe qu’une petite moitié de ces vols ont lieu aux alentours des parkings et des arrêts de bus, par conséquent dans des zones reculées du reste de la vie universitaire et de fait plus propices à ce type d’exaction. Les agresseurs agissent le plus souvent sans arme et à plusieurs. Contrairement aux deux types de victimation précédentes, dans ce cas-ci le taux de plainte est assez important.

23En s’appuyant sur les victimations déclarées, nous avons recherché l’existence de corrélations statistiques entre d’un côté, les variables sociodémographiques et environnementales et de l’autre, les victimes afin de connaître leurs profils sociologiques.

Profils des victimes et sentiment d’insécurité

24Trois variables ressortent de manière significative dans le modèle de régression logistique : l’âge, les actes de vandalisme et l’éclairage sur le campus. Premièrement, les 25-29 ans sont sept fois plus susceptibles d’être victime que les moins de 20 ans. Ensuite, plus le niveau d’études est élevé, plus les étudiants se déclarent victimes. Enfin, la perception de l’environnement par les victimes est elle aussi particulière. En comparaison avec la population globale étudiée, ces dernières estiment davantage que les actes de vandalisme sur le campus sont importants, que l’éclairage n’est pas satisfaisant et ont plus souvent peur en se déplaçant à la nuit tombée.

  • 14 Cf. L. Mucchielli, Vous avez dit sécurité ?, Nîmes, Champ social éditions, 2012, p. 60-63.

25En marge des victimations éprouvées dans la population étudiante, nous concentrons notre propos sur le sentiment d’insécurité qui mêle à la fois la perception du cadre de vie et ce que l’on appelle les peurs. Le « sentiment d’insécurité » est un terme usuel et plurivoque qui peut désigner des représentations et des discours de natures distinctes. En fonction de la manière dont les questions sont formulées, une enquête interroge plutôt un aspect qu’un autre. D’un côté, l’on peut questionner les opinions sur la sécurité, à l’échelle locale ou nationale. Celles-là doivent s’analyser pour ce qu’elles sont, des opinions, sans forcément de rapport direct avec la situation locale et avec la victimation réelle14. D’un autre côté, les questions peuvent s’axer davantage sur un sentiment d’insécurité conçu comme un ensemble de peurs ou de mal-être des personnes dans leur vie quotidienne, en l’occurrence sur leur lieu de travail ou d’études. C’est cette deuxième dimension que nous interrogeons ici.

  • 15 Voir par exemple : M. Bonetti, I. Marghieri, Influence des processus psychologiques et sociaux sur (...)

26Les résultats de plusieurs recherches mettent en exergue l’influence du cadre de vie sur le sentiment de sécurité15 (environnement dégradé, absence d’éclairage, etc.). À Luminy, la drogue sur le campus n’apparait pas comme une préoccupation notable pour la plupart des étudiants. Dans la même veine, ils déclarent que les actes de vandalisme sur le campus sont peu importants. Malgré tout, il existe une relation forte entre le fait d’avoir été victime et le point de vue porté sur les dégradations dans l’enceinte de l’université. Globalement, on constate une insatisfaction générale au niveau de la propreté, de l’entretien des bâtiments et des espaces verts ainsi que de l’éclairage. Pour finir, le fait de s’être retrouvé dans la position de victime renforce le sentiment d’un trop faible éclairage dans certaines zones de l’université.

27Cependant, la quasi-totalité des étudiants se sentent en sécurité sur le campus durant la journée. En soirée, ce sentiment est moins marqué puisque une moitié d’étudiants éprouve des sensations de peur à la nuit tombée, comme nous l’avons déjà précédemment exposé. En outre, les victimes sont davantage portées vers cette perception, preuve qu’un lien existe entre les peurs sur le campus et le fait d’avoir été victime. Enfin, un peu plus de la moitié des étudiants se rend sur le campus avec son véhicule personnel et un tiers utilise les transports en commun. Parmi eux, la moitié déclare avoir quelquefois peur de se faire voler ou agresser en les empruntant.

Les victimations des personnels

28De la même manière que pour la population étudiante, il s’agit ici de rendre compte de façon hiérarchisée des victimations subies par les personnels.

* Parmi les personnels possédant une voiture, taux sur 359.
** Parmi les personnels possédant une voiture et/ou un deux-roues motorisé, taux sur 365.

Source : ORDCS, enquête sécurité Luminy 2013

29À nouveau, les résultats obtenus soulignent globalement la tranquillité de ce campus. Premièrement, la grande majorité des personnes travaillant sur le campus n’a subi aucune victimation. Deuxièmement, les dommages matériels à l’encontre des véhicules en l’absence du propriétaire représentent de loin le premier type de délinquance subi par les personnels. Par exemple, on recense peu de problèmes liés à des violences verbales en face à face comme c’est par contre le cas dans la population étudiante. Les rares incidents qui surviennent peuvent ainsi être regroupés en deux grandes catégories : les atteintes dirigées vers les biens et les atteintes à l’intégrité physique et morale.

30Les actes de vandalisme sur un véhicule sont occasionnels pour plus de la moitié des victimes. Ces dégradations se sont produites dans l’enceinte de l’université ou aux alentours des parkings, la plupart de temps en après-midi ou la nuit. Une partie d’entre elles sont en réalité liées à des tentatives de vol. Lorsque les vols sont réalisés (60 % des cas), ils ont lieu en majorité dans l’après-midi. Les personnels touchés par ces deux types de victimation sont proportionnellement un peu plus nombreux que les victimes étudiantes à se déplacer au commissariat pour déposer plainte.

31Ce que l’on appelle parfois « violence » renvoie en réalité essentiellement à des injures et menaces verbales qui surviennent davantage en après-midi et en soirée, synonymes d’une altercation exceptionnelle. Ces « incivilités » sont majoritairement tues par les victimes. Il s’agit essentiellement d’injures perpétrées par un agresseur solitaire, inconnu de la victime et non armé. Dans les cas de vols ou tentatives de vols d’objets personnels, l’intégrité physique de la personne ne semble pas non plus atteinte. En effet, les analyses révèlent que la violence est loin d’être la règle pour la simple raison que ces vols (ou tentative) sont commis en l’absence des victimes (vestiaire sportif, bureau non occupé, etc.) ou dans un moment d’inattention (pendant le repas, à la bibliothèque, lors d’un cours). La violence physique est ainsi à peu près absente du quotidien des personnels rencontrés lors de notre enquête. Les éléments exposés nous conduisent à penser que la délinquance visant les personnels s’oriente surtout vers les véhicules et les objets personnels. L’intégrité morale est parfois touchée par des injures, mais l’intégrité physique n’est affectée qu’à titre exceptionnel. Néanmoins, tous les personnels ne sont pas égaux devant les atteintes exposées ci-dessus.

Profils des victimes et sentiment d’insécurité

32Dans cette partie, nous avons cherché à rendre compte des résultats des analyses statistiques portant sur les caractéristiques des victimes ; tout d’abord les victimes d’acte de vandalisme (les plus nombreuses), puis les victimes de manière générale.

33L’ensemble des tests effectués nous a permis de mettre en évidence une série de liaisons statistiques. Les personnes déclarant que les actes de vandalisme sur le campus sont « assez » ou « très importants » sont quatre fois plus susceptibles d’être victime que celles déclarant les actes de vandalisme comme étant « pas » ou « peu importants ». Ces faits de petite délinquance touchent davantage les 40-49 ans et le personnel résidant en dehors de Marseille.

34Les victimes, toutes victimations confondues, sont en premier lieu surreprésentées parmi les personnels qui voient la drogue comme un problème important. En deuxième lieu, les victimes qualifient, plus souvent que le reste des personnels, les actes de vandalisme sur le campus d’« importants ». En troisième lieu, quatre victimes sur cinq se déclarent insatisfaites de l’éclairage. Enfin, les personnes ayant souvent peur le soir sur le campus sont trois fois plus susceptibles d’être victime que celles déclarant avoir quelquefois ou jamais peur dans la même situation. Tous ces éléments indiquent qu’il existe une relation entre le fait de déclarer avoir été victime et le sentiment de travailler dans un espace dégradé, peu sécurisant, voire hostile. Ce sentiment d’insécurité peut se comprendre à travers leur regard sur l’environnement de travail et les peurs ressenties.

35Du côté du sentiment d’insécurité, peu d’enquêtés considèrent la drogue comme un phénomène important bien qu’elle existe sur tous les campus de France. Les actes de vandalisme sont en revanche considérés comme sérieux par une moitié des travailleurs. Cette perception est peut-être le signe d’une intolérance de plus en plus aigue aux dégradations courantes. Plus de trois personnels sur cinq pensent que la propreté, l’entretien des bâtiments ainsi que des espaces verts sont globalement insatisfaisants. Les trois quarts des personnels sont aussi en attente d’améliorations vis-à-vis de l’éclairage des espaces extérieurs. Tous ces éléments se conjuguent et influencent plutôt négativement le sentiment de sécurité des personnels, engendrant des peurs.

36De manière générale, les personnels se sentent à l’aise dans la journée sur leur lieu de travail. Mais le soir, la tendance tend à s’inverser puisqu’ils ne sont plus que 37 % à se sentir complétement rassurés. En revanche, 17 % font état d’une peur continuelle le soir lorsqu’ils quittent l’université. Presque huit personnels sur dix sont véhiculés lorsqu’ils se rendent à leur travail, moins d’un cinquième fait usage des transports en commun. Parmi ces derniers, une petite moitié exprime de légères inquiétudes quant au fait d’être volé ou agressé pendant le trajet.

37Tous les éléments recueillis suggèrent néanmoins que ce campus est globalement très calme. Les petits soucis rencontrés par les usagers sont globalement peu graves même s’ils sont réels. Par contre, une partie – certes minoritaire – du personnel est parfois inquiète, notamment lors des déplacements nocturnes à pied ainsi que dans les transports en communs.

38Qu’en est-il à présent de la sécurité des usagers à l’aune des moyens humains existants sur le campus ? Et ces moyens humains ont-ils un fort impact sur la régulation des situations à risque ?

La cité universitaire

39La cité universitaire de Luminy est de taille conséquente puisque plus d’un étudiant sur dix y vit. Cette zone du campus renferme quelques problématiques qui ne sont pas spécifiques aux universités : intrusions de personnes non ayants droits, consommation de drogue ou d’alcool, tapage nocturne, etc.

40Lors de l’étude, trois éléments ont attiré notre attention et modifié notre regard sur les peurs et la délinquance. En interrogeant les étudiants sur les peurs ressenties en soirée sur le campus, on découvre avec étonnement que ces tracasseries émanent de la présence de sangliers. À cette présence indésirable (pour certain(e) s effrayante), s’ajoute un faible maillage de réverbères, l’obscurité intensifiant ainsi les peurs. Tout aussi surprenant, les vols constatés se concentrent dans la cafétéria et visent les denrées alimentaires. La violence physique est l’exception (trois agressions en 2012-2013 relatées par la directrice du Crous). Il est question de bagarres, d’une très faible intensité, relatives à des problèmes de vie en collectivité ou de relations de voisinage. Ces constats nous permettent de déconstruire le mythe largement répandu d’une menace extérieure à l’encontre de la communauté universitaire. Ainsi, quand il s’agit d’un agresseur extérieur, on nous signale un animal. En réalité, l’immense majorité des problèmes rencontrés, finalement sans réelle gravité, sont l’apanage d’étudiants, le plus souvent entre eux. La vision des personnels de sécurité sur les incidents constitue également un élément révélateur d’un regard dual sur la réalité, comme déroulé ci-dessous.

41La plupart des entretiens ont mis au jour la réelle « tranquillité » du site universitaire, voire même un aspect idyllique des lieux. Mais, paradoxalement, presque tous les personnels rencontrés ont le sentiment d’une augmentation constante des délits et incivilités, qualifiant la situation comme étant « de pire en pire ». Nous rendons compte des types de problèmes qu’ils rencontrent au quotidien.

42Il apparaît dans les discours un décalage entre les peurs réelles et les actes que les individus recensent pour se justifier. Concernant la demande de sécurité,

  • 16 C. Vourc’h, P. Robert, dir., « Le séminaire du Comité scientifique », in Les politiques de préventi (...)

« la demande sociale n’est ni homogène ni d’emblée explicite. Elle est composée de voix multiples, souvent contradictoires, les unes bruyantes, les autres largement méconnues. En tout état de cause, elle se construit dans un va-et-vient entre l’échelon de la vie quotidienne et les gestionnaires de la chose publique »16 .

43Bien qu’on ne puisse conférer au sentiment d’insécurité une parfaite homogénéité au sein de ce campus, il apparaît que les personnes se déclarant dans un climat d’insécurité l’assimilent le plus souvent aux « jeunes » non étudiants, et notamment à des actes qui s’apparentent davantage à des incivilités qu’à de véritables délits, bien souvent d’une gravité assez limitée (intrusions sans conséquence). De manière générale, « les jeunes » constituent une population qui fait peur, dont on se méfie volontiers surtout lorsqu’elle vient de l’extérieur.

  • 17 É. Heilmann, Le marché de la vidéosurveillance. Du maintien de l’ordre public à la gestion des (dés (...)

44Ce type d’intrusion peut être ressenti comme une menace par la communauté universitaire. À ce titre, Heilmann avance l’idée que cette sensation se concentre en un « investissement affectif qui repose sur le sentiment d’appartenir à une communauté humaine dont l’existence est menacée par un environnement hostile17 ». Pour autant, les faits relatés sont très minimes surtout au regard de l’intensité des flux de fréquentation, aussi bien en termes numéraires qu’en gravité : une dizaine de voitures fracturées en 2012, sept vols de scooter, deux vols de voitures, deux vélos dérobés, une intrusion dans le terrain de football ; et deux cambriolages en 2013 dans les laboratoires scientifiques (source : responsable de la sécurité du campus). Concernant ce dernier point, on a constaté dans un cas que les soupçons allaient vers un membre du personnel. Les entretiens montrent que les agents de terrain, toutes choses égales par ailleurs, possèdent un degré de tolérance plus fort (gestion des conflits par la médiation) ainsi qu’une appréciation de la situation différente des employés de bureau (enregistrement systématique et recours à la police).

  • 18 P. Robert, L’insécurité en France, Paris, La Découverte, 2002, p. 12.

45Le sentiment d’insécurité des personnels, et quelle que soit son intensité, demeure plutôt lié à la délinquance supposée : « la délinquance les préoccupe parce qu’ils y lisent avant tout un indice de détérioration de la vie sociale à laquelle ils sont habitués18 » ; ici on pense à l’arrivée du bus de la RTM et la modification brutale de l’espace. Cela se retrouve dans les discours sur l’augmentation de la délinquance juvénile. S. Roché l’exprime ainsi :

  • 19 F. Jobard, « Sébastian Roché. Le sentiment d’insécurité – Insécurité et libertés », Revue française (...)

46Portée à l’encontre d’une personne immergée dans un réseau de relations où les proches cumulent plusieurs attributs, l’atteinte entraîne le plus souvent la peur, la réorganisation des réseaux et des conduites personnelles, puis la peur se structure en inquiétude, liée non plus au risque de victimisation supposé, mais à la perception du monde extérieur19.

  • 20 L. Mucchielli, L’invention de la violence. Des peurs, des chiffres, des faits, Paris, Fayard, 2011, (...)

47L. Mucchielli, quant à lui, émet l’idée que « le sentiment d’insécurité exprime […] principalement autre chose que l’expérience de la victimation : la vulnérabilité20 ». Les modifications à grande vitesse du site universitaire, sa taille ainsi que la vision d’une « délinquance de plus en plus jeune » qui « n’a plus peur de rien », se conjuguent pour faire émerger un sentiment commun d’être dans un espace de moins en moins sécurisant, accentuant le sentiment de fragilité d’une fraction des personnels et usagers.

Sécurité des personnes et moyens humains : un regard dichotomique

48Le campus de Luminy est doté d’un agent de sécurité mobile qui effectue des rondes durant la journée. Eu égard à l’ampleur du territoire à couvrir (100 hectares), le rôle de l’agent reste dissuasif et préventif. Les observations sur le terrain montrent que son travail se compose de multiples interactions sommaires qui lui permettent peu à peu de construire à la fois des relations de confiance avec les usagers mais aussi un savoir précieux dans le repérage de « situations à risque ». En fin de journée le site ferme ses portes, un second gardien se poste alors à la loge afin de contrôler l’accès au site – des chercheurs ont la possibilité de travailler 24h/24 sur une expérience scientifique. Il reste en lien avec les référents sécurité de chaque composante. Parallèlement, une équipe de quatre agents circulent dans la cité universitaire. En quelque sorte, la sécurité des personnes est gérée par des humains quand la sécurité des biens est davantage laissée aux machines (caméras, alarmes, etc.).

49Chaque personne chargée de la sécurité identifie clairement son supérieur hiérarchique à qui il rend compte ; toutefois, une dichotomie existe au niveau de l’appréciation de la gravité de l’acte constaté et de son enregistrement. Tous les actes de délinquance avérés ne sont pas transmis par le même prisme (transmission par écrit ou par oral). Une différence de taille apparaît entre les personnels possédant un bureau (accès Internet permanent) et le personnel sur le terrain. Les premiers enregistrent volontiers le moindre fait ou incident qu’on leur signale, quand les seconds, en lien direct avec les problématiques quotidiennes du site, possèdent un degré de tolérance plus élevé, ne signalant que les faits qu’ils ne parviennent pas à contenir par eux-mêmes.

50Les agents de sécurité se sentent démunis d’instruments dans leur travail. À ce titre, voici le type de phrase relevée : « je possède seulement mes mains et mes poings, je n’ai rien d’autre ». Néanmoins, au regard de la réalité (tranquillité du site), ce sentiment ne se justifie pas. Ce qui prime dans la fonction des agents de sécurité, c’est bien leur capacité à agir en tant que médiateur afin de réduire le risque de conflits. Au-delà d’un quelconque matériel de sécurité, ce sont leur présence et leur fonction de médiation qui sont primordiales, notamment parce que le problème le plus récurrent, quoique très faible, reste les « intrusions » de personnes extérieures à l’université.

Conclusion provisoire

51De manière générale, le site universitaire de Luminy jouit d’une relative quiétude au regard de la faiblesse des faits de délinquance et d’« incivilité » recensés. Toutefois, l’enquête de victimation montre que des petits actes de délinquance surviennent et qu’ils touchent tant les personnels que les étudiants.

52Les atteintes aux biens constituent de loin la première victimation recensée dans notre enquête. Les véhicules sont visés en particulier par des dégradations et des vols d’objets. Dans l’ensemble, les violences interpersonnelles sont rarissimes ; toutefois les discriminations sont fréquentes dans la population étudiante ; et les injures ou menaces verbales sont évoquées par les personnels. Les discriminations subies par les étudiants sont largement silencieuses ; de ce fait, aucune réponse institutionnelle ne peut leur être apportée. Pour autant, les phénomènes de discrimination s’observent dans toutes les strates de la société française. Le questionnaire suggère qu’une moitié des discriminations a eu lieu entre étudiants, par conséquent la question de la vie en collectivité se pose. L’environnement immédiat du campus donne, quant à lui, des éléments de réponses à propos des peurs exprimées.

53Les sangliers représentent une nuisance qui persiste depuis 2012. Ils sont pour partie responsables de la peur des étudiants de la cité universitaire.

54Les intrusions diurnes n’inquiètent pas véritablement les personnels de sécurité qui les trouvent plutôt compréhensibles. À l’inverse, les intrusions à la nuit tombée effraient davantage car elles sont assimilées à une nuisance dans la vie quotidienne du campus (vol de matériel, alcoolisation, drogue, bruit). Le sentiment d’insécurité est largement basé sur le constat d’incivilités, finalement sans réelle gravité. C’est davantage la sensation de ne plus contrôler la situation, ou la peur de se laisser déborder qui donne l’impression de rompre avec la relative tranquillité du site. Il existe une certaine distance entre la réalité des faits et la montée du sentiment d’être en présence d’une prompte augmentation de la délinquance. Ce sentiment se comprend par la croyance des personnels de sécurité d’être seuls face aux petits tracas quotidiens qu’ils affrontent. Concomitamment, l’arrivée du BHNS, ainsi que la fusion récente des trois universités constituent le terreau de ces peurs. Ce changement, ressenti d’une manière brutale par certains, s’assimile à la peur de l’inconnu.

55Fort de ces premiers enseignements sur la réalité du campus de Luminy, nous nous sommes ensuite concentrés sur un site universitaire aux caractéristiques différentes (cf. supra) : le campus Saint-Charles.

Le campus Saint-Charles

La population de Saint-Charles

  • 21 L’UFR sciences et l’OSU Pythéas en tant que composantes du secteur Sciences. On trouve également un (...)

56Les données recueillies auprès des services administratifs d’AMU font état, pour l’année 2013-2014, de 496 personnels et de 3 275 étudiants, répartis dans les différentes composantes21. La cité universitaire Gaston Berger, implantée sur l’arrière du campus, regroupe, elle, 396 étudiants. Tout comme nous l’avons fait pour les usagers de Luminy, et afin de saisir les singularités de ce terrain de recherche, nous présenterons ci-dessous la population de Saint-Charles et les résultats de l’enquête par questionnaires.

57On dénombre 52 % d’étudiantes et 48 % d’étudiants inscrits à Saints-Charles durant l’année 2013-2014. La moitié des étudiants se situe entre 20 et 24 ans. Ils sont majoritairement répartis entre la deuxième année (deux-tiers) et la troisième année de licence (un quart). De plus, trois étudiants sur dix sont boursiers à l’image de la moyenne nationale. Parmi les étudiants habitant à Marseille, près de 10 % résident dans une cité universitaire. Presque la moitié dispose d’un revenu compris entre 200 € et 800 € mensuel. Par ailleurs, les moyens de locomotion les plus utilisés par les étudiants sont les transports en commun, puis la marche ou le vélo.

  • 22 Sous le terme formes particulières d’emploi, (ou parfois emplois précaires) sont regroupés les stat (...)

5860 % des personnels du campus sont des femmes et 40 % des hommes très majoritairement âgés de 30 à 60 ans, les deux tiers de ces personnels résidant à Marseille. Il y a deux fois plus de personnels administratifs et techniques sur le site Saint-Charles que d’enseignants, professeurs et chercheurs. 50 % de cette population appartient à la catégorie des cadres supérieurs et professions intellectuelles telle que définie par l’INSEE et 30 % à celle des professions intermédiaires (technicien et cadre moyen), les 20 % restant sont employés et ouvriers. La majorité d’entre eux est fonctionnaire, mais cependant l’on recense un nombre équivalent de personnes employées en CDI et en contrats précaires22 (CDD, intérim). Leurs salaires mensuels nets sont compris entre 1 500 € à 2 000 €. Par ailleurs, les personnels se rendent pour la plupart en véhicule à leur travail.

59Examinons à présent les résultats recueillis par le biais de la passation des questionnaires. Nous élaborerons une hiérarchie des victimations subies par les étudiants, puis par les personnels.

Étude des victimations étudiantes

Étude des victimations étudiantes

* Parmi les étudiants possédant une voiture, taux sur 93 étudiants.
** Parmi les étudiants possédant une voiture et/ou un deux-roues motorisé, taux sur 120 étudiants.

Source : ORDCS, enquête sécurité Saint-Charles, 2014

60Les questionnaires font apparaître que 22,3 % des personnes fréquentant le site universitaire Saint-Charles ont été victimes d’actes délinquants plus ou moins importants. Les victimations les plus déclarées sont les injures ou menaces verbales ainsi que les discriminations. Viennent ensuite s’y adjoindre, mais loin derrière, les violences physiques ou tentatives de violences physiques et les vols avec ou sans violence. Les éléments statistiques recueillis ont par ailleurs permis de développer les caractéristiques-types de chacune des victimations suivantes.

  • 23 T. Hart et T. Miethe, Violence Against College Students and Its Situational Contexts : Prevalence, (...)

61Les injures ou menaces verbales constituent l’essentiel (61 %) des victimations. La majorité s’est répétée à au moins deux reprises durant la période 2013-2014. Ces « incivilités » ont eu lieu, à proportion quasi-égale, à l’heure du déjeuner, dans l’après-midi et en soirée. Elles se sont produites sur le parc de stationnement étudiant, ou bien, plus fréquemment (deux fois plus) en chemin ou aux abords de l’université. On peut donc faire l’hypothèse qu’il s’agit d’incivilités quotidiennes. Le parking étudiant étant exigu, il est parfois difficile d’en sortir, des heurts peuvent alors advenir. De même pour les injures ou menaces qui se sont déroulées sur le chemin, l’on peut penser qu’il s’agit là également d’incivilités entre automobilistes ou usagers des transports en commun (trafic dense, gare Saint-Charles à proximité). Des études américaines ont d’ailleurs montré que les incidents hors campus sont relativement plus violents, et plus fréquents, que les incidents sur le campus23. Lorsqu’il y a agression, c’est l’effet de groupe qui semble primer. Ces victimations restent majoritairement silencieuses sans doute parce qu’elles sont souvent considérées comme peu graves ou parce que la plainte semble synonyme d’inutilité pour la victime.

62Les discriminations, moitié moins nombreuses que les injures, représentent le deuxième type de victimation recensée à Saint-Charles. La discrimination a généralement lieu dans l’après-midi et concerne d’abord le sexe puis la couleur de peau. Elle peut se produire plusieurs fois sur une même personne sans pour autant avoir de visibilité institutionnelle. Le plus souvent les agresseurs sont des inconnus qui agissent en groupes. S’agit-il d’un accommodement des personnes subissant le racisme et le sexisme ordinaire de la société française qui annihile la volonté du plaignant de dénoncer les faits ? (cf. explication supra).

Profils des victimes et sentiment d’insécurité

63Nous allons à présent rendre compte des analyses statistiques effectuées sur les caractéristiques des victimes d’injures ou de menaces verbales, puis sur celles des victimes générales.

64Concernant les injures et menaces, les victimes sont principalement des femmes, de plus de 25 ans, inscrites en troisième année et boursières. Ces victimes déclarent plus souvent être insatisfaites de leur environnement d’étude (éclairage, dégradations, drogue) et avoir peur de se faire agresser ou voler dans les transports en commun que les personnes n’ayant pas été victimes. En somme, les victimes ne sont pas rassurées par l’atmosphère qui règne à l’université et en bordure.

65Toutes victimations confondues, les femmes de moins de 25 ans boursières et inscrites en 3e année de licence sont surreprésentées. Ensuite, les personnes pour qui l’éclairage sur le campus n’est pas satisfaisant sont deux fois plus représentées parmi les victimes, de même que les personnes qui déclarent que les problèmes de drogue sur le campus sont importants.

66Le sentiment d’insécurité lié à ces actes n’en reste pas moins variable en intensité selon les cas : ces incivilités peuvent effectivement contribuer à faire naître des peurs. Pour autant, ce phénomène, apparemment évident, doit se mesurer à l’aune de divers indicateurs que nous tentons de mettre en lumière à travers cette étude.

67Comme à Luminy, près de 80 % des étudiants affirment que la drogue est un problème négligeable. Trois cinquièmes des étudiants considèrent, eux, que les actes de vandalisme sont plutôt de faible ampleur ; par ailleurs, dans des proportions encore supérieures ils dénoncent le mauvais entretien des bâtiments et des espaces verts. L’éclairage apporte tout de même satisfaction aux deux tiers des étudiants. Ces premiers résultats montrent que, globalement, les étudiants sont plutôt satisfaits de l’environnement dans lequel ils évoluent sur le campus. Mais qu’en est-il des peurs ressenties ?

68Le sentiment de sécurité apparaît très élevé au sein de ce campus. En effet, la quasi-totalité des étudiants déclarent n’y avoir jamais peur pendant la journée. En revanche, en soirée, le sentiment d’insécurité est plus prégnant, seulement la moitié des étudiants se déclarent être totalement rassurés. Certains facteurs environnementaux peuvent influencer les peurs. Le manque d’éclairage par exemple, souligné par les étudiants via le questionnaire (un tiers des étudiants le déplorant), atténue le champ de vision, modifie l’espace et peut accentuer la peur. En revanche, les étudiants se déclarent globalement sereins dans les transports concernant le vol ou l’agression.

Étude des victimations des personnels

Étude des victimations des personnels

* Parmi les personnels possédant une voiture, taux sur 68.
** Parmi les personnels possédant une voiture et/ou un deux-roues motorisé, taux sur 77.

Source : ORDCS, enquête sécurité Saint-Charles 2014

69Tout d’abord, les résultats indiquent que les deux tiers du personnel de Saint-Charles n’ont subi aucune victimation sur le campus ou sur le chemin pour s’y rendre. Ce sont les injures et les menaces verbales qui restent la première problématique rencontrée par les personnels. Nous allons à présent nous intéresser aux particularités des victimes.

70La majorité des victimes d’injures ne l’a été qu’une seule fois, le plus souvent dans l’après-midi, l’agresseur se trouvant être à part égale un étudiant ou une personne inconnue de la victime. Ces données permettent d’observer qu’il s’agit principalement d’incivilités d’étudiants envers des personnels. Les victimes se tournent minoritairement vers la police (une plainte sur 22 cas) et les services centraux de l’université pour dénoncer les faits.

71Aucun lien statistique n’a pu être établi entre les victimes et leurs caractéristiques sociales. Néanmoins, les personnels qui conçoivent la drogue sur le campus comme un enjeu assez ou très important sont surreprésentés parmi les victimes d’injures et menaces verbales. En outre, les victimes considèrent davantage que les actes de vandalisme sur le site sont conséquents.

72Les éléments recueillis nous permettent de supposer que le phénomène « drogue » est peu présent, ou perçu comme non dérangeant. À l’inverse, les personnels sont assez nombreux à se dire insatisfaits de l’entretien général du campus.

73Les questionnaires récoltés nous donnent quelques éléments de compréhension sur des « peurs » exprimées par les personnels. À travers les résultats de notre étude, l’on remarque qu’un tiers d’entre eux ne se sent pas totalement rassuré sur le campus durant les horaires diurnes, ce chiffre passe à 50 % lorsque la peur sur le trajet domicile-université est abordée. À la nuit tombée, cette tendance s’accentue et seulement 25 % des personnels n’éprouvent aucun sentiment de peur (mais seule une personne sur dix n’est jamais rassurée lorsqu’elle travaille le soir ou quitte le campus). Si les victimations sont peu importantes et ne relèvent pas de l’atteinte à l’intégrité physique, il semble que ce sentiment d’inquiétude trouve sa source dans la configuration de l’environnement : manque d’éclairage, dégradation du bâti, quartier dit sensible et défavorisé, présence d’usagers non étudiants.

Gestion générale du risque

  • 24 S. Beaud, F. Weber, Guide de l’enquête de terrain, La Découverte, Paris, 2003, p. 139-143.

74Pour cette problématique, nous nous sommes appuyés sur plusieurs outils qualitatifs : entretiens, travail d’archive, observations. Conscient des risques de l’observation (faux pas, malentendus, contresens) rapportés par S. Beaud et F. Weber24, les entretiens auront permis de clarifier diverses situations afin d’éviter ces types d’erreurs. L’observation suppose un va-et-vient entre nos perceptions, les explications mentales des enquêtés, leur mémorisation et la prise de note sur le journal de terrain. Par définition, ce qui « va de soi » n’est jamais exprimé, et c’est pourtant souvent l’essentiel de ce que nous devons rechercher. L’observation s’avère être un excellent outil de découverte et de vérification. L’enquête par entretien permet en outre de s’imprégner du sens que les acteurs donnent à leurs pratiques, mais il s’agit surtout de dépasser les simples énoncés individuels pour faire émerger les aspects fondamentaux permettant de comprendre le sentiment d’insécurité et la gestion des risques sur ce campus.

75Nous pouvons regrouper les moyens humains en deux grands types d’agents : d’un côté la direction et les responsables, de l’autre les personnels de terrain. La faculté est dotée d’un responsable des services de sécurité incendie attelé à la gestion des mesures de sécurité et de gardiennage, des vols, des agressions, du vandalisme, des dégradations, des accidents ainsi que des plaintes. Une conseillère prévention déléguée à l’hygiène, la sécurité et à l’environnement a pour mission d’assister le président et la gouvernance du campus pour la mise en œuvre de la législation, la réglementation en matière d’hygiène de santé et de sécurité au travail, de protection de l’environnement et de sécurité contre les incendies.

76Depuis mars 2013, l’entreprise prestataire Onet Sécurité est chargée jour et nuit de la sécurité du site. Pour ce faire, une équipe de SSIAP (Service de sécurité incendie et d’assistance à la personne) et une équipe d’agents de surveillance des accès sont mobilisées.

77Nous passons en revue les quelques problèmes prédominants, des incivilités essentiellement, que ces personnels mettent en avant en faisant ressortir les conséquences, qu’elles soient réelles ou imaginaires.

78De manière générale, les points d’accès au campus sont sources d’appréhension pour les personnels de sécurité corollairement au positionnement géographique du campus et à la réputation sensible du quartier. Les « squattages » de salles de cours vides apparaissent comme la racine de complications importantes. Ils influent sur les conditions de travail des employés de nettoyage : entretien supplémentaire, conflits interpersonnels lors de l’injonction faite aux squatteurs d’évacuer les lieux, notamment. Cet état de faits crée des tensions entre les agents de nettoyage et les agents de surveillance, les premiers accusant les seconds de mal faire leur travail.

79Par ailleurs, les liens entre la police nationale et la direction sont solides, mais l’immense majorité des problèmes, objectivement peu graves (intrusion sans conséquence), est résolue par les agents sur place. Concernant la surveillance des espaces extérieurs, les caméras de vidéosurveillance – dont presque la moitié est en panne au moment de l’étude – sont perçues comme un bon outil de travail. Pour autant, ce même personnel avoue ne régler qu’une infinité de problème grâce aux caméras notamment parce que ces dernières ne surveillent pas l’intérieur des bâtiments où est recensée une partie des incidents (« squattages », dégradations, vols de petit matériel, etc.).

80Nous avons repéré trois types d’intrusions auxquelles les personnels déclarent devoir faire face : les intrusions consenties (usage paisible des équipements, aucune conséquence), les intrusions appréhendées (personnes qui profitent du cadre légal avantageux de l’université pour consommer du cannabis), les intrusions redoutées (intrusions malveillantes : bagarre ou vol).

  • 25 Notamment ceux de l’IAURIF.
  • 26 Voir par exemple M. Bonetti, I. Marghieri, Influence des processus psychologiques et sociaux sur la (...)

81D’après nos enquêtes et celles d’autres chercheurs25, nous avons constaté que l’entretien des espaces verts et des bâtiments de manière générale peut avoir une incidence sur le sentiment d’insécurité26. Des études ont aussi souligné l’impact du cadre de vie.

  • 27 « Cadre de vie et sentiment d’insécurité en Île-de-France. Existe-t-il des spécificités chez les ha (...)

82L’ambiance du quartier, la qualité de la gestion, l’entretien des espaces, la maintenance des équipements, la pérennité des travaux ont une influence sur le sentiment de sécurité. Dans une étude de 1988, le CSTB analysait les conditions d’émergence de la dégradation et du vandalisme dans les quartiers d’habitat social et mettait en évidence leur impact sur le sentiment d’insécurité27.

  • 28 Le quartier de la gare Saint-Charles a entamé sa métamorphose avec l’arrivée du TGV Méditerranée. I (...)

83Par exemple, après les travaux de rénovation de la gare Saint-Charles (projet Euroméditerrannée28) au début des années 2000, la prolifération des rats s’est accentuée sur le campus bien qu’une dératisation soit en cours. Les dégradations volontaires sont aussi souvent pointées du doigt par les agents, mais elles sont semble-t-il surtout la conséquence d’un bâti vieillissant.

La cité universitaire

84Lieu de vie au sein du campus, la cité universitaire Gaston Berger accueille aujourd’hui 396 étudiants. Cette résidence possède son propre système de sécurité et de vidéosurveillance ainsi que ses propres agents. Sa relative indépendance nous a conduit à mettre en exergue les spécificités qui la caractérisent. Cette cité jouit d’une relative tranquillité depuis une dizaine d’années. En effet, très peu de problèmes sont recensés, les incidents sont très rares et se rapportent essentiellement à des dégradations légères ou à des questions de propreté. Nous allons retracer quelques-unes de ses spécificités ainsi qu’aborder la sécurité des usagers.

  • 29 Le Racati est un ancien quartier de Marseille, situé entre la gare de Marseille-Saint-Charles et l’ (...)

85L’encastrement géographique de la cité conditionne le sentiment d’insécurité qui trouve son ancrage dans le chemin pour s’y rendre, notamment le soir. Le quartier du Racati29, qualifié par les usagers de dangereux, possède une mauvaise réputation et semble donc influencer les représentations. Pour autant, ce quartier est davantage considéré par la police comme le refuge de petits trafiquants qui commettent un forfait aux alentours de la gare que comme un véritable « coupe-gorge ». Le tapage nocturne (fêtes par exemple) n’existe pas pour au moins une raison. Il y a peu de rassemblements dans les espaces d’équipements collectifs (cuisines notamment), ceux-ci n’ayant pas été conçus pour être un lieu de vie ; on s’y croise mais on échange peu. Vols, présence d’alcool ou autres intrusions de personnes extérieures ne comptent pas non plus parmi les problématiques de cette cité. Les étudiants ne semblent pas festifs à l’intérieur des bâtiments puisque, de par son positionnement géographique, toutes les commodités que peut offrir un centre-ville sont à deux pas de la résidence, contrairement à Luminy (cf. infra). Ainsi, la tranquillité observée semble être le fruit d’une sécurité qui s’est adaptée au fil du temps.

  • 30 M. Gill, A. Spriggs, « Assessing the impact of CCTV », Home Office Research Study, n° 292, 02/2005.
  • 31 L. Mucchielli, « À quoi sert la vidéosurveillance de l’espace public ? Le cas français d’une petite (...)

86La cité universitaire est surveillée toute l’année par un gardien. En journée, un agent d’accueil est présent à l’entrée de la partie « habitation » de la cité. Ce dernier passe le relais à des veilleurs en soirée. Outre l’installation d’un système de vidéosurveillance, la cité universitaire possède un contrôle d’accès par reconnaissance digitale de type biométrique. Cette installation est justifiée au regard de l’histoire de la cité : « dangerosité » du quartier et intrusions. Cette justification relève à la fois de la réalité des faits constatés (nombre de plaignants conséquent au début des années 2000), mais aussi d’une inquiétude croissante des familles des étudiants. L’installation biométrique et la présence d’un gardiennage continu se sont conjuguées pour redynamiser l’attractivité de la cité. La sécurité est désormais appréhendée sous un angle dissuasif. Cette dissuasion semble bien fonctionner, notamment parce que ces outils de sécurité sont ostensiblement indiqués aux usagers. Mais il est très probable que les faits de délinquance, aussi faibles qu’ils soient, s’exportent hors des zones sécurisées. On parle alors de déplacement de la délinquance comme ont pu le montrer M. Gill et A. Spriggs30 ou L. Mucchielli31. Les premiers auteurs ont démontré que le CCTV (closed-circuit télévision) peut être un outil puissant dans la lutte contre la criminalité, mais qu’il doit être reconnu que les contextes dans lesquels opèrent les systèmes de vidéosurveillance sont très variables, de même que les systèmes eux-mêmes. Le second auteur montre que la présence visible des caméras dans l’espace public entraine des déplacements de faits délinquants, constat confirmé par l’expérience des agents de télésurveillance.

87Néanmoins, l’état des lieux de cette réalité sur le campus entre en dissonance avec le regard des personnels porté sur la sécurité et « la » délinquance.

La perception des personnels : fantasmes et réalités

88Les personnels de sécurité sont unanimes pour désigner les problèmes comme étant « sérieux ». Les intrusions d’« individus extérieurs » sont pour eux, et de loin, la source première des difficultés de gestion de la sécurité matérielle et humaine. Durant la dernière quinzaine d’années, les problèmes rencontrés ont changé de forme. En somme, la sécurité tente de s’adapter à la délinquance qu’elle subit ou croit subir. Le système de sécurité se « technologise », les équipes de sécurité sont davantage encadrées à dessein de « juguler l’hémorragie » et pour atténuer ce tourment.

89Ces intrusions et ce que les agents appellent les « squattages » sont localisés dans l’espace, dans le temps, et apparaissent finalement sans réelle gravité. Dans les discours, les incivilités sont surtout le fait de petits groupes de jeunes des quartiers environnants (visiblement non scolarisés pour une partie d’entre-eux) et des collégiens et lycéens du secteur. Quant aux dégradations de grande ampleur et aux vols conséquents, ils seraient l’œuvre d’équipes de professionnels bien outillées. La réalité est sans doute moins schématique.

90Au-delà des diverses intrusions et des quelques vols de matériels bureautiques subis par la faculté Saint-Charles, la fusion des universités est vécue par certains comme une source d’incertitude. On ne constate pas une réticence au changement – car des améliorations sont réclamées –, mais on relève un sentiment de manque de transparence et de diffusion d’informations de la part de la direction qui a comme corollaire un sentiment d’abandon prégnant chez les personnels face aux problèmes de sécurité. Une partie des personnels administratifs est manifestement dans une situation de souffrance au travail (bureaux fermés à clé de l’intérieur), quand d’autres enseignants soulignent le manque de cohérence d’ensemble et de concertation.

91Plusieurs des personnels expliquent que l’appel à une équipe de sécurité privée a entrainé une perte d’attachement au campus de la part des agents. Ce sentiment peut-être rapporté au manque de considération et de reconnaissance dont les agents du PC sécurité affirment souffrir. Le travail qu’ils accomplissent n’est pas toujours apprécié à sa juste valeur par l’ensemble des usagers du campus. À ceci vient s’ajouter une méconnaissance des qualifications des personnels de la part des services centraux de l’université.

Conclusion provisoire

92Tout d’abord, rappelons que notre enquête s’est inscrite dans un contexte de vaste réorganisation administrative (LRU, nouveaux aménagements). À l’échelle locale, les modifications spatiales et le remaniement de la sécurité au sein du site ont été vécus de manière brutale par une partie des personnels. Une des premières raisons en reste le sentiment de ne pas être associé directement à ces transformations, ainsi que le manque de communication de la part de la direction conduisant à une certaine incompréhension des personnels sur le terrain. Les discours recueillis montrent également qu’au-delà d’une inquiétude subjective (sentiment d’abandon), le sentiment d’insécurité peut se comprendre à la fois au regard des faits constatés (recrudescence de cambriolages, et des vols à l’arraché durant l’automne 2012) quelques temps seulement après la fusion et, par ailleurs à la réputation du quartier.

93Au terme de l’étude statistique ainsi que des observations de terrain et des entretiens, plusieurs grandes tendances se dessinent. De manière générale, la situation du site universitaire de Saint-Charles n’apparait pas très problématique. L’enquête de victimation montre qu’environ 25 % des étudiants et 35 % des personnels se déclarent victimes principalement d’injures ou de menaces verbales et de discriminations. Les incivilités constatées ne sont pas focalisées dans le temps et se déroulent majoritairement dans le parking étudiant ou sur le chemin pour se rendre à l’université. Dans une large mesure, l’enquête statistique fait ressortir un mécontentement global des personnels et des étudiants vis-à-vis de l’entretien des espaces verts ; ils dénoncent la relative importance des actes de vandalisme et ne sont pas totalement satisfaits de l’éclairage. Le sentiment d’insécurité se relie donc à ces facteurs environnementaux.

94Notre étude invite ensuite à examiner les relations entre trois types d’éléments : les faits délictueux enregistrés, les autres problèmes rencontrés sur le terrain ainsi que les peurs constatées.

95Les intrusions, nombreuses en périodes scolaires et les jours de beau temps, ressortent des entretiens comme un point sensible ainsi qu’une démonstration de la perméabilité du campus. Tout comme les squattages, elles ne sont pas condamnées en tant que telles mais pour leurs conséquences réelles ou appréhendées : actes de malveillance, dégradation, agressions, vols. Les « gamins » du quartier font figures d’intrus dans l’enceinte de l’université. Pour les personnels chargés du nettoyage, les « squattages » produisent des effets indésirables dans le sens où d’une part, ils font naître pour eux un travail supplémentaire et d’autre part, sont propices aux conflits verbaux. L’implantation de la faculté dans un quartier dit « sensible » permet de justifier la présence croissante de la vidéosurveillance sans pour autant réduire les inquiétudes des agents de sécurité au sujet d’un matériel inapproprié.

96La faculté souffre depuis les années 2000 d’une prolifération de rats qu’elle tente d’enrayer. Nous avons aussi observé une volonté de réfectionner rapidement les dégradations constatées (graffitis notamment) de peur de laisser la situation aller de mal en pis. De manière générale, les dégradations sont somme toutes moins visibles que la vétusté des locaux dans les parties anciennes de la faculté. En outre, l’enquête statistique révèle un mécontentement général vis-à-vis de l’entretien du campus. Au fur et à mesure des années, la sécurité s’est resserrée autour de la cité universitaire. Cet espace est aujourd’hui très tranquille en termes de sécurité des biens et des personnes où les intrusions, la présence visible d’alcool, les tapages nocturnes ou encore les vols y représentent l’exception.

97Les peurs durant le temps de travail sont réelles pour une partie des personnels administratifs (certains bureaux sont ainsi fermés à clé bien qu’occupés). Les « petits soucis » rencontrés par les résidents aux abords de la cité universitaire surviennent essentiellement la nuit. Mais il s’agit là, avant tout, d’une sensation de malaise, majoritairement ressentie par des femmes. Sur le campus, le sentiment d’insécurité des personnels est largement basé sur le constat d’incivilités et d’intrusions extérieures, finalement sans gravité alarmante. C’est davantage la sensation de ne plus contrôler la situation, ou la peur de se faire déborder qui peut donner l’impression d’une certaine vulnérabilité des locaux et des individus. Ce sentiment se comprend plutôt bien du côté des personnels qui se sentent parfois seuls face aux problèmes qu’ils rencontrent. Ils ont aussi quelques fois la sensation de ne pas être écoutés. Enfin, la fusion récente des trois universités ainsi que l’implantation de la faculté en centre-ville, dans un quartier qui se transforme inlassablement, apparaissent comme les facteurs d’une relative perte de contrôle, d’une appréhension du changement et de l’inconnu qui accentuent les peurs.

Comparaison entre les deux sites universitaires

98Il s’agit ici de proposer une comparaison entre le campus de Luminy et celui de Saint-Charles, tout d’abord en s’appuyant sur l’enquête par questionnaires en se concentrant sur la population étudiante, puis sur les personnels. Les premiers éléments statistiques mis à plat permettront ensuite de confronter les différents éléments recueillis grâce à l’observation et aux entretiens.

La hiérarchie des victimations étudiantes

La hiérarchie des victimations étudiantes

Source : ORDCS, enquête sécurité Luminy, 2013 et Saint-Charles 2014

99D’emblée, on constate que les étudiants sont un peu plus souvent victimes à Saint-Charles qu’à Luminy. Ensuite, les étudiants de Luminy sont davantage victimes de vols en rapport au véhicule tandis que les étudiants de Saint-Charles sont davantage sujets aux injures et menaces verbales.

100Dans les deux campus, le sentiment d’insécurité est faible. Néanmoins, quelques subtilités sont prégnantes. À Saint-Charles les étudiants déclarent plus souvent que la drogue et les actes de vandalisme sont des problèmes importants. Cette impression corrobore l’hypothèse que des individus « extérieurs » utilisent le campus pour consommer du cannabis. ÀLuminy, les étudiants sont plus souvent assez satisfaits de la propreté et de l’entretien général que les étudiants de Saint-Charles. Ces derniers sont davantage satisfaits de l’éclairage du campus que les étudiants de Luminy. On pense ici à la nature environnante (Calanques), à quoi s’additionne l’absence partielle de réverbères dans lapartie résidence. La présence de sangliers accentue ce manque. Il arrive plus souvent aux étudiants de Saint-Charles que de Luminy d’avoir peur sur le campus : est-ce un effet de quartier ? Très certainement. Enfin, parmi les utilisateurs de transports en commun, les étudiants de Saint-Charles ont déclaré deux fois plus souvent ne pas se sentir rassurés lorsqu’ils les empruntent. Par ailleurs, nous savons qu’ils utilisent ces transports deux fois plus souvent que les étudiants de Luminy.

La hiérarchie des victimations des personnels

101Un nombre plus important de victimes apparaît globalement à Saint-Charles. Ceci tient d’abord au fait que les personnels de Saint-Charles sont beaucoup plus souvent victimes d’injures et menaces verbales. Les personnels de Luminy sont davantage victimes d’infractions en lien avec leur véhicule que les personnels de Saint-Charles. À Saint-Charles les personnels déclarent deux fois plus souvent que la drogue et le vandalisme sont des problèmes très importants, que ceux de Luminy. Les personnels de Saint-Charles sont plus souvent assez satisfaits de la propreté et de l’entretien des bâtiments et des espaces verts ainsi que de l’éclairage que les personnels de Luminy, tandis que ces derniers sont plus souvent peu satisfaits. Il arrive plus fréquemment aux personnels de Saint-Charles d’avoir peur en se déplaçant sur le campus que ceux de Luminy. De même, en soirée, la peur s’immisce davantage à Saint-Charles. La sensibilité du quartier semble donc jouer un rôle à ce niveau. Enfin, en ce qui concerne les transports en commun, et parmi les utilisateurs, les personnels de Saint-Charles ont déclaré presque trois fois plus souvent avoir peur fréquemment en les empruntant, sans doute aussi parce qu’ils en sont usagers quatre fois plus que les personnels de Luminy.

102Tentons maintenant d’objectiver davantage en regardant d’un peu plus loin ces deux terrains dont le premier constitue un exemple de campus éloigné du cœur de la ville tandis que le second est au contraire central.

Source : ORDCS, enquête sécurité Luminy, 2013 et Saint-Charles 2014

Éclairage qualitatif : juxtaposition de trois aspects

103Les deux campus universitaires sont positionnés géographiquement à des emplacements hétéroclites. Luminy se situe dans le parc des Calanques, quartier paisible, alors que Saint-Charles est au centre de Marseille dans un quartier jugé sensible. Ce positionnement dans la cité a une influence sur le sentiment d’insécurité. Systématiquement, les pourcentages d’usagers qui pensent que la drogue, les actes de vandalismes sont des problèmes assez ou très importants sont plus élevés à Saint-Charles qu’à Luminy. De même, la peur s’immisce davantage en journée et en soirée à Saint-Charles. Seul l’entretien des espaces verts et des bâtiments est considéré comme moins satisfaisant à Luminy qu’à Saint-Charles. L’envergure du campus de Luminy (surface et nombre d’usagers) permet sans doute de comprendre ce décalage. Parallèlement à cela, la relative pénibilité du travail sur le campus de Saint-Charles contraste avec l’environnement naturel et plus serein de Luminy.

104Il y a plus d’étudiants à Luminy qu’à Saint-Charles, et cette population étudiante est plus âgée. Les étudiants et les personnels de Luminy sont plus nombreux à posséder un véhicule, ce qui est dû à son éloignement et à sa desserte unique. À l’inverse, les étudiants et les personnels de Saint-Charles utilisent davantage les transports en commun pour se rendre à l’université. On remarque également que les personnels se rendent douze fois plus à pied à Saint-Charles qu’à Luminy, ce qui favorise les victimations sur le chemin entre piétons ou entre automobilistes et piétons. De ce fait, les incivilités subies aux abords du campus ont d’autant plus de chances de se réaliser à proximité de Saint-Charles.

105Les personnels de sécurité et d’encadrement se plaignent autrement plus des intrusions sur le campus de Saint-Charles que sur celui de Luminy. C’est une réalité, le campus de Luminy est moins fréquenté par des personnes extérieures. ÀSaint-Charles, la proximité avec un lycée et un collège favorise les « intrusions » de jeunes, notamment pendant les périodes de vacances scolaires. Saint-Charles peut être regardé comme un endroit de passage, ou plutôt de « squattage » ; alors que de par sa position géographique Luminy est moins attractive et plus difficilement accessible sans véhicule.

106Pour autant, à Luminy la cité universitaire est accessible sans autorisation ou contrôle, entrainant par là-même des nuisances sonores, surtout en soirée. Néanmoins, cette cité est principalement sujette à du tapage nocturne entre étudiants ; ce qui n’est pas le cas à Saint-Charles où les incivilités sont négligeables.

107Concernant le système de sécurité des campus, tout d’abord la similitude la plus manifeste se situe au niveau de la modification spatiale alliant réorganisation générale et nouvelle conception de la sécurité sur les campus à dessein de les rendre plus hermétiques à leur environnement extérieur. Cette vision de la sécurité se juxtapose aux plaintes des agents de sécurité quant aux intrusions répétitives. Par ailleurs, les moyens humains et matériels de sécurité sont plus nombreux à Saint-Charles qu’à Luminy, alors même que la surface à surveiller est moindre, tout autant que le nombre d’usagers journaliers. Ce suréquipement tient sans doute à la localisation du campus ainsi qu’à la réputation entachée du quartier, qui lui-même subit d’inlassables remaniements. Dernièrement, on a observé à Saint-Charles une centralisation des moyens techniques et humains. À l’inverse, Luminy jouit d’une indépendance entre les différentes composantes, ce qui favorise la réactivité, mais fait défaut à la cohérence d’ensemble.

Conclusion générale

108Les interrogations qui nous ont animées pendant cette recherche comparative se rapportent largement à la question de la cohésion sociale et du vivre-ensemble. L’enquête a tenté de combler un vide scientifique en jaugeant le sentiment d’insécurité et en comptabilisant les victimations au regard des similitudes et des distinctions existantes entre deux sites universitaires marseillais. Les différents indicateurs utilisés dans ces études font apparaître une situation plutôt rassurante compte tenu de la faiblesse des faits de délinquance et d’incivilité enregistrés. Toutefois, de petits incidents surviennent et touchent aussi bien les étudiants que les personnels. La majorité des victimations sont silencieuses et ne trouvent par conséquent qu’une réponse institutionnelle bien limitée. L’usage intense et collectif d’un espace fait inévitablement naître des incivilités, c’est en tout cas ce que montrent nos statistiques. Les équipements affectés par l’université peuvent aussi attirer des convoitises (usage abusif, dégradation), voire des vols. Ces équipements semblent d’autant plus vulnérables en centre-ville, une zone aisément accessible pour un faible effort.

109D’autres recherches permettraient sans doute de consolider nos intuitions relatives à la nature des victimations et aux différences entre cœur de ville (Saint-Charles) et zone périphérique (Luminy) au sujet du sentiment de peur et de la nature des faits dénoncés par les victimes. Les violences interpersonnelles sont dans l’ensemble l’exception puisque la délinquance touche essentiellement les biens matériels, et ce, en l’absence du propriétaire. Néanmoins, les échanges verbaux (discriminations, injures, menaces), qui relèvent de simples incivilités, semblent plus abondants en ville qu’à sa périphérie. L’excentrement du site de Luminy met en lumière à la fois une satisfaction plus grande vis-à-vis de l’environnement global : entretien des locaux, des espaces verts, et un respect général des équipements collectifs.

110Les peurs ressenties prennent davantage leur source dans une délinquance potentielle et une sensation de malaise lorsque le quartier est jugé dangereux et malfamé. C’est bien cette perception du monde extérieur (réputation, modification rapide de l’espace, etc.) qui renforce, dans ce cas, le sentiment d’insécurité des usagers. C’est notamment très clair sur le site Saint-Charles. Même si une part des peurs exprimées se matérialise par un calfeutrement dans les bureaux administratifs, une part plus conséquente est surtout le reflet d’une appréhension du changement et la sensation d’une trop forte perméabilité du site dont les intrusions constatées ne font que renforcer cette idée, surtout chez le personnel.

Notes

1 Voir notamment : J. Fleury DeVoe, L. Bauer, « Student Victimization in U.S. Schools : Results From the 2009 School Crime Supplement to the National Crime Victimization Survey », National Center for education statistics, nov. 2011. Voir aussi K. Barrett, W. Jennings, M. Lynch, « The Relation Between Youth Fear and Avoidance of Crime in School and Academic Experiences », Journal of School Violence, 2012, 11 (1), p. 1-20.

2 « Assessing the Student Right-to-Know and Campus Security Act of 1990 : An Analysis of the Victim Reporting Practices of College and University Students / Sloan III », John J., Fisher, Bonnie S., Cullen, Francis T. in Crime and delinquency, 1997, 43 (2).

3 J. Simon, « In the Place of the Parent : Risk Management and the Government of Campus Life », Social and legal studies, 1994, 3 (1), p. 15-45.

4 P. Robert, Zauberman R., Mesurer la délinquance, Paris, Presses de Sciences-Po, 2011.

5 Voir P. Robert, R. Zauberman, Mesurer la délinquance, op. cit. ; et sur l’adaptation réalisée par l’ORDCS dans ses enquêtes locales : L. Mucchielli, E. Raquet « Victimation et sentiment d’insécurité à Marseille : Premiers résultats d’une enquête inédite », Faire Savoirs, 2014, n° 11, p. 81-93.

6 Les données présentent dans cette partie ont été obtenues grâce aux informations fournies par AMU ainsi qu’à l’enquête par questionnaire.

7 La faculté des Sciences, la faculté des Sciences du sport, le Centre d’océanologie, un département de l’IUT, l’École supérieure d’ingénieurs de Luminy, le CNRS, l’INSERM, la Société mathématique de France, le CIRM, la chambre de commerce, un incubateur d’entreprises, une pépinière d’entreprises, un hôtel d’entreprises, Euromed-management, l’École des beaux-arts, l’École d’architecture et le CROUS.

8 Voir L. Mucchielli, E. Raquet « Victimation et sentiment d’insécurité à Marseille : Premiers résultats d’une enquête inédite », art. cit.

9 Voir L. Mucchielli, E. Raquet « Victimation et sentiment d’insécurité à Marseille : Premiers résultats d’une enquête inédite », art. cit.

10 K. Fox, M. Nobles, A. Piquero, « Gender, crime victimization and fear of crime », Security Journal, 2009, 22 (1), p. 24-39.

11 A. Woolnough, « Fear of crime on campus : Gender differences in use of self-protective behaviours at an urban university », Security Journal, 2009, 22 (1), p. 40-55.

12 S. Condon, M. Lieber, F. Maillochon, « Insécurité dans les espaces publics : comprendre les peurs féminines », Revue française de Sociologie, 2005, 46 (2), p. 269.

13 A. Rea et M. Tripier, Sociologie de l’immigration, La Découverte, Paris, 2008, p. 74.

14 Cf. L. Mucchielli, Vous avez dit sécurité ?, Nîmes, Champ social éditions, 2012, p. 60-63.

15 Voir par exemple : M. Bonetti, I. Marghieri, Influence des processus psychologiques et sociaux sur la dégradation du bâti. Recherche exploratoire, 1988, Paris, CSTB ; S. Roché, « Expliquer le sentiment d’insécurité : pression, exposition, vulnérabilité et acceptabilité », Revue française de sciences politiques, 48 (2), 1998, p. 274-305.

16 C. Vourc’h, P. Robert, dir., « Le séminaire du Comité scientifique », in Les politiques de prévention de la délinquance. A l’aune de la recherche, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 267.

17 É. Heilmann, Le marché de la vidéosurveillance. Du maintien de l’ordre public à la gestion des (dés) ordres privés, op. cit., 2005/6, n° 126, p. 72.

18 P. Robert, L’insécurité en France, Paris, La Découverte, 2002, p. 12.

19 F. Jobard, « Sébastian Roché. Le sentiment d’insécurité – Insécurité et libertés », Revue française de science politique, 1995, 45 (2), p. 337.

20 L. Mucchielli, L’invention de la violence. Des peurs, des chiffres, des faits, Paris, Fayard, 2011, p. 13.

21 L’UFR sciences et l’OSU Pythéas en tant que composantes du secteur Sciences. On trouve également une partie de la composante LSH dans le bâtiment 15 (« Espace Yves Mathieu »), qui est dans le secteur LSH ; le reste est constitué par les services centraux (bibliothèque, comptabilité, DPIL, DAF DOSI, scolarité).

22 Sous le terme formes particulières d’emploi, (ou parfois emplois précaires) sont regroupés les statuts d’emploi qui ne sont pas des contrats à durée indéterminée. Ce sont l’intérim, les contrats à durée déterminée, l’apprentissage et les contrats aidés (Source : Insee).

23 T. Hart et T. Miethe, Violence Against College Students and Its Situational Contexts : Prevalence, Patterns, and Policy Implications, Victims & Offenders, 2011, 6 (2), p. 157-180.

24 S. Beaud, F. Weber, Guide de l’enquête de terrain, La Découverte, Paris, 2003, p. 139-143.

25 Notamment ceux de l’IAURIF.

26 Voir par exemple M. Bonetti, I. Marghieri, Influence des processus psychologiques et sociaux sur la dégradation du bâti. Recherche exploratoire, Paris, CSTB, 1988 ; ou encore « Cadre de vie et sentiment d’insécurité en Île-de-France. Existe-t-il des spécificités chez les habitants des Zones urbaines sensibles ? », IAURIF, Paris, 02/2008.

27 « Cadre de vie et sentiment d’insécurité en Île-de-France. Existe-t-il des spécificités chez les habitants des Zones urbaines sensibles ? », IAURIF, Paris, 02/2008, p. 5.

28 Le quartier de la gare Saint-Charles a entamé sa métamorphose avec l’arrivée du TGV Méditerranée. Il la poursuit avec la réhabilitation des abords de la gare, qui devient un pôle d’échange multimodal entre le ferroviaire, la gare routière, les bus urbains, le métro et les voitures, la réalisation d’un parvis place Victor Hugo relié à l’université et l’embellissement du square Narvik.

29 Le Racati est un ancien quartier de Marseille, situé entre la gare de Marseille-Saint-Charles et l’autoroute Nord, sur lequel a été construite la nouvelle faculté des Sciences en 1960. En argot marseillais le « racati » signifie : l’argent, l’origine de l’expression viendrait du fait que les jeux d’argent y fleurissaient à l’époque. Ce nom est probablement un corrompu du rogaton français. Au chemin de Belle-de-Mai, au bout de la rue Turenne, en face du cimetière, il existe encore une ancienne guinguette appelée « lou Racati ».

30 M. Gill, A. Spriggs, « Assessing the impact of CCTV », Home Office Research Study, n° 292, 02/2005.

31 L. Mucchielli, « À quoi sert la vidéosurveillance de l’espace public ? Le cas français d’une petite ville"exemplaire" », Déviance et société, 2016, 40 (1), p. 35.

Table des illustrations

Légende * Parmi les étudiants possédant une voiture, taux sur 301 étudiants.** Parmi les étudiants possédant une voiture et/ou un deux-roues motorisé, taux sur 359 étudiants.
Crédits Source : ORDCS, enquête sécurité Luminy 2013
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/49098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende * Parmi les personnels possédant une voiture, taux sur 359.** Parmi les personnels possédant une voiture et/ou un deux-roues motorisé, taux sur 365.
Crédits Source : ORDCS, enquête sécurité Luminy 2013
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/49098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Étude des victimations étudiantes
Légende * Parmi les étudiants possédant une voiture, taux sur 93 étudiants.** Parmi les étudiants possédant une voiture et/ou un deux-roues motorisé, taux sur 120 étudiants.
Crédits Source : ORDCS, enquête sécurité Saint-Charles, 2014
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/49098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Étude des victimations des personnels
Légende * Parmi les personnels possédant une voiture, taux sur 68.** Parmi les personnels possédant une voiture et/ou un deux-roues motorisé, taux sur 77.
Crédits Source : ORDCS, enquête sécurité Saint-Charles 2014
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/49098/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre La hiérarchie des victimations étudiantes
Crédits Source : ORDCS, enquête sécurité Luminy, 2013 et Saint-Charles 2014
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/49098/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Crédits Source : ORDCS, enquête sécurité Luminy, 2013 et Saint-Charles 2014
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/49098/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search