Version classiqueVersion mobile

Les patients experts dans la lutte contre le Sida au Cambodge

 | 
Ève Bureau-Point

Avant-propos

Texte intégral

1Aucun système de transcription ne fait l’unanimité pour la langue khmère. J’utilise une méthode de transcription libre qui permet au mieux la prononciation des mots khmers par un locuteur français.

2J’ai choisi de ne pas traduire certains termes anglo-saxons et khmers dans le texte, soit pour éviter qu’ils perdent du sens avec la traduction soit pour refléter la rhétorique institutionnelle dominante de mes interlocuteurs. Ils sont en italique.

3J’ai gardé le concept anglo-saxon de counsellor/counselling pour tenir compte de l’origine de cette notion et de son usage au Cambodge. Ce concept est né aux États-Unis au début du xxe siècle. Il s’est répandu dans les structures gouvernementales et les associations pendant plusieurs décennies avant de se populariser à l’étranger. Il a pris de l’ampleur dans le secteur international de la lutte contre le VIH/sida depuis les années 1990. Au Cambodge cette activité s’est développée dans l’ensemble des centres d’accès aux soins. Cette notion s’est imposée dans le vocabulaire des acteurs de la lutte contre le sida pour qualifier les conseillers qui font du soutien psychosocial et/ou de l’éducation thérapeutique.

4D’autres termes anglo-saxons ou khmers apparaissent fréquemment dans les témoignages de mes interlocuteurs, qu’ils soient khmerophones, francophones ou autres. Certains font partie de la rhétorique du développement et d’autres de la langue khmère.

5Je n’ai pas traduit le terme anglo-saxon workshop. Tous les protagonistes de la recherche utilisent ce concept pour désigner les congrès et les réunions de travail qui portent sur la thématique du VIH. Cela se déroule généralement dans de grands hôtels luxueux.

6Un study tour est un concept anglo-saxon à la mode dans le secteur du développement pour désigner des voyages éducatifs. Au Cambodge, ils durent un ou deux jours et visent des objectifs d’apprentissage spécifiques autour de la thématique du VIH. Le motodop est un mot khmer pour désigner le moto-taxi local. Lors de cette étude, il pouvait transporter jusqu’à 6 personnes.

7Les proposal sont des demandes de financement rédigées par les organisations non gouvernementales pour financer leurs programmes.

8En dernier lieu, je préciserai qu’afin de respecter l’anonymat et la confidentialité, l’identité des acteurs de l’enquête n’est pas mentionnée (les noms ont été changés).

9Cet ouvrage est issu de ma thèse de doctorat en anthropologie dirigée par Frédéric Bourdier. Réalisée au sein de l’UMR 912 SESSTIM, la thèse a été soutenue à l’université Bordeaux 2 (Bureau, 2010) et a été financée par l’ANRS et Sidaction.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search